Version classiqueVersion mobile

Marques de registre dans les dictionnaires bilingues

 | 
Gueorgui Armianov

Les marques d’usage dans les dictionnaires monolingues anglais

Henri Béjoint

Résumé

Les marques d’usage apparaissent tardivement dans les dictionnaires monolingues de l’anglais. Jusqu’au milieu du xviie siècle, ils ne répertorient que les mots difficiles, et les marques apparaissent avec la lexicographie générale standardisatrice, en particulier le Dictionary de Samuel Johnson en 1755. Elles n’évolueront plus guère jusqu’à nos jours, si ce n’est qu’elles sont désormais moins nombreuses, plus standardisées, et qu’elles expriment le jugement de la société sur l’usage, et non plus le jugement d’un seul auteur, aussi prestigieux soit‑il. Même les dictionnaires pour apprenants, pourtant si novateurs, n’ont rien apporté d’original sur ce point. Et les dictionnaires électroniques, dont le texte est si soumis au changement et si peu porteur d’autorité, n’ont fait évoluer ni la pratique ni la théorie. Les dictionnaires modernes tendent à remplacer, ou à compléter, les étiquettes traditionnelles par des notes d’usage.

Texte intégral

Introduction

1En Angleterre comme dans tous les pays européens, les dictionnaires bilingues et multilingues précèdent les monolingues. Dans les plus anciens, c’est toujours le latin qui est mis en rapport avec une ou plusieurs langues vernaculaires, et c’est ensuite, petit à petit, que le latin disparaît et que les dictionnaires commencent à répertorier des équivalences entre éléments lexicaux de langues vernaculaires. Leur apparition est liée à l’augmentation des échanges de toutes sortes, commerciaux, culturels, diplomatiques, guerriers, entre les communautés politiques et linguistiques, et à l’affaiblissement progressif du latin, de plus en plus réservé aux gens d’église.

2L’anglais n’est pas la première langue d’Europe à entrer dans un bilingue ou un multilingue. Les multilingues commencent à l’inclure au milieu du xvie siècle, après la plupart des grandes langues. C’est en 1552 que paraît le Dictionariolum puerorum tribus linguis Latina, Anglica & Gallica conscriptum, qui n’est autre que le Dictionariolum puerorum LatinoGallicum de Robert Estienne, publié en 1542, auquel un certain John Veron a ajouté des équivalents anglais pour tous les mots latins. Et il faut attendre les années 1570 pour avoir de l’anglais dans une édition tardive du Dictionarium de Calepino, paru pour la première fois avec le latin seul en 1502, puis avec d’autres langues au fil des éditions successives. L’anglais y apparaît en même temps que le hongrois et le flamand.

  • 1 Bately, 2009, p. 54.

3Les premiers bilingues mettant en relation l’anglais et une autre langue vernaculaire sans l’entremise du latin paraissent à cette même époque. Le premier est peut‑être le Dictionary in Englyshe and Welshe de William Salesbury, imprimé en 15471, mais les plus importants sont français-anglais, évidemment : ils sont destinés à des anglophones qui ont besoin de mieux connaître le français, et pas l’inverse. Ce sera 1567 ou 1568 pour A Dictionary French and English, probablement de Claude de Sainliens, Claudius Hollyband en anglais. Sainliens reviendra, parfaitement identifié cette fois, en 1580, avec The Treasurie of the French tong, puis en 1593 avec A Dictionarie French and English, édition nouvelle du dictionnaire de 1580, mais étrangement avec le même titre que celui de 1567‑1568… D’autres bilingues paraissent un peu plus tard avec d’autres langues, qui témoignent de rapports resserrés entre les communautés, pour diverses raisons. Pour l’espagnol, ce sera Bibliotheca Hispanica de Richard Percyvall en 1591, trilingue espagnol-anglais-latin, que John Minsheu reprendra, sans le latin, pour en faire le Dictionarie in Spanish and English, publié en 1599, soit en plein milieu de la mémorable guerre contre l’Espagne et son Armada. En 1598, John Florio, le traducteur de Montaigne, l’homme dont certains disent qu’il était Shakespeare, publie A World of Words, or Most copious and exact Dictionarie in Italian and English, bilingue anglais-italien, à une époque assez italomaniaque si l’on en juge par les œuvres théâtrales contemporaines. Et le flot des bilingues ne s’arrêtera plus. Pour le français et l’anglais, on peut citer quelques repères : Randle Cotgrave, A Dictionarie of the French and English Tongues en 1611, Abel Boyer, Dictionnaire royal françoisanglois, et angloisfrançois en 1702, le dictionnaire en 4 volumes de George Godfrey Harrap en 1934, etc.

Les dictionnaires de mots difficiles

4Les premiers dictionnaires monolingues anglais apparaissent juste après les premiers bilingues, au tout début du xviie siècle, à peu près au moment où paraissent en France le Thresor de la langue françoyse tant ancienne que moderne de Jean Nicot (1606), en Espagne, le Tesoro de la lengua castellana o española de Sebastián de Covarrubias (1611) et en Italie le Vocabolario degli Accademici della Crusca (1612). Mais les monolingues anglais sont d’un autre genre : ils ne répertorient que les mots difficiles (hard words), ceux qui sont inventés par les lettrés pour combler les lacunes de la langue. Ces mots sont vantés par certains, qui les accueillent comme des enrichissements d’une langue jugée trop pauvre, mais rejetés par d’autres, qui y voient, au mieux, pédanterie, maniérisme, goût de l’obscur, et au pire, corruption de la langue. Tous sont d’accord pour penser en tout cas qu’ils constituent des obstacles à la bonne compréhension et qu’un dictionnaire est donc nécessaire pour les élucider.

5Le premier dictionnaire monolingue de l’anglais, A Table Alphabeticall, conteyning and teaching the true writing, and understanding of hard usuall English wordes, borrowed from the Hebrew, Greeke, Latine, or French. & c. de Robert Cawdrey, paru en 1604, n’a que 2 500 mots environ. Il n’a pas de marques d’usage, mais il n’en a pas besoin, puisqu’il ne répertorie, à quelques exceptions (inexpliquées) près, que des mots d’un même « registre » : des mots à la fois savants et assez couramment utilisés. La microstructure est très simple, souvent un seul mot courant pour expliquer le mot difficile. Les seuls ajouts, en forme de marques, sont ceux de l’origine de certains de ces mots, une immense majorité de [fr] pour « français » et un bon nombre de [gr] pour « grec », les autres origines n’étant pas notées malgré le titre.

chaunt, [fr] sing

mirrour, [fr] a looking‑glasse

genesis, [gr] beginning

6Le fait de figurer d’un côté ou de l’autre de la virgule est une sorte de marque d’usage : le mot de gauche est savant, et celui de droite est populaire. Au passage, notons aussi un autre type d’étiquette, qui nous paraît étrange mais qui interroge sur la fonction du dictionnaire : [k] pour kind of, sorte de. Par exemple

crocodile, [k] beast

citron, [k] fruit

7D’autres dictionnaires de mots difficiles suivent. Dans le deuxième, An English Expositor, Teaching the Interpretation of the Hardest Words Used in Our Language de J. B. (on sait qu’il s’agit de John Bullokar), paru en 1616, on trouve deux sortes de marques, les premières marques d’usage dans l’histoire de la lexicographie anglaise. La première signale, parmi les mots savants, ceux qui sont vieillis : “onely used of some ancient writers, and now grown out of use”, écrit Bullokar dans sa préface. Il indique cette obsolescence par un astérisque :

*Bardes. Poets

8Sic, au pluriel. Deuxième sorte de marque : Bullokar est le premier lexicographe qui note, à l’intérieur de la définition, l’appartenance de certains termes à des domaines. Le procédé est utilisé pour un petit nombre de mots :

chattel ‘A Law tearme…’

predicament ‘A terme of Logicke’

9On retrouvera cette forme de la marque d’usage jusqu’à nos jours dans certains dictionnaires.

10En 1623, paraît un troisième dictionnaire de mots difficiles, The English Dictionarie : or, An Interpreter of Hard English Words signé H. C. (Henry Cockeram). Il est en trois parties : un dictionnaire de mots difficiles, un dictionnaire de mots « ordinaires », et un dictionnaire de noms propres. Dans la première partie, chaque mot difficile est expliqué par un synonyme plus courant, comme chez les prédécesseurs :

Paucitie. Fewnesse

11La deuxième partie reprend les mêmes mots mais à l’envers, le mot facile donne accès au mot difficile :

Fewness. Paucity

12La première partie est donc un dictionnaire de compréhension, le second, un dictionnaire d’expression, pour ceux qui ont besoin d’un langage plus raffiné.

The second Booke containes the vulgar words, which whomsoever any desirous of a more curious explanation by a more refined and elegant speech shall looke into…

13Le fait de figurer dans l’une ou dans l’autre des deux parties est bien une marque, « savant » ou « populaire », comme dans les dictionnaires de mots difficiles qui ont précédé. À noter tout de même que Cockeram condamne dans sa Préface certains des mots les plus « difficiles ». Il les appelle mockewords, ridiculously used in our Language, et fustian termes, mots pompeux, used by too many who study rather to be heard speake, than to understand themselves.

14C’est clair : des mots nouveaux, d’accord, des mots savants, pourquoi pas, mais point trop n’en faut. On retrouve les deux tendances, ceux qui pensent qu’il faut enrichir la langue par des mots nouveaux, en particulier imités ou adaptés du latin, et ceux qui résistent, qui trouvent que ces mots, ou au moins certains d’entre eux sont ridicules et qu’il vaut mieux utiliser des mots autochtones que des mots importés. La lutte entre les deux, appelée the inkhorn controversy, littéralement « la controverse de l’encrier », fera rage à partir du milieu du xvie siècle jusqu’au milieu du xviie et se terminera par un match nul : beaucoup de termes savants seront rejetés par l’usage, mais beaucoup seront adoptés et resteront : anonymous, atmosphere, catastrophe, democracy, education, encyclopedia, enthusiasm, pathetic, system, scientific, thermometer, etc.

Des dictionnaires de plus en plus généraux

15Les dictionnaires généraux, c’est-à-dire ceux qui répertorient « tous » les mots y compris les plus ordinaires, commencent à apparaître cinquante ans après Cawdrey, à partir du milieu du xviie siècle, en même temps que les derniers dictionnaires de mots difficiles, donc un peu en retard par rapport à ceux d’autres pays européens. Avec eux, le marquage devient une nécessité, d’abord parce que leur objectif d’exhaustivité les amène à répertorier des éléments lexicaux de divers registres, éventuellement incompatibles, et ensuite parce qu’ils ambitionnent de distinguer ce qui est acceptable, voire recommandable, de ce qui est condamnable ; à une époque qui réclame une norme, les dictionnaires généraux deviennent normatifs. À la place des dictionnaires qui ne répertoriaient qu’une catégorie particulière de mots, on voit donc apparaître des dictionnaires qui mentionnent « tous » les mots de la langue, mais qui marquent ceux que le lexicographe désapprouve. On les appellera branding dictionaries, où brand signifie, à l’origine, « marquer au fer ».

16En 1658, paraît The New World of English Words, or a General English Dictionary, signé E. P. – c’est Edward Phillips, neveu de John Milton. C’est la première fois que le mot general figure dans un titre de dictionnaire, signe du changement. Mais la nomenclature omet encore les mots les plus courants, et la batterie de marques d’usage reste très maigre. Le dictionnaire marque, comme ses prédécesseurs, les mots pédants (barbarous), pour la plupart empruntés aux dictionnaires de mots difficiles qui l’ont précédé. Il utilise pour cela un obèle (dagger sign).

†Agamist, a despiser of marriage

17Il a aussi quelques rares marques de domaine.

18En 1676, Elisha Coles publie An English Dictionary, qui inclut des mots d’argot. Il dit dans sa préface que leur connaissance pourrait protéger contre une agression : It may chance to save your throat from being cut, or (at least) your Pocket from being pickt. Cet argument douteux, qui cache peut‑être une fascination trouble pour le monde des malfaiteurs, sera souvent repris par les auteurs de dictionnaires d’argot. En tout cas, les mots d’argot sont marqués d’un « c » (pour canting) placé avant la définition, comme les indications de l’origine des mots (« l » pour Latin, « g » pour German, etc.).

Cloy, c. Steal

Colquarron, c. A [man’s] neck

19An Universal Etymological English Dictionary, de Nathan Bailey, en 1721, marque une étape de plus dans le chemin qui mène au dictionnaire général, avec une nomenclature de plus de 40 000 mots. Mais, curieusement, il n’a pas de marque d’usage. Tout au plus peut‑on noter que Bailey indique parfois, pas toujours, le domaine d’une manière originale, en mentionnant la profession qui utilise le mot : [with Gardeners], [with Philosophers], [with Surgeons], [with Romanists], même [with some whimsical Astronomers], etc. Le with suggère que le lexicographe pense plus à l’expression qu’à la compréhension.

Les dictionnaires standardisateurs

Le dictionnaire de Johnson

  • 2 Cassidy, 1997, p. 105‑106.
  • 3 Barnbrook, 2005.

20Le grand dictionnaire standardisateur de l’anglais, c’est celui de Samuel Johnson, publié en 1755, A Dictionary of the English Language, in which the Words are deduced from their Originals, and illustrated in their Different Significations by Examples from the best Writers. L’anglais que Johnson illustre est celui des auteurs des 160 dernières années – son « corpus » remonte à 1586. C’est de ce corpus qu’il tire tous ses mots, même ceux qu’il n’aime pas, et qu’il condamne clairement. Il dispose pour cela d’une batterie impressionnante de marques – il avait envisagé d’utiliser des signes typographiques comme certains de ses prédécesseurs, mais avait finalement choisi les « étiquettes », pratique que tous les lexicographes suivants ont conservée, mutatis mutandis, jusqu’à nos jours. Ses marques sont très libres ; elles ne sont pas standardisées, ni expliquées, ni annoncées. Elles lui permettent d’exercer sa verve, son ironie moqueuse et souvent méchante. Cassidy2 a compté le nombre d’occurrences des marques de désapprobation les plus fréquentes, parmi lesquelles certaines sont banales et d’autres plus originales : 217 occurrences de low, 96 de improper, 94 de corrupt, 94 de cant, 38 de barbarous, 32 de ludicrous, 27 de erroneous, etc. Autres adjectifs : affected, bad, burlesque, provincial, uncircumstantial, vile, vitious, wanton, etc. Mais aussi des formulations plus complexes : without authority, ignorantly, scarce English, neither elegant nor necessary, not yet received, nor is it wanted, colloquial barbarism, ought not to be admitted into the language, unworthy of use, perhaps barbarous, the word is improper, out of use, and unworthy of revival, etc.3 Ces formules très personnelles et parfois brutales ont perduré quelque temps chez les successeurs, mais ont disparu des dictionnaires modernes.

21Parmi les mots condamnés, certains peuvent étonner, qui ont survécu et font partie de l’anglais standard : to belabour, to budge, to cajole, cheery, to coax, conundrum, to doff, to dumbfound, extraordinary, fuss, gambler, glum, ignoramus, nowadays, posse, shabby, simpleton, spick and span, to squabble, tiny, touchy, trait, to volunteer, width, etc. Ce qui en dit long sur l’influence des marques sur l’usage, même lorsqu’elles viennent de Johnson, et même lorsqu’elles s’adressent à un public aussi demandeur de normalisation que le public anglais du milieu du xviiie siècle. D’ailleurs, à la fin de ses travaux lexicographiques, Johnson reconnaît qu’il s’est trompé. Il avait cru, quand il s’était lancé dans l’entreprise, que les jugements qu’il porterait sur les mots suffiraient à influencer l’usage, mais il s’est ensuite aperçu que ce n’était pas possible, que la langue suivait sa propre pente et que le lexicographe n’y pouvait rien changer. Il ne peut que décrire, dit‑il dans sa préface, contrairement à ce qu’il avait écrit quelques années plus tôt dans son Plan.

22Il est intéressant d’observer en passant que Johnson rapporte, sans les condamner, certains mots pourtant très vulgaires qu’il a trouvés dans son corpus. Par exemple, fart, nom et verbe. L’article sur le nom le définit comme Wind from behind et l’illustre par un poème :

Love is the fart

Of every heart;

It pains a man when 'tis kept close;

And others doth offend, when 'tis let loose. Suckling.

23Le verbe, défini par To break wind behind, est illustré par un poème de Jonathan Swift.

As when we a gun discharge,

Although the bore be ne'er so large,

Before the flame from muzzle burst,

Just at the breech it flashes first;

So from my lord his passion broke,

He farted first, and then he spoke. Swift.

24Ni l’un ni l’autre ne portent la moindre marque de désapprobation. Nous en reparlerons.

  • 4 Hitchings, 2005, p. 135.

25Johnson a aussi des étiquettes qui marquent son approbation : a good word, elegant and useful, elegant and expressive, etc.4 Cette pratique n’aura guère de suite.

Les dictionnaires de Webster

26Noah Webster se lance dans la carrière de lexicographe au début du xixe siècle, peu de temps après la naissance des États‑Unis d’Amérique. Il réprouve l’importation de dictionnaires britanniques, et il se rend compte que le public américain a besoin d’un dictionnaire spécifique qui réponde au besoin de standardisation de la variété américaine et qui prodigue des conseils en matière d’expression. L’Amérique souffre alors du syndrome d’insécurité bien connu dans tous les pays éloignés de leur métropole linguistique, aggravé par la présence d’un grand nombre de locuteurs non natifs et souvent éloignés des centres urbains de culture. En 1828, dans son Compendious Dictionary of the English Language, Webster fait amplement usage d’une batterie de marques aussi fermes dans leurs condamnations que celles de Johnson.

27Webster continue ensuite à publier, et ses dictionnaires sont repris et améliorés après sa mort. Ils sont de plus en plus copieux, mais toujours avec les mêmes caractéristiques : encyclopédiques et prescriptifs. Le plus volumineux sera celui de 1934, qui prétend avoir plus de 600 000 articles ; je ne sais pas si quelqu’un a compté… La veine prescriptive et standardisatrice connaît une pause en 1961 avec la troisième (et sans doute dernière) édition, Webster’s Third New International, qui sort des sentiers battus. Le rédacteur en chef, Philip Gove, fasciné par les recherches des linguistes de l’époque, en particulier structuralistes, est persuadé que les temps ont changé, que les Américains sont désormais suffisamment sûrs de leur variété d’anglais pour pouvoir se dispenser de conseils sur l’usage, et veut donc faire un dictionnaire objectif, qui décrit le discours sans prescrire. Il décide de répertorier tout ce qui se dit (sauf les mots tabous, bien entendu, le public et les éditeurs ne le permettent pas), même ce qui n’est pas approuvé par les puristes, sans prendre une position autre que descriptive. Le cas le plus célèbre est celui de l’expression ain’t, variante familière de is not, dont il se contente de dire que certains la désapprouvent. Il décide aussi de supprimer presque toutes les marques d’usage. Il pense que l’utilisateur saura déduire les caractéristiques du mot en observant les citations, pourtant rares et brèves. Mais l’entreprise échoue. Le nouveau Webster, trop novateur, trop descriptif, suscite une grande émotion dans la presse et parmi le public, qui ne conçoit pas un dictionnaire qui ne donne pas de conseils sur le bon usage. Gove s’est trompé : il n’a pas compris que le besoin de prescription du public américain était toujours aussi fort. Son erreur a d’ailleurs failli coûter très cher à l’éditeur, puisqu’il y a eu appel au boycott du dictionnaire. Plusieurs éditeurs de dictionnaires tireront ensuite parti de cet échec en fournissant au public les conseils qu’il réclamait et que le Webster n’avait pas donnés. L’American Heritage Dictionary of the English Language (1969) est intéressant de ce point de vue : pour régler les questions d’usage, il constitue un panel d’une centaine d’experts, écrivains, journalistes, professeurs, enseignants, auquel il soumet l’acceptabilité de plusieurs centaines de mots et d’expressions. Les opinions du panel sont publiées dans le dictionnaire sous forme de pourcentages :

Flammable is as acceptable as inflammable in all areas of speech and writing, according to 61% of the Usage Panel, though inflammable is more common outside technical contexts

28Ce mode de détermination et de mise à disposition des marques n’a jamais été repris, ni en anglais ni dans d’autres langues, à ma connaissance.

Les dictionnaires descriptifs

L’Oxford English Dictionary

29L’Oxford English Dictionary paraît en 1928 pour les douze premiers volumes, puis en 1933 avec le Supplement. Il rompt avec la tradition prescriptiviste établie par Johnson, et suivie par la plupart des lexicographes qui lui ont succédé, des deux côtés de l’Atlantique. Conscients des travaux de la linguistique historique qui sont menés en Europe au milieu du xixe siècle au moment où commence leur travail, les rédacteurs de l’Oxford, en particulier l’auteur principal, James Murray, veulent un dictionnaire « scientifique », observateur impartial de l’usage. Ils militent pour une lexicographie descriptive, un demi-siècle avant les auteurs du Webster de 1961.

30L’Oxford a de nombreuses marques, de domaine, de registre (slang, familiar, colloquial, etc.), de variété régionale (US, N. Amer., Can., Aus., etc.), mais elles ne prétendent qu’à décrire. Il répertorie, sans les condamner, des formes considérées généralement comme fautives, mais couramment employées, par exemple different to. Mais on ne se défait pas si facilement d’un siècle de tradition lexicographique. Les opinions des lexicographes font encore souvent surface : on trouve des marques qui rappellent plutôt le style fleuri de Johnson : affected, needless, pedantic, ludicrous, erroneous, low, improper, des commentaires plus ou moins longs qui ne figurent pas dans la liste des abréviations, et même certaines notations qui nous paraissent étranges aujourd’hui : emotional feminine. L’Oxford cherche à créer une nouvelle lexicographie, différente de celle de Johnson, mais il n’y parvient pas tout à fait. Pour l’édition en cours, publiée sous forme de livraisons en format électronique, les marques les plus subjectives sont enlevées, et certains parlent même de supprimer toutes les marques, misant sur l’abondance des citations, mais il est peu probable qu’ils aient gain de cause.

31La profession de foi descriptiviste de l’Oxford aura une influence sur la plupart des dictionnaires britanniques du xxe siècle, et sur quelques dictionnaires américains, fortement minoritaires, dont le Webster de 1961.

32Le descriptivisme, dans sa forme la plus stricte, conduit évidemment à l’inclusion des mots tabous, et les dictionnaires de l’anglais y viennent progressivement, au cours du xxe siècle. Les plus récents les répertorient tous, mais ils les marquent. Le « politiquement correct » de l’époque a poussé certains à un paroxysme du marquage, par crainte de choquer. Le meilleur exemple en est l’Encarta World English Dictionary (1999) de Microsoft : tous les mots tabous y sont, en particulier tous ceux qui parlent de sexe et des autres activités corporelles qui ne s’accomplissent qu’en privé, mais ils sont marqués, et souvent au‑delà du raisonnable. L’article fuck, il y en a un, contient 35 fois le mot offensive. Et le marquage s’applique même à d’autres mots, ceux qui évoquent, de près ou de loin, un défaut physique, un handicap, moteur ou mental, etc., avec un redoublement de précautions qui frise le ridicule.

minority 4. offensive term offensive term for minority member, now avoided by careful speakers because it can cause offense (offensive).

33Parmi les mots stigmatisés, madness, vegetable, off his (or her) rocker, screwed up, schizoid, handicapped, loony, crazy, etc. Quel contraste avec Johnson, qui jubilait des gros mots pourvu qu’ils soient utilisés par des grands de la littérature !

Les dictionnaires monolingues pour apprenants

34Les dictionnaires pour apprenants oscillent entre leur objectif « scientifique », donc descriptif, et leur rôle principal de conseil en expression, qui les oriente vers la prescription. Curieusement, l’ancêtre du genre, l’Idiomatic and Syntactic English Dictionary, paru au Japon en 1942, ne dit rien du marquage. Il n’y a même pas de liste des abréviations utilisées. Pourtant il y a quelques marques, tout simplement reprises du dictionnaire dont les auteurs ont tiré leur nomenclature, le Concise Oxford Dictionary (1911, 1929, 1934). Elles sont peu nombreuses, puisque le dictionnaire exclut tout ce qui est marginal, les mots dialectaux, régionaux, spécialisés, trop familiers, de même, évidemment, que tous les mots tabous : bloke est absent, de même que arse, shit, bullshit et bien d’autres ; lousy est colloq., pal est slang, guy est U.S.A. colloq., fart est marqué not in polite use.

35La seconde édition (1963) contient dans son introduction trois paragraphes sur les stylistic values, dans lesquelles on dit l’utilité des marques pour l’étudiant étranger, de même que la difficulté de les définir et de les attribuer. Les marques sont les mêmes que dans la première édition, et les autres dictionnaires pour apprenants qui paraissent régulièrement, chez Oxford ou chez d’autres éditeurs, continuent depuis à les utiliser, sans originalité. Tout au plus peut‑on noter qu’on trouve maintenant des étiquettes comme impolite et offensive, et que le Collins COBUILD Dictionary of the English Language (1987) se montre, dans ce domaine comme dans d’autres, un peu plus original : il inclut les restrictions d’usage dans le texte de la définition : used especially in American English, a formal word, used showing disapproval, Some British people refer to the pudding course of a meal as afters ; an informal use, etc.

36On aurait pu s’attendre de la part des dictionnaires pour apprenants à une avancée dans la conception et l’utilisation des marques d’usage. Les conditions étaient réunies : concurrence féroce entre éditeurs qui incite à l’innovation, public « malléable », rentabilité du marché, avec des centaines de millions d’utilisateurs potentiels, et recours à la compétence de linguistes professionnels. Ces conditions ont abouti à des améliorations dans divers domaines, le traitement de la polysémie, des expressions, les techniques de définition, et d’autres, mais il ne s’est rien passé pour le marquage.

37Une amélioration est pourtant à noter : l’utilisation de notes d’usage, évidemment plus nuancées et instructives que les étiquettes. Par exemple, dans le Macmillan English Dictionary for Advanced Learners, Second Edition, 2007 :

Old
Avoid saying that someone is old or elderly, and avoid referring to old or elderly people as the old or the elderly. Instead, use expressions such as older people, retired people, the over 50s/60s etc (sic) or seniors where appropriate.

  • 5 Concise Oxford English Dictionary, Eleventh edition, 2004.

38Ce type de note n’est pas vraiment nouveau, mais son usage est généralisé dans les dictionnaires pour apprenants, et on le trouve désormais également dans certains dictionnaires pour locuteurs natifs5.

Nigger
The word nigger has long had strong offensive connotations and is today one of the most racially offensive words in the language. However, it has acquired a new strand of use in recent years: it is sometimes used by black people as a mildly disparaging way of referring to other black people, in much the same way as queer has been adopted by some gay people as a term of self-reference, acceptable only when used by those within the community.

39Allez donc dire ça avec de simples étiquettes !

Les dictionnaires électroniques

40Comme dans les autres pays, les dictionnaires sur support papier dans les pays de langue anglaise sont en voie de disparition au profit de sites Internet. Du point de vue des étiquettes d’usage, ces sites n’apportent rien de nouveau : ils reprennent les marques utilisées par leurs prédécesseurs en papier. L’espace dont ils disposent leur permet de raffiner les indications d’usage sous forme de commentaires discursifs détaillés, et c’est ce que font les plus sérieux, mais la « plasticité » de leur texte, révisable à tout moment, l’absence chez beaucoup d’entre eux de traces d’un auteur ou d’un éditeur garantissant le sérieux des informations fournies, semblent leur avoir retiré une bonne partie de l’autorité dont disposaient les dictionnaires papier.

Vers une meilleure description de l’usage ?

  • 6 Atkins & Rundell, 2008, p. 405.

41L’histoire le montre bien : les marques d’usage sont un des problèmes les plus difficiles qui se posent aux lexicographes. Certains ont demandé aux linguistes de les aider6 et on peut ici évoquer deux pistes.

L’enquête

42La consultation des locuteurs par des techniques d’enquête sociologique à des fins lexicographiques n’est pas nouvelle. C’est fondamentalement une bonne idée, puisque ce qui compte c’est bien la perception du mot par les locuteurs. Mais la mise en œuvre est difficile, pour plusieurs raisons : la difficulté de circonscrire la population des locuteurs interrogeables ; l’investissement énorme en temps et en efforts pour interroger un panel représentatif sur tous les éléments lexicaux potentiellement problématiques ; le fait que dans beaucoup de cas l’impact d’un mot peut varier en fonction d’éléments du contexte qui sont difficiles à identifier et à quantifier ; l’impossibilité de s’assurer que tous les informateurs seront d’accord sur le sens des étiquettes, etc. Il est donc difficile d’interpréter les réponses. C’est sans doute à cause de toutes ces difficultés qu’aucun éditeur commercial, pour autant qu’on puisse le savoir, n’a jamais eu recours à une enquête sociologique pour mettre au point les marques d’un dictionnaire.

L’étude de corpus

  • 7 Kilgarriff, 2013, p. 89.

43L’étude de corpus est évidemment plus récente et sans doute plus prometteuse. On peut en effet, avec les centaines de millions, voire les milliards, de mots que comptent les corpus modernes, y compris Internet, mettre en évidence les correspondances statistiquement significatives entre des types de discours et des occurrences lexicales. Ce n’est pas simple non plus, en particulier parce que cela suppose que le problème de la définition des types de discours soit résolu en premier, situation classique de la poule et de l’œuf. Mais c’est probablement la piste la plus intéressante pour quiconque espère améliorer le marquage7.

Conclusions

44Dans l’histoire de la lexicographie anglaise, les marques d’usage apparaissent progressivement. Leur apparition est liée au besoin d’un standard et à la naissance d’une lexicographie générale normalisatrice. Les premières véritables batteries d’étiquettes apparaissent donc en Angleterre dans les dictionnaires généraux au xviiie siècle. Elles n’ont guère évolué depuis leur apparition. Ce sont surtout des adjectifs ou des noms, généralement abrégés, parfois combinés, parfois des expressions ; dans certains dictionnaires, ces étiquettes sont intégrées dans la définition. Seuls changements : les étiquettes sont désormais utilisées avec plus de parcimonie, et elles ont perdu leur caractère idiosyncratique ; elles représentent désormais l’opinion d’une société plutôt que celle d’un individu.

45L’absence d’innovations est due d’abord à la réticence des lexicographes qui, dans ce domaine comme dans d’autres, n’ont guère tendance à s’éloigner des solutions éprouvées. Ensuite, le marquage est un problème particulièrement difficile, dans toutes les langues. La difficulté est due à plusieurs facteurs. L’un est la fluidité de l’usage : si certains items lexicaux sont clairement attribuables à l’un des deux bouts du continuum de la « familiarité » (nonobstant et merde), un grand nombre d’entre eux peuvent prendre des couleurs différentes selon le contexte, en fonction de circonstants difficiles à identifier. Un autre facteur est la difficulté de nommer des catégories de telle sorte qu’elles puissent être reconnues par tous les locuteurs : quel utilisateur de dictionnaire peut dire quelle est la différence entre colloquial et informal, et si les deux sont utilisés de la même manière dans tous les dictionnaires ou par tous les auteurs d’un même dictionnaire ? L’argot en anglais peut s’appeler slang, argot ou cant, sans parler de jargon, et les nuances ne sont pas claires pour l’utilisateur du dictionnaire, même solidement éduqué.

  • 8 de Schryver, 2012, p. 472, 473.

46Et puis, sans doute, le problème des marques n’a pas paru essentiel aux lexicographes. Elles ont suscité un certain intérêt aux États‑Unis, où le besoin de repères linguistiques était fort, pour des raisons évidentes, mais en Angleterre on n’en a jamais fait beaucoup de cas, et même les Américains semblent désormais s’en désintéresser. Elles n’ont guère d’effet sur l’usage, et ni le public, si l’on en juge par les médias de grande diffusion, ni la communauté métalexicographique, si l’on en juge par la littérature spécialisée, ne semblent leur accorder beaucoup d’importance. Aucune des nombreuses études expérimentales de l’utilisation des dictionnaires n’a mis en évidence un usage régulier et généralisé des marques. Dans une étude d’un corpus composé de 25 années de publication de l’International Journal of Lexicography, de Dictionaries, Lexicographica et de Lexikos, le mot label n’apparaît pas parmi la centaine de mots clefs les plus utilisés, alors qu’il y a lemma, lexicon, etc.8 Le symposium organisé à Oxford en 2013 pour réfléchir à l’avenir de l’Oxford English Dictionary n’a que très peu évoqué la question du marquage.

47Et pourtant, il semble bien impossible de s’en passer. Elles peuvent servir au locuteur non natif, parfois au locuteur natif et certainement au traducteur, en les aidant à choisir le mot approprié, mais leur intérêt principal est peut-être ailleurs : elles répondent au désir de faire du dictionnaire un « portrait » complet de la langue dans tous ses aspects, tous les mots et tout ce qu’on sait sur chaque mot.

48Dans ces conditions, à quoi peut-on s’attendre dans le domaine du marquage ? Sans doute les dictionnaires de l’anglais continueront-ils à utiliser les étiquettes traditionnelles, sans se faire trop d’illusions ni sur la précision de l’information qu’elles apportent ni sur l’usage qu’en font les locuteurs, et encore moins sur leur influence sur l’usage. Mais on peut aussi penser que l’avenir est dans l’utilisation, seule ou en complément de marques plus succinctes, de notes discursives décrivant les complexités de l’usage, dont l’insertion est désormais grandement facilitée par le format électronique des dictionnaires.

Bibliographie

Atkins, B. T. Sue, et Rundell, Michael, 2008. The Oxford Guide to Practical Lexicography (Oxford, Oxford University Press).

Barnbrook Geoff, 2005, “Johnson the prescriptivist? The case for the prosecution”, in Lynch Jack & McDermott Anne (dirs), Anniversary Essays on Johnson’s ‘Dictionary’, Cambridge University Press, Cambridge, p. 92‑112.

Bately Janet, 2009, “Bilingual and multilingual dictionaries of the Renaissance and early seventeenth century”, in Cowie Anthony P. (dir.), The Oxford History of English Lexicography, Clarendon Press, Oxford, volume i, p. 41‑64.

Brewer, Charlotte, 2015. Labelling and metalanguage, in Durkin, Philip (dir.), The Oxford Handbook of Lexicography (Oxford, Oxford University Press), pp. 488-500.

Cassidy Frederic G., 1997, “The rise and development of modern labels in English dictionaries”, Dictionaries 18, p. 97‑112.

de Schryver Gilles‑Maurice, 2012, “Trends in twenty-five years of academic lexicography”, International Journal of Lexicography, 25/4, p. 464‑506.

Hitchings, Henry, 2005. Dr Johnson’s Dictionary, The Extraordinary Story of the Book that Defined the World (Londres, John Murray).

Kilgarriff Adam, 2013, “Using corpora as data sources for dictionaries”, in Jackson Howard (dir.), The Bloomsbury Companion to Lexicography, Bloomsbury, Londres, p. 77‑96.

Mugglestone, Lynda, 2000. ‘An Historian is not a Critic’: The standard of usage in the OED, in Mugglestone, Lynda (dir.), Lexicography and the OED (Oxford, Oxford University Press), pp. 189-206.

Norri, Juhani, 1996. Regional labels in some British and American dictionaries, International Journal of Lexicography 9/1, pp. 1-29.

Norri, Juhani, 2000. Labelling of derogatory words in some British and American dictionaries, International Journal of Lexicography 13/2, pp. 71-106.

Osselton, Noel, 1958. Branded Words in English Dictionaries Before Johnson (Groningue, Wolters).

Ptaszinsky, Marcin Overgaard, 2010. Theoretical considerations for the improvement of usage labelling in dictionaries: A combined formal-functional approach, International Journal of Lexicography 23/4, pp. 411-442.

Notes

1 Bately, 2009, p. 54.

2 Cassidy, 1997, p. 105‑106.

3 Barnbrook, 2005.

4 Hitchings, 2005, p. 135.

5 Concise Oxford English Dictionary, Eleventh edition, 2004.

6 Atkins & Rundell, 2008, p. 405.

7 Kilgarriff, 2013, p. 89.

8 de Schryver, 2012, p. 472, 473.

© Presses de l’Inalco, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search