Version classiqueVersion mobile

Marques de registre dans les dictionnaires bilingues

 | 
Gueorgui Armianov

Introduction

Gueorgui Armianov

Texte intégral

1Le présent livre, Marques de registre dans les dictionnaires bilingues, est le résultat de la collaboration scientifique de nombreux chercheurs et univer­sitaires, linguistes et lexicographes. Il ouvre un champ d’investigations dont l’utilité et la fécondité ne sont pas suffisamment mises en avant dans les travaux lexicographiques. Il est vrai qu’il existe de nombreuses études scientifiques qui traitent cette problématique, mais leur majorité est focalisée sur une perspective nationale, monolingue, alors que les études contrastives, qui s’intéresse à deux ou plusieurs langues proches ou éloignées, sont à ce jour assez rares.

2Au début de cette recherche, le soutien du Conseil scientifique de l’Institut national des langues et civilisations orientales à Paris et du Centre de recherches Europe‑Eurasie a permis d’organiser le colloque international Marques de registre dans les dictionnaires monolingues et bilingues, qui s’est tenu le 6 novembre 2015 à Paris, au Pôle des langues et civilisations, Inalco. Au total, plus de vingt enseignants et chercheurs d’universités de France, d’Italie, de Bulgarie, de Pologne et d’Ukraine ont participé au colloque avec communications, commentaires, propositions et remarques. Les contributions de certains parmi eux ont servi comme base à la rédaction de ce livre.

3Les langues, qui se trouvent au centre des études et des analyses ici présentes sont le français, l’anglais, l’italien, le russe, le bulgare, le polonais et l’ukrainien. Les articles traitent plusieurs questions théoriques et pratiques liées au processus et aux méthodes d’étiquetage lexicographique comme :

  • les types de marques lexicographiques ;
  • les principes de marquage en lexicographie monolingue et bilingue ;
  • les marques de niveau de langue et marques d’usage ;
  • la diachronie et la synchronie dans le marquage des registres, apparition et disparition de marques de registre ;
  • le métalangage utilisé pour l’étiquetage des items ;
  • les problèmes de correspondances terminologiques en lexicographie bilingue et plurilingue ;
  • les problèmes de traduction et d’étiquetage liés au caractère spécifique d’un lexique national ;
  • les marques de registre utilisées pour le lexique substandard et/ou non standard ;
  • les erreurs et ambiguïtés dans les dictionnaires monolingues et bi- ou plurilingues européens ;
  • la linguistique de corpus au service des lexicographes.

4En réponse à ces questions, les auteurs ont analysé les traditions nationales vieilles de plusieurs siècles, les nombreuses marques utilisées pour distinguer les expressions et les mots standard, familiers, populaires et substandard, l’évolution à travers le temps et les époques de certaines marques, et leurs contenus, leur utilité générale, pédagogique et culturelle.

5Les exemples, issus de différentes langues et pratiques lexicographiques, dessinent une image assez hétérogène. Au cours des discussions lors du colloque, il est devenu évident que, malgré la coïncidence formelle et la synonymie qui existent parfois entre certains termes et marques dans leur utilisation nationale et internationale, leur signification varie considérablement et leur substitution mutuelle n’est pas toujours possible ou conseillée. Pour cette raison, les auteurs se sont penchés pour offrir des propositions concrètes et des solutions sur les principes généraux de marquage en fonction du type de variation linguistique et sociolinguistique, mais aussi politique et culturelle : marquage historique, diatopique, diastratique, diaphasique en lexicographie monolingue et bi- ou plurilingue. Ainsi, leurs contributions donnent la possibilité d’élargir le regard et d’approfondir l’aperçu de cette problématique et, par conséquent, d’établir des règles plus strictes et plus claires pour le travail de marquage des éléments appartenant surtout aux systèmes non standard des langues modernes, qui serviront à unifier les pratiques spécifiques à chaque pays.

6J’aimerais exprimer mes remerciements pour leur participation, leurs propositions et leur soutien au colloque et à la rédaction de ce livre à : Antoine Chalvin, Vincent Bénet, Georgios Galanes, Snejana Gadjeva et Svetlana Krylosova de l’Inalco à Paris, Pierre Corbin de l’université Lille 3, Oleksandr Cherednychenko de l’université nationale Taras Shevchenko, Kyiv, Ukraine, et Jeanna Kristeva de l’université de Sofia, Saint Clément Ohridski, Bulgarie.

© Presses de l’Inalco, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search