Version classiqueVersion mobile

« Maintenant et à jamais »

 | 
Masha Itzhaki

Structures européennes en hébreu moderne ‑ Léa Goldberg et le sonnet

European Structures in Modern Hebrew, Lea Goldberg and the Sonnet

תבניות אירופאיות בעברית מודרנית: על לאה גולדברג והסונטה

Résumé

En suivant l’histoire depuis le xe siècle, nous pouvons tracer une carte des principaux centres culturels des diasporas juives où s’est créée une rencontre particulière et enrichissante entre le noyau juif hébraïsant, la langue vernaculaire du pays et la culture environnante : l’Espagne, la Rhénanie et l’Irak à l’époque médiévale, l’Italie de la Renaissance, l’Allemagne, la Pologne et la Russie plus récemment. C’est ainsi que le sonnet, depuis le xiiie siècle, fit son entrée dans la poésie hébraïque. Léa Goldberg, au xxe siècle, est la meilleure représentante de cette tendance qui mêle à une structure formelle européenne les problématiques personnelles de sa génération israélienne.

Texte intégral

1La poésie hébraïque peut, sans doute, servir de miroir aux nombreuses structures et genres poétiques du monde entier. Cela va de soi en tenant compte de son histoire particulière liée étroitement à celle du peuple juif : comme nous l’avons mentionné au début de l’ouvrage, jusque dans les années trente du xxe siècle, elle n’a jamais eu un seul centre géographique bien défini, mais toujours plusieurs. En fait, en suivant son histoire depuis le Xe siècle, nous pouvons tracer une carte des principaux centres culturels des diasporas juives où s’est créée de façon systématique une rencontre particulière et enrichissante entre le noyau juif hébraïsant, la langue vernaculaire du pays et la culture environnante : l’Espagne, la Rhénanie et l’Irak (Babylonie) à l’époque médiévale, l’Italie au cours de la Renaissance, l’Allemagne, la Pologne et la Russie dans les temps modernes. Chacun de ces pays, en accueillant les Juifs, leur a offert non seulement un lieu de vie devenu une patrie, mais plus encore, une langue, une culture et un mode de vie.

De l’âge d’or espagnol à Léa Goldberg

2Certes, l’exemple le plus célèbre est l’âge d’or espagnol : la poésie hébraïque en Espagne s’est établie en Andalousie, à Cordoue, au xe siècle, sous le califat de « Abd al‑Rahmân iii. Elle est le produit conjugué de deux sources culturelles extrêmement fortes : la poésie arabe classique d’une part, et, de l’autre, la langue de la Bible. L’hébreu biblique est la matière première utilisée par le poète juif en Andalousie qui y puise, en toute conscience, les outils linguistiques de ses poèmes. En même temps, dès ses premières apparitions, la poésie hébraïque andalouse utilise toute la variété des cadres thématiques et prosodiques de la poésie arabe, tout d’abord celle de l’époque préislamique, puis celle de l’époque abbasside et enfin, celle d’Al Andalous. Le poète hébreu en Espagne musulmane œuvre donc à l’intérieur de formes prosodiques, de domaines thématiques et de structures rhétoriques de la poésie arabe, adoptés consciemment, au sein desquels il fait jouer les talents et les secrets de la langue biblique. Sous l’influence du contexte culturel environnant, le texte poétique hébreu est conçu comme une œuvre d’art dont la beauté réside dans la langue. Chaque vers est jugé séparément, et la critique littéraire porte sur la perfection formelle selon les canons de la poésie arabe classique. Ce n’est donc pas un hasard si ce chapitre de la littérature hébraïque est souvent considéré comme l’exemple parfait d’une rencontre poétique et culturelle.

  • 1  Harshav, 2000, p. 15.

3Revenons aux temps modernes. Benjamin Harshav nous propose une courte histoire de la prosodie hébraïque : il signale, lui aussi, le respect sans équivoque des règles arabes en Espagne médiévale et plus tard au Maghreb et au Yémen ; à l’époque de la Haskala, on trouve une métrique qui compte le nombre exact des syllabes en suivant la méthode italienne, et puis, au début de la renaissance hébraïque [התחיה], les structures russes et allemandes. C’est Bialik qui a ouvert la porte au rythme tonic‑syllabe, typique de la poésie allemande et russe. Il s’agit d’un système qui ne se contente plus, comme c’était le cas dans la poésie de la Haskala, de compter le nombre de syllabes dans un vers, mais qui prend également en considération les accents toniques et leurs emplacements dans le vers. C’est ainsi selon Harshav que « l’alliance rythmique faite par lui [par Bialik] entre la poésie hébraïque et les littératures européennes ouvrait la porte aux thèmes, genres, styles, formes et approches philosophiques venant du modernisme »1.

  • 2L'arbre sans tronc : Les fleurs du mal de Charles Baudelaire en hébreu, INALCO 2017.

4Comme le montre Dory Manor dans sa thèse de doctorat2, les principaux traits de la biographie langagière et culturelle des hommes de lettres juifs au début du xxe siècle sont de nature multilingue et multiculturelle. Ils maîtrisent au moins trois à quatre langues : l’hébreu et le yiddish, langues juives de l’enfance d’une part, le russe, l’allemand, et parfois le polonais ou le français comme langues vernaculaires et savantes, d’autre part. Un exemple fort intéressant de cette ouverture vers la richesse de la culture européenne se dessine avec l’œuvre de Saül Tchernikhovsky. Connu pour son attachement profond aux cultures étrangères, principalement pour la Grèce antique, il a traduit en hébreu moderne l’Iliade et l’Odyssée ainsi que les œuvres de Sophocle, tout comme celles de figures‑clés européennes, Goethe, Molière et Shakespeare. Poète, Tchernikhovsky est célèbre pour ses idylles pastorales et surtout pour ses sonnets.

  • 3מחברות עמנואל, éd. Dov Yarden, Mossad Bialik, Jérusalem, 1957.
  • 4  Pour plus de détails voir : Itzhaki, 2009.

5En Italie, c’est Emmanuel de Rome, contemporain juif de Dante, qui intègre les innovations italiennes dans la poésie hébraïque, et tout particulièrement le sonnet. Né à Rome dans la seconde moitié du xiiie siècle, il est l’auteur de Les mélanges d’Emmanuel [מחברות עמנואל]3, un ouvrage de vingt‑huit chapitres [מחברות] en prose rimée où il traite, en hébreu biblique et dans un style sophistiqué, de thèmes profanes tels que la mort, l’amour et la sagesse. En fait, ce faisant, Emmanuel donne suite à la maqâma, mahberet (= cahier, en hébreu) ou bien « séance » en français. Il s’agit d’un genre poético‑narratif d’origine arabe, rédigé en prose rimée entrecoupée de poèmes rythmés qui met en scène une rencontre de deux personnages imaginaires4. Ce genre littéraire arrive à son apogée avec Al‑Kasem Al‑Harîrî, qui vécut à Bassora entre 1054 et 1122, et le maître du genre en hébreu est sans doute Yehuda Al‑Harizi (Tolède 1165 ‑ Alep 1225).

6Emmanuel, admirateur de la poésie hébraïque espagnole, donne à la maqâma sa touche italienne. Le dernier chapitre, Le cahier de l’enfer et du paradis [מחברת התופת והעדן] constitue un voyage en enfer et au paradis tout à fait dans l’esprit de Dante, son contemporain. Grand connaisseur des mouvements poétiques de son temps, il s’exprime dans ses sonnets dans le dolce stil nuovo qui souligne l’amour spirituel, de même que dans le style des sonetti realistici qui parlent de l’érotisme sensuel.

  • 5  Le sonnet anglais rime ainsi : ABAB CDCD EFEF GG, tandis que le modèle italien classique est : ABB (...)

7Parmi les poètes en hébreu moderne qui maîtrisent le sonnet (dans sa version italienne ou anglaise5) et qui donnent ainsi suite à une très longue tradition débutant donc à la fin du xiiie siècle, on peut mentionner quelques noms‑clés de la génération dite européenne de la première moitié du xxe siècle :

  • Yaacov Fichman (poète, critique et traducteur) né en Russie en 1881, décédé en Israël en 1953)
  • Shin Shalom (Shalom Shapira) né en Pologne en 1904, décédé en Israël en 1990)
  • et surtout, l’un des piliers de la renaissance hébraïque, Saül Tchernikhovsky, mentionné plus haut.
  • 6  Publié par les éditions Eshkol, Berlin, 1925.

8En effet, outre de nombreux sonnets, Tchernikhovsky a composé deux « couronnes de sonnets » [כליל סונטות], une structure très particulière où chaque « couronne », recueil, contient quinze sonnets : chaque sonnet commence par le dernier vers du précédent, tandis que le tout dernier morceau est composé des quatorze premiers vers de ces quatorze sonnets, une structure donc rare et complexe. Le premier, intitulé Au soleil [לשמש], est publié en 1909, le second, Sur le sang [על הדם], en 1923. Parmi ses nombreux sonnets il faudrait mentionner en particulier un poème intitulé Au sonnet hébraïque où il mentionne Emmanuel de Rome, son créateur italien, auquel il a consacré aussi une monographie en le considérant comme l’uomo universale juif de la Renaissance6.

Léa Goldberg

Léa Goldberg

Source : Wikimedia commons, David Elban

  • 7  Voir : l'entrée Goldberg Léa dans : Dictionnaire universel de femmes créatrices, éditions des femm (...)

9Cependant, c’est Léa Goldberg (Königsberg, Prusse Orientale, 1911 ‑ Jérusalem 1970), une poétesse, traductrice et romancière israélienne, très connue et très aimée jusqu’à aujourd’hui, qui est en quelque sorte la porte‑parole contemporaine de ce genre dans sa version hébraïque moderne. Goldberg passa son enfance à Kovno, en Lituanie. Très jeune, elle écrivit en hébreu et fit paraître son premier poème en 1928 à l’âge de dix‑sept ans. Son journal intime, publié pour la première fois en 2005, témoigne de sa connaissance profonde de l’hébreu moderne et de son amour pour cette langue dès son adolescence. En 1935, après avoir terminé ses études universitaires de langues orientales à Bonn, elle s’établit en Palestine sous mandat britannique et publia la même année son premier recueil de poèmes Volutes de fumée [טבעות עשן]. Très active dans le cercle de poètes fondé à Tel‑Aviv justement à cette époque, elle collabora aux suppléments littéraires de journaux Davar [דבר] et Al Hamichmar [על המחמר]. Elle enseigna pendant des années à l’Université hébraïque de Jérusalem, où elle fonda le département de littérature comparée qu’elle dirigea jusqu’à sa mort. Dans sa poésie, l’influence de Pétrarque voisine avec des éléments empruntés au romantisme allemand et à la poésie russe. Jusque dans les années soixante, elle use d’une versification classique et les vers blancs n’apparaissent que dans ses deux derniers recueils, tout en gardant une musicalité rare. Les thèmes spécifiquement juifs ne font partie de son univers qu’après la Shoah. Son œuvre poétique constitue un pur lyrisme intimiste, exprimé dans un style classique et retenu. Ses poèmes, très populaires en Israël encore aujourd’hui, sont mis en musique et chantés par les meilleures chanteuses du pays. Un vers tiré d’un cycle des cinq sonnets intitulé L’arbre [העץ] est gravé sur la pierre centrale du parvis de la Knesset (le parlement israélien) à Jérusalem. On lui doit également des romans (Lettres d’un voyage imaginaire, מכתבים מנסיעה מדומה ,1937 ; C’est la lumière, וזה האור, 1946), une pièce de théâtre (la Châtelaine, בעלת הארמון, 1956) et des livres pour enfants qui font partie de la littérature enfantine israélienne classique7.

10Goldberg, de formation à la fois allemande et russe, maîtrisant l’italien, contribua aussi à la traduction de la littérature européenne en hébreu moderne. Dans ce domaine, signalons en particulier la traduction de Guerre et Paix de Tolstoï, une anthologie de nouvelles de Tchekhov et, ce qui nous intéresse en particulier dans le contexte de ce chapitre, une grande partie des sonnets de Pétrarque, à qui elle consacra un ouvrage intitulé : Francesco Petrarca, anthologie, publié en 1951.

  • 8  Voir Yaglin 2008. Dans ce recueil figurent plusieurs textes nouveaux que la poétesse n'a pas publi (...)
  • 9  Autrement dit, sur la dernière syllabe.

11En tant que poétesse d’une part, traductrice et chercheuse de l’autre, Goldberg était consciente de la critique moderne à l’égard du sonnet, surtout celle de Goethe qui a considéré comme artificielle cette structure poétique exigeante où la forme s’impose techniquement et limite l’expression authentique et spontanée dans le sens romantique du terme. Or, elle, en revanche, a suivi les pas d’un autre poète de langue allemande, Rilke, l’auteur des Sonnets à Orphée, un cycle de 55 sonnets publié en 1922 qu’elle admirait. On lui doit environ soixante‑dix sonnets, certainement les plus beaux écrits en hébreu moderne, le premier publié en 1929. La plupart d’entre eux sont construits et rimés selon le modèle italien de Pétrarque et seule une petite partie selon celui du sonnet shakespearien8. Mais, sur le plan de la métrique, elle a préféré celle du sonnet anglais, à savoir le pentamètre iambique, qui correspond beaucoup mieux à l’accentuation de l’hébreu moderne dans sa prononciation sépharade9.

  • 10  Yardeni, 1962, p. 120‑132.

12Cependant, pour combattre toute une structure rigide, les variations sont nombreuses, elle en parle dans un entretien avec Galia Yardeni, publié en 196210 :

Celui qui a lu mes sonnets le sait : j’ai utilisé cette structure si classique pour des objectifs peu classiques. J’ai travaillé toutes les variantes connues, le sonnet non-rimé inclus. Cette forme si sévère impose un questionnement sans répit : chaque mot est‑il vraiment à sa place ? Un mot, un seul, de trop, peut tout détruire.

13En effet, chez elle on trouve non seulement des sonnets à la Pétrarque ou à l’anglaise, mais aussi ce qu’on appelle le sonnet coupé, fait de deux quatrains, un tercet et un distique.

  • 11  Dans le recueil ברק בבקר [Éclair au matin].

14Pour répondre à la question pourquoi une poétesse moderne, bien ancrée dans la nouvelle vie littéraire israélien si dynamique à l’époque, a‑t‑elle tant d’intérêt pour le sonnet, il faut peut‑être jeter un coup d’œil sur un recueil de 12 sonnets intitulé L’amour de Thérèse de Mons [אהבתה של תרזה דימון] publié en 195511. Il raconte l’histoire fictive de l’amour impossible d’une femme mûre de la noblesse provençale pour un jeune homme, précepteur de ses enfants au xvie siècle. Ce recueil célèbre de 12 sonnets est précédé, cas unique dans la poésie de Goldberg, d’une note explicative :

Thérèse de Mons est une aristocrate française qui vivait à la fin du xvie siècle aux alentours d’Avignon en Provence. Vers l’âge de quarante ans elle tomba amoureuse d’un jeune Italien, précepteur de ses fils, à qui elle dédia 41 sonnets. Quand le jeune Italien quitta sa maison, elle brûla tous ses poèmes et prit le voile. Le souvenir de ses poèmes demeura comme une légende racontée par ses contemporains.

  • 12Sifriat Poalim, Tel‑Aviv, 2005.
  • 13  Yaglin, 2002.

15Dans son journal intime, publié trente‑cinq ans après sa mort12, Goldberg raconte qu’il s’agit en fait d’une expérience sentimentale personnelle (elle est tombée amoureuse d’un jeune Suisse venu à Jérusalem) et que, justement, ce récit imaginaire à l’ancienne et cette structure si exigeante du sonnet lui ont servi de refuge et lui ont permis de s’exprimer et de dévoiler une tension à peine supportable entre son illusion romantique et une réalité cruelle. Ofra Yaglin13 interprète les détails de la fiction composée par Goldberg comme un réseau de références intertextuelles et autobiographiques : le nombre des sonnets écrits puis brûlés par Thérèse de Mons ‑ quarante et un ‑ renvoie, selon Yaglin, à l’âge de la poétesse au moment de la rédaction du cycle, mais c’est aussi le nombre exact des sonnets rédigés par Goldberg jusque‑là. Quant à l’évocation d’Avignon, en fait c’est la ville de Laure, la muse de Pétrarque, et Goldberg travaillait sur la traduction des sonnets de Pétrarque au moment de la rédaction de « L’amour de Thérèse de Mons » où l’influence pétrarquéenne est évidente.

16En effet, la plupart de chercheurs israéliens qui discutent ses sonnets, insistent sur deux pôles contradictoires qui y trouvent leur chemin : l’ouverture et la fermeture, le lointain et le personnel, l’épique et le lyrique. C’est une de raisons, semble‑t‑il, pour lesquelles l’enjambement, procédé métrique fondé sur l’inadéquation entre la syntaxe et le mètre d’un vers, est très souvent présent dans ses textes. Autrement dit, elle respecte la rime, mais elle joue avec le rythme, et propose ainsi deux lectures, l’une suivant la rime et l’autre suivant la syntaxe, chacune mettant en avant une interprétation différente.

  • 14  Pour quelques exemples voir Moses, 2001, p. 195‑202.

17Malheureusement, très peu de ses poèmes sont traduits en français, et, parmi eux ne figure aucun sonnet14. J’ai donc traduit un sonnet intitulé Les pins où la tension entre la structure classique du sonnet à la Léa Goldberg (rime italienne donc, et mètre anglais) joue à merveille avec une problématique existentielle, la sienne et celle de toute une génération des hommes de lettres juifs hébraïsants d’origine européenne. Déjà installés en Palestine lors de premières décennies du xxe siècle par conviction idéologique, ils vivent la douleur d’une double appartenance, à deux patries, à deux cultures et à deux langues. Par conséquent, ils éprouvent une nostalgie perpétuelle pour le pays de leur enfance, disparu pour eux à jamais lors de la Deuxième Guerre mondiale.

18Nous l’avons vu, Goldberg s’est installée à Tel‑Aviv dans les années 1930. Et voilà qu’elle exprime son conflit identitaire personnel par une structure formelle si européenne comme le sonnet. Un exemple parfait de l’éloigné et du personnel, de l’épique et du lyrique. Elle y parle de deux patries, d’ici et de là‑bas, de prendre racine dans deux endroits. Elle a choisi le sonnet, car pour elle, comme elle le dit dans son introduction au recueil de sonnets de Pétrarque qu’elle a traduit en hébreu et publié en 1951, cette structure poétique reflète le monde de la renaissance, un retour vers un passé culturel et spirituel de la civilisation humaniste occidentale qu’on doit sauver malgré tout.

ארן (פנטאמטר יאמבי)

כָּאן לֹא אֶשְׁמַע אֶת קוֹל הַקּוּקִיָּה.
כָּאן לֹא יַחְבֹּש הָעֵץ מִצְנֶפֶת שֶׁלֶג,
אֲבָל בְּצֵל הָאֳרָנִים הָאֵלֶּה
כָּל יַלְדוּתִי שֶׁקָמָה לִתְחִיָּה.

צִלְצוּל הַמְּחָטִים: הָיֹה הָיָה
אֶקְרָא מוֹלֶדֶת לְמֶרְחַב הַשֶּׁלֶג
,לְקֶרַח יְרַקְרַק כּוֹבֵל הַפֶּלֶג
לִלְשׁוֹן הַשִּׁיר בְּאֶרֶץ נָכְרִיָה

אוּלַי רַק צִפֳּרֵי-מַסָּע יוֹדְעוֹת
כְּשֶׁהֵן תְּלוּיוֹת בֵּין אֶרֶץ וְשָׁמַיִם
אֶת זֶה הַכְּאֵב שֶׁל שְׁתֵּי הַמוֹלָדוֹת.

אִתְּכֶם אֲנִי נִשְׁתַּלְתֵּי פַּעֲמַיִם
אִתְּכֶם אֲנִי צָמַחְתִּי, אֳרָנִים,
וְשָׁרָשַׁי בִּשְׁנֵי נוֹפִים שׁוֹנִים.

Les pins (pentamètre iambique dans la version hébraïque)

Ici, je n’entends pas le chant du coucou
Ici, l’arbre n’a pas une cime neigeuse
Néanmoins, à l’ombre de ces pins,
C’est mon enfance qui surgit.

« Il était une fois », chantent les aiguilles
Et moi, j’appelle patrie cet espace enneigé,
Cette glace verdâtre au bord de la rivière,
Cette langue poétique dans un pays étranger.

Seuls, peut‑être, les oiseaux migrateurs 
Suspendus entre ciel et terre 
Connaissent cette douleur
De deux patries.

Tout comme vous, on m’a planté deux fois,
Tout comme vous, Ô pins, j’ai poussé
Et j’ai pris racine en deux endroits.

  • 15Mishmar, 9 mars 1945.

19En 1945, dans un article intitulé Le miracle du sonnet [נס הסונטה], consacré aux poèmes de Yaacov Fichman15, Goldberg explique son attirance pour le sonnet dans son style métaphorique :

Cette pensée me revient toujours en lisant un recueil de poèmes comportant de sonnets, bien construits, selon les règles connues, mais pourtant si différents, si nouveaux. Le miracle du ballet, il en est de même pour le sonnet. C’est le génie du poète qui, tout en respectant les normes, arrive à construire un nouveau monde à partir de l’ancien. Son monde, qui est le nôtre. C’est ainsi que je vois le miracle du sonnet, c’est la seule justification de la poésie.

Notes

1  Harshav, 2000, p. 15.

2L'arbre sans tronc : Les fleurs du mal de Charles Baudelaire en hébreu, INALCO 2017.

3מחברות עמנואל, éd. Dov Yarden, Mossad Bialik, Jérusalem, 1957.

4  Pour plus de détails voir : Itzhaki, 2009.

5  Le sonnet anglais rime ainsi : ABAB CDCD EFEF GG, tandis que le modèle italien classique est : ABBA ABBA CDE CDE.

6  Publié par les éditions Eshkol, Berlin, 1925.

7  Voir : l'entrée Goldberg Léa dans : Dictionnaire universel de femmes créatrices, éditions des femmes, Paris, 2013, vol.ii.

8  Voir Yaglin 2008. Dans ce recueil figurent plusieurs textes nouveaux que la poétesse n'a pas publié de son vivant.

9  Autrement dit, sur la dernière syllabe.

10  Yardeni, 1962, p. 120‑132.

11  Dans le recueil ברק בבקר [Éclair au matin].

12Sifriat Poalim, Tel‑Aviv, 2005.

13  Yaglin, 2002.

14  Pour quelques exemples voir Moses, 2001, p. 195‑202.

15Mishmar, 9 mars 1945.

Table des illustrations

Légende Léa Goldberg
Crédits Source : Wikimedia commons, David Elban
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/40327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,1M
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search