Version classiqueVersion mobile

Birmanie (Myanmar) 2010-2017 : un pays en transition ?

 | 
Aurore Candier

Cartes et annexes

Texte intégral

Carte administrative et politique de l’Union du Myanmar

Carte administrative et politique de l’Union du Myanmar

Carte ethnolinguistique

Carte ethnolinguistique

Glossaire

1Dans la version pdf vous aurez accès à la version du glossaire contenant l’élégante graphie birmane des mots et expressions vernaculaires rassemblés, en scannant le pictogramme "loupe" avec l'application snappress.

  • baça (bhāsā): étymologiquement ce terme fait référence à la « langue » parlée ou écrite, mais a subi une évolution au xixe siècle. Aujourd’hui, il désigne aussi la religion comme foi professée individuellement.
  • çaçe´na (sāsanā) : institution du bouddhisme en Birmanie. Ce peut‑être une référence soit à l’enseignement professé par le Bouddha Gautama, soit à la durée pendant laquelle cet enseignement est dispensé.
  • çe´çaméda´ (sassamedha) : littéralement le « sacrifice des cultures » ; impôt à hauteur d’un dixième des revenus des terres cultivées qui a commencé d’être prélevé dans les années 1860.
  • dharma (dhamma en pâli) souvent appelée te´`ya (tarā:) en birman : la Loi universelle qui régente l’ordre socio‑cosmique.
  • ekarāja (en birman ’é´ka´yaza´ `ming) : roi gouvernant le continent de Jambudīpa – le seul habité par les humains, parmi les quatre continents qui constituent le monde terrestre dans la cosmologie bouddhique – et dont le modèle est le roi indien Aśoka (iiie siècle av. J.‑C.).
  • ’e´`myô (a myui:) : étymologiquement « catégorie, genre, sorte », applicable aussi bien à des êtres vivants qu’à des objets. Dans la Birmanie précoloniale, ’e´`myô renvoyait, quand il était utilisé pour les êtres humains, aux quatre catégories primordiales ou classes sociales créées, selon le mythe cosmologique, par le roi des origines Mahāsammata. Ce terme s’est transformé au cours du xixe siècle pour en venir à exprimer la notion de « race ». Il peut aujourd’hui faire référence aussi bien au groupe familial qu’à la « race », ou encore à la nation d’un individu.
  • ’e´`sô ya´ `phong `dji (a cui: ra bhun: krī:) : moine proche des dirigeants politiques (terme datant de l’époque SLORC‑SPDC).
  • ke´`la (ku lā:) : dans la Birmanie précoloniale, le terme ke´`la désignait des groupes de population qui vivaient à l’ouest (de la sphère d’influence de la cité royale birmane). Il a subi plusieurs évolutions sémantiques pour signifier aussi bien « Occidental » qu’« Indien », avant de se diluer dans différentes catégories, raciales, sociales et religieuses pendant la période coloniale.
  • `loki (loki) du pâli lokiya : le monde sensible dans la cosmologie bouddhique, soit la partie perceptible du cosmos qui s’étage, de bas en haut, depuis les sphères souterraines (l’équivalent des Enfers), en passant par les sphères terriennes, où vivent les hommes, jusqu’aux sphères célestes, habitées par des divinités.
  • lou `myô (lū myui:) : étymologiquement « catégorie de laïc ». Ce terme, qui s’est transformé au cours du xixe siècle pour en venir à signifier « nation » ou « peuple », exprime aujourd’hui aussi bien la nationalité que l’ethnicité, voire même la religion.
  • Mabatha : acronyme de l’association fondée en 2013 et dont le nom complet est ’a´`myô baça çaçe´na saung chau’ `yé ’e´phwè´, « association pour la défense de la religion nationale », c’est‑à‑dire du bouddhisme.
  • myô´ nè (mruị nay)  : township (canton), myô´ étant le terme générique pour « ville ». Dans la Birmanie précoloniale, il renvoyait à l’idée de place fortifiée et le à son espace d’influence, de souveraineté, avant de prendre le sens de « juridiction » dans les années 1860 dans la Haute‑Birmanie encore indépendante, mais déjà influencée par les concepts administratifs en vigueur dans la Basse‑Birmanie en situation coloniale.
  • naing ngang `yé `phong `dji (nui a re: bhun: krī:) moine politique.
  • national schools, en birman ’e´`myô `ça `djaung (a myui: sā: kyo:) : écoles mises en place par les nationalistes birmans dans les années 1920, pour rivaliser avec les écoles supervisées par les Britanniques, et qui accordent une importance toute particulière au birman, à l’histoire birmane, à l’étude du bouddhisme et du pâli.
  • ’ô’ tchô’ `yé `mhou (up khyup re: mhū:) : dénomination officielle de la position de chef de village. Il remplace (ou est utilisé en alternance) avec le terme plus ancien de ywa çou `dji (rvā sū krī:), qui était une charge héréditaire dans la Birmanie précoloniale.
  • pati naing ngang `yé (pātī nui a re:) : la « politique partisane », considérée comme porteuse de division, par opposition à la «politique nationale» ou ’e´`myô `ça naing ngang `yé (a myui: sā: nui a re:) prônée par le régime militaire de la période SLORC‑SPDC.
  • `pyaung lè mhou´ (pro: lè mhu:) : changement.
  • pyou´ pying `yé (pru pra re:) : réparation, rénovation, réforme.
  • rāja dharma (en birman yaza´ dhamma) : le dharma du roi, c’est‑à‑dire l’ensemble des devoirs et des règles de conduite de la royauté.
  • Réconciliation nationale : il existe plusieurs expressions correspondantes en birman, notamment ’e´`myô `ça pyang lè ying `dja zé´ `yé, mais aussi ’e´`myô `ça pyang lè çing´ mya’ `yé, ou encore ’e´`myô `ça pyang lè `si `long ñi ñu’ `yé. Ces termes ont été utilisés par les gouvernements militaires successifs pour désigner la construction d’une union des « races autochtones » (`taing `ying `ça) dans un ensemble national, portant la conception d’un retour à une unité passée précoloniale. Pour les groupes armés et nombres d’acteurs politiques mobilisant une identité ethnique, cette « réconciliation » passe par le fédéralisme.
  • sangha (en birman çinga) du pâli saghā : la communauté des moines.
  • shè ’eing `gaung (chay im kho:) : littéralement le « chef de dix foyers ». Ces personnes, censées être élues par chaque foyer, assistent le chef du village-tract dans le gouvernement des villages. Depuis 2011, les shè ’eing `gaung font office de grands électeurs et nomment le chef du village-tract.
  • `taing `ying `ça (tui: ra: sā:) : terme faisant référence à l’autochtonie et datant de la période coloniale. Dans les premières décennies du xxe siècle, on l’utilise pour désigner les pratiques indigènes (artisanat, médecine, denrées commerciales). Après l’Indépendance, dans la constitution de 1947 et la loi sur la citoyenneté de 1948, le terme est associé aux groupes de populations installés en Birmanie avant le début de la période coloniale (1824). Pendant la période socialiste, il devient intimement lié à la conception de l’unité nationale pour prendre la signification de « races autochtones » qui seules peuvent bénéficier de la citoyenneté (loi sur la citoyenneté de 1982). Leur nombre varie jusqu’à être fixé à 135 dans le discours des régimes militaires successifs. Aujourd’hui, les chercheurs occidentaux considèrent souvent les `taing `ying `ça comme des « minorités ethniques » (par contraste avec la majorité birmane ou bamar).
  • Tatmadaw : nom officiel des forces armées birmanes. La Tatmadaw prend son origine dans l’Armée d’indépendance birmane (BIA–Burma Independance Army) formée par Aung San et ses camarades en 1941, sous l’égide des Japonais. Dissoute par ceux-ci et remplacée par la plus modeste Armée de défense birmane (BDA–Burma Defence Army), elle s’élargit à nouveau en 1943 pour devenir l’Armée nationale birmane (BNA–Burma National Army), commandée par Ne Win. Elle passe du côté des Alliés en 1945, est renommée PBF– Patriotic Burmese Forces et en partie intégrée aux forces armées coloniales, un agrégat sur lequel s’est progressivement construite la Tatmadaw à partir de 1948.
  • `thong zang (thu: ca) : coutume.
  • Vinaya : le recueil des piaka (le canon bouddhique pâli) qui énonce les règles de discipline monastique.
  • ya’ mi´ ya’ pha´ (rap mi rap pha) : les « anciens » du village, considérés comme des porte-paroles en vertu de leurs connaissances et de leur rôle dans les affaires locales. Le chef du village nomme officiellement l’un d’entre eux (ce sont généralement des hommes) et l’intègre à l’administration locale de façon plus ou moins formelle. Ces personnes peuvent aussi être appelées lou `dji (lū krī:) littéralement « grande personne », un terme polysémique pouvant renvoyer à la taille, mais surtout à l’âge et au statut d’une personne. Ainsi, les community leaders sont souvent appelés lou `dji ou ya’ mi´ ya’ pha´.
  • `yô ya (rui: rā) : tradition, coutume, lignée.
  • ywa ’ô’ sou´ (rvā up cu) : le village-tract qui représente la juridiction minimale de l’administration birmane et se compose généralement de plusieurs villages qui, selon les régions, ont été regroupés dès l’époque coloniale.

Principaux acronymes cités

  • AA : Arakan Army.
  • ALD : Arakan League for Democracy.
  • ANP : Arakan National Party.
  • ARSA : Arakan Rohingya Salvation Army.
  • GAD : Département de l’Administration générale.
  • JICA : Agence japonaise de coopération internationale.
  • KIO : Kachin Independence Organisation.
  • KNU : Karen National Union.
  • MNEC : Mon National Education Committee, la branche éducation du NMSP.
  • MMK : abréviation de « Myanmar kyat », la monnaie officielle birmane.
  • MTB‑MLE : Mother Tongue‑Based – Multilingual Education, un système éducatif qui implique une transition progressive de la langue maternelle (L1), vers la langue nationale (L2), et souvent aussi l’introduction d’une langue étrangère (L3), à l’école primaire et secondaire.
  • MTBE : Mother‑Tongue Based Education, un système éducatif qui prône l’utilisation des langues minoritaires comme langue d’instruction à l’école primaire.
  • NLD : National League for Democracy.
  • NMSP : New Mon State Party.
  • NNER : National Network on Education Reform.
  • OBOR : One Belt, One Road, « une ceinture, une route », initiative chinoise de déploiement mondial d’infrastructures terrestres et maritimes visant à faciliter le commerce et l’exportation des marchandises chinoises.
  • OCI : Organisation de la Coopération Islamique.
  • PLIC : Commission d’investigation parlementaire sur le foncier.
  • SLORC : State Law and Order Restoration Council.
  • SNLD : Shan Nationalities League for Democracy.
  • SPDC : State Peace and Development Council.
  • SSA : Shan State Army
  • TLMC : Comité d’administration foncière du township.
  • UEHARDR : Union Entreprise for Humanitarian Assistance, Resettlement and Development in Rakhine.
  • USDP: Union Solidarity and Development Party.
  • VLMC : Comité d’administration foncière du village.

Principaux noms de personnes citées (avec annotations)

  • Aśoka (r. c. 268-c. 232 av. J.-C.) : roi indien de Pataliputra, converti au bouddhisme et fervent prosélyte, il envoya plusieurs missions bouddhiques à l’étranger. Son modèle de souveraineté, à la fois guerrière et bouddhiste, inspira les royautés du Theravada pendant le deuxième millénaire. Les rois birmans étaient considérés comme des ekarāja, des rois gouvernant l’ensemble du continent de Jambudīpa, comme le fut avant eux Aśoka.
  • Aung San (1915‑1947) : étudiant militant nationaliste, il devient président de l’Union des étudiants de l’université de Rangoun (Rangoon University Students’ Union) et de l’Union de tous les étudiants de Birmanie (All Burma Students’ Union) en 1938, puis secrétaire de l’organisation révolutionnaire Dobama Asi Ayone l’année suivante. Recherché par les autorités britanniques, Aung San fuit en Chine, puis au Japon, où il reçoit une formation militaire avec d’autres jeunes révolutionnaires birmans (ils sont connus comme le groupe des Trente camarades). Il forme ensuite l’Armée d’indépendance birmane (Burma Independance Army) et la met au service des envahisseurs japonais en 1942, mais comprend leurs intentions et engage la lutte aux côtés des Alliés en 1945. Le pays une fois libéré, Aung San fonde l’AFPFL (Anti‑Fascist People Freedom League), négocie l’indépendance de la Birmanie avec les Britanniques en janvier 1947, puis un accord d’union avec les leaders ethniques lors de la Conférence de Panglong en février. L’AFPFL remporte les élections générales d’avril, mais Aung San et six de ses ministres sont assassinés en juillet.
  • Aung San Suu Kyi (née en 1945) : fille du héros de l’indépendance birmane, le général Aung San (1915‑1947), fondatrice du parti NLD en 1988 et victorieuse aux élections organisées en 1990, elle est assignée à résidence pendant toute la période SLORC‑SPDC. Libérée sous le gouvernement Thein Sein en 2010, elle est élue députée lors des législatives partielles de 2012, puis devient ministre des Affaires étrangères, conseillère spéciale d’État et porte‑parole du gouvernement après la victoire de son parti aux élections de 2015.
  • Htin Kyaw (né en 1946) : fils du poète Min Thu Wun (1909‑2004), l’une des figures de proue du mouvement littéraire novateur Khit San dans les années 1930, Htin Kyaw a fait ses études à l’étranger avant d’occuper des fonctions au sein du gouvernement Ne Win dans les années 1980. Proche d’Aung San Suu Kyi, élu député en 2015, il a été nommé vice‑président en mars 2016, puis choisi comme président dans la foulée, fonction qu’il a occupée jusqu’à sa démission, officiellement pour raisons de santé, en mars 2018.
  • Khin Nyunt (né en 1939) : général, chef du Renseignement militaire de 1984 à 2004 ; nommé Premier ministre en 2003, il engagea le régime sur la voie du libéralisme, mais fut suspendu l’année suivante par le président du SPDC, le général Than Shwe, puis arrêté et condamné pour corruption. Il fut amnistié en 2012.
  • Kinwun Mingyi U Gaung (1822‑1908) : vice‑ministre en charge des postes de garde en 1866, fait ministre en 1871 et ambassadeur du roi Mindon en Europe (1872 et 1874) où il négocie des traités d’amitié avec l’Italie et la France. Il est l’auteur d’une grande réforme administrative en 1878, visant à mettre en place une spécialisation fonctionnelle de la bureaucratie. Il devint haut fonctionnaire, spécialisé en droit, de l’administration coloniale britannique.
  • Mindon (1808‑1878) : connu dans l’histoire sous le nom de Mindon, la ville qu’il a reçu en apanage lorsqu’il était prince, le roi Mindon (r. 1852‑1878) est l’un des fils du roi Tharrawaddy (r. 1837‑1845). Il a renversé son frère le roi Pagan (r. 1845‑1852), pris dans la tourmente de la deuxième guerre anglo‑birmane, établit une nouvelle cité royale à Mandalay (Yadanabon) en 1857 et, avec son frère et prince héritier Kanaung (1819‑1866), a engagé de nombreuses réformes en Haute‑Birmanie, alors que la Basse‑Birmanie était tombée aux mains des Britanniques.
  • Ne Win (1910‑2002) : membre de l’organisation révolutionnaire Dobama Asi Ayone, Ne Win (Shu Maung de son nom de naissance) fait partie du groupe des Trente camarades (dont le leader est Aung San) choisis pour recevoir un entraînement militaire au Japon en 1941 et former l’Armée d’indépendance birmane (BIA–Burma Independance Army). Commandeur de l’Armée nationale birmane (BNA–Burma National Army), qui remplace la BIA en 1943, il prend la tête de la Tatmadaw, le nom officiel des forces armées birmanes depuis l’Indépendance, en 1949. Après la scission du parti AFPFL (Anti‑Fascist People Freedom League) en 1958, Ne Win succède à Nu en tant que Premier ministre jusqu’en 1960. Il reprend le pouvoir en 1962, après un coup d’État militaire, met en place une idéologie d’inspiration socialiste (la Voie birmane vers le socialisme) et fonde le parti socialiste d’État (le BSPP–Burmese Socialist Programme Party) en 1964. Il démissionne en juillet 1988, à la suite du soulèvement étudiant et populaire grandissant, mais reste influent au sein de l’armée jusqu’à sa mort.
  • Nu (1907‑1995) : étudiant militant nationaliste, président de l’Union des étudiants de l’université de Rangoun (RUSU–Rangoon University Students’ Union), il est menacé d’expulsion en 1936, de même que son jeune camarade Aung San, ce qui provoque un soulèvement étudiant général. Nu et Aung San rejoignent ensuite l’organisation révolutionnaire Dobama Asi Ayone. Emprisonné en 1940 par les Britanniques, Nu est relâché à l’arrivée des troupes japonaises. À la suite de l’assassinat d’Aung San en 1947, il prend la tête de l’AFPFL (Anti‑Fascist People Freedom League). Après l’Indépendance, il devient Premier ministre, une fonction qu’il occupe, avec quelques interludes (1956‑57, 1958‑1960), jusqu’au coup d’État du général Ne Win en 1962. Emprisonné, puis exilé en 1969, il conteste la légitimité des militaires depuis l’étranger. à l’invitation de Ne Win, il revient cependant au pays en 1980.
  • Thein Sein (né en 1944) : promu Premier secrétaire du SPDC en 2004, le général Thein Sein devient Premier ministre en 2007. Il quitte l’armée en 2010 pour prendre la tête de l’USDP et mener la campagne électorale en vue des législatives de novembre. À la suite de la victoire de son parti, il est nommé président en février 2011 et se retire de la vie politique à la fin de son mandat en 2016.
  • Win Myint (né en 1951) : avocat et prisonnier politique, pour son rôle dans le soulèvement populaire de 1988, Win Myint a remporté un siège lors des élections générales de 1990 (dont les résultats ont été annulés par le SLORC). Il reprend sa carrière politique au sein du NLD en 2012, est élu député à la chambre basse du Parlement, puis gravit les échelons jusqu’à devenir vice‑président et remplacer Htin Kyaw, président démissionnaire, en mars 2018.
  • Wirathu (né en 1968) : moine ultranationaliste, radicalisé dans les années 2000, il organise des sermons antimusulmans lors des violences interconfessionnelles de 2012‑2013, prêche le boycott des commerces musulmans marqués du nombre « 786 » et incite à acheter « bouddhiste » dans les magasins identifiés par le logo « 969 ». Membre fondateur du Mabatha, il milite pour faire ratifier la loi de protection des femmes bouddhistes, puis exhorte ses fidèles à voter USDP aux élections générales de 2015. Interdit de prédication en 2017, en raison de propos haineux sur les réseaux sociaux, il refuse de se plier à la décision de l’administration religieuse. Un mandat d’arrêt est émis contre lui en mai 2019, mais il prend la fuite et reste toujours introuvable.
  • Yawmingyi U Pho Hlaing (1830‑1883) : secrétaire particulier du roi Mindon, puis ministre, à l’origine de la réforme fiscale de 1864 (çe´çaméda´) et d’un programme d’économie politique dans les années 1870 reposant sur l’engagement du roi dans l’organisation de la production, de la distribution et de la vente des richesses naturelles du pays, programme qu’il systématise et intègre au modèle de monarchie parlementaire développé dans le traité De la pratique juste (1878).

Table des illustrations

Titre Carte administrative et politique de l’Union du Myanmar
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/37337/img-1.png
Fichier image/png, 4,5M
Titre Carte ethnolinguistique
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/37337/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 288k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search