Version classiqueVersion mobile

La Prédication existentielle dans les langues naturelles : valeurs et repérages, structures et modalités

 | 
Tatiana Bottineau

Avant‑propos

Tatiana Bottineau

Texte intégral

1Les articles rassemblés dans ce recueil traitent de l’expression des valeurs existentielles dans différentes langues du monde. Le caractère universel de la problématique et sa richesse sont illustrés par la diversité des approches théoriques appliquées permettant de constater les similitudes et les différences de son expression d’une langue à l’autre.

2L’originalité de l’ouvrage ne réside pas seulement dans la description de la variété des structures existentielles dans les langues naturelles, porteurs de valeurs possessives, locatives ou attributives, elle consiste également dans leur lecture multiple. La prédication existentielle est présentée par les auteurs comme une opération spécifique de repérage d’un terme par rapport à l’autre qui se répercute sur le marquage non canonique des constituants propositionnels, ainsi que par l’emploi des marqueurs d’existence spécifiques.

3La structure du recueil a été arbitrairement organisée en deux parties. Dans les articles de la première partie, la prédication existentielle est envisagée d’un point de vue typologique, dans ceux de la deuxième partie, c’est une démarche énonciative et pragmatique qui est appliquée. Cette répartition est toutefois quelque peu artificielle, dans la mesure où tous les auteurs envisagent les traits sémantiques, syntaxiques et formels des constructions existentielles et, pour certains articles, les paramètres contextuels quelle que soit la langue concernée.

4L’analyse typologique et l’approche énonciative se complètent et ouvrent de nouvelles perspectives dans la recherche linguistique sur l’expression de l’existence dans les langues du monde.

5À partir des données des langues naturelles typologiquement éloignées, l’article de Denis Creissels décrit les modes d’expression de la prédication possessive et de la prédication existentielle, discute de leur relation et du codage transitif de la possession. L’auteur de l’article constate que dans beaucoup de langues il est difficile de poser la distinction entre la prédication de l’existence et l’expression de la localisation et qu’il n’est pas rare de trouver dans les constructions possessives un prédicatif de localisation/existence auprès duquel le possesseur est encodé comme la figure. En dépit des théories selon lesquelles la localisation, l’existence et la possession dérivent d’une même structure sous‑jacente avec une préposition comme tête du syntagme prédicatif, les données typologiques et diachroniques présentées dans l’article démontrent que la prédication possessive ne peut pas être décrite comme une variante existentielle de la prédication de localisation. Le changement de perspective dans le profilage de la relation entre le fond et la figure, valeur repère et valeur repérée, est comparable au changement de perspective dans la relation entre agent et patient des constructions passives. D. Creissels considère que d’une part, l’absence de constructions existentielles spécialisées et d’autre part, l’existence de différentes structures transpossessives dans certaines langues ne sont pas des déviations « pathologiques » par rapport à un modèle prétenduement canonique. Ces propriétés sont issues de divers procédés évolutifs : tels que le glissement sémantique des verbes transitifs devenant des transitifs de possession, la dérive transitive des types locatifs, comitatifs, incorpossessifs, le développement de la prédication existentielle issue de l’impersonnalisation de constructions transpossessives.

6L’existence d’une structure commune aux propositions à valeur existentielle au sens large du terme est également réfutée dans l’article de Rachel Szekely qui travaille sur les données de l’anglais. L’objectif fixé dans son article consiste à comparer les propositions à valeur locative (locative sentence) et les propositions à valeur existentielle (existential‑there sentence) et à décrire les différences qui les séparent. À partir d’exemples courts et dépourvus de toute ambiguïté, R. Szekely démontre que ces deux types de prédication en anglais ne se distinguent pas uniquement par leur structure et par le choix des composants, mais qu’ils réagissent différemment aux manipulations transformationnelles. À l’instar de D. Creissels, R. Szekely se désolidarise de l’idée qu’une même et seule structure sous‑jacente leur soit commune. En anglais, la localisation d’un référent, selon l’auteur de l’article, est bien exprimée dans les deux types de prédication, mais son poids n’y est pas le même : dans les propositions existentielles (existential‑there sentence), la localisation est essentielle, alors que ce n’est pas le cas des propositions locatives (locative sentence) dans lesquelles la localisation d’un référent n’est pas l’unique valeur exprimée. La proposition anglaise à valeur existentielle sert avant tout autre chose à définir la localisation d’un référent dans le temps et dans l’espace plutôt qu’à prédiquer son existence, alors que la proposition locative prédique à la fois l’existence d’une occurrence et sa localisation dans un cadre spatio‑temporel.

7L’article de Daniel Weiss porte sur l’expression de la possession en russe. La démarche adoptée est à la fois typologique, syntaxique et sémantique. Elle est typologique dans la mesure où l’auteur de l’article s’attache à étudier les constructions possessives russes en comparaison avec les principaux moyens d’encodage de la possession dans les langues slaves et baltes, qui atteignent au moins une demi‑douzaine de types. Répertoriés par l’auteur de l’article, ils sont rapprochés des stratégies de l’expression de la possession en russe où ils sont pratiquement tous présents bien que leur représentaion soit marquée par un certain déséquilibre. En effet, tandis que le type adessif en russe est dominant, le type comitatif n’y concerne que quelques tournures. Sur la base des exemples attestés, D. Weiss démontre que ni les noms d’action, ni les noms d’agent n’excluent une prédication possessive. En revanche, les constructions adnominales, qui bloquent le format prédicatif, impliquent des changements dans l’ordre des mots et dans la distribution des rôles entre les actants ; elles induisent la réinterprétation de la situation rapportée et ne se laissent pas transformer en propositions possessives. La démarche de D. Weiss est également syntaxique dans la mesure où il analyse les différentes structures liées à la possession, y compris le format adnominal et le format actanciel peu étudiés dans la littérature linguistique. Leur comparaison interpelle le lecteur sur les fonctions discursives de la prédication possessive et notamment, les modes de présence du possesseur et du possédé dans un discours précédent. La flexibilité et la richesse de la construction possessive russe sont également illustrées à travers les valeurs sémantiques parfois inattendues. L’étude des possibilités de l’utilisation du verbe byt’ « être » à la place de imet’ « avoir, posséder », considéré comme marginal, ainsi que l’analyse de son dérivé intransitif imet’sja sont incontestablement les points forts de l’article de D. Weiss.

8La deuxième partie du recueil contient les articles appliqués aux données des langues typologiquement différentes (l’hébreu, le russe, le français, le chinois, le vietnamien) qui ont en commun la pratique des méthodes de l’analyse pragmatique et énonciative. Les études proposées s’appuient sur les critères formels et sur la prise en compte des paramètres discursifs : structure des propositions et ordre des mots, modes de repérage entre les protagonistes de la relation existentielle, paramètres cotextuels et contextuels, entre autres.

9L’article de Rivka Halévy est consacré à l’hébreu moderne et à l’analyse structurelle et fonctionnelle des propositions existentielles de cette langue. Si l’encodage des valeurs existentielles dans l’hébreu standardisé est conventionné, ce n’est pas le cas du langage oral où l’ordre des constituants propositionnels n’obéit pas à la norme grammaticale et dépend plus de l’intuition du locuteur et de la perspective énonciative qu’il adopte. L’inversion de l’ordre des mots n’est pas considérée par R. Halévy comme un moyen de focalisation d’un constituant, comme c’est le cas dans d’autres langues européennes, étant donné que dans l’hébreu moderne la focalisation est davantage exprimée par le recours aux moyens morphologiques. L’auteur de l’article récuse l’idée que le changement du positionnement du sujet dans une proposition existentielle en fait l’objet et lui accorde un statut particulier qui n’est ni celui du sujet ni celui de l’objet, mais d’un constituant non focalisé faisant partie intégrante du « bloc prédicatif ». Les propriétés atypiques des propositions existentielles sont corrélées aux valeurs sémantiques déjà présentes dans la langue et sont déterminées par les facteurs pragmatiques, sans oublier les procédés de la grammaticalisation des constructions existentielles spécifiques à l’hébreu moderne. Les propositions avec un ordre des mots « hybride » ne contredisent pas cet avis et s’accordent avec la signification et le fonctionnement de la construction existentielle utilisée couramment.

10L’article d’Arnaud Arslangul et de Marzena Watorek analyse les interactions entre les structures phrastiques, informationnelles et discursives du chinois et du français, langues très éloignées typologiquement. L’étude vise à montrer les similitudes et les différences qui peuvent exister dans la construction d’un discours dit de « description spatiale statique » dans les deux langues. En chinois, la structure syntaxique de la construction existentielle est rigide et obéit toujours au même ordre alors qu’en français, sa position au sein d’une proposition est variable. S’inscrivant dans l’approche psycholinguistique du modèle de production langagière de Levelt (1989), l’article pose la question de l’influence de la structure d’une langue donnée et de ses règles morpho‑syntaxiques sur la conceptualisation par les locuteurs du message à transmettre dans le cas d’une tâche communicative complexe. L’étude comparative des structures existentielles françaises et chinoises montre que les moyens d’encodage y sont différents tant au niveau phrastique qu’au niveau inter­phrastique. L’ordre syntaxique SVO propre à la construction existentielle en chinois coïncide avec l’ordre topique/focus, alors qu’étant plus souple en français, il peut subir des écarts. À partir de ces observations, les auteurs de l’article posent la question sur l’influence des méthodes de l’encodage des contenus en français sur le discours en chinois d’un porteur natif de la langue française.

11Les articles de Elena Padučeva et de Tatiana Bottineau portent sur l’expression des valeurs existentielles en russe et adoptent une démarche énonciative.

12Elena Padučeva aborde la prédication existentielle sous plusieurs angles. Dans un premier temps, l’article traite des verbes d’existence issus de la même racine, byt’ « être » et son équivalent à valeur fréquentative byvat’. La relation d’opposition entre un verbe statique et un verbe dynamique est présentée par E. Padučeva comme un trait essentiel qui se répercute sur la structure syntaxique des constructions existentielles qui emploient ces deux verbes.

13L’emploi de byt’ à la forme négative en combinaison avec un nom au génitif est un autre sujet abordé par E. Padučeva. Cette construction exprime en russe l’inexistence ou de l’absence d’un référent. Son emploi, selon l’auteur de l’article, implique que le locuteur acquiert le statut d’un observateur qui perçoit l’état de choses dont il rapporte l’existence ; son rôle d’observateur est confirmé dans ces propositions par l’emploi récurrent des verbes de perception. À partir de ces paramètres sémantiques et énonciatifs, l’auteur de l’article pose la distinction entre les propositions existentielles et les propositions locatives et place l’analyse des données dans le cadre de la relation entre le fond et la figure. Ainsi, les propositions existentielles sont caractérisées par l’inexistence de la référenciation pour la figure et demandent l’emploi de la forme conjuguée est’, alors que les propositions locatives se distinguent par la présence de la figure dans le monde référentiel et par l’emploi de la forme zéro du même verbe.

14La variation des formes et des valeurs sémantiques du verbe russe byt’ « être » est également abordée dans l’article de Tatiana Bottineau. L’auteur vise à démontrer que le choix entre la forme conjuguée est’ et la forme zéro ø de byt’ dans les propositions existentielles, qu’elles soient à valeur locative ou possessive, est loin d’être fortuit. Malgré les apparences, ces formes verbales ne sont pas concurrentielles et leur permutation soit est contrainte, soit influe sur la structure et le contenu de la proposition. Le choix entre est’ et ø, en tant que pivot de la mise en relation des deux protagonistes de la relation prédicative, constitue la trace des opérations abstraites réalisées sur le plan de l’énonciation. Il est soumis à des régularités qui se présentent comme le résultat de la détermination qualifiante et de l’identification singularisante des termes mis en relation. L’analyse des critères impliquant l’emploi, souvent obligatoire, de chacune de ces deux formes verbales s’appuie sur les paramètres sémantiques (types de noms dénotant les occurrences), propositionnels (structure et prosodie des propositions) et co(n)textuels (existence de préconstruit explicite ou de présupposé implicite, lien de la prédication existentielle avec les contenus antéposé et postposé). Les moyens linguistiques mobilisés sont corollaires des paramètres énonciatifs. Le statut énonciatif et la localisation des instances énonciatives, ainsi que la visée communicative du locuteur conditionnent d’éventuels effets de saillance et l’orientation de la perspective de la proposition existentielle.

15L’article de Huy Linh Dao et Danh Thành Do‐Hurinville est consacré à la langue vietnamienne et au morphème polyfonctionnel . Ses auteurs mettent en question le statut nominal et adjectival de  et démontrent la nature verbale de cette unité à l’origine de la construction d’une sous‑classe des phrases dites existentielles. En tant que marqueur d’existence, instancie un patron transitif bi‑argumental qui s’applique à divers types de relations binaires pouvant être ramenés à une forme de possession concrète ou abstraite. opère également comme un marqueur d’insistance ou de focalisation, l’effet de mise en relief étant corrélé aux différents facteurs co(n)textuels. La pluralité des emplois de  se réduit à un noyau sémantique commun qui se cristallise sous la forme d’une prédication existentielle. Envisagée à travers des contextes linguistiques assez hétérogènes, l’unité sémantico‑conceptuelle de  apparaît comme modalisable : l’existence peut être assertée, présupposée et supposée.

16En rassemblant des données très variées, le recueil vise à démontrer que l’expression de l’existence dans les langues du monde sont soumis à des variations importantes, mais que des traits communs importants existent. Sans être réductibles à des structures canoniques modèles, les constructions existentielles reflètent les spécificités de chaque langue, mais traduisent également les modes de la pensée humaine, et c’est en cela qu’elles sont universelles.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search