Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduction et migration

 | 
Arnold Castelain

La rencontre

L’éthique de l’interprète en milieu social : neutralité et engagement

The ethics of the public service interpreter: neutrality and commitment

L’etica dell’interprete nel contesto sociale : la neutralità e l’impegno

Marta Spranzi

Résumé

Cet article traite du rôle et du positionnement éthique de l’interprète en milieu social. Il distingue trois modèles possibles de la fonction de l’interprète dans ces contextes : celui de porte-parole de l’usager, de médiateur et du tiers neutre. Ce dernier est le plus adéquat à construire et préserver la confiance avec les deux interlocuteurs. Il comporte la nécessité pour l’interprète d’adopter une attitude à la fois impartiale et neutre. La différence entre les deux notions est importante et peut être éclaircie par le biais de discussions de philosophie politique : l’impartialité correspond à une attitude d’indépendance vis-à-vis de ses propres engagements idéologiques ou politiques, alors que la neutralité traduit l’égale distance de l’interprète vis-à-vis des deux personnes qui communiquent entre elles. Ces deux attitudes éthiques essentielles entrainent des tensions et des dilemmes auxquels l’interprète doit faire face dans l’exercice de son travail.

This article discusses the ethical positioning, attitude and role of community interpreters. Three models are presented—advocate, mediator and neutral third party. Only the latter model manages to preserve the trust of both interlocutors—the professional and the client. The interpreter’s ethical code stresses his impartiality and neutrality. These two notions, though they are often associated, are different. The way that they are discussed in the context of political philosophy clearly shows this. Impartiality refers to the interpreter’s independence with respect to her own personal commitments and ideological positions, while neutrality refers to the equal distance the interpreter has to assume with respect to each of the two interlocutors: she does not have to lean on one side or the other. However, these two essential ethical principles raise a number of tensions and dilemmas the interpreter has to deal with when performing her role.

Questo articolo tratta della posizione etica et del ruolo dell’interprete sociale. Tre modelli sono discussi: quello dell’avvocato, del mediatore e del terzo neutro. Solo il terzo modello permette di mantenere la fiducia dei due interlocutori. Il codice etico dell’interprete comporta i due principi dell’imparzialità e della neutralità. La prima significa che l’interprete deve prendere le distanze delle sue proprie opinioni e posizioni ideologiche, mentre la seconda indica che l’interprete deve essere a uguale distanza da ciascuno dei due interlocutori. Questi principi etici sono essenziali ma comportano delle tensioni e dei dilemmi che rendono complesso il lavoro dell’interprete sociale.

Texte intégral

  • 1 CNDA : Cour nationale du droit d’asile.
  • 2 Voir la brochure de la Cour nationale du droit d’asile. CNDA, 2008, p. 4‑5.

1L’interprète en milieu social assure une fonction paradoxale. Dans une brochure éditée par la CNDA1 à l’attention des interprètes, qui servira d’appui à la réflexion, l’ancien président de la CNDA, François Bernard décrit ce qu’il appelle la « fascinante position de l’interprète ». D’une part il doit « passer inaperçu » dans la mesure où il est censé être un « simple vecteur d’information, sans véritable production intellectuelle ». Et pourtant, ajoute-t-il, « sans son truchement on ne pourrait véritablement parler de procédure équitable2. » Cette description succincte du travail et de la fonction de l’interprète renvoie non seulement à sa spécificité mais également à sa redoutable complexité voire à une véritable contradiction performative : rester invisible et en même temps jouer le rôle éthique le plus haut qui soit, c’est-à-dire servir l’idéal de justice aussi bien au sens légal du terme, qu’au sens éthique. En effet, non seulement l’interprète peut servir d’instrument essentiel dans le cadre d’une procédure judiciaire ou administrative, y compris pour l’examen des demandes d’asile, mais il sert également la justice dans un sens moins procédural : par son action il permet à la voix de personnes en situation précaire de se faire entendre et pouvoir faire valoir leurs droits.

La complexité du travail de l’interprète en milieu social

  • 3 C’est la devise d’ISM Interprétariat, la plus grande association d’interprétariat en milieu social (...)

2Comment donc caractériser de façon plus précise le rôle de l’interprète et les moyens qui lui permettront d’assurer sa fonction ? L’interprète en milieu social a des visages multiples : il est « expert linguistique » mais également « expert en communication », ce qui n’est pas la même chose. En tant qu’expert linguistique, il traduit avec précision ce qui est dit par les uns et par les autres et il donne des éclairages sur le sens exact des mots utilisés dans l’échange. En tant qu’expert en communication, il sait se positionner entre les interlocuteurs principaux, saisir les nuances de la communication verbale et non verbale et utiliser tous les ressorts du ton de la voix et de la cadence du discours. Mais l’interprète en milieu social assure d’autres fonctions encore. Dans le « dialogue à trois3 » duquel il est partie prenante, l’interprète fluidifie la conversation et il « incarne le lien ». Pour ce faire, il utilise plus que le langage, et il prête son corps, son regard, sa voix aux locuteurs principaux. Dans ce sens on peut affirmer, en utilisant les mots poétiques d’un interprète africain, qu’il « prête sa flûte pour laisser vibrer l’âme de l’autre ».

  • 4 Ibid., p. 2

3Les dimensions linguistique, communicationnelle et relationnelle du travail de l’interprète sont compliquées par le décalage important qui existe dans ces domaines sensibles entre les deux interlocuteurs. Contrairement à ce qui se passe dans l’interprétariat de liaison standard, les deux interlocuteurs ne sont pas dans une posture symétrique quant à leur pouvoir d’action et au retentissement que la rencontre et la décision vont avoir sur leur propre vie. L’interprète en milieu social intervient entre une personne qui demande une information, un service, voire un statut ou l’accès à un droit, et une autre qui le lui octroie, et doit donc décider si le demandeur remplit les conditions nécessaires. Cette inégalité de rôles est accentuée par des inégalités sociales souvent criantes, qui heurtent le sens commun de la justice, et par le caractère souvent douloureux de l’expérience du demandeur qu’il soit migrant, étranger ou simplement non locuteur de la langue requise pour l’interaction. L’incommunicabilité linguistique n’est donc que la dimension la plus visible d’une inégalité de statut et de condition sociale fondamentale : « Les demandeurs d’asile, affirme l’ancien président de la CNDA, François Bernard, ne sont pas des requérants comme les autres : souvent blessés par la vie, toujours en position de faiblesse, leur contact impose tact, compréhension et respect4. » Les mêmes considérations sont valables pour des patients, ou pour les usagers d’un service social, même si le contexte d’intervention de l’interprète est ici moins formel.

  • 5 Honneth, 2000.

4En travaillant dans différents contextes sociaux (médical, social et juridique), l’interprète « sert donc la justice », lit-on dans le texte de la CNDA. La justice peut s’entendre au sens étroit et procédural du terme ou bien dans un sens plus substantiel. Selon la première acception de justice, l’interprète contribue à ce qu’une décision qui doit être prise dans un cadre réglementaire particulier soit rendue avec justesse : chacun doit avoir son dû en étant au plus près des faits, en accord avec les règles, et en respectant un principe d’équité par rapport aux autres. Mais plus largement, du seul fait qu’il intervienne, l’interprète œuvre indirectement pour la justice au sens large et substantiel du terme : il contribue à l’effort de la société pour accueillir, soutenir, et intégrer les personnes migrantes et/ou étrangères et précaires. En d’autres termes, il permet à la société de s’acquitter d’un de ses devoirs fondamentaux, connu sous le terme de « reconnaissance5 ». Le contraste entre la hauteur du rôle ultime de l’interprète et sa tâche quotidienne minutieuse et aveugle pour ainsi dire, est grand. Et pourtant c’est précisément par les aspects les plus techniques de la langue et de la communication que commence le long parcours de redressement de l’injustice. Dans la mesure où le jugement et les mesures prises dépendent de la compréhension réciproque du représentant de l’institution et du requérant, les enjeux de la traduction dans ces contextes sont énormes : non seulement le destin de personnes singulières, mais comme le dit encore le texte de la CNDA, « l’ordre et la sécurité de la collectivité sociale toute entière », rien de moins !

L’interprète : “advocate” ou médiateur ?

5Les deux objectifs de justice procédurale et substantielle que poursuit l’interprète dans son travail quotidien, toutefois, sont dans un équilibre instable, voire antinomiques eu égard au positionnement de l’interprète en tant que tiers. La justice procédurale peut empiéter sur la justice au sens plus noble du terme : poursuivre un idéal d’équité, œuvrer pour l’accès aux droits fondamentaux pour tous. Que faire par exemple si un médecin demande à l’interprète de traduire une information que celui-ci sait par ailleurs être fausse (pour avoir par exemple assisté à une conversation entre deux autres médecins) ? On pourrait penser que son travail de traducteur entre en contradiction avec la défense des droits des patients : en se limitant à traduire « avec justesse », il se ferait le vecteur d’une injustice. On pourrait imaginer que l’interprète, estimant le patient lésé dans un de ses droits fondamentaux, lui communique ce qu’il a entendu par ailleurs, de façon à susciter un nouvel entretien explicatif avec le médecin. Aux États‑Unis, par exemple l’interprète peut exceptionnellement et après une « analyse attentive et approfondie de la situation », agir en tant que advocate, défenseur, porte-parole, du patient :

  • 6 NCIHC, 2004.

Quand la santé, le bien-être ou la dignité du patient sont menacés, l’interprète peut être justifié à agir en tant que porte-parole (advocate). Son intervention peut être alors comprise comme une action dont l’intention est de favoriser des résultats positifs en termes de santé et dépasse la fonction de faciliter la communication6.

6Mais si l’interprète se fait le représentant, le porte-parole du demandeur en visant directement le rétablissement de la justice et en se substituant ainsi au professionnel, il met en péril son rôle de tiers dans la relation et perd la confiance de l’un ou de l’autre interlocuteur selon celui dont il prend le parti. D’instrument de la justice procédurale, il devient justicier.

  • 7 Pöchhacker, 2008.

7Afin de servir la justice, l’interprète pourrait adopter une deuxième stratégie, moins intrusive en apparence, et agir en tant que « médiateur7 », en œuvrant pour que les deux interlocuteurs trouvent un terrain commun, une juste solution, dans le sens d’une solution mutuellement acceptable. La tentation peut être grande de ne pas se limiter à assurer la communication mais également d’essayer de faire aboutir le projet visé par l’interlocuteur qui se trouve dans une position de faiblesse due à son statut de demandeur. Dans le cas évoqué, on pourrait imaginer par exemple que l’interprète demande au médecin, avec toutes les précautions du cas et en dehors de l’entretien, ce qu’il veut vraiment dire au patient et pourquoi, en mettant en évidence le fait que le patient attend, et mérite, une information loyale. Le médecin pourrait donc changer d’attitude ou bien s’expliquer avec l’interprète et trouver une autre formulation qui s’adapterait aux attentes du patient, telles du moins que l’interprète les a comprises. Toutefois, en adoptant ce rôle de « médiateur interprète », l’interprète perd sa spécificité qui est celle d’agir au travers du langage pour garantir la compréhension mutuelle, et non pour suggérer directement une solution qui répondrait au mieux aux enjeux de l’entretien.

8Ces deux positionnements, celui de porte-parole et celui de médiateur, sont d’ailleurs explicitement proscrits dans plusieurs codes de déontologie de l’interprète en milieu social dans le monde, au motif qu’ils porteraient atteinte à l’« intégrité professionnelle » de l’interprète. Dans le code canadien on lit par exemple :

  • 8 Canada interpreters’ code of ethics (http://multi-languages.com/interpretations-shtml/interpreters_ (...)

L’interprète ne se fera jamais le représentant d’une des parties prenantes à la conversation, n’engagera pas de discussion, ne donnera pas de conseil, ou n’exprimera d’opinion personnelle en relation au sujet de la rencontre, ne filtrera pas la communication, n’agira pas en tant que médiateur, ou ne réagira aux propos des différentes parties8.

Les principes déontologiques d’impartialité et de neutralité de l’interprète

  • 9 Goguikian Ratcliff & Suardi, 2006.

9Dans le contexte français et de façon majoritaire en Europe, la fonction d’interprète est clairement distinguée de celles de médiateur et de porte-parole. Ce sont les rôles d’expert linguistique et d’expert en communication qui sont privilégiés pour définir et orienter le travail de l’interprète en milieu social, même si les interprètes sont souvent conscients de servir indirectement de médiateurs, et plus précisément de « médiateurs culturels9 ». Ce choix est inscrit dans différents codes de déontologie dans lesquels l’impartialité et la neutralité de l’interprète – un positionnement qui est clairement incompatible avec les rôles de médiateur et de porte-parole de l’usager – figurent au premier plan.

  • 10 Voir le code éthique de l’interprète de la CNDA (http://www.cnda.fr/Demarches-et-procedures/L-inter (...)

10ISM Interprétariat, comme tant d’autres, a adopté la neutralité et l’impartialité comme principes déontologiques fondamentaux, avec la « justesse de la traduction », la ponctualité et le secret professionnel10. Dans le guide de l’interprète édité par ISM Interprétariat, il est indiqué que la neutralité signifie être impartial et objectif : restituer le passage dans son entièreté, y compris ses incohérences, tout en s’adaptant aux circonstances particulières de l’entretien.

11Pour que l’interprète puisse jouer pleinement son rôle de tiers, de vecteur essentiel du message transmis et de garant de la relation, il doit rester pour ainsi dire invisible. Le code déontologique de l’interprète à la CNDA réaffirme ce positionnement de l’interprète comme un devoir fondamental :

  • 11 CNDA, 2008, p. 18.

Dans tous les cas, l’interprète, en raison de sa mission d’auxiliaire de justice, se doit d’être impartial. Il doit conserver dans son attitude et encore plus dans le fond, la neutralité, l’impartialité qui sont des obligations juridiques et qui, en plus de la compétence technique, assurent la justesse, la fiabilité des débats11.

12Ce texte soulève deux questions fondamentales. La première question concerne la signification précise de ces deux termes, neutralité et impartialité : sont-ils synonymes ? Et s’ils ne le sont pas, comment peut-on les caractériser ? Et quel est l’impact respectif de ces deux principes déontologiques sur le positionnement de l’interprète et sur l’issue de l’échange qu’il assure ? La deuxième question concerne la portée éthique de ces deux principes déontologiques essentiels. Pourquoi sont-ils si importants ? Et quel positionnement éthique exigent-ils de l’interprète ? Cette deuxième interrogation est d’autant plus importante que d’autres modèles d’interprétariat, tels que la médiation et la représentation, ne les supposent pas. Voyons comment il est possible de répondre à ces deux questions en reprenant en partie les expressions utilisées par différents codes de déontologie eux-mêmes, et en faisant référence à la caractérisation de ces deux termes dans le débat philosophique.

  • 12 Williams, 1981.

13Les deux principes déontologiques de l’impartialité et de la neutralité, souvent considérés comme synonymes, sont en réalité bien distincts. Il sera plus facile de saisir la différence entre « impartialité » et « neutralité » si l’on se réfère à la signification que ces deux concepts recouvrent dans le champ de la philosophie morale et politique. La notion d’impartialité sert à décrire une attitude vis-à-vis des autres qui consiste à faire abstraction de ses propres attachements personnels, et à s’intéresser de façon équitable à tous. En effet, la légitimité de l’attitude toute naturelle qui consiste à privilégier dans ses propres actions les personnes avec lesquelles nous partageons une histoire, des affects et une culture, est controversée. Alors que certains philosophes y voient la reconnaissance d’une composante importante de notre humanité, et à ce titre valorisent une certaine « partialité12 ». D’autres au contraire la considèrent comme un obstacle à la prise en compte du bien-être collectif :

  • 13 Nagel, 1999, p. 2.

En chacun de nous, le point de vue impersonnel engendre une grande exigence d’impartialité et d’égalité universelles, tandis que le point de vue personnel fait surgir des motifs et des exigences individualistes qui font obstacle à la poursuite et à la réalisation de tels idéaux13.

14Une attitude impersonnelle d’impartialité nécessite donc un effort d’abstraction par rapport à ses propres engagements et affects, ce qui revient à adopter un positionnement « à la troisième personne », celui qui serait propre à un observateur extérieur de la vie morale.

  • 14 Cité dans Sen, 2009, p. 165.

15En ce qui concerne le code éthique de l’interprète, l’impartialité peut être définie comme une forme d’indépendance ; dans le texte de la CNDA elle comporte l’obligation suivante : « [L’interprète] doit procéder en faisant abstraction de toute opinion subjective, de ses goûts, de ses relations avec les tiers […] ne cédant à aucune pression » (ibid., p. 10). Un corollaire est que l’interprète doit se garder non seulement d’accepter des rémunérations indues, mais surtout, qu’il ne doit pas se laisser affecter par des solidarités politiques, religieuses, ethniques, qui viendraient d’attaches fortes avec sa communauté d’origine. En d’autres termes, l’interprète doit faire abstraction de ses convictions profondes et ses attachements naturels, en adoptant ce que les philosophes appellent « une vision de nulle part », ou une perspective impersonnelle qui ne dépend pas de ses propres engagements en tant qu’agent individuel. Adam Smith, philosophe des Lumières décrit quant à lui une conception de l’impartialité qu’Amartya Sen, qui la reprend à son compte, qualifie d’« ouverte ». En mettant en avant la capacité qu’a chacun de se détacher de sa propre « position naturelle », en s’efforçant de voir ses propres « sentiments et motifs » « comme s’ils étaient à une certaine distance de nous-mêmes […] ou comme si les autres les observeraient14. » Cette conception de l’impartialité a une connexion directe avec la problématique de l’interprète. En effet, l’objectivité recherchée dans la traduction est la conséquence d’une attitude déontologique d’impartialité, et se traduit par une exigence d’intersubjectivité : un interprète doit traduire comme s’il était un autre, n’importe qui d’autre.

  • 15 Pour les enjeux de ce débat voir le recueil d’articles édité par MerrillWeinstock (eds.), 2014.

16La neutralité quant à elle, a été théorisée dans le domaine philosophique pour aborder une problématique différente : quel est le rôle d’une administration ou d’un État ? Promouvoir une certaine vision du bien ou des valeurs positives, ou bien permettre à toutes les visions du bien quelles qu’elles soient de s’exprimer ? En d’autres termes, une figure d’autorité doit-elle faire abstraction, non de ses attachements personnels, mais d’un idéal qu’elle pense souhaitable de voir réaliser ? Les opinions divergent : ceux qu’on appelle des « perfectionnistes » en éthique considèrent qu’il relève du devoir de chaque personne qui se trouve être dans une position d’arbitre au sein de nos sociétés libérales de soutenir des valeurs positives, et de favoriser les initiatives qui contribuent à les promouvoir : la tolérance, la liberté, etc. D’autres sont partisans d’octroyer aux décideurs un rôle plus modeste et défendent une forme de libéralisme plus formel : le rôle des autorités, des tiers, est de permettre à différentes visions du bien de s’exprimer sans empiéter sur les autres, en gardant une attitude d’égale distance par rapport aux différentes expressions et réalisations concrètes du bien15.

  • 16 Paperman, 2001, p. 347.

17C’est ce deuxième positionnement qui est retenu dans le code de déontologie de l’interprète en milieu social : le tiers qu’il représente dans l’interaction doit se tenir à distance de tout engagement en vue de la réalisation d’un bien qui lui tiendrait à cœur. Son rôle n’est pas de faire en sorte que le requérant obtienne son statut (ou ne l’obtienne pas, selon les conceptions du bien de chacun), mais de permettre que son dossier soit examiné de façon équitable. En ce qui concerne le positionnement éthique de l’interprète, une attitude de neutralité diffère d’une attitude d’impartialité et comporte un autre type d’exercice sur soi-même. Il ne s’agit pas de s’abstenir de privilégier dans son intervention la position de ceux auxquels l’interprète est davantage lié, ou de s’abstenir de promouvoir des idéaux personnels auxquels il pourrait s’identifier – en d’autres termes d’éviter de se laisser influencer par ses propres positions ou engagements – mais d’adopter une attitude de détachement émotionnel par rapport à la situation elle-même, et aux différents interlocuteurs qui y sont impliqués. L’interprète doit se situer idéalement à égale distance entre eux. Le texte de la CNDA déjà cité parle d’« un certain détachement », « une certaine modération qui a quelque chose de distant » (p. 11). Cela nécessite une « maîtrise de soi durement acquise ». Il doit respecter l’autre, tous les autres, et le mettre à l’abri « de ses propres sentiments, de ses jugements personnels de ses propres projections plus ou moins conscientes » (ibid.). Toutefois, la neutralité n’est pas l’indifférence et l’absence d’intérêt pour les problèmes en jeu. Au contraire, « la neutralité repose sur la reconnaissance du problème ou de la question, tout en revendiquant la possibilité de ne pas opter pour l’un des termes au détriment de l’autre16. »

18Pour résumer, alors que l’impartialité enjoint à l’interprète de s’abstenir de défendre une position particulière du bien dans le cadre de ses fonctions – notamment à cause de ses propres opinions, affinités ou engagements –, la neutralité lui impose de faire preuve de retenue par rapport à ce qui se passe dans l’entretien lui-même et garder une distance égale, en matière d’identification émotionnelle et par rapport aux opinions exprimées, entre les deux interlocuteurs, le professionnel qui l’emploie et l’usager qui souhaite avoir accès à un service. Comme je l’ai dit, adopter une attitude à la fois d’impartialité et de neutralité nécessite un double effort sur soi-même : ne pas s’identifier à l’un ou l’autre interlocuteur, notamment à cause d’allégeances ethniques, culturelles et historiques, et ne pas orienter implicitement, ou même inconsciemment, l’entretien de façon à faire prévaloir ce que l’interprète considère comme étant une « bonne » issue. Ces attitudes déontologiques sont mises en œuvre par le biais du langage utilisé.

19Le texte de la CNDA nous donne des indications précises quant aux raisons pour lesquelles les deux principes déontologiques de l’impartialité et la neutralité sont essentiels pour que l’interprète puisse réaliser pleinement sa mission. En effet, dans le livret de la CNDA on retrouve les termes « impartialité » et « neutralité » en lien avec des obligations d’ordre linguistique. L’interprète ne doit « rien ajouter ni retrancher, ne jamais combler une lacune ou omettre une nuance, renoncer à adoucir un propos ou à durcir une question, rester toujours neutre, s’effacer derrière la personnalité du locuteur, demeurer impersonnel. » Les deux attitudes déontologiques de l’impartialité et de la neutralité ne sont pas justifiées directement par rapport au respect, ou la promotion du bien-être, des parties en cause, mais par rapport à l’utilisation de l’outil linguistique lui-même : de l’avis du directeur de la CNDA, elles permettent à la fois la « justesse » de la traduction et sa « fiabilité ». L’interprète retrouve ainsi son rôle premier de passeur du message linguistique : il est loyal non envers des personnes ou des idéaux, mais « envers la parole traduite » (ibid., p. 2).

20La « justesse » de la traduction renvoie au fait que le message est retransmis dans son entièreté, avec toutes les nuances et les hésitations, voire les inférences indirectes qu’il comporte : le langage utilisé est au plus près non seulement des termes utilisés par le locuteur mais également de ses intentions et sous-entendus. Mais la justesse n’est pas un but en soi ; c’est la « fiabilité » du message rendu qui exprime au mieux la raison d’être des deux principes déontologiques de la neutralité et l’impartialité. Outre que « juste », la traduction doit être « fiable », c’est-à-dire digne de foi. Étant incapable de comprendre directement l’interlocuteur, le professionnel doit pouvoir faire confiance à l’interprète que le sens qu’il donne au message est effectivement celui que le locuteur voulait transmettre. C’est grâce à la fiabilité de l’interprète que les différentes parties peuvent s’appuyer sur ce qui est dit comme si elles l’avaient entendu et compris directement. À leur tour, ces deux caractéristiques de la traduction fournie par l’interprète, la justesse et la fiabilité, sont essentielles pour assurer une communication la plus pure possible entre les parties concernées et incarner, cimenter, leur lien, comme si celui-ci n’avait pas eu besoin de l’entremise de l’interprète.

La complexité de la neutralité et de l’impartialité

21Le troisième modèle du rôle de l’interprète, celui de la neutralité et de l’impartialité, diffère donc de ceux du porte-parole et du médiateur. Non seulement il nous apparaît comme répondant mieux aux objectifs de l’interprétariat en milieu social, mais il se présente également comme évident, simple, facile. L’effacement relatif de l’interprète que promeuvent les principes déontologiques de l’impartialité et de la neutralité renvoie à une analogie entre l’interprète et une machine, ce qui renforce la simplicité apparente du métier. Comme le disait mon fils encore petit qui essayait de se faire une idée du métier de sa mère : « C’est simple, le médecin parle français et toi tu dis la même chose en italien… » Il était très déçu du fait que le métier d’interprète soit bien plus simple et banal que celui qu’il s’était imaginé que sa mère pourrait exercer !

22Or, derrière l’apparente simplicité de ces deux principes déontologiques se cachent des difficultés redoutables, voire des injonctions contradictoires. La première tension concerne la traduction elle-même : traduire avec précision « sans ajouts ni omissions », disent les textes. Mais l’interprète doit assurer la compréhension non seulement de la lettre mais également de l’esprit de ce qui est dit. Pour cela non seulement il peut, mais il doit saisir, interpréter, et rendre dans sa traduction, les hésitations, les nuances, parfois même le ton de la voix des deux locuteurs. Un ton de voix authentiquement douloureux est parfois plus significatif du parcours difficile d’un requérant que les mots utilisés et le récit lui-même. Afin de garantir une bonne traduction, l’interprète peut, et doit, parfois s’interrompre pour donner des explications qu’il juge essentielles à la compréhension de ce qui est dit : l’interprète doit souvent « forcer un vocabulaire qui se dérobe » lit-on dans le texte de la CNDA, ou encore « apporter des éclaircissements qui rendront le dialogue judiciaire cohérent » (ibid., p. 16). Des choix sont donc parfois nécessaires. Ils dépendront du contexte de l’intervention et de la situation, mais du contexte tel que l’interprète pourra le reconstituer, ce qui comporte inévitablement une part d’intuition et de subjectivité. Un exemple permettra de rendre plus saillante cette difficulté. Une maladie « très grave » dans un langage médical signifie que la possibilité du décès existe. Mais ce n’est pas forcément ce que le patient comprend par ce terme, pourtant bien traduit par l’interprète lors de l’annonce d’une maladie « grave ». Plus grave encore, si l’interprète par exemple s’aperçoit que le patient n’a pas compris cette nuance essentielle, que doit-il faire ? S’il s’interrompt pour expliciter ce détail, il s’engage personnellement et il influence nécessairement l’issue de l’entretien. S’il ne le fait pas, il renonce à transmettre le message dans son entièreté, mais ce non-choix influencera également l’issue de l’entretien. Le choix entre ces deux options, toutes deux « adéquates » est donc inévitable.

23La deuxième tension concerne l’implication émotionnelle de l’interprète. Comme il a été montré, la neutralité est pour l’interprète à la fois un instrument de travail, un principe déontologie et un outil de protection vis-à-vis du caractère souvent douloureux de la situation. Pour se placer à égale distance entre les deux interlocuteurs, l’interprète doit rester « impassible », alors que ce n’est que par le biais de l’empathie et d’une projection dans le ressenti intime de l’autre, qu’il pourra saisir la subtilité de ce qui est dit. Il en va de même pour les éclaircissements culturels que l’interprète est parfois amené à fournir à la demande du professionnel : ils sont souvent rendus possibles par une connaissance vécue et fine des contextes de vie qu’il partage, ou a partagés, avec l’usager. L’identification avec le locuteur est à la fois un instrument de travail et un obstacle à la neutralité. L’utilisation de la première personne pour traduire des propos douloureux est un exemple éclairant de ce dilemme : rendre la souffrance de la personne parfaitement évidente, et sortir ainsi d’une certaine neutralité, ou bien rester impassible et trahir le message véhiculé par la traduction.

24La troisième tension, plus rare, est plus aigüe encore. Il arrive régulièrement que l’interprète doive faire un choix de traduction ou d’intervention qui dépendra de son évaluation, aussi sommaire et faillible soit-elle, de ce qui serait le bien pour le demandeur, et ce dans des situations critiques où les enjeux pour celui-ci sont décisifs. Un exemple servira à rendre flagrante cette difficulté et ce qu’elle implique quant au positionnement éthique de l’interprète. Un interprète en italien est appelé dans un service d’Aide sociale à l’enfance. On lui présente une jeune femme qui déclare être mineure et italienne. Il s’agit d’en savoir plus sur son histoire afin de mieux identifier ses besoins et projets, et pouvoir ainsi l’aider à trouver une issue favorable à sa situation. Au cours de l’entretien, l’interprète s’aperçoit que cette jeune femme n’est pas de langue maternelle italienne. Elle parle la langue avec un fort accent qu’il identifie comme un accent albanais. Et il sait par ailleurs que les jeunes filles albanaises sont susceptibles d’être exploitées dans des réseaux de prostitution. Par ailleurs les réponses de la jeune femme aux questions de l’assistante sociale qui la prend en charge sont figées, comme si elle racontait une histoire fabriquée. Le professionnel, pour sa part, ne s’aperçoit pas de ce décalage possible entre l’identité affichée et la réalité, en particulier parce qu’elle ne parle pas la langue de la personne qu’elle est censée aider. Que fait l’interprète ? S’il se limite à traduire, l’entretien ne sera vraisemblablement pas concluant pour le professionnel, et, on peut penser que la jeune fille ne sera pas prise en charge de façon adaptée. Si cependant, il intervient en disant qu’elle ne parle pas l’italien comme sa langue maternelle, et qu’elle a un accent albanais, même sans avoir été sollicité à le faire, il va changer le cours de l’entretien d’une façon substantielle en enclenchant une série de réactions et de conséquences inattendues et imprévisibles. La jeune fille sera peut-être mieux prise en charge, mais qu’en sait-on ? Son bien réside-t-il dans le fait que son histoire soit connue, ou bien au contraire qu’elle puisse s’installer en France en tant qu’Italienne ? Bien sûr ce n’est pas à l’interprète d’en décider mais le fait est qu’en étant obligé de choisir une option de communication – dire ou ne pas dire ses soupçons –, il ne peut que se référer à ce qu’il pense du bien-être de la jeune femme, une supposition qui reste bien hypothétique par ailleurs.

25L’interprète doit trouver un équilibre difficile entre un positionnement déontologique de neutralité et d’impartialité d’un côté et une intervention efficace de l’autre. Surtout il ne peut pas se limiter à appliquer les règles déontologiques ; il doit également faire un choix éthique en évaluant tous les éléments du contexte dans lequel il intervient. Le code de déontologie, et plus précisément les principes déontologiques de neutralité et d’impartialité sont bien nécessaires mais ils ne suffisent pas. Ces règles définissent les devoirs liés à une fonction professionnelle particulière, assurent la cohésion de la profession et offrent des garanties aux employeurs. Mais comme toute règle générale, ces principes sont impuissants pour répondre aux dilemmes que posent parfois des situations particulières. L’interprète a besoin de ce qu’Aristote dans l’Éthique à Nicomaque appelle la « sagesse pratique » qui consiste à saisir l’opportunité qui se situe dans l’écart entre la règle générale, le contexte particulier et la fin idéale. En d’autres termes, la déontologie a besoin d’une réflexion éthique toujours renouvelée.

  • 17 Nagel, 1983, p. 166.

26À la différence de la déontologie, l’éthique ne nous fournit pas « une procédure de décision, mais constitue une ressource essentielle pour prendre une décision17. » Autrement dit, aucune règle ne peut relever l’interprète de sa responsabilité face aux décisions – de traduction, d’explication, ou d’intervention – qu’il peut être amené à prendre pendant l’entretien. Par conséquent, dans la mesure où il est parfois obligé de faire un pari difficile sur ce qui serait le bien et le juste dans une situation donnée, il doit développer une sensibilité particulière aux caractéristiques éthiquement saillantes des circonstances et des contextes de chaque intervention, ainsi qu’une aptitude au jugement et à la réflexion éthique. Comme l’écrit Aristote le jugement moral ne se confond ni avec un « coup d’œil », ni avec un calcul, et s’améliore avec le temps et l’expérience ; il n’est pas le résultat d’un apprentissage formel, mais d’un « travail » quotidien mêlant rationalité, expérience et sentiments.

27Je terminerai en évoquant une analogie entre le travail de la traduction et le « travail » de l’éthique. Tout comme l’interprète pour trouver le mot juste doit parfois « traduire l’intraduisible » (CNDA, p. 2), il doit également savoir « penser l’impensable » pour décider quelle action langagière il convient d’entreprendre pour mener à bien l’entretien sans porter atteinte aux principes déontologiques fondamentaux d’impartialité et de neutralité.

Notes

1 CNDA : Cour nationale du droit d’asile.

2 Voir la brochure de la Cour nationale du droit d’asile. CNDA, 2008, p. 4‑5.

3 C’est la devise d’ISM Interprétariat, la plus grande association d’interprétariat en milieu social française (http://www.ism-interpretariat.fr/).

4 Ibid., p. 2

5 Honneth, 2000.

6 NCIHC, 2004.

7 Pöchhacker, 2008.

8 Canada interpreters’ code of ethics (http://multi-languages.com/interpretations-shtml/interpreters_ethics-shtml/).

9 Goguikian Ratcliff & Suardi, 2006.

10 Voir le code éthique de l’interprète de la CNDA (http://www.cnda.fr/Demarches-et-procedures/L-interpretariat).

11 CNDA, 2008, p. 18.

12 Williams, 1981.

13 Nagel, 1999, p. 2.

14 Cité dans Sen, 2009, p. 165.

15 Pour les enjeux de ce débat voir le recueil d’articles édité par MerrillWeinstock (eds.), 2014.

16 Paperman, 2001, p. 347.

17 Nagel, 1983, p. 166.

Auteur