Versione classicaVersione mobile

Traduction et migration

 | 
Arnold Castelain

La rencontre

« Je n’ai plus assez d’espace dans la tête »

L’acquisition de la langue, l’âge et la santé dans le cadre des cours d’intégration à Berlin

„Keinen Platz mehr im Kopf“: Die Rolle von Alter und Gesundheit für den Spracherwerb in Integrationskursen in Berlin

“No more space in my head”: The role of age and health in terms of language acquisition in integration courses in Berlin

Svenja Arenz

Abstract

Dieses Kapitel handelt von den Erfahrungen der Teilnehmer mehrerer Integrationskurse in Berlin und analysiert inwiefern staatliche Maßnahmen der Integrationspolitik auf der praktischen Ebene umgesetzt und angewandt werden. Der Integrationskurs ist zugleich eine Möglichkeit die Sprache zu erlernen und somit selbstbestimmend in der Gesellschaft zu agieren und eine Pflicht, insbesondere zur baldigen Integration in den Arbeitsmarkt. Die Perspektive und Problematiken der Teilnehmer sind zentral: sie berichten von den Räumen, in denen sie die deutsche Sprache tatsächlich anwenden können, ihren Schwierigkeiten des Erlernens im höheren Alter und die Auswirkungen des Spracherwerbs und der Situation auf ihren gesundheitlichen Zustand. Es dient dazu, ein besseres Bild der Situationen der Teilnehmer zu erhalten.

Testo integrale

1Ce chapitre concerne l’expérience de participants à différents cours d’intégration à Berlin et analyse comment les mesures officielles de politique d’intégration sont mises en pratique et utilisées. Le cours d’intégration est autant une possibilité d’apprendre la langue et d’acquérir un pouvoir d’action dans la société, qu’une obligation pour l’intégration rapide sur le marché du travail. La perspective et les problématiques des participants sont centrales : ils parlent des lieux, dans lesquels ils peuvent réellement utiliser l’allemand, leurs difficultés à l’apprendre dans un âge avancé, et les effets de l’apprentissage de la langue et de leur situation sur leur état de santé. Tout cela permet de mieux appréhender la situation des participants.

  • 1 „Der Integrationskurs ist seit seiner Einführung im Jahr 2005 die wichtigste integrationspolitische (...)
  • 2 http://www.bamf.de/SharedDocs/Anlagen/DE/Downloads/Infothek/Integrations
    programm/bundesweitesintegr (...)

2Officiellement, en Allemagne, le cours d’allemand est considéré comme la clé de l’intégration. Le ministère fédéral de l’Intérieur dit que « depuis son introduction en 2005, le cours d’intégration a été la mesure de soutien à la politique d’intégration la plus importante du gouvernement fédéral1. » Le programme d’intégration à l’échelle nationale fonctionne avec un concept d’intégration des systèmes, travaillant ainsi sur les domaines structurels, culturels, sociaux et identificateurs de l’intégration. Ces programmes se concentrent sur les domaines de l’intégration linguistique, de l’éducation et de l’intégration sociale2.

  • 3 Wimmer, 1996.

3Dans l’espace public, le concept d’intégration est délibérément utilisé, mais dans ce contexte il n’est pas question d’acculturation. Au milieu du xxe siècle, cette formulation est devenue un terme tabou et a reçu peu d’attention dans le discours public en Allemagne. Dans le domaine de l’anthropologie, ce terme est rejeté car il implique une appréhension statique de l’identité. En anthropologie sociale et culturelle les identités sont justement entendues comme processuelles et en échange les unes avec les autres3. C’est pourquoi nous travaillons avec le concept d’intégration suivant :

  • 4 Heckmann, 2015, s. 82.

L’intégration est l’acquisition de l’appartenance des immigrés aux institutions, relations sociales et milieux sociaux de la société d’accueil. L’intégration en tant que processus de formation des membres et d’alignement des conditions de vie se développe progressivement selon les dimensions de l’intégration structurelle, culturelle, sociale et identitaire. Elle nécessite les services d’intégration des migrants et nécessite l’ouverture et le soutien de la société d’accueil. C’est donc un processus réciproque mais pas égal qui dure sur des générations. L’intégration en tant que condition et résultat signifie que l’appartenance sociale complète et égale d’un groupe de migrants existe dans la société d’accueil et que les conditions de vie sont devenues égales. L’origine ethnique et les origines de la migration ne jouent plus aucun rôle dans la répartition des ressources et la structuration des relations sociales4.

  • 5 Spradley, 1980, p. 53‑62.
  • 6 Schlehe, 2008.
  • 7 Malkki, 2007.

4Ma recherche se veut être à l’intersection entre le programme politique au niveau macro et l’expérience des participants au niveau micro. En conséquence, j’adopte le point de vue des participants dans un cours d’intégration et je souhaite que les résultats de mes enquêtes soient disponibles pour les autorités officielles et décisionnelles. Les sujets qui ont été rencontrés au cours de cette recherche constituent le fond de mon analyse. Grâce à l’utilisation de différentes méthodes ethnologiques, telles que l’observation participante5, les entretiens narratifs et les cartes mentales6, j’adopte une perspective différente pour comprendre la vie quotidienne des personnes qui maîtrisent peu l’allemand. En tant que chercheuse en anthropologie sociale et culturelle, il est très important pour moi de comprendre le problème de l’intérieur7.

Un voyage à travers Berlin

  • 8 Rapport final du projet « La médiation linguistique dans les écoles et les situations de vie précai (...)

5Les personnes qui viennent vivre en Allemagne le font pour une grande multiplicité de raisons, avec des souhaits différents et des exigences différentes. Le projet de l’association des femmes Xochicuicatl e.V., financé par l’administration du Sénat berlinois pour l’intégration, le travail et les femmes, m’a permis de collaborer avec la communauté hispanophone et lusophone de Berlin. Cette communauté constitue la majorité des ressortissants étrangers vivant en Allemagne utilisant le droit de libre circulation de l’Union européenne. Ayant vécu dans un pays européen plusieurs années auparavant (Espagne, Portugal, Italie), ces personnes en avaient également acquis la citoyenneté. En raison de situations économiques et personnelles dans ces pays les personnes ont décidé de déménager en Allemagne et d’y chercher du travail. Pour 80 % des 153 participants que j’ai pris en charge, c’est déjà la deuxième migration qu’ils ont effectuée8. L’autre groupe avec lequel j’ai travaillé jusqu’ici était constitué principalement de réfugiés venus de Syrie.

  • 9 En tant que bénévole à la Berliner Stadtmission depuis novembre 2015.

6J’ai pris le rôle de professeur de langue, ce qui m’a permis d’établir des relations personnelles avec les gens. Ils m’ont montré leurs lettres et autres papiers officiels et ensemble nous avons traduit les documents des autorités9. Maintenant, je travaille dans le domaine de l’éducation des adultes dans la même institution. La plupart des Syriens ne vivent plus dans le centre d’accueil d’urgence parce qu’ils habitent dans des logements partagés ou dans leurs propres appartements, beaucoup d’autres nationalités sont représentées. Les plus grandes difficultés ont surgi dans les relations avec les autorités. Un manque de compréhension de la langue a conduit au stress et à la nervosité chez les personnes. Concomitamment ces personnes dépendent de ces institutions en raison de leur situation financière et sociale, ce qui crée un cercle vicieux. Ils se sentent débordés et soulignent toujours combien il est difficile d’apprendre la langue dans ces circonstances. L’acquisition de la langue est l’une des mesures engagées par le « Jobcenter ». Pour pouvoir accéder à des prestations sociales, un citoyen de l’Union européenne en Allemagne doit d’abord être en état de démontrer qu’il poursuit au moins une activité, même mineure. Ensuite, il doit suivre un cours d’intégration pour obtenir un niveau de langue B1 afin d’être ensuite disponible sur le marché du travail. L’objectif est de faire travailler les migrants à plein temps. Le même scénario peut être observé avec les réfugiés. Ceux qui ont un statut reconnu reçoivent des avantages sociaux du « Jobcenter » et doivent suivre un cours officiel d’intégration. Encore une fois, l’objectif est d’intégrer les gens dans une activité à temps plein.

7Comme le projet de l’association des femmes était temporaire, il s’agissait de renforcer les compétences des migrants avec lesquels nous travaillions. Le travail de traduction avec eux est important et peut être un support dans des domaines spécifiques comme les différentes démarches administratives qu’ils doivent entreprendre. En plus du soutien au quotidien, et de l’aide administrative, il est important de soutenir les compétences linguistiques des migrants afin qu’ils puissent agir de manière plus indépendante.

Le cours d’intégration

  • 10 http://www.bmi.bund.de/DE/Themen/MigrationIntegration/Integration/Integrations
    kurse/integrationskur (...)

Depuis l’entrée en vigueur de la loi sur l’immigration en 2005 jusqu’à la fin de 2016, environ 2,3 millions d’éligibilités sont émises. De 2005 à la fin de 2016, plus de 117 000 cours d’intégration sont tenus dans toute l’Allemagne. De 2005 à fin 2016, plus de 928 000 participants ont suivi un cours d’intégration10.

8Selon les statistiques, 46,9 % des participants proviennent de Syrie, 8,2 % d’Irak et 5,2 % viennent d’Érythrée. Les autres participants proviennent d’autres pays, dont l’Iran, l’Afghanistan, l’Espagne, la Grèce, la Pologne et l’Ukraine. Certains participants reçoivent un financement pour le cours d’intégration, y compris les citoyens de l’Union européenne ayant un emploi mineur et les réfugiés ayant le statut de résident. D’autres personnes qui gagnent suffisamment pour vivre mais qui n’ont pas les moyens de bénéficier du cours reçoivent des prestations de l’Office fédéral des migrations et des réfugiés. Les participants reçoivent initialement 600 heures, qui doivent les porter d’un niveau de connaissance A1 à B1. S’ils ne réussissent pas le test, ils peuvent postuler pour 300 heures supplémentaires de cours. C’est l’idée, mais en réalité cela ne fonctionne pas si bien. Beaucoup plus de participants ont été admis en cours qu’il n’y avait de diplômés après les examens. Plusieurs raisons peuvent à ce titre être évoquées, mais on ne peut que spéculer sur certaines d’entre-elles. Je me concentre donc ici sur les situations que j’ai vécues à la fois dans mes recherches et dans mon travail.

 

9Beaucoup de participants ont exprimé leur frustration à l’égard de la grammaire allemande et ont ressenti une pression immense de la part des autorités pour apprendre la langue. Ils ont beaucoup d’attentes vis-à-vis de cette acquisition de la langue. Leur avenir en Allemagne devient corrélatif d’un apprentissage linguistique. L’apprentissage se fait plus facile quand ils obtiennent finalement leur propre appartement. La vie quotidienne en Allemagne devient plus facile lorsqu’on peut enfin aller à l’université. Les objectifs concrets sont souvent reportés à un avenir lointain.

La langue allemande au travers des cours d’intégration du gouvernement fédéral allemand

10Comment les participants apprennent-ils dans les cours d’intégration, dans quels espaces sociaux appliquent-ils la langue allemande et quels effets physiques et personnels cet apprentissage a sur eux ? De quelle façon ont-ils finalement façonné leur vie à Berlin ? Comment les niveaux macro et micro se relient-ils dans un cours d’intégration officiel ? Comment le plan d’un cours d’intégration construit par le gouvernement fédéral réagit-il à sa mise en œuvre effective ? Dans la partie suivante, j’énumère les points clés des données qui selon moi affectent l’acquisition de la langue allemande.

11Le cours d’intégration est construit comme une fenêtre à travers laquelle les participants ont un aperçu de la société allemande. Cependant, une fenêtre n’est toujours qu’une petite partie d’un grand ensemble et marque une séparation invisible mais existante. Cette séparation devient également évidente pour moi par rapport aux espaces sociaux dans lesquels la langue est utilisée par les participants.

Espaces sociaux

12Premièrement, leur accès à la société allemande est caractérisé par sa limitation. Seuls quelques étudiants ont des amis allemands. Rares sont ceux qui ont des personnes allemandes parmi leurs connaissances même quand ils vivent en Allemagne depuis deux ans. Cette séparation des relations est due au fait que les réfugiés sont toujours logés dans des appartements séparés des citoyens allemands. Bien qu’il existe de nombreux projets visant à impliquer les migrants dans l’espace social commun, il persiste malheureusement un manque d’accès dans ce domaine. En outre, les programmes, comme l’association « Commencez avec un ami » sont bondés. Les femmes ayant des enfants sont particulièrement touchées par cette exclusion, car elles n’ont souvent pas le temps de s’impliquer dans leur intégration. Leur mobilité est souvent fortement limitée. Lorsque je demande aux participants de dessiner une carte des lieux où ils utilisent la langue allemande, les résultats sont les suivants : le « jobcenter » est toujours mentionné en premier, tant qu’ils reçoivent des services, le supermarché, ou le bureau du médecin. Ces lieux sont caractérisés par des règles de comportement implicites, très importantes d’un point de vue social, mais qui ne favorisent pas l’apprentissage de la langue. En outre, ces personnes entretiennent vis-à-vis de l’autorité une relation ambivalente qui a déjà été précédemment évoquée. La dépendance de ces personnes aux institutions sociales se double d’une angoisse et d’une incompréhension. Une personne interrogée, qui vient du Turkménistan et fait déjà la formation d’organisateur communautaire, m’a dit qu’il allait souvent dans les magasins poser des questions aux commerçants concernant certains produits afin d’élargir son vocabulaire.

13D’une part, le système fédéral unique doit servir de base à tous les participants pour s’intégrer dans la société, d’autre part, précisément ces participants se caractérisent par leur hétérogénéité. Pour certains cette étape est plus facile que pour d’autres. J’essaie donc de trouver un équilibre juste entre les deux zones en identifiant les difficultés et en construisant des ponts.

L’âge

14L’âge est un autre facteur qui m’a été souvent mentionné par les élèves. « Je suis trop vieille pour ça » m’a raconté une femme vénézuélienne qui est arrivée à Berlin il y a un an avec sa famille et dont le mari a un passeport allemand. En raison de la situation de sa famille restée au Venezuela, elle se sent souvent triste et n’a pas appris la langue allemande. Elle a déjà mené une vie à Caracas et a dû l’abandonner. Il est très difficile pour elle et sa famille de créer des liens avec la population allemande et de se socialiser. En conséquence, en raison du manque de contact et surtout à un âge avancé cette femme se trouve réellement dans un environnement de langage naturel, comme si elle n’était pas en Allemagne du tout. La littérature parle de personnes L2, langue seconde, et compare l’acquisition du langage selon l’âge et l’environnement. Selon les experts, l’âge n’a pas autant d’importance que l’environnement. Les jeunes apprennent la langue plus rapidement parce qu’ils peuvent établir des contacts sociaux plus rapidement et de manière plus pérenne.

La santé

15La santé joue aussi un grand rôle. Un étudiant en mathématique syrien qui étudie l’allemand dans mon cours depuis plus d’un an et qui a déjà un niveau de langue B2 m’a répété à maintes reprises que l’allemand lui enlèverait de la place dans sa tête. Il n’est pas un cas isolé. Beaucoup de gens se plaignent de maux de tête, une femme est nerveuse dans la salle de classe et mange continuellement, fronçant les sourcils et gémissant : « datif et accusatif, je ne comprends pas ». Les implications physiques de l’acquisition du langage sont très nombreuses. Les maux de tête sont un effet psychosomatique post-migratoire normal. Ceux-ci influencent également l’acquisition de la langue du pays d’accueil. Une de mes étudiantes du Venezuela a même reçu un certificat de son médecin attestant du fait qu’elle ne peut plus suivre le cours. Il ne semble pas que le cours l’ait rendue malade. Ce sont davantage les circonstances de sa vie qui sont déjà instables et qui lui rendent difficile l’apprentissage de la langue.

La frustration

16Un autre terme qui revient constamment est la frustration. Les gens sont frustrés par leurs conditions de résidence, frustrés de devoir traiter avec les autorités, frustrés par leurs perspectives d’avenir et, surtout, par la grammaire allemande. Pour illustrer cette difficulté, je voudrais citer un article de Mark Twain, qui a écrit à propos du “Awful German Language”, la terrible langue allemande :

In German, a young lady has no sex, while a turnip has. Think what overwrought reverence that shows for the turnip, and what callous disrespect for the girl. See how it looks in print—I translate this from a conversation in one of the best of the German Sunday-school books:

Gretchen: Where is the turnip?

Wilhelm: She has gone to the kitchen.

Gretchen: Where is the accomplished and beautiful English maiden?

  • 11 Twain, 1880.

Wilhelm: It has gone to the opera11.

17En lien avec leur frustration les élèves élaborent des scénarios futurs qui sont souvent parfaitement inaccessibles et déconnectés de leur situation réelle. Ainsi, de meilleures conditions matérielles futures sont constamment évoquées pour justifier d’une acquisition du langage remise à plus tard. « Si j’ai un appartement, alors je pourrai mieux apprendre l’allemand », « Si j’ai mon certificat C1, alors je serai plus heureux », « Si je réussis mon test B1, je commence à parler allemand avec d’autres personnes. » Le modèle en escalier de mesure du niveau d’acquisition linguistique est utilisé dans l’acquisition du langage pour sa mesurabilité et est également utilisé par les étudiants qui s’y réfèrent dans leur vie privée. La disposition rigide des cours leur donne l’impression qu’ils peuvent, eux aussi, subdiviser leur vie en catégories d’activités rigides. Leur avenir en Allemagne dépend souvent de cette projection dans de futurs projets. Malheureusement seuls quelques-uns savent de quelles ressources ils peuvent se saisir pour vraiment atteindre leurs objectifs. Cela est dû au manque de connaissances et d’accès aux services proposés dans la société d’accueil.

 

18L’Allemagne est finalement la terre des documents administratifs. Dans le domaine de l’éducation des adultes dans les situations de grande précarité des refuges d’urgence, nous souhaitons promouvoir l’acquisition de la langue et travailler sur différents piliers de l’intégration : acquisition de la langue, formation continue, intégration sociale et intégration économique. L’objectif est de responsabiliser les gens afin qu’ils puissent façonner leur vie dans le contexte qui leur est donné en Allemagne.

Discussion

19Arnold Castelain : Est-ce qu’une politique assimilationniste est mise en œuvre sur le plan linguistique en Allemagne selon vous ?

20Svenja Arenz : Je pense qu’en Allemagne, on ne peut pas parler d’une politique assimilationniste mais plutôt d’une politique d’intégration. Ce programme politique comporte une intégration structurelle et culturelle. L’intégration structurelle c’est intégrer les immigrants dans la vie économique, sociale et politique de la société d’accueil. Une partie de cette intégration passe par l’apprentissage de la langue allemande, principalement enseignée dans les cours d’intégration. Comme je l’ai dit, le ministère fédéral de l’Intérieur décrit le cours d’intégration, qui a été rendu obligatoire en 2005, comme la mesure la plus importante de la politique d’intégration. Les réfugiés reconnus reçoivent un financement public et passent par un programme au « Jobcenter ». Une partie de ce programme est d’assister à un cours d’allemand. S’ils accèdent au niveau B1, ils peuvent être intégrés au marché du travail. En mars 2017, les cours B1 Plus et B2 Plus ont été ajoutés, qui combinent le cours d’allemand avec un stage. Quiconque a besoin du soutien de l’État doit d’abord suivre un cours d’allemand. C’est le cas pour les réfugiés reconnus, mais aussi pour les citoyens de l’Union européenne qui ont un « Minijob » en Allemagne et reçoivent des subventions du « Jobcenter ». 

  • 12 BAMF : Bundesamt für Migration und Flüchtlinge, Office fédéral des migrations et des réfugiés, le B (...)

21Beaucoup d’étudiants estiment que le soutien de l’État est un grand soulagement financier car ils ont de l’argent pour manger et vivre. Certaines personnes sont contentes de l’emploi qu’elles ont trouvé avec « Jobcenter » – dont certains Syriens avec qui j’ai travaillé qui ont été également soutenus par l’État pour aller à l’université. D’autres personnes en revanche ne sont pas satisfaites et estiment que l’apprentissage de la langue allemande est très difficile. Je connais aussi des personnes qui ont décidé consciemment de ne pas passer par « Jobcenter » et se débrouillent toutes seules. Ces personnes n’ont cependant pas le droit à un cours d’allemand gratuit. Elles peuvent demander une réduction des coûts de scolarité auprès de l’Office fédéral des migrations et des réfugiés, le BAMF12, si leurs salaires sont bas.

22Arnold Castelain : Quelle place pour les langues étrangères dans la vie de tous les jours et dans la vie professionnelle en Allemagne ? 

23Svenja Arenz : Cela dépend de l’industrie et de la nationalité. Officiellement, il faut avoir un niveau de B1 pour s’insérer efficacement sur le marché du travail. Cela s’applique principalement aux professions qualifiées.

24Je sais cependant qu’il y a beaucoup de personnes qui ne savent pas parler la langue mais qui travaillent en Allemagne. Un groupe de femmes latino-américaines que j’ai pu accompagner au fil des ans travaille dans un hôtel qui est dirigé par des Espagnols.

25Les réfugiés syriens que je connais et qui ne parlent pas allemand jusqu’à présent travaillent souvent dans des professions non qualifiées, même s’ils possèdent déjà un certificat professionnel ou un diplôme. Le marché du travail est donc très exclusif et la langue allemande est essentielle pour une carrière à long terme.

26Arnold Castelain : En tant que traductrice pour les autorités, quels enjeux avez-vous rencontrés ?

27Svenja Arenz : Je pense que les autorités allemandes étaient très coopératives, c’est-à-dire les fonctionnaires avec qui j’ai pu travailler. Au niveau bureaucratique, cependant, une langue très difficile est utilisée, ce qui est difficile même pour les locuteurs natifs et qui frustre quelqu’un qui essaie d’apprendre la langue. Afin de soutenir l’indépendance des migrants, je me suis demandé pourquoi il n’y avait aucun formulaire dans un langage simplifié ou pourquoi, dans les cours d’allemand, il n’y avait pas d’unités d’enseignement spécifiques sur le sujet du « remplissage de formulaires » ou du « vocabulaire pour les autorités ».

28Arnold Castelain : Dans les cours de langues avec les résidents que vous avez réalisés pour la Stadtmission quels enjeux avez-vous rencontrés ? Quelles interactions langagières avez-vous remarquées ?

29Svenja Arenz : Concernant les cours de langues et mes élèves, je prends en compte les niveaux personnel, social et politique. Chaque personne a sa propre histoire de fuite, son propre parcours d’exil et une manière individuelle de se positionner face à ces événements. Certaines personnes peuvent mieux faire face aux choses qu’elles ont vécues et sont donc plus en mesure d’apprendre la langue. Mais aussi pour ces personnes qui ont plus de facilité l’acquisition de la langue signifie qu’elles doivent se motiver quotidiennement car leur environnement non-germanophone rend l’apprentissage plus difficile. Beaucoup de participants ont déclaré que l’apprentissage dans l’hébergement d’urgence est difficile car il est trop bruyant et parce qu’ils n’ont pas de place pour étudier. Entre-temps beaucoup de personnes sont sorties du centre d’urgence où je travaille et vivent maintenant dans un logement communautaire ou bien dans certains cas isolés dans leur propre maison. Cependant, comme je l’ai expliqué dans ma présentation, un problème social majeur se pose ici car le contact régulier avec des locuteurs natifs allemands est rare. C’est un problème politique. Bien qu’il existe déjà de nombreux projets financés par le gouvernement fédéral qui visent à promouvoir la participation des populations locales et nouvelles, la rencontre se fait seulement avec les personnes déjà très motivées. Ma question est de savoir comment promouvoir la mobilité et donc la participation de toutes les autres personnes sur le territoire.

30L’interaction de la langue lors de mes cours d’allemand avec les femmes migrantes a toujours été très joyeuse. Ce cours signifie pour elles qu’elles ont une activité dans leur vie quotidienne, dans leur semaine. De plus, les participantes ont eu l’impression de faire quelque chose pour leur avenir. J’ai proposé des exercices de grammaire et du vocabulaire avec les participantes qui connaissaient encore peu de la langue. Beaucoup d’entre elles ont eu besoin de parler de leur famille. Celles qui parlent bien allemand ont souvent voulu me parler de la politique et ont exprimé leur deuil et leur tristesse vis-à-vis de la situation de leur pays d’origine. Elles m’ont demandé ce qu’elles pouvaient faire en Allemagne et j’ai essayé de les mettre en contact avec d’autres projets berlinois et avec l’université.

31Arnold Castelain : Quelle méthode pédagogique utilisez-vous ? Comment se construit un cours pour réfugié ?

32Svenja Arenz : Je travaille principalement avec des femmes qui n’ont pas terminé le cours d’intégration organisé par l’État fédéral parce que les leçons étaient trop rapides. Mon objectif est de constituer une base pour ces femmes, c’est pourquoi j’explique la grammaire en espagnol et en portugais. Cela les aide à comprendre. La langue est également liée à l’environnement. Pour cette raison, j’organise des excursions dans les musées, je fais des visites de la ville ou j’accompagne les femmes vers d’autres associations politiques et je les aide à développer un sentiment pour la société allemande et à se sentir plus à l’aise dans la ville où elles vivent. Par ces moyens elles prennent plus plaisir à apprendre.

33Le cours officiel d’intégration est structuré différemment. Les participants reçoivent 600 heures et apprennent d’A1 à B1 en six mois. À la fin, ils ont un test. Environ 30 % passent le test directement, sinon, ils peuvent refaire le test ou faire une demande pour 300 heures supplémentaires de cours auprès du BAMF. De plus, il y a 100 heures d’orientation dans lesquelles les participants apprennent des éléments basiques sur l’Allemagne.

34J’ai participé pendant trois mois à un cours d’intégration dans le cadre de mes recherches. La professeure avec qui j’ai été autorisée à travailler était très motivée et a ajouté de nombreuses activités aux leçons. Quand les gens étaient fatigués, elle proposait de la petite gymnastique. En outre, les gens ont toujours dû parler beaucoup. Elle enseigne depuis plusieurs années et a déclaré que le cours d’intégration est trop rapide et qu’il ne peut souvent pas être combiné adéquatement avec la vie quotidienne des gens. La grammaire est enseignée rapidement et avec des classes allant jusqu’à 25 personnes, elle a peu de possibilités pour travailler directement avec les gens. Dans un souci de réciprocité au-delà de ma recherche, je continue d’avoir des contacts avec les participants et j’essaie d’apprendre avec eux et de faire des choses avec eux.

35Arnold Castelain : Merci pour toutes vos réponses. Enfin, quelle éthique de la traduction voudriez-vous défendre pour une politique européenne d’accueil ?

36Svenja Arenz : Pour moi, la traduction doit toujours se faire sur un niveau d’égalité. La langue est un capital – un capital social et économique selon Bourdieu. Pour moi, il est important que les deux parties, c’est-à-dire les traducteurs et les clients, travaillent ensemble pour éliminer autant que possible les relations asymétriques. Il est important de respecter l’autre personne et de comprendre son histoire et ses antécédents. De la sorte, le processus de traduction peut être adapté à ses besoins, tout en permettant une communication efficace. La traduction dans les systèmes sociaux est censée renforcer les gens. C’est pourquoi il est important d’avoir une bonne compréhension du système d’aide et de transmettre ces connaissances. Le fait de traduire est un travail commun. Au début, il est naturel que vous traduisiez davantage que la personne, mais peu à peu, il est important que vous appreniez ensemble le vocabulaire nécessaire. Là se trouvaient les enjeux au moins dans mon cas. Je ne suis pas une traductrice officielle pour l’espagnol ou le portugais, mais je parle les deux langues couramment. En tant qu’ethnologue, je prends une position active et j’essaie de développer des méthodes fonctionnant sur la durée et permettant une indépendance progressive au-delà de la traduction pour les personnes. Cela comprend l’apprentissage de la langue et la compréhension du système.

Note

1 „Der Integrationskurs ist seit seiner Einführung im Jahr 2005 die wichtigste integrationspolitische Fördermaßnahme des Bundes.“ http://www.bmi.bund.de/DE/Themen/Migration-Integration/Integration/Integrationskurse/integrationskurse_node.html

2 http://www.bamf.de/SharedDocs/Anlagen/DE/Downloads/Infothek/Integrations
programm/bundesweitesintegrationsprogramm.pdf?__blob=publicationFile

3 Wimmer, 1996.

4 Heckmann, 2015, s. 82.

5 Spradley, 1980, p. 53‑62.

6 Schlehe, 2008.

7 Malkki, 2007.

8 Rapport final du projet « La médiation linguistique dans les écoles et les situations de vie précaire », Xochicuicatl e.V., 2016.

9 En tant que bénévole à la Berliner Stadtmission depuis novembre 2015.

10 http://www.bmi.bund.de/DE/Themen/MigrationIntegration/Integration/Integrations
kurse/integrationskurse_node.html

11 Twain, 1880.

12 BAMF : Bundesamt für Migration und Flüchtlinge, Office fédéral des migrations et des réfugiés, le BAMF est en Allemagne, ce que l’Ofpra est en France. Ofpra : Office français de protection des réfugiés et apatrides.

Autore

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search