Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les expressions du collectif dans les écritures juives d'Europe centrale et orientale

 | 
Fleur Kuhn-Kennedy
, 
Cécile Rousselet

Réinterprétation de la bove mayse de Y. Y. Trunk

Unité et discontinuité de la littérature yiddish entre le xvie siècle et le xxe siècle

Reinterpretation of the Bove Mayse by Y. Y. Trunk

Бове-майсе в интерпретации еврейского писателя Й. Й. Трунка

Arnaud Bikard

Résumé

Le présent article propose une analyse et une interprétation de la Bove Mayse (Conte de Bovo) telle qu’elle a été revisitée par l’écrivain yiddish du xxe siècle Y. Y. Trunk. À travers l’analyse du destin de cette œuvre, entrée dans la littérature yiddish au xvie siècle sous la plume du brillant humaniste Élia Baḥur Lévita ET plus tard dégradée en roman de colportage, il s’agit également de chercher à saisir les facteurs de continuité et de rupture au sein de la littérature yiddish tout au long de son histoire. Trunk, écrivain typique de son siècle, était un adhérent convaincu du socialisme juif incarné par le Bund et un défenseur acharné de la langue yiddish. Son interprétation de la Bove Mayse est incluse dans un vaste projet de réécriture de fables populaires, dans leur version répandue, en général, au xixe siècle et ce projet, entrepris après la Shoah, découle de ses engagements idéologiques : ce sont ces contes naïfs qui refléteraient le mieux l’esprit du peuple yiddish tel qu’il s’est incarné dans le shtetl d’Europe de l’Est. Ce n’est donc pas directement sur le texte, poétiquement raffiné, de la Renaissance que Trunk travaille, mais bien sur les versions en prose lues aux enfants jusqu’au début du xxe siècle et, malgré son ambition universaliste et syncrétique, l’auteur compose davantage l’élégie d’une civilisation anéantie. Sa réécriture, influencée d’un côté par le travail teinté de romantisme des historiens contemporains de la littérature yiddish, et de l’autre par sa vision très personnelle d’un monde diasporique idéalisé, est donc un excellent témoin des difficultés que la littérature yiddish moderne a rencontrées dans l’interprétation de son héritage le plus ancien. Dans le même temps, Élia Baḥur Lévita et Trunk se retrouvent dans leur attention aux goûts populaires, à la langue du plus grand nombre et dans leur exploitation d’un humour fondé sur l’effacement des frontières entre les mondes juif et non juif. C’est ainsi que, paradoxalement, un vieux roman de chevalerie d’origine romane a pu être employé pour chanter une ode, à la fois comique et nostalgique, au peuple yiddish d’Europe de l’Est assassiné.

This article offers an analysis and the 20th century’s Yiddish writer Y. Y. Trunk has rewritten an interpretation of the Bove Mayse (Tale of Bovo) as it. Through the analysis of the fate of this work, which had entered Yiddish literature in the 16th century in a long romance composed by the brilliant humanist Elia Baḥur Levita and was later on diffused, and defaced, under the form of a chapbook, it also analyzes the continuities and disruptions within Yiddish literature throughout its history. Trunk was a typical Yiddish writer from the 20th century and adhered to Jewish socialism, embodied by the Bund, while he vehemently defended the use of the Yiddish language. His interpretation of the Bove Mayse is part of a great project which consisted in rewriting popular Yiddish tales as they were diffused in the 19th century. This project, which Trunk assumed after the Holocaust, bears the mark of the writer’s ideological concerns: in his eyes, these naïve tales reflected to the best the spirit of the Yiddish people as it lived in the Eastern European shtetl. Thus, Trunk did not refer directly to the poetically refined work of the Renaissance, but to the later prose versions as they were read to children until the beginning of the 20th century. Despite his universalist and syncretic ambitions, what he wrote is akin to an elegy for a civilization that is no more. His rewriting is, on the one hand, influenced by the somewhat romantical views of contemporary literary historians, and on the other hand, by his very personal vision of an idealized diasporic world. Therefore, it perfectly witnesses the pitfalls modern Yiddish literature encountered when it tried to interpret its older heritage. Nevertheless, Levita and Trunk are united by their respect for popular tastes and for the vernacular and by their humor which blurs the borders between the Jewish and the Non- Jewish worlds. That is why this old romance could paradoxically be employed to sing a dirge, both nostalgic and comical, to the murdered Yiddish people from Eastern Europe.

В настоящей статье анализируется Бове-майсе (История о Бове) в интерпретации еврейского писателя XX в. Й. Й. Трунка. Изучение судьбы этого произведения, вошедшего в литературу на идише в XVI в. под авторством блестящего гуманиста Элии Бахура Левиты и позднее превратившегося в товар еврейских книгонош, позволяет выделить факторы, повлиявшие на преемственность и утрату традиции в литературе на идише. Й. Й. Трунк, как многие писатели той эпохи, был ярым сторонником еврейского социализма и партии Бунда и идеологом идишизма. Его интерпретация Бове-майсе является частью большого проекта по переложению еврейских сюжетов, пользовавшихся популярностью в XIX в. Этот проект, начатый после событий Холокоста, исполнен идеологической тенденциозности. Именно наивная литература в наибольшей степени отражает дух еврейского народа, каким он был в восточноевропейском штетле. Поэтому Й. Й Трунк работает не с виртуозным поэтическим произведением Эпохи возрождения, но с прозаическими версиями текста, которые читали детям вплоть до начала XX в. Несмотря на свои синкретические и универсалистские амбиции, автор создает элегию утраченной цивилизации. Его переработка, подвергшаяся влиянию, с одной стороны, неоромантизма современных ему историков литературы на идише, а с другой стороны, его собственного идеализированного образа еврейской диаспоры, является прекрасным свидетельством того, какие сложности современная литература на идише испытывает при интерпретации ее раннего наследия. Элия Левита и Й. Й. Трунк стараются соответствовать читательским вкусам при выборе стиля своих текстов и использовании иронии, стирающей границы между еврейским и нееврейским мирами. Так, парадоксальным образом, старый рыцарский роман романского происхождения был превращен в гимн, полный ностальгии и комизма, погибшему еврейству Восточной Европы.

Texte intégral

  • 1 Cette recherche a été réalisée dans le cadre du projet de la Fondation russe pour les sciences (Rus (...)
  • 2 Ce sentiment de perte irrémédiable est exprimé dès 1943, dans un célèbre article de Bashevis Singer(...)
  • 3 Voir Trunk Yekhiel Yeshaye, 1944-1953, Poyln, zikhroynes un bilder (Pologne, souvenirs et images), (...)

1Après la Seconde Guerre mondiale et la Shoah, les écrivains yiddish d’Europe de l’Est se trouvent souvent désarmés par l’ampleur de la catastrophe1. Ce n’est pas tant dû à la dévastation de leur pays natal et à l’exil forcé qui leur a sauvé la vie, mais à la disparition même de leurs lecteurs et du terreau qui nourrissait leur inspiration et leur création2. Tous affrontent la question : comment écrire et qu’écrire quand le monde que nous connaissions, décrivions, interprétions a été anéanti ? L’une des réactions les plus communes, sans doute la plus naturelle, a été l’écriture de mémoires, de souvenirs visant à ressusciter cet univers perdu. Israel Joshua Singer, Melekh Ravitsh et Yekhiel Yeshaye Trunk ne sont que quelques-uns des écrivains à s’être proposé ce rôle de peintres du passé, plongeant de façon plus ou moins synthétique et systématique dans leurs souvenirs pour ériger un monument aux disparus3. Mais le dernier de ces trois auteurs se lance, à la même époque, dans une entreprise plus inattendue : la réinterprétation de récits folkloriques et populaires, comme si, au moment même où la langue et la culture yiddish sont le plus menacé, Trunk avait senti le besoin de revenir à une forme de préhistoire, à une série de récits qui précédèrent l’émergence de la littérature yiddish moderne à la fin du xixe siècle. Ce retour aux sources va conduire Trunk à réinvestir l’un des textes les plus anciens de la littérature yiddish ancienne, le Bovo Dantone d’Élia Baḥur Lévita (1469-1549). C’est cette rencontre improbable, non dénuée de malentendus, qui constitue l’objet de notre étude. Comment et dans quelles conditions cet auteur yiddish du xxe siècle a-t-il pu relire et réinterpréter une œuvre yiddish vieille de près de 450 ans ? Pourquoi, et de quelle manière, Trunk a-t-il senti le besoin de réécrire, au moment même où la littérature yiddish pressentait son déclin, l’une de ses toutes premières productions majeures ?

  • 4 Le récit est intégré dans une anthologie de fictions et d’essais : Trunk Y. Y., 1958, Kvaln un beym (...)

2Pour répondre à ces questions, il nous faudra bien sûr chercher à comprendre comment le texte, Bove-Mayse, loyt dem roman fun Elye Bokher (Le conte de Bovo, selon le roman d’Elia Baḥur), composé en 1955, s’inscrit dans la production littéraire de son auteur4. Mais il nous faudra aussi saisir plus généralement dans quelles conditions le folklore a été abordé par Trunk. Enfin, il nous faudra réfléchir sur la façon dont l’auteur du xxe siècle pouvait percevoir un texte si ancien et, en lisant de près son interprétation, sur le statut même d’une telle réécriture puisqu’elle revisite depuis l’univers du shtetl, de la bourgade juive polonaise, un roman qui était déjà lui-même la réécriture, dans une clé juive, d’un roman de chevalerie italien. Une telle entreprise permet-elle de dégager une unité des littératures yiddish moderne et ancienne malgré toute la distance, géographique et temporelle, qui les sépare ?

La Bove Mayse dans la production littéraire de Y. Y. Trunk

  • 5 La biographie de Yekhiel Yeshaye Trunk est amplement documentée même si elle n’a pas fait l’objet d (...)
  • 6 L’article généralement considéré comme fondateur de la philologie yiddish moderne a été publié en 1 (...)
  • 7 Trunk consacre à la figure de Peretz tout le cinquième volume de Poyln. Le terme « classique » est (...)

3L’écrivain Yekhiel Yeshaye Trunk (1887-1961) a participé activement au destin de la littérature yiddish au xxe siècle5. Son parcours est symptomatique de la génération d’écrivains yiddish qui est venue à la littérature à la suite de celle des « classiques » (Mendele Moykher Sforim, Sholem Aleykhem, Y. L. Peretz). Le fait même que ceux qui furent désignés sous ce nom soient trois auteurs morts dans la deuxième décennie du xxe siècle est révélateur de la jeunesse de cette littérature qui était alors peu consciente de son héritage plus ancien, ce qui a des conséquences majeures sur la perception d’œuvres telles que celle de Lévita6. Trunk est venu au yiddish sous l’influence de Peretz (au cercle duquel il a appartenu pendant sa jeunesse) et son univers intellectuel est profondément structuré autour de deux idéologies majeures : le socialisme (incarné par le bundisme) et le yiddishisme7. Il est donc un enfant de son siècle : sa pensée et ses écrits sont le fruit des passions politiques, sociales, artistiques de son temps. Comme de nombreux écrivains de sa génération, il vient d’un milieu religieux et, après avoir quitté ce cadre traditionnel à l’adolescence, il a, en quelque sorte, transposé sa foi perdue dans de nouveaux combats qui mêlent un universalisme nourri de culture occidentale à une conviction profonde concernant la particularité de l’histoire juive qui, selon lui, devait aboutir à la prise de pouvoir des masses juives à travers le bundisme et à la reconnaissance du yiddish comme une langue culturelle et nationale.

  • 8 Isaac Bashevis Singer présente Y. Y. Trunk comme une figure pacificatrice, capable de réunir tous l (...)
  • 9 Ravitsh Melekh, 1945, Mayn leksikon, vol. 1, Montréal: A Komitet, pp. 107-109.
  • 10 Ses idées sont exprimées dès les années 1920 dans Trunk Y. Y., 1927, Idealizm un naturalizm in der (...)

4Son ami Bashevis Singer le décrivait comme un être de contradictions car ce fervent défenseur des masses juives avait, dans son mode de vie comme dans ses représentations, beaucoup de l’aristocrate : dernier rejeton d’une grande famille hassidique (son arrière-grand-père paternel reb Yeshiele Kutner a été considéré comme l’un des plus grands rabbins de Pologne), il était aussi l’un des Juifs les plus riches du pays, héritier par sa femme des Prywes surnommés les rois de l’acier dont la fortune venait de l’industrie métallurgique8. Lui-même associé à une florissante entreprise textile dans la ville de son enfance, Łódź, il a vécu durant l’entre-deux-guerres dans de somptueuses demeures, à Łódź, puis à Varsovie. Sa fortune lui a permis de se consacrer intensément aux lectures et à l’écriture (Ravitsh le décrit comme un éternel étudiant9). S’il commence tôt à écrire récits et poèmes, c’est surtout dans le domaine de l’écriture d’idées que Trunk se fait connaître : par ses ouvrages de critique littéraire, en particulier consacrés à Aleykhem, mais aussi par ses réflexions sur l’histoire juive. Président du Pen-klub de Varsovie à partir de 1936, il fut l’un des piliers du 13 de la rue Tlomackie, l’épicentre de la vie littéraire varsovienne dans l’entre-deux-guerres, et participa ainsi à l’ébullition artistique de cette période. Les essais de Trunk, écrits dans un yiddish empruntant de nombreux termes à l’allemand, sont marqués par une prédilection pour l’abstraction, par ses références aux auteurs les plus variés (Karl Marx, Sigmund Freud, Carl Gustav Jung, Otto Weininger, etc.) et par un certain dogmatisme. Comme critique littéraire, il définit deux pôles entre lesquels tous les écrivains yiddish modernes oscilleraient : le naturalisme, caractérisé par une description sans concession du monde tel qu’il est, et l’idéalisme, attentif à l’esprit plus qu’aux faits, à la légende plus qu’à la réalité10. Il se veut un fidèle défenseur du second, selon lui seul conforme à la psychologie juive, d’où un goût pour le don-quichottisme sous toutes ses formes, qui devait prendre une grande importance dans sa production d’après-guerre, et notamment dans la Bove Mayse.

5La Seconde Guerre mondiale marque pour Trunk, comme pour tous ses contemporains, un tournant existentiel majeur. Mais non un tournant idéologique. Aucune de ses convictions n’a été ébranlée par la catastrophe. Exilé à New York, privé de toute sa fortune, laissé seul par la mort de sa femme en 1944, Trunk continue pendant et après la guerre son intense activité d’écriture. S’il n’y a pas de rupture dans son monde intellectuel, celui d’un Juif essentiellement voire farouchement diasporique, socialiste, yiddishiste, son œuvre connaît, elle, un tournant après son départ de Pologne. C’est alors qu’il commence son chef-d’œuvre, Poyln. Et surtout, il se lance, à côté de son grand écrit autobiographique et de ses essais prolongeant ses idées d’avant-guerre, dans une nouvelle activité : revisiter des récits que lui-même désigne comme folkloriques mais dont certains sont, en réalité, des créations d’auteurs populaires au xixe siècle. Pour comprendre cette nouvelle entreprise, dans le cadre de laquelle entre la réécriture de la Bove Mayse, il est nécessaire de saisir ce qui unit les textes que Trunk décide de retravailler.

Perception par Y. Y. Trunk du folklore

  • 11 Roskies David, 1995, A Bridge of Longing, Cambridge, Massachusetts: Harvard University Press, pp. 4 (...)
  • 12 Yankev Morgenshtern s’est fait connaître à partir des années 1870 pour ses livres populaires exploi (...)

6Y. Y. Trunk, dans les dernières années de sa vie, s’est donc assigné la tâche de faire revivre des récits yiddish anciens, populaires, caractérisés par la simplicité presque caricaturale des personnages mis en scène, par l’abondance d’aventures successives qu’ils affrontent, par un goût pour l’extraordinaire et le légendaire. Comme l’écrit David Roskies, même Ayzik Meyer Dik, le plus prolifique et le plus lu des auteurs populaires de la seconde moitié du xixe siècle, n’a pas produit autant dans ce domaine en une décennie11. La comparaison est instructive car, ce que fait avant tout Trunk dans ces histoires, c’est revenir à la période préclassique de la littérature yiddish moderne. Il s’appuie souvent sur des textes diffusés dans des éditions à bon marché à l’époque où la littérature yiddish moderne commençait à s’affirmer. Les héros qui revivent sous sa plume sont nombreux : les « sages » de Chelm, Hershele Ostropolyer, Simkhe Plakhte, le pape juif, Joseph della Reina, le Baal Shem Tov, Sabbatai Tsvi et bien sûr Bove. Cette liste peut sembler hétéroclite : personnages historiques, contes médiévaux, figures légendaires populaires parmi les Juifs polonais… Tous ces noms cependant avaient acquis un statut mythique parmi les juifs ashkénazes. Ce que Trunk nomme folklore correspond donc parfois à des textes d’auteurs dont la popularité a été telle que leurs héros sont entrés dans la conscience collective des Juifs polonais : c’est le cas, outre la Bove Mayse, des œuvres de Yankev (Lerer) Morgenshtern (1820-1890) auquel Trunk s’identifiait particulièrement car celui-ci était originaire de la ville de son enfance, Łódź12.

  • 13 Des récits particuliers ont cependant attiré l’attention des chercheurs. Outre l’article de Seth L. (...)

7Cette vaste activité d’écrivain « folklorique », qui s’étend sur plusieurs milliers de pages, n’a jamais été étudiée dans son ensemble13. Elle est d’autant plus surprenante qu’elle a été entreprise à un moment où le yiddish, comme langue collective parlée, semblait déjà condamné. Pour qui Trunk écrivait-il ? Quelle était son ambition ?

8Le credo de l’écrivain, lorsqu’il entreprend ce travail, est exprimé dans une précieuse interview qu’il a accordée en 1954 à l’activiste socialiste Yankev Pat :

  • 14 Pat Yankev, 1954, Shmuesn mit yidishe shrayber (Conversations avec des écrivains yiddish), New York (...)

L’expérience d’un peuple se sublime dans deux choses : dans les histoires populaires (folk-mayses) et dans la langue populaire. Dans les histoires populaires, on trouve l’expérience du peuple pendant son long voyage dans la langue : l’expérience de l’esprit du peuple, de sa vision du monde, de sa pensée. On peut, à travers une langue, reconstruire l’histoire d’un peuple. Un peuple sans histoires populaires et sans sa langue est une nation sans expérience, comme un homme sans années14.

9Dans cette même interview, Trunk fournit deux informations essentielles à la compréhension de son travail : il a une foi profonde dans l’avenir du yiddish sur le sol américain et ses livres concernant le folklore lui apportent une source de revenus providentielle. Le yiddish était donc encore suffisamment lu après la Seconde Guerre mondiale pour permettre à un écrivain de vivre de sa plume en publiant des récits populaires.

  • 15 Voir, parmi d’autres, la préface à Trunk Y. Y., 1953, Der freylekhster yid in der velt (le Juif le (...)

10Mais voir les écrits folkloriques de Trunk comme simples productions alimentaires serait faire insulte à l’auteur. Comme l’indiquent la citation précédente et les nombreuses réflexions de l’écrivain en marge de ses récits, Y. Y. Trunk avait en réalité une très grande ambition lorsqu’il rédigeait ces récits. Dans une pensée au syncrétisme typique où il mêle des notions de psychologie moderne héritées de Freud et de Jung à des notions émanant de la Kabbale, Trunk affirme qu’il ne cherche pas moins qu’à révéler les forces secrètes à l’œuvre dans le destin collectif des Juifs15. C’est l’expérience juive dans ce qu’elle a de plus spécifique qu’il souhaite mettre au jour, insistant sur des notions telles que le « messianisme », le « pouvoir de l’imagination », la « nécessaire liaison entre les efforts de l’élite intellectuelle et le quotidien des masses juives ».

  • 16 Roskies David, 1995, A Bridge of Longing, op. cit., pp. 318.
  • 17 Y. Y. Trunk, fin connaisseur de la littérature yiddish moderne, est bien sûr tributaire de la façon (...)
  • 18 Voir Lindenberg Judith, 2014, « Les recueils de chants et d’histoires populaires dans la collection (...)

11Ces récits, écrits, selon la formule de Roskies, dans un yiddish « superidiomatique16 » (loin du yiddish germanisant des essais de l’auteur), dépeignent souvent des héros plongés dans l’univers autosuffisant du shtetl dont la relation avec le monde non juif, si elle n’est pas dépourvue de malentendus, est finalement heureuse et permet la satisfaction d’ambitions mondaines, fantasmatiques certes, mais cependant bien réelles pour ceux qui les vivent. Nous assistons donc à une forme d’idéalisation de la vie diasporique, incarnée en l’occurrence par l’univers juif du shtetl polonais dans ce qu’il a de plus idiosyncratique : ses structures sociales, ses coutumes ancestrales, ses croyances, ses préjugés, son ancrage géographique, sa langue17. Que Trunk l’ait voulu ou non, ses récits, composés pour la plupart dans les années 1950, apparaissent en définitive comme une célébration d’un monde perdu, comme un chant du cygne empreint de nostalgie pour une vie collective évanouie à jamais. La publication de certains d’entre eux dans la collection de Buenos Aires “Dos poylishe yidntum” (la Judéité polonaise), qui s’était proposé après-guerre d’élever un monument au monde englouti, n’a pu qu’accentuer cette forme de réception18.

La Bove Mayse de Trunk, entre hommage à un grand auteur et exploration de l’esprit du peuple

  • 19 Le constat d’absence de tradition est tiré par Peretz Y. L. dans son article influent du 28 avril 1 (...)
  • 20 Voir Shmeruk Chone, 1984, “Medresh Itzik and the Problem of its Literary Traditions”, in Manger Itz (...)
  • 21 Shmeruk Chone, 1988, Prokim fun der yidisher literatur-geshikhte (Chapitres de l’histoire littérair (...)
  • 22 Opatoshu Joseph, 1933, A tog in Regensburg un Elye Bokher, New York: Malino. La nouvelle A tog in R (...)

12Il serait donc en partie faux de voir dans la réécriture par Trunk de la Bove Mayse une volonté de retour vers la littérature yiddish ancienne, de compréhension de son contexte et de ses problématiques. Trunk connaissait bien sûr la figure de Lévita qui était amplement décrite dans les histoires de la littérature yiddish que les pionniers de la philologie dans ce domaine (Max Weinreich, Max Erik, Israël Zinberg) avaient publiées dans l’entre-deux-guerres. Ces histoires, plus que dans la plupart des littératures européennes, ont eu une influence directe sur la littérature vivante écrite en yiddish. Alors qu’au début du xxe siècle, la littérature yiddish moderne se sentait désespérément neuve, dépourvue d’un passé, d’une tradition (on ne connaissait plus guère de véritablement ancien que quelques textes religieux : commentaires bibliques et prières pour les femmes), ces recherches offraient aux jeunes auteurs une fenêtre sur un passé, un accès à une langue archaïque dont les écrivains goûtaient toute la saveur exotique19. Ils furent nombreux à expérimenter sur cette langue, sur ce passé à peine exhumé : Aharon Zeitlin, Avraham Sutzkever, Joseph Opatoshu, Itzik Manger, Bashevis Singer, parmi d’autres20. La littérature yiddish, qui se croyait vieille de quelques dizaines d’années, se découvrait soudain un passé riche de plusieurs siècles. Mais elle restait dans une situation paradoxale à l’égard de son histoire : elle redécouvrait son héritage de la Renaissance, voire du xviie et du xviiie siècle, à la façon dont, à la période romantique, les écrivains français ou allemands redécouvraient les grandes œuvres du Moyen Âge. D’où le caractère lui-même romantique de la réinterprétation de ces textes à l’époque même du modernisme : les écrivains yiddish étaient alors influencés par les biais des recherches littéraires dont ils s’inspiraient. Celles-ci présentaient les auteurs d’œuvres séculières en yiddish ancien comme des formes de troubadours (shpilmener), chanteurs bohèmes et vagabonds, adeptes de la bonne vie et de la bonne chère, et développèrent ainsi une théorie qui a été, depuis, justement critiquée21. Ce romantisme tardif n’apparaît nulle part aussi clairement que dans l’ouvrage A tog in Regensburg un Elye Bokher d’Opatoshu, où le yiddish ancien est imité dans les dialogues, et qui met en scène Lévita comme un amuseur errant et mélancolique, ou encore représente dans une longue nouvelle la figure fascinante d’une Esmeralda juive22.

  • 23 Notamment Erik Max, 1928, Geshikhte fun der yidisher literatur fun di elteste tsaytn biz der haskol (...)

13La figure de Lévita, telle qu’Opatoshu la présente au début des années 1930, doit donc beaucoup plus à l’imagination de l’auteur qu’à la réalité historique. La littérature yiddish ancienne restait encore difficile d’accès, faute d’éditions critiques, et les auteurs qui s’en sont le plus inspirés, comme Opatoshu ou Manger, puisaient directement dans les ouvrages historiques pionniers d’Erik et de Weinreich23. Ce dernier avait vigoureusement appelé à une réinterprétation de l’œuvre la plus populaire de Lévita en ces termes (nous traduisons) :

  • 24 Weinrich Max, Bilder fun der yidisher literatur-geshikhte, op. cit., pp. 171.

14Ce n’est peut-être pas une exagération si je dis qu’il y a là une tâche pour nos poètes : réinterpréter poétiquement le Bove Bukh dans notre langue d’aujourd’hui. Je suis sûr que, dans une bonne adaptation, notre chère vieille Bove Mayse doit encore être intéressante aujourd’hui pour les enfants et pour les adultes24.

  • 25 Sur la diffusion du Bovo Dantone qui connut des dizaines d’éditions dans ses diverses incarnations, (...)

15Cette citation met en évidence à la fois le besoin de faire revivre le vieux roman de chevalerie de Lévita, mais aussi la distance qui séparait le lecteur yiddish moderne (et les écrivains dans cette langue) de cet héritage. Le titre même de l’œuvre n’est pas fixe : Weinreich ne connaissait pas encore l’édition originale du roman qu’il devait lui-même découvrir en 1931, il le nomme donc Bove Bukh (Livre de Bovo), tel qu’il était nommé dans les adaptations du xviie siècle et du xviiie siècle, qui gardaient encore, bien que dégradée, la forme strophique de l’original. Mais les lecteurs yiddish modernes connaissaient le roman sous le nom Bove Mayse (Conte de Bovo) car il n’était plus diffusé au xixe siècle que sous la forme d’un récit en prose, souvent anonyme, intégré dans des livres de colportage regardés avec condescendance comme des ouvrages tout juste bons pour les femmes et les enfants25. Le titre original, Bovo Dantone (nom du protagoniste) n’a donc été rétabli que très tardivement. Et la langue du texte originel était archaïque, incompréhensible pour les lecteurs d’Europe de l’Est qui n’étaient pas habitués au yiddish occidental de la littérature antérieure au xixe siècle.

  • 26 À ce sujet, nous nous permettons de renvoyer à notre travail : Bikard Arnaud, 2014, la Renaissance (...)

16Le sort du Bovo Dantone est donc comparable à celui des romans de chevalerie, tels que les Quatre Fils Aymon, diffusés en France par la bibliothèque Bleue jusqu’au xixe siècle, à cette différence près, et de taille, que le roman originel était une œuvre de la Renaissance novatrice poétiquement comme socialement, dont la portée parodique s’est progressivement trouvée entièrement occultée par des adaptations qui gommèrent les audaces et le raffinement formel de l’original pour ne garder que le récit d’aventures haletantes d’un prince chassé de son royaume. Dans les différentes versions de la Bove Mayse accessibles au lecteur yiddish moderne (les dernières sont parues à Vilnius en 1910), il n’y a plus traces des scènes explicitement sexuelles du roman de Lévita, de sa langue populaire, parfois même grossière, imagée, émaillée de proverbes, de son esthétique de la surprise qui s’appuyait sur la forme de l’octave (dérivée de l’ottava rima italienne) pour faire ressortir ses remarques humoristiques en clôture de strophe26. Lévita, après avoir émigré d’Allemagne, a passé toute sa vie en Italie et avait su assimiler les dernières innovations esthétiques italiennes, en particulier dans le domaine du roman de chevalerie qui connaissait alors une révolution extraordinaire, mais tout ce qui faisait de son œuvre un texte typique de la Renaissance s’était perdu dans les adaptations postérieures.

  • 27 Lévita Élia Baḥur, 1949, Elye Bokher poetishe shafungen (Les œuvres poétiques d’Élia Baḥur), vol. 1 (...)
  • 28 Knaphays Moyshe, 1962, Elye Bokher: Bove-Bukh, Buenos Aires: Yoysef Lifshits-Fond baym Kultur Kongr (...)
  • 29 Minkoff Nachum B., 1950, Elye Bokher un zayn Bove-Bukh (Elia Baur et son Bove Bukh), New York : Va (...)
  • 30 L’exemplaire utilisé par Trunk est conservé au Jewish Theological Seminary : YIDD. BM58.S6 G48 1848 (...)
  • 31 Une lecture attentive de l’adaptation de Trunk ne laisse pas apparaître de véritable déviation par (...)

17Trunk avait accès en 1955, lorsqu’il rédigeait sa version de la Bove Mayse, à un fac-similé de l’édition originale du roman de Lévita, publiée en 1541 à Isny en Allemagne sous le patronage de l’auteur27. Elle était parue en 1949 parmi une série de publications destinées à commémorer les 400 ans de la mort de l’humaniste dans une volonté tardive de constituer un canon pluriséculaire de la littérature yiddish. C’est dans la même logique qu’en 1962 une traduction poétique en yiddish moderne du roman de chevalerie sera incluse dans la collection riche de 100 volumes intitulée Musterverk fun der yidisher literatur (Chefs-d’œuvre de la littérature yiddish), publiée à Buenos Aires28. Trunk a consulté l’ouvrage critique de l’écrivain N. B. Minkoff qui, malgré des erreurs, avait le mérite d’être le premier texte proposant une analyse poétique des vers du roman de chevalerie de Lévita29. Il ne pouvait donc pas considérer ce roman de chevalerie sans rendre hommage à son premier créateur. Pourtant, alors même qu’il nomme son adaptation Bove Mayse selon le roman d’Elye Bokher, il n’a pas travaillé à partir de l’original mais à partir d’une version du xixe siècle publiée à Lemberg en 185130. Cette décision, qui peut sembler surprenante, est peut-être liée à la difficulté de la langue du roman original et à l’absence d’outils philologiques qui auraient pu en faciliter l’accès31. Mais elle est aussi tout à fait cohérente avec l’ensemble du projet « folklorique » de Trunk que nous avons présenté. Ce qu’il souhaitait réinterpréter, c’est avant tout le récit populaire tel qu’il était apprécié par les masses juives, au même titre que les romans de Morgenshtern, ce récit populaire qui a enrichi la langue yiddish moderne de l’expression « S’iz a bobe mayse » (C’est un conte de grand-mère) en raison de la proximité du nom du héros éponyme et du mot d’origine slave signifiant « grand-mère ».

Hybridation et idéalisation

  • 32 Trunk Y. Y., Kvaln un beymer, op. cit., pp. 222-227.
  • 33 C’est ce même reproche qu’Erik et Weinreich adressaient à un autre roman yiddish ancien, le Shmuel (...)

18Dans la préface qu’il a composée à son récit, Trunk n’interprète pas le passage du Bovo Dantone à la Bove Mayse comme un progressif appauvrissement du texte original mais comme une transmission continue, attribuant à chaque éditeur successif de l’histoire de Bovo un pouvoir propre d’innovation32. Cette interprétation, qui ne résiste pas à une étude des textes puisque l’évolution de l’œuvre est bien plus une suite de suppressions que d’ajouts, entre cependant dans le cadre de la vision romantique du folklore par Trunk, comme expression du génie du peuple, de sa créativité continue. Et il se présente lui-même comme le plus récent maillon de cette goldene keyt (cette chaîne dorée), procédant, comme d’autres avant lui, à l’actualisation du récit séculaire. Dans le même temps, et non sans une légère contradiction entre génie individuel et génie populaire, il attribue à Lévita l’inspiration artistique fondamentale d’avoir, le premier, tenté une synthèse entre le monde, éminemment non juif, de la chevalerie et l’univers familier à ses lecteurs, et d’avoir ainsi réalisé le rêve inconscient des masses juives de participer aux grandeurs de ce monde. Il reproche simplement à ce lointain ancêtre de ne pas avoir été assez loin, d’avoir été trop modeste dans sa volonté de syncrétisme33. Il convoque même William Shakespeare et ses pièces inspirées de l’Antiquité, où les héros parlent et agissent comme à l’époque élisabéthaine, pour montrer qu’une telle synthèse est la marque des plus grands auteurs. Lui-même se propose donc la tâche d’effectuer une véritable fusion entre le monde chevaleresque et le monde du shtetl polonais en faisant de son narrateur un Juif polonais simple de jadis qui n’aurait pas l’idée de l’existence d’un monde extérieur :

  • 34 La traduction est nôtre. “In der shrayberisher tekhnik hob ikh mikh gehaltn bay der hanokhe vi vayt (...)

En ce qui concerne la technique d’écriture, je me suis tenu à un principe qui devait me permettre, autant que possible, de suggérer au lecteur l’impression suivante : comme l’auteur est, de la tête aux pieds, immergé dans la vie juive, il a oublié, le bon à rien, qu’il a affaire aux puissants de ce monde, aux grands de la terre34.

19Paradoxalement, la compréhension très insuffisante, par Trunk, du travail poétique de Lévita lui a fait entreprendre une adaptation qui est assez fidèle, jusque dans ses procédés d’écriture, au projet de l’écrivain de la Renaissance. Lévita avait adapté un roman populaire italien, que nombre de ses lecteurs connaissaient, dans une langue extrêmement idiomatique en tirant l’univers des chevaliers vers celui, familier, des quartiers juifs d’Italie. Trunk, lui aussi, travaille à partir d’un roman populaire (et non à partir du roman poétique de la Renaissance), et attend de ses lecteurs qu’ils puissent apprécier la transformation qu’il a fait subir à la fable originelle en la mêlant à une réalité qui, socialement, chronologiquement et culturellement, lui est totalement opposée. C’est cela qui fait la force de son récit qui présente bien des passages plaisants. Mais il existe deux différences majeures entre l’auteur du xxe siècle et celui du xvie siècle : contrairement à Trunk, Lévita n’avait pas un principe d’écriture unique, ce qui lui a permis une plus grande souplesse, une plus grande variété de composition. Ensuite, l’univers de référence utilisé par le poète yiddish ancien lui est bien contemporain : en détournant le monde religieux de son temps pour traiter une matière aussi profane, il faisait preuve d’une liberté d’esprit proprement révolutionnaire. Trunk, au contraire, dans sa volonté d’unifier chevalerie et shtetl, reste tourné vers un passé mythifié et charge son texte, qui se veut innovant, d’une lancinante, bien qu’inconsciente, nostalgie.

20L’essentiel cependant demeure : c’est l’humour qui traverse l’improbable rencontre des chevaliers et des kleyne mentshelekh (petits hommes) du shtetl. Trunk va plus loin encore dans sa volonté de fusion culturelle : il présente son texte comme s’il s’agissait d’une traduction en yiddish d’un original hébraïque. Les textes les plus connus de ses lecteurs qui adoptaient cette forme étaient bien sûr les traductions bibliques. C’est pour cette raison qu’il commence fréquemment ses paragraphes par une citation hébraïque, adaptée au récit. Comme le yiddish idiomatique de Trunk est déjà extrêmement riche en hébraïsmes, cela donne au texte une allure semi-savante dont l’effet comique est efficace. Le récit en devient extrêmement dense, chargé de références à des univers parfaitement contradictoires.

  • 35 Trunk Y. Y., 1958, Kvaln un beymer, op. cit., pp. 308.

21Qu’il nous soit ici permis de proposer un assez long extrait de la bataille finale de Bove contre son ennemi juré Ritser pour faire comprendre l’originalité et la saveur d’une telle écriture35. Bovo est accompagné dans le combat par son frère de lait Trits. Nous mettons en évidence les hébraïsmes :

  • 36 ויקם רוח סערה : « Et s’éleva un vent de tempête. » Ce sont par des mots très proches que débute la (...)
  • 37 קול ענות מלחמה : « Vacarme de guerre », adapté d’Exode, xxxii, 17-18, épisode du veau d’or.
  • 38 Poisson géant mentionné dans la Bible que, selon la Mishna (Baba Batra, 75a), les justes dégusteron (...)
  • 39 Ange de la mort.
  • 40 Féminisation humoristique, à l’aide d’un suffixe d’origine slave, de l’Ange de la mort.
  • 41 Persécuteur des Juifs dans la Méguila de Pourim. Archétype du méchant.

Vayikem ruekh sehore36 – bald hot zikh onghoybn dos geklaper fun shpizn un shverdn un der kol anes milkhome37. Eyder men hot zikh arumgekukt zenen shoyn gelegn harugim. Blut hot zikh gegosn vi vaser. Bove un Trits hobn gearbet maysim. Ver es iz zey gekumen unter di hent hot gemegt zayn pevne, az ot kumt er arayn in ganeydn un ot est er Levyosn38. Ot vert er dem Malekh-Hamoveses39 an eydem un ot vert er der Malekh-hamovestes40 a khosn. Di kep zenen aropgefloygn fun dem zindikn khoymer vi zumer-epl fun di beymer. Nisht dos iz Bove geven oysn. A reytndiker oyf Rendelyen un mit der « diker rugl » in der hant hot er tsvishn di kemfer gezukht dem shalkhaftikn Homen41, Ritser mitn nomen. Im hot er gevolt mekyem psak zayn un batsoln far ale tsores.

  • 42 Prières récitées en fin d’office le matin.
  • 43 Nom des comités chargés, dans la société ashkénaze traditionnelle, de pourvoir aux besoins du défun (...)
  • 44 Ange qui accompagne l’âme dans l’autre monde.

Ritser hot dervayl oykh nisht gezogt keyn maymodes42 un nisht geshmekt keyn tabak. Er hot oykh avekgeshikt Boves zelner tsum mayver-yavek43 vekedoyme tsu malokhim vi der Malekh-doyme44. Er hot oykh nisht gevust, vos es heyst eynzeenish un rakhmones – un gemakht yesoymim un almones.

  • 45 Expression courante de la littérature narrative hébraïque, en particulier des contes.
  • 46 Littéralement : « association sainte ». Société chargée de l’enterrement des morts.

Lo arkhu hayomim45men hot badarft tsu shikn nokh der khevre-kedishe46 un nokh der shvartser mite. Mentshn zenen gelegn vi oyfes nokh der shkhite.

Et un vent de tempête se leva – bientôt débuta le cliquetis des lances et des épées et le vacarme de la guerre. Avant même qu’on n’ait pu regarder autour de soi, il y avait déjà des morts. Le sang coulait comme de l’eau. Bove et Trits faisaient des exploits. Celui qui leur tombait entre les mains pouvait être certain que hop ! le voilà au paradis et, hop ! voilà qu’il mange le Léviathan. Hop ! le voilà gendre de M. l’Ange de la mort, et hop ! le voilà beau-fils de Mme l’Ange de la mort. Les têtes s’envolaient de la chair coupable comme les pommes d’été des arbres. Ce n’est pas cela que Bove avait à l’esprit. Chevauchant Rendelye et tenant « Diker rugl » dans la main, il cherchait parmi les combattants l’odieux Haman, Ritser de son nom. Il voulait lui faire subir sa juste peine et le faire payer pour tous les ennuis qu’il avait connus. Ritser, pendant ce temps, ne faisait pas non plus ses prières ni ne prisait de tabac. Il envoyait, lui aussi, les soldats de Bove aux pompes funèbres, et par là même à des anges tels que l’Ange de l’au-delà. Il ne savait pas non plus ce que signifie la retenue ou la pitié – et faisait des veuves et des orphelins. Les jours ne durèrent pas – on dut faire venir les fossoyeurs et le corbillard. Les hommes gisaient comme des volailles après l’abattage.

  • 47 Trunk Y. Y., Kvaln un beymer, op. cit., pp. 316.
  • 48 Ibid., pp. 248.

22On voit immédiatement la densité du récit de Trunk, l’abondance des références à des coutumes et à des institutions spécifiques au shtetl ainsi qu’à des croyances ou superstitions traditionnelles. Le caractère mixte de la langue yiddish est accentué par l’abondance des hébraïsmes. Il ne faut pas oublier que, pour Trunk, la langue elle-même est gardienne de mémoire, dépositaire de sagesse. On remarque le ton humoristique porté par les hyperboles omniprésentes et par les comparaisons cocasses. La syntaxe imite volontiers le langage parlé. Le rythme est vif, souligné par l’apparition de rimes occasionnelles. Cette tendance à jouer sur la musicalité de la langue est encore accentuée par le fait que Trunk introduit chacun de ses courts chapitres par de petits poèmes, clairement inspirés des chansons populaires yiddish. Il répond ainsi sans doute à l’image du troubadour, du shpilman, telle qu’elle avait été présentée par la recherche sur la littérature yiddish ancienne. Parfois, il fait intervenir sa propre personne, comme lorsqu’il profite de la tristesse du héros séparé de sa belle pour évoquer le souvenir de Khane, sa femme décédée47. Ce type d’interventions était, là encore, un trait caractéristique attribué au shpilman. Dans une tradition héritée de Sholem Aleykhem, l’utilisation de références à la Bible peut, parfois, donner lieu à des détournements comme, dans un autre extrait, lorsque Trunk décrit le baiser du prince et de la princesse en employant une citation inspirée des Psaumes (LXXXV, 11) : « L’Amour et la Fidélité s’embrassèrent48. » Il résulte de tout cela un mélange détonnant de naïveté et de jeu savant, de familiarité et d’étrangeté, dans un texte qui prétend être un concentré de sagesse populaire juive mais qui, parfois, ne résiste pas à la tentation de refléter la vaste culture, tant juive que non juive, de Trunk. C’est ainsi que l’un des personnages de traître de la Bove Mayse est renommé Yagus (Iago), en hommage bien sûr au modèle shakespearien que l’auteur s’était proposé dans sa préface. Et dans la veine populaire et syncrétique, un autre traître est nommé Psha-Yukhe, selon un juron polonais : « Sang de chien ! »

  • 49 Les remarques suivantes doivent être prises avec précaution puisque nous n’avons pas pu consulter l (...)

23Cela nous entraîne à poser la question des innovations de Trunk par rapport à la fable de sa source. Elles sont en réalité peu nombreuses49. Pour les connaisseurs du Bovo Dantone, l’extrait que nous avons cité précédemment révèle certains changements notables de noms propres. Ainsi, l’ennemi principal du héros se nomme Ritser et non Dudon. Il semble bien que cela soit le résultat d’une simplification de la part de Trunk qui a transformé celui qui n’était qu’un complice du crime de la mère de Bove en l’amant de celle-ci. De même, il supprime l’épisode final de la bataille avec Pashamont (Pushmenit dans les adaptations en prose). Ce ne sont là que des changements marginaux qui ne remettent nullement en question la fidélité générale à la version populaire. Quant au changement de nom de l’épée de Bove qui s’appelle, dans le Bovo Dantone, Pomela (Pomelye dans les adaptations en prose), elle est due en réalité à une amusante incompréhension du yiddish ancien de la part des adaptateurs du xixe siècle. Lorsque Bove, au début de ses aventures, en est réduit à exercer le métier d’écuyer, il cherche dans l’écurie une arme qui lui permette de participer à un tournoi et ne trouve qu’une grosse barre (דיקר ריגל). Comme les adaptateurs ne comprenaient plus cette expression (le mot ne signifiait plus que « verrou » en yiddish moderne), ils ont cru qu’il s’agissait là du nom d’une épée, et c’est ainsi que ce nom, étrange et comique, s’est imposé pour l’arme du preux chevalier dans la Bove Mayse de Trunk.

24En définitive, ce détail anecdotique illustre bien la distance temporelle qui sépare le poème de Lévita de son adaptation par Trunk. Ce dernier ne cherchait pas à masquer la naïveté du récit populaire qui, lointainement dérivé de l’œuvre de la Renaissance, lui servait de source. Malgré l’inaccessibilité relative du roman de chevalerie pour l’auteur du xxe siècle, nous avons tout de même noté des points communs frappants entre les créations des deux écrivains. Ils sont dus à des caractéristiques essentielles de la langue yiddish qui traversent toute son histoire. Langue essentiellement populaire, perçue avant la fin du xixe siècle comme la langue du peuple ignorant (ne connaissant pas l’hébreu), et après l’affaiblissement des structures religieuses, comme la langue des masses laborieuses, le yiddish poussait les écrivains qui voulaient l’illustrer vers un travail du parler quotidien, riche de nuances et de vivacité, et vers une exploitation des goûts littéraires du plus grand nombre, illustrés par la littérature de colportage (ou à la Renaissance, des chanteurs de rue). Langue mixte, le yiddish incite l’écrivain, particulièrement dans les genres comiques, à accentuer son hybridation linguistique et culturelle, à jouer sur les différentes composantes de la langue, et sur les références religieuses et parareligieuses qui imprègnent jusqu’à son lexique et sa syntaxe. C’est aussi le bilinguisme (hébreu-yiddish), voire le trilinguisme des auteurs et d’une partie de leur public (italien pour Lévita, polonais pour Trunk) qui viennent se refléter, de façon ludique, dans l’œuvre littéraire. Ces facteurs de continuité ne masquent pas cependant la réalité des obstacles qui se sont opposés à l’établissement d’une littérature unie, comme celle des langues disposant d’un territoire déterminé et soutenues par des institutions. Les auteurs yiddish du xxe siècle n’avaient accès aux œuvres les plus anciennes de leur littérature que par l’intermédiaire d’historiens et, même ainsi, ils ne les percevaient que partiellement et qu’imparfaitement. Enfin, malgré l’illusion que Trunk, fervent yiddishiste, nourrissait concernant l’avenir de sa langue, la nostalgie d’un monde perdu et idéalisé reste parfaitement perceptible dans sa Bove Mayse, formant ainsi un contraste saisissant avec l’œuvre originale de Lévita, roman des débuts où fleurit la créativité d’un vernaculaire qui commence à peine à découvrir ses riches possibilités poétiques.

Bibliographie

Bove Mayse, Bayerische Staatsbibliothek : A.hebr.901-125/128#Beibd.126, consultable en ligne.http://www.europeana.eu/portal/record/9200386/ BibliographicResource_3000045404338.html [consulté en février 2016].

Di vunderlekhe dertseylung fun di dray brider (l’Histoire merveilleuse des trois frères), 1989, New York : Shmires Shabbes Publishing.

Bashevis Singer Isaac, août 1943, “Arum der yidisher literatur ”, Di Tsukunft, 48 (“Concerning Yiddish literature in Poland [1943]”, mai 1995, Prooftexts, vol. 15, no 2, pp. 113-127, traduction de Robert Wolf ).

Borochov Ber, 1913, “Di oyfgabn fun der yidisher filologye” (les Tâches de la philologie yiddish) in Der Nister (ed.), Der Pinkes, Vilnius, pp. 1-22.

Davies Barry, 2007, entrée “Trunk, Yekhiel Yeshaye”, in Sherman Joseph (dir.), Writers in Yiddish, Detroit : Thomson Gale, pp. 314-322.

Dauber Jeremy, entrée “Morgenshtern, Yankev”, The Yivo Encyclopedia of Jews in Eastern Europe : http://www.yivoencyclopedia.org/article.aspx/ Morgenshtern_Yankev [consulté en février 2016].

Erik Max, 1928, Geshikhte fun der yidisher literatur fun di elteste tsaytn biz der haskole-tkufe (Histoire de la littérature yiddish depuis les temps les plus anciens jusqu’à la période de la Haskalah), Varsovie : Kultur Lige.

Fuks Khayim Leyb, 1961, entrée “Trunk, Yekhiel Yeshaye”, in Leksikon fun der nayer yidisher literatur, New York : Columbia University Press, vol. 4.

Knaphays Moyshe, 1962, Elye Bokher : Bove-Bukh, Buenos Aires : Yoysef Lifshits Fond baym Kultur Kongres.

Lévita Élia Baur, 1949, Elye Bokher poetishe shafungen, éd. Judah A. Joffe, vol. 1 : Reproduktsye fun der ershter oysgabe : Bovo Dantona, Isna, 1541 (Les œuvres poétiques d’Élia Baḥur, vol 1 : reproduction de l’editio princeps : Bovo Dantona, Isny, 1541, les autres volumes ne sont pas parus), New York : Judah A. Joffe Publication Commitee.

Lindenberg Judith, 2014, « les Recueils de chants et d’histoires populaires dans la collection “Dos poylishe yidntum” : une entreprise de sauvegarde mémorielle », in Baumgarten Jean & Trautmann-Waller Céline (dir.), Rabbins et savants au village : l’étude des traditions populaires juives xixe-xxe siècles, Paris : CNRS Éditions, pp. 227-247.

Manger Itzik, 1984, Medresh Itzik, Jérusalem : Magnes Press, Hebrew University, éditeur Chone Shmeruk.

Minkoff Nachum B., 1950, Elye Bokher un zayn Bove-Bukh (Elia Baur et son Bove Bukh), New York : Vakser.

Miron Dan, 2010, From Continuity to Contiguity, Palo Alto : Stanford University Press.

Miron Dan, 2000, The Image of the Shtetl and Other Studies of Modern Jewish Literary Imagination, Syracuse University Press.

Niborski Yitskhok, 2012, Verterbukh fun loshen-koydesh-shtamike verter in yiddish (Dictionnaire des mots d’origine hébraïque et araméenne en yiddish), Paris : Medem-bibliotek.

Opatoshu Joseph, 1933, A tog in Regensburg un Elye Bokher, New York : Malino.

Pat Yankev, 1954, Shmuesn mit yidishe shrayber (Conversations avec des écrivains yiddish), New York : CYCO and Workmen’s Circle.

Peretz Yitskhok Leybush, 28 avril 1910, “Vos felt undzer literatur” (De quoi manque notre littérature), Der fraynd, 88 (republié dans Ale verk, 1947, New York : Tsiko, vol. vii, pp. 77-101).

Ravitsh Melekh, 1975, Dos mayse-bukh fun mayn lebn (Le livre d’histoires de ma vie), vol. 1 et 2, Buenos Aires : Union centrale des Juifs polonais en Argentine, coll. “Dos poylishe yidntum”, no 161, pp. 171 et vol 3, Tel Aviv : Y. L. Peretz.

Ravitsh Melekh, 1945, Mayn leksikon, vol 1, Montréal : A Komitet.

Rogovin Or, printemps 2009, “Chelm as a Shtetl : Y. Y. Trunk’s Khelemer Khakhomim” , Prooftexts, vol 29, no 2, pp. 242-272.

Rosenzweig Claudia, 2016, Bovo d’Antona by Elye Bokher. A Yiddish Romance, Leiden : Brill.

Roskies David, 1995, A Bridge of Longing, Cambridge, Massachusetts : Harvard University Press.

Schwarz Jan, entrée “Trunk, Yekhiel Yeshaye” in The Yivo Encyclopedia of Jews in Eastern Europe, en ligne : http://www.yivoencyclopedia.org/article.aspx/ Trunk_Yekhiel_Yeshaye [consulté en février 2016].

Schwarz Jan, 2015, Survivors and Exiles, Yiddish Culture after the Holocaust, Detroit : Wayne State University Press.

Sherman Joseph, 2003, The Jewish Pope : Myth, Diaspora and Yiddish Literature, Legenda Studies in Yiddish, 4, European Humanities Research Centre, University of Oxford.

Shmeruk Chone, 1988, Prokim fun der yidisher literatur-geshikhte (Chapitres de l’histoire littéraire yiddish), Tel Aviv : Farlag Y. L. Peretz, YidishOpteylung/Der Hebreisher Universitet in Yerusholaim.

Shmeruk Chone, 1984, “Medresh Itzik and the Problem of its Literary Traditions” , in Manger Itzik, Medresh Itzik, Jerusalem : Magnes Press, Hebrew University, pp. v-xxix, éd. Chone Shmeruk.

Singer Israel Joshua, 1946, Fun a velt vos iz nishto mer (D’un monde qui n’est plus), New York : Matones.

Trunk Yekhiel Yeshaye, 1961, Meshiekh geviter (Orage du Messie), Buenos Aires : Yidbukh.

Trunk Yekhiel Yeshaye, 1958, Kvaln un beymer, New York : Undzer tsayt.

Trunk Yekhiel Yeshaye, 1954, Di Velt iz ful mit nisim oder mayse migimel akhim (Le monde est plein de miracles ou histoire de trois frères), Buenos Aires : Union ventrale des Juifs polonais en Argentine, coll. “Dos poylishe yidntum”, no 104.

Trunk Yekhiel Yeshaye, 1953, Der freylekhster yid in der velt (Le Juif le plus joyeux du monde), Buenos Aires : Yidbukh.

Trunk Yekhiel Yeshaye, 1951, Simkhe Plakhte fun Nakhkove oder der yidisher Don Kikhot (Simkhe Plakhte de Narkove ou le Don Quichotte juif ), Buenos Aires : Union centrale des Juifs polonais en Argentine, coll. “Dos poylishe yidntum” , no 72.

Trunk Yekhiel Yeshaye, 1949, Di yidishe proze in der tkufe tsvishn beyde veltmilkhomes (la Prose yiddish durant la période de l’entre-deux-guerres), Buenos Aires : Union centrale des Juifs polonais en Argentine, coll. Dos poylishe yidntum”, no 52.

Trunk Yekhiel Yeshaye, 1944-1953, Poyln, zikhroynes un bilder (Pologne, souvenirs et images), New York : Undzer Tsayt, 7 vol. (2007, Poyln : My Life within Jewish Life in Poland, University of Toronto Press, traduction du premier volume par Anna Clarke).

Trunk Yekhiel Yeshaye, 1936, Noent un fremd, Varsovie : Kultur lige.

Trunk Yekhiel Yeshaye, 1927, Idealizm un naturalizm in der yidisher literatur :

tendentsn un vegn fun undzere moderne shriftshteler (Idéalisme et naturalisme dans la littérature yiddish : tendance et voies de nos écrivains modernes), Varsovie : Kultur lige.

Weinreich Max, 1928, Bilder fun der yidisher literaturgeshikhte (Images de l’histoire littéraire yiddish), Vilnius : Tomor.

Wolitz Seth L., 2003, “Simkhe Plakhte : From ‘Folklore’ to Literary Artefact”, Polin, 16, pp. 119-135.

Notes

1 Cette recherche a été réalisée dans le cadre du projet de la Fondation russe pour les sciences (Russian Science Foundation) no 15-18-00062, à l’université d’État de Saint-Pétersbourg.

2 Ce sentiment de perte irrémédiable est exprimé dès 1943, dans un célèbre article de Bashevis Singer Isaac, août 1943, “Arum der yidisher literatur”, Di Tsukunft, 48, pp. 468-475, traduit en anglais par Wolf Robert, mai 1995, “Concerning Yiddish literature in Poland (1943)”, Prooftexts, 15-2, pp. 113-127.

3 Voir Trunk Yekhiel Yeshaye, 1944-1953, Poyln, zikhroynes un bilder (Pologne, souvenirs et images), New York : Undzer Tsayt, 7 vol. Le premier volume a été traduit en 2007 en anglais sous le titre Poyln : My Life Within Jewish Life in Poland, University of Toronto Press, trad. d’Anna Clarke. L’ouvrage de Trunk peut être perçu comme le premier d’une longue série puisqu’il a commencé à rédiger ses mémoires dès 1941, peu de temps après son arrivée sur le sol américain. Les ouvrages d’Israel Joshua Singer et de Melekh Ravitsh sont plus centrés sur la personne de l’auteur et ont une ambition moins vaste, même s’ils procèdent eux aussi par séries de vignettes et de portraits. Voir, pour le premier, Singer Israel Joshua, 1946, Fun a velt vos iz nishto mer (D’un monde qui n’est plus), New York : Matones, et pour le second, Ravitsh Melekh, 1975, Dos mayse-bukh fun mayn lebn (Le livre d’histoires de ma vie), vol. 1 et 2, Buenos Aires : Union centrale des Juifs polonais en Argentine, coll. “Dos poylishe yidntum”, no 161, pp. 171 et vol. 3, Tel Aviv : Y. L. Peretz.

4 Le récit est intégré dans une anthologie de fictions et d’essais : Trunk Y. Y., 1958, Kvaln un beymer, New York : Undzer tsayt, pp. 222-320.

5 La biographie de Yekhiel Yeshaye Trunk est amplement documentée même si elle n’a pas fait l’objet d’un ouvrage spécifique. Outre, bien sûr, les mémoires de Trunk lui-même, on consultera, dans les ouvrages généraux de type encyclopédique, les entrées “Trunk, Yekhiel Yeshaye” : Fuks Khayim Leyb, 1961, Leksikon fun der nayer yidisher literatur, New York, vol. 4, coll. 121-128 ; Schwarz Jan, The Yivo Encyclopedia of Jews in Eastern Europe, en ligne : Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide. [consulté en février 2016] ; Davis Barry in Sherman Joseph (dir.), 2007, Writers in Yiddish, Detroit : Thomson Gale, pp. 314-322.

6 L’article généralement considéré comme fondateur de la philologie yiddish moderne a été publié en 1913 par Borochov Ber, “Di oyfgabn fun der yidisher filologye” (les Tâches de la philologie yiddish) in Der Nister (ed.), Der Pinkes, Vilnius, pp. 1-22.

7 Trunk consacre à la figure de Peretz tout le cinquième volume de Poyln. Le terme « classique » est continuellement employé dans la critique littéraire yiddish concernant ces auteurs dès l’entredeux-guerres. Le socialisme et le yiddishisme de Trunk apparaissent dans nombre de ses essais. On consultera, par exemple, 1958, “Sotsyalistishe makhshoves” (Pensées socialistes), in Kvaln un Beymer, pp. 407-427 et 1936, “Yidishizm un yidishe geshikhte”, in Noent un fremd, Varsovie : Kultur lige, pp. 125-178.

8 Isaac Bashevis Singer présente Y. Y. Trunk comme une figure pacificatrice, capable de réunir tous les contraires, dans l’article déjà mentionné : Bashevis Singer Isaac, 1995, “Concerning Yiddish Literature in Poland”, op. cit., pp. 125-126.

9 Ravitsh Melekh, 1945, Mayn leksikon, vol. 1, Montréal: A Komitet, pp. 107-109.

10 Ses idées sont exprimées dès les années 1920 dans Trunk Y. Y., 1927, Idealizm un naturalizm in der yidisher literatur : tendentsn un vegn fun undzere moderne shriftshteler (Idéalisme et naturalisme dans la littérature yiddish : tendance et voies de nos écrivains modernes), Varsovie : Kultur lige, et sont reprises après-guerre dans Trunk Y. Y., 1949, Di yidishe proze in der tkufe tsvishn beyde velt-milkhomes (la Prose yiddish durant la période de l’entre-deux-guerres), Buenos Aires : Union centrale des Juifs polonais en Argentine, coll. “Dos poylishe yidntum”, no 52.

11 Roskies David, 1995, A Bridge of Longing, Cambridge, Massachusetts: Harvard University Press, pp. 403, no 20.

12 Yankev Morgenshtern s’est fait connaître à partir des années 1870 pour ses livres populaires exploitant, dans un univers fortement marqué de tradition juive, des motifs du folklore international. Voir Dauber Jeremy, “Morgenshtern, Yankev” in The Yivo Encyclopedia of Jews in Eastern Europe : http://www.yivoencyclopedia.org/article.aspx/Morgenshtern_Yankev [consulté en février 2016]. Trunk a retravaillé deux œuvres de Morgenshtern : Simkhe Plakhte fun Nakhkove oder der yidisher Don Kikhot (Simkhe Plakhte de Narkove ou le Don Quichotte juif) et Di Velt iz ful mit nisim oder mayse migimel akhim (le Monde est plein de miracles ou Histoire de trois frères) tous deux publiés en 1951 et 1955 à Buenos Aires par l’Union centrale des Juifs polonais en Argentine, coll. “Dos poylishe yidntum”, no 72 et 14. Ces créations sont si imprégnées de traditions folkloriques qu’elles ont pu induire en erreur l’un des meilleurs spécialistes des folklores juif et non juif, Haim Schwarzbaum, qui voyait dans le personnage de Simkhe Plakhte une authentique fable populaire. Voir Wolitz Seth L., 2003, “Simkhe Plakhte : From 'Folklore' to Literary Artefact”, Polin, 16, pp. 119-135. Les histoires de Morgenshtern continuent aujourd’hui à être diffusées, dans le monde hassidique, comme des récits folkloriques : voir en 1989, Di vunderlekhe dertseylung fun di dray brider (l’Histoire merveilleuse des trois frères), New York : Shmires Shabbes Publishing.

13 Des récits particuliers ont cependant attiré l’attention des chercheurs. Outre l’article de Seth L. Wolitz mentionné plus haut, on se référera, concernant les « sages » de Chelm, à Rogovin Or, printemps 2009, “Chelm as a Shtetl : Y. Y. Trunk’s Khelemer Khakhomim”, Prooftexts, vol. 29, no 2, pp. 242-272. Concernant la légende du pape juif, on consultera Sherman Joseph, 2003, The Jewish Pope : Myth, Diaspora and Yiddish Literature, Legenda Studies in Yiddish, 4, European Humanities Research Centre, University of Oxford, Chap. v.

14 Pat Yankev, 1954, Shmuesn mit yidishe shrayber (Conversations avec des écrivains yiddish), New York : Cyco and Workmen’s Circle, pp. 114-129, citation : pp. 124. La traduction est de l’auteur de l’article.

15 Voir, parmi d’autres, la préface à Trunk Y. Y., 1953, Der freylekhster yid in der velt (le Juif le plus joyeux du monde), Buenos Aires : Yidbukh, pp. 17-22 et le très abstrait et très cabalistique dialogue théorique inclus dans Trunk Y. Y., 1961, Meshiekh geviter (Orage du Messie), Buenos Aires : Yidbukh, pp. 234-265.

16 Roskies David, 1995, A Bridge of Longing, op. cit., pp. 318.

17 Y. Y. Trunk, fin connaisseur de la littérature yiddish moderne, est bien sûr tributaire de la façon dont elle a construit le « mythe du shtetl » tel qu’il a été magistralement analysé par Dan Miron dans The Image of the Shtetl and Other Studies of Modern Jewish Literary Imagination, 2000, Syracuse University Press, pp. 1-48.

18 Voir Lindenberg Judith, 2014, « Les recueils de chants et d’histoires populaires dans la collection “Dos poylishe yidntum” : une entreprise de sauvegarde mémorielle », in Baumgarten Jean & Trautmann Waller Céline (dir.), Rabbins et savants au village : l’étude des traditions populaires juives xixe-xxe siècles, Paris : CNRS Éditions, p. 227-247. Sur le projet général de la collection, voir : Scharwz Jan, 2015, Survivors and Exiles, Yiddish Culture after the Holocaust, Detroit : Wayne State University Press, pp. 92-117.

19 Le constat d’absence de tradition est tiré par Peretz Y. L. dans son article influent du 28 avril 1910, “Vos felt undzer literatur” (De quoi manque notre littérature), Der fraynd, no 88. Voir Peretz Yitskhok Leybush, 1947, Ale verk, vol. vii, New York : Tsiko, pp. 77-101.

20 Voir Shmeruk Chone, 1984, “Medresh Itzik and the Problem of its Literary Traditions”, in Manger Itzik, Medresh Itzik, Jérusalem: Magnes Press, Hebrew University, p. v-xxix.

21 Shmeruk Chone, 1988, Prokim fun der yidisher literatur-geshikhte (Chapitres de l’histoire littéraire yiddish), Tel Aviv: Farlag Y. L. Peretz, Yidish-Opteylung/der Hebreisher Universitet in Yerusholaim, pp. 97-120.

22 Opatoshu Joseph, 1933, A tog in Regensburg un Elye Bokher, New York: Malino. La nouvelle A tog in Regensburg est décrite par Dan Miron comme la fiction historique la plus séduisante d’Opatoshu dans un chapitre où il passe en revue un certain nombre de tentatives d’écrivains yiddish de l’entre-deux-guerres en quête d’un passé littéraire : Miron Dan, 2010, From Continuity to Contiguity, Palo Alto : Stanford University Press, pp. 199-203.

23 Notamment Erik Max, 1928, Geshikhte fun der yidisher literatur fun di elteste tsaytn biz der haskole-tkufe (Histoire de la littérature yiddish depuis les temps les plus anciens jusqu’à la période de la Haskalah), Varsovie : Kultur Lige ; et Weinrich Max, 1928, Bilder fun der yidisher literatur-geshikhte (Images de l’histoire littéraire yiddish), Vilnius : Tomor.

24 Weinrich Max, Bilder fun der yidisher literatur-geshikhte, op. cit., pp. 171.

25 Sur la diffusion du Bovo Dantone qui connut des dizaines d’éditions dans ses diverses incarnations, voir Rosenzweig Claudia, 2016, Bovo d’Antona by Elye Bokher. A Yiddish Romance, Leiden : Brill, Appendice, pp. 503 sqq.

26 À ce sujet, nous nous permettons de renvoyer à notre travail : Bikard Arnaud, 2014, la Renaissance italienne dans les rues du Ghetto : l’œuvre poétique yiddish d’Élia Lévita (1469-1549), Thèse de doctorat, Paris IV–Sorbonne, à paraître aux éditions Brepols.

27 Lévita Élia Baḥur, 1949, Elye Bokher poetishe shafungen (Les œuvres poétiques d’Élia Baḥur), vol. 1 : Reproduktsye fun der ershter oysgabe : Bovo Dantona, Isna, 1541 (Reproduction de l’editio princeps : Bovo Dantona, Isny, 1541 ; les autres volumes ne sont pas parus), Judah A. Joffe (ed.), New York : Judah A. Joffe Publication Commitee.

28 Knaphays Moyshe, 1962, Elye Bokher: Bove-Bukh, Buenos Aires: Yoysef Lifshits-Fond baym Kultur Kongres.

29 Minkoff Nachum B., 1950, Elye Bokher un zayn Bove-Bukh (Elia Baur et son Bove Bukh), New York : Vakser.

30 L’exemplaire utilisé par Trunk est conservé au Jewish Theological Seminary : YIDD. BM58.S6 G48 1848 RBR. Nous n’avons malheureusement pas pu avoir accès à cet exemplaire. Nous avons essentiellement travaillé à partir de l’exemplaire conservé à la Bayerische Staatsbibliothek : A.hebr.901-125/128#Beibd.126, en ligne : http://www.europeana.eu/portal/record/9200386/BibliographicResource_3000045404338.html [consulté en février 2016]. À des fins de comparaison, nous avons également lu la version publiée à Vilnius en 1824 conservée à la Bibliothèque nationale russe de Saint-Pétersbourg. La tradition de la Bove Mayse semble assez unifiée au xixe siècle même si une étude plus approfondie des variations significatives serait bienvenue.

31 Une lecture attentive de l’adaptation de Trunk ne laisse pas apparaître de véritable déviation par rapport à la Bove Mayse. Nous n’avons pas identifié de passage qui permettrait d’affirmer un recours direct au texte du Bovo Dantone original.

32 Trunk Y. Y., Kvaln un beymer, op. cit., pp. 222-227.

33 C’est ce même reproche qu’Erik et Weinreich adressaient à un autre roman yiddish ancien, le Shmuel Bukh, et que Manger s’attachera aussi à corriger dans ses propres interprétations bibliques. Voir Shmeruk Chone, 1984, “Medresh Itzik and the Problem of its Literary Traditions”, op. cit., pp. xxii.

34 La traduction est nôtre. “In der shrayberisher tekhnik hob ikh mikh gehaltn bay der hanokhe vi vayt meglekh tsu sugerirn dem leyener an eyndruk, nemlekh : azoy vi der mekhaber iz fun kop biz di fis meshuke in yidishkeyt, hot er gor fargesn, der batlen, az er hot tsu ton mit di eyle-hoorets, mit di groyse layt fun der velt”, Trunk Y. Y., 1958, Kvaln un beymer, op. cit., pp. 222-227.

35 Trunk Y. Y., 1958, Kvaln un beymer, op. cit., pp. 308.

36 ויקם רוח סערה : « Et s’éleva un vent de tempête. » Ce sont par des mots très proches que débute la vision d’Ézéchiel (Ézéchiel, I, 4).

37 קול ענות מלחמה : « Vacarme de guerre », adapté d’Exode, xxxii, 17-18, épisode du veau d’or.

38 Poisson géant mentionné dans la Bible que, selon la Mishna (Baba Batra, 75a), les justes dégusteront au paradis.

39 Ange de la mort.

40 Féminisation humoristique, à l’aide d’un suffixe d’origine slave, de l’Ange de la mort.

41 Persécuteur des Juifs dans la Méguila de Pourim. Archétype du méchant.

42 Prières récitées en fin d’office le matin.

43 Nom des comités chargés, dans la société ashkénaze traditionnelle, de pourvoir aux besoins du défunt au moment des funérailles. Voir entrée “מעבֿר־יבוק” in Niborski Yitskhok, 2012, Verterbukh fun loshen-koydesh-shtamike verter in yiddish (Dictionnaire des mots d’origine hébraïque et araméenne en yiddish), Paris : Medem-bibliotek.

44 Ange qui accompagne l’âme dans l’autre monde.

45 Expression courante de la littérature narrative hébraïque, en particulier des contes.

46 Littéralement : « association sainte ». Société chargée de l’enterrement des morts.

47 Trunk Y. Y., Kvaln un beymer, op. cit., pp. 316.

48 Ibid., pp. 248.

49 Les remarques suivantes doivent être prises avec précaution puisque nous n’avons pas pu consulter l’exemplaire que Trunk avait effectivement sous les yeux. Nous partons du principe qu’il ne différait pas notablement des éditions à peu près contemporaines que nous avons étudiées.

Auteur

Cermom – Inalco – Sorbonne Paris Cité

© Presses de l’Inalco, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540