Version classiqueVersion mobile

Experts et expertise dans les mandats de la société des nations : figures, champs, outils

 | 
Philippe Bourmaud
, 
Norig Neveu
, 
Chantal Verdeil

Dialectique asymétrique de l'expertise et de la contre-expertise

Missionnaires britanniques : experts/ contre-experts du mandat en Palestine ?

British missionaries: experts/counter-experts of the Palestine mandate?

Karène Sanchez Summerer

Résumé

L’article retrace le parcours, les actions, les prises de position de deux missionnaires docteurs dans la région Sud palestinienne d’Hébron, ainsi que leurs impacts à différentes échelles. Il analyse en quoi les docteurs A. Paterson et E. D. Forster ont fait figure d’experts officiels et non officiels, mais aussi de contre‑experts de l’administration mandataire durant les crises majeures de 1920‑1921 et 1936‑1938. A. Paterson, sollicité par le haut‑commissaire et le Chief Secretary dès 1918 pour sa connaissance fine du terrain, de la société arabe palestinienne et loué pour son rôle fondamental dans l’endiguement de la violence à Hébron durant les émeutes de 1920 et 1921, a participé aux commissions d’enquête du gouvernement mandataire. Il a souligné tôt les écueils de la déclaration Balfour du 2 novembre 1917 et a émis des réserves sur les conséquences du sionisme politique et économique en Palestine. La connaissance du terrain hébronite du docteur E. D. Forster a été utilisée par l’administration civile et militaire mandataire durant la Grande révolte arabe contre le mandat britannique. Avec l’appui de l’évêque anglican de Jérusalem, E. D. Forster s’est opposé aux abus de l’armée britannique et a tenté d’influer sur les administrations locales et métropolitaines mais aussi l’opinion publique britannique en Palestine et en Grande‑Bretagne.

Texte intégral

  • 1 NLS, Acc 4499, p. 10, Judge J. H. Scott (Chief Justice in Palestine).

Pour tous les habitants de Hébron et des villages environnants, Paterson fut la personnification même de ce que l’Empire britannique était pour eux. Le travail qu’il avait effectué durant ses longues années de service parmi eux avait consolidé les bases du district pour nous. Nous n’avions pas des administrateurs parfaits […] il y avait beaucoup de problèmes et de difficultés, mais tous ont été présentés à Paterson et les chemins montueux furent aplanis1.

1Cet hommage du juge de la Cour suprême des autorités mandataires de Palestine au sujet du missionnaire et docteur A. Paterson, resté en poste à Hébron de 1893 à 1922, est significatif des liens entre l’administration britannique et les missionnaires comme agents, relais des autorités mandataires sur le terrain. Dans son témoignage intégral, le juge insiste sur le travail préparatoire de Paterson à la stabilité de l’ensemble du district d’Hébron en vue de garantir une présence britannique durable en Palestine, ainsi que sur sa connaissance fine du terrain et ses qualités de conseiller pour l’administration mandataire.

2L’analyse du parcours de deux missionnaires britanniques à Hébron durant l’entre‑deux‑guerres, A. Paterson et E. D. Forster, apporte un éclairage sur les actions et les enjeux auxquels les missionnaires protestants et anglicans ont été confrontés, à une période où plusieurs transitions se sont opérées : religieuses (les missionnaires se sont rapprochés des musulmans par le biais d’actions sanitaires à vocation humanitaire) et politiques (ils ont été associés aux autorités dans le domaine du sanitaire et de l’éducatif). Le début de la présence britannique en Palestine et la fin des années 1930 ont été marqués par de violents affrontements entre Juifs et Arabes d’une part, et d’autre part par une révolte arabe à caractère anticolonial, contre la présence des Britanniques.

  • 2 J. Proctor (1997) a mentionné rapidement Paterson dans son étude. M. Marten a contextualisé l’acti (...)
  • 3 Ewing, 1931, p. 8. W. Ewing (1857‑1932) est un ancien collègue missionnaire écossais de Paterson. (...)
  • 4 M. Hughes (Hugues, 2009) a mentionné brièvement Forster dans ses études sur les techniques de cont (...)

3Or, malgré le rayonnement de leur action sanitaire sur l’ensemble de la région et leur rôle politique durant les crises qu’a affrontées l’administration mandataire, la présence de missionnaires à Hébron et ses impacts demeurent peu connus2. Les enjeux mandataires à Hébron semblent s’être concentrés essentiellement autour des juifs et des musulmans, notamment en raison du massacre de certains membres de la communauté juive en août 1929, occultant la présence chrétienne de missionnaires dans la ville. Pourtant, la région d’Hébron étant apparue aux administrateurs britanniques comme « le district le plus grand, le plus épars et le plus inaccessible du pays3 » dès les premières semaines de l’administration militaire, celle‑ci s’est fondée sur l’expertise missionnaire. La Grande révolte arabe contre la présence britannique à partir de l’été 1936 a marqué une césure, un basculement dans la perception du rôle des missionnaires par l’administration mandataire. Les critiques acerbes des modalités de l’occupation britannique en Palestine par certains missionnaires et par l’évêché anglican de Jérusalem, relayées auprès de l’opinion publique britannique de Palestine et de Grande‑Bretagne, ont constitué une forme de contre‑expertise4.

  • 5 Le journal de Paterson débute quelques mois après son arrivée en Palestine en 1893 et s’achève à l (...)
  • 6 Sibeud, 2004, p. 93.

4En poste à Hébron de 1893 à 1922 et de 1932 à 1940, A. Paterson et E. D. Forster ont tous deux laissé un journal5 et une correspondance avec l’évêché de Jérusalem ainsi qu’avec leur institut missionnaire en Écosse et en Angleterre et les administrations civile et militaire du gouvernement palestinien. Ces différentes sources dépeignent deux missionnaires engagés, ayant fourni une expertise à la communauté britannique de Palestine. Leurs journaux ne sont véritablement ni des autobiographies, ni des journaux intimes, et les deux missionnaires n’ont par ailleurs pas laissé d’autres écrits à caractère autobiographique. Le statut de la publication est personnel dans les deux cas. Cependant, le croisement de ces archives personnelles avec différents extraits de correspondances éclaire sur leur qualité d’experts/contre‑experts durant ces années de crise et sur la façon dont ils ont « déterminé, accompagné et parfois simplement commenté de façon plus ou moins pertinente l’exercice de la domination6 » britannique en Palestine.

5Les missionnaires ont été confrontés à deux moments de crise, qui ont véritablement ébranlé les autorités mandataires, et qui se sont traduits par de violents affrontements dont ils ont été témoins et acteurs. Ces crises mettent en lumière l’évolution du regard de l’administration sur leur position d’experts, ces missionnaires ont progressivement été perçus comme des contre‑experts, lorsqu’ils ont critiqué la position et les actions des autorités envers les populations locales. Leur attitude envers les autorités britanniques semble avoir été en grande partie orientée par ces événements tragiques et ces faits violents qui les ont amenés à prendre leur distance par rapport aux administrateurs du mandat.

6D’un point de vue géographique, leur éloignement du centre décisionnel à Jérusalem a favorisé une libération de leur parole. Les archives missionnaires rendent ainsi compte d’un espace toujours plus grand entre action personnelle et version officielle de la mission. Les deux missionnaires sont en effet restés en poste durant de nombreuses années dans la ville et ont sillonné la région, entourés d’une communauté britannique très restreinte. D’autre part, les réseaux sur lesquels les missionnaires ont pu s’appuyer dans une ville assez isolée, leur ont garanti une visibilité et une crédibilité au‑delà de leur terrain d’action proprement dit.

7Insérés dans les institutions officielles du mandat au point d’être considérés comme des agents des Britanniques durant les premières années de leur mission, ils ont influencé les vues et les prescriptions du gouvernement mandataire sur Hébron. Leur parcours et leur position reflètent la complexité du rôle des missionnaires dans les interactions entre les autorités mandataires britanniques et les populations locales et leur contribution à faire accepter une partie de la communauté britannique dans cette région intérieure.

8Cet article se penche sur le parcours de ces deux missionnaires, leurs actions et positions et leurs impacts dans la ville et la région d’Hébron en Palestine. Il analyse en quoi ces docteurs ont fait figure d’experts officiels et non officiels, voire de contre‑experts de l’administration mandataire durant les crises majeures de 1920‑1921 et 1936‑1938 en Palestine, et les conséquences de leurs prises de position à une échelle locale et internationale.

Des relations ambiguës entre missionnaires et pouvoir politique

Genèse des liens entre missionnaires britanniques et mandat pour la Palestine

  • 7 LPL, Davidson Papers, vol. 400 ; Robson, 2011, p. 477.

9L’établissement du mandat britannique sur la Palestine (1922‑1948), ratifié par la League of Nations, la Société des Nations, engendre un lien particulier entre les autorités mandataires et les missionnaires britanniques. Présents à l’entrée du général E. Allenby dans Jérusalem, bien que non associés officiellement à la cérémonie, les missionnaires anglicans accueillent favorablement l’administration mandataire en laquelle ils espèrent des possibilités de soutien et d’expansion pour leurs œuvres missionnaires. Ainsi, le premier secrétaire de la Anglican and Eastern Churches Association, J. Fynes Clinton, indique à l’archevêque de Canterbury qu’il voit dans l’établissement du mandat « un grand potentiel pour le futur de la Chrétienté7 ».

  • 8 Naili, 2007, p. 42.
  • 9 Murre van den Berg, 2006.

10La Palestine est à la fin du xixe et au début du xxe siècles « au croisement de la littérature orientaliste et de la topographie biblique8 ». Cet intérêt pour la Terre sainte a une double dimension, religieuse et politique, liée à la concurrence entre les ambitions impérialistes de différents pays européens. Hébron, attachée uniquement aux références de l’Ancien Testament, apparaît relativement peu dans ce Holy Land discourse, écrit sur la Terre sainte du xixsiècle9.

  • 10 Bien que des pasteurs et docteurs de la LSJ (London Society for Jews) effectuent régulièrement des (...)

11Dans un cadre a priori favorable aux missionnaires britanniques en raison de l’établissement du mandat, Hébron, essentiellement musulmane, est au coeur de la rhétorique missionnaire protestante. Des services sanitaires y sont offerts par les missionnaires depuis la fin du xixe siècle aux juifs et aux musulmans. La mission médicale protestante prend son essor durant le dernier quart du xixe siècle et jusqu’à la fin des années 1920, elle reste « imitative » (les missionnaires suivent l’exemple du Christ), « humanitaire, philanthropique, et stratégique » (dans le sens où elle constitue encore le seul moyen pour les missionnaires d’approcher les Hébronites), puis progressivement les services sanitaires aux populations deviennent des objectifs en eux‑mêmes. Les actions des missionnaires à Hébron s’organisent autour de l’hôpital/dispensaire missionnaire qui demeure le seul hôpital du district, de la fin du xixe siècle à la fin du mandat britannique10.

  • 11 Shepherd, 2008, p. 187 ; maladies décrites dans Bible lands de la JEM.

12La période de la présence britannique correspond à une nette amélioration de l’état de santé mais le département de la Santé est moins présent à Hébron, notamment parce qu’il concentre ses efforts sur le combat contre la malaria (moins présente dans la ville d’Hébron davantage touchée par la typhoïde, la dysenterie, les maladies des yeux) et affronte des pénuries budgétaires. Il s’appuie rapidement sur l’action des missionnaires dans ce district11. En effet, bien que la ville et son district accueillent une population importante, peu d’officiers britanniques sont présents. La communauté britannique en poste à Hébron est très petite, constituée des corps de métiers que l’on retrouve habituellement dans les petites villes : fonctionnaires administratifs, militaires, missionnaires, infirmières, tous attachés à l’hôpital‑dispensaire. Les agents administratifs ne restent pas plus de deux à trois ans au même poste, la ville semble avoir été perçue par beaucoup comme une destination peu attrayante. Les missionnaires sont ceux qui restent le plus longtemps en poste à Hébron et sont des interlocuteurs privilégiés de la population hébronite durant l’entre‑deux‑guerres.

  • 12 La JEM est créée en 1887 par l’évêque anglican de Jérusalem pour maintenir et développer les activ (...)
  • 13 Lorsque les événements d’août 1929 se produisent, les missionnaires de la Church Missionary Societ (...)
  • 14 MECA, GB 165­0161, JEM, Bible Lands, 125b, avril 1930, p. 6‑8. Le rapport dépeint des conditions d (...)
  • 15 CMS, G3 P/L 16 et MECA, JEM, GB 165‑0161, 59/1.
  • 16 MECA, GB 165‑0161, JEM, Annual Reports, 75b, 1930, p. 17.

13C’est véritablement ce que la Jerusalem & the East Mission (JEM)12 considère comme la « Saint Barthélémy palestinienne » (émeutes du 23 et 24 août 1929 à Hébron qui provoquent la mort de 67 juifs) qui entraîne la réouverture de l’hôpital d’Hébron par la JEM13, plus rapidement que ne l’avait prévu l’évêque Mac Innes, à la suite de la demande et avec le soutien du gouvernement mandataire14. Pour la JEM, ces enjeux correspondent également à l’augmentation de l’importance de l’hôpital dans la ville, à la cessation des activités de l’hôpital de Beit Hadassah (soutenu financièrement par des organisations sionistes qui partent de la ville à la suite du massacre et du transfert de la communauté juive sur Jérusalem) et à la volonté du gouvernement mandataire de poursuivre une action sanitaire dans le district15. L’hôpital est inauguré le 9 septembre par le haut‑commissaire Chancellor en personne et l’évêque de Jérusalem et a pour vocation de traiter patients juifs et musulmans. Les missionnaires se présentent, et sont présentés par les autorités mandataires, comme des médiateurs entre les confessions dans cette ville qu’ils décrivent comme très éprouvée après le massacre de 1929. Le 24 février 1930, l’évêque affirme au haut‑commissaire britannique qu’il n’y a aucun hôpital au Sud de Jérusalem, à part celui de Gaza, et que cet hôpital à Hébron pourrait donc rendre « un grand service au département de la Santé16 », répondant ainsi aux besoins du gouvernement mandataire tout en étant soutenu financièrement par les missionnaires.

Expertise et pouvoir colonial

14Les archives missionnaires, les journaux laissés par les docteurs mais aussi les archives mandataires sont silencieux sur une éventuelle formation spécifique suivie par ces missionnaires. Au‑delà de la solide formation en langue arabe avant leur arrivée en Palestine, non explicitée mais mentionnée par différents acteurs hébronites et britanniques, véritable « passeport linguistique » qui fait d’eux des intermédiaires avec la population locale dès leur arrivée à Hébron, comme nous l’explicitons dans les parties suivantes de cet article, leur expertise semble s’être élaborée progressivement sur le terrain et reconnue après plusieurs mois par les différents acteurs britanniques de Palestine. Les différentes facettes de leur expertise, et plus tard dans leur carrière dans la région, de contre‑expertise, semblent donc avoir été plus liées à leur parcours personnel sur place, leurs liens étroits avec la population locale, les aléas de leurs rencontres et pour E. D. Forster – et il s’agit là d’une grande différence avec A. Paterson – du soutien reçu par l’évêché de Jérusalem, contre l’archevêché de Canterbury.

  • 17 Porter, 2004, “Conclusion” ; et Bourmaud, 2015.‬

15Dans ce cas précis de la Palestine mandataire, les missionnaires ont apporté à l’administration coloniale une connaissance du terrain qui a influé sur l’élaboration du savoir colonial. Ils ont été guides de terrain, relais pour faire passer les informations, instrument de contrôle des populations locales. L’expertise a donc signifié un véritable pouvoir, pouvoir d’influencer la politique coloniale britannique, de créer en quelque sorte cette « réalité hébronite » peu connue des agents mandataires. Elle a aussi signifié, lors de la Grande révolte arabe, le pouvoir de s’opposer à des dérives de la politique coloniale, non seulement au nom de valeurs dont se sont revendiqués certains acteurs missionnaires, mais aussi et surtout au nom d’une expertise acquise sur le terrain durant plusieurs années. En ce sens apparaît une forme de rivalité, de concurrence, entre administration civile, militaire et missionnaire britanniques au sujet de qui possède une expertise dans les zones plus reculées de Palestine mandataire. Les missionnaires remettent en cause l’efficacité de la politique coloniale mandataire et en ce sens, leurs positions est similaire à celles d’autres missionnaires dans des zones mandataires17. Toutefois leur contre‑expertise a ceci de spécifique qu’elle remet en cause les modalités de la présence coloniale britannique par rapport à des obligations morales des Britanniques dans le contexte particulier de « double obligation ». Les écrits de ces deux missionnaires révèlent en effet la difficulté constante des Britanniques à hiérarchiser entre les deux obligations mandataires, favoriser l’édification d’un Foyer national juif en Palestine (déclaration de Lord Balfour le 2 novembre 1917) et doter progressivement le pays de libres institutions de gouvernement [self government institutions].

  • 18 L’immigration juive vers la Palestine atteint un niveau sans précédent – en 1935, plus de 61 000 a (...)
  • 19 Laurens, 2002, chapitre 8.

16Une des crises qui ébranle les Britanniques en Palestine est en effet la Grande révolte qui éclate à l’été 1936 et dure trois ans, soulèvement anticolonial le plus important de l’entre‑deux‑guerres au Moyen‑Orient selon L. Robson. À l’automne 1933, les différentes forces politiques arabes lancent une campagne contre l’immigration des juifs européens en Palestine et ont recours à la violence contre les Britanniques de manière systématique à partir de 1935. Cette situation entraîne une grève générale arabe à partir du printemps 1936. La Palestine se retrouve alors sous loi martiale. Dans les campagnes, des bandes armées s’en prennent aux positions britanniques et aux colonies juives, la grève devient une révolte. Plusieurs causes sont avancées par les historiens européens, américains, israéliens et palestiniens : l’hostilité au Foyer national juif18, l’échec du projet de Conseil législatif proposé par le haut‑commissaire A. Wauchope (pas de perspective d’autonomie pour les Arabes, alors que d’autres pays de la région y accèdent), la grève des Syriens contre les Français [janvier 1936]19.

17Les Britanniques sont surpris par la vitalité des insurgés hébronites, leur organisation politique et matérielle. La ville leur semblait relativement calme et il était considéré comme « facile » d’y « régner » (bien que sans grand intérêt), avec, selon les Britanniques, une présence sioniste effacée. Pendant ces trois années (mais véritablement à partir de l’été 1938) les Britanniques s’enferment dans un cycle de violences/répression/violences dont les Hébronites paient le prix fort (pendaisons, prisons, châtiments collectifs, bannissements, et autres conséquences des lois d’urgence et martiales dans le district). Les Hébronites demeurent pour les Britanniques une forme de « ruraux urbains », les militaires britanniques ne semblent pas pouvoir leur répondre rapidement ni de manière efficace. La ville d’Hébron et sa région semblent devenir une sorte de laboratoire de la tactique militaire et politique britannique durant la Grande révolte, particulièrement en 1938.

18L’affront hébronite aux troupes britanniques dans tout le Sud palestinien et la mise en échec de l’administration civile est aussi le théâtre d’une contre‑expertise qui se met progressivement en place, les populations du district d’Hébron percevant progressivement l’évêché comme catalyseur de leurs revendications face à un archevêché de Canterbury qui soutient le mouvement sioniste. Le croisement de différentes archives missionnaires, gouvernementales et militaires permet de comprendre l’ampleur des démarches et du réseau des missionnaires sans toutefois être très détaillées. Il laisse également supposer une censure et une pression exercées par l’administration mandataire à l’encontre de l’évêque qui explique sans doute que certains documents auxquels il est fait référence dans les correspondances soient absents de ces fonds.

  • 20 Hajj Amin al‑Husseini, à la tête de la nouvelle charge de grand mufti de Palestine, a donc un pouv (...)
  • 21 Badran, 2014. Forster fait référence aux tentatives du Ḥizb al‑difāʿ al‑waṭanī, le parti de défens (...)

19L’expertise locale de ces deux missionnaires illustre à une plus grande échelle, la façon dont les autorités mandataires jouent sur la rivalité traditionnelle d’Hébron avec Jérusalem, notamment en renforçant les pouvoirs du Conseil supérieur musulman, seule instance représentative des musulmans20. Les missionnaires révèlent les jeux d’alliance des pouvoirs civils avec les clans rivaux des Husseini et des Nashashibi21 dans le sud de la Palestine, puis après 1937 et la disgrâce de Hajj Amin al‑Husseini. Ils apportent une vision sur le fonctionnement du leadership palestinien local et de ses liens avec Jérusalem, sur l’institutionnalisation de certaines élites par le gouvernement mandataire et le délaissement d’autres.

  • 22 Pedersen, 2015, p. 95‑103 et chapitre 12 pour la question de l’internationalisation de la question (...)

20La dénonciation par les missionnaires de ce qu’ils qualifient « d’occupation » britannique devient plus vigoureuse dans la ville d’Hébron, son district et à une plus grande échelle en Palestine. En dénonçant les exactions commises à l’encontre de la population et en en rendant compte à l’évêque de Jérusalem, le docteur Forster attire l’attention de certains membres de la communauté britannique qui se plaignent auprès du haut‑commissaire. Les dénonciations d’actes répréhensibles prennent donc une ampleur inégalée et le gouvernement craint qu’Hébron ne serve de modèle en ce sens. Les rapports britanniques et missionnaires, qui font également état des hésitations de la politique britannique à l’égard des deux grandes factions de Jérusalem (Husseini et Nashashibi) s’opposant à Hébron, témoignent des différentes options proposées pour mettre fin aux violences, chacun à leur manière s’interrogeant sur les préparations de cet avenir hébronite et au‑delà, palestinien, mais dans lequel il est finalement peu fait référence à la Société des Nations. Elle montre donc également les limites de cette expertise et contre‑expertise missionnaire par rapport aux missions de la League of Nations, la spécificité de la situation de la Terre sainte évoquée de manière récurrente ayant été, en quelque sorte, un obstacle à la prétention d’objectifs plus « universels » et les pouvoirs mandataires ayant peu cherché l’approbation de la Société des Nations à la fin des années 193022.

Des missionnaires influençant l’élaboration du savoir colonial mandataire

Paterson “the Hakim”, un missionnaire attaché à la ville d’Hébron

  • 23 Le triple sens du terme arabe Hakim [wise, ruler, physician], souligné par W. Ewing, traduit les r (...)
  • 24 W. Ewing est un des interlocuteurs que Paterson semble avoir apprécié le plus, et dont il partagea (...)

21Paterson incarne une expertise liée à l’attachement au lieu et à la collecte des données. Il est en effet resté en poste à Hébron durant près de 30 ans. Cela s’est traduit par une expertise liée à son statut de « témoin » sur le terrain et un engagement auprès des populations de la région23. “Paterson of Hebron” est l’expression utilisée, selon W. Ewing dans son introduction, par les Hébronites eux‑mêmes et le reste de la communauté britannique pour désigner Paterson, et signifier par là son attachement à la ville et au service médical mis en place24.

  • 25 Marten, 2006, p. 167.
  • 26 Ses archives personnelles indiquent qu’il a assisté à plusieurs comités de son Église en Écosse, a (...)

22Né en 1863 en Inde, fils d’un médecin missionnaire écossais en Inde, A. Paterson s’inscrit dans une tradition familiale de l’assistance médicale missionnaire. Selon M. Marten, il est « l’un des deux docteurs écossais leaders au Levant25 ». Il a sillonné le Moyen‑Orient, occupé un poste de docteur missionnaire à Aden (1888‑1891), puis au Caire et visité l’Afrique du Sud dans un cadre d’activité missionnaire, avant de se rendre à Hébron. Il semble avoir été actif au sein de l’Église écossaise26. A. Paterson s’est installé à Hébron en 1893, a pris en charge l’unique dispensaire puis hôpital de la région qu’il a sillonnée régulièrement après son installation. Il apparaît, d’après les témoignages des Hébronites et ceux de ses collègues disponibles dans ses archives personnelles, comme proche de la population locale, arabophone et comme ayant acquis une connaissance de l’islam et des traditions musulmanes supérieures à celles de nombreux officiels britanniques de Palestine :

  • 27 Éloge de l’action du docteur Paterson accompagnant la promotion du livre de W. Ewing.

Il a détruit la barrière pérenne de l’orgueil et de l’ignorance ; il était non seulement leur médecin mais leur guide, leur champion, et leur juge, devant qui ils apportaient leurs disputes de famille, de tribu, de village, pour qu’il les règle27.

  • 28 Imperial War Museum Archives (IWMA), films n° 24 et n° 72.

23Comme les autres missionnaires présents en Palestine, il a dû quitter le territoire lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914. Resté en Palestine jusqu’en 1915, il a brièvement été interné et est revenu au Moyen‑Orient en tant que Lieutenant dans le Royal Army Medical Corps [Corps médical de l’armée royale], en Égypte. Il est retourné à Hébron en tant que Principal Medical Officer [officier médical principal] sous l’OETA (Occupied Ennemy Territory Administration)28, lié au Syria and Palestine Relief Fund (institution ecclésiastique œcuménique créée au début de la guerre). En raison de son expérience sur le terrain, il a été convoqué à plusieurs reprises par le gouvernement militaire puis civil britannique.

  • 29 NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n°15 et CZA (Central Zionist Archives), L4/756, Arab activities in (...)

24L’OETA (régime militaire mis en place en Palestine après l’arrivée des troupes britanniques à Jérusalem le 11 décembre 1917) s’est en effet beaucoup appuyée sur A. Paterson pendant les premiers mois de la présence britannique dans le sud de la Palestine. Celui‑ci a relayé des informations importantes aux autorités qui craignaient alors les mouvements des bédouins dans le sud du district29. Elles désiraient en effet contrôler les Bédouins de Syrie et de la vallée de Beisan qui attaquaient les forces militaires britanniques. En 1920, convoqué par W. Deedes (Chief Secretary), A. Paterson a joué un rôle décisif dans l’établissement de la frontière avec les bédouins de Biʾr al‑Sabʿ.

25Il a soumis son analyse de la situation économique de la ville plusieurs fois aux Britanniques en poste en Palestine dès la fin de la Première Guerre mondiale. Ayant alors acquis une fine connaissance des activités économiques et des principaux producteurs de la ville depuis plus de vingt‑cinq ans, il a mis en garde les membres de la première administration britannique contre ce qu’il considérait comme un délaissement de la zone. A. Paterson a remis son rapport à un moment où il se savait écouté par les autorités. C’est en effet à la même période qu’il a prévenu l’administration des dangers du sionisme et des tensions que ce dernier engendre selon lui, comme nous l’évoquons plus loin. Le docteur missionnaire a multiplié les actions d’inspection du système hydraulique, insisté sur la nécessité d’améliorer le système d’approvisionnement de la ville (il y a travaillé avec plusieurs ingénieurs).

  • 30 Il a communiqué son analyse au département du commerce et de l’industrie puis à celui de l’agricul (...)

26Dès le 16 février 1918, il a brossé un tableau de la situation économique d’Hébron, tableau d’autant plus intéressant que Paterson a fait partie de la Commission sur les Industries [Crafts and Industries Commission] mise en place par l’administration mandataire et a tenté d’influer sur les décisions prises par cette première administration. Ce bilan est un des rares documents de la période à mentionner la rivalité économique entre Hébron et Naplouse au début du mandat, et à l’aborder avec des perspectives portant sur le court et le moyen terme30.

27D’autre part A. Paterson a rapidement sensibilisé les autorités mandataires sur la mobilisation politique des Hébronites. Il a rendu compte régulièrement aux officiers de police basés à Hébron et Jérusalem de ses conversations avec certains cheikhs sur ce qu’il percevait alors comme leur participation aux premiers mouvements politiques arabes, ceux du Club arabe [Al‑Nādī al‑ʿArabī] et ceux du Club littéraire [al‑Muntadā al‑Adabī]. Il a souligné les liens de certains notables hébronites avec le chérif de Damas notamment (Faysal revendiquant un royaume de Grande Syrie incluant la Palestine).

28A. Paterson a précisé dans son journal avoir élaboré des fiches sur les personnalités d’Hébron utilisées comme sources d’information par la première administration mandataire. Le dossier de ces fiches ne se trouve pas dans les archives du docteur mais son journal intime comporte des éléments sur quelques‑unes de ces personnalités. W. Ewing, précédemment cité, a déclaré s’en être inspiré pour rédiger son ouvrage.

  • 31 NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n° 14, Paterson’s private diary (1st May 1920 to 18th May 1921).

29Ayant pris un cheikh d’Hébron comme professeur privé à partir de mai 1920, présenté dans ses notes comme l’un des plus actifs politiquement, dans le but de connaître l’histoire d’Hébron, A. Paterson y a vu une occasion de se rapprocher d’une partie des notables hébronites, de mesurer leurs prises de position par rapport à la nomination d’un haut‑commissaire juif31.

Une expertise politique et militaire durant les tensions de 1920‑1921

30A. Paterson a indiqué à plusieurs reprises dans son journal et ses échanges avec le reste de la communauté britannique la violence potentielle liée à l’activisme politique des Hébronites et le danger considérable que cela représentait, à ses yeux, pour le maintien de la paix avec la communauté juive, tandis qu’à l’échelle locale, les Britanniques n’y voyaient pas la manifestation d’une hostilité croissante. Il met en lumière dès 1918 les rivalités anciennes entre Hébron et Naplouse.

  • 32 NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n° 13, Paterson’s private diary (14th March to 30th April 1920) et (...)

31Il a signalé dans ses correspondances avec l’administration centrale les appréhensions partagées avec la petite communauté britannique d’Hébron au sujet de possibles émeutes à l’occasion du départ d’Hébron des bannières pour Jérusalem lors du festival de Nabi Musa. En contact constant avec les officiels et la police de Jérusalem durant les jours de préparation du départ et le pèlerinage sur place, Paterson a joué un rôle clé dans le dispositif sécuritaire à plusieurs niveaux (analyse, prévention, gestion des mouvements). Il a analysé la compétition avec les pèlerins de Naplouse dès 1918, et a témoigné auprès de la commission d’enquête sur les émeutes de Nabi Musa de 192032. Voulant fournir à l’administration des éléments clairs de compréhension sur la nature de la mobilisation, Paterson a également préconisé une attention redoublée de la part des autorités à Hébron le premier jour des festivités et souligné les dangers de l’articulation entre le religieux et le politique durant ce festival.

32Le général Sir Louis Bols, administrateur en chef des « Territoires occupés » [Chief Administrator of the Occupied Territories], a consulté A. Paterson en février 1920 sur la gestion des émeutes à l’échelle du pays, et a sollicité son avis sur l’éventuelle autorisation de manifestation des Arabes. Perçu par l’administration comme un expert de la société hébronite, et au‑delà, de la société palestinienne, A. Paterson a également été sollicité pour corriger des documents officiels sur les principales personnalités arabes suspectées d’être impliquées dans des activités antibritanniques.

  • 33 NLS, Acc 4499, n° 7, Paterson Papers, Typescript of Ewing’s book, Paterson of Hebron, the Hakim, p (...)

33Il a aussi été loué par l’administration mandataire pour avoir permis d’éviter, grâce à son expertise, un « massacre potentiel » de la communauté juive au printemps 1920, lorsqu’une émeute a dégénéré en une manifestation antisioniste (244 blessés et 9 morts à Jérusalem). Le rôle décisif de A. Paterson durant l’émeute de 1920 à Hébron est célébré a posteriori par le juge J. H. Scott (président de la Cour Suprême), « lorsqu’à Pâques 1920, des troubles pire encore menaçaient, Hébron a sauvegardé la paix, alors qu’il y avait violence et effusions de sang à Jérusalem33 ».

  • 34 CZA, L4/844. NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n° 5, 31/08/21, Correspondance avec W. Deedes.

34A. Paterson a en effet rendu compte à l’administration de plusieurs scenarii possibles des attaquants, scenarii qui selon Paterson ont témoigné d’une réelle capacité de mobilisation de la part des Hébronites, de leur anticipation des réactions britanniques, et d’un degré de planification jusqu’alors ignoré par l’ensemble des acteurs britanniques. Cette violence contenue d’avril 1920 pose la question de la spontanéité du soulèvement et celle de la médiation britannique (par l’entremise missionnaire) dans la ville. Témoignant devant la commission d’enquête le 22 mai 1920, Paterson a déclaré s’inquiéter d’éventuelles déformations des événements au profit des sionistes34.

  • 35 PRO, WO 32/9614, Report of the Court of Inquiry convened by order of H. E. the High Commissioner a (...)

35Un an plus tard, sollicité sur des suggestions pratiques pour réduire le mécontentement et la méfiance dont les Britanniques sont l’objet, A. Paterson a mentionné dans ses notes personnelles plusieurs entretiens avec Sir William Wyndham Deedes, Chief Secretary. L’importance que W. Deedes semble avoir accordé au témoignage de Paterson est d’autant plus éclairante que le gouvernement britannique a rejeté le rapport de la commission sur les émeutes d’avril 1920 pour laquelle Paterson avait témoigné, le rapport Palin35. Ainsi A. Paterson semble avoir joué un rôle non négligeable dans la prise de conscience du rôle politique et des capacités mobilisatrices des Hébronites dès le début des années 1920.

36La violence contenue d’avril 1920 a fait craindre à Paterson des émeutes en avril 1921. Il a ainsi sollicité des renforts, mais aucun incident ne s’est alors produit. Paterson a témoigné notamment auprès des autorités de la perte d’influence des partisans des deux clubs mentionnés précédemment par rapport aux notables. L’administration mandataire a à nouveau souligné son rôle clé dans le maintien du calme après les émeutes de Jaffa en mai 1921.

37L’hommage rendu à Paterson dans l’ouvrage de Ewing est révélateur de l’impact de l’action du missionnaire dans la zone. Cet hommage était en effet destiné à soutenir la mémoire de A. Paterson dans le contexte de la crise de 1929, ainsi que le rôle des missionnaires comme modérateurs dans les affrontements entre juifs et musulmans, huit ans après le départ de Palestine. Des parallèles peuvent être établis entre la description du rôle de médiateur de Paterson dans les émeutes de 1920, sa connaissance fine de la société musulmane, et à l’opposé, la méconnaissance par R. Cafferata, seul officier britannique en poste à Hébron en août 1929, de la société hébronite urbaine et rurale, qui n’a pu éviter le massacre d’une partie de la communauté juive. Une telle comparaison a été soulignée dans certains extraits de presse d’août 1929.

Une fine connaissance des campagnes du Sud palestinien durant la Grande révolte

  • 36 London Gazette, PRO (Public Record Office), WO (War Office) 373/19 et “Medical Notes in Parliament (...)

38La vie et les activités de E. D. Forster, en dehors de celles effectuées de 1932 à 1940 à l’hôpital d’Hébron, sont très peu documentées. Les archives britanniques indiquent simplement que la croix militaire lui est décernée le 3 mars 194236. E. D. Forster a été en poste à l’hôpital St. Thomas de Londres avant d’exercer à Hébron, et avait visiblement peu de connaissance du monde arabe, bien qu’il ait appris la langue avant de partir pour Hébron.

39Les informations contenues dans son journal, recoupées avec celles de sa riche correspondance avec l’évêque de Jérusalem et les administrations civile et militaire, font apparaître un homme lié au reste de la communauté britannique de Palestine, effectuant des voyages hebdomadaires vers Jérusalem, dévoué à ses tâches de docteur, proche de la population locale, ayant acquis une connaissance fine de l’ensemble du district qu’il sillonne régulièrement.

  • 37 Blandenier, 2001. L’auteur revient sur l’évolution de la conception de la mission dans le cadre de (...)

40Le journal et la correspondance de Forster dépeignent un docteur impliqué dans des activités sanitaires qu’il présente comme étant à caractère « humanitaire ». Il apparaît dans son journal comme animé par « l’utilité missionnaire », mise en avant dès le début du mandat et renforcée lors du Congrès international missionnaire de Jérusalem en 1928, et qui implique une conception optimiste, utile et pragmatique de la mission37. Il répond, en ce sens, aux exhortations de cette conférence sur la coopération entre missions et gouvernement en milieu rural et auprès du public féminin,

  • 38 Reports of the Meeting of the International Missionary Council at Jerusalem, Easter 1928, 1928, p. (...)

nulle part la coopération entre gouvernement et missions n’est aussi importante que dans le programme rural […] par certains aspects, le service suprême rendu par le christianisme a été le changement d’attitude dans l’esprit des hommes à l’égard des femmes38.

41Il apparaît dans différentes correspondances comme proche des autorités ecclésiastiques anglicanes de Jérusalem, correspondant directement avec l’Archevêque qui lui a rendu visite plusieurs fois à Hébron.

  • 39 En août 1936, Fawzī al‑Qāwuqji, héros de la révolte druze en Syrie est entré en Palestine avec un (...)

42La grève de six mois contre les Britanniques, qui a duré d’avril à octobre 1936, est décrite par E. D. Forster comme relativement calme à Hébron39. Le docteur missionnaire a joué un rôle clé dans la perception de la réponse hébronite à la Grande révolte par la communauté britannique de Palestine : il a dressé un portrait d’insurgés très organisés militairement, socialement, à l’échelle de toute la région ainsi qu’un soutien massif de la population aux insurgés. Il a souligné des défaites britanniques importantes, méconnues par l’opinion publique britannique en Palestine et en Grande‑Bretagne, les autorités militaires britanniques ayant cantonné la violence arabe en Palestine dans un registre de réactions ponctuelles d’autochtones. Aux côtés de l’évêché anglican, il a donc joué un rôle important dans l’élaboration du savoir colonial.

  • 40 IIRHR, 95/11/4.1/38/6, août et septembre 1937, nombreux déplacements du shaykh al‑Jabarī ; MECA, G (...)
  • 41 Encouragée et soutenue par les Britanniques, la délégation a pour but de constituer une médiation (...)

43En septembre 1936, les méthodes de lutte anti‑insurrectionnelles s’étendent à tout le pays, les Britanniques augmentent le nombre de militaires et déclarent l’entrée en vigueur de la loi martiale en Palestine. Forster estime que le gouvernement se trompe sur la situation dans le district d’Hébron. Il dépeint des chefs de révolte hissés au rang d’acteurs politiques. Dès le printemps 1937, E. D. Forster mentionne la mobilisation politique liée aux déplacements de certains cheikhs dans les campagnes du Sud de la Palestine en vue de mobiliser la population arabe, déplacements consignés également dans les archives du waqf40. Le début de la grève est marqué d’une tonalité particulière à Hébron, avec l’assassinat du maire de la ville, Naṣr al‑Dīn, le 4 août 1936, dévoué à Raghib Nashashibi, et membre de la délégation de soutien à l’émir Abdallah réunie le 5 août en Transjordanie41. Forster s’entretient avec ses collègues de Jérusalem sur les raisons éventuelles de cet assassinat.

  • 42 CO 733/383/75742 et MECA, GB165‑281, Tegart Papers, 1/1 et 2/1, rapports hebdomadaires du CID, Héb (...)
  • 43 Swedenburg, 1999, p. 157.

44Dès le printemps 1938, E. D. Forster détaille un dynamisme des insurgés qui positionne, selon lui, la région d’Hébron comme l’une des plus actives avec celle des collines de Naplouse et celle de Galilée42. Jusqu’en novembre 1938, il donne des indications à ses collègues de l’administration civile sur le système parallèle de tribunaux et d’administration mis en place par les insurgés, leur réseau d’espionnage même, indépendant de ceux des quartiers généraux en exil à Damas. Lié à l’assistant de l’intendant en chef de la police, il apporte des éléments sur les phases de la Grande révolte à Hébron et montre une certaine unité dans la révolte au niveau du district d’Hébron, qui contredit la vision d’une société palestinienne fragmentée, divisée dans sa lutte anti‑coloniale et antisioniste par des « clivages verticaux43 ».

  • 44 MECA, GB165‑0109, Forster Papers, 21/11/38.
  • 45 MECA, GB165‑0109, Forster Papers, 06/09/38.

45Forster critique ce qu’il considère comme un manque de perspicacité de la part de l’administration, les embuscades étant assez fréquentes aux abords de la ville et dans les lieux représentant le pouvoir mandataire (la station de police et la poste sont entièrement brûlées en septembre 1938). « C’est la fin d’un état de droit dans le District44 ». Tandis que le général O’Connor déplore cet affront hébronite et ses répercussions sur l’opinion palestinienne, affront d’autant plus étonnant dans ses écrits qu’il assimile les Hébronites à des paysans mal armés, E. D. Forster dépeint ces derniers comme des insurgés organisés ayant planifié la mise à mal de l’armée et des symboles gouvernementaux dans toute la région. Il semble dénoncer en contrepoint la désinformation sur ces actions par les canaux d’information gouvernementaux et opère un relevé exact des événements qu’il destine aussi à des membres de la communauté britannique de Jérusalem avec laquelle il est lié (il se rend presque toutes les semaines à Jérusalem de septembre 1936 à mars 1940)45.

Une contre‑expertise missionnaire en Palestine mandataire ?

Paterson, un antisionisme affiché

  • 46 Achat de terres et tentatives d’achat de terres, KKL 5/1533 (1922‑1927) ; CZA, J113/6316 (contrats (...)
  • 47 La branche hébronite de la banque a ouvert en 1908, puis a fermé pendant la Première Guerre mondia (...)
  • 48 NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n° 10, Paterson’s diary (13 June to 14 December 1918), visite du 1 (...)
  • 49 Proctor, 1997, p. 620.

46Il est clair d’après ses notes que A. Paterson estime que les sionistes sont des causeurs de troubles à contrôler et non des moteurs de changements pour la ville et sa région. Ses notes indiquent plusieurs visites officielles des sionistes à Hébron qui concordent avec celles mentionnées dans les archives sionistes46. A. Paterson reçoit ainsi certains officiels de l’Anglo‑Palestine Company, banque sioniste ayant son siège à Londres47, mentionne les visites du Dr Weizmann, accompagné de E. Samuel (fils du haut‑commissaire H. Samuel)48, mais prend rapidement ses distances et critique ouvertement dès le début de 1921 la position de l’administration britannique qu’il qualifie à plusieurs reprises de « pro‑sioniste ». Il ne cache pas être pro‑arabe auprès de certains de ses collègues49.

47Paterson s’interroge sur la compréhension par les autorités britanniques de la participation de certains séfarades hébronites au projet sioniste, telle la participation de Y. Shami (enseignant et écrivain séfarade) et M. Mani (rabbin en chef de la communauté séfarade) au début des années 1920. Selon Paterson, le cadre selon lequel les autorités abordent la communauté séfarade l’empêche de réaliser que certains de ses membres s’identifient au sionisme politique.

  • 50 NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n° 15, Paterson’s private diary (19 May 1921 to 1 September 1922), (...)
  • 51 NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n° 13, Paterson’s private diary (14 March to 30 April 1920).

48A. Paterson partage l’opinion de l’évêque de Jérusalem R. Mac Innes et approuve sa condamnation des activités sionistes. Tout comme l’évêque, il s’oppose aux prises de position des archevêques de Canterbury. Ses critiques envers l’administration deviennent rapidement acerbes. Il déclare ainsi avoir affaire à une « clique incompétente », et évoque « une démonstration de futilité, […] de charlatanerie politique et d’inaptitude administrative50 ». Il semble si exaspéré qu’il envisage même une démission en 1918. Son exaspération se traduit entre autres choses par une certaine indépendance vis‑à‑vis du pouvoir mandataire. Paterson n’accueille pas par exemple le haut‑commissaire Sir Herbert Samuel, le colonel Storrs, gouverneur de Jérusalem, et son père le Dean of Rochester, descendus à Hébron et attendant une cérémonie en grande pompe pour la visite de la mosquée le 24 mars 192051.

  • 52 NLS, Paterson’s diary (11 September 1919 to 13 March 1920), n° 11.
  • 53 Pour H. Laurens, Paterson (« vieux résident d’Hébron ») juge l’attitude des sionistes « arrogante, (...)

49Ainsi, si durant la crise de 1920‑1921 l’avis de Paterson est écouté par les administrateurs mandataires, à partir de l’automne 1921, des changements se produisent au sein de l’administration mandataire qui devient plus clairement pro‑sioniste, et Paterson est alors mis davantage à l’écart. Ses critiques sont jugées trop ouvertes par l’administration de Jérusalem, même s’il continue à être présenté comme un expert par ses collègues missionnaires et administrateurs locaux. Il critique en effet ouvertement, lors de ses déplacements réguliers à Jérusalem, le fait que les Britanniques favorisent les sionistes, « ignorant les demandes paisibles des Arabes, en utilisant une force excessive contre eux » et accuse l’administration « d’imposer comme panacée leurs solutions aussi incongrues qu’incompatibles52 ». Il s’insurge contre le recours à la force contre la population arabe dont l’administration britannique ignore les appels à la paix de l’autre côté53.

Forster, un dénonciateur des modalités de l’occupation britannique en Palestine

50Forster se déclare « engagé » dans son journal et dans sa correspondance et conscient du potentiel polémique de sa position : il considère que le point de vue des Arabes n’est pas relayé dans la presse britannique, que l’administration ne perçoit pas les hébronites d’une manière impartiale durant la Grande révolte. Il tente d’influer sur les prises de décisions à Jérusalem, d’abord en décrivant certaines pratiques de l’armée britannique, puis à partir de l’automne 1938, avec le soutien de l’évêché de Jérusalem, en s’opposant à certaines activités des militaires britanniques sur le terrain (torture, camps de concentration). Son témoignage a des répercussions sur la communauté britannique en Palestine et sur l’opinion publique en Angleterre. Les autorités sont méfiantes du fait de son empathie pour les Hébronites. Au plus fort de la résistance hébronite contre l’armée britannique, Forster est allé jusqu’à incarner une figure de fronde par rapport au régime mandataire.

51Dès l’automne 1936, Forster relaie certaines plaintes des villageois qui apparaissent dans les rapports de police et mentionne les types de traitements infligés aux civils. Il joue un rôle de relais essentiel dans la transmission des informations, notamment par son insistance auprès de l’évêque de Jérusalem pour son intervention à tous les échelons de la hiérarchie administrative mandataire, non seulement en Palestine mais aussi en métropole. Il devient véritablement gênant pour les autorités lorsqu’il porte à la connaissance d’un plus large public les déboires qui surviennent en août 1938, lors d’une attaque importante d’Hébron par le chef des rebelles du Sud palestinien et ses hommes. À partir de cette date, son relevé des abus de l’armée devient systématique et ses contacts avec l’évêché de Jérusalem hebdomadaires, d’après son journal et ses rapports figurant dans les archives de la JEM.

  • 54 MECA, JEM Papers, n°66/1, Personal impressions of the night of Friday, 20th August, 1938 and the m (...)
  • 55 MECA, GB165‑0109, Forster Papers, 13/09/38.

52Il étend la critique à l’ensemble de l’administration britannique, coupable à ses yeux de cautionner la torture et pousse nombreux de ses collègues à se positionner par rapport à la corruption au sein de l’armée54. Il reprend le terme employé par les autorités, controversé à ses yeux, de « terrorisme », et va jusqu’à affirmer que le « terrorisme arabe » est combattu à ses yeux par une autre forme de « terrorisme britannique ». Sous la plume du docteur missionnaire, les violations perpétrées par les troupes britanniques apparaissent comme préméditées, systématiques, touchant toutes les catégories de la population, témoignant d’une volonté d’humiliation autant que de butin55.

53Cette dénonciation intervient à un moment où la violence des troupes en Palestine est tue par la presse britannique, contrairement à celle qui est dénoncée dans le cas irlandais. Les lois internationales en vigueur en 1936‑1939 concernent les prisonniers de guerre et non les mauvais traitements infligés aux civils. La Grande révolte est définie par les Britanniques comme une insurrection interne, les combattants arabes ne rentrent donc pas dans la catégorie de prisonniers de guerre. E. D. Forster se met en porte à faux par rapport à l’argumentaire officiel et tente de démontrer l’antériorité de pratiques généralement admises (lorsqu’elles sont reconnues) comme ponctuelles et exceptionnelles par l’armée. Selon lui, l’impression d’opérer dans une ville de marge encourage les militaires à utiliser de nombreuses techniques de contre‑insurrection.

  • 56 La Collective Responsability Ordinance de 1924 est amendée en 1935 : il n’y a plus de lien entre l (...)

54Même si le général pour le Sud de la Palestine O’Connor ne mentionne pas explicitement les rapports de Forster, sa condamnation de la position de l’évêque anglican, étroitement lié à Forster, laisse supposer que l’analyse de Forster et de ses collaborateurs directs, ainsi que de ses collègues en poste dans la région, ont eu un impact sur l’attention portée par le général à cette zone et les sanctions56.

  • 57 Chef du Palestine Arab National Party, fondé en 1923 et fondateur le 2 décembre 1934 du National D (...)

55Forster se positionne par rapport aux rivalités entre pouvoirs civil et militaire, qui se renvoient la balle de l’échec du maintien de l’ordre. Il souligne l’évolution des positions opposées de Keith Roach (Political Adviser [conseiller politique]) et O’Connor (Military Governor [gouverneur militaire]) face à une situation hébronite qui apparaît comme inextricable. Tandis que l’évêché anglican estime la position des militaires « intenable », autant stratégiquement que moralement, Forster prend ouvertement parti pour l’administration civile. Partageant le point de vue du Assistant District Commisioner dont il est proche, il souligne le contexte de division entre Hébron et les campagnes que l’armée ne peut appréhender correctement selon eux, les officiers restant en poste peu de temps. Là où les militaires envisagent une coopération avec le parti de l’opposition pour affaiblir la rébellion hébronite, Forster souligne l’opportunisme de ce parti fondé par Nashashibi57.

  • 58 Arrivés en Palestine en avril 1922, les Black and Tans sont dissouts en 1926 en raison de restrict (...)

56Il établit des parallèles avec les méthodes utilisées en Irlande (« répétition du scénario irlandais ») et estime que la nature des troupes stationnées dans toute la région, d’anciens Black and Tans (Auxiliary Division of the Royal Irish Constabulary, Division auxiliaire de la police royale irlandaise) qui se sont illustrés en Irlande pour mater la rébellion en 1920‑1921, explique la nature des actes perpétrés contre la population58. Selon Forster et l’évêque de Jérusalem, le consensus de White Hall en faveur de l’utilisation de la force en vue de maîtriser le plus rapidement possible la révolte a toléré voire encouragé la brutalisation des troupes, au point que le Colonial Office craint que l’application de la loi martiale et ses débordements ne constituent un aveu d’échec politique.

57Forster dresse une forme de bilan de la politique britannique en Palestine du point de vue des missionnaires et du soutien dont il bénéficie auprès de l’évêché. Ce dernier apparaît comme instrumentalisant les doléances des Arabes pour obliger les autorités civiles et militaires à infléchir leur politique. Le fait que Forster et l’évêque recueillent pour le district ce qu’ils nomment des « témoignages » est en ce sens révélateur. Ils entendent agir contre d’éventuelles omissions d’informations de la part des autorités militaires et obligent les autorités civiles à adopter une position plus claire par rapport aux actions de l’armée. Ainsi au plus fort de la rébellion dans le sud palestinien, le missionnaire écrit dans son journal :

  • 59 MECA, GB165‑0109, Forster Papers, 05/11/38.

Les gens disent que l’administration orientale est corrompue. Je le crois. J’ai entendu dire que l’autorité britannique est juste et miséricordieuse. Cela doit être sûrement vrai. Mais ici en Palestine nous voyons le contraire s’installer. Les rebelles se battent de façon juste et chevaleresque, et gouvernent avec douceur. Les Britanniques tuent les innocents, là où il n’y a pas d’autres ennemis et dépouillent les pauvres et les indigents […] Je ne défends pas les actions des rebelles dans les autres régions du pays, mais je parle de ma propre expérience dans ce district. Et je crains que quel que soit l’endroit d’où l’on essaie de peser les opérations lâches et cruelles menées par chacune des parties, il n’y a aucun doute sur la partie qui s’en sort avec le moins de mérite dans cette comparaison59.

  • 60 MECA, JEM, GB165‑161, 61/1, 15/10/36, Graham Brown to the JEM.

58Forster est en porte à faux avec les archevêques de Canterbury, Cosmo Lang (1928‑1942) et William Temple (1942‑1944), qui entendent soutenir le sionisme à un moment où les communautés juives d’Europe centrale sont menacées. Il se range du côté de l’évêque Graham Brown, sensible au sort de la population arabe palestinienne. Ce dernier pointe du doigt l’instabilité de la déclaration Balfour pour la région, « la création d’un pays national (juif) en Palestine ne peut pas se justifier par les prophéties de l’Ancien Testament60 ». Il prend également ouvertement position contre l’archevêque de Canterbury lors du plan de partage de 1937.

  • 61 Certaines de leurs dénonciations atteignent le National Council for Civil Liberties à Londres et l (...)
  • 62 MECA, GB165‑0161, JEM, 65/4, 1937, Some Christian considerations in regard to the Partition.
  • 63 LPL, Lang Papers, vol. 53, Graham Brown to Battershill, 26 février 1938.

59Forster apparaît comme un contre‑expert précoce par rapport aux rares témoignages qui tentent de toucher l’ensemble de la communauté britannique de Palestine61. L’administration civile est elle‑même de plus en plus gênée par les déclarations politiques de l’évêque qui incriminent les fondements moraux et juridiques du mandat62. Graham Brown affiche ouvertement sa position et se sert de la presse pour faire des déclarations emblématiques : « Je ne peux plus me taire […] le Gouvernement est moralement responsable63. »

  • 64 MECA, GB 165‑0161, JEM Papers, 61/1, Lettres de l’Archdeacon à Stanley, Baldwin (16/07/36) et au C (...)

60Ces abus de l’armée sont présentés comme étant les causes de la violence, plutôt que d’en être une réponse64. Forster déclare ainsi :

  • 65 MECA, GB165‑0109, Forster Papers, 07/04/39. Forster fait référence à la convention internationale (...)

Mes protestations et désaccords avec la politique du gouvernement ont été faites ouvertement, et aux Anglais, et non en cachette aux habitants locaux. Il est vrai que ma sympathie pour le côté Arabe est bien connue65.

  • 66 MECA, GB165‑0109, Forster Papers, novembre 1938.

61Il va jusqu’à établir un parallèle entre les camps de détention britanniques et ceux de l’armée allemande. « On pourrait encore apprendre des choses à Hitler en ce qui concerne la gestion de camps de concentration66. »

  • 67 MECA, JEM Papers, n°66/1 et LHCMA, Lees Papers, 5/6/3‑5.
  • 68 Le dossier est suffisamment grave pour qu’un entretien ait lieu entre Lees et le secrétaire d’État (...)

62Proche de O. Lees, Assistant District Commissioner [commissaire de district adjoint] à Hébron durant l’été 193867, Forster le présente comme un arabisant et expert des situations de contre‑insurrection coloniales. Les dénonciations de O. Lees aboutissent à son renvoi de Palestine, ainsi qu’à des discussions avec le secrétaire d’État aux Colonies MacDonald sur la nature de la présence britannique en Palestine68. Lees accuse l’administration de ne pas créer des conditions qui favorisent le maintien du mandat et d’entretenir un aveuglement sur les conditions d’un maintien qui ne peuvent résulter selon lui qu’en un échec prévisible et inéluctable, avis qui semble avoir été partagé par Forster dans ses écrits.

Conclusion

63Le parcours et les positions de ces deux missionnaires britanniques en Palestine invitent à prendre en compte l’expertise missionnaire dans les mandats et soulignent l’importance de reconsidérer les parcours individuels des missionnaires pour mesurer l’influence exercée auprès des autorités. Maillon essentiel de la production de connaissance qui a accompagné la présence britannique en Palestine, ils ont aussi été dépeints comme des contre‑experts durant les crises du début du mandat et la Grande révolte arabe contre les Britanniques.

64En effet, l’analyse du parcours de ces missionnaires sur leur terrain et de leurs liens avec les agents gouvernementaux permet de relativiser la figure du missionnaire comme ayant été dans le sillage du colonisateur. L’attachement de A. Paterson et de E. D. Forster à la région d’Hébron et à sa population a sans doute rendu leur virulence et leur liberté de parole à l’encontre des autorités d’autant plus fortes. De nature locale au premier abord, leur opposition aux autorités coloniales a eu des implications géopolitiques internationales, à travers un crescendo argumentatif qui a remis en question la gestion des villes intérieures par le gouvernement de Palestine, voire par les Colonial et Foreign Offices.

65Leur position reflète la complexité de la dualité de l’action des Britanniques : application de règles à l’échelle de l’empire mais aussi exceptionnalité de la Palestine. Leur expertise pose la question d’un échec de la présence des Britanniques. Ils s’opposent à leur manière à la notion de « double obligation » britannique envers les Juifs et les Arabes, et soulignant les contradictions du projet britannique sur le terrain, ils pointent du doigt le caractère irréconciliable de ces deux exigences.

  • 69 IWMA, n°10779, Private Papers of John Barraclough, JB/3, TS article by Barraclough’s, British effo (...)

66L’échec des Britanniques à Hébron peut être considéré comme emblématique dans la mesure où les autorités mandataires se sont montrées incapables de protéger, préserver le statu quo entre les groupes confessionnels, contrôler les Hébronites à travers le sanitaire et l’éducatif, et gérer les crises de 1929 et 1938. Tandis que la Société des Nations a insisté sur la nécessité de créer un État juif en Palestine mandataire, les missionnaires ont souligné dès les premières années du Mandat cette incapacité britannique, reconnue très tardivement par les autorités civiles et militaires. « La situation est machiavélique dans ses complications. La sagesse d’un Salomon est requise, et Malcom n’est pas Salomon69. »

Bibliographie

Sources

Ewing William, 1931, Paterson of Hebron, “the Hakim”: Missionary Life in the Mountain of Judah, Clarke, London, 256 p.

International Missionary Council, 1928, Reports of the Meeting of the International Missionary Council at Jerusalem, Easter 1928, 8 vol., Oxford University Press, London.

Archives

CMS, Church Missionary Society, Birmingham, G3 P/L 16, Hebron dispensary.

CZA, Central Zionist Archives, A192, J113, L4, L51, S25.

IIRHR, Institute for Islamic Research and Heritage Revival, 95/11/4.1/38.

IWMA, Imperial War Museum Archives, n°10779, Private Papers of John Barraclough; films n°24 et n°72.

LHCMA, Liddell Hart Centre for Military Archives, Lees Papers.

Lambeth Palace Library (LPL), Davidson Papers, Lang Papers.

MECA, Middle East Centre Archives, St Anthony's College, Oxford, GB165‑0109, Forster Papers.

MECA, Middle East Centre Archives, St Anthony's College, Oxford, GB 165‑0161, Jerusalem East Mission, Annual Reports.

MECA, Middle East Centre Archives, St Anthony's College, Oxford, GB 165‑0161, Jerusalem East Mission, Bible Lands.

MECA, Middle East Centre Archives, St Anthony's College, Oxford, GB 165‑0161, 59/1, Hebron Hospital.

NLS, National Library of Scotland, Acc 4499, Paterson Papers.

PRO, Public Record Office, WO War Office 32/9614.

PRO, Public Record Office, CO Colonial Office 733.

Études

Arsan Andrew & Schayegh Cyrus, 2015, The Routledge Handbook of the History of the Middle East Mandates, Routledge, London/New York, 440 p.

Bar‑Yosef Eitan, 2005, The Holy Land in English Culture, 1799‑1917. Palestine and the Question of Orientalism, Clarendon Press, Oxford, 319 p.

Badran Margot, 2014, “The Palestinian Historiography of Family Leardership during the British Mandate” in Journal of Levantine Studies, vol. 4, no 1, pp. 65‑105.

Bourmaud Philippe, 2015, “Exporting Obligations: Evolutionism, Normalization, and Mandatory Anti‑Alcoholism from Africa to the Middle East (1918‑1939)” in Arsan Andrew & Schayegh Cyrus (eds.), The Routledge Handbook of the History of the Middle East Mandates, Routledge, London/New York, pp. 76‑87.

Bebbington David W., 1989, Evangelicalism in Modern Britain, A History from the 1730s to the 1980s, Unwin Hyman, London, 364 p.

Blandenier Jacques, 2001, « Mission et religions du point de vue protestant et oecuménique (1910‑1928) » in Jacquin Françoise & Zorn Jean‑François (dir.), L’Altérité religieuse. Un défi pour la mission chrétienne, Karthala, Paris, p. 283‑308.

Cahill Richard, 2009‑2010, “The Image of ‘Black and Tans’ in late Mandate Palestine” in Jerusalem Quarterly File, vol. 40, pp. 59‑62.

Farah Rafiq A., 2002, In Troubled Waters. A History of the Anglican Church in Jerusalem 1841‑1998, Christians Aware, Leicester, 170 p.

Hary Maggie, 2008, « De la Terre sainte au paradis perdu, représentations de la Palestine et de ses communautés chez les Britanniques du Mandat (1917‑1948) », Thèse de doctorat, sous la direction d’Ann Thomson, Université de Paris 8, Saint‑Denis, 680 p.

Hughes Matthew, 2009, “The Banality of Brutality: British Armed Forces and the Repression of the Arab Revolt in Palestine, 1936‑39” in English Historical Review, vol. 124, no 507, pp. 313‑354.

Hummel Thomas, 2003, “Between Eastern and Western Christendom: The Anglican Presence in Jerusalem” in O’Mahony Antony (ed.), The Christian Communities of Jerusalem and the Holy Land: Studies in History, Religion and Politics, University of Wales Press, Cardiff, pp. 147‑171.

Khalidi Rashid, 2007, Palestine. Histoire d’un État introuvable, Actes Sud, Arles, 361 p.

Kolinsky Martin, 1993, Law, Orders and Riots in Mandatory Palestine, 1928‑1935, Macmillan, London, 320 p.

Kroizer Gad, 2004, “From Dowbiggin to Tegart: Revolutionary Change in the Colonial Police in Palestine during the 1930s” in Journal of Imperial and Commonwealth History, vol. 32, no 2, pp. 115‑133.

Laurens Henry, 1997, La Question de Palestine : 1799‑1922. L’invention de la Terre sainte, tome 1, Fayard, Paris, 719 p.

Laurens Henry, 2002, La Question de Palestine : 1922‑1947. Une mission sacrée de civilisation, tome 2, Fayard, Paris, 704 p.

Marten Michael, 2006, Attempting to Bring the Gospel Home: Scottish Missions to Palestine, 1839‑1917, I.B. Tauris, London, 262 p.

Marten Michael, 2006b, “Imperialism and Evangelism: Scottish Missionary Methods in Late 19th and Early 20th Century Palestine” in Holy Land Studies, vol. 5, no 2, p. 155‑186.

Murre van den Berg Heleen, 2006, New Faith in Ancient Lands. Western Missions in the Middle East in the Nineteenth and Early Twentieth Centuries, Brill (Coll. Studies in Christian Mission, vol. 32), Leiden, 340 p.

Naili Falestin, 2007, « La Mémoire et l’oubli à Artas : un élément de l’histoire rurale de la Palestine, 1848‑948 », Thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Randi Deguilhem, Université de Provence, Aix en Provence/Marseille, 588 p.

Perry Yaron, 2003, British Mission to the Jews in Nineteenth Century Palestine, Frank Cass, London, 229 p.

Pedersen Susan, 2010, “The Impact of League Oversight on British Policy in Palestine” in Miller Rory (ed.), Palestine, Britain and Empire: The Mandate Years, Ashgate, London, pp. 39‑65.

Pedersen Susan, 2015, The Guardians, The League of Nations and the Crisis of Empire, Oxford University Press, Oxford, 592 p.

Picaudou Nadine, 2006, « Peuple juif/populations autochtones : les fondements de la domination britannique en Palestine » in Luizard Pierre‑Jean (dir.), Le Choc colonial et l’islam. Les politiques religieuses des puissances coloniales en terres d’islam, La Découverte, Paris, p. 159‑176.

Porter Andrew, 2004, Religion Versus Empire? British Protestant Missionaries and Overseas Expansion, 1700‑1914, Manchester University Press, Manchester, 400 p.

Proctor John H., 1997, “Scottish Missionaries and the Struggle for Palestine 1917‑1948” in Middle Eastern Studies, vol. 33, n°3, pp. 613‑629.

Robson Laura, 2011, Colonialism and Christianity in Mandate Palestine, University of Texas Press, Austin, 239 p.

Shepherd Naomi, 2008, « Diviser et soigner. Les problèmes de santé publique sous le mandat » in Trimbur Dominique & Aaronsohn Ran (dir.), De Balfour à Ben Gourion. Les puissances européennes et la Palestine, 1917‑1948, CNRS Éditions, Paris, p. 187‑200.

Sibeud Emmanuelle, 2004, « Post‑Colonial et Colonial Studies : enjeux et débats » in Revue d’Histoire moderne et contemporaine, no 51/4bis, p. 87‑95.

Swedenburg Ted, 1999, Memories of Revolt: The 1936‑1939 Rebellion in the Palestinian Past, The University of Arkansas Press, Fayetteville, 259 p.

Notes

1 NLS, Acc 4499, p. 10, Judge J. H. Scott (Chief Justice in Palestine).

2 J. Proctor (1997) a mentionné rapidement Paterson dans son étude. M. Marten a contextualisé l’action de Paterson par rapport aux autres missionnaires écossais mais n’analyse pas la position de A. Paterson après 1918. Les études récentes sur la Jerusalem East Mission Fund se sont essentiellement intéressées à l’aspect éducatif. M. Hughes a mentionné le témoignage de E. D. Forster en le présentant comme un docteur installé à Naplouse.

3 Ewing, 1931, p. 8. W. Ewing (1857‑1932) est un ancien collègue missionnaire écossais de Paterson. Docteur à l’hôpital de Tibériade à partir de 1888, Chaplain de la St Andrew’s Church à Jérusalem, ministre du culte dans l’Église écossaise à Birmingham et en Écosse. Il a occupé un poste au sein de l’Église écossaise dans le Comité d’action auprès des juifs et a rédigé sept ouvrages sur le Moyen‑Orient. C’est au nom de sa connaissance du contexte local et régional qu’il émet un jugement favorable à la poursuite de la mission médicale à Hébron au début du mandat britannique. Dans cet ouvrage, W. Ewing présente ses intentions clairement, il entend rendre hommage à Paterson dès la préface, et faire justice sur la véritable action missionnaire de Paterson après le rapport du comité missionnaire envoyé pour décider de la poursuite de la mission. Il dédie ce livre à la communauté britannique ayant été en contact avec Paterson et Ewing, et au‑delà aux missionnaires britanniques. Ewing s’est appuyé sur certaines notes personnelles de Paterson qui n’apparaissent plus dans les dossiers d’archives. Le dossier de promotion de l’ouvrage d’Ewing, aux Archives nationales écossaises, est révélateur de l’impact de l’action du missionnaire dans la zone, dans la mesure où il est destiné à soutenir la mémoire de Paterson dans le contexte de la crise de la fin des années 1920 en Palestine et le rôle des missionnaires comme « modérateurs » dans les affrontements entre juifs et musulmans, huit ans après le départ d’Hébron de Paterson.

4 M. Hughes (Hugues, 2009) a mentionné brièvement Forster dans ses études sur les techniques de contre‑insurrection, mais comme étant basé à Naplouse.

5 Le journal de Paterson débute quelques mois après son arrivée en Palestine en 1893 et s’achève à l’automne 1922, à la veille de son retour en Écosse. Celui de Forster commence au début de la Grande révolte, en été 1936, et s’achève en mars 1940 lors de son retour en Grande‑Bretagne. National Library of Scotland (NLS) pour A. Paterson et Oxford St Anthony’s Middle East Centre archives (MECA) pour E. D. Forster ; correspondances avec l’administration civile et militaire britannique (Church Missionary Society, Birmingham University, ci‑après CMS ; et Jerusalem & the East Mission Fund, Lambeth Palace, ci‑après JEM) et les sièges de leur mission et l’archevêché de Canterbury.

6 Sibeud, 2004, p. 93.

7 LPL, Davidson Papers, vol. 400 ; Robson, 2011, p. 477.

8 Naili, 2007, p. 42.

9 Murre van den Berg, 2006.

10 Bien que des pasteurs et docteurs de la LSJ (London Society for Jews) effectuent régulièrement des visites dès les années 1850 à Hébron, en raison de la présence de l’ancienne communauté juive, la présence missionnaire ne devient permanente qu’avec l’arrivée de la Mildway Mission en 1893. La même année, l’hôpital Hesed le Avraham est créé à l’initiative de riches familles juives de Bagdad. Le docteur A. Paterson, associé à cette mission composée d’infirmières, s’engage auprès de la UFCS (United Free Church of Scotland) à partir de 1901. UFC, 23.04.1901.

11 Shepherd, 2008, p. 187 ; maladies décrites dans Bible lands de la JEM.

12 La JEM est créée en 1887 par l’évêque anglican de Jérusalem pour maintenir et développer les activités de l’Église anglicane après la division du diocèse de Jérusalem et le retrait des protestants en 1871.

13 Lorsque les événements d’août 1929 se produisent, les missionnaires de la Church Missionary Society, qui a repris l’hôpital en 1922, ne sont plus sur le terrain à Hébron depuis près d’un an, car même si l’hôpital est officiellement cédé par la CMS à la JEM le 8 mai 1929, celle‑ci n’a pas encore investi les lieux en août 1929, estimant que des travaux d’agrandissement sont nécessaires et prévoyant d’être en mesure d’administrer des soins seulement au printemps 1930.

14 MECA, GB 165­0161, JEM, Bible Lands, 125b, avril 1930, p. 6‑8. Le rapport dépeint des conditions d’exercice difficiles jusqu’en 1928, une clinique très petite, des transports longs et peu sûrs jusqu’à Jérusalem où les médecins sont obligés de faire acheminer certains patients, selon une rhétorique mettant en avant les difficultés de la CMS et insinuant implicitement l’inéluctable fermeture de l’hôpital. MECA, GB 165‑0161, JEM, Bible Lands, 125b, octobre 1929, p. 1082. MECA, GB 165‑0161, JEM, Bible Lands, 125b, octobre 1929, p. 1082 et CZA, J93 et S25.

15 CMS, G3 P/L 16 et MECA, JEM, GB 165‑0161, 59/1.

16 MECA, GB 165‑0161, JEM, Annual Reports, 75b, 1930, p. 17.

17 Porter, 2004, “Conclusion” ; et Bourmaud, 2015.‬

18 L’immigration juive vers la Palestine atteint un niveau sans précédent – en 1935, plus de 61 000 arrivées, sans compter les immigrés clandestins, dont la majorité viennent de Pologne et d’Allemagne.

19 Laurens, 2002, chapitre 8.

20 Hajj Amin al‑Husseini, à la tête de la nouvelle charge de grand mufti de Palestine, a donc un pouvoir réel sur les élites d’Hébron. Voir Khalidi, 2007, p. 114‑125 pour les nouvelles institutions musulmanes. Au milieu des années 1920, Hajj Amin mène une politique anticoloniale. Les Britanniques partent du principe que l’islam peut être utilisé à des fins politiques. Le rôle de Hajj Amin au sein du Conseil supérieur musulman (CSM) devient plus important quand le projet d’assemblée législative palestinienne (proposée par les Britanniques en 1923) échoue. L’initiative reste lettre morte durant tout le mandat. Le CSM a notamment en charge de la nomination des cadis, a le pouvoir d’embaucher et de renvoyer tous les fonctionnaires des tribunaux de la Sharia et des Awqāf.

21 Badran, 2014. Forster fait référence aux tentatives du Ḥizb al‑difāʿ al‑waṭanī, le parti de défense national de R. Nashashibi (crée en 1934) et le Ḥizb al‑ʿArabī al‑Filasṭīnī (le parti palestinien arabe, créé en 1935, dirigé par Jamal al‑Husseini) dans le district d’Hébron.

22 Pedersen, 2015, p. 95‑103 et chapitre 12 pour la question de l’internationalisation de la question de Palestine et ses limites.

23 Le triple sens du terme arabe Hakim [wise, ruler, physician], souligné par W. Ewing, traduit les relations du missionnaire avec les autorités mandataires, la façon dont il est qualifié par ses collègues missionnaires. W. Ewing indique dans son ouvrage que l’adjectif traduit le sentiment de la communauté britannique à l’égard de Paterson.

24 W. Ewing est un des interlocuteurs que Paterson semble avoir apprécié le plus, et dont il partageait les points de vue spirituels. Certains passages de son journal indiquent des vues communes sur le développement ultérieur de la mission et sur l’évolution du service médical proposé. Ewing a rencontré Paterson en 1894 et a entretenu des liens d’amitié jusqu’au départ de ce dernier en août 1922.

25 Marten, 2006, p. 167.

26 Ses archives personnelles indiquent qu’il a assisté à plusieurs comités de son Église en Écosse, a été ordonné Elder (« Ancien » assumant des responsabilités pastorales) par la UFCS, United Free Church of Scotland ; Marten, 2006, p. 99. Il aurait refusé de servir à Hébron avec la CMS qui lui proposait un poste, voulant rester fidèle à la UFCS, branche séparée de l’Église d’Écosse en 1843. En mai 1843, des ministres de l’Église d’Écosse ont fait sécession et ont fondé l’Église libre d’Écosse, en protestation contre le rôle joué par les laïcs dans la nomination des ministres du culte.

27 Éloge de l’action du docteur Paterson accompagnant la promotion du livre de W. Ewing.

28 Imperial War Museum Archives (IWMA), films n° 24 et n° 72.

29 NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n°15 et CZA (Central Zionist Archives), L4/756, Arab activities in Hebron (1919‑1920).

30 Il a communiqué son analyse au département du commerce et de l’industrie puis à celui de l’agriculture ; NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n° 15, Paterson’s private diary (19th May 1921 to 1st September 1922).

31 NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n° 14, Paterson’s private diary (1st May 1920 to 18th May 1921).

32 NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n° 13, Paterson’s private diary (14th March to 30th April 1920) et Inquiry Commission Report, Testimony 42, Muhammad Hiju, Ha’aretz, 28th May 1920, p. 4.

33 NLS, Acc 4499, n° 7, Paterson Papers, Typescript of Ewing’s book, Paterson of Hebron, the Hakim, p. 10 et Ewing William, Paterson of Hebron, “the Hakim”, p. 214‑219.

34 CZA, L4/844. NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n° 5, 31/08/21, Correspondance avec W. Deedes.

35 PRO, WO 32/9614, Report of the Court of Inquiry convened by order of H. E. the High Commissioner and Commander in Chief, dated the 12th day of April 1920. The Riots in Jerusalem, Palin Commission Report.

36 London Gazette, PRO (Public Record Office), WO (War Office) 373/19 et “Medical Notes in Parliament”, British Medical Journal, 14 March 1942, p. 374: “The king has awarded the M.C. (Military Cross) to Captain Elliot David Forster, RAMC, in recognition of gallant and distinguished services in the Middle East”.

37 Blandenier, 2001. L’auteur revient sur l’évolution de la conception de la mission dans le cadre des conférences internationales missionnaires de 1910 et 1928.

38 Reports of the Meeting of the International Missionary Council at Jerusalem, Easter 1928, 1928, p. 21 et p. 99.

39 En août 1936, Fawzī al‑Qāwuqji, héros de la révolte druze en Syrie est entré en Palestine avec un détachement de volontaires panarabes et s’est déclaré commandant en chef de la révolte (sans réussir à en prendre le contrôle à travers tout le pays). La grève, qui part de Jaffa, intervient après des accrochages sanglants survenus du 15 au 20 avril entre Arabes et Juifs des quartiers mixtes. À la mi‑mai, des bandes de paysans armés apparaissent dans les collines, indépendantes du Conseil supérieur musulman et du Haut Comité arabe et s’en prennent aux communications et colonies sionistes, ainsi qu’aux pipelines de la Iraq British Petroleum Company. Les villes repassent sous contrôle britannique en juillet 1936.

40 IIRHR, 95/11/4.1/38/6, août et septembre 1937, nombreux déplacements du shaykh al‑Jabarī ; MECA, GB165‑0109, Forster Papers, summer 1937. Ces prêches relaient la décision du Hajj Amin al‑Husseini, qui exerce pour la première fois son autorité religieuse pour l’adoption d’une fatwa interdisant la vente des terres aux Juifs (prononcée par 248 oulémas en 1935).

41 Encouragée et soutenue par les Britanniques, la délégation a pour but de constituer une médiation entre les leaders de la grève et les autorités mandataires. Un compromis autoriserait les rebelles à déposer leurs armes en échange de la libération de prisonniers et de l’établissement d’une commission royale d’enquête. Des contacts sont établis entre Abdallah et le Haut Comité arabe en mai 1936, mais le compromis est rejeté en août 1936, car les Britanniques ne veulent pas arrêter l’immigration juive. Le mufti s’oppose aux contacts d’Abdallah avec l’Agence juive.

42 CO 733/383/75742 et MECA, GB165‑281, Tegart Papers, 1/1 et 2/1, rapports hebdomadaires du CID, Hébron apparaît comme une zone plus calme que les autres villages, mais les Britanniques n’arrivent pas à maitriser les luttes dans les villages, les attaques ponctuelles.

43 Swedenburg, 1999, p. 157.

44 MECA, GB165‑0109, Forster Papers, 21/11/38.

45 MECA, GB165‑0109, Forster Papers, 06/09/38.

46 Achat de terres et tentatives d’achat de terres, KKL 5/1533 (1922‑1927) ; CZA, J113/6316 (contrats), A192/1498 (sources d’eau, descriptions des potentialités agricoles), et S15/20690, 20696, 20737, 20738, 20745 (correspondances sur les implantations agricoles), L51/2787 et S15/20690. Selon les rapports sionistes de la fin de la période retraçant la politique foncière du Jewish National Fund, notamment le 22ème Congrès tenu en 1946, les implantations restent peu nombreuses à l’Est de la Galilée, elles se concentrent surtout à Tibériade (Lydda, Geula, Afulah) en raison des réserves hydrauliques du Jourdain ou dans la vallée de Jezréel, dans une région également fertile.

47 La branche hébronite de la banque a ouvert en 1908, puis a fermé pendant la Première Guerre mondiale, puis ouvert à nouveau ses portes au printemps 1918.

48 NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n° 10, Paterson’s diary (13 June to 14 December 1918), visite du 17/06/18.

49 Proctor, 1997, p. 620.

50 NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n° 15, Paterson’s private diary (19 May 1921 to 1 September 1922), 29 juin 1922.

51 NLS, Acc 4499, Paterson Papers, n° 13, Paterson’s private diary (14 March to 30 April 1920).

52 NLS, Paterson’s diary (11 September 1919 to 13 March 1920), n° 11.

53 Pour H. Laurens, Paterson (« vieux résident d’Hébron ») juge l’attitude des sionistes « arrogante, insolente, provocatrice » ; Laurens, 1997, p. 294.

54 MECA, JEM Papers, n°66/1, Personal impressions of the night of Friday, 20th August, 1938 and the morning of Saturday, 21th August, 1938, E. D. Forster, 27th August, 1938. MECA, GB165‑0109, Forster Papers, 13‑14 janvier 1938.

55 MECA, GB165‑0109, Forster Papers, 13/09/38.

56 La Collective Responsability Ordinance de 1924 est amendée en 1935 : il n’y a plus de lien entre le lieu où le crime est perpétré et le lieu où la punition collective est infligée.

57 Chef du Palestine Arab National Party, fondé en 1923 et fondateur le 2 décembre 1934 du National Defense Party, Nashashibi est le représentant du Arab Higher Committee, dont il démissionne en 1936, après s’être déclaré prêt à accepter la partition de la Palestine.

58 Arrivés en Palestine en avril 1922, les Black and Tans sont dissouts en 1926 en raison de restrictions budgétaires, mais un tiers d’entre eux rejoint la section britannique de la police palestinienne. Le 9 septembre 1938, le haut‑commissaire utilise d’ailleurs pour la première fois une expression se référant à leurs pratiques, il déclare : « J’ai beaucoup de soucis ces temps‑ci à cause de l’émergence de tendances “Black and Tans” », cité dans Cahill, 2009‑2010. Des comparaisons sont également menées avec l’Inde, MECA, JEM Papers n°62/1, The Students’ Movement House (London) to the Anglican Bishop in Jerusalem, manifestation le 23/05/39.

59 MECA, GB165‑0109, Forster Papers, 05/11/38.

60 MECA, JEM, GB165‑161, 61/1, 15/10/36, Graham Brown to the JEM.

61 Certaines de leurs dénonciations atteignent le National Council for Civil Liberties à Londres et la Howard League for Penal Reform. MECA, JEM, GB 165‑0161, 61.4, Situation politique en Palestine 1938, Lettre de S.O. Richardson de Jaffa, 21 septembre 1938 au haut‑commissaire Harold Mac Michael, il déclare s’exprimer au nom des « représentants des résidents de la communauté britannique non officielle de ce pays ».

62 MECA, GB165‑0161, JEM, 65/4, 1937, Some Christian considerations in regard to the Partition.

63 LPL, Lang Papers, vol. 53, Graham Brown to Battershill, 26 février 1938.

64 MECA, GB 165‑0161, JEM Papers, 61/1, Lettres de l’Archdeacon à Stanley, Baldwin (16/07/36) et au Chief Secretary (02/06/36).

65 MECA, GB165‑0109, Forster Papers, 07/04/39. Forster fait référence à la convention internationale de Genève en vigueur en 1939 (1864, 1906 et 1929) or c’est la IVe convention de Genève qui concerne la protection des civils. Les lois internationales en 1936 concernent davantage les prisonniers de guerre que les mauvais traitements envers les civils.

66 MECA, GB165‑0109, Forster Papers, novembre 1938.

67 MECA, JEM Papers, n°66/1 et LHCMA, Lees Papers, 5/6/3‑5.

68 Le dossier est suffisamment grave pour qu’un entretien ait lieu entre Lees et le secrétaire d’État aux Colonies MacDonald en personne, à Londres. Ils discutent alors de la nature du Mandat, de la validité du principe de coercition, de la non prise en compte de l’échec irlandais.

69 IWMA, n°10779, Private Papers of John Barraclough, JB/3, TS article by Barraclough’s, British efforts to understand and assuage the fears of the fellaheen. L’auteur du rapport fait référence à Malcom MacDonald, secrétaire d’État aux Colonies.

© Presses de l’Inalco, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search