Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduction et migration

 | 
Arnold Castelain

La rencontre

Enjeux de langues et conjonctures en situation migratoire

Observations préliminaires de l’ANR Liminal

Stakes of languages and conjunctures in migratory situation Preliminary observations of the ANR Liminal

د مهاجرینو په محیط کی د ژبی او ترجمی ستونزی او خنډونه: د(NRA LIMINAL) څیړنیزي اداری مقدماتي مشاهدات

Alexandra Galitzine‑Loumpet et Marie‑Caroline Saglio‑Yatzimirsky

Résumé

Partant du postulat qu’une éthique de la traduction est également une éthique des situations dans lesquelles elle s’exerce, cette contribution entend, dans une perspective anthropologique, restituer à partir de quelques exemples le jeu induit par les dispositifs dans lesquels les faits de traduction et d’interactions se déploient. Trois conjonctures sont ainsi évoquées, à Paris, Norrent-Fontes et lors d’une distribution à Calais. Elles soulignent les enjeux de langue, de traduction et de statut des interlocuteurs (directs ou tiers silencieux) et les recompositions de chacun des acteurs, tous pris dans des situations de traduction même si le statut d’interprètes, formel ou informel, n’est porté que par certains. Ces exemples signalent également une crise du contexte de la traduction, placé sous différentes formes de contrôle qui déconstruisent la neutralité présumée des énonciateurs et du traducteur / du traduisant et partant, l’efficacité de la traduction. Dans cette perspective, la « crise migratoire » apparait non seulement comme une crise de l’accueil, mais comme une crise des politiques de traduction.

Starting with the idea that ethics of translation, are also ethics of the situations in which the translation is exercised, this contribution intends to provide an anthropological perspective on a few examples of the effect induced by the situa-tions in which translation and interactions are carried out. Three events, set in Paris, Norrent-Fontes and during a distribution in Calais will be discussed. They underline the stakes of language, translation and statuses of the interlocutors (direct or silent third person) and the reordering of each actor, all caught up in a translation situation even if the status of the interpreter, formal or informal, is carried only by a few. These examples show a crisis of the context of translations, exercised under different forms of control, that deconstructs the presumed neutrality of the speakers and that of the translator / laymen translator, and thereafter the effectiveness of the translation. In this perspective, the “migratory crisis” not only appears as a crisis within the welcoming policies, but also as a crisis of politics of translation.

د ترجمی له اخلاقو او اساساتو نه یو شرط دا هم ده چی د ژباړني ځانګړی حالات او محیط هم باید په نظر کی ونیول شي. پدی هکله د انسان پیژندی (انتروپولژی) د علم په رڼا کی د ترجمی کولو او د انسانانو په مینڅ کی د تفاعلاتو وضعیت څیړل شوي او مشاهده شوی. پدی څیړنه کی دری ځانګړی ځایونو ته کتنه شوی چی هغه عبارت دی له پاریس، نورنت فونتس ښارګوتی او په کالاس کی د تقسیم او توضیع په درشل کی. دغه څیړنی او مشاهدات دژبي ، ترجمی او د محاورینو د(مستقیم تماس او یا د خاموشی په حالت کی) ستونزی او مسایل راپه ګوته کوی. او همدارنګه د ترجمی کولو په حلاتو کی د ټولو ذی دخلو اطرافو تشکیل او وضعیت ته په کي کتنه شوی سره له دی چی د ترجمانانو رسمی او غیر رسمی حیثیت صرف د ځینو کسانو له لوری مشخص شوی وو. دغه څیړنیز مثالونه همدارنګه د مهاجرینو په محیط کی د ترجمانی ستونزی او بحران په نښه کوی، او په عین وخت کی د ژباړنی هغه مختلف ډولونه د کنټرول کوم چی دژباړونکي او ژباړني افتراضی بی طرفی تفکیک اوعلنی کوی او همدارنګه د ژباړنی موثریت څرګندوی. پدی اساس ویلای شو چی د Çمهاجرت بحرانÈ نه یوازی دا چی د هغوي د استقبال او ځای په ځای کولو بحران دی بلکه د ژباړنی دسیاست بحران هم دی

(Traduction Rohullah Sidiquhallah/ Liminal)

Texte intégral

Il ne s’agit pas seulement de traduire, il s’agit d’avoir été étranger dans un pays.
M., OFII

  • 1 Le centre humanitaire de la porte de la chapelle ou CPA a été ouvert le 10 novembre 2016 et fermé l (...)

1« Il y a beaucoup de langues dans ma tête et mes enfants grandissent » dit un homme dans un des réfectoires du Centre de premier accueil de la porte de la Chapelle1 en énumérant une à une celles qu’il a apprises sur les routes de l’exil et les mois et années de séjour dans les pays concernés : dari, turc, grec, allemand, anglais, italien, espagnol. Il ne compte pas le pachto, sa langue maternelle, ni le français qu’il apprend depuis quinze jours et dont il émaille notre conversation en anglais. Puis il évoque les métiers pratiqués dans les pays traversés et s’arrête. Il précise alors qu’il ne sait plus à quoi lui servent ces langues, que cela fait plus de sept ans qu’il est séparé des siens. Beaucoup de langues et des enfants qui grandissent loin de lui. Il baisse les yeux, accablé.

2Un agent d’Emmaüs Solidarité écoute également cette conversation. Originaire des Balkans, il parle couramment cinq langues, fut également dans le passé un demandeur d’asile. Avec un grand sourire et un accent encore marqué, il reconnait avoir trouvé son maître. C’est ainsi, au travers des langues, qu’ils ont sympathisé, à partir de leurs compétences respectives, par-delà la frontière de leurs statuts respectifs. L’agent encourage l’exilé, en anglais et italien, mais l’homme reste désemparé.

 

  • 2 Agier, 2013.
  • 3 Rappelons qu’en relation aux changements des procédures de demande d’asile, le dispositif d’évaluat (...)
  • 4 L’explication de la procédure de demande d’asile et des différents formulaires à remplir est garant (...)
  • 5 Des pages Facebook ou des groupes Messenger ou Snapchat font circuler de nombreuses informations, p (...)
  • 6 Althabe, 1990.

3Cet « ordinaire cosmopolite2 » induit par les parcours migratoires est particulièrement sensible dans la temporalité spécifique de l’urgence. Plusieurs définitions plus ou moins extensives peuvent être données de ce temps spécifique, toujours trop long pour celui qui lui est soumis. Il sera question ici, d’une façon générique, de la longue période qui précède l’acception d’une demande d’asile et ouvre au temps second de l’intégration – césure arbitraire, tant on sait que le statut de réfugié ne garantit pas immédiatement une insertion sociale. Il ne s’agit donc pas d’une temporalité circonscrite, mais au contraire imprédictible, suspendue, réversible, qui peut aller de quelques semaines à plusieurs mois sinon années. Cette temporalité de l’incertain, en grande partie définie par l’État, se décline en plusieurs grandes phases contiguës ou concomitantes : période liminale du premier examen de la situation administrative et de la prise en charge – ou pas – ; hébergement ou errance ; autorisation temporaire à rester sur le sol français ou au contraire injonction à quitter le territoire, recours à la CNDA, rétention et tentatives d’expulsion, clandestinité. Cette temporalité a d’évidents échos dans le rapport à la langue du pays d’accueil ou de transit, aux conditions et possibilités de son apprentissage, à sa compréhension par des locuteurs non francophones d’abord, mais également francophones face au vocabulaire de l’asile, quel que soit le recours à une langue tierce véhiculaire. Le rapport à la langue du pays hôte s’exerce par ailleurs en plusieurs lieux, eux-mêmes fragmentés, et face à différents dispositifs administratifs, tous décrits par une pluralité d’acronymes susceptibles de changements rapides3. Enfin, les interactions langagières interviennent dans une grande diversité de situations : administratives, car le cadre légal oblige à une information dans la langue du requérant4 bien qu’elle ne soit pas toujours respectée ; collectives ou interindividuelles mettant en relation des personnels et acteurs diversifiés aux ressources linguistiques inégales, positions statutaires et pouvoirs différenciés. Dans tous les cas, ces interactions se dessinent dans des espaces plus ou moins bienveillants et/ou contrôlés. De ce fait, les malentendus ou au contraire les explications réussies ont des conséquences immédiates sur le destin de l’exilé. Ils se superposent à ses propres réseaux d’information, plus ou moins bien instruits5. Ces interactions ne sauraient donc être comprises sans prendre en compte les dispositifs et « scènes » (Goffman, 1973) dans lesquels elles apparaissent, et sans ce que Gérard Althabe désigne comme des « conjonctures », c’est-à-dire des espaces de communication temporairement construits dans un lieu singulier, et dans lesquels le chercheur, acteur comme les autres, est à son tour produit et « traduit » par le jeu social, y compris par son exclusion de certaines sphères, par exemple privée6 ou, ici, de langues – en d’autres termes, alors que le chercheur devient, parfois à son corps défendant, un élément constitutif du dispositif.

  • 7 Balandier, 2001 [1951].

4Penser les « sujets en situation » implique donc de penser la place, le statut et la forme des échanges linguistiques dans des cadres marqués par des rapports de domination entrecroisés et complexes. À l’exemple de la situation coloniale, présentée par Georges Balandier dans un célèbre texte de 19517, la « situation migratoire » est définie par plusieurs rapports de domination et d’altérisation agissant dans la durée sur un ensemble d’acteurs dont la diversité fait système : exilé(e)s et non-exilés, aidants, interprètes et personnels associatifs, fonctionnaires de l’asile, chercheurs.

 

  • 8 Et dans le cadre d’un accord avec Emmaüs Solidarité.
  • 9 La présentation du programme Liminal est consultable ici : https://liminal.hypotheses.org/

5Partant du postulat qu’une éthique de la traduction est également, et dans certains cas peut-être avant tout, une éthique des situations dans lesquelles elle s’exerce, cette contribution entend, dans une perspective anthropologique, restituer à partir de quelques exemples le jeu induit par les dispositifs dans lesquels les faits de traduction et d’interactions se déploient. Les exemples ont volontairement été choisis dans des lieux et conjonctures distincts, sinon opposés, et ils n’ont de valeur qu’illustrative, tant la variété des situations comme des individus ne saurait leur être réductible. Par ailleurs, la traduction sera ici comprise, d’une manière élargie, comme un cadre engageant un « acte de traduire » et des acteurs le plus souvent non professionnels. Nous les désignerons ici comme des « traduisants », néologisme dont le mérite est d’inclure dans l’analyse l’ensemble des personnes en situation de traduire, quels que soient leurs fonctions et leurs statuts : personnels administratifs, exilés, agents de propreté ou de sécurité, médiateurs-réfugiés, bénévoles, militants mais aussi, et c’est là un point central, chercheurs. La superposition des statuts et des positions constitue dans cette perspective un élément de l’analyse et de la même façon un dispositif du bricolage dans et entre les langues. On s’attachera également à montrer en quoi la situation d’urgence migratoire telle que définie influe sur la rencontre des langues et sur leur traduction. Les exemples proviennent des recherches menées dans le cadre du programme Liminal, Linguistic and Intercultural Mediations in a context of International Migrations, programme porté par l’Inalco et plusieurs de ses équipes (Cessma, Cerlom, Plidam)8 financé par l’Agence nationale de la recherche à partir de 2017. Liminal réunit une équipe pluridisciplinaire de chercheurs, pour étudier les différentes modalités d’interaction et de médiation dans plusieurs langues (amharique, dari, pachto, arabe[s], urdu, tigrinya). Sa spécificité est d’avoir été conçu comme une recherche-action en lien avec différentes associations9, mais également de lier deux compétences reconnues de l’Inalco : la connaissance des langues et des cultures concernées.

Première conjoncture : l’entretien déclaratif – Centre de premier accueil de la porte de la Chapelle

  • 10 Cette recherche a été possible grâce à un accord entre Liminal et Emmaüs Solidarité, que nous remer (...)
  • 11 À la date de rédaction de cet article, en mars 2018, les chiffres donnent une estimation d’environ (...)
  • 12 Voir notamment : https://www.emmaus-solidarite.org/le-centre-de-premier-accueil-des-personnes-migra (...)

6Les observations menées entre octobre 2017 et mars 2018 dans le Centre de premier accueil (CPA) de la porte de la Chapelle, géré par Emmaüs Solidarité10, signalent plusieurs étapes obligées pour le nouvel « hébergé11 », supposé provenir exclusivement des campements et être un primo-arrivant, deux points de moins en moins fréquents en raison des procédures Dublin. Celui-ci entre d’abord dans la « bulle », dôme de bâche jaune et blanche visible de loin, selon des processus qui ont changé au fur et à mesure – file à l’une ou l’autre des entrées du centre, maraudes pour les plus « vulnérables » effectuées par la mairie de Paris ou de FTDA, tickets délivrés au fur et à mesure. L’espace interne12 de la bulle est organisé autour d’un bloc administratif central délimitant deux grands halls collectifs, pour hommes seuls et pour familles. Prises de recharge de téléphone et accès wifi sont disponibles de même que des distributeurs de boissons chaudes. Des sièges, des bancs, quelques tables, quelques jouets et canapés meublent ces lieux d’attente.

 

  • 13 OFII : Office français de l’immigration et de l’intégration.
  • 14 Dans les textes réglementaires de l’OFII et du GIP Habitat, repris par Emmaüs, le primo-arrivant ne (...)

7L’hébergement dans le centre et la prise en charge administrative qui en découle (OFII13, préfecture) sont conditionnés, pour les hommes seuls, par un premier entretien déclaratif qui se déroule dans deux à trois petites pièces identifiées par un logo jaune. Le premier entretien a pour fonction d’orienter les entrants d’une part, vers un hébergement provisoire et, d’autre part vers le dispositif de l’asile. Ce moment est plus décisif qu’il n’y paraît, puisqu’il peut aboutir à une exclusion du centre14 ; mais également plus souple que ce qu’il laisse supposer, puisqu’il est mené par des travailleurs sociaux ou assimilés tels dans la nomenclature des statuts de l’association et non par des agents administratifs. Dans la petite pièce, le salarié est assis derrière une table et un ordinateur placé de biais ; devant lui se trouve un appareil photo associé à un dispositif de prise d’empreintes qui ne sera pas utilisé. L’entrant ne le sait pas – à ce stade, il est le plus souvent épuisé par les nuits passées dans les campements, sale, dans l’expectative et bientôt le soulagement.

  • 15 Au fil des mois, la raison « politique » tendra à être le plus souvent donnée par les agents chargé (...)

8L’entretien lui-même a changé de forme et de durée dans le temps. De l’ouverture du centre à environ février 2017, le personnel était plus nombreux pour un nombre d’hébergés moindre. Le formulaire informatisé, accompagné d’un fichier statistique à remplir, comportaient alors de nombreuses questions, mais la durée plus longue qui lui était alors dévolue permettait une discussion informelle plus « riche » ou plus « humaine » ainsi que plusieurs salariés l’ont précisé. L’accroissement du rythme et la diminution du personnel ont réduit cet espace d’échange à de la saisie et « à faire du passage ». Plusieurs autres raisons ont été avancées pour rendre compte de cette transformation des ressentis : des inquiétudes grandissantes sur les usages des données enregistrées et le manque d’information à ce propos, les contraintes croissantes induites par les dispositifs administratifs et politiques en amont. De façon plus ou moins concertée, les salariés chargés des entretiens ont progressivement réduit le nombre de questions posées, en réaction à la charge de travail et pour éviter un travail d’évaluation administrative qui n’était pas le leur15.

  • 16 Auxiliaire socio-éducatif (ASE) selon la nomenclature d’Emmaüs Solidarité.
  • 17 Le transfert désigne dans le contexte du CPA le départ de ce dernier où l’hébergement est transitoi (...)
  • 18 Le passage de l’une à l’autre catégorie est relativement poreux : un demandeur d’asile peut être ag (...)
  • 19 Nous n’avons jamais observé, en revanche, le recours à des outils linguistiques par téléphone ou or (...)

9L’entretien déclaratif observé par l’équipe de chercheurs du programme Liminal entre octobre 2017 et mars 2018, durait moins de dix minutes par personne, et les traduisants, qu’ils soient agents de l’association ou bénévoles disponibles, n’intervenaient que dans une proportion approximative de 20 à 25 % des cas. Il convient à ce titre de rappeler que si la direction d’Emmaüs Solidarité a très vite pris conscience de l’importance centrale des langues, aucun agent recruté ne l’a été à titre d’interprète : la principale raison donnée est d’ordre budgétaire. En revanche, certains réfugiés statutaires, recrutés en tant que personnel polyvalent16 après avoir été bénévoles et/ou résidents des centres d’hébergement d’urgence gérés par l’association, possèdent parfois une expérience d’interprète antérieure, en France ou ailleurs, statutaire ou informelle. Leur bi- ou plurilinguisme tout autant que leur connaissance personnelle du parcours administratif apparaissent donc comme des atouts redéployés dans différents espaces du centre, aux barrières d’entrées, pour le rendez-vous à la préfecture ou le transfert17 – ils ne sont toutefois pas spécifiquement affectés aux entretiens déclaratifs. Ils voisinent avec des personnels employés pour les entretiens dont plusieurs issus de l’immigration possèdent une connaissance diverse des langues d’origine de leurs familles – parfois peu importante, quand bien même leur accent ou des signes tels que le port du foulard ou d’un chapeau traditionnel pourraient le laisser supposer. En dehors des agents d’Emmaüs Solidarité, reconnaissables à leur gilet beige au sigle de l’association, des bénévoles (chasuble bleue), des exilés maîtrisant une langue de communication européenne véhiculaire (anglais majoritairement, français, allemand…) peuvent être amenés à intervenir18. En de rares cas, deux locuteurs relais au statut distinct ont été nécessaires, et le recours à des solutions d’appoint, famille ou amis locuteurs joignables par téléphone, a été attesté19.

  • 20 Le récépissé atteste d’un rendez-vous à la PADA (plateforme d’accueil des demandeurs d’asile) ou d’ (...)

10Lors de nos observations, les questions posées étaient réduites à quelques-unes, incontournables : le nom, la date de naissance, la ville de naissance, la date de départ, les pays traversés, la date d’entrée en France, le statut marital. À ces questions s’est ajoutée, les derniers mois, une question administrative binaire adressée aux entrants : avez-vous un récépissé ou pas20 ?

11En l’absence de traduisants, le salarié est contraint de recourir à un bricolage de langue, c’est-à-dire à quelques phrases stéréotypées, usant des mots qu’il peut connaitre principalement à travers son expérience à ce poste. Cela donne des formules telles que : When bye bye Afghanistan ? Tarikh bye bye Soudan ? Moujarad ? (marié ?). Des noms de lieu dans les langues sont introduits, tel que Yunan (Grèce) à destination des personnes passées par la Turquie.

12À l’issue de l’entretien, le nouvel hébergé se voit attribuer une couleur (îlot d’hébergement), un numéro de chambre et de lit et doit signer un contrat d’hébergement, rédigé dans une langue qu’il comprend – ce qui est explicitement notifié sur le formulaire – et dont une copie lui est remise. Sept langues sont proposées (arabe, pachto, dari, somali, tigrinya, français, anglais), en deçà des langues rencontrées et quand bien même il n’en maîtrise pas nécessairement la lecture. Une photo d’identité numérique est prise, insérée dans la fiche informatique établie pour le nouvel hébergé. Il arrive cependant que le nouvel entrant ne puisse accéder à l’hébergement parce qu’il a déjà été hébergé dans le centre ou qu’il a quitté un autre centre d’accueil – le refoulement qui en procède constitue toujours un moment délicat, difficile à faire « entendre » dans n’importe quelle langue.

  • 21 La présence d’un traduisant change le mode de relation de l’agent à l’exilé, qui porte davantage at (...)

13De façon générale, les entrants n’ont pas l’air spécialement surpris des questions ni de leur formulation. On peut supposer qu’elles répondent à leur attente d’un début de prise en charge administrative et, plus largement, qu’elles s’inscrivent dans un parcours antérieur où ils les ont déjà rencontrées. En notre présence, l’atmosphère a toujours été plutôt bienveillante, et nos questions ont accru le temps de l’entretien ; l’agent a compensé sa méconnaissance des langues par des sourires, une gestuelle spécifique ; l’interaction a été plus directe et immédiate qu’en présence d’un traduisant et le contact oculaire fréquemment maintenu bien que l’agent retranscrive les réponses sur l’ordinateur21. La question a souvent été plusieurs fois répétée, une feuille et un stylo permettant à l’exilé d’inscrire une date – la plupart des agents connaissent partiellement la notation des chiffres en arabe.

  • 22 La question de la transcription du nom et prénom est centrale, à la fois source d’angoisse et de st (...)
  • 23 L’arabe pour le darfouri ou le nuba, par exemple.

14Dans la plupart des cas, les nouveaux entrants répondent aux questions demandées dès qu’ils les comprennent sans en formuler de nouvelles et surtout sans donner d’éléments informatifs supplémentaires. Ils épellent et vérifient parfois la transcription de leurs noms, pas toujours22. À plusieurs reprises, la question sur les langues parlées a fait l’objet de demandes spécifiques de la part de l’exilé, par exemple un refus de voir inscrire une langue maternelle au profit d’une langue véhiculaire23, notamment par crainte de n’avoir pas accès à un bon interprète ou du positionnement de celui-ci. La question sensible d’une prise d’empreinte dans un pays tiers dans le cadre des accords Dublin engage, lorsqu’elle est énoncée, des réponses variables, franches ou embarrassées, plus souvent exprimées en présence d’un traduisant qui répète la question et rend l’esquive difficile.

15Une fois l’entretien terminé, le nouvel hébergé sort de la pièce et attend la réunion d’information collective, durant laquelle interviennent tour à tour l’OFII, des salariés Emmaüs de la halle d’hébergement et un membre du pôle santé. Des interactions linguistiques sont là encore possibles avec d’autres acteurs, interprètes professionnels intervenant pour l’OFII ou encore agents de sécurité dont la connaissance des langues et l’implication ne doivent pas être sous-estimées : ils sont chargés de gérer les différents espaces et les queues intérieures, de veiller aux accès ou de raccompagner les non-hébergés. Puis l’entrant est accompagné vers la « halle », l’espace où il sera hébergé. Il n’a alors plus de raison de revenir jamais dans la « bulle ».

16Le clivage fonctionnel et spatial entre l’espace de la « bulle » et celui de l’hébergement agit fortement sur la nature des interactions. Des espaces intermédiaires se sont développés : les seuils des portes d’accès deviennent des lieux de discussions prolongées. Des contacts téléphoniques sont parfois échangés : ils sont moins le fait des personnels affectés aux entretiens déclaratifs que des agents de l’accueil ou de l’hébergement, des bénévoles ou des agents de sécurité, pour lesquels les modalités d’interaction sont moins contraintes ou normatives. S’ouvre un second espace en arrière-scène qui reconfigure les modes de relations et de circulation de l’information.

17Dans cet exemple longuement développé, l’entretien initial place les potentiels traduisants présents dans la bulle, quel que soit leur statut, dans une position à la fois privilégiée et ambivalente, exposée au contrôle hiérarchique et à la violence des récits et des conditions d’énonciation. Si certains cadres de la bulle ont des notions des langues parlées par les hébergés, le responsable principal revendique ne comprendre ni ne parler aucune langue, point qui assurerait une équité de traitement et laisserait aux hébergés « un espace de liberté ». Il se repose cependant sur les salariés traduisants qui lui signalent des situations de vulnérabilité spécifiques – notion pour une grande part subjective dans les situations d’urgence –, dans le cadre de relations interindividuelles. Cette part de connivence entre, par exemple, l’agent de sécurité et la hiérarchie du centre mérite d’être soulignée : elle sera à l’origine « d’arrangements » possibles, c’est-à-dire d’un effort dans la recherche d’un hébergement alternatif ou d’un accès aux soins.

18Cette connaissance de la langue d’agents ou de bénévoles ayant eux-mêmes vécu une situation de migration et des médiateurs réfugiés est nécessaire au fonctionnement du centre comme elle est aussi, on s’en doute, source de souffrance personnelle : des agents de sécurité rapportent fréquemment leur malaise, sinon leur colère, face aux interpellations directes d’exilés qu’ils raccompagnent hors du centre, c’est-à-dire à la rue : « comment toi, tu peux remettre dehors une femme et son enfant ? » demande en arabe une femme à l’agent de sécurité avant de l’insulter – il n’en dormira pas pendant plusieurs nuits. Cet ébranlement dans et par les langues demeure peu étudié ; il souligne la position spécifique des traduisants, entre nécessité, confiance et contrôle des formes d’interactions. Il impose également aux salariés récemment recrutés, surtout s’ils sont réfugiés, des formes d’autocontrôle ou d’adhésion aux politiques du pays d’accueil – en d’autres termes, de loyauté en certains lieux et dans certaines situations. Mais la frontière reste mince, et particulièrement sensible pour la personne, entre un salarié lui-même réfugié et un demandeur d’asile ou d’hébergement : ainsi Ali, auxiliaire socio-éducatif, réfugié originaire du Soudan répond-t-il à une question sur le moment le plus difficile de son expérience dans le centre :

  • 24 La bulle 10.11.2016 – 31.03.2018, Ouvrage collectif édité en hommage aux salariés pour la fermeture (...)

Le moment le plus dur pour moi a été le jour où j’ai été gazé à l’extérieur par un policier qui m’a pris pour un migrant alors que j’essayais de redresser un monsieur qui était à terre pour éviter qu’il ne se fasse écraser. Je n’étais là que pour faire mon travail et pour faciliter une entrée dans la file d’attente24.

19Significativement, c’est sa position aux barrières du centre (à sa frontière) qui transforme sa légitimité et son statut (quand bien même il était indiqué par un gilet), et c’est pourtant cette proximité de condition qui est gage de la crédibilité et de la confiance que lui accordent les exilés.

  • 25 Ce vocabulaire de la migration et de l’asile est notamment analysé par les membres de Liminal dans (...)
  • 26 Le diplôme interuniversitaire intitulé Hospitalité, médiations, migrations (H2M) Inalco – universit (...)

20Si le recours à un personnel réfugié multilingue ayant à la fois connaissance des contextes quittés et des procédures tend à se développer dans de nombreuses institutions, sous contrat ou non avec l’État, la reconnaissance de leur fonction continue à poser question. Leur position intermédiaire offre l’opportunité d’un « en plus » de la traduction par rapport aux interprètes professionnels et assermentés, tout en restant peu valorisée. Cet avantage de la connaissance récente des procédures de l’asile est pourtant évident. Lors d’une réunion d’information collective exceptionnellement tenue l’après-midi, les médiateurs-traduisants utilisaient des registres de traduction que n’emploient pas les traducteurs professionnels (contraintes de temps, de situation, de connaissance). Ainsi A., salarié, prenait le temps d’utiliser successivement trois niveaux de vocabulaire : une périphrase expliquant la fonction du lieu (par exemple, la préfecture) ; le terme français « préfecture » afin d’habituer les nouveaux hébergés aux désignations françaises ; le terme en « argot » soudanais de l’exil et de la migration25, s’il existe ou n’est pas obsolète. Trois niveaux de sens donc, interpénétrés, dont la compréhension progressive amène un jeu de questions réponses et une compréhension immédiate, marquée par des acquiescements et des sourires, sinon des plaisanteries, situation rare dans les réunions de matinée. C’est justement l’objectif de l’ANR Liminal que de contribuer à cette valorisation de compétences d’interprétariat spécifiques nécessaire pour la traduction en contexte d’urgence26.

Deuxième conjoncture : discussion entre femmes, campement de Norrent-Fontes, juin 2016

21L’exemple qui suit, plus brièvement décrit, provient d’un campement des Hauts-de-France. Il introduit délibérément une prise en compte de la position et de la subjectivité du chercheur (ici, A. Galitzine‑Loumpet), acteur directement pris à partie par la situation. Sa conclusion reste délibérément interrogative.

 

  • 27 Stage de terrain « anthropologie et langue en situation migratoire » financé par USPC Sorbonne Pari (...)
  • 28 L’association Terre d’errance, créé en 2008 intervient dans le campement dont la forme stable appar (...)

22La discussion se déroule dans une des baraques de la partie majoritairement habitée par des femmes éthiopiennes et érythréennes dans le campement de Norrent-Fontes, entre Calais et Dunkerque, fin juin 2016, dans le cadre d’un stage doctoral sur les langues dans la migration27, qui servira de prélude à l’élaboration de l’ANR Liminal. Le campement a été installé à l’écart du village, sur des terrains privés et municipaux à quelques kilomètres d’une aire de service d’autoroute où s’arrêtent les camions28. Je rejoins H., chargée de cours à l’Inalco en amharique, qui se trouve déjà dans le baraquement latéral réservé aux femmes.

  • 29 La présence de cette nourriture en surplus matérialise l’engagement des associatifs : les dons prou (...)

23Je suis à mon tour accueillie dans une pièce unique composée de matelas surélevés sur des palettes de bois occupant tout l’espace à l’exception d’un étroit passage central où B., jeune femme éthiopienne, prépare un café sur un petit réchaud. Des feuilles des arbres et arbustes avoisinants, fraîchement coupées, couvrent le sol devant elle ; à l’arrière et sur les côtés une dizaine de femmes sont allongées côte à côte sur des couvertures bariolées dessinant le territoire de chaque corps ; au-dessus des têtes, un amoncellement de grands sacs plastiques contenant les biens de chacune maintenus par de gros clous au plafond (deux à trois par femmes). À l’entrée comme à l’extérieur s’accumulent de nombreux dons alimentaires, invendus souvent périmés – sans frigo, certains ne sont plus consommables29. Des rayons de soleil entrent paisiblement par la porte. Quiétude de l’instant où nous savourons, entre femmes, un café fort, onctueux et sucré, cérémonieusement et généreusement offert. J’ai été présentée par H. qui assume son rôle d’interprète, mais après les politesses d’usage, l’explication de notre présence dans le campement et de notre recherche, la conversation en amharique s’assoupit doucement dans la chaleur de ce début d’après-midi. Le camp semble désert, des hommes dorment plus loin dans une clairière. Plusieurs femmes sont fatiguées par une nuit de tentatives de passage ; certaines parlent anglais ou arabe, plus ou moins bien, mais le plaisir d’une conversation dans leur langue maternelle est évident. Par moments, des fragments de la discussion me sont traduits, en français par H., en anglais par plusieurs jeunes femmes.

24Je suggère alors à H. de poser des questions sur les violences subies. B. qui a fait le café commence à répondre, bientôt rejointe, après une phase d’inquiétude, par d’autres jeunes femmes. Elles évoquent les violences policières exclusivement en amharique – et bientôt je demande à H., qui tente de me traduire au fur et à mesure, de ne plus le faire, de laisser se poursuivre ces récits dont notre échange en français rompt le flot croissant.

25Commence alors, pendant une petite heure, un temps à part dans une temporalité déjà particulière, c’est-à-dire aussi un temps brusquement dense dans une recherche de courte durée, elle-même incluse et travaillée par la temporalité spécifique du passage. Je l’observe sans pouvoir y prendre part, exclue par ma méconnaissance de la langue et parce que je suis ici une étrangère. Les femmes s’adressent à H., me regardent parfois, veillent gentiment à ce que je sois confortablement installée. Je vois le visage d’H. se crisper, marquer tour à tour l’incompréhension, le choc, le désarroi, la colère, l’émotion ; celui des femmes devenir véhément ou résigné. Elles évoquent des camarades enceintes malmenées, mimant pour moi un ventre rond et une expression de souffrance. Au bout de quelques dizaines de minutes, me sentant inutile, je veux partir. Les femmes m’arrêtent immédiatement et me retiennent. H. m’explique qu’elles souhaitent que je reste là, que « j’entende », que c’est (aussi) à moi qu’elles parlent.

26Je n’avais jamais anticipé avec cette ampleur ce rôle de destinataire muet et partiellement sourd, réduit à deviner les expressions du visage et les postures des corps qui s’animent, à être le témoin de témoignages. Je comprends que l’autorité de ma position de « professeur », mais probablement aussi ma qualité de française m’accordent une fonction de « prise à témoin » indirect ; qu’H., éthiopienne d’origine et dont l’amharique est la langue maternelle m’a traduite tout autant qu’elle nous a instituées en une association inégale qui se légitime mutuellement – H. a, en première instance, bien moins besoin de moi que moi d’elle. À le dire autrement, elle apparait comme la récipiendaire (individualisée), je suis le destinataire (collectif, de la société française). Que nous soyons venues ensemble garantit mon intérêt pour la situation des femmes exilées.

  • 30 Passeurs dont plusieurs bénévoles du collectif nous ont rapporté qu’ils exerçaient une contrainte s (...)

27Je reste donc, tentant par la suite d’orienter la conversation vers d’autres formes de violences – je pense à celles du bidonville de Calais, des « protecteurs » –, en vain. J’ai le temps de m’interroger sur cette libération de la parole à propos de la violence de l’État, qui refuse d’évoquer celles des parcours et des réseaux, de me demander si ma présence ne me la destine pas expressément. Il me faudra me lever, au moment de prendre définitivement congé, pour m’apercevoir par hasard d’un trou dans la cloison à hauteur de ma tête, et d’un œil qui nous regarde : celui de passeurs30, installés dans la pièce d’à côté, dont ont besoin les exilées pour accéder aux camions. Cette conversation apparemment ouverte, en amharique, a donc été probablement constamment sous surveillance, les regards dans ma direction à double visée. Échange visuel avec B. qui faisait le café et a suivi ma découverte. Connivence. Certitude qu’elle l’a toujours su et a navigué entre le désir de raconter et la frontière de ce qui était racontable dans ce cadre. La familiarité de la langue a temporairement masqué les positions de chacune, les arrière-plans d’un contexte orientant la conversation. L’usage de l’amharique comme ma fonction s’en trouvent modifiés : ma présence a servi de garant à la conversation avec H., l’amharique fut à la fois la langue de la possibilité du récit et de sa surveillance. H. me certifiera qu’elle n’a pas ressenti ce contrôle ; je ne penserais pas qu’il a affecté la vraisemblance des récits, mais qu’il en a exclu une part – les femmes rencontrées nous demanderont à de nombreuses reprises de revenir. Je sais aussi que j’aurais pu de ne pas m’en apercevoir. L’ambivalence de cette scène restera une expérience marquante, symptomatique des échanges dans les espaces contrôlés (quand bien même ils n’apparaissent pas directement comme tels), signifiante de ce que les conditions d’exercice d’une langue partagée (langue maternelle, véhiculaire ou tiers) peuvent laisser échapper : qui parle en première et seconde instance, sous quelles formes et supervisions – à qui précisément s’adresse cette parole, à quelle identité individuelle, sociale et collective ? Quels sont les arrière-plans de contrôle et d’autocontrôle qui fragmentent le récit dans les divers lieux d’exil, des campements aux camps humanitaires ? Cette attente de ce qui serait un véritable échange interroge également les représentations de l’information et de la parole : sur le « terrain », au contact des êtres dans les lieux – et de fait, dans les hors-lieux – , l’anthropologue est peut être celui qui écoute et entend le plus parmi les spécialistes de sciences humaines et sociales, a fortiori s’il parle une des langues. C’est également l’apport de sa discipline que d’analyser les rapports de domination s’exerçant dans des situations de contrainte et de violence et de recontextualiser les formes de narration. N’est-il pas intéressant – et peut-être réjouissant, au bout du compte –, que n’étant un aidant d’aucune sorte, sauf de l’émergence de la parole, il devienne parfois celui sur lesquels s’étayent des récits à la fois véridiques et adaptés ? On pressent que cette question ne lui est pas spécifique et engage une réflexion plus large sur les enjeux des conjonctures de traduction.

Troisième conjoncture : maraude de Calais, 28 février 2018

  • 31 Par statut, on entend la position de l’individu dans la société, à la fois assignée par son âge et (...)
  • 32 « Rixes entre migrants à Calais : deux compagnies de CRS en renfort, annonce Collomb ». En savoir p (...)

28Ce troisième exemple interroge le jeu entre statuts et rôles des participants 31 qui se noue à travers les langues lors d’une maraude, autrement dit dans un espace de communication fugace et transitoire, réunissant ponctuellement des membres de l’association Secours catholique de Calais, un interprète, de jeunes exilés érythréens et M.‑C. Saglio‑Yatzimirsky. Comme dans la seconde conjoncture, il s’agit d’un espace à la limite de ce qui est politiquement et légalement accepté : les Érythréens qui évoluent dans les marges de la ville de Calais se sentent à peine tolérés sur le territoire français où ils se définissent comme en transit et d’où ils sont exclus. En mars 2018, trois éléments ont contribués à renforcer la tension politique autour des « migrants » à Calais. D’une part l’intolérance de la mairie et des représentants locaux qui appliquent la consigne reçue par le ministère de l’Intérieur : aucun point de fixation. Cela signifie que ces populations ne peuvent s’installer nulle part et sont continuellement chassées et expulsées. Les forces de l’ordre sont très présentes, les exilés se plaignent de violences et de harcèlement continuel, aussi bien le jour que la nuit pour les expulser. Par ailleurs, un autre élément de tension réside dans la perspective de la nouvelle loi asile, qui doit bientôt entrer en discussion au Parlement et qui hypothèque grandement les possibilités de séjour de Dublinés qui sont sous la menace d’être systématiquement renvoyés dans le premier pays européen d’entrée. Les Érythréens que nous rencontrons à Calais se savent sous la coupe de ce projet de loi qui durcit leurs conditions de séjour sur le territoire. Enfin, le 1er février, une bagarre engageant des passeurs armés a opposé des Afghans et des Érythréens dans la région, faisant 22 blessés dont quatre victimes érythréennes sévères32. Les Afghans et les Érythréens ont ainsi revu leurs déplacements sur le territoire de Calais et s’évitent.

29Outre ces trois éléments, il fait un froid glacial, ‑2°C, mais avec du vent et un ressenti de ‑10°C qui empêche de demeurer plusieurs heures dehors. Pourtant, de nombreux Érythréens, souvent mineurs, refusent de rejoindre les dortoirs aménagés par la préfecture pour le plan Grand Froid – comme d’autres, ils expriment leur méfiance envers des centres ouverts par des autorités qui leurs sont hostiles.

 

30Ce matin-là, le personnel du Secours catholique qui prépare la maraude prévient que le groupe d’accompagnants doit être numériquement restreint pour avoir plus facilement accès aux exilés. Elle est composée de D., salarié de l’association, Érythréen parlant le tigrinya – sa langue maternelle – ; il est un habitué des maraudes, compétence nécessaire car il faut pouvoir localiser les différentes communautés se déplaçant en fonction des risques policiers. Un second salarié de l’association l’accompagne, N., qui s’occupe en particulier de la distribution du thé, des biscuits et de l’eau minérale. Nous sommes deux du programme Liminal à les accompagner : Y., Éthiopien, au statut important dans son université d’origine, interprète professionnel en amharique et qui comprend le tigrinya, et moi, anthropologue, qui ne comprend aucune de ces langues, et m’exprime sur le terrain en anglais. Je suis la seule femme pendant cette maraude, qui réunit quatre personnes identifiées comme de l’association Secours catholique par les exilés et environ 25 Érythréens qui vont nous rejoindre. D. conduit vite, a mis de la musique éthiopienne, et constate sur la route que « la police a fermé les routes vers la Verrotière », lieu de rencontre pour les exilés et les associations qui y effectuent des distributions alimentaires, de sac de couchage et de téléphonie. Nous nous arrêtons d’abord au Belgium Parking, nouveau point de ralliement des Érythréens explique D. et « un des lieux où on peut monter dans les camions ». En effet, il se gare à un grand carrefour routier qui compte plusieurs ronds-points et parkings, placés devant des halles commerciales et des entrepôts industriels. De nombreux camions les occupent. La police est présente, positionnée à six points du gigantesque carrefour. Je repère quelques hommes qui vont par trois ou quatre, dissimulés derrière les hangars. Les territoires sont très découpés et chacun paraît tenir sa place, qui de la police, qui des migrants.

31Nous descendons à quatre de la camionnette, sortons le thé et les gâteaux, qui sont maintenant placés à l’arrière en évidence, coffre ouvert. N. attrape de grands sacs poubelle et s’éloigne pour ramasser les détritus très nombreux qui sont éparpillés sur un des parkings. Je m’en étonnerai après, lui demandant pourquoi il n’a pas plus accompagné la distribution : « parce que je veux montrer aussi à la préfecture qu’on prend soin de la ville et montrer aux migrants que c’est important. »

32Au fur et à mesure plusieurs jeunes hommes arrivent, par groupe de trois à six. J’en compterai 22 après un quart d’heure. J’observe le rituel de salutation auquel se livrent les Érythréens et D., de la même communauté. Ils se saluent d’une manière très particulière, les épaules se touchant, dans un geste répété et large que je n’ai jamais vu, rappelant un cérémoniel de salutations local. Puis les Érythréens viennent saluer poliment Y. et moi, répondant à notre poignée de main en ôtant le gant de leur main droite. Le geste n’est pas anodin car le froid est très vif et les gants absolument nécessaires. Les trois quarts de nos interlocuteurs en sont pourvus. Puis ils demandent du thé, et D. les sert, éventuellement N. lorsqu’il repasse, au milieu de son opération de nettoyage, devant le camion.

33Y. et moi nous séparons avec le même but de parler aux exilés. Y. est rapidement entouré par des Érythréens qui lui demandent qui il est ; il explique sa position dans le cadre de sa venue en France et se définit comme interprète français/amharique et comprenant un peu le tigrinya. Les hommes qui l’entourent demeurent méfiants et ne s’engagent pas dans la conversation. Il est probable que son statut d’officiel en France est trop imposant et complexe à comprendre pour des compatriotes en situation d’extrême vulnérabilité. Il y a un manque de confiance face à un homme qui a une position importante et qui apparaît proche du pouvoir donc potentiellement dangereux. Enfin, l’interprète ne voit pas sa position cautionnée par la situation de traduction ; il est ici dans une maraude qui n’est pas une situation de traduction formelle comme le définirait un cadre d’interprétariat dans une institution administrative. Les Érythréens n’adoptent pas de stratégie particulière face à cet interprète qui est mis hors champ. Le pacte ne se fait pas, et la langue devient un obstacle. Y., pris entre l’inadéquation de son statut et son rôle, abandonne en venant me dire « qu’ils ne parlent pas amharique » et qu’il est « trop difficile de les comprendre en tigrinya ».

34Je m’adresse directement en anglais à un groupe de trois jeunes hommes. L’un me répond dans un anglais hésitant, il grelotte. Je lui demande s’il peut profiter des centres d’urgence ouverts la nuit pour les abriter en cette période de grand froid. Il me dit qu’il ne veut pas les rejoindre car il ne veut pas dormir dans des “containers” pour “underage”. Il n’a pas confiance. ll dort dehors et fait du feu. Il explique que les Érythréens ne vont plus au point alimentaire des lacs à côté de l’hôpital car les Afghans sont encore là et qu’ils les évitent. Puis il se tait. D’autres Érythréens nous rejoignent et viennent demander du thé. Je m’adresse toujours à eux en anglais. Plusieurs secouent la tête pour me faire comprendre qu’ils ne parlent pas ; un en particulier paraît déçu et va chercher un jeune qui se tient seul à quelques mètres de là. Ce dernier, M., se présente, dit qu’il parle un peu anglais – qu’il s’avèrera très bien parler, puisqu’il a arrêté ses études en “English medium” juste avant la dernière année d’école secondaire. Il a 16 ans. Il donne l’impression d’avoir froid, il est très peu vêtu d’un anorak léger, d’un pantalon de jogging, de baskets. Il est un des rares à ne pas porter de gants. Il dit qu’il préfère un blouson froid mais imperméable à un blouson chaud pas imperméable : le pire c’est quand il pleut, car l’humidité « vous prend » (“catch you”) et qu’elle est « mortelle » (“deadly”).

35Pendant que nous engageons une conversation sur son séjour à Calais, ancien de déjà cinq mois, celui qui avait secoué la tête se joint à nous, et se positionne sur ma droite, attentif, alors qu’il m’avait fait comprendre qu’il ne parlait pas l’anglais. Au bout de quelques minutes, nous sommes transis de froid, le vent souffle, et j’ai les cheveux collés par le vent et la bruine sur le visage. Sans prévenir et très doucement, celui qui ne parle pas anglais décolle quelques cheveux de ma joue. Nous n’échangeons pas un mot mais un sourire. Nous allons parler une demi-heure ainsi, en anglais avec M., en silences et en regards avec son ami.

36Dans ce cas, la langue qui a pu être employée avec moi est la langue tierce, en l’occurrence la langue du pays fantasmé de l’accueil pour les exilés qui veulent rejoindre l’Angleterre. En revanche, ils ne parlent tigrinya, leur langue maternelle, qu’avec D. qu’ils connaissent, mais pas avec Y. qu’ils ne situent pas suffisamment bien, et dont le statut ambivalent devient un obstacle. Un renversement de situation s’est produit : Y. interprète officiel ne pourra jouer son rôle d’interprète, car les exilés ne le cautionnent pas dans cette fonction. En revanche, alors que je parle anglais – langue que seule une petite partie des Érythréens présents comprend – et que j’explique que je ne fais qu’accompagner ponctuellement le Secours catholique, je suis mise en situation d’interaction privilégiée. Il est donc intéressant que la crise de la traduction vienne mobiliser spécifiquement la position du chercheur anthropologue. Le renversement des rôles et statuts de l’interprète vient redéfinir ceux du chercheur, qui en l’occurrence interagit moins grâce au partage de la langue que par un positionnement cautionné par les interlocuteurs.

Conclusion

37À partir de trois situations empruntées au terrain du programme Liminal, se sont dégagées des « conjonctures » singulières, espaces-temps qui proposent des situations d’interactions spécifiques, où les enjeux de langue, de traduction et d’acteurs (interlocuteurs directs ou tiers silencieux) recomposent les positionnements de chacun – employés et bénévoles, chercheurs, exilés. Car tous sont dans des situations de traduction, sinon des « traduisants », même si le statut d’interprète, formel ou informel, n’est porté que par certains.

38Ces trois illustrations apparaissent en premier lieu comme une déconstruction progressive des statuts formels, notamment de celui de l’interprète « officiel », tandis que ceux qui ne comprennent pas les langues des exilés, agent ou chercheur, se trouvent mis au centre de la traduction, verbale ou non verbale.

39D’une part, ce jeu et le renversement de statuts et de rôles révèle à quel point la « crise migratoire » ou la « crise des politiques d’accueil » est aussi une crise des langues et, partant, de la traduction. Les deux derniers exemples qui s’attardent sur des langues de la Corne de l’Afrique, l’amharique et le tigrinya, sont particulièrement probants : ce sont des langues très peu traduites de manière officielle par les administrations et associations car ils ne disposent que de très peu d’interprètes ; ce sont également des langues non comprises par la population locale de Calais, à l’inverse par exemple de l’arabe quelquefois parlé – elles sont pourtant aujourd’hui majoritaires parmi les migrants du Calaisis. Par conséquent, cette crise des langues est aussi une crise dans le recrutement de traduisants, des traducteurs et des interprètes-médiateurs.

40D’autre part, elle révèle une autre crise, au sens de rupture d’équilibre ou de mise en tension, celle du contexte de la traduction, qui déconstruit la neutralité présumée du traducteur, du traduisant et, partant, l’efficacité d’une traduction qui ne tiendrait pas compte du statut social ou de l’expérience du traducteur. Ce constat ouvre sur la nécessité de reconsidérer les éléments théoriques et méthodologiques qui fondent le terrain en situation migratoire d’urgence avec une population multilingue qui ne maîtrise pas la langue d’accueil alors même qu’il est vital que les exilés puissent contrôler l’information délivrée. La posture du chercheur est également questionnée, qui, d’observateur in situ, se trouve engagé à son corps défendant dans une opération de traduction bien plus complexe que celle à laquelle il se pensait tenu par son rôle d’observateur et de transmetteur. « Traduit » par sa présence, le chercheur devient un des traduisants de la situation générale d’interaction – et non plus seulement du discours –, partie prenante de la scène en raison de sa place politique, égale à celle des autres acteurs, et de sa situation d’extériorité. Pour évidente que soit cette non-neutralité dans des terrains dits sensibles, cette position en tiers doit être repensée au prisme de différents paramètres dont celui du genre (et de ces constructions), de sa participation aux activités des associations ou encore de sa venue avec un traducteur.

 

41En second lieu, ces conjonctures soulignent l’influence prépondérante des situations spécifiques sur les mots, langues et éléments des échanges. Le cadre de l’entretien formel tord le récit soumis à un régime de la preuve, ainsi que de multiples exemples en attestent ; les espaces de la « rencontre » sont moins souvent pensés comme contraints : imprévus, ils portent en eux-mêmes, a contrario, un postulat de parole libre et d’émotion. L’exceptionnalité de l’interaction in situ – un « événement » – tend en effet à masquer les différentes stratégies à l’œuvre, qu’elles soient individuelles ou collectives, subsumées par la singularité de l’instant et souvent par sa densité (en informations, en affects) dans un temps réduit. Il ne s’agit pas seulement, on le comprend, de stratégies d’adéquation aux attentes du visiteur qui seraient le seul fait des exilés – cette exceptionnalité présumée est principalement construite par le visiteur ou le chercheur, occultant plus ou moins consciemment des arrière-plans ou « arrière-langues » sous-évalués.

42Enfin, les trois exemples signalent l’importance d’une proximité d’expérience s’ajoutant à la maîtrise de la langue. De fait « il ne s’agit pas seulement de traduire » comme le signale le professionnel de l’asile cité en exergue. À Paris comme à Calais et dans une moindre mesure à Norrent‑Fontes, la légitimité du traduisant (genre, statut social compris, âge, attitudes) est également mesurée à l’aune d’un partage possible du vécu. Cette légitimité d’une traduction rendue tierce par l’expérience récente s’appuie sur différents niveaux de langue et d’empathie, transformant la position de neutralité attendue d’un traducteur assermenté. En termes anthropologiques du moins, l’analyse de ces écarts entre maîtrise de la langue et expérience des « conjonctures » (et en conséquence familiarité des situations, positions personnelles et loyautés hiérarchiques) reste à faire dans les situations d’urgence en multipliant les cas d’analyse à travers différentes langues. Elle réaffirme, dans tous les cas, les enjeux d’une professionnalisation progressive de traduisants « de terrain » vers des statuts d’interprètes-médiateurs adaptés, recomposés par la situation d’urgence migratoire, tout autant qu’elle induit une éthique et une politique du traduisant et du traducteur.

  • 33 Cassin, 2013, p. 99.
  • 34 Saïd, 2008, p. 247.

43« De fait, c’est parce qu’on a une responsabilité à l’égard des mots qu’on emploie, une responsabilité d’auteur et non de récepteur ou de passeur communicant, que la langue est aussi chose politique », écrit Barbara Cassin33, comme un résumé de la « situation » se répétant à travers ces « conjonctures ». Et Edward Saïd de rappeler ce que nous vérifions à chaque fois : « Car rien n’est sûr. L’exil est vigilant34. »

Notes

1 Le centre humanitaire de la porte de la chapelle ou CPA a été ouvert le 10 novembre 2016 et fermé le 31 mars 2018.

2 Agier, 2013.

3 Rappelons qu’en relation aux changements des procédures de demande d’asile, le dispositif d’évaluation est passé du CESA au GUDA puis au GUDAMA entre juin et septembre 2017. Voir notamment https://www.gisti.org/spip.php?article5118 et pour les lieux d’hébergement, la fiche typologique proposée par la CIMADE comprenant onze acronymes en janvier 2018 : https://www.lacimade.org/publication/fiche-typologique-differents-lieux-dhebergement-de-leurs-fonctions/

4 L’explication de la procédure de demande d’asile et des différents formulaires à remplir est garantie par des dispositions européennes applicables par jurisprudence aux demandeurs d’asile en France, voir notamment http://xenodoques.blog.lemonde.fr/2014/01/14/le-defaut-dinformation-du-demandeur-dasile-et-ses-consequences-cf-ce-section-du-contentieux-30-decet https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=0446F2F1B6029F76783618E93255347A.tpdjo04v_2?cidTexte=JORFTEXT000024519044&categorieLien=id

5 Des pages Facebook ou des groupes Messenger ou Snapchat font circuler de nombreuses informations, plus ou moins véridiques en plusieurs langues. La part d’aléatoire reste importante : les compagnons de route orientent ou recomposent souvent les parcours, tout autant que la possibilité d’un passage et les frontières. À titre d’exemple, M. réfugié du Darfour racontait la scène suivante : « Nous étions sur le bateau, celui qui a coulé, et nous discutions. Un camarade disait que la Norvège était bien, l’autre que c’était l’Allemagne. Mon ami à côté de moi me disait que c’était la France. C’est là que je suis allé… finalement. Nous ne connaissions pas l’Europe. L’Europe n’est pas bonne pour ceux qui cherchent le refuge. » Entretien du 24/03/2018.

6 Althabe, 1990.

7 Balandier, 2001 [1951].

8 Et dans le cadre d’un accord avec Emmaüs Solidarité.

9 La présentation du programme Liminal est consultable ici : https://liminal.hypotheses.org/

10 Cette recherche a été possible grâce à un accord entre Liminal et Emmaüs Solidarité, que nous remercions ici.

11 À la date de rédaction de cet article, en mars 2018, les chiffres donnent une estimation d’environ 25 000 hébergements dans le Centre de premier accueil de la porte de la Chapelle. Ce nombre ne prend pas en compte les entrées multiples d’exilés dans le centre, dues à différentes circonstances. La préfecture avait accès aux données collectées.

12 Voir notamment : https://www.emmaus-solidarite.org/le-centre-de-premier-accueil-des-personnes-migrantes/

13 OFII : Office français de l’immigration et de l’intégration.

14 Dans les textes réglementaires de l’OFII et du GIP Habitat, repris par Emmaüs, le primo-arrivant ne peut bénéficier plusieurs fois de suite d’un hébergement, et il ne doit pas interrompre sa prise en charge, sous peine d’en être ensuite exclu.

15 Au fil des mois, la raison « politique » tendra à être le plus souvent donnée par les agents chargés de l’entretien (dits ASOE), mais la « charge de travail » revient fréquemment dans les conservations.

16 Auxiliaire socio-éducatif (ASE) selon la nomenclature d’Emmaüs Solidarité.

17 Le transfert désigne dans le contexte du CPA le départ de ce dernier où l’hébergement est transitoire (en moyenne séjour de six jours) vers un autre type d’hébergement moins transitoire pour demandeurs d’asile, décidé par l’OFII.

18 Le passage de l’une à l’autre catégorie est relativement poreux : un demandeur d’asile peut être agrée comme bénévole dans les mois qui suivent son hébergement au CPA et, s’il obtient le refuge, être très rapidement embauché. Les bénévoles constituent ainsi un vivier des futurs ASE en CDD.

19 Nous n’avons jamais observé, en revanche, le recours à des outils linguistiques par téléphone ou ordinateur, type Google.

20 Le récépissé atteste d’un rendez-vous à la PADA (plateforme d’accueil des demandeurs d’asile) ou d’un entretien à la préfecture.

21 La présence d’un traduisant change le mode de relation de l’agent à l’exilé, qui porte davantage attention à la fiche d’identification sur l’ordinateur.

22 La question de la transcription du nom et prénom est centrale, à la fois source d’angoisse et de stratégies. Si une erreur peut être corrigée postérieurement, dans la halle d’hébergement ou à la préfecture (ce que tous les exilés ne savent pas), une faute minime – une lettre dans le nom – peut assurer une nouvelle entrée, normalement interdite.

23 L’arabe pour le darfouri ou le nuba, par exemple.

24 La bulle 10.11.2016 – 31.03.2018, Ouvrage collectif édité en hommage aux salariés pour la fermeture du Centre de premier accueil, présenté et distribué le 30 mars 2018.

25 Ce vocabulaire de la migration et de l’asile est notamment analysé par les membres de Liminal dans un blog intitulé AZIL, Langues, migration, exil : https://liminal.hypotheses.org/ et https://blogs.mediapart.fr/liminal/blog

26 Le diplôme interuniversitaire intitulé Hospitalité, médiations, migrations (H2M) Inalco – université de Paris Descartes, ouvert à la rentrée 2019-2020 vise à professionnaliser les médiateurs-pairs : http://www.inalco.fr/formations/formation-continue/diplome-inter-universitaire-diu

27 Stage de terrain « anthropologie et langue en situation migratoire » financé par USPC Sorbonne Paris Cité avec des étudiants de M2 et de Doctorat.

28 L’association Terre d’errance, créé en 2008 intervient dans le campement dont la forme stable apparaît en 2012. La question des langues – amharique, tigrinya, arabe soudanais – apparaît rapidement centrale pour les bénévoles.

29 La présence de cette nourriture en surplus matérialise l’engagement des associatifs : les dons prouvent une organisation de collecte et de solidarité impliquant commerçants et bénévoles. Elle signale également les problèmes liés au stockage, à la gestion de la quantité et à l’évacuation des déchets, de même qu’aux habitudes alimentaires : lors de cette visite, des palettes entières de yaourts récemment périmés et d’autres produits frais se décomposaient sous le chaud soleil, et l’odeur était forte.

30 Passeurs dont plusieurs bénévoles du collectif nous ont rapporté qu’ils exerçaient une contrainte sur le corps des femmes, les faisant « payer » leur passage par différents services sexuels, ou de bouche.

31 Par statut, on entend la position de l’individu dans la société, à la fois assignée par son âge et son sexe, mais aussi acquise par son éducation et sa profession. L’individu s’identifie plus ou moins à son statut, et en tire des droits et des devoirs. Le rôle d’un individu correspond aux comportements attendus par la société et fonction de ce statut. L’individu intériorise ces rôles sociaux (cf. Linton, 1999).

32 « Rixes entre migrants à Calais : deux compagnies de CRS en renfort, annonce Collomb ». En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2018/02/01/calais-quatre-migrants-blesses-par-balle-lors-d-une-rixe_5250587_1654200.html#zJKUmOGYLgDvcxfm.99

33 Cassin, 2013, p. 99.

34 Saïd, 2008, p. 247.

Auteurs

Inalco – Cessma, ANR Liminal

Inalco – Cessma, ANR Liminal