Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La figure du consommateur immigré en Europe

 | 
Virginie Silhouette-Dercourt
, 
Maren Möhring
, 
Marie Poinsot

Économies migrantes et urbanité marginale comme promesses de consommation1

Migrantische Ökonomien und marginale Urbanität als Konsumversprechen

Migrant economies and marginal urbanity as promise of consumption

Felicitas Hillmann
Traduction de Céline Corsini

Résumé

Depuis les vingt dernières années, les entreprises gérées par les migrants sont devenues des ressources pour les cultures urbaines des villes européennes qui ont un passé migratoire fort. Le processus continu de transformation urbaine, qui a produit dans de nombreux endroits les mêmes schémas d’inclusion mais aussi d’exclusion, a également été à l’origine de nouveaux modes de consommation et de fragmentation socio-spatiale. Cet article souligne que les économies migrantes font partie des phénomènes de régénération urbaine portée par les migrations et qu’elles indiquent la transition de la capacité à agir des migrants d’une forme de marginalité urbaine vers une urbanité marginale.

Von Migrantinnen und Migranten geführte Unternehmen etablierten sich in den letzten 20 Jahren in den europäischen Städten mit starker Migrationstradition als fester Bestandteil des Städtischen. Diese urbane Transformation, die vierlerorts ähnliche Muster der Inklusion und Exklusion produzierte, geht mit veränderten Konsummustern und sozialräumlicher Fragmentierung einher. Der Beitrag argumentiert am Beispiel Berlins, dass die migrantischen Ökonomien als Teilaspekt von Migration-led Regeneration interpretiert werden können und den Übergang von urbaner Marginalität zu marginaler Urbanität markieren.

In the past two decades migrant-run enterprises have become an asset of the urban culture and texture in those European cities that have a strong migration history. The ongoing urban transformation, producing similar patterns of inclusion and exclusion in many places, instigated new modes of consumption and socio-spatial fragmentation. This article argues that migrant economies are part of processes of Migration-led Regeneration and that they indicate the transition of migrant agency from urban marginality towards marginal urbanity.

Texte intégral

  • 1 Cet article est la traduction d’une version abrégée et modifiée de Hillmann 2018, Migrantische Unte (...)

1Les « économies migrantes » - ou entreprises qui sont créées par des migrants - peuvent être interprétées comme des dimensions sans doute partielles et volatiles d’une forme de « régénération » urbaine. Celle-ci, à son tour, est portée par les effets positifs et négatifs de la mondialisation. En effet, au cours des vingt dernières années, des entreprises gérées par des migrants sont apparues dans les villes européennes qui partagent une forte tradition de migration. Elles font aujourd’hui partie du tissu urbain. Et il ne s’agit plus d’un développement propre à certaines villes en particulier. Ces entreprises sont le fruit de la transformation urbaine qui a engendré des modèles d’inclusion et d’exclusion assez similaires dans la plupart des villes. Il est possible de les repérer dans le changement des modes de consommation (comme l’expression de styles de vie et d’une distribution des ressources diversifiée) et par conséquent, dans l’amplification de la fragmentation sociospatiale de ces mêmes villes.

  • 2 Cf. Häusermann et Oswald 1997 ; Friedrichs et Triemer 2008 ; Goebel, Gornig et Häusermann 2010 ; Kr (...)

2Les groupes de populations déjà marginalisés – ceux à faibles revenus, sans emploi, ou tributaires de prestations sociales, et donc en majorité, des migrants – sont particulièrement fragilisés par les processus d’exclusion au cours de cette transformation. Ils cherchent souvent à s’en sortir par le biais d’emplois précaires ou par l’indépendance professionnelle. Depuis les années 1980, ce processus de différenciation va de pair avec une intensification des disparités sociospatiales dans les grandes villes2. La marginalité urbaine, c’est-à-dire le déplacement des migrants à la périphérie des villes, est ainsi devenue un concept clé de la sociologie urbaine (Wacquant 2008).

3Cet article montre comment les entreprises créées par des migrants ont dans un premier temps émergé du fait de cette progression de la précarité, et comment elles ont ensuite contribué à ouvrir la voie vers ce que l’on pourrait appeler une « urbanité marginale ». Dans cette urbanité marginale, les entreprises migrantes se développent grâce aux promesses de consommation présentes dans les villes. Elles sont souvent incorporées dans les pratiques actuelles de régénération urbaine. La migration influe en effet de deux manières sur le développement urbain : premièrement, comme composante de l’intégration dans les dynamiques mondiales, et deuxièmement, comme modèle de développement sur place, dans la ville. Ces deux types d'influence semblent être deux mouvements distincts, mais à première vue uniquement. Un examen approfondi des économies migrantes fait apparaître l’existence d’un lien bien plus étroit : l’augmentation du commerce international des marchandises modifie les habitudes et les attentes de consommation, et celles-ci en retour stimulent la circulation de marchandises. Cette analyse fait émerger la thèse selon laquelle les entreprises créées par des migrants, comme d’autres pratiques urbaines liées à la migration telles que le Carnaval des cultures de Berlin, s’inscrivent dans le cadre de la migration-led regeneration, régénération liée à la migration.

4Cet article rappelle tout d’abord le cadre théorique de la migration en tant que dimension incontournable du développement urbain. Il aborde ensuite les traditions de recherche sur les économies migrantes avant de décrire sur la base de résultats empiriques récents, comment celles-ci s’intègrent dans le contexte d’une consommation (des habitants, de la ville) en mutation. La conclusion montre dans quelle mesure les économies migrantes, composantes de la migration-led regeneration, contribuent à un renouvellement du tissu urbain en occasionnant des changements « par le bas » et « par le haut ».

Migration et « régénération » urbaine

5Les statistiques démontrent qu’au cours de la dernière décennie, dans de nombreuses grandes villes européennes, la part des entrepreneurs migrants ou étrangers a augmenté par rapport à l’ensemble des entrepreneurs (cf. Fig. 1). Dans certaines villes, la croissance est même tributaire de l’immigration internationale.

Figure 1 : Indépendance professionnelle de la population étrangère en Europe 2007-2013 (en milliers)

Figure 1 : Indépendance professionnelle de la population étrangère en Europe 2007-2013 (en milliers)

Eurostat 2014

Conception : Veronika Steffens

  • 3 Haus, Heinelt et Stewart 2005 ; Selle 2006a, 2006b ; Selle 2013.

6On constate aussi que l’indépendance professionnelle est encore concentrée dans certains sous-segments des marchés du travail urbain. Il est également bien documenté que les multiples initiatives participatives en faveur du développement urbain et orientées justement vers les populations « migrantes » ont du mal à parvenir précisément jusqu’aux habitants des quartiers à prévalence migrante, caractérisés par la permanence de fractures sociales importantes (Selle 2013). Ce qui est moins clair, c’est comment les différentes villes, avec leurs programmes, stratégies et actions quotidiennes respectives, comptent atteindre la population migrante installée dans les villes. La politique de la ville repose toujours sur une variété d’acteurs, de planificateurs, de collaborateurs, d’entrepreneurs et de décideurs. De plus, elle est soumise à des fluctuations et à des changements idéologiques et/ou politiques. Néanmoins, les préoccupations primordiales qui absorbent les villes actuellement sont de deux types : d’une part, elles s’interrogent sur leur positionnement dans la hiérarchie mondiale en matière de concurrence et de coopération. D’autre part, les institutions municipales doivent répondre spécifiquement aux exigences quotidiennes de la ville, par exemple à l’évolution problématique de certains quartiers, souvent situés dans des zones d’arrivée des migrants. Cela se produit par un réajustement des politiques de régénération3.

  • 4 Dans le débat français, le terme « régénération » est de même peu fréquent. On le retrouve plutôt d (...)

7Le concept de « régénération »4, peu usité en Allemagne, est délibérément utilisé dans ce document pour faire référence à la dimension normative de la politique de développement urbain : tous ceux qui s’engagent pour le développement urbain ont en effet une idée de la façon dont la ville doit se développer, une forme d'utopie qui guide les actions. Les mesures de régénération sont interprétées ici comme une réponse apportée par certaines villes à la métamorphose urbaine décrite précédemment, et cela en fonction des analyses menées par chacun des acteurs engagés dans le processus. La transformation urbaine se manifeste à trois niveaux : dans la structure architecturale de la ville, dans le changement de son tissu socio-économique, et sur le plan symbolique, dans la représentation de l’urbain (Hillmann 2015 : p. 6 et suiv.).

  • 5 Voir Vertovec 2007 ; Tasan-Kok et al. 2014 ; Knowles 2012 ; Padilla et al. 2014 ; Römhild 2014.
  • 6 Pries 2010 : p. 62 ; voir également Glick Schiller, Çağlar 2011, ou encore multiple embeddedness.

8Dans la littérature, plusieurs typologies de régénération apparaissent : investment-led regeneration, flagship-led regeneration ou, pour les approches les plus sociales, community-led regeneration ou culture-led regeneration. La migration est considérée ici selon une double perspective. Tout d’abord, certaines pratiques de régénération des acteurs institutionnels et leurs politiques de développement urbain peuvent être ancrées dans le fait migratoire lui-même : on analyse alors leur cadre institutionnel en termes d’approches de régénération visant les migrants ( = top-down, du haut vers le bas). Une autre forme de régénération urbaine peut être lancée et organisée par les migrants eux-mêmes qui s'investissent dans des processus de rénovation urbaine ( = bottom-up, du bas vers le haut). Cet article se concentre principalement sur cette deuxième perspective et s'intéresse aux activités économiques des migrants et à leurs effets sur le développement urbain. Grâce à ce cadrage conceptuel des économies migrantes, comme composantes de la transformation urbaine globale, le débat peut se prolonger par une discussion concernant la diversité, la différence et la coexistence, et la recherche sur le transnationalisme. Vertovec (2007) et Biehl (2015) soulignent que la diversité des migrants émerge uniquement par une juxtaposition complexe d’éléments variés – tels que le sexe, la religion, l’origine ethnique, l’âge, la langue, la classe, l’histoire de migration, etc., une sorte de « super-diversité »5. La recherche sur le transnationalisme présente des arguments similaires qui désignent les « espaces sociaux multiples » des migrants6, coproduits par eux, et qui se déroulent au-delà de leur localisation singulière (cf. Dines 2002 ; Hall 2015). En Allemagne, qui n’est pas traditionnellement considérée comme une terre d’immigration, le développement urbain a aussi eu lieu du fait de l’appropriation par les migrants de l’espace urbain grâce à des pratiques quotidiennes, comme l’organisation de célébrations (notamment le Carnaval des cultures) ou justement par leur indépendance professionnelle.

9Cet article souligne que le déploiement des économies migrantes est un processus qui s’opère à l’intérieur de la ville, au niveau des quartiers, et non pas une évolution induite de « l’extérieur ». Ce processus a démarré en Allemagne au cours d’une période de restructuration des marchés du travail urbain vers des marchés postindustriels. La deuxième partie de l’article introduit les grands axes de la discussion scientifique qui ont émergé à partir du débat américain. Enfin, nous illustrerons l’évolution actuelle de l’esprit d’entreprise migrante en Allemagne, étayée par des exemples de pratiques de développement urbain initiées par les migrants eux-mêmes.

Un esprit d’entreprise « migrant » ?

10La littérature scientifique portant sur l’organisation des marchés du travail par le biais de l’« ethnicité » est relativement récente (Hillmann 2016). C’est dans les années 1970, aux États-Unis (Bonacich 1973), qu’on a commencé à se demander pourquoi certains groupes ethniques présents dans différentes parties du monde occupaient des emplois similaires. Ce constat a également suscité des interrogations et des discussions en Allemagne de l’Ouest. Les publications existantes mettent en avant un certain nombre de caractéristiques comme étant particulièrement prononcées chez ces groupes ethniques : une orientation vers l’avenir qui pousserait les migrants à accumuler de l’argent, un haut degré de solidarité à l’intérieur du groupe et de soutien mutuel, des mariages au sein de chaque groupe ethnique, une ségrégation culturelle et spatiale de la part de la société d’accueil. Les chercheurs dépeignent l’organisation interne du travail dans ces communautés comme ressemblant au capitalisme préindustriel, empreinte de paternalisme et caractérisée par une charge de travail élevée. L’intégration forcée des nouveaux arrivants dans des business leagues, ligues d’affaires, et dans des guildes est aussi une composante de ce système économique décrit comme « économies ethniques » (Light 1972). Les études américaines montrent que ces enclaves fonctionnent comme des « environnements de substitution » pour les migrants et qu’elles profitent à certains groupes d’immigrants. En effet, elles servent de catalyseurs pour l’intégration (économique) dans la société d’accueil (Portes et Bach 1985).

11Des experts ont tenté d’expliquer les comportements hétérogènes de différents groupes ethniques (Light 1972 ; Waldinger 1986 ; Light et Bonacich 1988 ; Light et Rosenstein 1995). Ni les aptitudes personnelles, ni les différences d’accès aux structures de financement ne sont suffisantes pour rendre compte des différences entre les groupes. Il semblerait que le contexte social au sens plus large joue un rôle majeur. En raison de barrières spécifiques sur le marché du travail (par exemple, la discrimination), certains groupes migratoires sont contraints de s’engager dans une activité indépendante. Ils font face à une blocked mobility, mobilité bloquée, un passage littéralement barré au marché du travail : ils se retrouvent par conséquent dans une impasse (Barrett et McEvoy 2005 : p. 39 et suiv.).

12Aussi, dans la littérature, le terme d’« économie ethnique » décrit un certain type de personnes évoluant dans un groupe non autochtone, localisé spatialement et appartenant à une entreprise ethnique. Même si les définitions du « commerce ethnique » sont vagues et englobantes, elles reposent essentiellement sur cinq hypothèses de base concernant la structure même de l’entreprise : une mise en réseau horizontale et verticale entre les entreprises d’une même minorité, éventuellement le regroupement spatial ; des fournisseurs et des produits qui proviennent des pays d’origine concernés ; une clientèle qui est issue principalement de la minorité en question ; des employés qui sont recrutés au sein de la minorité et le travail de la famille qui va de soi dans l’entreprise ; il arrive que l’identification avec la communauté soit mise en exergue, bien que la société majoritaire représente finalement la cible commerciale la plus importante (Hillmann 1998). Dans le débat allemand, les entreprises gérées par des étrangers et des migrants sont généralement qualifiées « d’économies ethniques/migrantes » (Fischer-Krapohl et Waltz 2005 : p. 100). Il y a ici une certaine ambivalence qui ressort de ces désignations, car on se réfère parfois à l’interprétation juridique du terme « étranger », mais parfois aussi à la définition des immigrants comme « minorités » en raison de leur appartenance culturelle. C’est le problème de fond de cette approche, également critiquée pour être « ethnicisante » (Timm 2000 ; Parzer et Huber 2015). Le qualificatif de « migrant » fait de l’entrepreneur un migrant en premier lieu et le risque d’une « ethnicisation » est pour ainsi dire préprogrammé par l’appellation même du domaine de recherche. Dans la pratique, l’expression est utilisée pour décrire l’organisation de nombreuses mesures de soutien pour les entrepreneurs avec un arrière-plan migratoire (par exemple, IQ Fachstelle Migrantenökonomie).

13Cette « migrantisation » de l’économie génère des attentes particulières sur le plan des résultats de recherche. Et effectivement, on trouve finalement plus d’informations sur ce groupe que sur celui des entrepreneurs « autochtones ». Des enquêtes sociologiques menées dans des zones sensibles, et concernant les volumes d’affaires, les stratégies ou la qualité du travail des entreprises sont cependant difficiles à conduire – on ne peut pas s’attendre à ce que les entrepreneurs migrants soient plus disposés à donner des renseignements que les autres. Des analyses récentes montrent que depuis de nombreuses années, les migrants ne se cantonnent plus à quelques branches de l’industrie et, par conséquent, à un marché du travail limité. Ils sont en effet maintenant considérés comme partie intégrante du marché du travail urbain (Hillmann 2011 ; Leicht et Langhauser 2014). Définir les entreprises migrantes comme le résultat d’une stratégie (personnelle) de succès ou comme une réponse à une impasse (structurelle) dépend de la perspective que l’on adopte. Il est très difficile de généraliser, car beaucoup d’entrepreneurs sont performants et bien établis, tandis que d’autres vivent proches du seuil de la pauvreté (Fischer-Krapohl et Walz 2007 : p. 220 ; Yumusak et Hunger 2003).

  • 7 Granovetter 1983, 1995 ; Waldinger 1986, Portes et Sensenbrenner 1993 ; Light et Gold 2000.

14De nombreux facteurs influent sur les modalités et la dynamique des économies migrantes : la réglementation nationale du marché du travail et le système de protection sociale, le lieu, la personnalité de l’entrepreneur et les ressources. De même, l’existence et la disponibilité de réseaux, ou le « capital social » est très fréquemment avancé comme variable explicative du succès ou de l’échec de ces entreprises. C’est l’intégration sociale de l’entreprise, et non l’entreprise elle-même qui est ici analysée7.

15Le concept de mixed embeddedness, intégration mixte, défendu par Kloosterman et Rath (2001) est largement mis en avant dans la recherche sociogéographique. Les chercheurs observent les entrepreneurs migrants eux-mêmes, mais également les conditions structurelles sous-jacentes de leur activité. Ils argumentent conformément à une logique de marché et ne font pas référence à des groupes de migrants spécifiques. Kloosterman et Rath (2001) se distancient ainsi des approches culturalistes qui prennent en compte les préférences et aversions culturelles particulières ou les stratégies transculturelles qui guideraient les actions des entrepreneurs migrants. Au contraire, ils font l’hypothèse que les entrepreneurs doivent se plier aux réglementations existantes et cela expliquerait donc que, dans certaines branches, il y a peu ou pas de création d’entreprises.

16Ces auteurs distinguent différents régimes de régularisation de l’activité qui, dans les économies urbaines européennes, ont un impact sur les entrepreneurs migrants et favorisent l’ascension sociale à des degrés divers. Ils imputent le modèle prédominant de petites et microentreprises migrantes aux potentiels de croissance présents dans les économies urbaines. Ils définissent ainsi quatre segments caractéristiques de ces économies (industriel, postindustriel, marchés stagnants, marchés en croissance), qui peuvent chacun avoir des seuils d’accès élevés ou faibles. Au sein de ces segments, il existerait des structures facilitatrices, ou au contraire des freins, qui détermineraient la participation des migrants : obstacles formels tels que des règlements et dispositions (par exemple, l’exclusion des immigrants en leur refusant un permis) ; ou barrières informelles (comme le rejet social des associations économiques ou le blocage des emplois de nouveaux entrepreneurs immigrants) (Kloosterman et Rath 2011, p. 92 et suiv.). En Europe, du fait d’un passé de migrations nationales et de politiques hétérogènes, des études comparatives sur la migration sont rares en raison de paradigmes scientifiques nationaux très différents (Ram, Jones et Villares-Varela 2017).

L’entrepreneuriat migrant en Allemagne

  • 8 Le terme même de Gastarbeiter, travailleurs invités, dérivé du terme Fremdarbeiter, travailleur étr (...)

17Contrairement à la France, avec son passé colonial marqué et son approche consistant à octroyer la nationalité française aux minorités, la migration des colonies vers l’Allemagne a joué un rôle très limité. Les grands mouvements de migration se sont principalement déroulés à partir des régions européennes voisines. Dix ans seulement après la fin du régime nazi, caractérisé par l’expulsion, la déportation et le travail forcé, la République fédérale d’Allemagne commence à recruter des travailleurs étrangers en raison de la pénurie de main-d’œuvre. Dans la seconde moitié du 20e siècle, des années 1961 à 1973, l’Allemagne de l’Ouest a recours à une méthode d’organisation économique s’appuyant sur des travailleurs invités8. Dans les années 1990, le pays accueille un grand nombre d’émigrés et demandeurs d’asile. Avec la réunification, les systèmes de migration existants jusqu’ici convergent progressivement. Et enfin, au tournant du millénaire, l’Allemagne admet politiquement la situation de fait, établie depuis longtemps, que le pays est devenu une terre d’immigration. À ce jour, on constate encore les effets de ce système de travailleurs invités sur le marché du travail allemand. La plupart des entrepreneurs appartiennent à la première génération d’immigrants. Les enfants et petits-enfants des travailleurs invités sont aussi des entrepreneurs, mais présents dans une plus grande variété de branches d'activité. Les entreprises migrantes se sont dans un premier temps développées avec la désindustrialisation. Compte tenu des changements importants sur le marché du travail liés à la crise structurelle profonde du milieu des années 1980, les migrants ont en effet été mis sous pression : ils avaient été embauchés à l’époque pour des postes condamnés à disparaître. La seule réponse possible a alors été de se mettre à son compte. En même temps, cette prise d’initiative et d’indépendance professionnelle résultait d’une tendance générale vers le développement d’emploi non standard (davantage de contrats à durée déterminée, à temps partiel, ou de mini-emploi à 400 €) et de la flexibilisation du marché du travail pour s’adapter aux nouvelles exigences et aux transferts des risques à la population active. Dans les villes, les polarisations sociales et spatiales ont alors émergé (Goebel, Gornig et Häusermann 2010 ; Kronauer et Siebel, 2013). Les approches par le concept de régénération urbaine visaient au départ à surmonter les déficits d’intégration. Portant sur les migrants, elles les perçoivent comme la clé de l’intégration. Dans toute l’Europe y compris en Allemagne, les politiques area-based commencent à remplacer les approches sectorielles et cherchent à stabiliser les pôles sociospatiaux les moins performants. L’augmentation simultanée de l’indépendance professionnelle apparait donc comme particulièrement importante pour le développement urbain. Elle donne un point de départ concret pour les approches basées sur des zones.

18L’examen des statistiques d’enregistrement des entreprises les plus récentes pour l’Allemagne au cours des dernières années (2005, 2010, 2015) montre que le nombre d’immatriculations a globalement baissé pendant la période commençant en 1990. Les immatriculations par des entrepreneurs d’origine allemande ont fortement chuté, tandis que le nombre d’entreprises déclarées par des étrangers est aujourd’hui en diminution après une croissance rapide jusqu’en 2010. Partout en Allemagne, la part des créations d’entreprises par des étrangers représente plus de 30 % et dans les cités-États de Brême, Hambourg et Berlin, bien au-dessus de 50 % (voir fig. 2).

Figure 2 : Créations d’entreprises par nationalité

Figure 2 : Créations d’entreprises par nationalité

Graphique élaboré par l’auteur.

Source : Office fédéral des statistiques, Wiesbaden, demandes d’immatriculation commerciale par Land en 2016.

19Si l’on compare le nombre d’enregistrements d’entreprises par des étrangers au total, il est clair que ces derniers sont particulièrement actifs (par exemple, en Rhénanie du Nord-Westphalie) et notamment dans les cités-États et les Länder les plus vastes qui présentent une forte proportion de migrants. Si l’on fait une distinction par nationalité, les créateurs d’entreprises polonais sont le groupe le plus dynamique. En Rhénanie du Nord-Westphalie, c’est la communauté turque, très importante dans ce Land, qui se démarque par un nombre élevé d’immatriculations.

20Les cartes 1 et 2 (Analyse et graphiques élaborés par l’auteur - TU-Berlin, Atelier des cartes) mettent en regard le nombre élevé de créations et de fermetures d’entreprises par la population étrangère – elles illustrent bien la grande fluctuation et une précarité notable. Cela est moins évident pour la population d’origine allemande, les fermetures étant inférieures aux demandes d’immatriculation (Metzger 2016, p. 5).

Carte 1 : Créations d’entreprises 2005, 2010, 2015

Carte 1 : Créations d’entreprises 2005, 2010, 2015

Source : Office fédéral des statistiques, Wiesbaden, demandes d’immatriculation commerciale par Land en 2006, 2011, 2016 ; 2016.

Carte 2 : Fermetures d’entreprises 2005, 2010, 2015

Carte 2 : Fermetures d’entreprises 2005, 2010, 2015

Source : Office fédéral des statistiques, Wiesbaden, demandes d’immatriculation commerciale par Land en 2006, 2011, 2016 ; 2016.

21Les chiffres présentés ci-dessus doivent cependant être interprétés avec prudence : les informations sont en effet très incomplètes. Les données recueillies dans les statistiques d’enregistrement des entreprises ne permettent de tirer des conclusions que très limitées sur les migrants, car les professions libérales – médecins, architectes, avocats – ainsi que les agriculteurs ne sont pas pris en compte. La grande hétérogénéité de l’entrepreneuriat migrant est mise en évidence dans la plupart des études. Les migrants sont actuellement représentés dans une grande variété de secteurs industriels (Hillmann 2011 ; Wartumjan 2016 ; Fondation Bertelsmann 2016). Il en va de même pour l’augmentation des activités liées à la connaissance (Leicht et Langhauser 2014). Ainsi, l’étude Bertelsmann conclut qu’aujourd’hui, un entrepreneur sur cinq est une personne avec un arrière-plan migratoire. De même, les conditions de création d’entreprise ne sont pas toujours les mêmes que pour la population locale. Enfin, les entreprises de migrants contribuent à l’internationalisation des PME et emploient plus souvent que la moyenne, des groupes défavorisés sur le marché du travail et de la formation (même publication, p. 13). Beaucoup d’entrepreneurs jouissent d’une belle réussite économique – les chiffres et les biographies le prouvent. Dans une première phase de développement des entreprises migrantes, de nombreux magasins sont apparus, dont l'offre était axée sur les communautés migrantes d'origine, pour fournir des produits non disponibles ailleurs. Certaines communautés ont ainsi construit leur propre centre commercial, comme la communauté vietnamienne de Berlin (Schmiz 2011, Schmiz et Nuissl 2013) et sont donc présentes dans le paysage architectural. Ce capital représentatif des apports des migrations, visibles dans l’espace urbain, est maintenant une valeur ajoutée de la précarité qui s’est construite au fil des ans. Ces changements présents dans l’espace urbain transforment aussi la symbolique – par exemple quant aux besoins des consommateurs pouvant être satisfaits localement. En même temps, les habitudes de consommation des « autochtones » ont changé. La classe moyenne apprécie plus particulièrement les produits et les services des entrepreneurs migrants (Parzer, Rieder et Wimmer 2016a : p. 14).

22En dépit d’énormes difficultés et malgré la variabilité des données disponibles, l’entrepreneuriat migrant s’est développé dans de nombreuses villes comme une dimension incontournable de l’urbanité, entendue ici comme mode de vie. Son apport est d’abord lié à son effet stabilisateur sur le développement des quartiers. D’autre part, il contribue à modifier la symbolique et l’image du quartier. Plusieurs études montrent ainsi que les magasins afros dans les grandes villes servent essentiellement de point de repère pour les nouveaux arrivants ou agissent comme des autorités locales (Taube et Borja 2011 ; Schmitt 2015 ; Carstensen-Egwuom 2016). Comme beaucoup d’autres entrepreneurs migrants actifs depuis longtemps sur la scène locale, les petits magasins sont un maillon entre les institutions et les communautés. En général, l’esprit d’entreprise migrant a ainsi contribué à stabiliser les quartiers au cours des dix dernières années. Surtout dans ceux qui sont peu connus du grand public et dépendants de l’offre des supérettes, ces magasins garantissent l’approvisionnement de base des produits de consommation courante pour les résidents non mobiles. Ils proposent aussi des emplois et des possibilités de formation pour les populations locales et les migrants. De même, ils font progressivement partie d’un processus de revalorisation socio-économique de la région dans les quartiers alternatifs. Ils véhiculent ainsi une identification accrue avec le quartier et améliore son image. Ils contribuent enfin à sa déstigmatisation – bien qu’il soit difficile d’en prouver les effets particuliers et de les différencier des effets plus généraux des entreprises établies de longue date ou des entreprises « traditionnelles » (Fürst et Balke 2013, p. 251). Ce caractère « précaire » de l’indépendance des migrants ainsi que l’auto-exploitation forte des entrepreneurs est constamment mise en avant dans la littérature et peut encore être démontrée. Les fluctuations décrites plus haut de créations et de fermetures d’entreprises représentent un indice indéniable de la fragilité de ces entreprises.

23Dans le cas des économies migrantes, l’innovation sociale ne consiste pas tant dans la nouveauté de l’entreprise, que dans la représentativité des migrants dans les produits offerts (Berner 2016 ; Birnbauer 2018 ; Stock 2014). L’originalité réside dans la synergie des configurations d’acteurs mobilisés par les entreprises migrantes, que ce soit sous la forme d’un soutien local, ou en liaison avec d’autres organisations de migrants.

  • 9 Arbeitsgemeinschaft selbstständiger Migranten e.V., association des immigrants travailleurs indépen (...)
  • 10 Bundesverband für unternehmerische Vielfalt, Berlin, association allemande pour la diversité entrep (...)

24Avec leurs petites boutiques, les migrants ne proposent pas seulement des biens de consommation, ils consomment eux aussi et occupent l’espace urbain avec leur conception du vivre ensemble. De cette façon, ils contribuent à l’urbanité. Cette production est particulièrement frappante dans des quartiers berlinois marqués par la migration comme ceux de Kreuzberg ou de Neukölln. Les résidents d’origine immigrée y représentent plus de 50 % de la population urbaine de certains arrondissements ou sous-quartiers (Bezirk). Si l’on considère le quartier de Friedrichshain-Kreuzberg en 2014, cette proportion s’élève à 38,6 %. Dans ces lieux, on constate depuis des années déjà un renversement de la participation traditionnelle. Les quartiers de Kreuzberg et Neukölln ont dû se montrer inventifs pour promouvoir des actions communes pour tous les habitants. Grâce à une intégration constante et ininterrompue dans les programmes de gestion de ces quartiers, de nombreux migrants ont pris les choses en main et cela a stimulé le développement urbain dans son ensemble. Les gestionnaires de ces quartiers coordonnent les activités déjà engagées (Geyer 2002, p. 110 et suiv.). Aujourd’hui, des groupes de travail tels que l’ASM9, ou la BUV10 se fixent comme objectif une plus grande participation des entrepreneurs migrants dans la vie économique et souhaitent sensibiliser la société en général à la question de l’indépendance professionnelle (Wartumjan 2016). Les Chambres de commerce concernées et les gouvernements locaux ont déjà mis en place des centres de conseil dans de nombreuses villes à cet effet. Pour ces acteurs de la politique urbaine, la migration devient l’occasion de revoir les stratégies de régénération et éventuellement de les repenser. Le Carnaval des cultures est un exemple de développement de cette « culture de quartier » qui s'appuie principalement sur l’implication et l’imagination de la population migrante et, finalement, constitue un moment fort de la régénération de toute une ville. À l’origine manifestation locale et organisée par la Werkstatt der Kulturen (Atelier des cultures) à Neukölln (Kolland 2012), l’événement a aujourd'hui toute sa place dans le calendrier des grands événements de la ville et a inspiré des initiatives similaires, comme le Samba-Karneval de Brême. Les figures 4 et 5 présentent des données chiffrées du succès de cet événement en termes de participants et de spectateurs.

Figure 4 : Le Carnaval des cultures – Nombre de participants 1996-2016

Figure 4 : Le Carnaval des cultures – Nombre de participants 1996-2016

Nombre de participants au Carnaval des cultures ; données et informations : http://www. karneval-berlin.de/de/datenfakten.507.html

Illustration réalisée par Annalena Morra

Figure 5 : Le Carnaval des cultures – Nombre de spectateurs 1996-2016

Figure 5 : Le Carnaval des cultures – Nombre de spectateurs 1996-2016

Nombre de spectateurs au Carnaval des cultures ; données et informations : http://www. karneval-berlin.de/de/datenfakten.507.html

Illustration réalisée par Annalena Morra

25Des rassemblements de masse tels que le Carnaval des cultures attirent des millions de personnes dans les rues. La particularité est ici, plus encore que dans le cas des économies migrantes, la dimension symbolique de l’événement : la ville devient une scène pour le « migrant », qui devient à son tour un « atout » du développement urbain, comme le montrent les exemples européens de Londres et d’Amsterdam (Aytar et Rath 2012). L’espace urbain est réifié par le « migrant » : il se transforme symboliquement par le renouvellement de sa propre image (Parzer et Huber 2015, p. 1272).

Photo 1 : Carnaval des cultures, week-end de la pentecôte

Photo 1 : Carnaval des cultures, week-end de la pentecôte

© Felicitas Hillemann

Photo 2 : Carnaval des cultures, week-end de la pentecôte

Photo 2 : Carnaval des cultures, week-end de la pentecôte

© Felicitas Hillemann

26Cela engendre une urbanité décrite comme un look and feel spécial pour des groupes de consommateurs spécifiques (Colomb 2012, p. 144). La transformation symbolique ainsi engagée peut conduire à une valorisation du quartier et accélérer la gentrification déjà naissante. Les auteurs Stock (2014) et Römhild (2014) qualifient cette évolution d’embourgeoisement, amené par des pionniers tels que les restaurants de falafels. C’est l’un des aspects d’une urbanité marginale ancrée aujourd’hui beaucoup plus profondément dans les villes (ou dans certains quartiers). Le « migrant » devient, aux yeux de la majorité de la population, une composante fondamentale de l’urbanité attendue. Cette présence n’est plus considérée comme « marginale » selon les concepts de la sociologie urbaine des années 1990, mais comme un élément distinctif des classes moyennes. Pour cette classe moyenne urbaine du monde de la création, l’existence de ces lieux et événements « migrants » va de pair avec un mode de vie et fait partie de leur habitus. Cette classe tend littéralement les bras à cet environnement urbain multiculturel marqué par la migration et le considère comme une partie souhaitable de son mode de vie (Juhnke 2016 ; Stock 2014). Ce qui est recherché, c’est une consommation distincte ; ce qui est attendu, c'est une ambiance multiculturelle particulière qui peut aller jusqu’à la création de cafés anglophones. La diversité est compactée dans les cas extrêmes, et se résume par une hétérogénéité bien digeste. De vastes gammes de produits du monde entier sont disponibles dans ces quartiers et leur donnent une authenticité singulière. Les entrepreneurs migrants mettent en scène cette authenticité à travers les commerces qu'ils animent, rendant encore plus attrayants leurs quartiers pour les autres immigrants, principalement des universitaires en provenance de l’Europe. Les divisions sociales qui perdurent dans les quartiers sont ainsi masquées. Car précisément les petites entreprises, de migrants ou non, et les locataires à faibles revenus ne peuvent bientôt plus se permettre de vivre dans ces quartiers après leur revalorisation liée aux nouveaux modes de consommation et au fait que la région soit devenue une attraction pour les touristes et les hipsters. À Berlin, on trouve des exemples de ce type de processus de valorisation associé généralement à des contre manifestations d’habitants de longue date que ce soit à Kreuzberg (Wrangelkiez, Oranienstraße) ou dans certaines parties de Mitte.

Conclusion

27La forte présence d’entreprises migrantes reflète une rupture dans les villes, accompagnée par des changements dans les habitudes de consommation. Les migrants contribuent à ces nouveaux modes de consommation, ils sont euxmêmes consommateurs et génèrent des lieux particuliers de consommation dans la ville. Cet article montre que l’indépendance professionnelle des migrants ainsi que les activités bottom-up de longue date des différents acteurs de la transformation urbaine jouent un rôle clé. Dans les années 1980 et 1990, les migrants ont commencé à ouvrir des magasins et des entreprises pour se sortir d’une situation difficile sur le marché du travail, en devenant autonomes. L’offre initialement construites sur des produits en provenance de leurs pays d’origine, leur a permis de transformer les habitudes de consommation de nombreux habitants de la ville. Les économies migrantes n’étaient plus des éléments marginaux de la ville. Elles se sont progressivement déplacées vers le noyau de ce qui était perçu comme l’urbanité, sans que cela ne fasse l’objet d’un débat ( = urbanité marginale). Depuis une dizaine d’années, on assiste à une évolution qualitative dans le développement urbain, qui va bien au-delà de la seule dimension économique : un processus de migration-led regeneration. On entend par là une forme de participation et d’impact des migrants sur l’organisation de la ville qui a un effet durable sur l’ensemble du développement urbain. Dans la pratique, les entreprises migrantes sont les acteurs du développement urbain, dans la mesure où elles agissent comme des points critiques. En effet, elles soutiennent des initiatives et garantissent souvent l’approvisionnement. Elles sont le point de départ de politiques de développement urbain « par le haut » et en même temps « par le bas », en adoptant, par exemple, une fonction de réseau et de transition.

Figure 6 : Points de départ d’une Migration-led Regeneration

Dimension urbaine

Structure architecturale

Tissu

socioéconomique de

la ville

Symbolique et représentation

Régénération par

Bâtiments et infrastructures

Tissu social, politique et humain

Culturelle, les « images »

Exemples

Projets phares, infrastructures

Cohésion sociale, voisinage

Récits concernant la ville, images

Exemples de migration-led regeneration

Quartiers marqués par la migration avec des magasins (ex. Asia Center), points de rencontre religieux, infrastructures pour migrants

Population fortement marquée par la migration, économies migrantes

Carnaval

des cultures, marchandisation et consommation de l’« ethnique »

28La figure 6 résume sous forme de tableau l’approche migration-led regeneration développée dans cet article et positionne les économies migrantes comme une composante de la régénération des villes. En analysant les différentes dimensions de la régénération urbaine, on constate que les phénomènes de migration et les migrants eux-mêmes sont parties prenantes des évolutions. Dans le cas de trois dimensions urbaines (structure architecturale, tissu socioéconomique, symbolique et représentation), les économies migrantes jouent un rôle de premier ordre. L’architecture des villes, dont les changements sont généralement associés à l’investment-led regeneration, se retrouve ainsi régénérée par les migrants et leur développement de nouvelles structures de bâtiment (comme pour l’Asia Center). Les approches de community-led regeneration, comme la gestion du quartier, sont également étroitement liées aux entrepreneurs migrants, car ils sont les interlocuteurs et contribuent également à la stabilisation des quartiers. De même, au niveau symbolique et de la représentation, des changements importants dictés par les entrepreneurs migrants sont perceptibles : les habitudes de consommation de la population majoritaire changent ainsi que l’importance accordée à un environnement multiculturel de créatifs, qui attire une nouvelle clientèle postindustrielle. En outre, la marchandisation de l’« ethnique » par le marketing urbain et l’attrait touristique engendrent une valorisation du quartier. Les entrepreneurs migrants jouent un rôle essentiel dans la production de nouveaux modes de consommation. De même, des événements et manifestations contribuent à la transformation de la représentation urbaine. Souvent, ceux qui ont lancé ces initiatives et les ont fait fleurir par un travail de pionnier acharné, ne font plus partie de ceux qui profitent de la nouvelle situation. Ce qui a commencé comme un engagement civique dans le quartier engendre un processus d’éviction sur le long terme.

Bibliographie

Aytar Volkan, Rath Jan, 2012, Selling ethnic neighborhoods. The rise of neighborhoods as places of leisure and consumption, Londres/ New York : Routledge.

Bade K. J., 1992, Deutsche im Ausland – Fremde in Deutschland. Migration in Geschichte und Gegenwart, Munich : Verlag C.H. Beck.

Barrett Giles, McEvoy David, 2005, Not All Can Win Prizes. Asians in the British Labour Market, in Spaan Ernst, Hillmann Felicitas, van Naerssen Ton (dir.), Asian Migrants and European Labour Markets, Londres/New York : Routledge, p. 21‑41.

Berner Heiko, 2016, Are ethnic entrepreneurs social innovators ? Turkish Migrant entrepreneurs in Salzburg, in Border Crossing (6/ 2), Londres : Transnational Press, p. 363‑371.

Bertelsmann Stiftung (Fondation Bertelsmann), 2016, Neue Gründer hat das Land. Sieben gute Beispiele zur Förderung von Migrantengründern, in Inklusives Wachstum für Deutschland 6, Gütersloh.

Biehl Kristen Sarah, 2015, Spatializing diversities, diversifying spaces : housing experiences and home space perceptions in a migrant hub of Istanbul, in Ethnic and Racial Studies 38/4, Londres : Taylor& Francis, p. 596‑607.

Birnbauer Robert, 2017, à paraitre, Doing discourse, doing market – doing difference. Visibly Muslim apparel, the “ethnic” economy and the commodification of difference. Thèse : université Humboldt Berlin.

Bonacich Edna, 1973, A Theory of Middleman Minorities, in American Sociological Review, 38/5, Los Angeles, notamment : Sage, p. 83‑594.

Carstensen-Egwuom Inken, 2016, Intersektionalität und Transnationalismus zusammen denken. Eine intersektionale Perspektive auf transnationale soziale Positionierungen nigerianischer Migranten in Bremen. Thèse : Flensburg, Institut des sciences environnementales, sociales et humaines, département de géographie.

Colomb Claire, 2012, Pushing the Urban Frontier. Temporary Uses of Space, City Marketing and the Creative City Discourse in 2000s Berlin, in : Journal of Urban Affairs, 34/2, New Jersey : Wiley-Blackwell, p. 131‑152.

Dines Nick, 2002, Urban renewal, immigration, and contested claims to public space : The case of Piazza Garibaldi in Naples, in GeoJournal 58/2 ; 3, Berlin : Springer, p. 177‑188.

Délégation interministérielle à la ville, DIV, 2007 (dir.), URBACT : régénération urbaine et patrimoine culturel, Paris : Jouve, http://www.ville.gouv.fr.

Fischer-Krapohl, Waltz Victoria, 2005, Migration als Chance der Städte – ‘Ethnische Ökonomie’ neu gesehen, in Hochstadt Stefan, 2005, Stadtentwicklung mit Stadtmanagement ? Wiesbaden : VS, Verlag für Sozialwissenschaften, p. 93‑122.

Fischer-Krapohl, Waltz Victoria, 2007, Raum und Migration. Differenz anerkennen - Vielfalt planen – Potenziale nutzen, IRPUD, Institut für Raumplanung, TU Dortmund, Faculté de l’aménagement du territoire.

Frankfurt Harry G., 2016, Ungleichheit. Warum wir nicht alle gleich viel haben müssen, Berlin : Suhrkamp Verlag.

Friedrichs Jürgen, Triemer Sascha, 2008, Gespaltene Städte ? Soziale und ethnische Segregation in deutschen Großstädten, Wiesbaden : VS Verlag für Sozialwissenschaften.

Fürst Ariana, Balke Jan, 2013, Transnationales ethnisches Unternehmertum. Das Fallbeispiel türkischstämmiger Unternehmer in Duisburg-Marxloh, in Raumforschung und Raumordnung, Migration und Integration, vol. 71/3, Berlin : Springer, p. 247‑261.

Geyer Mathias, 2002, Facetten. Ansichten eines Stadtteilmanagers und Bewohners, in Kolland Dorothea (dir.), Der lange Weg zur Stadt, Berlin : Kramer, p. 105‑110.

Glick Schiller Nina, Çağlar Ayşe, 2011, Introduction. Migrants and Cities, in Glick Schiller Nina, Çağlar Ayşe (dir.), Locating Migration. Rescaling Cities and Migrants, Ithaca : Cornell University Press.

Goebel Jan, Gornig Martin, Häusermann Hartmut, 2010, Polarisierung der Einkommen. Die Mittelschicht verliert, rapport hebdomadaire du DIW Berlin, p. 24, 2‑8.

Granovetter Mark, 1983, The Strength of Weak Ties. A Network Theory Revisited, in Sociological Theory 1, Los Angeles, notamment : Sage, p. 201‑233.

Granovetter Mark, 1995, Getting a job. A study of contacts and careers, Chicago/Londres : University of Chicago Press.

Hall Suzanne M., 2015, Migrant Urbanisms : Ordinary Cities and Everyday Resistance. Sociology 49, Los Angeles, notamment : Sage, p. 853‑869.

Herbert Ulrich, 2003, Geschichte der Ausländerpolitik in Deutschland. Saisonarbeiter, Gastarbeiter, Flüchtlinge. Bonn (série de rapports de la Bundeszentrale für politische Bildung, volume 410).

Haus Michael, Heinelt Hubert, Stewart Murray, 2005, Urban Governance and Democracy. Leadership and Community Involvement, Londres/ New York : Routledge.

Häusermann Harmut, Oswald Ingrid, 1997, Zuwanderung und Stadtentwicklung, éd. 1997, Wiesbaden : VS Verlag für Sozialwissenschaften.

Hillmann Felicitas, 1998, Zuwanderung und ethnische Arbeitsmärkte in New York. Städtische ethnische Arbeitsmärkte, in Geographische Rundschau, Jahrgang 5/3. Braunschweig : Westermann Schulbuch-Verlag, p. 157-163.

Hillmann Felicitas, 2011, Migrantische Ökonomie : Marginale Urbanität als zentrale Form der Integration in die Stadtgesellschaft, in Kronauer Martin, Siebel Walter (dir.), Polarisierte Städte. Soziale Ungleichheit als Herausforderung für die Stadtpolitik, Francfort-sur-le-Main : Campus Verlag.

Hillmann Felicitas, 2015, Urbane Transformationen und Regenerierung im internationalen Kontext, in Urbane Transformationen, in IRS aktuell, n. 84, octobre, p. 6‑10.

Hillmann Felicitas, 2016, Migration. Eine Einführung aus sozialgeographischer Perspektive, Stuttgart : Franz Steiner Verlag.

Juhnke Sebastian, 2016, “Encounters with diversity and new forms of racism in gentrifying multicultural neighbourhoods”, Diversity Encounters : Intersectional and Post-colonial Perspectives, université Humboldt, Berlin, contribution de conférence, 24‑26 mai 2016.

Kloosterman Robert, Rath Jan, 2001, Immigrant Entrepreneurs in Advanced Economies. Mixed Embeddedness Further Explored, in Kloosterman Robert, Rath, Jan, 2001, Journal of Ethnic and Migration Studies, Special Issue on Immigrant Entrepeneurship, 27, 2, Londres : Taylor&Francis, p. 189-202.

Kloosterman Robert, Rath Jan, 2011, Veränderte Konturen migrantischen Unternehmertums, in Hillmann Felicitas (dir.), Marginale Urbanität. Migrantisches Unternehmertum und Stadtentwicklung, Bielefeld : transcript, p. 87-115.

Knowles Caroline, 2012, Nigerian Londres : Re-mapping Space and Ethnicity in Superdiverse Cities. Ethnic and Racial Studies 36/4, Londres : Taylor&Francis, p. 651‑669.

Kolland Dorothea, 2012, Werkstatt Stadtkultur. Potenziale kultureller und künstlerischer Vielfalt. Reflexionen und Erfahrungen, Essen : Klartext Verlag.

Kronauer Martin, Siebel Walter, 2013, Polarisierte Städte. Soziale Ungleichheit als Herausforderung für die Stadtpolitik, Francfort-sur-le- Main : Campus.

Leicht Rene, Langhauser Marc, 2014, Ökonomische Bedeutung und Leistungspotenziale von Migrantenunternehmen in Deutschland. Étude commandée par la Division de la politique économique et sociale, groupe de travail Mittelstand, groupes de discussion migration et intégration de la Fondation Friedrich Ebert.

Light Ivan H., 1972, Ethnic Enterprise in America. Business and Welfare among Chinese, Japanese, and Blacks, Berkeley : University of California Press.

Light Ivan H., Bonacich, Edna,1988, Immigrant Entrepreneurs. Koreans in Los Angeles, 1965-1982, Berkeley : University of California Press.

Light Ivan H., Rosenstein Carolyn, 1995, Race, Ethnicity and Entrepreneurship in Urban America, New York : De Gruyter.

Light Ivan H., Gold Steven J., 2000, Ethnic Economies, San Diego/Londres : Academic Press.

Metzger Georg, 2016, Migranten überdurchschnittlich gründungsaktiv – Arbeitsmarkt spielt große Rolle, in KfW Research, Fokus Volkswirtschaft, 115, Francfort-sur-le-Main.

Padilla Beatriz, Azevedo Joana, Olmos-Alcaraz Antonia, 2014, Superdiversity and Conviviality : Exploring Frameworks for Doing Ethnography in Southern European Intercultural Cities. Ethnic and Racial Studies, Londres : Taylor&Francis, p. 621-635.

Parzer Michael, Huber Florian J., 2015, Migrant Businesses and the Symbolic Transformation of Urban Neighborhoods, in International Journal of Urban and Regional Research, 39 (6), Oxford : John Wiley& Sons Ltd, p. 1270-1278.

Parzer Michael, Rieder Irene, Wimmer Eva, 2016, Using Go-Alongs for exploring immigrant entrepreneurs’ native customers, in Current Sociology, Los Angeles : Sage, p. 1-20.

Portes Alejandro, Bach Robert L., 1985, Latin Journey. Cuban and Mexican Immigrants in the United States, University of California Press-Berkeley.

Portes Alejandro, Sensenbrenner Julia, 1993, Embeddedness and immigration. Notes on the social determinants of economic action. American Journal of Sociology 93/1, Chicago : University of Chicago Press, p. 30-61.

Pries Ludger, 2010, Transnationalisierung. Theorie und Empirie neuer Vergesellschaftung, Wiesbaden : VS Verlag.

Ram Monder, Jones Trevor, Villares-Varela María, 2017, Migrant entrepreneurship : Reflections on research and Practice, in International Small Business Journal 35/1, Los Angeles : Sage, p. 3‑18.

Römhild Regina, 2014, Diversität ? ! Postethnische Perspektiven für eine reflexive Migrationsforschung, in Nieswand Boris & Drotbohm Heike (dir.), Kultur, Gesellschaft, Migration. Die reflexive Wende in der Migrationsforschung, Wiesbaden : Springer VS, p. 255-270.

Sassen Saskia, 2015, Brutalität und Komplexität in der globalen Wirtschaft. Francfort s/Main : Fischer.

Schmitt Caroline, 2015, Migrantisches Unternehmertum in Deutschland. Afro Hair Salons zwischen Ausgrenzung und Inkorporation, Bielefeld : transcript.

Schmiz Antonie, Nuissl Henning, 2013, Migration als Potenzial der kommunalen Entwicklung. Lokale Ansätze zur Unterstützung von ökonomischen Akteuren mit Migrationshintergrund, in Raumforschung und Raumordnung. Migration und Integration, vol. 71/ 3, Berlin : Springer, p. 181-195.

Schmiz Antonie, 2011, Transnationalität als Ressource ? Netzwerke vietnamesischer Migrantinnen und Migranten zwischen Berlin und Vietnam, Bielefeld : transcript.

Selle Klaus, 2006a, Planung neu denken, Zur räumlichen Entwicklung beitragen. Konzepte. Theorien. Impulse, in Stadtentwicklung, vol. 1, Detmold : Verlag Dorothea Rohn.

Selle Klaus, 2006b, Bürgerschaftliche Teilhabe in Quartier und Stadt. Anspruch und Wirklichkeiten. Oder : Es ist nicht alle Tage Sonntag, in Bundesverband für Wohnen und Stadtentwicklung (dir.), Berlin : vhw Forum Wohneigentum, p. 234-241.

Selle Klaus, 2013, Über Bürgerbeteiligung hinaus. Stadtentwicklung als Gemeinschaftsaufgabe ? Analysen und Konzept. Detmold : Verlag Dorothea Rohn.

Stiglitz Joseph, 2015, Reich und Arm. Die wachsende Ungleichheit in unserer Gesellschaft, Munich : Siedler Verlag.

Stock Miriam, 2014, Der Geschmack der Gentrifizierung, Bielefeld : Transcript Verlag.

Tasan-Kok Tuna, van Kempen Ronald, Raco Mike, Bolt Gideon, 2014, Towards Hyper-Diversified European Cities : A Critical Literature Review, Utrecht : Utrecht University.

Taube Jana, Borja Alejandra, 2011, Afro-Shops. Eine Brücke zwischen verschiedenen Welten ?, in Hillmann Felicitas (dir., Marginale Urbanität. Migrantisches Unternehmertum und Stadtentwicklung, Bielefeld : transcript, p. 109-228.

Timm Elisabeth, 2000, Kritik der ethnischen Ökonomie, in PROKLA Zeitschrift für kritische Sozialwissenschaften, 30/3, Münster : Verlag Westfälisches Dampfboot, p. 363-376.

Treibel Annette, 2016, Integriert euch ! Campus Verlag. Verhage Roelof, 2009, le Renouvellement urbain à La Duchère, in Boino Paul (dir.), Lyon : La production de la ville. Collection la ville en train de se faire, Paris : Paranthèses, p. 194-216.

Verhage Roelof, 2009, le Renouvellement urbain à La Duchère, in Boino Paul (dir.), Lyon : La production de la ville. Collection la ville en train de se faire, Paris : Paranthèses, p. 194-216.

Vertovec Steven, 2007, Super-Diversity and Its Implications. Ethnic and Racial Studies 30/6, Londres : Taylor&Francis, p. 1024– 1054.

Wacquant Loïc, 2008, Urban Outcasts. A Comparative Sociology of Advanced Marginality, Cambridge : Polity Press.

Waldinger Roger, 1986, Immigrant Enterprise. A Critique and Reformulation, in Theory and Society 15, 1-2, Berlin : Springer, p. 249-285.

Wartumjan Marion, 2016, Migration-Unternehmen-Engagement. Eine Einführung aus Sicht eines migrantischen Unternehmervereins, discours d’introduction à la conférence du 07/11/2015, Rüsselsheim.

Yumusak Ali, Hunger Lutz, 2003, Türkische Unternehmer in Deutschland. Erfolgsgeschichten, die Mut machen, Berlin : TEIA - Internet Akademie und Lehrbuch Verlag.

Notes

1 Cet article est la traduction d’une version abrégée et modifiée de Hillmann 2018, Migrantische Unternehmen als Teil städtischer Regenerierung, dans l’ouvrage collectif : Emunds, Czingon, & Wolff, Stadtluft macht reich/arm: Stadtentwicklung, soziale Ungleichheit und Raumgerechtigkeit. (pp. 297-326). (Jahrbuch Die Wirtschaft der Gesellschaft ; Band 4). Marburg: Metropolis.

2 Cf. Häusermann et Oswald 1997 ; Friedrichs et Triemer 2008 ; Goebel, Gornig et Häusermann 2010 ; Kronauer et Siebel 2013, sur la critique de l’égalitarisme économique, voir aussi : Frankfurt 2016, pour une perspective critique : Stiglitz 2015 ; Sassen 2015.

3 Haus, Heinelt et Stewart 2005 ; Selle 2006a, 2006b ; Selle 2013.

4 Dans le débat français, le terme « régénération » est de même peu fréquent. On le retrouve plutôt dans le cadre de la préservation du patrimoine culturel, comme stratégie de développement urbain intégré et dans les études de comparaisons internationales. Le terme « rénovation urbaine » est en revanche beaucoup plus répandu et remplace aujourd’hui largement les termes « réhabilitation » et « renouvellement » pour décrire des interventions politiques complexes impliquant les domaines d’action physiques et sociaux (Verhage 2009 : p. 195 ; DIV 2007 : p. 18).

5 Voir Vertovec 2007 ; Tasan-Kok et al. 2014 ; Knowles 2012 ; Padilla et al. 2014 ; Römhild 2014.

6 Pries 2010 : p. 62 ; voir également Glick Schiller, Çağlar 2011, ou encore multiple embeddedness.

7 Granovetter 1983, 1995 ; Waldinger 1986, Portes et Sensenbrenner 1993 ; Light et Gold 2000.

8 Le terme même de Gastarbeiter, travailleurs invités, dérivé du terme Fremdarbeiter, travailleur étranger, depuis l’importation de main-d’œuvre dans l’Empire, illustre la perception du statut dans la société d’arrivée : un invité, à qui l’on peut montrer la porte. Klaus Bade (1992) et Ulrich Herbert (2003) ont publié très tôt et largement sur l’histoire des migrations en Allemagne, de même qu’Annette Treibel (2016) avec sa publication actuelle sur le thème de l’Allemagne, pays d’immigration.

9 Arbeitsgemeinschaft selbstständiger Migranten e.V., association des immigrants travailleurs indépendants

10 Bundesverband für unternehmerische Vielfalt, Berlin, association allemande pour la diversité entrepreneuriale

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Indépendance professionnelle de la population étrangère en Europe 2007-2013 (en milliers)
Légende Eurostat 2014
Crédits Conception : Veronika Steffens
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3544/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 2 : Créations d’entreprises par nationalité
Légende Graphique élaboré par l’auteur.
Crédits Source : Office fédéral des statistiques, Wiesbaden, demandes d’immatriculation commerciale par Land en 2016.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3544/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Carte 1 : Créations d’entreprises 2005, 2010, 2015
Crédits Source : Office fédéral des statistiques, Wiesbaden, demandes d’immatriculation commerciale par Land en 2006, 2011, 2016 ; 2016.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3544/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Carte 2 : Fermetures d’entreprises 2005, 2010, 2015
Crédits Source : Office fédéral des statistiques, Wiesbaden, demandes d’immatriculation commerciale par Land en 2006, 2011, 2016 ; 2016.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3544/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 4 : Le Carnaval des cultures – Nombre de participants 1996-2016
Légende Nombre de participants au Carnaval des cultures ; données et informations : http://www. karneval-berlin.de/de/datenfakten.507.html
Crédits Illustration réalisée par Annalena Morra
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3544/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 5 : Le Carnaval des cultures – Nombre de spectateurs 1996-2016
Légende Nombre de spectateurs au Carnaval des cultures ; données et informations : http://www. karneval-berlin.de/de/datenfakten.507.html
Crédits Illustration réalisée par Annalena Morra
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3544/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photo 1 : Carnaval des cultures, week-end de la pentecôte
Crédits © Felicitas Hillemann
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3544/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Photo 2 : Carnaval des cultures, week-end de la pentecôte
Crédits © Felicitas Hillemann
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3544/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 459k

Auteur

IRS, Leibniz Institute for Research on Society and Space

Prof. Dr. Felicitas Hillmann is head of the research department “Regeneration of Cities and Towns” at the Leibniz-IRS and holds a professorship on “Urban Transformation in International Perspective” at the Technische Universität in Berlin since june 2015. Her academic career includes positions at the Berlin Social Science Center (1995–2000), at the Institute of Economic and Social Research in Düsseldorf (2001) as well as at the Freie Universität Berlin (2001–2006). She held a professorship for Urban Geography at University of Bremen (2006–2012), a guest-professorship at the Freie Universität Berlin in Development Studies (2012/13) and at the University of Cologne in Urban Geography (2013/2014). https://leibniz-irs.de/en/people-careers/staff/person/felicitas-hillmann-0227/

Céline Corsini (Traducteur)