Version classiqueVersion mobile

Marques de registre dans les dictionnaires bilingues

 | 
Gueorgui Armianov

Les marques dans les dictionnaires bilingues généraux : l’exemple des marques de domaine dans les dictionnaires français-italien

Annick Farina

Résumé

J’ai déjà analysé l’évolution des « marques de domaine » et de leurs différents usages dans les dictionnaires généraux monolingues français et souligné que les marques diatechniques du Petit Robert peuvent être considérées comme des indicateurs de connotation. Mon analyse du marquage du Petit Robert me portait à la conclusion qu’il pourrait servir de modèle à d’autres dictionnaires où ces marques ne trouvent un traitement ni aussi homogène ni aussi fonctionnel. Cette conclusion est particulièrement appropriée si l’on se penche sur le système de marquage des dictionnaires bilingues français-italien – ou plutôt l’absence d’un marquage fonctionnant en système. Partant de l’observation des différences relevées entre les différents dictionnaires bilingues français-italien dans l’attribution de marques diatechniques pour décrire un même mot-entrée, mais aussi des différentes interprétations que l’on peut attribuer à ces marques à l’intérieur d’un même dictionnaire bilingue, je démontrerai leur inefficacité. Sur la base d’une analyse de problèmes de traduction posés par des mots appartenant à différents domaines scientifico-techniques dans des contextes variés, je montrerai combien le traitement de ces mots dans les dictionnaires bilingues français-italien est insatisfaisant et proposerai des pistes pour améliorer ce traitement.

Texte intégral

Introduction

1En amont de la rédaction de tout dictionnaire se pose le problème de la définition de son architecture et, en particulier, du système des marques qui apparaîtront dans ses articles. Ce système correspond idéalement à une politique éditoriale particulière à chaque ouvrage, pensée selon le type d’utilisation attendue, selon le type de nomenclature décrite et les informations reconnues comme nécessaires (et suffisantes) pour sa description.

2C’est sur cette base que les fonctions de chaque étiquette devraient être définies et qu’elles devraient être décrites dans les préfaces des dictionnaires, afin de permettre une interprétation claire et univoque de l’information lexicographique. Rares sont cependant les dictionnaires qui adoptent une véritable politique d’étiquetage : la plupart s’en remettent à la tradition lexicographique dans laquelle ils s’inscrivent, tant pour ce qui concerne l’attribution des marques par les rédacteurs que pour leur interprétation par le lecteur.

  • 1 Farina, 2014.

3Cette situation va à l’encontre de l’efficacité du texte lexicographique et de son homogénéité : non seulement le non-renouvellement du marquage de certains ouvrages implique la survivance de jugements obsolètes sur les langues décrites, mais, dans un contexte où le dictionnaire est devenu l’objet d’un aménagement réfléchi, sous l’impulsion, en particulier, de la recherche linguistique et metalexicographique et d’une volonté de systématisation de l’information lexicographique poursuivie par certaines rédactions (comme celle du Petit Robert, qui joue un rôle de précurseur dans ce domaine dans le panorama monolingue français), la majorité des dictionnaires subissent en quelque sorte le contrecoup de ce que j’ai décrit comme une révolution en cours du système de marquage1 sans y participer véritablement. Ils imposent de ce fait à leurs lecteurs un doute constant sur l’interprétation des différentes marques.

4Pour ce qui concerne la lexicographie bilingue, ce cadre est renforcé par une pratique qui la rend généralement tributaire d’un système de marquage pensé pour la description lexicographique monolingue et par les différences existant dans l’application et l’interprétation de ces marques par des personnes habituées à des traditions lexicographiques qui diffèrent selon les nations et qui n’emboîtent pas toujours le pas à la recherche lexicographique et traductologique.

5L’analyse des « marques de domaine », un type de marques particulièrement révélateur selon moi d’une transformation lexicographique encore inachevée, et de leur utilisation dans les microstructures des dictionnaires bilingues français-italien me permettra de souligner différentes ambiguïtés dues au statut variable qui leur est attribué dans les différents dictionnaires et à l’intérieur d’un même dictionnaire.

6Donnant des exemples de lemmes appartenant à la nomenclature du Lessico dei Beni Culturali (dictionnaire plurilingue des mots du patrimoine toscan) sur lequel notre équipe travaille actuellement, j’illustrerai les choix d’étiquetage que nous avons faits tant pour indiquer ce que nous considérons comme des connotations technico-scientifiques que pour guider l’utilisateur vers des traductions appropriées dans le cas d’une non-correspondance de ces connotations dans les deux langues décrites.

Le système de marquage : une évolution en cours

  • 2 Farina, 2014, p. 112‑114.

7J’ai déjà analysé2 combien le dictionnaire du xxe siècle a pu évoluer en restant attaché à ce qu’il avait hérité de ses prédécesseurs pour ce qui concerne la fonction qu’il a attribuée aux marques : pour des dictionnaires dont le but est de définir et de promouvoir un usage de la langue considéré comme une norme pour ses locuteurs, la marque a longtemps identifié un élément extérieur au système de référence, en mettant en valeur son « extranéité ».

  • 3 Hausmann, 1989, p. 651.

8La typologie proposée par Franz Joseph Hausmann3 qui reste aujourd’hui le principal modèle pour classifier les différentes marques, témoigne de cette fonction primordiale du marquage comme signe d’appartenance à des systèmes périphériques („markierte Peripherie“) et, de ce fait, d’exclusion du système de référence („unmarkiertes Zentrum“). La pratique lexicographique et son évolution depuis les dernières décennies du xxe siècle démontrent cependant une prise de distance par rapport à ce modèle théorique qui apparaît d’abord dans la modification du traitement de ces mots à l’intérieur des dictionnaires, donnant lieu dans un deuxième temps à une modification du marquage et de son interprétation.

9Comparons par exemple les articles « biroute » et « naja » du Petit Robert (2018) à des articles relatifs à des synonymes « marqués » du mot automobile dans les millésimes de 1973 et 2018 du même ouvrage :

biroute […] 1  ARG. Pénis.  2  (1916) ARG. MILIT. Manche à air.

naja […] ZOOL. ➙ cobra.

PR1973 PR2018
bagnole […] 1. Fam. Mauvaise voiture ; et (1907) vieille automobile. V. tacot 2. Pop. Automobile Une belle bagnole. bagnole […] FAM. 1  Mauvaise voiture. ▫ (1907) Vieille automobile. ➙ tacot.  2  Automobile. ➙ voiture ; FAM. caisse, 2. tire. Une belle bagnole. On ira en bagnole. Ça, c’est de la bagnole !
char […] 5. (1826) Vx ou région. (Canada) Voiture, wagon. char […]  5  (anglais car) RÉGIONAL (Canada) FAM. Automobile. « aller en vacances à Miami, avoir le char de l’année » (R. Ducharme).
tire […] 2. Arg. (« route », 1837 ; de tirer « aller ») Voiture automobile. « Charles avait trouvé une place pour garer sa tire » (Queneau). 2. tire […]  2  (1935) ARG. Automobile. « Charles avait trouvé une place pour garer sa tire » (Queneau).

10Dans le cas de biroute et de naja, le traitement lexicographique proposé par le Petit Robert se réduit à l’indication d’un synonyme du mot et à une marque d’appartenance à un registre ou domaine particulier ; la forme de renvoi utilisée dans l’article « naja » porte à ne même pas lui concéder le droit à un article, ou à lui donner le même statut qu’une simple variante. Ce traitement correspond au modèle décrit par Hausmann : bien qu’inclus dans la nomenclature du dictionnaire, ces mots restent en marge du système linguistique décrit par celui‑ci.

11Les articles relatifs aux synonymes « marqués » du mot voiture montrent cependant un type de traitement différent, similaire à celui des mots « non marqués », et la comparaison des articles de 1973 et de 2016 permet de constater un renforcement dans la richesse de l’information fournie pour illustrer leurs sens et usages. L’utilisation de citations littéraires, par exemple, leur donne un statut exemplaire tandis que leur apparition dans des renvois synonymiques permet leur intégration dans le réseau analogique qui est censé rendre compte du système linguistique décrit par le dictionnaire. Cette différence de traitement n’est pas anodine : le mot « marqué » n’est plus intégré pour permettre un simple décodage mais est fourni comme un équivalent qui peut donc être substituable au mot « non marqué » sur l’axe paradigmatique, à l’intérieur du système décrit. Il est, de plus, accompagné d’informations relatives à son contexte d’utilisation en phrase, fournies par le dictionnaire monolingue pour permettre l’encodage.

  • 4 Certaines marques sont clairement du côté de la connotation dans les dictionnaires monolingues, en (...)
  • 5 Le dictionnaire Usito peut être considéré comme novateur pour ce qui concerne le système de ses mar (...)

12Ces observations tendent à souligner une évolution en cours : elles démontrent la coexistence de deux modes de traitement des mots marqués à l’intérieur d’un même dictionnaire, et il me semble que l’aspect qui prédomine aujourd’hui est celui de l’attribution d’un nouveau statut aux mots accompagnés d’une marque à l’intérieur du dictionnaire, et de l’élargissement de l’ensemble linguistique objet de sa description. Elles sont, en outre, l’indice d’une nouvelle fonction accordée à la marque, non plus comme indication d’appartenance à un système périphérique (à une « variante » de la langue décrite) mais comme une espèce de valeur ajoutée qui peut, dans la plupart des cas, être assimilée à une connotation (ou un « effet de style »)4. Ceci est confirmé par l’allusion à cet « effet » créé par le mot dans son utilisation dans la langue générale dans nombre de définitions de marques dans les préfaces des dictionnaires : la marque « littéraire » est par exemple définie dans la liste des abréviations du Larousse des noms communs (2008) comme accompagnant un « mot que l’on utilise surtout à l’écrit ou dans des relations sociales réglées par des conventions, et qui produit un effet de sérieux ou d’élégance » et dans Usito5 (2016) comme indiquant « un emploi qui, en plus d’être associé à un registre soutenu, véhicule une forte connotation littéraire ».

  • 6 Il s’agit de 15 des 16 mots provenant de pays francophones intégrés à cette édition : bobettes ; ch (...)
  • 7 Farina, 2014.
  • 8 Par ex. chamaillage, cossin et racrapoter (se) intégrés au millésime 2016 du Petit Robert.
  • 9 Si l’article « char » (sens 5) contient encore la marque « régional (Canada) » dans l’édition 2018 (...)

13Le non-marquage comme « régional » des nouvelles entrées provenant de la francophonie intégrées au Petit Robert en 20136 que j’avais déjà analysé en 20147 et qui s’est poursuivi dans les éditions successives8, s’accompagnant aussi plus récemment de la modification du marquage dans des articles plus anciens9, peut donner lieu lui aussi à une interprétation différente de celle du marquage traditionnel : l’indication simple d’un pays entre parenthèses avant la définition du mot peut tendre à être interprétée comme une simple localisation des usages et non comme une indication d’appartenance à une variété de français différente (et, donc, à un autre système linguistique) ou de connotation « étrangère » dans un usage de référence franco-français.

Les marques dans les dictionnaires bilingues français-italien10

  • 10 On pourra remarquer que les chiffres donnés dans cette partie et qui font l’objet de différentes co (...)
  • 11 Zotti, 2007, p. 115.
  • 12 Farina, 2008, p. 73.

14Créés sur la base de dictionnaires monolingues ou bilingues existants, les dictionnaires bilingues français-italien semblent se borner généralement à copier la marque trouvée dans les autres dictionnaires, et ne l’appliquent que sur le mot de la langue source. Si le type et le nombre de mots marqués varient selon les dictionnaires, cela est dû principalement à des choix de nomenclatures correspondant à leur politique éditoriale : le DIF (aujourd’hui Hachette Paravia) et le Larousse s’attardent plus que les autres à la description d’usages fréquents et actuels, le Boch consacre une large place à des termes spécifiques aux sciences et aux techniques, le Garzanti se concentre en particulier sur l’aspect culturel et intègre plus de mots provenant de pays francophones. Cette observation explique en grande partie les résultats de comparaisons de marques particulières à l’intérieur de ces différents dictionnaires. Par exemple, Valeria Zotti11 recensait 126 marques pour indiquer des mots utilisés au Canada dans le Boch, contre 161 dans le Larousse bilingue français‑italien et 289 dans le Garzanti (éditions 2007). Je recensais pour ma part12 dans les éditions de 2003 du DIF et de 2000 du Boch, 319 mots accompagnés de la marque « informatique » dans le DIF contre 477 dans le Boch, 502 contre 1903 pour la marque « marine », 257 contre 866 pour la marque « agriculture » et 900 contre 3756 pour la marque « médecine ».

  • 13 Farina, 2007, p. 227‑228.

15Dans le premier cas (les mots « canadiens »), la différence dans le nombre de marques attribuées par les dictionnaires consultés dépend entièrement des choix de nomenclature, leur politique de marquage pour la localisation des usages ne changeant que très peu entre eux. Pour ce qui concerne les marques de domaine, par contre, une autre variable doit être prise en considération, qui réduit légèrement l’impact du choix de nomenclature des deux ouvrages pour motiver la différence considérable que l’on peut noter entre le nombre de ces marques dans le DIF et le Boch. Si l’on compare par exemple dans un premier temps le nombre total de mots, sens ou syntagmes accompagnés de la marque « médecine » dans au moins un des 4 dictionnaires suivants : Garzanti (2006), DIF (2003), Boch (2000) et Petit Robert (2001)13 sur un échantillon des 135 premiers éléments trouvés, on compte un total de 61 mots présents dans le DIF (1995), 95 dans le Petit Robert (1997), 97 dans le Garzanti et 121 dans le Boch. Si l’on compare ensuite les seuls mots, sens ou syntagmes de cet échantillon présents dans les 4 nomenclatures (50), on trouve 19 marques « médecine » dans le DIF, 33 dans le Petit Robert, 36 dans le Boch et 42 dans le Garzanti. Si ces chiffres confirment une sélection plus ou moins importante selon les dictionnaires de mots appartenant au domaine de la médecine, ils révèlent aussi clairement des différences dans le marquage/non-marquage des mêmes mots dans ces différents dictionnaires, que l’on retrouve pour toutes les marques de domaine.

Les marques de domaine : un cas exemplaire pour un flou artistique

16En 1979, Danielle Candel comparait les modalités d’attribution des marques de domaine dans le Grand Robert, le Grand Larousse et le Trésor de la langue française et constatait une grande hétérogénéité dans le rôle qui leur était donné, dans la manière dont elles apparaissaient à l’intérieur des articles, mais aussi dans les modalités de nomination de ces domaines. Cette hétérogénéité résidait selon elle principalement dans la variabilité des critères d’attribution d’une marque de domaine à un mot ou emploi :

  • 14 Candel, 1979, p. 100.

Nous entendons par « domaine » ce qui sert à marquer la répartition de l’expérience humaine en secteurs. L’indication de domaine concerne en principe le référent (ou le concept) mais implique une information concernant le « niveau de langue » (en fait, niveau d’usage et de discours). En effet, la marque de domaine peut signifier que la définition du terme implique une appartenance thématique : c’est là un critère sémantique, lié à la notion (concept) et à la classe d’objets auxquelles correspond le mot ; ou bien renvoyer à une situation qui peut concerner les signifiés ou les référents, en indiquant que l’emploi du terme est lié à un milieu : c’est là un critère pragmatique14.

  • 15 Farina, 2014, p. 123‑124.
  • 16 « Certains termes ne sont en usage que dans un domaine particulier de la communication ou dans un t (...)

17J’ai déjà illustré15 le positionnement actuel de la rédaction du Petit Robert par rapport à cette possibilité d’analyse de la marque de domaine comme portant sur le sens (sur la base de l’appartenance du référent à un domaine scientifique ou technique) ou portant sur le contexte d’usage (mot utilisé par le professionnel dans l’exercice de son métier) : c’est le seul dictionnaire à ma connaissance – tout au moins dans le panorama lexicographique francophone – à s’être clairement positionné sur une systématisation de la fonction de la marque, qui se situe aujourd’hui dans ses pages exclusivement du côté du contexte, identifiant un mot comme « terme », c’est‑à‑dire utilisé normalement dans des discours spécialisés et qui acquiert une connotation savante lors de son utilisation dans la langue générale décrite par le dictionnaire16.

  • 17 Zotti, 2008, p. 113‑118.
  • 18 «Forniscono informazioni sul settore di appartenenza (lett., mus., fis., biol., tecn., ecc.)» (sect (...)
  • 19 Section Terminologie de la Notice explicative du Boch, 2000.
  • 20 « Il est opportun de préciser que les marques de langage de spécialité de ce dictionnaire n’ont pas (...)
  • 21 Pour l’échantillon considéré les chiffres cités correspondaient aux pourcentages suivants : le DIF (...)
  • 22 Farina, 2007, p. 223‑224 et Zotti, 2008, p. 113 et svtes.

18Pour ce qui concerne les dictionnaires bilingues français-italien, certains se sont positionnés dans leurs préfaces pour l’une ou l’autre de ces utilisations des marques de domaine17 : le dictionnaire Garzanti les définit comme fournissant une information sémantique (thématique) sur le « secteur » d’appartenance18 ; le dictionnaire Boch propose de son côté une définition a contrario indiquant que les mots non marqués par le biais d’étiquettes de domaine sont ceux « qui ne sont nullement étrangers à l’expérience linguistique de la plupart des gens19 », ce qui reviendrait à ne marquer que des termes utilisés dans un contexte spécialisé, et à rejoindre la pratique du Petit Robert ; le DIF ne leur donne pour sa part qu’une fonction distinctive pour « désambiguïser une acception, une expression ou un mot homographe20 ». Ces différentes politiques de rédaction expliquent en grande part les chiffres cités précédemment : le DIF accueille peu de mots spécialisés et ne leur applique que très rarement une marque de domaine, le dictionnaire Boch est celui qui intègre le plus de mots spécialisés mais il n’utilise la marque de domaine que pour ceux qui sont ressentis comme spécialisés dans la langue générale et donc avec parcimonie par rapport tout au moins au Garzanti, qui, quoique recensant beaucoup moins de termes spécialisés que lui, a beaucoup plus de marques en proportion, puisqu’il les utilise comme des indications thématiques d’appartenance à un domaine21. Dans tous les cas, cependant, non seulement le programme de rédaction annoncé dans les préfaces n’est pas appliqué d’une manière systématique dans les microstructures22, mais il n’a pas été pensé pour permettre une interprétation claire et univoque des marques par ses lecteurs ni n’a été adapté à des problèmes particuliers liés à la fonction primordiale du dictionnaire bilingue, qui est de mettre en relation des éléments linguistiques appartenant à deux systèmes linguistiques différents en fournissant les informations nécessaires, suffisantes et distinctives qui permettent aux locuteurs de ces deux langues de comprendre et/ou utiliser une langue étrangère en passant par la comparaison avec leur langue maternelle (ou celle des deux qu’ils maîtrisent le mieux).

L’information connotative : une carence dans les microstructures bilingues

  • 23 Meschonnic, 1973, p. 315.

Le rapport poétique entre un texte et une traduction implique la construction d’une rigueur non composite, caractérisée par sa propre concordance […] et par la relation du marqué pour le marqué, non marqué pour non marqué, figure pour figure, et non-figure pour non-figure. Cette correspondance théorisée remplace la notion subjective, variable, extensible, de « fidélité », caractéristique justement de l’idéologie esthétisante qu’on vient de définir23.

19L’introduction dans les dictionnaires bilingues français-italien de mots qui sortent de l’usage usuel que « l’honnête homme » fait de sa langue ou plus exactement de tout ce qui échappe aux modèles de l’enseignement de la « belle langue » prônés par les institutions d’enseignement françaises et italiennes a longtemps été parcimonieuse. Et la marginalisation du « non-standard », principalement due à la fonction éducative du dictionnaire bilingue, a été renforcée par un modèle de traduction qui tendait, à l’instar des « belles infidèles », à « embellir » les textes en les rendant conformes aux canons éthiques et esthétiques de la langue-culture cible. Cette marginalisation s’est perpétuée dans les microstructures bien après l’entrée de ces mots dans les macrostructures, tant dans leurs marquages que dans les choix de traduisants.

Ghiotti [1890] Boch [consulté 06/16]
Cacàre va. e vn. (v. bassa) chier (v. bassa) – vn. chier (v. bassa), se décharger le ventre ; aller à la selle ǁ (parl. di animali) fieuter ǁ (parl. specialmente d’uccelli) émeutir. Cacàre
A v. intr. e tr. (coniug. 4 cercàre) (volg.) chier : (anche fig.) cacare sangue, avoir la dysenterie ; (anche fig.) cacarsi sotto, faire caca dans sa culotte, chier dans son froc (fig.) ; (fig.) non caga per niente suo padre, il se fiche royalement de son père
B v. intr. tartir.
Conquìbus sm. (voce fam.) l’argent. conquìbus s. m. inv. (scherz.) sous (pl.)
Coglionerìa s.f. (p. balordaggine) balourderie, niaiserie; (e p. bestialità, sbaglio, errore) bêtise, boulette, bévue ǁ (p. fandonia) sornette ; (e p. cosa da niente) fanfreluche, sottise. coglionerìa s. f. (volg.) couillonnerie, couillonnade, connerie
  • 24 On compte 7816 indications « fam. » dans le Boch et 163 « volg. » (recherche dans les deux nomencla (...)

20La comparaison du dictionnaire bilingue de Ghiotti, qui était, jusqu’au milieu du xxe siècle, le dictionnaire français-italien de référence, en particulier pour l’enseignement du français en Italie mais pas seulement, et du Boch dernière édition (en ligne, sur abonnement) me permet de donner une idée de l’évolution dans le traitement des mots « marqués » au niveau des microstructures des bilingues. De fait, l’évolution « positive » regarde principalement la quantité d’éléments lexicaux recensés plus que la qualité de l’information proposée. Si l’on compare par exemple le nombre de marques se référant à des mots familiers dans les deux ouvrages, on peut évaluer grosso modo qu’il y a quatre fois plus de mots et expressions indiqués comme tels dans le Boch que dans le Ghiotti24. Cette différence est due en partie à la plus grande présence de la phraséologie d’un registre familier dans les microstructures des dictionnaires d’aujourd’hui, comme on peut le voir dans l’article « cacare ». Pour ce qui concerne le détail de la distinction des différents sens ou nuances sémantiques attachés à ces différents mots, on notera par contre une plus grande précision de détail dans les articles de Ghiotti que dans ceux de Boch, par exemple l’article « cacare » propose une distinction entre l’association du verbe à un sujet humain, animal en général ou de seul type « oiseau » qui n’apparaît pas dans le Boch, et l’article « coglioneria » propose quatre nuances sémantiques de l’usage de ce mot, pour parler d’une balourdise (involontaire), d’une erreur, d’une blague (ou mensonge volontaire) ou d’une « chose de rien ». Certes les traduisants proposés par Boch (« couillonnerie, couillonnade, connerie ») peuvent se référer à ces différents sens de coglioneria, mais seul connerie couvre les quatre, chose que l’utilisateur ne pourra absolument pas déduire de l’article qui lui est proposé. L’aspect important que l’on note tant pour les traduisants de cacare proposés par Boch que pour celui de conquibus réside dans la tentative de trouver des correspondants de même connotation dans la langue cible, ce qui est certainement la principale nouveauté véritablement marquante dans la lexicographie bilingue d’aujourd’hui qui reflète son adaptation aux nécessités du traducteur non seulement « sourcier » mais aussi « cibliste ». Si, pour le lexicographe d’autrefois, l’équivalence de connotation n’est pas particulièrement recherchée, comme le prouvent la plupart des articles relatifs à des unités marquées du dictionnaire de Ghiotti, elle n’est pas absente de son dictionnaire, comme le démontre la présence du traduisant chier qu’il propose dans son article « cacare », et cette équivalence a l’avantage d’être mise en valeur par la présence d’une marque qui suit le traduisant, pratique qui n’est malheureusement plus de mise dans les microstructures des dictionnaires bilingues français-italien.

Marques de domaine et équivalences connotatives

  • 25 V. Zotti analyse d’autres problèmes comme celui des découpes en France et Italie et des noms différ (...)

21Partant de problèmes relatifs à la traduction en italien de l’ouvrage Comme une bête de Joy Sorman, paru en 2012 chez Gallimard, dont le personnage principal est un boucher et dans lequel on trouve de nombreuses références à la viande, parfois présentée par le biais d’un vocabulaire technique particulier au domaine de la boucherie, parfois par un vocabulaire partagé par le commun des locuteurs du français souvent moins spécifique, Valeria Zotti (2016) analyse la difficulté de traduction du mot bavette présent à plusieurs reprises dans ce texte avec des connotations différentes. Ce qui ressort principalement de cette étude, c’est la difficulté d’adapter les choix de traduction de ce mot en italien aux différents contextes dans lesquels il apparaît, en particulier quand c’est le boucher qui emploie le terme bavette pour désigner une découpe de l’animal ou quand ce mot se réfère simplement à un plat de viande dans un contexte non marqué ou non connoté comme technique ou spécialisé. V. Zotti illustre combien, pour ce choix, les dictionnaires bilingues français-italien ne sont d’aucune aide, bien au contraire : quatre traduisants sont proposés dans les différents dictionnaires (punta di petto, spuntatura di lombo, biancostato et spicchio di petto) et chaque dictionnaire en adopte généralement deux sans indication supplémentaire pour guider l’utilisateur vers l’une ou l’autre des traductions proposées. Quoique le mot bavette soit un mot connu et utilisé indifféremment par le commun des locuteurs du français et par les bouchers français pour désigner tant la découpe de la viande que la viande déjà découpée et cuisinée et qu’il ne soit donc pas accompagné d’une marque de domaine dans un dictionnaire comme le Petit Robert, il est indiqué comme appartenant au domaine de la boucherie ou de la « gastronomie » dans les bilingues consultés. Pourtant, s’il se réfère à la découpe, il aura un correspondant connoté comme technique en italien, connu des bouchers italiens mais moins du commun des consommateurs italiens, cette partie de la viande n’étant pas particulièrement cuisinée en Italie ; s’il se réfère à la viande cuisinée, en particulier dans un texte français, il s’agit alors plutôt d’un mot que l’on peut considérer comme faisant partie des realia françaises qu’un traducteur pourra choisir de conserver en français dans le texte ou qu’il pourra décider d’adapter en italien en lui faisant correspondre un mot non connoté mais se référant à un morceau de viande différent. Toutes ces indications devraient être présentes pour guider l’utilisateur italien25.

22Le problème posé par la traduction de bavette correspond à celui de tous les mots marqués : la correspondance connotative est généralement recherchée en plus de la correspondance dénotative dans les dictionnaires bilingues d’aujourd’hui, mais il n’est pas toujours possible de la trouver, et elle n’est pas toujours présente à un même degré dans des traduisants souvent donnés comme synonymiques et énumérés sans distinction dans les articles. L’absence d’indication de connotation sur les traduisants empêche de plus l’utilisateur de mesurer l’écart qui peut exister entre un mot et sa traduction au niveau connotatif.

23Dans le cas des marques de domaine, ce problème est augmenté par le fait que, même pour les mots de la langue source (les entrées), la marque n’est pas toujours présente (par exemple dans le Hachette‑Paravia qui ne l’intègre généralement que comme marque distinctive) et que, quand elle apparaît, elle n’est pas toujours assimilable à une indication « technolectale ».

Ghiotti
[1890]
DIF
(Hachette-Paravia) 2003
Boch
[consulté 06/16]
Bâbord sm. (t. di mar.) sinistra (la parte sinistra della nave), orza, basso bordo bâbord m. sinistra f., babordo; (position) à bâbord a sinistra; (direction) a sinistra; terre à bâbord ! terra a sinistra! bâbord /babɔʀ/
A s. m. 1 (mar.) sinistra (f.), babordo: laisser la terre sur bâbord, lasciare la terra sulla sinistra; passer à bâbord d’un navire, passare a sinistra di una nave; venir sur bâbord, venire, accostare a sinistra; bâbord amures, mure a sinistra 2 (aer., mar.) lato sinistro, parte sinistra: bâbord d’un avion, d’un navire, lato sinistro di un aereo, di una nave
B agg. inv. (mar.) di sinistra: cabines, couchettes bâbord, cabine, cuccette di sinistra.
  • 26 babordo n’a jamais fait partie du langage des marins et s’est probablement diffusé à partir des tra (...)

24Sur la base des exemples d’articles relatifs au mot bâbord donnés ci‑dessus, on peut relever plusieurs problèmes qui se poseront au traducteur qui devra traduire différents types d’énoncés. Le premier cas pourrait être l’utilisation du mot bâbord dans un texte non spécialisé, où la référence à la marine servirait à créer un effet ludique. Ce serait le cas par exemple d’une personne conduisant une voiture qui s’exclamerait « Et maintenant, à bâbord toute ! » avant de tourner à gauche sur une route. Si l’on ne comprend pas que bâbord porte dans cette phrase une connotation « maritime » et qu’on le traduit par « a sinistra » (« à gauche »), on perd la connotation et l’effet ludique de l’énoncé. La marque de domaine qui apparaît dans le Ghiotti et dans le Boch pourrait permettre de comprendre que le mot est effectivement connoté comme appartenant à un registre « maritime » mais rien n’indique la différence de connotation qui existe entre lui et les traductions qui sont proposées. Dans ce cas « a babordo » (proposé par le DIF et le Boch) ou même « all’orza » (proposé par le Ghiotti) pourraient permettre de conserver l’aspect ludique même si la connotation serait légèrement différente, puisque tant babordo que orza sont des termes connotés comme désuets et que le premier est aussi littéraire26.

25Ces connotations qui ne sont indiquées dans aucun des trois dictionnaires pourraient créer une erreur de traduction ou un effet comique non désiré dans le cas d’un texte actuel spécialisé ou intégrant le discours d’un spécialiste (par exemple un personnage de marin intégré dans un roman qui se situerait dans un contexte contemporain, comme le boucher cité plus haut) : alors que bâbord continue de faire partie du vocabulaire des marins d’aujourd’hui, ce n’est pas le cas de babordo, et orza, s’il est encore en usage, ne désigne pas la gauche du navire mais le côté où souffle le vent.

Proposition de traitement des marques dans le projet de Lessico multilingue dei Beni Culturali (LBC)27

  • 27 On trouve une description du projet sur le site www.lessicobeniculturali.net, un échantillon d’arti (...)

26Les problèmes qui se posent pour le traducteur qui aborde des textes ayant l’art pour objet sont les mêmes que pour d’autres sujets, en particulier pour ceux qui donnent lieu à des descriptions de différents degrés de spécialisation. Pour choisir des traduisants qui respectent ce degré de spécialisation dans la langue cible, le traducteur ne trouvera pas une plus grande aide dans la lexicographie bilingue français-italien que pour d’autres domaines scientifico-techniques dont nous avons déjà parlé, les défauts décrits s’appliquant dans une même mesure aux termes de l’art qu’aux termes de la marine, de la boucherie, etc.

  • 28 Farina, 2015, p. 54.

27Considérons le tableau28 qui résume les différents aspects à prendre en considération pour la traduction en français des mots italiens tempera, guazzo et gouache :

IT     FR
tempera Solution colorante…/ Technique picturale…/Tableau peint avec cette technique agglutinant quelconque détrempe
tempera Solution colorante…/Technique picturale…/Tableau peint avec cette technique agglutinant œuf tempera
tempera Solution colorante…/Technique picturale…/Tableau peint avec cette technique agglutinant gomme gouache
guazzo (jusqu’au xviiie) Solution colorante…/Technique picturale…/Tableau peint avec cette technique agglutinant quelconque détrempe
guazzo (depuis le xvie) Solution colorante…/Technique picturale…/Tableau peint avec cette technique agglutinant gomme gouache
gouache (depuis le xxe) Solution colorante…/Technique picturale…/Tableau peint avec cette technique agglutinant gomme gouache
  • 29 Farina, 2015, p. 43‑52.

28J’ai déjà analysé les difficultés de traduction qui se posent pour ces trois termes et l’impossibilité de trouver une aide satisfaisante pour ce faire dans les ressources lexicographiques et terminologiques disponibles29. Pour ce qui concerne les dictionnaires bilingues français-italien, ils proposent tous un seul traduisant pour chacun des trois mots : détrempe pour tempera, gouache tant pour guazzo que pour gouache. Dans le sens inverse (du français à l’italien), la différence existant entre guazzo et gouache pour traduire le mot français gouache n’est indiquée par aucun de ces dictionnaires (gouache se réfère en italien à une technique plus récente que guazzo, même si on peut aussi utiliser guazzo pour s’y référer, et à la solution colorante que l’on achète en tubes qui est appelée aussi tempera en italien mais jamais guazzo). Ils ne proposent que guazzo comme traduisant (Boch) ou gouache et guazzo comme traduisants synonymiques (DIF, Garzanti).

29Dans tous les cas, l’absence ou la présence de marques de domaine ne nous aide pas pour déterminer le degré de spécialisation de ces différents mots selon leurs acceptions : même lorsqu’une marque « peinture » apparaît, elle est indiquée en début d’article et non comme distinctive pour le choix d’un traduisant. Pourtant, il est nécessaire de comprendre les connotations de ces différents mots et plus généralement le contexte dans lequel on les trouve pour bien les traduire : date du texte à traduire, époque et technique de création du référent pour une œuvre artistique, et, bien sûr, typologie de texte (texte spécialisé ou de vulgarisation, étiquette de produit, etc.). En effet, tempera est en italien un hyperonyme qui désigne toute solution colorante à base d’eau qui contient un agglutinant quelconque et par métonymie toute œuvre réalisée avec ce type de solution, et n’a pas de connotation particulière. Il correspond au mot détrempe français non connoté quand il se réfère justement à une solution colorante quelconque ou à une œuvre réalisée avec une solution à l’eau et un agglutinant quelconque. Mais lorsque l’agglutinant est connu et que l’on est dans un contexte où cette indication est importante (dans un texte spécialisé sur une technique précise, sur un cartel accompagnant une œuvre particulière), deux autres traduisants sont possibles pour tempera : l’italianisme français tempera qui a une connotation spécialisée en français et qui se réfère exclusivement à la détrempe à l’œuf utilisée en particulier par les peintres italiens de la Renaissance, et le mot gouache si le mot italien tempera se réfère à une détrempe qui a la gomme comme agglutinant. Ce deuxième traduisant est plus spécifique que tempera lorsqu’il se réfère à une technique ou à une œuvre particulière, mais il peut permettre à un traducteur une plus grande précision qui peut être nécessaire dans un texte spécialisé. Le mot gouache français est de plus le seul traduisant possible lorsque tempera se réfère aux tubes de peinture utilisés en particulier par les écoliers français et italiens. Ces mêmes tubes sont aussi appelés gouache en italien, mais il s’agit alors d’une appellation connotée comme spécialisée que l’on trouve sur les emballages et étiquettes de ce produit mais que l’on n’utilisera pas communément pour les désigner.

  • 30 Il s’agit ici de la datation du référent : le mot gouache ne naît en italien qu’au xxe siècle.

30Le mot guazzo était un synonyme de tempera jusqu’au xviiie siècle en italien comme hyperonyme se référant à tous les types de couleurs préparées avec de l’eau quel que soit leur agglutinant. Il se spécialise dès le xviiie pour ne désigner que le mélange avec de la gomme et les œuvres réalisées avec ce mélange, devenant dans le deuxième cas synonyme du mot italien gouache dans sa deuxième acception (lorsque gouache se réfère à des tableaux effectués avec cette technique entre le xviiie siècle et nos jours30). Le mot guazzo devrait donc avoir une acception avec une connotation archaïque correspondant à détrempe en français, fournie dans la partie italien-français du dictionnaire parce que nécessaire pour le décodage, mais pas dans la partie français-italien puisqu’on n’encode pas en utilisant des mots hors d’usage. Ce traduisant n’est proposé par aucun des dictionnaires bilingues français-italien, qui ne donnent que gouache comme traduisant de guazzo ; il est pourtant nécessaire pour le traducteur de pouvoir le reconnaître dans des textes anciens se référant à l’art pour éviter de faire une erreur qui pourrait être similaire à un anachronisme en introduisant des références à une technique erronée (la gouache au lieu de la tempera, en particulier).

31La structure de la partie des articles du Lessico dei Beni Culturali créant le lien de traduction vers les fiches monolingues relatives aux mots analysés correspond aux modèles de structures d’articles bilingues suivants :

LBC italien-français LBC français-italien
guazzo
1 archaïque (agglutinant quelconque) détrempe
2 (agglutinant gomme) gouache
détrempe
(colori, tecnica, dipinto) tempera
gouache
1 (technique, tableau) gouache
2 tec peinture (couleurs en tube) gouache
gouache
1 (colori oggi in tubetto) tempera, gouache tec peinture
2 (tecnica, dipinto) guazzo, gouache
tempera
1 (agglutinant quelconque) détrempe
2 (agglutinant œuf) tempera art pittura, détrempe (à l’œuf)
3 (agglutinant gomme) gouache
tempera
art pittura tempera (all’uovo)

Conclusion

  • 31 Ladmiral, 2006, p. 139.

Ce que j’ai à traduire, ce n’est pas la Lettre mais l’Esprit du texte, c’est‑à‑dire les effets qu’il induit, non seulement les effets poétiques et littéraires, les effets de style et les effets rhétoriques, mais aussi plus généralement les « effets de sens », les effets sémantiques, voire les effets comiques, etc. […] C’est l’ensemble de toutes ces significations que peut revêtir le mot qui en font un concept-clé de la traductologie31.

  • 32 Mejri, 2012, p. 19.

32Pour être un instrument qui aide vraiment le traducteur à comprendre et rendre l’ensemble des « effets » que peut « revêtir le mot », effets qui font la richesse de nos langues et participent de la difficulté de les passer à travers un processus réfléchi de traduction, le dictionnaire bilingue devrait être capable de proposer un traitement homogène et précis de la connotation. Ceci concerne aussi les mots se référant à des pans de connaissance qu’on a pu considérer comme n’intéressant que le spécialiste, et relégués pour ce aux marges de dictionnaires « généraux » qui rechignent à se rendre à l’évidence que « la langue est la même pour tout le monde, spécialistes comme non spécialistes, et que la différence se situe au niveau des discours produits32 ». Les indications concernant les degrés de technicité des mots et les connotations ou « effets de style » que peut engendrer l’utilisation d’un mot plutôt que d’un autre selon son degré de technicité et son parcours à travers les discours de spécialistes et non spécialistes auxquels le lexicographe bilingue donne encore actuellement bien peu d’importance devraient être réévaluées et proposées d’une manière systématique dans ces dictionnaires, pour procurer une information précise tant sur les connotations des mots-entrées que sur celles de leurs traduisants, c’est tout au moins ce que j’espère être parvenue à illustrer dans cet article.

Bibliographie

Monographies

Meschonnic Henri, 1973, Pour la poétique ii. Épistémologie de l’écriture poétique de la traduction, Gallimard, Paris, 457 p.

Zotti Valeria, 2007, Dictionnaires bilingues et francophonie : le français québécois, Schena, Fasano, 144 p.

Articles et contributions à des ouvrages

Candel Danielle, 1979. « La présentation par domaines des emplois scientifiques et techniques dans quelques dictionnaires de langue », Langue française, vol. 43, p. 100‑115.

Farina Annick, 2007. « Les marques de domaine dans les dictionnaires bilingues généraux français-italien. L’exemple du vocabulaire de la médecine », in Dotoli Giovanni (éd.), L’architecture du dictionnaire bilingue et le métier du lexicographe, Schena, Fasano, p. 215‑228.

Farina Annick, 2008. « Les mots de la marine : laissés-pour-compte de nos dictionnaires bilingues », Cahiers Parisiens. Parisian Notebooks, n4, p. 69‑79.

Farina Annick, 2014, « Les marques d’usage dans les dictionnaires monolingues français : l’exemple du Petit Robert », in Heinz Michaela. (dir.), Les sémiotiques des dictionnaires, Berlin, Frank & Timme, coll. Metalexikographie, p. 111‑132.

Farina Annick, 2015, « Un parcours du combattant : la recherche de traductions de la “langue de l’art” dans les ressources lexicographiques et terminologiques. L’exemple de tempera et guazzo », in Carpi Elena (dir.), Prospettive multilingue e interdisciplinari nel discorso specialistico, Pisa University Press, Pise, p. 33‑57.

Hausmann Franz Joseph, 1989, „Die Markierung im allgemeinen einsprachigen Wörterbuch: eine Übersicht“, in Hausmann Franz Joseph, Reichmann Oskar, Wiegand Herbert Ernst, Zgusta Ladislav (éd.) Wörterbücher/Dictionaries/Dictionnaires. Ein internationales Handbuch zur Lexikographie/An international encyclopedia of lexicography/Encyclopédie internationale de lexicographie, tome premier, De Gruyter, Berlin/New York, p. 649‑657.

Ladmiral Jean‑René, 2006, « Esquisses conceptuelles, encore… », in Traduire ou vouloir garder un peu de la poussière d’or, Palimpsestes, Hors‑Série, Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, p. 131‑142, 277 p.

Mejri Salah, 2012, « Phraséologie et traduction : pour une typologie des phraséologismes dans les discours spécialisés », in Mogorron Huerta Pedro, Mejri Salah (éd.) Lenguas especializadas, fijación y traducción = Langues spécialisées, figement et traduction. Encuentros Mediterráneos 4 = Rencontres Méditerranéennes 4, p. 19‑31.

Zotti Valeria, 2008, « Taxinomies et modes de dénomination des langues de spécialité dans les dictionnaires bilingues », in Baudry Alain et al. (éd.), Les dictionnaires de spécialité. Une ouverture sur les mondes, Schena, Fasano, p. 113‑132.

Zotti Valeria, 2019, « Traduire la terminologie de la gastronomie en littérature : l’exemple des plats de viande », in Cadeddu Joseph et al., La gastronomie à l’ère numérique. Regards linguistiques et économiques sur l’Allemagne, la France et l’Italie, Stauffenburg Verlag, Tübingen, p. 179-200.

Dictionnaires

BOCH = Boch Raoul (dir.) (éditions 2000, 2007 et 2016 – version en ligne), Dizionario francese-italiano, italiano-francese, Zanichelli, Bologne.

DIF = Dizionario italiano-francese (Cdrom), 2003, Paravia Bruno Mondatori editori, Turin.

Garzanti = Grande dizionario Garzanti di francese, 2006, 2007 et 2016, Garzanti linguistica/UTET, Milan, (version en ligne : www.garzantilinguistica.it)

GHIOTTI = Ghiotti Candido, [1890] 1910, Nuovo vocabolario comparativo delle lingue italiana e francese, Bellardi et Appiotti, Turin.

Larousse bilingue = Il Grand Dictionnaire bilingue italien Larousse, 2007 et 2011, Larousse, Paris.

Larousse des noms communs = Le Larousse des noms communs, 2008, Larousse, Paris.

Petit Robert = Rey-Debove Josette et Rey Alain (dir.), (éditions 1973, 1998, 2001, 2015, 2016), Le Nouveau Petit Robert, dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Le Robert, Paris, et (édition 2018) version numérique [consultation juin 2019]

USITO = Dictionnaire du français en usage au Québec http://www.usito.com . [consultation juin 2016]

Notes

1 Farina, 2014.

2 Farina, 2014, p. 112‑114.

3 Hausmann, 1989, p. 651.

4 Certaines marques sont clairement du côté de la connotation dans les dictionnaires monolingues, en particulier dans le Petit Robert (cf. Farina, 2014). Ce n’est cependant pas le cas de toutes, comme je l’ai montré en comparant l’ensemble des marques temporelles du Petit Robert, où « vieux » et « vieilli » sont clairement définies (dans la liste des abréviations, cf. Petit Robert, 2018) comme du côté de la connotation : ces marques sont utilisées pour souligner qu’un mot « n’est plus employé, sauf par effet de style (archaïsme) » pour « vieux » et, pour « vieilli », qu’il « ne s’emploie plus naturellement » [c’est moi qui souligne]. Les marques correspondant à « moderne », « anciennement » et « terme d’histoire » tendent par contre plutôt à avoir un rôle fonctionnel pour la distinction des sens à l’intérieur d’une même entrée (l’indication « moderne » permet simplement d’introduire un sens qui se distingue du précédent par son actualité) ou se situent du côté de la dénotation, renforçant le contenu de la définition (tant les marques « anciennement » que « historique » sont utilisées pour accompagner des mots qui désignent des « réalités du passé », la deuxième apportant la valeur ajoutée d’appartenir à des réalités objets d’étude pour nos livres d’histoire, comme par ex. conciergerie [2] ou clubiste [1]).

5 Le dictionnaire Usito peut être considéré comme novateur pour ce qui concerne le système de ses marques, qu’il a essayé de classifier en s’attachant à les distinguer selon leurs fonctions respectives : « marques de répartition géographique », « marques et remarques normatives » (présentes dans l’édition 2016, absentes en 2018), « marques de registre de langue », « marques de connotation », « marques temporelles », « indicateurs de fréquence », « indicateurs de domaines » […] Cette division n’est cependant pas très claire, comme le montre la définition de la marque « littéraire », qui est classée comme marque de connotation et non comme marque de registre de langue mais est définie comme indiquant un « registre soutenu ».

6 Il s’agit de 15 des 16 mots provenant de pays francophones intégrés à cette édition : bobettes ; chum ; cuberdon ; débarque ; jello ; piqueteur, euse ; prépension ; prépensionné, ée : prépensionner ; sloche ; taxage ; trabendiste ; trabendo ; unifamilial, iale, iaux ; urgentologue.

7 Farina, 2014.

8 Par ex. chamaillage, cossin et racrapoter (se) intégrés au millésime 2016 du Petit Robert.

9 Si l’article « char » (sens 5) contient encore la marque « régional (Canada) » dans l’édition 2018 du Petit Robert, ce n’est pas le cas par exemple de l’article « tuque », dans lequel ce « régional » a disparu, l’indication « (Canada) » apparaissant seule.

10 On pourra remarquer que les chiffres donnés dans cette partie et qui font l’objet de différentes comparaisons proviennent d’éditions différentes des mêmes dictionnaires. Je me base en effet sur des études effectuées à des dates variées qui reposaient toutes sur les dernières éditions publiées des dictionnaires (la moyenne est de 4 ou 5 ans pour les mises à jour des dictionnaires bilingues français-italien). Je n’ai pas jugé nécessaire de refaire des calculs sur les éditions actuellement en commerce qui n’ont que peu changé par rapport aux éditions précédentes, tout au moins pour ce qui concerne le marquage. Le but des chiffres cités est, en effet, de donner un ordre de grandeur.

11 Zotti, 2007, p. 115.

12 Farina, 2008, p. 73.

13 Farina, 2007, p. 227‑228.

14 Candel, 1979, p. 100.

15 Farina, 2014, p. 123‑124.

16 « Certains termes ne sont en usage que dans un domaine particulier de la communication ou dans un type de discours, et les abréviations qui correspondent à des domaines du savoir dans les encyclopédies sont employées ici pour caractériser un emploi didactique, technique ou scientifique du français et qui ne serait ni naturel ni normal dans l’usage général. » (« Préface par Alain Rey [1967 ; 1977], actualisée en 1993 par Josette Rey‑Debove et Alain Rey, en 2017 par Alain Rey », Petit Robert 2018.

17 Zotti, 2008, p. 113‑118.

18 «Forniscono informazioni sul settore di appartenenza (lett., mus., fis., biol., tecn., ecc.)» (section Caratteristiche del dizionario du Garzanti édition 2007).

19 Section Terminologie de la Notice explicative du Boch, 2000.

20 « Il est opportun de préciser que les marques de langage de spécialité de ce dictionnaire n’ont pas le but de marquer la totalité des vocabulaires de spécialité, mais qu’elles ne sont introduites que dans le cas où nous avons jugé bon de désambiguïser une acception, une expression ou un mot homographe » (DIF, 2007, p. x).

21 Pour l’échantillon considéré les chiffres cités correspondaient aux pourcentages suivants : le DIF a accueilli 45 % des 135 mots et acceptions du domaine médical considérés contre 70 % pour le Petit Robert, 71 % pour le Garzanti et 89 % pour le Boch. Mais sur notre échantillon de 50 mots contenus dans les 4 dictionnaires, seuls 38 % des mots du domaine médical qui portaient la marque « médecine » dans d’autres dictionnaires l’avaient dans le DIF, pour le Petit Robert 66 %, pour le Garzanti 84 % et pour le Boch 72 %.

22 Farina, 2007, p. 223‑224 et Zotti, 2008, p. 113 et svtes.

23 Meschonnic, 1973, p. 315.

24 On compte 7816 indications « fam. » dans le Boch et 163 « volg. » (recherche dans les deux nomenclatures français-italien, italien-français : on ne peut pas faire une recherche séparée dans l’une ou l’autre des deux nomenclatures), et 776 dans le volume italien-français du Ghiotti, auxquelles s’ajoutent 101 occurrences du mot « basso » dont seulement la moitié sont assimilables des marques, 96 « voce bassa » (ou « v. bassa »). Ces résultats permettent une comparaison très approximative, puisque les marques « familier »/« bas »/« vulgaire » ne se correspondent pas tout à fait, que la connotation des mots auxquels elles sont attribuées s’est souvent modifiée, et que ces marques se réfèrent aussi aux traduisants dans le Ghiotti. Cela mériterait une étude de détail qui n’a pas encore été proposée, en relation avec l’évolution des tabous des différentes périodes de nos histoires respectives, qui explique tant les absences des nomenclatures de certains pans de nos vocabulaires que les manières de les décrire.

25 V. Zotti analyse d’autres problèmes comme celui des découpes en France et Italie et des noms différents pour ces découpes selon les régions d’Italie qui mériteraient aussi d’être illustrés dans les dictionnaires bilingues.

26 babordo n’a jamais fait partie du langage des marins et s’est probablement diffusé à partir des traductions – du français – dans les romans et films de pirates principalement.

27 On trouve une description du projet sur le site www.lessicobeniculturali.net, un échantillon d’articles a déjà été effectué pour les 7 langues du projet permettant la constitution du protocole de rédaction.

28 Farina, 2015, p. 54.

29 Farina, 2015, p. 43‑52.

30 Il s’agit ici de la datation du référent : le mot gouache ne naît en italien qu’au xxe siècle.

31 Ladmiral, 2006, p. 139.

32 Mejri, 2012, p. 19.

Auteur

Università di Firenze

© Presses de l’Inalco, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search