Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduction et migration

 | 
Arnold Castelain

Quand l’éthique repose la question essentielle du sens de l’accueil des migrants

Aziz Tabouri

Texte intégral

1La question portée dans le titre de cet ouvrage nous parle à nous, en tant qu’interprètes et traducteurs, dont le métier est celui d’être au quotidien cette interface entre des êtres humains qui ne parlent pas la même langue. Les questions relevant de l’éthique, du sens et de l’engagement, ne sont-elles pas des bases préalables et la finalité du métier des professionnels de l’interprétariat et de la traduction ? L’interprétariat en milieu social n’est pas n’importe quel interprétariat. Il est directement lié aux personnes migrantes, allant d’un pays à l’autre à la recherche d’une vie meilleure.

2Parmi les obstacles nombreux qu’affronte le migrant tout au long de son périple (légal ou illégal) puis tout au long de son évolution au sein de la société d’accueil qu’il a choisi, il y a l’obstacle de la langue qui renforce tous les autres. La barrière de la langue est insidieuse. Elle empêche de communiquer et de comprendre. Elle sépare et éloigne ceux qui appartiennent pourtant au même genre humain. En contribuant à lever la barrière de la langue, l’interprète et le traducteur permettent la compréhension et l’échange. Ce faisant, ils mettent le migrant en situation d’exercer le premier de ses droits (celui de s’exprimer et de comprendre) et, en « sortant du silence », le migrant retrouve sa dignité d’humain « doté de la parole ».

3Aujourd’hui notre société, en France comme en Europe, est traversée par le doute sur ses capacités d’accueil et d’ouverture aux autres. C’est dans ces moments particuliers, de perte de sens, qu’il est nécessaire de reposer les questions de fond comme celle de l’éthique et de la solidarité humaine.

4Dans l’exposé des motifs du colloque qui eut lieu à l’Inalco, il était précisé qu’« à des situations de migrations nouvelles, doit répondre une éthique de la traduction (interprétariat) et une politique d’accueil renouvelée. » Ceci revient inévitablement à interroger de façon concrète l’éthique de ces politiques d’accueil, mais aussi l’éthique des professionnels en charge de la mettre en œuvre. Quelques définitions préalables peuvent nous éclairer. Le dictionnaire Larousse définit l’éthique comme « un ensemble de principes moraux qui sont à la base de la conduite de quelqu’un. »

5Au mois d’octobre 2017, le Comité consultatif national d’éthique a rendu public un rapport sur un sujet très sensible et essentiel car touchant à l’intégrité même de la personne humaine : celui de la santé et de l’accès aux soins des migrants. Ce rapport édicte comme exigences éthiques plusieurs principes fondamentaux qui doivent caractériser la relation des professionnels aux personnes migrantes. Voici les plus importants que nous pouvons partager :

  • le respect de la dignité des personnes, considérées dans leur dimension humaine universelle et reconnues dans leur singularité, ce qui nous éloigne du racisme et du différentialisme ;
  • un accueil bienveillant dans les services publics ;
  • la solidarité qui devient Fraternité quand il s’agit des besoins élémentaires des êtres humains et qui devient Hospitalité quand il s’agit d’êtres humains qui viennent de loin.
  • 1 CCNE : Comité central national d’éthique.

6Plus intéressante et faisant directement écho à l’objet du colloque est la nécessité reconnue, au nom de l’exigence éthique, de recourir à un interprétariat professionnel dans la relation de soins avec les migrants. Cet interprétariat est défini comme « mode pertinent de communication, linguistique et culturelle avec les personnes pour mieux comprendre leurs attentes. » Autrement dit, c’est au nom de l’éthique que le CCNE1 déclare nécessaire et pertinent un système d’interprétariat professionnel.

7Puisque la première exigence éthique est celle du respect de la dignité humaine, constatons que l’interprète participe justement à conforter et à protéger la dignité humaine de celui ou de celle qui ne parle pas la langue du pays d’accueil. Le « Dialogue à trois » est ce concept subtil qui vise à rétablir une certaine égalité dans un dialogue asymétrique, c’est-à-dire inégal.

8Nous disions plus haut qu’il y a lieu d’interroger les pratiques des professionnels eux-mêmes, ceux qui sont au cœur des actions d’accueil et d’intégration. Les interprètes professionnels ne peuvent pas échapper à cette interrogation, en ce qu’ils sont eux-mêmes un maillon de la chaîne du travail social.

9C’est à ce travail d’interrogation sur le sens de l’action de ses centaines d’interprètes et traducteurs que l’association ISM Interprétariat a mené collectivement une réflexion durant un an, et qui a débouché sur l’élaboration d’une « Charte qualité ». Dans ce document qui les engage, il est rappelé aux interprètes la finalité sociale, culturelle et humaine de leur mission.

10Citons-en un passage :

[E]n levant la barrière de la langue, l’Association participe à l’accueil et à l’intégration des migrants. Ces derniers sont ainsi considérés dans toute leur dimension d’hommes et de femmes, dans le respect de leur dignité et leurs droits au sein de la société française qui s’est donnée pour valeurs : Liberté, Égalité, Fraternité et laïcité.

11La question de la « Qualité » du travail des interprètes est posée sous l’angle des valeurs et de l’engagement, sous l’angle du sens et de la finalité même de leur action, et non pas sous un angle commercial comme cela est généralement le cas.

12Pour autant, la question du professionnalisme et des compétences est naturellement posée. Elle est essentielle. Les deux chapitres suivants de la Charte leur sont consacrés. Ils précisent les règles et le comportement professionnels de l’interprète.

13En conclusion, l’action des interprètes, guidée par des valeurs fortes et des exigences professionnelles évidentes, participe bien à une bonne politique d’accueil et d’intégration à travers les services publics ; tout en préservant une certaine éthique de l’interprétariat et de la traduction.

Notes

1 CCNE : Comité central national d’éthique.

Auteur

Directeur, ISM Interprétariat