Version classiqueVersion mobile

« Maintenant et à jamais »

 | 
Masha Itzhaki

Peut‑on traduire l’intertextualité ? Le cas de Dan Pagis

Can we translate Tntertextuality? The Case of Dan Pagis

האם ניתן לתרגם אינטרטקסטואליות? לבחינת השאלה בשירים משל דן פגיס

Résumé

La question de la traduction poétique est l’objet d’études et de débats depuis longtemps ; la traduction est encore plus difficile dans la poésie hébraïque, qui intègre son passé multiculturel comme le texte biblique. Cette présence de la Bible dans des contextes poétiques divers constitue un facteur majeur dans le processus de lecture. On en voit ci les difficultés par l’étude de traductions de Dan Pagis.

Texte intégral

1Comme nous l’avons déjà dit, l’amalgame des versets et des expressions bibliques et midrashiques, l’usage des récits bibliques, un fait banal dans la poésie hébraïque médiévale ou dans la littérature du xviiie siècle, se remarque immédiatement dans le contexte actuel et signe une structure profonde fondée sur des relations intertextuelles. Or, quand cette allusion au texte biblique se fait de façon subtile, comme le fait Amichaï dans son poème déjà cité : « Abraham avait trois fils », on se demande si une traduction fiable est envisageable.

  • 1 « Aspects linguistiques de la traduction » in Essais de linguistique générale, Paris 1963, Éd. De (...)
  • 2Prooftexts, vol. 3, 1983, p. 1 à 8.
  • 3Ozick, 1991, p. 199.

2La question de la traduction poétique est l’objet d’études et de débats depuis le constat célèbre de Jakobson1 : « La poésie, par définition, est intraduisible. Seule est possible la transposition créatrice ». Dans son article “A Translator’s Monologue”2, Cynthia Ozick, romancière, critique et traductrice américaine d’origine juive, signale trois points à retenir s’agissant de la traduction poétique. Elle les présente tout d’abord comme très importants, puis comme très pratiques, et enfin, comme très faux… pourtant, selon elle, ils constituent la seule justification artistique du travail des traducteurs3 :

  • Le premier point est primordial pour le lancement même du travail, car il évoque la certitude du traducteur que le poème à traduire serait déjà potentiellement caché dans la langue cible, prêt à voir le jour à tout moment ! “If you do not believe that the poem in translation is already there, you’ll never find it!”, écrit‑elle4.
  • Le point suivant insiste sur un processus de nature psychologique d’identification du traducteur, par le biais de son travail, au personnage du poète. Celui qui ne croit pas avoir en lui une connaissance parfaite du poème, exactement comme celle de son créateur originel, n’arrivera jamais à maîtriser ni son sens ni sa forme. Le traducteur devrait être autoritaire envers son texte.
  • Enfin, un traducteur est censé avoir la conviction qu’une traduction constitue un poème en soi, exactement comme le poème d’origine. C’est une affirmation essentielle pour éviter une traduction plate et artificielle. “If you do not believe you can achieve the poem itself, you will be in possession only of a fuzzy, shadow and a cracked mirror5.”
  • 6Ibid. p. 208.

3Par la suite, Ozick nous dirige à travers son parcours personnel, celui d’une traductrice du yiddish vers l’anglais, en suivant ses démarches complexes et fascinantes pour arriver au point où enfin, “I had learnt to trust the doctrine of the Pre Existent poem, I was a believer, it seemed to me I was becoming Leivik6.

4Cynthia Ozick décrit entre autres ses difficultés, alors qu’elle était encore au début de sa carrière, à traduire du yiddish une expression particulière, Ba’al Tefilé, (mot à mot : celui qui possède la prière, le maître de la prière). En analysant le processus en détail, elle évoque à sa façon la particularité concernant l’intertextualité et les liens interculturels qui concernent le travail de la traduction littéraire juive. Elle insiste surtout sur le besoin absolu du traducteur de se transformer en poète et cela, à travers la complexité de la terminologie juive.

5Ce processus complexe l’est encore plus quand nous traitons de la littérature hébraïque moderne en général, et de la poésie en particulier. Il résulte, comme nous l’avons vu, de l’histoire unique de l’hébreu, une langue non parlée pendant des siècles qui revit de façon spectaculaire à la fin du xixe siècle, au moment où le mouvement sioniste fait ses premiers pas, pour devenir la langue officielle de l’État d’Israël.

6En effet, nous l’avons dit, la poésie hébraïque, à la fois médiévale, moderne et contemporaine, s’inspire de son passé en général et du texte biblique en particulier. Plus que toute autre couche linguistique ancienne, c’est la présence de la Bible dans des contextes poétiques divers qui constitue un facteur majeur dans le processus de lecture. La traduction poétique, nous le savons, est en soi une tâche très difficile. Pourtant, traduire une poésie ou, selon les termes de Cynthia Ozick, créer une poésie en soi dans la langue cible où le jeu intertextuel avec les sources antiques constitue un facteur majeur dans le processus de déchiffrage et de compréhension, ajoute encore une problématique de grande ampleur. Essayons de la présenter par le biais d’un seul exemple, très connu, tiré de la poésie israélienne contemporaine.

Un poème en hébreu, deux versions françaises

  • 7   Pour la poésie israélienne sur la Shoah, voir Hana, 1987.

7Dan Pagis (Bukovine, 1930 ‑ Jérusalem, 1986), poète israélien de premier rang, symbolise par son parcours toute une génération : enfant, il a survécu à la Shoah en Europe. Arrivé en Palestine en 1946 à l’âge de seize ans, il s’est installé, comme beaucoup de jeunes rescapés de cet âge, dans un kibboutz où il a commencé pour la première fois dans sa vie à faire des études. Plus tard, professeur à l’Université hébraïque de Jérusalem, il est chercheur en littérature hébraïque médiévale. Son premier recueil poétique est paru en 1959, pourtant, c’est seulement dans son troisième livre de poésie, intitulé Avatar (Gilgul)[גלגול] publié en 1970, qu’il arrive à parler de la Shoah de façon explicite7.

  • 8   Mémorial de la Shoah.

8Un court poème tiré de ce recueil constitue en Israël le texte poétique le plus célèbre concernant la Shoah et incarne ce qu’on appelle aujourd’hui « l’écriture du désastre ». Il est gravé sur un mur‑wagon du musée Yad va‑Shem à Jérusalem8, il est cité lors des cérémonies officielles et figure parmi les poèmes à étudier dans les lycées. Autant il est célèbre, autant il pose des problèmes pour chaque traducteur qui souhaite rendre un chef-d’œuvre en soi dans une langue cible.

Le monument du wagon à Yad Va‑Shem à Jérusalem

Source : Wikimedia commons, photography Andrew Shiva

9Je propose donc au lecteur la version originelle en hébreu et deux traductions différentes en français :

  • 9   Pagis, Recueil de poèmes כל השירים] 1991]. Analyse du poème voir entre autres Laor, 1993 ; Rivner (...)

כָּתוּב בְּעִפָּרוֹן בַּקָּרוֹן הֶחָתוּם9


כָּאן בַּמִּשְׁלוֹחַ הַזֶּה
אֲנִי חַוָּה
עִם הֶבֶל בְּנִי
אִם תִּרְאוּ אֶת בְּנִי הַגָּדוֹל
קַיִן בֶּן אָדָם
תַּגִּידוּ לוֹ שֶׁאֲנִי

Écrit au crayon dans le wagon plombé

Ici dans ce convoi
Je suis Ève
Avec Abel mon fils
Si vous voyez mon grand fils
Caïn fils d’Adam
Dites‑lui que moi

  • 10   Itzhaki, 2008.

(Traduit par Michel Garel10)

Écrit au crayon dans le wagon scellé

Ici dans ce convoi
Je suis Ève
Avec mon fils Abel
Si vous voyez mon fils aîné
Caïn fils d’Adam
Dites‑lui que je

  • 11   Moses, 2001, p. 243.

(Traduit par Emmanuel Moses11)

10Grâce à son style simple et dense à la fois, grâce à son message universel lié à des références bibliques, et grâce à son rythme unique qui évoque, surtout par l’absence totale de ponctuations, le bruit des roues du train, l’effet de ce poème est saisissant. Le fait que le dernier vers se lie de nouveau, surtout dans la version hébraïque, presque automatiquement avec le premier crée une sorte de perpétuité sans fin. Le lecteur ne peut ignorer ce mouvement sec qui fait revivre le rythme du train, des wagons, et encore des wagons.

11La comparaison entre les deux versions françaises, laisse facilement voir trois différences :

  • Le titre est traduit différemment, Wagon plombé dans la première version, wagon scellé dans la deuxième.
  • Au quatrième vers, on trouve mon fils aîné selon Moses et mon grand fils selon Garel. En effet, le mot « aîné » pour signaler très précisément le « premier‑né » existe en hébreu, bekhor, pourtant il ne figure pas dans le texte d’origine qui utilise l’adjectif gadol. Celui‑ci veut dire « grand » et signifie en hébreu moderne entre autres le premier‑né, mais évoque aussi une grande taille et la force corporelle. C’est pourquoi le choix figurant dans la version de Garel nous semble, personnellement, plus adéquat.
  • On distingue encore une différence dans le dernier vers : que moi d’une part et que je de l’autre. À l’encontre du texte en hébreu où le verbe être (en tant qu’auxiliaire et non‑auxiliaire à la fois) ne paraît qu’au passé et au futur, mais jamais au présent, nous ne pouvons pas dans aucune version française actuelle relier le dernier vers au premier, sans l’ajouter. Cependant, en ajoutant « suis », on crée une phrase comportant un sujet et un verbe qui confirme ainsi une sorte d’existence. Le choix des deux traducteurs suit l’esprit du texte d’origine qui nous propose seulement le sujet sans qu’il soit suivi d’un verbe, ce qui renforce la sensation de rupture. Par contre, ce faisant, les deux traductions atténuent automatiquement l’effet rythmique du texte originel : contrairement à l’hébreu, nous ne pouvons relancer une lecture à partir de la fin comme une sorte de mouvement perpétuel.

12Pourtant, les deux traducteurs ont fait leur choix, à savoir souligner par une syntaxe « coupée » la rupture et l’absence comme symbole de la mort, plutôt qu’insister sur l’effet rythmique qui symbolise le mouvement du train. Peut‑on trouver une autre solution pour rendre à la fois les deux sens du dernier vers et ainsi respecter la lecture multiple du poème ? Cela reste à voir.

Dan Pagis

Source : Wikimedia commons

La lecture intertextuelle est‑elle possible en français ?

13Ce poème, reproduisant la première famille humaine, celle d’Adam et d’Ève, de Caïn et d’Abel, est donc très marqué par l’intertextualité, même si les trois différences entre les deux versions françaises ne sont pas liées directement à cette problématique particulière.

14Son titre nous apprend que le texte serait écrit au crayon par Ève qui se trouve dans un wagon plombé. Elle est en effet en compagnie d’Abel et elle cherche partout Caïn, le fils de son mari, Adam. C’est un texte écrit mais non achevé, sans point final. Ève est‑elle morte dans le wagon au milieu de son écriture ? Sont‑ils arrivés à leur destination tragique avant que l’écriture soit accomplie ? Les mots écrits au crayon ont peut‑être été effacés par le temps ou par l’oubli ? Ou bien, s’agissait‑il tout simplement d’un tout petit bout de crayon trouvé par hasard en route ?

15Toutes ces questions restent ouvertes, pourtant ce cri d’Ève, gravé sur le wagon, met en évidence l’ampleur de la catastrophe, car Caïn, le premier assassin de la Bible, est en train d’éliminer l’humanité entière à travers sa propre mère, mère de tout vivant.

16En effet, l’évocation de la famille biblique est très fréquente dans ce troisième recueil poétique de Pagis, Avatar, où il arrive pour la première fois, nous l’avons déjà mentionné, à parler de la Shoah de façon explicite. Survivant, le poète se voit en vie malgré lui, par le fait du hasard, de l’oubli ; il n’est qu’une ombre, une faute ; il n’existe que pour servir de témoin de l’humanité entière et non pas pour raconter sa propre histoire ; il le fait, entre autres, à travers cette première famille, cette première concrétisation du mal et de la souffrance. Il fait donc appel à Ève, la mère, à Abel, la victime, à Caïn, l’assassin et à Adam, le père de l’humanité. Il le fait non seulement dans ce poème, mais à plusieurs reprises.

17Il s’exprime ainsi dans un autre poème, intitulé Autobiographie [אוטוביוגראפיה]:

מִשְפַּחְתִּי מְכוּבֶּדֶת, לֹא מְעַט בִּזְכוּתִי.
אָחִי הִמְצִיא אֶת הָהֶרֶג,
הוֹרַי אֶת הַבֶּכִי,
אֲנִי אֶת הַשְּתִיקָה.

  • 12   Pagis, 1991, p. 165.

Si ma famille est célèbre, je n’y suis pas pour rien.
Mon frère a inventé le meurtre,
Mes parents les pleurs,
Et moi le silence12.

18Chaque prénom des membres de cette première famille porte, en hébreu, une signification symbolique dérivée soit d’un substantif soit d’un verbe. Abel, en hébreu, est prononcé HEVEL, הבל, un substantif à double sens : vanité d’une part, vapeur, émanation de gaz ou de fumée, de l’autre. Son usage poétique surtout à cause de la deuxième signification comme un symbole des victimes des camps de la mort est très chargé. C’est pourquoi ce prénom biblique n’a jamais été utilisé en hébreu. Pourtant, en citant le prénom à la française, on fait manifestement appel au récit biblique, mais on en ignore le sens de même que la charge symbolique.

19La même démarche, même si c’est de façon un peu moins explicite, tient aussi pour Caïn, prononcé en hébreu Kayyin [קין], connu évidemment par le public non hébraïsant comme le frère assassin. En fait, ce nom est dérivé de la racine Kof, Yod, Nun, celle du verbe lekonen, se lamenter, d’où vient le mot Kinah, lamentation. Le lien donc avec la mort est évident. D’ailleurs, Caïn non plus n’existe pas dans la tradition juive comme un prénom.

20Dans cette perspective très précise, le vers qui est le plus problématique serait l’avant‑dernier où Ève appelle Caïn « ben Adam », ce qui veut dire en hébreu comme d’ailleurs nous le trouvons dans les deux traductions citées ici fils d’Adam. Pourtant, nulle version n’a trouvé le moyen de transmettre dans la langue cible le triple jeu de cette expression très répandue en hébreu moderne, ben adam, un jeu qui rend ce petit texte si impressionnant : Fils d’Adam, père de l’humanité donc, mais aussi en hébreu être humain (distingué de l’animal) et, de plus, dans le langage parlé contemporain, influencé par le Yiddish : « quelqu’un de bien », un être bien élevé.

21En fait, déjà dans la Genèse le mot adam est toujours un substantif dont le sens est l’homme (ce mot est tiré du mot adama dont la signification est la terre ; ceci pour faire allusion au processus de la création de l’homme d’une part, et de sa mort de l’autre : « poussière tu fus et poussière tu redeviendras », Gen ; 3 ; 14).

22Ben adam, par contre, paraît pour la première fois dans le livre de d’Ézéchiel (2 ; 1) où, par la suite on trouve plus de 90 occurrences. Cette apostrophe est traduite dans la version française du rabbinat par « fils de l’homme », de même que dans les traductions protestantes de Louis Segond et de Darby. Dans la Bible de Jérusalem, la traduction catholique des Dominicains de Jérusalem, on trouve « Fils d’homme ».

23La traduction contemporaine d’André Chouraqui porte « Fils d’humain ». Néanmoins, l’expression « fils d’Adam » ne figure dans aucune version, ceci pour garder le substantif, le sens général donc, et éviter le prénom dérivé du substantif plus tardivement.

24Dans notre poème, l’expression ben adam met en évidence la présence de la première famille en entier autour du wagon plombé, ce qui renforce l’effet surréaliste et total de cette écriture non achevée qui se répète. En revanche, le choix des traducteurs nous oblige d’une part à ignorer le constat que les assassins sont en effet des êtres humains et non pas des bêtes féroces, et, d’autre part, il fait disparaître l’effet ironique qui résulte de leur présentation comme des « gens bien », bnei adam.

25Pourtant, pour écarter toute possibilité d’excuses en présentant les bourreaux nazis comme des fous ou des bêtes féroces, une façon de parler très répandue à l’époque, le poète insiste toujours sur leur origine humaine. À titre d’exemple, on peut citer un vers d’un autre poème du même recueil, intitulé : Témoignage [עדות] qui débute par une rhétorique du débat, comme pour répondre à une question sous‑entendue :

Non, non, ils étaient définitivement des êtres humains en uniformes et bottes ! Comment l’expliquer ? Ils ont été créés à l’image.

26Certes, le poète ne cite pas la suite du verset biblique, le texte poétique ne nous dit pas de l’image de qui il s’agit, le nom de Dieu n’est pas mentionné !

27En effet, l’ironie subtile constitue une autre caractéristique significative de l’art poétique de Pagis qui n’a pas pu supporter le pathétique et le sentimental justement à cause du poids qu’il a porté du fait de sa propre expérience. L’expression si populaire ben adam, exprime donc dans notre poème cette ironie, comme si ce premier assassin était en fait un être bien, eine menche en yiddish, un ben adam.

28Peut‑on rendre tout cela dans une autre langue ? Le nom d’Adam, la distinction entre l’homme et l’animal et celui qui serait ironiquement bien élevé ?

29Dans ce cas précis, deux traducteurs de haut niveau, de qualité rare, n’ont pas trouvé de solution satisfaisante. Oui, ils nous ont offert un poème magnifique dans la langue française, un poème en soi pour réutiliser la terminologie proposée par Cynthia Ozick, mais ceci ne correspond pas entièrement à la perfection poétique originelle.

30Cependant, l’étude de cet exemple, un seul poème, court et simple, au moins en apparence, montre clairement la complexité de l’hébreu moderne, fondée sur des sources antiques d’une part et étrangères de l’autre, où les différents signifiants remontent très loin dans le temps ainsi que dans l’espace. Cette poésie nécessite toujours plusieurs lectures, ancrées dans le poids lourd du passé ; c’est pourquoi la tâche du traducteur est tellement difficile.

Notes

1 « Aspects linguistiques de la traduction » in Essais de linguistique générale, Paris 1963, Éd. De Minuit, éd. 1986, p. 86. Voir aussi Lombez, 2003 et un numéro entier de Palimpsestes (en ligne), hors‑série, 2006, consacré à cette question.

2Prooftexts, vol. 3, 1983, p. 1 à 8.

3Ozick, 1991, p. 199.

4Ibid. p. 202.

5Ibid.

6Ibid. p. 208.

7   Pour la poésie israélienne sur la Shoah, voir Hana, 1987.

8   Mémorial de la Shoah.

9   Pagis, Recueil de poèmes כל השירים] 1991]. Analyse du poème voir entre autres Laor, 1993 ; Rivner, 2006.

10   Itzhaki, 2008.

11   Moses, 2001, p. 243.

12   Pagis, 1991, p. 165.

Table des illustrations

Légende Le monument du wagon à Yad Va‑Shem à Jérusalem
Crédits Source : Wikimedia commons, photography Andrew Shiva
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/40129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Légende Dan Pagis
Crédits Source : Wikimedia commons
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/40129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,7k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search