Version classiqueVersion mobile

Birmanie (Myanmar) 2010-2017 : un pays en transition ?

 | 
Aurore Candier

Note sur la transcription du birman

Texte intégral

  • 1 Bernot, 2003, p. 7-8.

1Dans cet ouvrage destiné à un public francophone, on a choisi d’utiliser une transcription du birman adaptée à la prononciation du français. Elle a été développée et simplifiée par Denise Bernot dans son recueil de nouvelles birmanes Le Rire de la terre1. Pour désigner le pays et ses villes principales, on se réfère soit à la « Birmanie » et à la ville de «Rangoun», suivant l’usage français, soit au « Myanmar » et à la ville de «Yangon», suivant l’usage birman. Les autres noms de lieux suivent généralement la transcription actuellement en vigueur au Myanmar (ex. Ayeyarwady au lieu d’Irrawaddy) et qui apparaît dans les cartes figurant en annexe de cet ouvrage. Les noms de personnes suivent aussi l’usage anglophone (ex. la conseillère Aung San Suu Kyi) et sont parfois précédés d’un terme d’adresse évoquant les liens de parenté : « U » pour oncle, l’équivalent de «Monsieur» en français, et « Daw » pour « tante », l’équivalent de «Madame». Les termes ethnolinguistiques ne sont ni accordés, ni écrits en italiques (les Môn, les Arakanais…), et ceux absents des dictionnaires français suivent l’usage anglophone (les chefs shan, l’État kachin, la langue jingphaw, les Chettyar…).

2Cet ouvrage étant destiné à un large public, seules les transcriptions des mots birmans apparaissent dans le corps du texte. Cependant, les lecteurs intéressés par leur graphie birmane peuvent se reporter à la version «réalité augmentée» du glossaire situé en annexe, qui rassemble la plupart des expressions birmanes du livre ainsi que leurs définitions.

Notes

1 Bernot, 2003, p. 7-8.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search