Version classiqueVersion mobile

Birmanie (Myanmar) 2010-2017 : un pays en transition ?

 | 
Aurore Candier

Introduction

Aurore Candier et Alexandra de Mersan

Texte intégral

1À la stupéfaction des opinions internationales et locales, la Birmanie (Myanmar) est entrée dans une phase de transition politique au tournant des années 2010, après cinq décennies de dictature militaire. Marquée par une succession de réformes politiques, économiques et sociales, cette période débouche en novembre 2015 sur les premières élections vraiment démocratiques depuis plus d’un demi‑siècle, remportées par le parti de l’opposante Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie (NLD – National League for Democracy).

  • 1  Les études réunies dans ce volume ont été présentées et discutées lors de la journée d’étude « Bir (...)

2Les changements observés pendant cette phase de transition ont frappé les observateurs par leur ampleur et leur rapidité. Ils ont été accompagnés d’un développement exponentiel des recherches et des publications sur le pays, principalement en langue anglaise, commentant essentiellement le processus de démocratisation. Notre ouvrage se veut une contribution française à la compréhension de la transition birmane (2010‑2017), en combinant les approches de spécialistes de longue date à celles de jeunes chercheurs qui, tous, apportent des points de vue originaux sur les changements récents que la Birmanie a connus. Il propose des analyses sur des aspects cruciaux de la société en transformation, dans les villes comme dans les campagnes, au centre comme aux périphéries, sur lesquels les auteurs ont réfléchi à partir de leur expertise et de leur domaine disciplinaire respectif1.

La transition en question

3Les élections de 2015 sont la dernière étape d’un processus de transition décidé, mis en place et contrôlé par l’ex‑junte militaire. En 2008 est adoptée une nouvelle constitution, validée par référendum au lendemain du cyclone dévastateur Nargis. Des élections générales sont organisées en 2010 et portent au pouvoir le Parti pour la solidarité et le développement de l’Union (USDP – Union Solidarity and Development Party), un groupe politique formé à partir de l’ancienne organisation de masse de la junte. Le gouvernement constitué en 2011 et confié à Thein Sein, un ancien général, est donc officiellement civil, mais il reste l’héritier des militaires. Il a cependant pour mission d’assurer la transition politique en même temps que d’impulser un mouvement d’ouverture vers le libéralisme économique. Parmi les diverses réformes et mesures politiques, administratives et économiques mises en place, dont les plus impressionnantes ont marqué les premières années de son mandat, citons l’abolition de l’implacable organe officiel de censure et la libération de la presse qui a suivi, la libération de prisonniers politiques, dont Aung San Suu Kyi au premier chef, l’établissement d’une commission des droits de l’homme, la légalisation des syndicats et du droit de grève, le droit de former des associations, ce qui a notamment permis à la société civile birmane de se renforcer, des régulations monétaires, des lois favorisant les investissements étrangers et d’autres punissant sévèrement la corruption.

  • 2  En juin 2011, les combats ont repris entre l’armée birmane et l’Armée de l’indépendance kachin (KI (...)
  • 3Brac de la Perrière, 2015.

4Mais des conflits armés reprennent dans des provinces périphériques où des cessez‑le‑feu avaient pourtant cours depuis plusieurs années (État kachin au nord2 et État shan à l’est). De même, des violences intercommunautaires éclatent en juin 2012 entre bouddhistes et musulmans dans l’État rakhine (Arakan), à l’ouest du pays. Des agressions contre des commerces et des édifices religieux musulmans se multiplient l’année suivante, notamment en Birmanie centrale. Cette crise interconfessionnelle éclate sur fond de nationalisme religieux virulent, incarné d’abord par le mouvement « 969 », appelant à un boycott des commerces musulmans, puis par le mouvement nationaliste bouddhique Mabatha dont l’objectif est la protection de la nation et la religion3.

  • 4Tin Maung Maung Than, 2009 ; Lall, 2016b, p. 32‑37 ; Raynaud, 2016, p. 38‑42 ; Jaquet, 2016.

5Par ailleurs, la venue en grand nombre de nouveaux acteurs internationaux, tels des ONG, des think‑tanks, des entreprises et des investisseurs étrangers, participe de la reconfiguration des rapports de force, de la réorganisation des rapports sociaux, mais aussi du renouvellement des modes de gouvernance et des normes de développement. Soulignons la présence accrue d’experts internationaux à la suite du cyclone Nargis en 2008, dans le domaine de l’humanitaire et du développement, et leur rôle dans la constitution de la société civile locale4.

  • 5Cheesman, Farelly & Wilson, 2014.
  • 6Lall, 2016b.

6Ce contexte d’ouverture économique et de transition démocratique, mêlé d’une recrudescence des tensions interethniques et interconfessionnelles, a suscité nombre d’interrogations et d’incompréhensions dans les médias étrangers et les instances internationales. Pour tenter de décrypter l’actualité birmane et répondre à ces questionnements, plusieurs ouvrages ont été publiés, soit destinés à un public large et curieux de voyageurs éclairés, de journalistes, de diplomates, de militants et d’activistes, soit plus particulièrement adressés à un public universitaire. En langue anglaise, citons la série des publications issues des conférences Myanmar/Burma Update organisées par l’université nationale australienne (ANU), dont l’une des plus importantes fut celle de 2013 portant sur le débat démocratique au Myanmar, à la suite du retour des activistes exilés sous le régime militaire, et l’engagement de réformes politiques et économiques après les élections de 20115 ; citons également le travail de Marie Lall dévoilant les racines du changement, mu conjointement par certains membres de la junte et des acteurs de la société civile dans les années 2000, pour ensuite analyser les multiples facettes du processus de réforme sous le mandat Thein Sein, et conclure sur les défis à relever par le gouvernement NLD après sa victoire de novembre 20156.

  • 7Defert, 2008.
  • 8Egreteau, Robinne, 2016.
  • 9Walton, 2017.
  • 10Simpson, Farrelly & Holliday, 2018 ; Chambers, McCarthy, Farrelly & Chit Win, 2018.
  • 11Chessman, 2018

7Afin de rendre la recherche française de terrain accessible au public anglophone, la nécessaire mise à jour de l’ouvrage Birmanie contemporaine7 s’est faite en anglais dans Metamorphosis, paru à la veille des élections de novembre 2015 et abordant les thématiques politiques, ethniques, sociales et religieuses8. Depuis, plusieurs spécialistes ont continué d’observer le processus de démocratisation et entrepris de comparer les convergences et les divergences des lignes politiques des deux gouvernements de la transition. Mathew Walton a ainsi mis en perspective historique l’imbrication de la pensée politique birmane et de l’« univers moral » bouddhique afin de mieux comprendre les rouages du concept birman de démocratie9. Deux des ouvrages collectifs les plus récents, dont plusieurs des contributeurs se recoupent, s’efforcent de dresser un portrait aussi précis que possible de la société birmane, et relèvent les continuités et les fractures qui la caractérisent10. Un troisième s’est attaché à interpréter la crise dans l’État rakhine et les violences intercommunautaires, liées à la peur de l’islam dans un pays majoritairement bouddhiste11.

8Le présent travail se situe dans la continuité de ces études et a pour vocation de poursuivre l’analyse du processus de transition, mais ambitionne aussi de dévoiler les aspirations des différentes composantes de la société birmane ainsi que les défis du gouvernement actuel. Nous avons fait le choix de ne pas décliner cet ouvrage en thématiques, mais de regrouper des études de terrains et des approches transversales dans lesquelles la perspective historique n’est jamais négligée, car si le processus de transition ne peut être exposé de manière exhaustive, le situer dans l’histoire du pays et de ses peuples permet d’en révéler toute la complexité et de lui donner sens.

Repères chronologiques

  • 12Adas, 1974b.

9La Birmanie est un ancien royaume bouddhique annexé en trois temps par les Britanniques, maîtres de l’Inde depuis le xviiie siècle, entre 1824 et 1886. Dès le début de la colonisation, les Britanniques font appel à une main‑d’œuvre indienne et chinoise pour développer la culture et le commerce du riz, mais aussi pour travailler comme coolies ou porteurs, notamment dans le port de Rangoun. Par la suite, la communauté indienne devient l’un des principaux rouages de l’économie et de l’administration coloniales, mettant à leur disposition de nombreux travailleurs saisonniers et des petits fonctionnaires, mais encore la puissante caste marchande des Chettyar, prêtant à taux usuriers aux paysans birmans forcés de gager leurs terres12.

  • 13Turner, 2014.

10À l’orée du xxe siècle, le nationalisme birman prend sa source dans des associations de laïcs bouddhistes se mobilisant pour soutenir la communauté des moines (sangha) dans le pays13. Il se développe dans les années 1910‑1920 contre l’impérialisme britannique et se nourrit des difficultés économiques liées à la Grande Dépression dans les années 1930. Les nationalistes birmans demandent la séparation de la Birmanie et de l’Inde britannique, ce que stipule la constitution de 1935 qui devient effective en 1937. Dans ce contexte, l’afflux massif d’étrangers provoque des réactions brutales parmi la population de Rangoun et se solde par de violentes émeutes anti‑indiennes et antichinoises en 1930 et en 1938.

11Le pays accède à l’indépendance au lendemain de la Seconde Guerre mondiale en janvier 1948. Cette année‑là, un premier gouvernement démocratique se met en place, sous l’égide d’U Nu (1907‑1995), mais prend fin avec le coup d’État du général Ne Win en 1962. L’armée instaure alors un régime dictatorial d’idéologie socialiste qui perdure jusqu’à la révolte populaire de 1988. Initialement motivé par des raisons économiques, le mouvement prend rapidement la forme d’une contestation du pouvoir en place, durement réprimée par le général Saw Maung. Ce dernier établit ensuite une nouvelle institution, le Conseil d’État pour la restauration de la loi et de l’ordre (SLORC – State Law and Order Restoration Council), et organise des élections deux ans plus tard. Mais les militaires refusent de reconnaître la victoire d’Aung San Suu Kyi, la fille du général Aung San, héros de l’Indépendance et fondateur de l’armée birmane ; ils reprennent le pouvoir en main, assignent l’opposante à résidence et interdisent son parti, le NLD. En 1992, le général Than Shwe prend la tête de l’institution militaire SLORC qu’il transforme en Conseil d’État pour la paix et le développement (SPDC – State Peace and Development Council) cinq ans plus tard.

  • 14Kyaw Yin Hlaing, 2005 ; Lall, 2016b, p. 13‑22.

12À partir de la fin des années 1990, on assiste à une libéralisation progressive de l’économie du pays et, en sous‑main, principalement sous l’impulsion du chef du Renseignement militaire et numéro trois du régime, le général Khin Nyunt, sont discutées les principales étapes d’une possible évolution politique sous la forme du projet Roadmap to Democracy présenté en 2003. Mais ce dernier est rejeté par les numéros un et deux de la junte, les généraux Than Shwe et Maung Aye ; Khin Nyunt est dans un premier temps rétrogradé au rang de Premier ministre, puis arrêté l’année suivante14. De nouvelles manifestations populaires en 2007, portées par des moines bouddhistes, viennent sanctionner une fois encore l’échec de la politique économique des militaires au pouvoir.

  • 15Lall, 2016b, p. 49‑55.

13Durant ces décennies, la presse internationale, les nombreux rapports d’ONG et d’autres organismes internationaux dénoncent régulièrement les atteintes constantes aux droits de l’homme en Birmanie. Aung San Suu Kyi devient alors le symbole de la lutte contre l’oppresseur. Toujours en résidence surveillée, elle conteste les clauses problématiques de la constitution de 2008 : 1. Les militaires conservent 25 % des sièges au Parlement ; 2. L’armée reste indépendante du gouvernement civil et une immunité est accordée aux dirigeants de la junte ; 3. Interdiction est faite au candidat à la présidentielle d’être marié à un étranger ; 4. La constitution ne peut être amendée sans obtenir une majorité de 75 % des votes au Parlement (ce qui rend tout changement impossible sans l’aval des parlementaires militaires). L’opposante décide ensuite de boycotter les élections législatives de 2010 qui, sans surprise, sont remportées par l’USDP grâce notamment au système de vote anticipé des forces armées. Mais en dépit des critiques pointant du doigt des élections truquées, le scrutin surprend bon nombre de personnes, y compris des experts, par son déroulement sans grands heurts, par la relative liberté accordée à chacun de participer ou non, et par ses résultats ; certains partis ethniques pro‑démocratie (principalement dans les États shan, chin et rakhine) se retrouvent en effet bien représentés dans les Parlements régionaux15.

Depuis les élections de 2015

14Le vote de 2015 a exprimé l’exaspération de la population envers l’armée et ses organes politiques – en particulier son parti, l’USDP –, et ce malgré la série de réformes libérales entreprises sous le gouvernement « semi‑civil » de Thein Sein (2011‑2016).

15La passation du pouvoir s’effectue finalement en douceur, malgré une longue transition (d’ordre constitutionnel) à l’issue de laquelle, le 15 mars 2016, Htin Kyaw est élu président de l’Union. Aung San Suu Kyi devient alors porte‑parole du gouvernement, ministre des Affaires étrangères et conseillère spéciale d’État, un poste créé sur mesure pour faire d’elle la dirigeante de facto du pays alors que la constitution lui interdit l’accès à la présidence (du fait de son mariage avec un Britannique). Ce cumul des fonctions lui est parfois reproché par des Birmans ou des organisations internationales qui s’interrogent sur la place laissée à l’expression d’une opposition.

  • 16Egreteau, 2014 ; 2016.

16Aung San Suu Kyi a pris ses fonctions le 1er avril 2016 et a contribué à installer le premier gouvernement démocratiquement élu du xxie siècle. Cependant, celui‑ci doit composer avec l’armée, dirigée par Min Aung Hlaing, une institution puissante dont le rôle et la place restent essentiels dans l’État birman16. Outre les 25 % de sièges au Parlement que lui garantit la constitution, ainsi que l’une des deux vice‑présidences, l’armée contrôle les trois ministères‑clés que sont la Défense, les Frontières (Border Affairs) et l’Intérieur, duquel dépend d’ailleurs le Département de l’Administration générale (GAD – General Administration Department), rouage central de la mise en œuvre politique du gouvernement civil. Enfin, l’armée peut décréter l’état d’urgence et reprendre le contrôle du pays en cas d’instabilité. Ainsi deux gestions du politique s’exercent en parallèle dans une sorte de démocratie bicéphale.

Les grands chantiers du gouvernement

17Au sortir de près de cinquante ans de dictature militaire, la tâche du gouvernement NLD est immense ; elle concerne tous les domaines sociaux, économiques, religieux et politiques. Il s’agit de refondre complètement les secteurs agricoles et industriels, de développer les infrastructures, mais aussi de réformer le système éducatif, le système de santé ou encore un appareil administratif désuet et plombé par la corruption.

  • 17de Mersan, 2017 ; 2018 ; Chambers et al., 2018 ; Simpson et al., 2018.

18Mais aujourd’hui, la « réconciliation nationale » est l’une des priorités du gouvernement17. Depuis que le pays a retrouvé son indépendance, la question de la consolidation de la nation constitue un enjeu majeur. Alors que certains groupes armés, en lutte depuis des décennies, avaient signé des accords de cessez‑le‑feu, les conflits internes ont repris au début des années 2010. Curieusement, les médias internationaux y ont peu prêté attention jusqu’en 2018, tout occupés à couvrir l’actualité dans l’État rakhine, miné par des violences intercommunautaires depuis 2012, suivies de l’exode massif des musulmans rohingya en 2016 et en 2017 au Bangladesh voisin. Afin de relancer le processus de paix, le gouvernement a adopté une politique de dialogue avec les minorités ethniques. Elle concerne la reconnaissance juridique, politique, culturelle et économique des différentes composantes de l’espace national.

19Les militaires ont présenté un premier cessez‑le‑feu, signé en octobre 2015 et abusivement qualifié de « national », comme un préalable aux négociations de paix. Après l’arrivée au pouvoir d’Aung San Suu Kyi, trois rencontres qualifiées de « Conférences de paix de Panglong du xxie siècle » ont eu lieu (en 2016, 2017 et 2018). Cette dénomination les a inscrites dans la lignée de la Conférence de Panglong, organisée en 1947 par le général Aung San pour décider du devenir des populations des régions frontalières de la Birmanie désormais indépendante.

20L’épineuse question du processus de paix s’est rapidement doublée de houleux débats sur l’établissement d’un système fédéral qui impliquerait un partage réel du pouvoir et des richesses. Ces discussions ont dévoilé les limites de l’autorité du gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi qui n’a visiblement aucun contrôle sur l’armée, en tout cas pas dans les zones frontalières où se déroulent la plupart des conflits internes. Alors que le NLD affiche une politique d’ouverture et de dialogue, l’armée birmane continue d’assurer la gestion des provinces périphériques et d’affronter sur le terrain les différents groupes armés. En outre, l’armée pèse de tout son poids sur la politique d’État en réaffirmant son intransigeance face à plusieurs modifications constitutionnelles, en particulier celles indispensables à la mise en place d’un véritable fédéralisme.

Justice sociale et économie

  • 18  Le recensement de 2014 est le premier organisé en Birmanie depuis trente ans, voir le détail en li (...)
  • 19Boutry, Khin Pyae Sone, Sung Chin Par, Tin Myo Win, 2016.

21En dépit du fort potentiel économique birman, la majorité de la population reste pauvre et rurale. Le recensement de 2014 a ainsi montré que la population rurale constitue toujours près de 70 % de la population globale. Il a aussi révélé de très faibles taux d’accès à l’eau courante et à l’électricité18. L’expansion des bidonvilles en zone périurbaine, à la suite de l’exode rural qui a débuté dans les années 1990 et de la relocalisation des petites industries et des squats du centre de Rangoun vers la périphérie, est un autre indicateur de la pauvreté endémique qui frappe le pays19. Le phénomène de migration des travailleurs ruraux s’est encore accru après le cyclone Nargis ; aujourd’hui, ils forment toujours une main‑d’œuvre bon marché qui continue d’affluer vers les chantiers de construction et les zones industrielles – les usines textiles notamment – de la banlieue de Rangoun (Hlaing Taya, Shwe Pyi Tha), ou vers les mines de jade au nord du pays où les conditions de travail sont particulièrement précaires et dangereuses avec de fréquents glissements de terrain.

22Le gros des richesses naturelles – et par conséquent des investissements en cours ou à venir – se trouve dans les régions frontalières, principalement habitées par des populations non issues de la majorité birmane (ou « bamar »)et souvent en proie aux conflits ; c’est par exemple le cas des pierres précieuses et semi‑précieuses – notamment du jade – dans l’État kachin. Les prospections menées par des compagnies étrangères sous le gouvernement de Thein Sein ont montré les correspondances entre la répartition des richesses sur le territoire et la géopolitique des conflits internes. On peut d’ailleurs faire le rapprochement entre conflits ouverts et accès aux nouvelles richesses qui sont toujours, pour la plupart, le pré carré des membres de l’armée, actifs ou retraités, et de leurs proches.

  • 20Huard, 2014, 2016 ; Pierce, Huard, 2016 ; Boutry, Allaverdian, Mellac, Huard, San Thein, Tin Myo W (...)

23Afin de développer ces marchés, mais aussi pour établir des zones militaires ou encore par simple spéculation, l’armée s’est emparée de nombreux terrains dans les années 1990. Ces confiscations, sans compensation ni possibilité de contestation, ont contribué à appauvrir la population et à accélérer les mouvements migratoires internes et internationaux (il y aurait ainsi plus de quatre millions de Birmans en Thaïlande). Elles ont par la suite fait l’objet de plaintes multiples, un phénomène qui s’est encore amplifié après la promulgation en 2012 de la loi sur les terres agricoles et les « terres vacantes, en jachère et vierges ». Mais ces requêtes sont bien souvent restées sans suite et en dépit des lois anticorruptions passées par le nouveau gouvernement, la question des terres confisquées constitue une véritable poudrière sociale20.

Où en est la transition politique ?

  • 21Chambers et al., 2018 ; Simpson et al., 2018.

24La dynamique de transition politique, inaugurée par l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement civil démocratiquement élu, a été renforcée par le choix de Win Myint, un ancien militant de l’opposition et prisonnier politique, comme successeur au président Htin Kyaw, démissionnaire en mars 2018, mais aussi par la tenue d’élections législatives partielles libres et transparentes en novembre 2018. Cependant, les multiples défis du gouvernement actuel – dont les principaux sont d’enrayer les conflits internes et de garantir la cohésion nationale, d’établir la primauté du gouvernement civil sur le militaire en réformant la constitution, de réduire les inégalités sociales – ne sont toujours pas relevés, ce que souligne l’ensemble des publications les plus récentes21. Chacune des contributions réunies ici examine différents facteurs, d’ordre structurel, culturel comme historique, qui expliquent les lenteurs d’un processus de transition pouvant paraître parfois, aux yeux des observateurs extérieurs comme intérieurs, comme suspendu.

25Le travail de terrain s’accompagne d’une mise en perspective historique qui permet de comprendre les analogies et les continuités entre temps passé et présent. C’est sous cet angle qu’Aurore Candier entend décrypter le processus de réforme actuel, en le comparant à des processus de réforme appartenant à des périodes plus éloignées dans l’histoire. Elle montre l’existence d’un dialogue permanent entre le désir de changement positif, d’amélioration et de progrès d’un côté, et le rejet de la nouveauté et le maintien des coutumes de l’autre. Bien que de tout temps les élites dirigeantes birmanes affirment respecter la « tradition » et la « coutume », leurs savoirs, leurs concepts, leurs normes, leurs usages, en fait leur culture, se transforment et plus particulièrement dans les moments de rencontre interculturelle. La comparaison porte sur deux périodes réformistes pendant lesquelles les dirigeants birmans sont pareillement soumis à la pression de l’opinion internationale : le règne du roi Mindon (r. 1852‑1878) et l’actuelle transition démocratique. Elle conclut sur la prééminence des contingences locales sur les injonctions du discours international dans la prise de décision politique et la mise en place de réformes.

26Les chercheurs s’interrogent toujours sur l’influence que l’opinion internationale peut avoir sur les choix politiques des dirigeants birmans, et ce depuis les années 1990, période pendant laquelle le monde occidental a imposé de lourdes sanctions afin de faire plier la junte. Alors que de nouvelles menacent de tomber sur la Birmanie, en raison de la crise humanitaire des Rohingya, deux lectures continuent de diviser les analystes aujourd’hui : soit les réformes en Birmanie sont principalement le résultat de la pression et des sanctions internationales prises contre le gouvernement, soit elles sont le fait de forces de changement intérieures au pays. Stéphen Huard expose la manière dont ces dernières fonctionnent à l’échelle du village pour résoudre les demandes émergentes liées à la question des terres confisquées. Il analyse la façon dont la restitution de ces terres engendre des disputes entre métayers et propriétaires d’origine, une situation rendue plus complexe encore après la promulgation de la loi sur les terres agricoles en 2012. Il interroge la notion de propriété en soulignant les dynamiques sociopolitiques locales, en dévoilant le mécanisme des relations de clientèle au sein des partis politiques et de l’administration, et en montrant comment les transformations actuelles de la gouvernance foncière permettent à des individus de s’exprimer et de remettre en question le travail des institutions locales.

  • 22Salem‑Gervais, 2013 ; Salem‑Gervais & Metro, 2012 ; Lall, 2016b, p. 159‑184 ; Simpson et al., 2018

27Les recherches portant sur la réconciliation nationale et la quête de l’unité, que les gouvernements successifs tentent de bâtir depuis l’Indépendance dans une nation pluriethnique construite autour d’une majorité bamar, s’intéressent de plus en plus aux réformes du système éducatif qui, seules, peuvent permettre l’inclusion de tous les peuples22. Pour aller dans ce sens, le secteur de l’éducation subit actuellement plusieurs changements. La priorité est de modifier le programme scolaire national afin de le mettre, idéalement, à la portée de tous les apprenants sans discrimination socioculturelle. Le travail de Nicolas Salem éclaire ce processus, en faisant le pont entre les interrogations soulevées par ces réformes et la question de l’identité nationale. Il analyse la volonté du gouvernement d’inclure les langues des minorités ethniques dans le système éducatif, mesure préconisée par la loi sur l’éducation de 2014, pour répondre aux revendications identitaires et promouvoir la cohésion nationale. Cependant, l’extrême hétérogénéité des situations sociolinguistiques des groupes minoritaires, ainsi que le degré de politisation qui lui est inhérente, est un défi pour l’établissement d’une politique éducative standardisée.

  • 23Houtman, 1999 ; Aung Thwin, 2008 ; Kirichenko, 2009 ; Candier, 2007, 2011 ; Brac, 2015 ; 2017 ; Wa (...)

28Dans leurs tentatives de définir le politique en Birmanie, participant tout autant du domaine séculier que de l’univers de pensée bouddhique partagés par les tenants du pouvoir, les chercheurs birmanophones s’intéressent de plus en plus, depuis une vingtaine d’années, à l’étude des concepts politiques birmans et des catégories bouddhiques qui leur sont inhérentes23. Or, la montée du nationalisme et du radicalisme religieux dans le contexte des tensions interconfessionnelles de 2012‑2013 a posé une nouvelle fois la question de la légitimité, dans l’univers de pensée bouddhique birman, de l’engagement politique des moines au nom de la défense du bouddhisme. Bénédicte Brac de la Perrière replace cet épisode dans l’histoire des rapports entre le pouvoir et la communauté des moines dans les sociétés du bouddhisme Theravada, pour ensuite analyser le phénomène de politisation de certaines franges radicalisées du sangha sous le gouvernement Thein Sein. Elle en montre les similarités, mais aussi les divergences, avec les actions politiques menées par les moines pendant les périodes coloniales et postcoloniales, puis émet l’hypothèse que l’activisme de certains religieux pendant la transition politique serait indissociable de la négociation de l’équilibre des pouvoirs entre le gouvernement civil et l’armée, constituant le sangha comme une « troisième force ».

29Enfin, Alexandra de Mersan présente, sous forme d’épilogue, un focus sur la question arakanaise. Après les violences intercommunautaires de 2012, l’opinion internationale a porté toute son attention sur le sort des musulmans de l’État rakhine, puis a dénoncé la montée du nationalisme bouddhique et l’apparente indifférence première d’Aung San Suu Kyi à ces conflits, pour finalement lui reprocher de n’avoir ni usé de son autorité morale pour résoudre la crise, ni condamné l’action de l’armée lors de ses opérations de « défense antiterroriste » dans le nord de l’État rakhine à l’automne 2017. Les nombreuses critiques formulées à l’encontre de la dirigeante birmane révèlent souvent une connaissance partielle de la situation ou encore une méconnaissance de l’histoire du pays. Une mise en perspective historique permet de comprendre la marginalisation progressive de l’islam et des musulmans (ou ke´`la suivant l’appellation birmane en vigueur) de l’espace social et national birman, mais aussi de mieux saisir les enjeux de la crise humanitaire de 2016‑2017 qui a provoqué l’exode de plus de 700 000 personnes réfugiées au Bangladesh voisin. Cette crise a conduit l’ONU à condamner la Birmanie pour de graves violations des droits de l’homme envers les Rohingya, et à accuser certains généraux birmans, dont le chef des armées Min Aung Hlaing, de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre et de génocide.

Notes

1  Les études réunies dans ce volume ont été présentées et discutées lors de la journée d’étude « Birmanie, la transition politique dans la recherche », organisée par Bénédicte Brac de la Perrière et Alexandra de Mersan en 2017 à l’Inalco (Paris), à laquelle ont aussi participé Aurore Candier, François Robinne, Nicolas Salem‑Gervais, Stéphen Huard.

2  En juin 2011, les combats ont repris entre l’armée birmane et l’Armée de l’indépendance kachin (KIA – Kachin Independance Army) qui avait signé un cessez‑le‑feu en 1994, provoquant le déplacement de plus de 100 000 personnes.

3Brac de la Perrière, 2015.

4Tin Maung Maung Than, 2009 ; Lall, 2016b, p. 32‑37 ; Raynaud, 2016, p. 38‑42 ; Jaquet, 2016.

5Cheesman, Farelly & Wilson, 2014.

6Lall, 2016b.

7Defert, 2008.

8Egreteau, Robinne, 2016.

9Walton, 2017.

10Simpson, Farrelly & Holliday, 2018 ; Chambers, McCarthy, Farrelly & Chit Win, 2018.

11Chessman, 2018

12Adas, 1974b.

13Turner, 2014.

14Kyaw Yin Hlaing, 2005 ; Lall, 2016b, p. 13‑22.

15Lall, 2016b, p. 49‑55.

16Egreteau, 2014 ; 2016.

17de Mersan, 2017 ; 2018 ; Chambers et al., 2018 ; Simpson et al., 2018.

18  Le recensement de 2014 est le premier organisé en Birmanie depuis trente ans, voir le détail en ligne sur http://www.themimu.info/census-data.

19Boutry, Khin Pyae Sone, Sung Chin Par, Tin Myo Win, 2016.

20Huard, 2014, 2016 ; Pierce, Huard, 2016 ; Boutry, Allaverdian, Mellac, Huard, San Thein, Tin Myo Win & Khin Pyae Sone, 2017.

21Chambers et al., 2018 ; Simpson et al., 2018.

22Salem‑Gervais, 2013 ; Salem‑Gervais & Metro, 2012 ; Lall, 2016b, p. 159‑184 ; Simpson et al., 2018.

23Houtman, 1999 ; Aung Thwin, 2008 ; Kirichenko, 2009 ; Candier, 2007, 2011 ; Brac, 2015 ; 2017 ; Walton, 2015 ; 2017 ; de Mersan, 2016 ; Cheesman, 2018.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search