Version classiqueVersion mobile

Birmanie (Myanmar) 2010-2017 : un pays en transition ?

 | 
Aurore Candier

Le processus de réforme birman : entre tradition et modernité

The Burmese Reform Process: between Tradition and Modernity

Aurore Candier

Résumé

Je m’intéresse dans cet essai à saisir les effets des circulations et des contacts d’idées lors d’un moment privilégié de l’histoire de la Birmanie, celui de sa rencontre avec la modernité, un concept envisagé à la fois comme une période historique, qui débuta au xvie siècle, et comme une expérience sociale, où la conviction d’être moderne est une aspiration à être en phase avec son époque. Je m’interroge sur la manière dont le concept « occidental moderne » de réforme conditionna depuis le xixe siècle la manière dont les Occidentaux, puis à leur tour les élites dirigeantes birmanes, se représentèrent le processus de réforme en Birmanie. Après avoir posé quelques définitions essentielles à mon approche de l’histoire conceptuelle birmane, qui emprunte aux méthodes de l’histoire du discours et des concepts, j’entreprends de comparer le concept occidental moderne de réforme, associé aux notions de changement positif et de progrès, au concept birman de réforme. Ce dernier s’exprime au travers du verbe pyou´pying, porteur des notions de « réparation », de « restauration » d’objets, d’institutions, de coutumes, de moralités qui se seraient dégradés, un concept vernaculaire qui a été progressivement influencé par le concept moderne de réforme dans la période coloniale. Puis, la réflexion porte sur la place du concept moderne de réforme dans le discours international, qui en appelle aux changements sociopolitiques en Birmanie, à deux époques comparables du point de vue de la réforme : l’époque du roi Mindon (r. 1852‑1878) et la transition démocratique birmane actuelle (2010‑2017). Dans cette perspective, je m’efforce de mesurer l’impact du discours international sur le processus de réforme birman, en m’interrogeant sur les convergences et les divergences entre les choix passés et présents, à l’aune des notions d’agentivité historique et de régimes d’historicité propres à chacune des périodes étudiées.

Texte intégral

Introduction

1Par sa position, à la confluence de l’Inde, de la Chine, de la péninsule et de l’archipel sud‑est asiatique, la Birmanie a toujours été un lieu de contacts et d’échanges entre différentes civilisations. La nation s’est ainsi formée au gré des migrations, des déplacements des populations nomades, de la circulation des hommes, des biens et des savoirs d’origines diverses. Je m’intéresse ici à saisir les effets des circulations et des contacts d’idées lors d’un moment privilégié de l’histoire de la Birmanie : celui de sa rencontre avec la modernité. Je m’interroge sur la manière dont le concept « occidental moderne » de réforme conditionna depuis le xixe siècle la manière dont les Occidentaux – entendons par‑là l’Europe de l’Ouest et le monde anglo‑américain – puis à leur tour les dirigeants birmans, se représentèrent le processus de réforme en Birmanie.

2Après avoir posé quelques définitions essentielles à mon approche de l’histoire conceptuelle birmane, je commencerai par comparer le concept occidental moderne de réforme au concept traditionnel birman de réforme. Puis, la réflexion portera sur la place du concept moderne dans le discours international à deux époques comparables du point de vue de la dynamique de réforme : l’époque du roi Mindon (r. 1852‑1878) et l’actuelle transition démocratique birmane (2010‑2017). Dans cette perspective, je m’efforcerai de mesurer l’impact du discours sur le processus de réforme birman, en m’interrogeant sur les convergences et les divergences entre les choix passés et présents.

Pour une approche de l’histoire conceptuelle birmane

  • 1 Bayly, 2007, p. 9‑49.
  • 2 Berman, 1983, p. 13.

3La modernité est entendue à la fois comme une période historique, qui débuta au xvie siècle, et comme une expérience sociale, où la conviction d’être moderne est une aspiration à être en phase avec son époque, prenant la forme d’un processus d’émulation et d’emprunt1. Comme l’a écrit Marshall Berman2, les environnements et les expériences modernes dépassent les frontières géographiques et ethniques, ou encore les distinctions de classe, de nationalité, de religion et d’idéologies.

  • 3 Candier, 2011 ; 2020, ce dernier ouvrage étant entièrement consacré à la question.

4L’analyse porte sur les transformations de la culture politique des élites dirigeantes birmanes dans leur rencontre avec la modernité. Ces élites sont composées des dirigeants eux‑mêmes, de leurs conseillers politiques et des hauts fonctionnaires civils et militaires, des grandes fortunes qui jouent le rôle de banquiers et d’investisseurs pour le compte du gouvernement, mais aussi des moines bouddhistes qui gravitent dans les cercles du pouvoir central et reçoivent les donations des dirigeants dont ils sont aussi les conseillers spirituels. Est‑ce que des idées et des concepts étrangers, et en particulier ceux en lien avec la notion de réforme, influencèrent alors l’univers de pensée de ces élites ? Bien que de tout temps ces dernières affirment respecter la « tradition » et la « coutume » (`yô ya et `thong zang), leurs savoirs, leurs concepts, leurs normes, leurs usages, en fait leur culture, évoluent et plus particulièrement pendant le moment de rencontre interculturelle essentiel que constitue le long dix‑neuvième siècle birman3.

  • 4 La notion d’agency, emprunté au domaine des cultural studies, a été traduite en français par le né (...)
  • 5 Sahlins, 1985 ; Bertrand, 2011.

5Se pose alors la question de l’« agentivité historique » (historical agency) des élites birmanes, soit leur capacité d’action autonome dans un contexte historique précis4. Elle invite à s’interroger sur les modalités de coproduction des savoirs et des concepts, mais aussi sur la part du local dans le dialogue avec la modernité. L’analyse des perceptions et des conceptions vernaculaires du monde doit permettre de saisir la manière dont les élites locales se sont référées à leurs propres catégories culturelles pour réagir à l’irruption de la nouveauté, en particulier lors de leur confrontation avec l’Europe5.

  • 6 Hartog, 2003, p. 20‑49.

6Il faut aussi prendre en compte la présence dans l’espace birman de différents « régimes d’historicité », c’est‑à‑dire les représentations du temps et du monde d’une certaine communauté dans un contexte historique précis6. Étudier les sources birmanes et occidentales à l’aune de leurs propres régimes d’historicité, puis confronter les discours portés par chacun de ces récits, le birman et l’occidental, permet ainsi de mesurer la part du local et de l’étranger dans les processus de changement et de réforme.

Pyou´pying`yé : un concept de réforme birman moderne ou traditionnel ?

7Après un ralentissement du rythme des réformes entre 2013 et 2015, correspondant à la fin du mandat Thein Sein, un nouvel élan réformateur a marqué l’avènement du président Htin Kyaw et de sa conseillère d’État Aung San Suu Kyi en avril 2016, qui se sont engagés à amorcer le processus de réforme dans les cent premiers jours de leur gouvernement en donnant priorité à :

  • la pacification du pays et la « réconciliation nationale », c’est‑à‑dire une entente établie entre le gouvernement civil, l’armée et les différents groupes ethniques aux revendications fédéralistes ;
  • la réforme fiscale et foncière, en réponse à la hausse du prix de l’immobilier et des terrains, mais aussi des protestations sociales qui en ont découlé (saisies de terrains, déplacements de populations) ;
  • la réforme du système éducatif pour répondre aux revendications étudiantes.

8Cette situation a‑t‑elle eu un impact sur le concept de réforme birman ? Celui‑ci se dit en birman pyou´ pying et se compose des verbes pyou´ (faire, agir) et pying (préparer). Avant 2010, le mot « réforme » (pyou´ pying `yé) était quasiment absent du discours et de la presse officiels (et donc des journaux en général puisque la plupart d’entre eux étaient gouvernementaux ou soumis à un bureau de censure très strict et bannissant tout concept en lien avec le politique). Pyou´ pying `yé en était réduit à son sens étymologique, exprimant l’idée de « réparation » ou de « rénovation » d’une route, d’un pont, d’un édifice religieux, etc. Aujourd’hui, pyou´ pying `yé, en général combiné avec `pyaung lè mhou´ (« changement »), fait la une des journaux officiels, comme le New Light of Myanmar, mais aussi des quotidiens privés, nombreux depuis la libéralisation de la presse en 2012 et l’autorisation en avril 2013 de les publier, mais abondent aussi dans les propositions et les rapports des organisations nationales et internationales.

  • 7 Pour une analyse détaillée se reporter à Candier, 2020, p. 72‑83.
  • 8 Koselleck, 2004, p. 11‑17, 45‑57.

9Afin de saisir les implications de cette apparente évolution sémantique, tournons‑nous vers le concept de réforme dans la Birmanie précoloniale7. En ce temps, la notion de réforme, au sens que lui a donné l’Occident moderne en l’associant aux idées de changement et de progrès social, n’avait pas sa place dans l’univers de pensée birman. Au contraire, l’action de réforme était tournée vers le passé, une notion de retour à un état antérieur d’ailleurs partagée par le concept latin reformare et dont s’est ensuite détaché le concept occidental moderne de réforme8.

10Dans la Birmanie précoloniale, l’action de réforme visait à restaurer un ordre idéal qui, croyait‑on, s’était inéluctablement dégradé au fil du temps. La notion de réforme reposait en effet sur la conception, partagée par l’hindouisme et le bouddhisme, d’un temps cyclique qui se réduit inexorablement. Cette conception était étroitement liée à celle d’impermanence qui explique comment tout phénomène est sujet à transformation, que ce soit à l’échelle d’une vie humaine, de choses matérielles ou encore du monde des idées. Elle était aussi associée à la fonction régénératrice ou restauratrice de la royauté, largement représentée dans les systèmes politiques du Sud et du Sud‑est asiatique précoloniaux.

  • 9 Biardeau, 1995 ; Brac de la Perrière, 2006, p. 6‑9.

11Une rapide esquisse des représentations socio‑cosmiques bouddhiques birmanes est nécessaire pour comprendre les principes fondamentaux de la pensée politique précoloniale. Le « monde sensible » (`loki en birman, du pali lokiya), c’est‑à‑dire la partie perceptible de l’ordre socio‑cosmique, s’échelonne en trois étages ; au plus bas se trouvent les sphères souterraines (l’équivalent des Enfers), le monde des hommes se limite à la surface de la Terre, alors que celui des divinités se compose de plusieurs strates célestes. Le monde des hommes, auquel appartient la politique, reflète l’état du cosmos dans son ensemble. La constellation des planètes, les dispositions des divinités tutélaires ou encore l’état moral de la société sont quelques‑uns des facteurs pouvant altérer l’ordre socio‑cosmique. Celui‑ci est régenté par le dharma (dhamma en pâli), la Loi universelle et aussi l’affaire de tout un chacun qui, notamment par l’observance de préceptes moraux et de pratiques rituelles, participe de la qualité de cet ordre9.

  • 10 Aung Thwin, 1979 ; Leider, 2004 ; Lieberman, 1980.

12Le roi n’échappait pas à la règle et devait se conformer à un ensemble d’obligations politiques et morales appelé rāja dharma (le dharma du roi). C’est en respectant ces devoirs et en se pliant à de nombreux rites royaux que le souverain contribuait à régénérer et à maintenir l’ordre socio‑cosmique. Divers rites adaptés de l’Inde brahmanique, en particulier celui de la consécration royale muddhābhieka, ou ceux qui visaient à réorganiser les groupes de serviteurs royaux, ou encore ceux dont on usait pour imposer de prétendues réformes religieuses, avaient généralement lieu en début de règne10. Ces actes, que je qualifie de « réformes cycliques », correspondaient aux décisions prises dans les premières années d’un règne afin que le nouveau roi fût à même, conformément à une représentation bouddhique du monde et du temps, de restaurer l’ordre socio‑cosmique.

  • 11 Lieberman, 1984 ; 2003 ; Taylor, 2009.

13L’existence d’une notion de réforme birmane résolument tournée vers le passé ne signifie pas pour autant qu’aucune réforme, au sens d’une amélioration de l’appareil étatique, n’ait été engagée dans la Birmanie précoloniale. À partir du xviie siècle en particulier, les rois birmans lancèrent plusieurs réformes administratives et politiques qui leur permirent de renforcer l’État11. Je qualifie d’ailleurs ces programmes de réforme, qui répondaient le plus souvent à un contexte politique en transformation, de « réformes conjoncturelles ». Il n’en demeure pas moins que dans le discours des élites dirigeantes birmanes, ces actions et décisions politiques n’étaient pas signifiées par le verbe pyou´ pying. Elles étaient généralement rangées sous l’expression verbale shaung ywè’ (mettre en œuvre) comme la plupart des affaires courantes expédiées par les conseillers du roi.

  • 12 Judson, 1826, p. 245 ; Lane, 1841, p. 345.

14Dans la première moitié du xixe siècle, la Birmanie des Konbaung fut confrontée à l’expansion de l’Inde britannique, de ses biens, de ses hommes, mais aussi de ses idées. Deux victoires successives (en 1824 et en 1852) permirent en effet à la Compagnie des Indes orientales de s’emparer des provinces birmanes de l’Arakan, du Manipur, du Tenasserim, puis du Pegu. Les Britanniques engagèrent des réformes politiques et administratives dans leurs nouveaux territoires, tout en incitant les rois Konbaung à réformer leur appareil étatique. C’est alors que le concept occidental moderne de réforme fit son apparition dans la cité royale birmane, principalement par le truchement d’agents diplomatiques, de missionnaires et de commerçants occidentaux résidant à la cour des Konbaung. Dans leurs dictionnaires anglais‑birmans respectifs, compilés dans les années 1820, le marchand britannique Charles Lane et le missionnaire baptiste américain Adoniram Judson choisirent pyou´ pying pour traduire l’anglais reform12.

  • 13 Myo Myint, 1987 ; Thant Myint‑U, 2001 ; Schendel, 2002.

15Les réformes conjoncturelles birmanes les plus singulières, bien souvent issues des observations mutuelles et des discussions entre Birmans et Occidentaux, datent de la seconde moitié du xixe siècle. Le roi Mindon (r. 1852‑1878), sous l’impulsion de son frère et héritier le prince Kanaung (1819‑1866), engagea ainsi de nombreuses réformes afin d’asseoir la domination du centre sur les provinces, et en particulier sur les élites politiques locales (les gouverneurs de ville, les percepteurs des impôts ou encore les commandants des unités militaires). Dans le but d’enrayer la corruption de ces dernières, on fixa les frais de justice qui avaient constitué dans le passé une grande partie de leurs revenus, et un système salarial fut introduit pour les rémunérer. On codifia aussi les lois écrites, et notamment le droit pénal, afin que ces élites n’abusent pas de leurs pouvoirs. Des réformes économiques, visant à faciliter le commerce extérieur, furent aussi mises en place ; le système financier fut réformé, afin d’augmenter les contributions directes et de réduire les droits de douane, considérés comme une entrave au commerce. Enfin, le prince Kanaung entreprit de renforcer les défenses du pays, en modernisant l’armée et en introduisant des forces de police et des milices locales13.

16Ces réformes conjoncturelles étaient certes inspirées par la Birmanie britannique, mais s’ancraient avant tout dans la culture politique birmane. Dans le discours des élites dirigeantes birmanes des années 1860, elles n’étaient pas qualifiées de pyou´ pying `yé, de réformes au sens birman du terme. C’est seulement au début de la décennie suivante que, sous l’influence de la pensée politique occidentale et des pratiques de gouvernement observées en Birmanie britannique, les détenteurs du pouvoir commencèrent à employer pyou´ pying `yé pour désigner des réformes conçues comme des programmes de modernisation de l’État.

17Depuis lors, le concept de réforme birman combine deux sens : une signification « traditionnelle » qui suppose de restaurer ou de réparer un objet, un édifice, une nation, une coutume, une habitude, un code de conduite qui se serait détérioré ; un sens « moderne » qui implique de changer pour le meilleur, de développer et de progresser. Ce concept, qui a peu évolué depuis, s’est trouvé banni du discours politique officiel dans les années 1990‑2010 pour ensuite y reprendre sa place et, dans le même temps, son évolution sémantique au rythme des emprunts rapides au discours international (anglophone) sur les bienfaits de la démocratie et du développement. Mais au‑delà des seules conceptions, c’est aussi une pratique vernaculaire birmane de la réforme qui s’est perpétuée, se déclinant en une alternance de réformes cycliques et de réformes conjoncturelles mises en place à des moments précis d’un mandat gouvernemental. Voyons maintenant comment le pouvoir birman réagit face à la pression grandissante, depuis le xixe siècle, du discours international sur son action politique.

Discours colonial et pression internationale : un appel au changement

18En Occident, la plupart des acteurs sociopolitiques sont convaincus de l’influence bénéfique que peut avoir l’opinion internationale sur l’action et la décision politique en Birmanie. Je propose d’inverser cette perspective pour m’intéresser à la manière dont l’opinion internationale réagit à l’action politique birmane lors des deux périodes réformistes précédemment identifiées : le règne du roi Mindon et la transition démocratique. Mon objectif n’est ni de comparer les programmes de réforme du roi Mindon à ceux des présidents Thein Sein et Htin Kyaw, ni de dresser un parallèle exact entre la réponse coloniale aux premiers et la réponse internationale aux seconds. Ma question porte sur l’existence ou non de réactions comparables de l’opinion internationale à l’action politique birmane.

19Les programmes de modernisation engagés dans la cité royale de Mandalay dans les années 1860 valurent au roi Mindon la réputation d’un roi sage et réformiste. L’assassinat du prince Kanaung en 1866, lors d’une tentative de coup d’État, renforça un peu plus l’aura de Mindon chez les Britanniques, parce que ces derniers considéraient le programme de modernisation de l’armée et de la police, porté par Kanaung, comme une menace. Mindon s’employa d’ailleurs à prouver aux Britanniques ses intentions pacifiques. Après avoir signé un premier traité de commerce avec la Grande‑Bretagne en 1862, il en signa un second en 1867, dans lequel il abandonna ses monopoles royaux sur la plupart des produits (à l’exception des pierres précieuses, du bois et du pétrole) et plafonna les droits de douane à 5 %. Ces décisions confortèrent sa réputation de roi libéral, d’autant plus que Mindon instaura ensuite une réforme fiscale et financière destinée à augmenter les contributions directes afin de pouvoir honorer les termes commerciaux du traité.

20En ce temps, la presse locale et internationale, écrite en birman ou en anglais, avait commencé à se développer et à influencer la politique birmane. Le roi Mindon était parfaitement conscient que sa réputation, dans ses anciens territoires de Basse‑Birmanie comme à l’étranger, dépendait désormais de l’image qu’il renvoyait dans la presse. Il décida ainsi de racheter le Burma Herald en 1868, le premier journal imprimé en caractères birmans à Rangoun, qui se fit le relai de ses actions en faveur de la préservation et de la propagation du bouddhisme auprès des populations de la Birmanie britannique, notamment lors de la donation d’un nouveau parasol à la pagode Shwedagon de Rangoun en 1870.

  • 14 Lu Du U Hla, 1963, p. 17.

21Mindon fut aussi le premier roi birman qui participa au jeu diplomatique international. Dans les années 1870, ses conseillers les plus réformistes, et plus particulièrement Yawmingyi U Pho Hlaing et Kinwun Mingyi, s’employèrent à convaincre leur souverain de la nécessité de prouver au monde occidental que la Birmanie était une grande nation, puissante et moderne. En janvier 1872, Mindon se décida à envoyer une délégation officielle à Londres, menée par le ministre Kinwun Mingyi, afin de rivaliser de diplomatie avec le jeune roi siamois Chulalongkorn (1868‑1910) qui partait alors, en personne, pour un périple devant le mener jusqu’en Inde britannique. Bien que sa mission fût un sujet de controverse parmi les autorités coloniales de Rangoun, Kinwun Mingyi put compter sur l’opinion birmane locale qui, par la presse, suivait avec beaucoup d’intérêt le parcours d’une ambassade dédiée au « progrès social et à la propagation du çaçe´na (l’enseignement du Bouddha Gautama) » selon le journal Burma Herald14, Kinwun Mingyi profita aussi de son voyage en Europe pour faire ratifier un traité avec l’Italie et négocier un traité d’amitié et de commerce avec la France.

22Des réformes supplémentaires, suivant le programme d’économie politique du conseiller le plus influent de la cour, Yawmingyi U Pho Hlaing, furent aussi mises en place sur la base de deux principes : lutter contre l’endettement, afin d’enrayer l’évasion des débiteurs insolvables, et garantir les droits économiques des sujets par la redistribution des bénéfices. Le conseiller encouragea ainsi le souverain à se conformer à l’une des règles de conduite de la royauté, le troisième principe de vie en société ou sagaha, qui lui imposait de concéder des prêts sans intérêt aux cultivateurs et aux petits commerçants. Les premiers obtinrent ainsi les fonds nécessaires pour acheter leurs semences, sans courir le risque d’hypothéquer ou de perdre leurs terres au profit des usuriers.

  • 15 Schendel, 2002, p. 98‑128.

23Pho Hlaing suggéra de même à Mindon de s’engager un peu plus dans l’organisation de la production, de la distribution et de la vente des richesses naturelles du pays, un système garantissant déjà au roi des monopoles commerciaux sur le bois, les pierres précieuses et le pétrole. En plus de conforter la loyauté de la petite paysannerie, le système de prêt sans intérêts permit de développer la production de cachou – extrait de l’écorce de l’acacia catechu permettant d’obtenir une teinture marron – et les cultures de blé et de coton, des produits que la Birmanie des Konbaung exportait15. Le remboursement de la dette se faisait en nature après les moissons. En plus des réserves qu’il accumula ainsi dans ses greniers, le roi acheta aussi ces produits auprès des marchands européens. Il en exporta une grande partie, en revendit certains à des petits commerçants, à des prix défiant toute concurrence, pour stimuler les échanges, et le reste était redistribué aux fonctionnaires en guise de salaire. Ces derniers les revendaient ensuite à bas prix sur le marché local.

24Les marchands européens et asiatiques de Mandalay, menacés par ces mesures protectionnistes, rejetèrent le programme économique de Pho Hlaing. En dépit des efforts déployés par le roi et son conseiller pour les rassurer et leur expliquer qu’ils n’étaient pas forcés de vendre en exclusivité aux agents royaux et que tout un chacun était libre de commercer comme il l’entendait, la cour birmane perdit la confiance de la communauté marchande. Par la suite, le roi fut régulièrement accusé par les Britanniques de vouloir rétablir des monopoles (notamment sur le coton) et d’imposer des droits de douane supplémentaires (en particulier à Bhamo).

25La réponse du discours colonial à l’action politique et aux programmes de réforme birmans fut ainsi équivoque. D’un côté, les réformes de l’armée et de la police, entreprises par le prince Kanaung, furent considérées comme une menace pour l’ordre colonial et condamnées. De l’autre, la signature d’accords commerciaux et la mise en place de réformes administratives après l’assassinat du prince en 1866 permirent à Mindon de séduire l’opinion internationale. Pourtant, sa popularité fut de courte durée. Le prolongement du programme de réforme institué dans les années 1860, alors encensé et qualifié de libéral par les Britanniques lors de la signature du traité en 1867, fut dénoncé comme anti‑libéral dès le début de la décennie suivante.

26Confrontons maintenant certaines des réactions de l’opinion internationale dans les années 1870 à celles de la décennie 2010. La première analogie est la réponse positive à l’émergence d’un dirigeant d’apparence pacifiste, après une succession de dirigeants considérés comme agressifs et menaçants. Les rois Tharrawaddy (r. 1837‑1845) et Pagan (r. 1845‑1852), tout comme le prince Kanaung, étaient considérés comme des menaces par les Britanniques. De la même manière, la Birmanie s’est trouvée dirigée par un gouvernement militaire pendant plus de cinquante ans avant l’élection du président Thein Sein, un tournant démocratique confirmé par le respect des résultats des élections législatives d’avril 2012 et de novembre 2015 donnant la victoire au NLD.

27Le second parallèle est la réaction positive à la mise en place de réformes économiques considérées comme libérales. Dans les années 1860, le roi Mindon signa deux traités commerciaux avec la Grande‑Bretagne, traités dans lesquels il garantissait le libre commerce dans ses territoires, renonçait en partie à ses droits ancestraux sur certaines ressources naturelles, et abaissait les droits de douane. En 2011‑2012, le gouvernement Thein Sein prit plusieurs mesures pour libéraliser l’économie du pays et assurer une transition vers une économie de marché, en légiférant sur les taux de change et sur les investissements étrangers, sur l’allègement des droits de douane et des restrictions pesant sur les importations.

  • 16 Voir par exemple Robinson, 2013.

28Le troisième trait commun est le rôle joué par les médias internationaux dans l’élaboration d’une image positive du dirigeant birman. Dans les années 1860, les journaux de Londres, de Calcutta et de Rangoun décrivirent Mindon comme un roi éclairé. En 2011‑2013, les médias internationaux dépeignirent un président Thein Sein sage et réformiste, dont l’ouverture et le libéralisme contrastaient avec l’âge noir du précédent gouvernement birman16. Dans le même temps, les médias continuaient d’enrichir la légende dorée entourant le personnage d’Aung San Suu Kyi, fille du héros de l’Indépendance birmane et martyre du gouvernement militaire pendant plus de vingt ans. Acquise bien avant la victoire de son parti aux élections, cette légende fut largement reléguée et amplifiée par la presse internationale au nom des valeurs démocratiques tout au long de la détention de l’opposante.

29Le quatrième point de convergence est le tournant radical pris par la presse internationale pour déconstruire l’image positive du dirigeant birman et condamner son action politique quand elle s’éloigne des standards démocratiques et/ou libéraux. Dès lors, le processus de réforme, suivant pourtant les mêmes programmes que ceux acclamés par l’opinion quelques temps plus tôt, est condamné, targué d’antilibéralisme ou pire, de non démocratique. Dans les années 1870, le discours colonial condamna ainsi l’économie politique de Mindon.

30Le cas du président Thein Sein est plus subtil, impliquant aussi des enjeux humanitaires et politiques complexes. En 2013, l’opinion internationale commença de faire pression pour que soit engagée une réforme de la constitution birmane, afin de permettre à Aung San Suu Kyi, la candidate de l’opposition, d’être candidate lors des élections présidentielles. Elle fut aussi très critique vis‑à‑vis de la réponse gouvernementale aux violences intercommunautaires qui explosèrent en 201217. Dans ces conditions, l’opinion se désintéressa du processus de réforme en cours, par exemple des discussions sur le projet de loi contre la violence sur les femmes, pour se focaliser sur les projets de lois les plus controversés, en particulier celui sur les mariages interreligieux18.

31La mise à jour du portail de la BBC sur le processus de réforme birman, pourtant régulière depuis 2011, fut suspendue entre avril 2013 et octobre 2014. Cette parenthèse fut ouverte à la date de publication du rapport de Human Right Watch sur les crimes contre l’humanité dans l’État rakhine19, et se referma avec la libération de plusieurs milliers de prisonniers, dont des prisonniers politiques tels que l’ex‑général Khin Nyunt. Cependant, le site ne semble avoir été mis à jour que pour mettre en avant le ralentissement du rythme des réformes. Le portail actuel du site, dont la dernière mise à jour remonte à juillet 2015, retient d’ailleurs qu’en novembre 2013, l’opposante Aung San Su Kyi déclara que le processus de réforme s’était arrêté20.

  • 21 L’article de Sithu Aung Myint, 2016, “A satisfactory first hundred days”, Frontier Myanmar, 14-8-2 (...)

32Le président Htin Kyaw et sa conseillère Aung San Suu Kyi n’ont pas bénéficié des faveurs que l’opinion internationale réserva à leur prédécesseur dans les premières années de son mandat. L’ex‑général Thein Sein prit effectivement le pouvoir pendant la période dictatoriale et surprit agréablement l’opinion en dégainant une série de réformes spectaculaires pendant la période 2010‑2012. L’opinion, aussi bien locale qu’internationale, n’en attendait pas moins du NLD et de son chef de file Aung San Suu Kyi. Et pourtant, c’est un phénomène inverse qui se produisit : l’ex‑opposante et martyre de la junte descendit de son piédestal pour gouverner et surprit, dans les premiers mois de son gouvernement, par des choix politiques « traditionnels » dignes d’un dirigeant autoritaire et rassembleur. Lors des cent premiers jours de son gouvernement, elle mit l’accent sur la réconciliation nationale et misa surtout sur un rapprochement avec l’armée pour sécuriser le pays, des mesures globalement bien saluées par l’opinion birmane21.

  • 22 Un article de CNN par Wescott Ben et Maung Manny, 2016, “Rights group allege Rohingya Killing”, ht (...)
  • 23 Un article emblématique de ce courant est celui de Fisher Jonah, 2017, “Truth, lies and Aung San S (...)

33Cependant, les violences perpétrées par les forces de défense birmanes en réponse aux attaques d’un groupe armé luttant au nom des Rohingya en octobre‑novembre 2016 sonnèrent le glas de la notoriété mondiale d’Aung San Suu Kyi. L’opinion internationale, se faisant le relai de courants politiques d’opposition locaux, altéra alors rapidement la légende dorée de gardienne des droits de l’homme acquise par l’opposante tout au long de ses années de détention pour l’affubler d’une légende noire anti‑démocratique22 : elle serait au‑dessus du Président, refuserait tout conseils, ne donnerait que peu d’interviews aux journalistes, serait au mieux avec l’ex‑junte et, surtout, ne ferait rien en faveur des Rohingya, jusqu’à même rire de leur misère lors de ses discours23.

34Le discours colonial et international en appelle aux changements politiques, économiques et sociaux en Birmanie. Cet argument est lié à un même héritage conceptuel colonial, celui de la réforme, qui influence la manière dont l’Occident se représente l’action et la décision politiques en Birmanie. Elles sont censées encourager la mise en place de programmes de réforme associés à des changements positifs, alignés sur des principes conformes à la pensée politique et l’idéologie occidentales. Quand les réformes sont considérées contraires aux principes libéraux et/ou démocratiques, les médias internationaux tendent à noircir l’image du dirigeant birman. Inversement, un pas vers le libéralisme et/ou la démocratie est récompensé d’une image positive.

35Voyons maintenant comment ce discours international a un impact (ou non) sur l’action politique birmane, ce qui nécessite d’interroger la notion d’agentivité historique birmane.

L’agentivité birmane : la réforme sur la scène linguistique

  • 24 Ces trois dimensions sont définies par Emirbayer & Mische, 1998.

36Étudier l’agentivité des élites dirigeantes birmanes implique de s’intéresser à la scène linguistique d’un contexte historique précis, c’est‑à‑dire étudier les intentions des acteurs dans ce qu’ils disent ou écrivent à ce moment‑là. Dans leurs discours, que ce soit au xixe siècle ou dans les années 2010, les élites birmanes se réfèrent souvent à des actions ou des courants de pensée appartenant à un passé considéré comme glorieux (dimension itérative de l’agentivité). Elles peuvent aussi revisiter les actions et les idées d’antan au gré de leurs peurs, de leurs désirs et de leurs espérances futures (dimension projective de l’agentivité). Enfin, elles doivent aussi faire face à la conjoncture sans pour autant se référer au passé et s’adapter pour trouver la meilleure réponse à la situation présente (dimension pratique de l’agentivité)24.

37Dans la Birmanie précoloniale, les périodes d’instabilité sociopolitique correspondaient le plus souvent à des phases de déclin du pouvoir central, marquées par des insurrections de prétendants au trône et l’apparition de présages défavorables, soit autant de signes interprétés comme menaçants pour le roi et le centre vital de son royaume, la cité royale. Ces crises de fin de règne s’achevaient souvent par la prise de pouvoir violente d’un des prétendants au trône. Le nouveau dirigeant devait alors rétablir l’ordre et surtout légitimer son pouvoir par une série de réformes cycliques visant à rétablir l’ordre socio‑cosmique. Une fois l’ordre rétabli, une nouvelle période de stabilité politique pouvait s’installer, jusqu’à ce que le pouvoir central soit à nouveau menacé.

38Alors que la dimension itérative de l’agentivité birmane (regard tourné vers le passé) prévalait dans les périodes de stabilité, les périodes de crise stimulaient la dimension projective. Face à un changement de conjoncture, les acteurs avaient certes tendance à résister, en se rattachant à leur passé, aux traditions et aux coutumes. Mais ainsi positionnés entre le passé et le futur, l’ancien et le nouveau, ils étaient forcés de s’adapter, de revisiter des situations passées pour trouver des réponses pratiques à la situation présente. L’agentivité des élites birmanes était notamment stimulée quand des érudits et des textes d’horizons divers parvenaient à la cour, bien souvent comme partie du butin de guerre suite à une victoire. La cour royale devenait alors un terrain partagé entre diverses formes de savoirs et de pratiques.

  • 25Wolters,1999.

39Les années 1860‑1867 et 1870‑1872, tout comme les dernières années du mandat Thein Sein (2013‑2016) sont des périodes d’instabilité politique, semblablement marquées par une atmosphère de « fin de règne » et de déclin du pouvoir central. De même, tout comme les chefs charismatiques du passé, les big men25, l’objectif politique premier d’un président birman après sa prise de pouvoir est de rétablir l’ordre et d’assurer la réconciliation nationale. Aussi le gouvernement de Htin Kyaw et d’Aung San Suu Kyi tend‑il à reproduire certains des schèmes du processus de réforme cyclique traditionnel dans une période globalement tendue, en dépit d’un redoux dans les premiers mois du mandat entre avril et octobre 2016. Tentons de décrire la scène linguistique de ces périodes de crise qui, bien qu’éloignées dans le temps comme dans la structure, présentent pourtant des analogies saisissantes du point de vue de l’agentivité des élites birmanes.

40Sur la scène linguistique birmane des années 1860‑1870, partagée entre la Birmanie des Konbaung (Haute‑Birmanie) et la Birmanie en situation coloniale (Basse‑Birmanie), s’affrontaient d’un côté les conseillers du roi et les agents politiques britanniques résidant à la cité royale de Mandalay, et de l’autre les Birmans vivant sous domination britannique et les autorités coloniales. Les acteurs s’efforçaient de définir les meilleures approches sociales, politiques et économiques, mais tentaient aussi de montrer la supériorité de leurs modèles de gouvernement respectifs. Au début des années 1870, la Birmanie des Konbaung subit un nouveau contexte international, marqué par la montée des impérialismes occidentaux. L’impérialisme informel britannique se durcit, à l’initiative d’Eden, le commissaire général de la Birmanie britannique, mais aussi du vice‑roi Lord Mayo à Calcutta. Les Britanniques entreprirent de contrôler plus étroitement les déplacements des hommes et des biens, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières birmanes. Le vieux roi Mindon se retira alors de la vie politique et délégua le pouvoir exécutif à ses conseillers. Cette expérience « parlementaire », entre 1874 et 1878, eut un impact considérable sur le discours et la pensée politiques à la cour des Konbaung, parce que les conseillers étaient aussi les concepteurs des textes normatifs.

  • 26   “Myanmar rejects US call on constitutional reform”, Constitutionet, 19 June 2014, http://www.cons (...)
  • 27 À propos des différentes appellations des musulmans de l’État rakhine, voir notamment de Mersan, 2 (...)

41Dresser un parallèle entre la scène linguistique des années 1860‑1870 et celle de la Birmanie des années 2010 est délicat. Cette dernière est effectivement plus complexe, car elle met en scène des élites locales aux identités multiples, mais cependant connectées grâce à un paysage médiatique enrichi de réseaux sociaux. Pourtant, l’intention des auteurs des discours internationaux et locaux est comparable : tous entendent faire autorité. La réaction du gouvernement birman aux injonctions des États‑Unis appelant à réformer la constitution en 2014 est représentative de ces joutes linguistiques. Le porte‑parole du président Thein Sein répéta ainsi, à plusieurs reprises, que « la décision de réformer appartient au parlement et au peuple birmans et non aux États‑Unis »26. Le gouvernement de Thein Sein comme celui de Htin Kyaw critiquèrent aussi l’usage du terme « Rohingya », adopté par la communauté internationale, pour qualifier les populations musulmanes de l’État rakhine que les Birmans considèrent comme des « Bengalis 27».

42Une analyse exhaustive des possibles incidences du discours international sur le cours pris par le processus de réforme birman dépasse le cadre de cet essai. La comparaison est donc volontairement limitée aux importantes réformes fiscales et financières entreprises pendant le règne de Mindon, dans les premières années du mandat Thein Sein et poursuivies par Htin Kyaw et Aung San Suu Kyi. Elle me permet d’illustrer les éventuelles similarités des réponses birmanes à la pression de l’Occident.

43Au début des années 1860, le gouvernement Kanaung posa les jalons d’une réforme fiscale inspirée par le modèle de Birmanie britannique où, entre 1852 et 1860, les autorités coloniales avaient mis en place trois impôts, la capitation, l’impôt foncier et l’impôt sur le revenu, produits d’une savante combinaison d’usages locaux et de principes tirés du système fiscal de l’Inde britannique. En étendant la traditionnelle redevance d’un dixième à tous les types de revenus et à tous les sujets, la première réforme Kanaung permit certes de doubler les contributions directes, mais provoqua aussi de violentes réactions parmi la population.

  • 28 Candier, 2020, p. 233‑258.

44Pho Hlaing fut l’auteur du premier décret sur le çe´çaméda´ – impôt sur les revenus des terres cultivées – de 1864 qui était une adaptation directe des Revenues and Regulations of British Burma. Il traitait notamment de l’unité standard de surface agricole, de l’établissement d’un registre de propriété des parcelles, du mode de calcul de la productivité des terres et des façons d’encourager la mise en culture des friches. Le décret prévoyait de lever une capitation en plus du çe´çaméda´. Ce faisant, Pho Hlaing corrigea la principale erreur commise lors de la réforme fiscale de Kanaung : une augmentation trop rapide des contributions directes et plus particulièrement dans les zones rurales. À la manière dont l’impôt sur le revenu visait les riches citadins de Birmanie britannique en 1860, son décret sur le çe´çaméda´ ciblait principalement les gros propriétaires terriens (à l’exception du roi, de sa famille et des hauts dignitaires) et allégeait l’impôt des petits propriétaires et des simples tenanciers28.

45Intéressons‑nous au processus de réforme financière après la réponse négative des Britanniques au programme d’économie politique instauré par Pho Hlaing au début des années 1870. D’un côté, les Birmans durent annuler plusieurs ordres royaux, parce que les Britanniques y voyaient des tentatives de rétablissement des monopoles royaux. Mais de l’autre, la réforme fiscale se poursuivit dans le sens d’une transformation de l’impôt sur les terres (çe´çaméda´) en un impôt sur tous les types de revenus. En avril 1871, le gouvernement répartit ainsi les contributions directes entre une capitation et un impôt sur le revenu dont le maximum était fixé, depuis 1868, à un dixième des bénéfices annuels réalisés au sein d’un foyer. La capitation birmane s’inspirait du système britannique, mais s’en distinguait aussi, car elle s’étendait aux femmes, était imposée sur une base forfaitaire unique et enfin, et c’est sur ce dernier point que Pho Hlaing prit en compte la question sociale, fixée à des taux bien inférieurs à ceux pratiqués en Birmanie britannique.

  • 29 Htun Yee, 1999, 3, p. 100‑108.

46En avril 1872, un nouveau type d’impôt fut intégré au çe´çaméda et mis à l’essai pour une période de deux ans. C’était une adaptation de la taxe d’habitation (house tax), levée dans certaines villes de Birmanie britannique en place de la capitation et calculée en fonction de la superficie couverte par la maison du contribuable. Elle devait permettre à Mindon d’imposer les dignitaires et les fonctionnaires de la cité royale qui étaient pourtant traditionnellement exemptés d’impôt. Selon le décret, tous les habitants de la cité royale devaient, à l’exception des membres de la famille royale et des hauts dignitaires, payer un impôt29.

  • 30 Ibid.

47Cependant, les plaintes des commerçants britanniques, combinées à celles des Birmans, incitèrent le gouvernement birman à réformer à nouveau le système financier. Pho Hlaing dut réviser ses décrets fiscaux afin de réduire les contributions directes. Le nouveau décret, validé en avril 1876, abandonna l’idée de sous‑diviser le çe´çaméda en différents types d’impôts (d’un dixième sur les bénéfices, le revenu ou encore la production). De même, la capitation et la taxe d’habitation disparurent. Pho Hlaing revint au principe d’une contribution unique fixée par foyer à hauteur de dix roupies birmanes. Cependant, la plupart des dignitaires et des fonctionnaires continuèrent d’être imposés30.

48Le processus de réforme financière des années 1860‑1870 montre que l’agentivité birmane est sensible au contexte politique domestique et international. L’intention initiale est projective, c’est‑à‑dire tournée vers le futur. Dans les années 1860, Pho Hlaing imagina ainsi un système financier entièrement renouvelé qui respectait les principes bouddhiques tout en adaptant les principes de gouvernement britannique. Mais au début des années 1870, la hausse de la contrainte impériale et la réponse négative des Britanniques à son programme économique le forcèrent à trouver des alternatives pratiques pour répondre aux contingences du présent. Pourtant, la réponse britannique n’est pas l’évènement émergent qui est jugé alors le plus alarmant. Ce dernier est d’ordre domestique : ce sont les protestations des contribuables mécontents et des dignitaires, dont les privilèges étaient menacés par les réformes les plus innovantes, qui poussèrent le ministre à revenir à un système plus coutumier.

  • 31 La notion est ainsi réifiée dans les lignes de l’encyclopédie en ligne wikipédia (http://en.wikipe (...)
  • 32 “Tax reform in Myanmar”, DFDL, 28 March 2012, http://www.dfdl.com/easyblog/entry/tax-reforms-in-my (...)
  • 33 Le gouvernement a aboli les permis d’importation pour 166 sortes de produits et les permis d’expor (...)

49Aujourd’hui, l’agentivité du gouvernement birman présente une même alternance d’intention projective et pratique. Les inquiétudes entourant l’élection du président Thein Sein une fois dissipées, la dimension projective devient rapidement dominante en 2011‑2012 et fait le lit d’actions d’envergure à l’image des très médiatisées « réformes démocratiques birmanes »31. Dans le secteur financier, le gouvernement régularise les pratiques monétaires et met en place des lois pour faciliter les investissements étrangers et diminuer la corruption. De façon à encourager le commerce international, les mesures protectionnistes sont allégées. En mars 2012, le gouvernement relâche les restrictions sur les importations, baisse les taxes sur les importations à hauteur de 5 % et abolit la plupart des taxes sur les exportations32. Un an plus tard, il relaxe la loi imposant l’obtention de permis afin d’être autorisé à importer et à exporter, une obligation considérée comme l’un des facteurs ralentissant l’ouverture au commerce international33.

  • 34 San San Oo, 2016, p. 25.
  • 35 Loi, 2014.

50Mais en 2013‑2014, quand la conjoncture devient plus critique, la dimension pratique de l’agentivité prend le dessus. En 2014, le ministère des Finances définit une stratégie de réforme financière sur cinq ans, un projet cofinancé par la banque mondiale, le Département pour le développement international (UK) et Aus‑Aid34. En mars, les projets de réforme fiscale se multiplient pour imposer plus lourdement les hauts salaires, les riches entrepreneurs et les investisseurs internationaux, tout en réduisant les impôts des bas salaires. Le gouvernement contraint aussi tous les contribuables à remplir des déclarations d’impôt en bonne et due forme. Il décrète de même une taxe de 5 % sur la plupart des services rendus en Birmanie35. De nouvelles taxes sont imposées sur l’extraction du pétrole, du gaz, des minéraux, des pierres précieuses et sur la production électrique.

51La réforme fiscale inscrite dans le programme des cent premiers jours du gouvernement NLD marque un retour aux réformes cycliques « traditionnelles » qui prévalaient du temps de la royauté : l’intention agentique reste pratique, mais se tourne vers le passé. Dans la première année suivant leur avènement, les souverains birmans se concentraient en effet sur leur devoir d’ekarāja, sur le modèle du roi de Pataliputra Aśoka (r. c. 268‑c. 232 av. J.‑C.), c’est‑à‑dire rétablir l’ordre, s’assurer de la fidélité de leurs subordonnés, réaffirmer leur monopole sur les ressources nationales et émettre des décrets afin d’endiguer la corruption des serviteurs royaux et pouvoir, sur ces bases, restaurer le système fiscal des rois justes du passé. De même, au début de leur mandat, Htin Kyaw et Aung San Suu Kyi s’affairent, comme l’a fait Thein Sein avant eux, à rétablir l’ordre, à favoriser la réconciliation nationale et à fidéliser ceux qui, du temps de Mindon, étaient appelés les « subordonnés » et qui sont de nos jours les hauts fonctionnaires civils et militaires tout comme les leaders ethniques des régions périphériques.

  • 36 “IMF’s staff praises Myanmar’s progress in economic reform”, IMF Communications Department, 28-10- (...)

52Afin de s’assurer des ressources nationales et systématiser l’impôt, le gouvernement Htin Kyaw s’est employé à réduire la corruption des fonctionnaires – Aung San Suu Kyi ayant fait du rule of law son cheval de bataille depuis 2012 – mais aussi à sensibiliser les élites sur l’importance de l’impôt pour la survie de l’État, un peu à la manière dont le fit Pho Hlaing en son temps. Le NLD a poursuivi les réformes du gouvernement Thein Sein, en mettant en place des timbres de TVA par exemple, tout en reprenant les grandes lignes du processus de réforme cyclique birman : il s’est emparé des résultats du recensement de 2014 pour remettre à jour les rôles d’impôts sur le revenu et poursuivre la rationalisation du système de propriété foncière, mais a aussi fait appel au patriotisme et à la transparence des grandes fortunes et des entrepreneurs pour verser l’impôt. En octobre 2016, le fonds monétaire international salue d’ailleurs ces progrès en matière fiscale et financière36, ce qui n’est pas sans faire penser aux éloges réservés par la communauté internationale aux réformes économiques de Thein Sein en 2011‑2012, ou encore avant lui aux ouvertures libérales du roi Mindon dans les années 1860‑1870.

  • 37 Se reporter aux articles de Thaung Pa‑Ok dans l’hebdomadaire Thuriya Ne Win (février-mai 2014) pou (...)
  • 38 Boshier, 2018.

53Aujourd’hui, comme au temps du roi Mindon, les changements d’orientation agentique des élites dirigeantes birmanes semblent correspondre, en apparence, aux fluctuations du discours international sur l’action politique. À la manière dont le refroidissement de l’opinion internationale, lié aux épineuses questions de la réforme constitutionnelle et des violences intercommunautaires, semble avoir infléchi le processus de réforme birman en 2013‑2014, des critiques comparables émises à l’encontre du gouvernement Aung San Suu Kyi à propos de la crise dans l’État rakhine fin 2016 ont‑elles influencé la réforme récente ? La hausse de la contrainte internationale est, certes, un des évènements émergents auxquels réagissent les dirigeants birmans. Cependant, les contraintes sociales « domestiques » sont des contingences bien plus déterminantes encore, comme ce fut le cas au xixe siècle et en 2013‑2014. Depuis 2013 en effet, les revendications sociales, notamment paysannes, liées à la raréfaction des terres et à la hausse drastique du marché foncier se nourrissent des peurs collectives associées aux révoltes de la paysannerie à l’époque coloniale37. Quant aux manifestations étudiantes qui exigent une réforme du système éducatif, elles s’inspirent des mouvements étudiants des années 1980‑1990 (à l’origine de la « révolution 1988 » comme l’appellent les Birmans), eux-mêmes dignes héritiers des manifestations étudiantes de la première décennie qui a suivi la fondation de l’université de Rangoun en 192038.

  • 39 Htun Khaing, 2017.

54Enfin les Birmans découvrent, au travers de médias nationaux progressivement libérés de la censure, l’existence de crimes odieux. Depuis octobre‑novembre 2016 notamment, la presse et les médias sociaux se font le relai des appréhensions liées à la hausse de la criminalité en période d’ouverture et de libéralisation des mœurs. Les abus sexuels et les familles martyrisant leur personnel de maison sont aujourd’hui régulièrement dénoncés et leurs peines de prison alourdies ; des associations se forment pour demander le rétablissement de la peine de mort pour les viols sur mineurs ; les agressions à l’arme blanche font place à celles aux armes à feu, alors que ces dernières étaient auparavant restreintes à l’usage policier et militaire. Le gouvernement NLD a beau mettre l’emphase sur la préservation des coutumes et des traditions birmanes (par exemple les décrets sur Thingyan, 2016) et reprendre à son actif les mécanismes de propagande de la presse officielle39, le peuple craint de voir le pays sombrer dans le crime, la décadence et la perte des valeurs qui, dans les représentations cosmologiques bouddhiques, correspondent aux temps perturbés annonciateurs de la fin d’un monde.

55Les modalités de l’agentivité des élites dirigeantes birmane sont similaires dans les années 1860‑1870 et dans les années 2010. Dans les périodes d’incertitude politique et de forte aspiration de l’opinion, l’orientation agentique est de nature projective, c’est‑à‑dire tournée vers le futur. Ce fut le cas dans les années 1860 quand le roi Mindon reprit le flambeau de la réforme après l’assassinat du prince Kanaung. Ce fut aussi le cas en 2011‑2013 quand l’ex‑général Thein Sein surprit le monde en s’engageant très vite, une fois les traditionnelles réformes cycliques accomplies, dans une série de réformes démocratiques. Ces programmes de réforme conjoncturelle sont destinés à améliorer l’appareil étatique le plus souvent en réponse à des contextes inédits. Dans un contexte instable de fin de règne ou de mandat, aussi bien marqué par un déclin du pouvoir central que par une opinion défavorable, l’orientation agentique devient pratique. Elle permet de prendre des décisions qui répondent aux demandes émergentes. Si la montée de la pression internationale n’est certainement pas la moindre, ce sont néanmoins les contingences locales qui sont décisives dans les choix politiques. Le processus de réforme birman reste rythmé par les cycles administratifs et politiques domestiques, qui prescrivent une alternance de réformes cycliques en début de règne/mandat et de réformes conjoncturelles par la suite.

56La particularité du processus de réforme cyclique du NLD est d’être mené par un leader charismatique et populaire, Aung San Suu Kyi, qui doit pourtant investir le pouvoir et asseoir son autorité. Elle se concentre ainsi sur :

  • le rétablissement de l’ordre, en se rapprochant de l’armée, en prônant la réconciliation nationale, en mettant l’emphase sur la réforme de l’éducation ;
  • la fidélisation des hauts fonctionnaires et la recentralisation, en contenant les conflits aux frontières et en organisant les Conférences de paix de Panglong du xxie siècle ;
  • le rassemblement des ressources nationales et la rationalisation du système fiscal et foncier ;
  • la sujétion des forces religieuses, en instruisant les procès de moines corrompus et en condamnant les bouddhistes radicaux (les moines du Mabatha).

57Or, les élites locales et la presse internationale critiquent l’autorité même dont elle doit faire montre pour établir son pouvoir. La question arakanaise est à ce titre exemplaire, puisque le détonateur des violences contre les musulmans fin 2016 fut l’envoi de forces armées en réponse aux attaques contre des commissariats locaux. Un même processus de réforme est ainsi passé au crible d’une opinion toujours plus critique et fractionnée. On assiste en fait à un rapide morcellement des deux blocs élitaires très identifiables avant que la Birmanie n’entame sa transition politique : d’un côté les élites dirigeantes (l’armée) avec les élites économiques et religieuses qui gravitaient dans les sphères du pouvoir, et de l’autre les élites intellectuelles de l’opposition, sans pouvoir économique, mais qui bénéficiaient de l’aura des martyrs et de certains soutiens religieux. La redistribution actuelle des pouvoirs élitaires, en période de réforme cyclique, est un phénomène nouveau. Il est encore trop tôt pour dire s’il est ou non annonciateur d’un changement de régime d’historicité en Birmanie.

Notes

1 Bayly, 2007, p. 9‑49.

2 Berman, 1983, p. 13.

3 Candier, 2011 ; 2020, ce dernier ouvrage étant entièrement consacré à la question.

4 La notion d’agency, emprunté au domaine des cultural studies, a été traduite en français par le néologisme d’agentivité, auquel ont recours plusieurs chercheurs (Guilhaumou, 2012, p. 25‑34).

5 Sahlins, 1985 ; Bertrand, 2011.

6 Hartog, 2003, p. 20‑49.

7 Pour une analyse détaillée se reporter à Candier, 2020, p. 72‑83.

8 Koselleck, 2004, p. 11‑17, 45‑57.

9 Biardeau, 1995 ; Brac de la Perrière, 2006, p. 6‑9.

10 Aung Thwin, 1979 ; Leider, 2004 ; Lieberman, 1980.

11 Lieberman, 1984 ; 2003 ; Taylor, 2009.

12 Judson, 1826, p. 245 ; Lane, 1841, p. 345.

13 Myo Myint, 1987 ; Thant Myint‑U, 2001 ; Schendel, 2002.

14 Lu Du U Hla, 1963, p. 17.

15 Schendel, 2002, p. 98‑128.

16 Voir par exemple Robinson, 2013.

17 “Myanmar Constitutional Reform”, New York Times, 9-1-2014, http://www.nytimes.com/2014/01/10/opinion/myanmars-constitutional-reform.html?_r=0 ; “Ethnic Violence in Burma”, New York Times, 11-12-2013, http://www.nytimes.com/2013/12/12/opinion/ethnic-violence-in-myanmar.html.

18 « En Birmanie, controverse autour des mariages interreligieux », Le Nouvel Observateur, 25-6-2014, http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140625.AFP0437/en-birmanie-controverse-autour-des-mariages-interreligieux.html. Voir infra la discussion que fait Bénédicte Brac de la Perrière de ces lois de protection des femmes bouddhistes, en lien avec la montée du nationalisme religieux.

19 “Timeline: Reforms in Burma”, http://www.bbc.com/news/world-asia-16546688 Human Rights Watch, 2013.

20 “Timeline: Reforms in Myanmar”, http://www.bbc.com/news/world-asia-16546688. La BBC utilise désormais le terme “Myanmar” en place de “Burma”.

21 L’article de Sithu Aung Myint, 2016, “A satisfactory first hundred days”, Frontier Myanmar, 14-8-2016, http://frontiermyanmar.net/en/a-satisfactory-first-100-days, l’un des journalistes politiques les plus lus en Birmanie, est assez représentatif de ce courant d’opinion. Bien sûr, des voix divergentes se sont élevées dans les autres partis politiques.

22 Un article de CNN par Wescott Ben et Maung Manny, 2016, “Rights group allege Rohingya Killing”, http://edition.cnn.com/2016/12/06/asia/myanmar-rakhine-kofi-annan, présente un des aspects les plus modérés de ce revers de décembre 2016.

23 Un article emblématique de ce courant est celui de Fisher Jonah, 2017, “Truth, lies and Aung San Suu Kyi”, BBC News, 27-1-2017, http://www.bbc.com/news/world-asia-38756601, qui compare Aung San Suu Kyi à Donald Trump.

24 Ces trois dimensions sont définies par Emirbayer & Mische, 1998.

25Wolters,1999.

26   “Myanmar rejects US call on constitutional reform”, Constitutionet, 19 June 2014, http://www.constitutionnet.org/news/myanmar-rejects-us-call-constitutional-reform

27 À propos des différentes appellations des musulmans de l’État rakhine, voir notamment de Mersan, 2016, p. 123‑146 ; Leider, 2016, p. 151‑178.

28 Candier, 2020, p. 233‑258.

29 Htun Yee, 1999, 3, p. 100‑108.

30 Ibid.

31 La notion est ainsi réifiée dans les lignes de l’encyclopédie en ligne wikipédia (http://en.wikipedia.org/wiki/2011%E2%80%9312_Burmese_political_reforms).

32 “Tax reform in Myanmar”, DFDL, 28 March 2012, http://www.dfdl.com/easyblog/entry/tax-reforms-in-myanmar. Les produits qui ne sont pas exemptés de droits sur l’exportation sont le pétrole, le gaz naturel, le bois, le jade et les pierres précieuses, une liste similaire à celle trouvée dans le traité commercial anglo-birman de 1867.

33 Le gouvernement a aboli les permis d’importation pour 166 sortes de produits et les permis d’exportation pour 152 types de produits. “Myanmar starts with abolishing import and export licenses”, VDB-Loi Legal Wire, http://www.vdb-loi.com/mlw/myanmar-starts-with-abolishing-import-and-export-licenses.

34 San San Oo, 2016, p. 25.

35 Loi, 2014.

36 “IMF’s staff praises Myanmar’s progress in economic reform”, IMF Communications Department, 28-10-2016, https://www.imf.org/en/News/Articles/2016/10/28/PR16469-Myanmar-IMF-Staff-Praises-Progress-in-Economic-Reform.

37 Se reporter aux articles de Thaung Pa‑Ok dans l’hebdomadaire Thuriya Ne Win (février-mai 2014) pour l’expression des peurs collectives, et à la contribution de Stéphen Huard dans le présent ouvrage pour les problèmes liés aux questions foncières.

38 Boshier, 2018.

39 Htun Khaing, 2017.

Auteur

Chercheuse indépendante associée au CASE et à l’Irasec, CNRS

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search