Version classiqueVersion mobile

Experts et expertise dans les mandats de la société des nations : figures, champs, outils

 | 
Philippe Bourmaud
, 
Norig Neveu
, 
Chantal Verdeil

Le système mandataire : un concours d'experts aux qualifications hétérogènes

Robert de Caix, un lobbyiste colonial à la Commission des mandats de la SDN

Robert de Caix, a Colonial Lobbyist at the Mandates Commission of the League of Nations

Julie d’Andurain

Résumé

Publiciste parisien et éminence grise du « parti colonial » rêvant de devenir diplomate, Robert de Caix de Saint‑Aymour (1869-1970) touche presque à son but en devenant secrétaire général de la Syrie mandataire entre 1919 et 1923. Adjoint du général Gouraud, responsable civil en charge d’une partie des négociations syriennes qui doivent clore le chapitre de la Grande Guerre, il est bientôt reconnu comme l’expert syrien de la diplomatie française au point d’être nommé en 1923 à la Commission des mandats à Genève. Dans le cadre du processus de sortie de guerre, il incarne donc le cedant arma togae, c’est-à-dire la façon dont le monde tente de glisser d’une expertise du guerrier à une expertise juridique.

Texte intégral

  • 1 Hodge, 2010 ; Dakhli, 2010 ; Sibeud, Fredj & Blais, 2013.

1Avant de devenir l’un des personnages clés de la mise en place de la tutelle mandataire syrienne au cours des années 1920, Robert de Caix de Saint‑Aymour (1869‑1970) appartient au monde de la presse coloniale. Comme il se rêve diplomate, il n’a jamais véritablement souhaité se présenter comme un journaliste. Il hésite longtemps à faire valoir publiquement son expertise en tant que publiciste colonial. Aussi est‑ce sa nomination au poste de secrétaire général en Syrie en 1919 qui, véritablement, le consacre comme expert colonial, l’expertise aux colonies apparaissant elle‑même comme une nouveauté1.

  • 2 Le principe du « diviser pour mieux régner » est une pratique politique classique qui trouve à êtr (...)

2Adjoint civil du haut‑commissaire – le général Gouraud –, il se situe au sommet de la hiérarchie mandataire. À ce titre, il centralise l’information et la redistribue à sa guise ; il est également chargé d’un certain nombre de négociations qui lui permettent non seulement d’affiner son expertise, mais de prévoir en outre l’organisation future d’une Syrie mandataire. Il s’agit alors d’interpréter la nouvelle forme de tutelle, non plus dans un cadre bilatéral – France et autorité locale –, mais dans un cadre international élargi inspiré par des pratiques anglo‑saxonnes. Contrairement à une légende tenace, Robert de Caix n’a pas eu la volonté d’appliquer le principe du « diviser pour mieux régner » en Syrie2. En ayant certes le souci de maintenir la domination française, il a tenté de mettre en place une formule originale inspirée par l’Indirect Rule britannique tout en l’adaptant aux réquisits de Genève. Soutenu par une partie des élites militaires françaises (Gouraud et, avec quelques nuances, Catroux), son projet est diversement apprécié par les élites locales, contesté par les nationalistes arabes mais aussi par ceux à qui il est censé profiter, les Libanais. Robert de Caix échoue finalement faute de trouver un soutien réel auprès du pouvoir parisien. Il quitte donc la Syrie en 1923 assez largement désabusé, mais se voit offrir le poste de représentant français à la Commission des mandats.

  • 3 Andurain (d’), 2018.
  • 4 Je tiens à remercier les trois organisateurs du colloque de Paris (Philippe Bourmaud, Norig Neveu (...)

3Nous verrons donc comment ce publiciste parisien du lobby colonial devient une sorte de conseiller du prince au temps du proconsulat du général Gouraud en Syrie (1919‑1923)3 avant d’être consacré expert mandataire à Genève en 1924 avec le titre de représentant français à la Commission des mandats4.

Une éminence grise du « parti colonial »

  • 5 Khoury, 2006, p. 8.
  • 6 Amédée de Caix fait de très mauvaises affaires au point de devoir vendre la propriété d’Ognon au b (...)
  • 7 Kalifa, 2011.

4Le parcours de Robert de Caix témoigne bien du cadre intellectuel dans lequel émerge la figure de l’expert : formé d’abord à une culture humaniste, éclectique et cosmopolite, il objective ensuite délibérément son savoir pour le mettre au service d’une carrière. Né dans une famille de la noblesse picarde, fils de Berthe Labeaume de Tarteron (1846‑1917) et d’Amédée de Caix de Saint‑Aymour (1843‑1921), Robert de Caix de Saint‑Aymour a eu comme modèle un père très cultivé (ancien élève de l’École des Chartes, de l’École des hautes études et des langues orientales vivantes et enfin de la faculté de Droit), passionné par les voyages. S’il n’a pas montré le souci très aristocratique de vouloir devenir un globe‑trotter, Amédée de Caix a néanmoins beaucoup voyagé en Afrique et en Méditerranée et beaucoup écrit. Sa soif de connaissance du monde lui permet de découvrir l’archéologie pour laquelle il se passionne bientôt au sein de la Société archéologique de Senlis tandis qu’il s’investit dans l’exploitation agricole de sa propriété du château d’Ognon. Né le 5 février 1869, seul garçon de la famille, Robert suit les traces de son père. Après des études primaires à l’école Fénelon puis au lycée Condorcet, il prépare le baccalauréat avec le désir clairement exprimé d’intégrer le ministère des Affaires étrangères5. Il connaît à cette date des échecs douloureux (il échoue deux fois au baccalauréat) qui le rendent plus modeste, cela ne l’empêchant pas d’intégrer finalement l’École libre des Sciences politiques de la rue Saint‑Guillaume, section diplomatique. Mais la ruine de son père met quelque peu à mal ses projets de « Carrière6 ». En 1893, quoique reçu troisième au concours du Quai d’Orsay, il renonce à une carrière consulaire qu’il juge sans doute moins prestigieuse que la diplomatie. Ayant appris le métier de journaliste au Journal de Senlis, il décide d’intégrer un journal national. Chaudement recommandé par Émile Boutmy, il entre au Journal des Débats en février 1893 pour être bientôt affecté au service étranger7. Soucieux comme son père de comprendre le monde et de voyager, il commence sa formation pratique avec un séjour en Amérique (1894‑1897). Il prend alors conscience des relations compliquées entre l’Amérique du Nord et Cuba et s’ouvre d’autant plus aux questions impériales et à l’expansion ultramarine qu’il voit en elles un moyen de préparer la revanche de la France sur l’Allemagne. Très naturellement, du fait des liens étroits existant entre les Débats et les réseaux coloniaux, il intègre la rédaction du Bulletin du Comité de l’Afrique française en avril 1895, périodique qui constitue le fer de lance principal du lobby colonial. Il signe officiellement sa première chronique en mai 1897.

  • 8 L’expression est de Lyautey mais on retrouve la même idée dans la prose de Robert de Caix.
  • 9 Andurain (d’), 2017 ; Robert de Caix devient très proche d’Auguste Terrier (1873‑1932) le secrétai (...)
  • 10 Joseph Chailley‑Bert (1854‑1928) a été pendant plus de vingt ans le secrétaire général de l’Union (...)
  • 11 Caix, 1903.
  • 12 Ministère des Affaires étrangères, site de La Courneuve (ci‑après MAE), fonds Gouraud, papiers pri (...)
  • 13 Guillen, 1967 ; Kitsikis, 1972 ; Allain, 1976 ; Rivet, 1996 ; Hassenteufel, 2008.

5Comme les hommes de sa génération, Robert de Caix est obsédé par le recul de l’influence française sur le continent après Sedan. L’affaire de Fachoda, ultime conséquence d’une rivalité franco‑britannique en Afrique déjà très ancienne, le révulse encore davantage car elle transporte par‑delà la Méditerranée le sentiment de défaite humiliante. Naturellement, Robert de Caix n’ignore rien des dessous diplomatiques qui ont poussé la France à envoyer une mission vers le Soudan britannique. Mais il traduit surtout les débuts du règlement de la rivalité franco‑britannique comme la marque d’un aveu de faiblesse de la présence française en Égypte et, par‑delà, en Afrique. À l’instar de Lyautey, il conçoit la perte de la terre égyptienne comme un drame absolu, comme la preuve de l’incapacité de la France à prendre en considération l’action des hommes de bonne volonté (Lesseps) ; il déplore que le ministre de France – Georges Cogordan en l’occurrence – soit « devenu une sorte de totleben8 », une pâle figure devant les Cromer, les Kitchener ou les Woolker lesquels, tout en se présentant comme les conseillers du khédive, se servent de lui pour faire reculer l’influence française. Caix et Lyautey s’affirment comme des partisans d’une diplomatie « orientée », c’est‑à‑dire conseillée techniquement de façon à ce qu’elle puisse agir. En attendant que ces compétences puissent s’exprimer, Robert de Caix se rapproche des colonialistes français c’est‑à‑dire du « parti colonial » où il est admis que la domination est une affaire de spécialistes, laquelle passe par la maîtrise de l’information9. S’il estime pour sa part que cette dernière tient lieu d’expertise, Joseph Chailley‑Bert10 appelle déjà à la formation de spécialistes, tandis que dans l’entourage de Lyautey, l’idée que la colonisation répond à une méthode spécifique s’affirme au point de faire émerger le principe du right man in the right place. Ainsi à la nécessité d’avoir des conseillers dans les ministères parisiens s’ajoute bientôt celle d’une assistance locale, dans les colonies, avec des « techniciens […] chargés de la guidance indirecte des territoires11 ». Combinant absolument tous les aspects de « l’expérience de la création d’une domination naissante et la pratique des choses de Paris12 », la conquête du Maroc constitue une immense école de formation pour Robert de Caix. La diplomatie, la finance, la capacité d’action de l’armée et la propagande par voie de presse ont agi de concert pour imposer la France au Maroc13.

  • 14 Andurain (d’), 2014a. Les membres du « parti colonial » conçoivent le projet de conquête du Maroc (...)
  • 15 Il s’agit d’Étienne Lamy (1845‑1919) qui publie une série d’articles dans la Revue des deux mondes(...)
  • 16 Cloarec, 1996 & 1998.
  • 17 Discours porté par le lobby syrien du « parti colonial » dont Robert de Caix est une figure majeur (...)
  • 18 Cressaty, 1915. Il faut ajouter la « Note sur la valeur économique de la Syrie intégrale » d’Henri (...)
  • 19 Barré, 1988. Philippe Berthelot avait été responsable dès 1907 de la réforme du bureau du Chiffre.
  • 20 Laurens, 1999.
  • 21 Laurens, 1993 ; Picaudou, 1992.

6Cette revanche prouve à Robert de Caix qu’en matière coloniale le savoir est un pouvoir. D’une part, il a compris que ce savoir – autrement dit l’accumulation de connaissances – participe d’une construction qui s’inscrit dans un temps long14, que d’autre part, la source d’information se trouve la plupart du temps dans le monde militaire. Robert de Caix comprend donc que le tissu diplomatique n’est qu’un des éléments du système à l’origine de la transmission puis de l’interprétation de l’information. Dès lors, son propre travail d’écriture prend un relief nouveau en ce qu’il ne relève plus seulement du registre de l’information pure mais appartient désormais plus clairement à la propagande. Grâce à l’aide de son ami Auguste Terrier, Robert de Caix saisit combien la puissance des réseaux conjugués et associés les uns aux autres ont le pouvoir de promouvoir des politiques d’influence par le biais de la presse périodique. Comme Chailley, il est conscient que des grandes enquêtes inspirées des Survey britanniques constituent un moyen de pression. C’est pourquoi, fort de ses lectures, de sa culture – très grande – de son réseau d’amis qui ne cesse de s’élargir, il se met en capacité d’avoir une vision très large des problèmes, mais encore d’échanger ses points de vue avec ses collègues des Débats et tous les autres journaux avec lesquels il collabore (Quinzaine coloniale, Bulletin du comité de l’Afrique française). Il s’affirme comme un « faiseur d’opinion », un publiciste, une plume alerte et incisive, souvent cassante. Reconnu comme tel, il devient dès 1901 le rédacteur principal du Bulletin du Comité de l’Asie française, pendant asiatique du Bulletin du Comité de l’Afrique française où officie Terrier. À l’origine ce nouveau bulletin a vocation à accompagner le « parti colonial » dans le dépeçage programmé de la Chine. Mais il s’intéresse rapidement à l’Empire ottoman car une « France du Levant » vient d’être mythiquement formalisée par un publiciste catholique de la Revue des deux mondes15. Comme cela a été très justement noté16, ce terme est forgé par les publicistes et n’a aucun enracinement local ; il s’impose néanmoins au sein du lobby colonial sous le vocable de « Syrie intégrale » à la fin de 1911 après avoir été pour partie débarrassé de sa dimension religieuse originelle. Sur cette base, Robert de Caix participe avec d’autres publicistes à l’élaboration d’un discours revendicatif portant sur la Syrie17 qui se transforme pendant la guerre sous l’action conjuguée des pressions anglaises sur l’Orient et des revendications françaises sur la « Grande Syrie » – incluant la Cilicie et la Palestine18. Durant cet intervalle, alors qu’il a quitté les Débats en 1915 et effectué une brève mission en Russie, il affine également sa maîtrise des usages de la presse à des fins de propagande dans le cadre des Bulletins de Propagande français mis sur pied par son ami Philippe Berthelot au Quai d’Orsay19. Devenu le secrétaire du Comité d’action française en Syrie, il se déclare en faveur du démembrement de l’Empire ottoman dès le début de la guerre. Tous ces matériaux intellectuels constituent la matière première des négociations aboutissant aux accords Sykes‑Picot de mai 191620, François Georges‑Picot étant à la fois le consul de France à Beyrouth et un membre actif du lobby colonial21.

Le secrétaire général du mandat en Syrie

  • 22 MAE, fonds Robert de Caix, PA AP 353, vol. 3, lettre du 30 novembre 1918 de Robert de Caix à Berth (...)
  • 23 Gouraud, 1993 ; Andurain (d’), 2009.
  • 24 MAE, PA AP 353, vol. 4, lettre de Robert de Caix à son père, le 2 décembre 1919.
  • 25 MAE, PA AP 399, C82‑D4. Le général Gouraud reçoit des informations précieuses du Père Jalabert, me (...)
  • 26 Smuts, 1918. Le 28 juin 1919, le pacte de la Société des Nations pose définitivement le cadre des (...)
  • 27 MAE, PA AP 339, C55‑D1, lettre de Gouraud à Robert de Caix le 20 mai 1919. Shāhbandār a fait savoi (...)
  • 28 Mgr. Hoyek ou K.‑T. Khairallah incarnent les deux pôles des positions des Libanais francophiles. L (...)
  • 29 Khoury, 1993, p. 271.
  • 30 Dimier, 2002.
  • 31 Andurain (d’), 2010.
  • 32 MAE, PA AP 353, vol. 2, lettre de Robert de Caix à son épouse le 5 janvier 1919 : « Franklin Bouil (...)
  • 33 MAE, PA AP 399, C82‑D4, note manuscrite de Mme Gaulis à Gouraud, le 29 novembre 1919 sur « les nou (...)
  • 34 En août 1920, à Saint‑Sébastien, la décision est prise de demander à chacune des puissances de pré (...)

7Robert de Caix est donc un homme de réseau et un homme d’expérience quand il est nommé adjoint civil du haut‑commissaire français en Syrie en novembre 191922. Il connaît le général Gouraud depuis quelques années et communique régulièrement avec lui depuis 191223. S’il craint à son arrivée les empiètements des militaires sur sa fonction civile de secrétaire général du Haut‑Commissariat, il se rassure très vite en découvrant dans son chef un gentleman24. Parlant la même langue, les deux hommes arrivent en Syrie avec une expérience marocaine qui leur sert de tamis pour appréhender la réalité du monde arabe syrien tandis que leur information locale trouve sa source dans les milieux chrétiens25. Reconnaissant d’emblée qu’il est ignorant en matière d’administration tant française que syrienne, Robert de Caix se pose la question de sa compétence. À vrai dire, ce travail difficile ne l’enchante guère à l’origine d’autant qu’il voit Paris imposer des décisions à Gouraud sans l’en avertir. En réalité, il se passionne vite pour l’organisation de la Syrie car le principe du mandat conçu par le général sud‑africain Smuts laisse une marge d’interprétation importante26. Par ailleurs, absorbé par la question des budgets et du maintien de l’ordre, Gouraud le laisse agir avec une grande latitude face à la situation et à sa complexité, de nature essentiellement juridique. Par la voix de ʿAbd al‑Raḥman Shāhbandār, les élites syriennes décident de se battre sur ce terrain. Rejointes par Faysal, fils de Hussein, elles annoncent qu’elles refusent le principe du mandat27 tandis que par ailleurs chaque groupe (les Libanais par la voix de Mgr. Hoyek ou de K. ‑T. Khairallah28, les délégués du Djebel Druze et du Hauran, les Turcs au nord) donne un avis divergent sur la question. Or la guerre est loin d’être achevée en Orient. Elle connaît même un regain avec l’installation des Français – qui assurent la relève des troupes britanniques – car ceux‑ci se heurtent aux Turcs (combats de Bozanti et Aïntab) sur fond de négociation des accords d’Angora mais aussi aux Arabes représentés par l’émir Faysal qui cherchent à éviter la partition de la Syrie29. À ce brouillard de la guerre s’ajoutent des rivalités multiformes comme la lutte contre l’influence britannique qui n’attend pas la mise en place de la Commission permanente des mandats pour s’exprimer30, rivalité fort ancienne qui caractérise toute la politique coloniale de la France et de la Grande‑Bretagne en Afrique et en Méditerranée orientale31. Elle passe aussi par des rivalités personnelles, Robert de Caix craignant pour sa part les « politicailleries » incarnées par Franklin Bouillon et Monzie chargés de négocier les accords d’Angora32. Devant l’ampleur des problèmes et la difficulté à trouver des informations fiables33, l’interprétation du mandat prend quelque retard34. Robert de Caix se contente donc d’être un conseiller du prince.

  • 35 En réalité, Robert de Caix préside souvent aux destinées du pays car le général Gouraud est amené (...)
  • 36 MAE, PA AP 399, C55‑D1, lettre de Robert de Caix à Gouraud, du 27 mai 1919.
  • 37 MAE, PA AP 399, C50‑D1, télégramme de Clemenceau à Gouraud, 28 novembre 1919.
  • 38 Choisis aussi en fonction de leur maîtrise de la langue française, langue de la diplomatie et de l (...)
  • 39 Bien qu’ayant placé les « quatre villes » (Damas, Homs, Hama et Alep) hors de la zone d’occupation (...)
  • 40 MAE, PA AP 399, C52‑D4, août 1921, note du service de renseignement sur les nationalistes syriens. (...)
  • 41 MAE, PA AP 399, C62‑D1, lettre du lieutenant‑colonel Cousse à Gouraud du 16 février 1920. Cousse e (...)
  • 42 Avec le « ô » dans les archives : zône ouest qui correspond à la bande littorale libanaise où sont (...)
  • 43 MAE, PA AP 399, C55‑D1, lettre de Robert de Caix à Gouraud, du 22 janvier 1920.
  • 44 La Cour des conseillers privés de l’administration centrale du Liban est créée le 7 avril 1920.
  • 45 En outre, en plus de la Palestine, Faysal revendique le territoire de Mossoul. Ainsi, sur les reve (...)
  • 46 MAE, PA AP 399, C61‑D6, dossier « Affaire des conseillers administratifs du Liban », juillet 1920. (...)

8Très au fait des rivalités coloniales franco‑britanniques et dans le même temps tout à fait fasciné par les méthodes britanniques, Robert de Caix apporte à Gouraud une expertise réelle des enjeux mandataires35. Mais quoique sachant prendre en compte la complexité de la présence française en Syrie, il raisonne exclusivement sur une base coloniale de rivalités de puissances. Ainsi adopte‑t‑il une grille de lecture parfaitement partisane en faisant valoir que le statut de secrétaire général du mandat en Syrie va lui permettre de se « consacrer à l’organisation, dans un sens très large, du contrôle [de la Syrie]36 ». Bon gré mal gré, il s’appuie sur l’accord provisoire Clemenceau‑Faysal du 6 janvier 1920 qui a admis l’indépendance future de la Syrie en échange de l’acceptation de Faysal de passer par des « conseillers, instructeurs et agents techniques nécessaires pour organiser les administrations civiles et militaires37 ». Immédiatement, tous se mettent en quête de ces fameux conseillers – conseillers techniques côté français ; notables arabes destinés à être promus « conseillers administratifs38 » –, la difficulté consistant à les faire admettre comme tels par les uns et les autres et à respecter les équilibres religieux. Si Faysal reste un interlocuteur de premier plan reconnu par les Français39, il apparaît immédiatement plus difficile de négocier avec le Dr. Shāhbandār, ou Kamal Kassāb perçu par les services français comme le « commis‑voyageur du roi Hussein » ou encore l’émir Maḥmūd Faʿūr qualifié de « brigand40 ». À l’inverse, Faysal comprend bientôt le danger que représente pour lui ces conseillers européens au point de devoir préciser très clairement que « l’important […] est que le conseiller ne puisse devenir un maître41 ». Il affirme vouloir tirer parti des « techniciens » mis à sa disposition, rien de plus. Devant ces écheveaux contradictoires, Robert de Caix fait flèche de tout bois dans le but, initialement, de contrecarrer ce qu’il qualifie de « chérifanisme ». À cette date, alors que la Syrie est divisée en « zônes » (sic)42, il est parfaitement hostile à une Syrie unitaire car il craint le nationalisme de Faysal. Il propose donc la formation de « cantons autonomes destinés à se fédérer plus tard43 » sous tutelle du Haut‑Commissariat, en cherchant à s’appuyer sur les Libanais44. Application du principe du « diviser pour mieux régner », sa position est fragile cependant car Robert de Caix s’aperçoit que Faysal peut constituer son meilleur atout pour lutter contre les Anglais et faire valoir une « Syrie intégrale » (c’est‑à‑dire une Syrie non séparée de la Palestine45). Mais cela ne fait pas pour autant de lui un allié complet car, à la faveur de « l’affaire des conseillers libanais », Robert de Caix découvre bientôt que Faysal joue un double jeu tandis que les notables du Liban ne jouent pas celui qui est attendu d’eux, convaincus qu’ils sont eux aussi d’assister, sous couvert d’organisation future de la Syrie, à la mise en place d’une administration directe46.

  • 47 Déjà dès la guerre, l’idée d’un nationalisme arabe constitué sous la bannière hachémite est contes (...)
  • 48 Mizrahi, 2003.
  • 49 Andurain (d’), 2014b. La bataille de Damas ou de Khān Maysalūn le 24 juillet 1920 marque la fin de (...)
  • 50 MAE, PA AP 399, C59‑D2, discours du général Gouraud du 1er septembre 1920. Le Grand‑Liban est offi (...)
  • 51 MAE, PA AP 399, C55‑D1, lettre de Robert de Caix à Gouraud le 22 janvier 1920. Dans un article par (...)
  • 52 MAE, PA AP 399, C62‑D1, lettre du capitaine Deshayes à Gouraud le 24 décembre 1919.
  • 53 MAE, PA AP 399, C67‑D3, note sur l’organisation à donner à la Syrie, Robert de Caix au ministre de (...)
  • 54 MAE, PA AP 399, C61‑D6, lettre du colonel Mougin à Gouraud du 6 mars 1921. Mougin prévient Gouraud (...)
  • 55 À cette date, il y a à peu près 250 fonctionnaires (français) au Haut‑Commissariat, 700 à 800 fonc (...)
  • 56 Sluglett, 2002.
  • 57 MAE, PA AP 339, C55‑D4, lettre de Robert de Caix à Gouraud le 25 novembre 1921.

9Quoique soucieux de réaliser l’organisation de la Syrie, Robert de Caix s’adapte bien davantage aux circonstances plus qu’il ne les dirige, surtout après la définition des mandats par la conférence de San Rémo (25 avril 1920) qui tend les rapports entre Français et l’ensemble des nationalistes présents en Syrie. En outre, à la faveur des crispations qui ont surgi à la suite de la proclamation de Faysal comme roi de Syrie (mars 1920), il est apparu évident qu’une unité syrienne, même sous tutelle française, serait impossible47. De longues négociations – sur la pérennisation d’un Liban indépendant, sur la maîtrise des bandes48, sur la sécurité de Rayyak, nœud ferroviaire important – aboutissent finalement à un point de non‑retour et au combat de Khān Maysalūn en juillet 192049. Pour sécuriser leur situation sur le littoral syrien, les dirigeants français décident d’accéder à la demande des Libanais en leur attribuant un Grand‑Liban séparé de la Syrie50. À partir de cette date, se pose dès lors pour eux la question d’organiser le reste des territoires confiés par la Société des Nations, mais il faut encore attendre six mois, temps nécessaire pour obtenir un accord avec les Britanniques sur les frontières de la Syrie et de la Palestine (23 décembre 1920). C’est donc seulement au début de l’année 1921 qu’apparaît véritablement le projet de Syrie fédérale (ou fédérative) constitué sur la base d’une enquête réalisée auprès des notables locaux. S’il s’appuie originellement sur un principe d’autonomie des territoires réclamé par le Père Jalabert dès octobre 1919 (Liban, Ansarieh, Syrie) ou sur celui des cantons autonomes pensés par Robert de Caix dès janvier 192051, il prend également en compte les avis des délégués du Djebel Druze et du Hauran qui ont réclamé à la fin de 1919 l’annexion de la zône sud aux zônes est et ouest pour faire de la Syrie une « fédération comme en Amérique […] avec un Gouvernement unique qui résidera en été à Damas et en hiver à Beyrouth52 ». Le principe d’une Syrie unique « sous réserve du respect des autonomies indispensables » assorti de celui d’une fin de mandat datée étant selon lui accepté par l’ensemble des provinces, Robert de Caix rédige une note au ministre des Affaires étrangères53. Note trop rapide à l’évidence qui témoigne plus des projets du Haut‑Commissariat que de la réalité. Robert de Caix s’aperçoit presque immédiatement que son projet est non seulement refusé par les Alépins et les Damascains (qui réclament une Syrie unique) mais en outre déjà boycotté par les catholiques54. Gouraud persévère pourtant. Il élabore un programme qui est présenté à Damas le 20 juin 1921, aussitôt repoussé par Alep et les Druzes qui refusent de participer au budget fédéral. La question se réduit dès lors à la seule option du financement des fonctionnaires de la fédération55, charge qu’aucun ne souhaite prendre à compte, Alep en particulier56. Robert de Caix se répand alors en plaintes multiples à la fois contre une France qui regarde le Levant comme la « Cendrillon de [ses] entreprises d’outre‑mer » ou contre la Syrie où il ne voit pas poindre une « citoyenneté mandataire57 » qui permettrait de formaliser le projet. Il se plaint aussi beaucoup du général Catroux qui plaide pour une politique correspondant aux moyens de la France tout en le poussant à accorder davantage de liberté aux Syriens conformément à l’esprit mandataire. La création des quatre États (Damas, Alep, Druzes et Alaouites) en juin 1922 au sein d’une fédération syrienne sous la présidence d’un Syrien – Subhi Bereket/Ṣubḥī bey al‑Barakāt al‑Khālidī – ne suffit pas à rassurer. Les Syriens constatent que leurs conseils administratifs sont dirigés par des gouverneurs français, encadrés par un haut‑commissaire français à Beyrouth. Cela renforce l’hostilité à la France d’une part et la mise en place d’une administration directe avec des moyens réduits de l’autre.

Un représentant français à la Commission des mandats à Genève

  • 58 MAE, PA AP 399, C56‑D2, lettre de Robert de Caix à Gouraud le 19 octobre 1922.
  • 59 Voir les travaux de Mizrahi, 2003. Nous ajoutons cependant que sur la question du S.R. du Levant, (...)
  • 60 Il se crée ainsi de très nombreux ennemis.
  • 61 MAE, PA AP 353, vol. 4, lettre de Robert de Caix à Millerand le 17 janvier 1923.
  • 62 On lui reproche « de n’avoir pas de passé administratif » (18 janvier 1923) ou d’être « l’homme de (...)
  • 63 MAE, PA AP 399, C56‑D3, lettre de Robert de Caix à Gouraud le 30 avril 1923. En septembre 1922, Go (...)
  • 64 Autrement dit l’équipe d’Albert Sarraut.
  • 65 MAE, PA AP 353, vol. 2, lettre de Robert de Caix à sa femme le 24 mai 1923.
  • 66 MAE, PA AP 353, vol. 4, lettre de Robert de Caix à Edouard de Sercey le 10 mars 1924.

10À partir de 1923, alors que la France ne cesse de réduire ses budgets – particulièrement ceux de l’armée qui était en réalité la seule structure administrative capable d’encadrer, selon les normes du Haut‑Commissariat, la Syrie –, Robert de Caix et le général Gouraud tentent de trouver localement des solutions qui passent par la prise en compte des avis de Damas et d’Alep. Indépendamment de ses efforts, Robert de Caix se lamente de plus en plus de vivre dans un « pays de chicanes58 », de ne pas avoir les financements nécessaires pour attirer en Syrie les meilleurs des serviteurs –, fonctionnaires civils ou officiers de renseignement59 –, de ne pas pouvoir payer correctement les « délégués », les nouveaux experts de la Fédération. Par voie de conséquence, il se plaint aussi très régulièrement – et nommément60 – de certains fonctionnaires français qui ne comprennent pas l’esprit du mandat qu’il aurait souhaité imposer constatant que, en dépit de ses demandes, les hiérarchies locales ne cessent de revenir systématiquement vers une administration directe. Dans ces conditions, du fait des blocages multiples venus de la hiérarchie parisienne ou de la base locale, Robert de Caix inaugure une politique destinée à être pérennisée, l’ajournement des réunions du Conseil fédéral qui traduit ipso facto un abandon progressif de l’esprit du mandat quand bien même il continue à se présenter comme son meilleur garant, comme le « souffleur de l’esprit du mandat61 ». D’un point de vue plus personnel, amer de n’avoir pas pu succéder à Gouraud comme haut‑commissaire ou de n’avoir pu être titularisé dans une fonction diplomatique62, le secrétaire général sert un temps le général Weygand, mais épuisé par trois années de travail intense, mélancolique à l’idée d’abandonner un travail auquel il a œuvré tout en étant soulagé par la perspective d’être libéré d’une tâche impossible à mener, il demande à rentrer en France, sans oublier de réclamer une compensation63. Après un séjour à l’hôpital où il est soigné pour épuisement au début de l’année 1923, toujours soutenu par ses amis du Quai d’Orsay mais appuyé aussi pour la circonstance par le ministère des Colonies qui a seul le pouvoir de décision64, il obtient en mai 1923 de faire partie de la délégation de dix‑huit personnes chargée de représenter la France à la Commission des mandats65. Cela lui permet de continuer à œuvrer pour l’œuvre syrienne pour laquelle il a, à cette date, déjà donné « sept ou huit années [de sa vie] tant comme publiciste avant 1919 que comme secrétaire général depuis66 ».

  • 67 MAE, PA AP 353, vol. 2, lettre de Robert de Caix à sa femme le 24 mai 1923.
  • 68 Tous ces hommes jouent en effet par la suite un rôle important en Syrie, soit comme haut‑commissai (...)
  • 69 Originaire de Syrie, la famille Luṭfallah s’est enrichie pour une part au Soudan, pour une autre p (...)

11En lui faisant oublier son départ difficile de la Syrie, sa nomination au sein de la délégation française le comble de joie. D’emblée, il s’estime très bien entouré. Les as, précise‑t‑il à son épouse, « sont Delbos, Viénot, Ponsot et de Martel67 ». Tout en dressant les contours d’une expertise mandataire française d’inspiration sarrautiste (à la fois radicale et libérale) au sein de laquelle il a réussi à prendre sa place, Robert de Caix donne ainsi déjà sans le savoir lui‑même la liste des futurs haut‑commissaires de la Syrie mandataire68. La mise en place des commissions prenant cependant du temps, il ne prend vraiment contact avec la Société des Nations qu’en juin 1924 lors de sa rencontre avec M. Rappart professeur à l’Université de Genève et chef de la Section des mandats et Sir Eric Drummond, secrétaire général de la Société des Nations. S’il ne connaît pas encore très bien les grands diplomates européens – les « grosses légumes » dit‑il – Robert de Caix se sait entouré de personnalités qui le redoutent, le craignent voire le détestent comme la famille Luṭfallah qui se bat depuis la guerre pour l’indépendance totale de la Syrie69. Dès la séance d’ouverture de la Commission des mandats le 24 juin, il comprend très vite que la Syrie pèsera de peu de poids dans les débats face à la place prise par l’Afrique (« l’Anglais, un pur Africain, aura sans doute peu de curiosité pour la Syrie et la Mésopotamie »). Sur la base d’un rapport remis chaque année à la Commission des mandats et conscient de ses limites, Robert de Caix se fait reconnaître rapidement comme un des maîtres à penser de la politique orientale de la France durant l’entre‑deux‑guerres (1924 à 1939) en développant toujours cette idée du fractionnement des États – appliquée ici aux territoires arabes – tout à fait conforme à la pensée de la Société des Nations, mais aussi à celle du lobby colonial français désormais aux mains d’Albert Sarraut. D’un point de vue plus personnel et dans un esprit et une manière de faire toute diplomatique, il invite son épouse à le rejoindre à Genève de façon à pouvoir le suppléer dans des « relations personnelles [qui lui] paraissent de plus en plus importantes », les visites en montagne autour de Chamonix semblant au moins aussi efficaces en termes relationnels que sa présence physique au sein d’une commission ou en Syrie pour mener ses enquêtes.

  • 70 La Tribune de Genève, 26 juin 1926.
  • 71 Provence, 2005.
  • 72 MAE, PA AP 399, C53‑D3, 24 juillet 1922. En 20 articles, le texte réclame la mise en place d’un st (...)
  • 73 MAE, PA AP 399, C57‑D5, Arrêté portant création d’un État autonome du Djebel Druze, octobre 1922.
  • 74 MAE, PA AP 399, C71‑D4, lettre du général Gouraud à Poincaré du 5 février 1923. Dans les faits Poi (...)
  • 75 Gouraud n’est pas tendre à l’égard de Sarrail et son équipe. Il considère que les violences du cap (...)
  • 76 La Lanterne, 22 juillet 1926.
  • 77 Ces divisions françaises ne témoignent pas d’autre chose que de la montée d’un anticolonialisme cr (...)
  • 78 Fournié, 2002.
  • 79 Samné, 1925.

12Voyageant beaucoup, vivant désormais dans un milieu mondain, Robert de Caix touche alors du doigt la vie diplomatique qui l’avait fait rêver enfant. Mais en esprit avisé et critique, il en décèle aussi immédiatement les limites. Les réalités orientales viennent contredire en effet non seulement la présentation quelque peu idyllique de « sa » Syrie fédéralisée70 mais aussi remettre en cause les fondements du dispositif mandataire. La révolte druze ou grande révolte syrienne de 1925 [althawra alsūriyya alkubrā] constitue à l’évidence le moment du retournement, avec la résurgence d’une résistance armée à la tutelle mandataire71. Les origines de l’agitation remontent à l’annonce même de la confirmation du mandat à l’été 1922 quand Sulṭān Pacha al‑Aṭrash, chef druze, apprend la nouvelle par radio72. Si les négociations entamées par le colonel Catroux – alors délégué du haut‑commissaire près des gouvernements de Damas et du Djebel Druze – permettent d’obtenir la création d’une entité druze73 et une stabilisation de la situation, celle‑ci reste précaire au point que le général Gouraud annonce dès février 1923 que la révolte couve, qu’elle éclatera si le pouvoir politique cesse de soutenir le Haut‑Commissariat74. Une suite d’erreurs commises par Sarrail et son équipe entraîne une révolte importante à l’été 192575, qui, bien que matée se transforme en désastre politique. En bombardant Damas, en entrant dans Soueida avec des tanks, Sarrail rompt avec le principe de protection inscrit au cœur du mandat. Désavoué par son autorité de tutelle, il trouve un soutien dans le contre‑feu allumé par l’un de ses fidèles, Jean Mélia, qui propose de revenir sur le principe du Grand‑Liban et de créer une Syrie unitaire76. Sur fond d’une France désormais divisée entre partisans d’une Syrie unifiée avec le Liban et partisans de deux États (Syrie et Liban), entre partisans du maintien de la France en Syrie et partisans de l’abandon77, Robert de Caix se lamente de voir son projet partir à vau‑l’eau au moment où l’affaire Sarrail apparaît comme la summa divisio du monde militaire78. À Genève de surcroît, il voit arriver un flot ininterrompu de pétitions syriennes à la Commission des mandats pour se plaindre d’un système peu ouvert et réclamer l’indépendance ; il constate aussi l’opposition croissante des Libanais à l’endroit de la France79. Finalement, découragé par le mode de fonctionnement bureaucratique et administratif de la Société des Nations, désespéré par l’attitude des fonctionnaires en Syrie, son discours se radicalise. Avant la fin des années 1920, les lettres à sa femme témoignent du glissement d’une pensée constructive et flamboyante vers un regard de plus en plus désabusé sur la politique et ses représentants. Il se lamente à propos du système qui se serait, selon lui, dévoyé au fil du temps. Tout en soulignant le recul de la place de la France dans le monde, il voit dans ces évolutions négatives la marque de l’incompétence croissante d’hommes et de femmes qui s’autoproclament experts alors que lui les regarde comme des ignorants.

13Très proche intellectuellement d’un Lyautey qui chercha toute sa vie à mettre en place une « organisation qui marche », Robert de Caix apparaît bien en définitive comme un « spécialiste des questions de domination » comme l’avait dit pour lui son ami Auguste Terrier. De ce point de vue, l’expert mandataire serait, au même titre que les administrateurs, l’une des figures parentes des « techniciens de la colonisation », à ceci près que Robert de Caix ajoute une volonté d’être lui‑même un homme d’influence. Libéral, diplomate dans l’âme, il a sincèrement cru pouvoir appliquer aux pays arabes un système politique « à l’occidentale ». Tout au long de sa vie, il s’est fait le porte‑parole de la pensée coloniale, orientant les débats ou plus simplement ses interlocuteurs. Or s’il n’est à n’en pas douter l’un des grands idéologues du système colonial français, il apparaît surtout comme une figure de la transition. Considéré un temps comme un expert, du fait de sa capacité à influencer le monde par sa plume, il glisse vers une position plus neutre mais surtout plus affadie à mesure que ses propositions sont contrecarrées, à la Commission des mandats, par d’autres personnes se revendiquant plus ouvertement que lui « expertes » mandataires. En réalité, sa maîtrise « des choses de la domination » le rend assez vite inaudible, peut‑être même suspect, et par‑delà impuissant face au fonctionnarisme de Genève, nouvelle forme d’expertise dans laquelle son propos d’essence colonialiste ne saurait s’inscrire.

14Si son parcours professionnel permet de mieux appréhender la manière dont se sont formés certains experts du monde mandataire – les publicistes et les « conseillers » constituant à l’évidence l’une des matrices intellectuelles de l’expertise –, on doit tout de même se demander s’il n’est pas devenu expert par défaut, faute d’avoir pu entrer dans la Carrière, voire même s’il n’a pas été consacré expert précisément en raison même de l’échec de sa politique syrienne, pour tenter de trouver à Genève une solution qui avait échoué à Beyrouth et Damas.

15Au terme de l’analyse, il semble aussi important de noter que le contexte de la sortie de la guerre – sur fond d’idéalisme wilsonien fortement teinté de pacifisme – a très largement contribué à la recherche d’une expertise par le droit capable de supplanter l’expertise du guerrier qui avait préexisté dans les époques précédentes. De ce point de vue, le tandem Gouraud – de Caix est caractéristique de la recherche d’une transition vers un principe du cedant arma togae, toujours réclamé par un système parlementaire où la crainte des prétoriens reste vive. Mais de sa position genevoise, Robert de Caix découvre que le parlementarisme – fut‑il d’esprit pacifique – ne permet pas toujours d’éviter la guerre. Écrivant difficilement à partir de 1948, malvoyant après 1958, il termine sa vie presque centenaire totalement désenchanté, conscient d’avoir participé à la tragédie syrienne au point de développer même parfois un discours critique à l’encontre de la colonisation.

Bibliographie

Sources

Caix Amédée (vicomte de), 1883, Les Pays sud‑slaves de l’Austro‑Hongrie (Croatie, Slavonie, Bosnie, Herzégovine, Dalmatie), Plon, Paris, 301 p.

Caix Amédée (vicomte de), 1884, Les Intérêts français dans le Soudan éthiopien, Challamel aîné, Paris, 143 p.

Caix Amédée (vicomte de), 1886, La France en Éthiopie. Histoire des relations de la France avec l’Abyssinie chrétienne sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV (1634‑1706) d’après les documents inédits des archives du ministère des Affaires étrangères, Challamel aîné, Paris, 373 p.

Caix Amédée (vicomte de), 1891, Questions algériennes. Arabes et Kabyles, Ollendorf, Paris, 288 p.

Caix (de) Robert, 1903, « Notre politique au Maroc » in Questions diplomatiques et coloniales, tome 16, no 158, p. 489‑497.

Cressaty Jean‑Michel, 1915, La Grande Guerre. La Syrie française, H. Floury, Paris, 40 p.

Hoyek (Mgr.), 1919, Les Revendications du Liban. Mémoires de la délégation libanaise à la Conférence de la Paix de Paris, Paris.

Khaïrallah Kaïrallah Tannous, 1919, Le Problème du Levant. Les régions arabes libérées: Syrie, Irak, Liban. Lettre ouverte à la Société des Nations, E. Leroux, Paris, 210 p.

Samné George, 1925, « Politique intérieure libanaise » in La Correspondance d’Orient, no 1925/05, p. 203‑207.

Smuts Jan Christiaan, 1918, The League of Nations: A Practical Suggestion, Hodder, London, 71 p.

La Lanterne, 22 juillet 1926, « Pour l’unité syrienne. Il faut réviser l’arrêté du Général Gouraud ».

La Tribune de Genève, 26 juin 1926, « La France en Syrie. M. Robert de Caix, Secrétaire général du Haut‑Commissariat ».

Archives

Archives du Ministère des affaires étrangères (MAE) :

MAE, La Courneuve, fonds A‑Paix, 

MAE, La Courneuve, fonds Robert de Caix, PA‑AP 353 

MAE, La Courneuve, fonds Gouraud, PA AP 399

Service historique de la Défense :

SHD, Archives du Levant, GR 4H

Institut de France :

Bibliothèque de l’Institut, Fonds Terrier, Ms 5891‑6023

Études

Ageron Charles‑Robert, 1978, France coloniale ou parti colonial?, Presses universitaires de France, Paris, 302 p.

Allain Jean‑Claude, 1976, Agadir 1911, une crise impérialiste en Europe pour la conquête du Maroc, Publications de la Sorbonne, Paris, 471 p.

Andurain (d’) Julie, 2009, Le Général Gouraud, un colonial dans la Grande Guerre, Thèse de doctorat en histoire sous la direction de Jacques Frémeaux, Université Paris‑Sorbonne, Paris, 666 p.

Andurain (d’) Julie, 2010, « La Méditerranée orientale durant la Grande Guerre, enjeu entre la France et la Grande‑Bretagne » in Cahiers de la Méditerranée, no 81, p. 25‑44.

Andurain (d’) Julie, 2014a, « Le “Parti colonial” et la naissance du concept de l’Afrique du Nord » in 1830‑1914. De l’armée en Afrique à l’Armée d’Afrique , Actes de la Journée d’études organisée par la Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de la Tunisie le 10 décembre 2012, Riveneuve, Paris, p. 73‑87.

Andurain (d’) Julie, 2014b, « Négocier en Syrie en 1920 : Gouraud et Fayçal avant la bataille de Damas » in Vivet Emmanuel (dir.), Négociations d’hier, leçons pour aujourd’hui, Larcier, Paris, p. 225‑238.

Andurain (d’) Julie, 2017, « Joseph Chailley ou l’internationalisation du fait colonial » in Andurain Julie (d’) (dir.), Colonialisme et impérialisme, le « parti colonial » en pensée et en action, Hémisphères éditions & Zellige, Paris, p. 71‑94.

Andurain (d’) Julie, 2018, « Un proconsulat en trompe‑l’œil. Le général Henri Gouraud en Syrie (1919‑1923) » in Revue historique, no 685, p. 99‑122.

Barré Jean‑Luc, 1998, Philippe Berthelot, l’éminence grise, 1866‑1934, Plon, Paris, 433 p.

Brown Roger Glenn, 1970, Fashoda Reconsidered: The Impact of Domestic Politics on French Policy in Africa, 1893‑1898, The John Hopkins Press, Baltimore, 157 p.

Cloarec Vincent, 1996, « La France du Levant ou la spécificité impériale française au début du xxe siècle » in Revue française d’histoire d’Outre‑Mer, no 313, p. 3‑32.

Cloarec Vincent, 1998, La France et la question de Syrie: 1914‑1918, CNRS Éditions, Paris, 243 p.

Dakhli Leyla, 2010, « L’expertise en terrain colonial : les orientalistes et le mandat français en Syrie et au Liban » in Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 99, vol. 3, p. 20‑27.

Dimier Véronique, 2002, « L’internationalisation du débat colonial : rivalités autour de la Commission permanente des mandats » in Outre‑mers, revue d’histoire, no 336‑337, vol. 89, p. 333‑360.

Fournié Pierre, 2002, « Le Mandat à l’épreuve des passions françaises : l’affaire Sarrail (1925) » in Méouchy Nadine (dir.), France, Syrie et Liban, 1918‑1946, les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire, IFEAD, Damas, p. 125‑168.

Gouraud Philippe, 1993, Le Général Henri Gouraud au Liban et en Syrie, 1919‑1923, L’Harmattan, Paris, 191 p.

Guillen Pierre, 1967, L’Allemagne et le Maroc de 1870 à 1905, Presses universitaires de France, Paris, 991 p.

Hassenteufel Patrick, 2008, Sociologie politique : l’action publique, Armand Colin, Paris, 294 p.

Hodge Joseph M., 2010, “British Colonial Expertise, Post‑Colonial Careering and the Early History of International Developement” in Journal of Modern European History, vol. 8, pp. 24‑46.

Julien Charles‑André, 1946, Les Techniciens de la colonisation (xixe‑xxe siècles), Presses universitaires de France, Paris, 319 p.

Kalifa Dominique (dir.), 2011, La Civilisation du journal : histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Nouveau monde éditions, Paris, 1762 p.

Khoury Gérard D., 1993, La France et l’Orient arabe : naissance du Liban moderne, 1914‑1920, Armand Colin, Paris, 418 p.

Khoury Gérard D., 2006, Une Tutelle coloniale : le mandat français en Syrie et au Liban. Écrits politiques de Robert de Caix, Belin, Paris, 535 p.

Kitsikis Dimitri, 1972, Le Rôle des experts à la Conférence de la paix de 1919. Gestation d’une technocratie en politique internationale, Éditions de l’Université d’Ottawa, Ottawa, 227 p.

Laurens Henry, 1993, L’Orient arabe : arabisme et islamisme de 1798 à 1945, Armand Colin, Paris, 371 p.

Laurens Henry, 1999, La question de Palestine. 1799‑1922, l’invention de la Terre sainte, tome 1, Fayard, Paris, 719 p.

Méouchy Nadine (dir.), 2002, France, Syrie et Liban, 1918‑1946 : les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire, IFEAD, Damas, 430 p.

Mizrahi Jean David, 2003, Genèse de l’État mandataire. Service des renseignements et bandes armées en Syrie et au Liban dans les années 1920, Publications de la Sorbonne, Paris, 462 p.

Picaudou Nadine, 1992, La Décennie qui ébranla le Moyen‑Orient : 1914‑1923, Complexe, Bruxelles, 236 p.

Provence Michael, 2005, The Great Syrian Revolt and the Rise of Arab Nationalism, University of Texas Press, Austin, 209 p.

Rivet Daniel, 1996, Lyautey et l’institution du protectorat français au Maroc (1912‑1925), l’Harmattan, Paris, 267 p.

Sibeud Emmanuelle, Blais Hélène & Fredj Claire, 2013, « Introduction. Sociétés coloniales : enquêtes et expertises » in Sibeud Emmanuelle, Blais Hélène & Fredj Claire (dir.), Sociétés coloniales. Enquêtes et expertises, p. 6‑22.

Sluglett Peter, 2002, “Will the Real Nationalists Stand Up? The Political Activities of the Notables of Aleppo, 1918‑1946” in Méouchy Nadine (ed.), France, Syrie et Liban, 1918‑1946 : les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire, IFEAD, Damas, pp. 273‑290.

Notes

1 Hodge, 2010 ; Dakhli, 2010 ; Sibeud, Fredj & Blais, 2013.

2 Le principe du « diviser pour mieux régner » est une pratique politique classique qui trouve à être transposée facilement dans un cadre colonial. Cependant, elle ne permet pas de tout expliquer, loin s’en faut. En Syrie, sa valeur heuristique n’est pas suffisante sauf à vouloir discréditer la politique française. On la trouve généralement dans les ouvrages anglais qui ont repris, souvent sans nuance, les poncifs de la contre‑propagande anglaise. Le croisement des archives privées du général Gouraud et de Robert de Caix conservées au ministère des Affaires étrangères permet de se faire une idée plus juste de la politique française au début du mandat.

3 Andurain (d’), 2018.

4 Je tiens à remercier les trois organisateurs du colloque de Paris (Philippe Bourmaud, Norig Neveu et Chantal Verdeil), les participants et les discutants (notamment Emmanuelle Sibeud et Véronique Dimier) qui, par leurs questions et leurs remarques, m’ont permis de faire avancer ma propre réflexion.

5 Khoury, 2006, p. 8.

6 Amédée de Caix fait de très mauvaises affaires au point de devoir vendre la propriété d’Ognon au banquier Demanchy en 1881. La « grande Carrière » à laquelle aspire son fils suppose de pouvoir mener un train de vie fastueux que le seul traitement du ministère ne permet pas d’envisager.

7 Kalifa, 2011.

8 L’expression est de Lyautey mais on retrouve la même idée dans la prose de Robert de Caix.

9 Andurain (d’), 2017 ; Robert de Caix devient très proche d’Auguste Terrier (1873‑1932) le secrétaire général du Bulletin du Comité de l’Afrique française. Véritable go‑between entre les officiers du lobby colonial et les parlementaires, il est l’un des acteurs essentiels du « parti colonial ». Par lui, Robert de Caix se rapproche de toute l’équipe du « parti colonial ».

10 Joseph Chailley‑Bert (1854‑1928) a été pendant plus de vingt ans le secrétaire général de l’Union coloniale, la plus riche des organisations coloniales françaises. Propagandiste insatiable avec l’organe de l’Union coloniale, La Quinzaine coloniale, essayiste prolifique, il n’a pas inventé comme on le dit souvent la notion de « mise en valeur » des colonies mais a contribué à établir des liens entre les différentes groupes colonialistes (les nationalistes et les milieux économiques naturellement plus internationalistes).

11 Caix, 1903.

12 Ministère des Affaires étrangères, site de La Courneuve (ci‑après MAE), fonds Gouraud, papiers privés 399 (ci‑après PA AP 399), carton 57, dossier 2 (ci‑après C57‑D2), août 1920, Lettre de Terrier au général Gouraud.

13 Guillen, 1967 ; Kitsikis, 1972 ; Allain, 1976 ; Rivet, 1996 ; Hassenteufel, 2008.

14 Andurain (d’), 2014a. Les membres du « parti colonial » conçoivent le projet de conquête du Maroc dès la fin de l’affaire de Fachoda. La mise en œuvre passe à la fois par les négociations diplomatiques et la mise en place d’un organe de propagande, le Comité du Maroc chargé de forger les éléments de langage. Dans ce cadre, l’exploration géographique constitue le pendant tactique de l’offensive politique.

15 Il s’agit d’Étienne Lamy (1845‑1919) qui publie une série d’articles dans la Revue des deux mondes en 1898 avant de publier La France du Levant en 1900 chez Plon. En regardant autant l’Allemagne et l’Angleterre que le panislamisme comme des dangers susceptibles de menacer la présence française en Orient, il complète des travaux plus anciens (Émile Burnouf ou Gustave Larroumet) qui s’inquiétaient du recul de la France face à la Russie ou à l’Italie dans le Levant. Tous ensemble, ils contribuent à l’émergence d’une politique orientale de la France centrée sur un devoir de défense des chrétiens d’Orient (en l’occurrence les Arméniens).

16 Cloarec, 1996 & 1998.

17 Discours porté par le lobby syrien du « parti colonial » dont Robert de Caix est une figure majeure. Il est soutenu par Raymond Poincaré, Étienne Flandin, Georges Leygues, mais aussi Victor Bérard, Georges Poignant, Joseph Atalla, Joseph Aulneau, les chambres de commerce de Lyon et de Marseille et surtout le comte Cressaty.

18 Cressaty, 1915. Il faut ajouter la « Note sur la valeur économique de la Syrie intégrale » d’Henri Brenier, transmise au Quai d’Orsay en juillet 1915.

19 Barré, 1988. Philippe Berthelot avait été responsable dès 1907 de la réforme du bureau du Chiffre.

20 Laurens, 1999.

21 Laurens, 1993 ; Picaudou, 1992.

22 MAE, fonds Robert de Caix, PA AP 353, vol. 3, lettre du 30 novembre 1918 de Robert de Caix à Berthelot. Il est choisi contre un autre journaliste, Henri Brenier sur proposition de Philippe Berthelot, lui‑même soutenu par Raymond Poincaré qui a fini par convaincre Clemenceau d’envoyer des troupes en Syrie.

23 Gouraud, 1993 ; Andurain (d’), 2009.

24 MAE, PA AP 353, vol. 4, lettre de Robert de Caix à son père, le 2 décembre 1919.

25 MAE, PA AP 399, C82‑D4. Le général Gouraud reçoit des informations précieuses du Père Jalabert, membre du Comité franco‑syrien et de Shukrī Ghānim président du Comité central syrien.

26 Smuts, 1918. Le 28 juin 1919, le pacte de la Société des Nations pose définitivement le cadre des mandats dans son article 22.

27 MAE, PA AP 339, C55‑D1, lettre de Gouraud à Robert de Caix le 20 mai 1919. Shāhbandār a fait savoir au commandant Cousse – agent placé auprès des Syriens – qu’il est hostile au mandat. Il se rapproche petit à petit de Faysal qui le rejoint sur sa position. Ces oppositions sont révélées au grand jour dans les conclusions de la commission King‑Crane (28 août 1919).

28 Mgr. Hoyek ou K.‑T. Khairallah incarnent les deux pôles des positions des Libanais francophiles. L’un, patriarche des maronites depuis 1899 est favorable au mandat, l’autre s’y oppose fermement tout en soulignant son attachement à la France.

29 Khoury, 1993, p. 271.

30 Dimier, 2002.

31 Andurain (d’), 2010.

32 MAE, PA AP 353, vol. 2, lettre de Robert de Caix à son épouse le 5 janvier 1919 : « Franklin Bouillon et de Monzie sont superficiels ; le second bien arriviste et antipathique ».

33 MAE, PA AP 399, C82‑D4, note manuscrite de Mme Gaulis à Gouraud, le 29 novembre 1919 sur « les nouveaux nationalismes ». Pour mieux connaître les élites turques avec lesquelles il faudra négocier, Henri Gouraud s’appuie sur les connaissances de Mme Berthe Gaulis qui joue là indiscutablement un rôle d’agent de renseignement, au moins jusqu’en 1921.

34 En août 1920, à Saint‑Sébastien, la décision est prise de demander à chacune des puissances de préciser qui allait exercer une tutelle et de définir le contour géographique de celle‑ci.

35 En réalité, Robert de Caix préside souvent aux destinées du pays car le général Gouraud est amené à résider en France pratiquement cinq mois dans l’année pour faire le siège des commissions du budget des deux chambres.

36 MAE, PA AP 399, C55‑D1, lettre de Robert de Caix à Gouraud, du 27 mai 1919.

37 MAE, PA AP 399, C50‑D1, télégramme de Clemenceau à Gouraud, 28 novembre 1919.

38 Choisis aussi en fonction de leur maîtrise de la langue française, langue de la diplomatie et de la négociation.

39 Bien qu’ayant placé les « quatre villes » (Damas, Homs, Hama et Alep) hors de la zone d’occupation directe française, l’accord franco‑britannique du 15 septembre 1919 crée une obligation pour Faysal, celle de devoir s’entendre avec les Français.

40 MAE, PA AP 399, C52‑D4, août 1921, note du service de renseignement sur les nationalistes syriens. L’entourage de Faysal – turc autant qu’arabe – est vite soumis à une surveillance des services français. Quelques‑uns, généralement qualifiés de « modérés », sont assez bien perçus, jugés capables de pouvoir négocier (Nūrī al‑Saʿīd, Yūsuf bey al‑Ḥakīm, ʿAlā al‑Dīn Durūbī, Jalāl al‑Dīn, Nasīm al‑Bakrī, Riḍā Pacha al‑Rikābī, Sāṭiʿ al‑Ḥuṣrī) ; d’autres sont soit « anti‑Français » (Ḥaddād Pacha, Rafīq al‑Tamīmī, Khālid al‑Ḥakīm, Riḍā bey al‑Ṣulḥ) ; soit perçus comme des « extrémistes », des personnalités hostiles, agents des Anglais (Rachid Rida, Yāsīn Pacha al‑Hāshimī, Muḥammad ʿAlī al‑Tamīmī, Aḥmad Murawwaḍ, Dr. Aḥmad Qadrī, Kamal Kassāb, ʿAlī al‑Khalkī).

41 MAE, PA AP 399, C62‑D1, lettre du lieutenant‑colonel Cousse à Gouraud du 16 février 1920. Cousse est l’interprète fidèle de la pensée de Faysal.

42 Avec le « ô » dans les archives : zône ouest qui correspond à la bande littorale libanaise où sont implantés les Français, zône nord de Cilicie où les Français luttent contre les Turcs, zône d’occupation chérifienne centrée autour de Damas, dite zône est, zône sud enfin qui correspond au Djebel Druze.

43 MAE, PA AP 399, C55‑D1, lettre de Robert de Caix à Gouraud, du 22 janvier 1920.

44 La Cour des conseillers privés de l’administration centrale du Liban est créée le 7 avril 1920.

45 En outre, en plus de la Palestine, Faysal revendique le territoire de Mossoul. Ainsi, sur les revendications territoriales face aux Anglais, Français et nationalistes faysaliens s’accordent pendant un temps.

46 MAE, PA AP 399, C61‑D6, dossier « Affaire des conseillers administratifs du Liban », juillet 1920. Quatorze conseillers administratifs du Liban sont accusés de s’être partagés les 40 000 livres égyptiennes envoyées par Faysal. Ils sont jugés en juillet 1920.

47 Déjà dès la guerre, l’idée d’un nationalisme arabe constitué sous la bannière hachémite est contestée. À leur arrivée, les Français découvrent que les Libanais ne veulent pas de Faysal, que les élites syriennes le craignent, que les Druzes n’en veulent pas, et que même au sein de la famille hachémite, Faysal est contesté. Enfin, les Français voient dans Faysal l’instrument de la politique anglaise qui cherche à leur faire quitter la Syrie.

48 Mizrahi, 2003.

49 Andurain (d’), 2014b. La bataille de Damas ou de Khān Maysalūn le 24 juillet 1920 marque la fin de l’opposition nationaliste faysalienne qui réclamait une Syrie unitaire.

50 MAE, PA AP 399, C59‑D2, discours du général Gouraud du 1er septembre 1920. Le Grand‑Liban est officiellement proclamé le 1er septembre 1920 par le général Gouraud. Il donne aux Libanais les quatre cantons de la Bekaa. Il est important de faire un sort à l’idée d’une œuvre « chrétienne » de Gouraud en Syrie. Au vu de ses archives privées, c’est beaucoup moins évident que ce qui a été affirmé. Son action a été plus tactique et pratique (ancrage sur le littoral syrien et moyens financiers pour ne plus avoir besoins de subventions) que religieuse (à la demande expresse de Gouraud, l’organisation administrative du Grand‑Liban respecte un strict partage entre musulmans et chrétiens).

51 MAE, PA AP 399, C55‑D1, lettre de Robert de Caix à Gouraud le 22 janvier 1920. Dans un article paru dans la Correspondance d’Orient en décembre 1918, Georges Samné avait écrit : « La situation actuelle de la Syrie nous conduit à poser un dernier principe : le futur État syrien sera un État fédéral ou il ne sera pas. »

52 MAE, PA AP 399, C62‑D1, lettre du capitaine Deshayes à Gouraud le 24 décembre 1919.

53 MAE, PA AP 399, C67‑D3, note sur l’organisation à donner à la Syrie, Robert de Caix au ministre des Affaires étrangères, le 9 mars 1921.

54 MAE, PA AP 399, C61‑D6, lettre du colonel Mougin à Gouraud du 6 mars 1921. Mougin prévient Gouraud que les catholiques refusent de financer la fédération.

55 À cette date, il y a à peu près 250 fonctionnaires (français) au Haut‑Commissariat, 700 à 800 fonctionnaires locaux dans les États de Damas et d’Alep, dont une cinquantaine d’agents français.

56 Sluglett, 2002.

57 MAE, PA AP 339, C55‑D4, lettre de Robert de Caix à Gouraud le 25 novembre 1921.

58 MAE, PA AP 399, C56‑D2, lettre de Robert de Caix à Gouraud le 19 octobre 1922.

59 Voir les travaux de Mizrahi, 2003. Nous ajoutons cependant que sur la question du S.R. du Levant, Gouraud a été constamment en lutte contre le Maroc de Lyautey qui absorbait les meilleurs des officiers.

60 Il se crée ainsi de très nombreux ennemis.

61 MAE, PA AP 353, vol. 4, lettre de Robert de Caix à Millerand le 17 janvier 1923.

62 On lui reproche « de n’avoir pas de passé administratif » (18 janvier 1923) ou d’être « l’homme des capitalistes » (PA AP 353, 15 janvier 1923).

63 MAE, PA AP 399, C56‑D3, lettre de Robert de Caix à Gouraud le 30 avril 1923. En septembre 1922, Gouraud avait demandé pour Robert de Caix un poste de ministre en compensation des services rendus. Berthelot était d’accord.

64 Autrement dit l’équipe d’Albert Sarraut.

65 MAE, PA AP 353, vol. 2, lettre de Robert de Caix à sa femme le 24 mai 1923.

66 MAE, PA AP 353, vol. 4, lettre de Robert de Caix à Edouard de Sercey le 10 mars 1924.

67 MAE, PA AP 353, vol. 2, lettre de Robert de Caix à sa femme le 24 mai 1923.

68 Tous ces hommes jouent en effet par la suite un rôle important en Syrie, soit comme haut‑commissaire (Ponsot et Damien de Martel), soit comme diplomate (Delbos comme ministre des Affaires étrangères au moment du Front populaire et Pierre Viénot comme sous‑secrétaire d’État aux Affaires étrangères chargé de négocier le traité franco‑syrien de 1936).

69 Originaire de Syrie, la famille Luṭfallah s’est enrichie pour une part au Soudan, pour une autre part en Syrie‑Palestine en obtenant d’Allenby l’exclusivité de l’importation des blés d’Égypte à la fin de la Première Guerre mondiale, sur fond de famine au Liban et d’explosion des prix de denrées. Consacrée comme famille princière d’Antioche par l’émir Hussein, les Luṭfallah s’associent alors avec les principales familles du bassin oriental de la Méditerranée, les Sursock et les Tuéni en particulier. Ḥabīb Luṭfallah est nommé délégué faysalien à la conférence de la Paix de Versailles. À ce moment, il réclame l’indépendance pleine et entière de la Syrie.

70 La Tribune de Genève, 26 juin 1926.

71 Provence, 2005.

72 MAE, PA AP 399, C53‑D3, 24 juillet 1922. En 20 articles, le texte réclame la mise en place d’un statut organique pour la Syrie et le Liban (entérinant ainsi la séparation du Liban de la Syrie). Il stipule que la SDN est garante de toutes les décisions à venir.

73 MAE, PA AP 399, C57‑D5, Arrêté portant création d’un État autonome du Djebel Druze, octobre 1922.

74 MAE, PA AP 399, C71‑D4, lettre du général Gouraud à Poincaré du 5 février 1923. Dans les faits Poincaré a déjà « lâché » le Haut‑Commissariat depuis l’été 1922, date à laquelle il affirme vouloir un « Haut‑Commissariat nouveau, une sorte de légation tutélaire ». N’obtenant pas les crédits réclamés, Gouraud décide de partir de Syrie.

75 Gouraud n’est pas tendre à l’égard de Sarrail et son équipe. Il considère que les violences du capitaine Carbillet (qui avait une réputation épouvantable au sein des troupes françaises), le refus de Sarrail de recevoir les chefs druzes, sa décision d’en interner certains à Damas et enfin le manque de moyens sont responsables de la révolte.

76 La Lanterne, 22 juillet 1926.

77 Ces divisions françaises ne témoignent pas d’autre chose que de la montée d’un anticolonialisme croissant au sein des élites parlementaires françaises y compris – paradoxalement – au sein d’un « parti colonial » sarrautiste.

78 Fournié, 2002.

79 Samné, 1925.

Auteur

Université de Lorraine

© Presses de l’Inalco, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search