Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

95. [à Mme Marie Alexandre Dumas1, pour Mme Cornu]

N.G.T. (29)

Texte intégral

  • 1 Marie Alexandre Dumas, fille de l’écrivain Alexandre Dumas père, qui fréquentait le salon de Madam (...)

Paris, le 11 mars 1868

 

Madame,

 

  • 2 Des rumeurs ont en effet couru et paru dans les journaux, selon lesquelles la Roumanie envisageait (...)

1Il y a déjà plusieurs semaines que les journaux ont rapporté l’étrange nouvelle que vous avez bien voulu me communiquer. Je crois qu’en effet M. Bratiano, comptant sur l’appui de la Russie et de la Prusse, s’était imaginé qu’il ferait œuvre de grand politique en poussant le Prince Charles à proclamer l’indépendance nationale2, mais il avait sans doute mal pesé les dangers d’une telle entreprise. Les liens qui rattachent aujourd’hui les provinces roumaines à l’Empire ottoman sont une condition essentielle de leur existence, qui se trouve ainsi garantie par les Grandes Puissances. Le tribut payé chaque année à la Porte est insignifiant et il ne manque à la Roumanie que la représentation diplomatique pour jouir de tous les privilèges de la souveraineté. En supposant que le coup d’État médité par M. Bratiano réussît, il n’obtiendrait certainement pas ce dernier point qu’il pourrait s’assurer un jour par une attitude sage et réservée. L’Empereur était assez disposé il y a quelque temps à envoyer à Bucarest un chargé d’affaires et les autres Puissances garantes se montreraient bientôt animées des mêmes intentions. Quant à la vaine gloriole attachée à l’indépendance, un État peut toujours se considérer lui‑même comme souverain, mais il n’obtient le bénéfice de ce titre que s’il est reconnu comme tel par les gouvernements étrangers.

2Le ministère roumain risquerait de tout compromettre par une conduite aussi folle et aussi inconsidérée. On comprend sans peine dans quel intérêt la Russie a dû le pousser dans cette voie. La déclaration d’indépendance forcerait les Turcs à passer le Danube et à envahir les Principautés ; or, les Roumains ne sont pas en état de résister à ces adversaires qu’ils bravent si dédaigneusement de loin et leur territoire ne tarderait pas à être occupé une fois de plus. Ainsi serait détruit l’ordre de choses établi par le traité de Paris et par la convention de 1858 et, si la Russie ne prenait pas immédiatement part à la lutte, elle recouvrerait, en Orient du moins, toute sa liberté d’action. Elle se constituerait de nouveau la protectrice des chrétiens opprimés par les infidèles et amènerait les Roumains à se jeter dans ses bras.

3Ces complications sont tellement inévitables qu’il est impossible qu’elles n’aient pas frappé l’esprit de M. Bratiano. L’appui de la Russie et l’explosion d’un soulèvement général dans toutes les provinces de l’Empire pouvaient seules lui faire espérer le succès. Aujourd’hui la Prusse paraît vouloir éviter ces embarras et les autres peuples chrétiens de la Turquie semblent ajourner l’exécution de leurs projets ; il n’est donc pas probable que le cabinet de Bucarest songe encore à s’ingérer [sic] en royaume.

4Je souhaite sincèrement pour le Prince Charles qu’on ne l’expose pas à tant de dangers inutiles et qu’au lieu de se bercer d’illusions trompeuses il se vouât uniquement à l’accomplissement de sa tâche, qui est d’introduire en Orient les idées et le bien‑être de la civilisation occidentale.

5Les résolutions des hommes d’État sont sujettes à tant de changements et d’incertitudes, l’accomplissement de leurs desseins dépend de tant de circonstances diverses que je ne puis avoir la prétention de prédire la suite des événements sans présumer trop de ma science, Madame, en croyant que je puis lire dans l’avenir. Les considérations que j’ai l’honneur de vous soumettre ne sont que des conjectures et des choses probables.

6Je désire vivement vous revoir, Madame, et vous porter les renseignements que vous avez bien voulu me demander. Si vous êtes chez vous samedi soir, je prendrai la liberté de vous arracher quelques instants à vos travaux si variés et si intéressants.

7Veuillez agréer, Madame, la nouvelle assurance des sentiments respectueux avec lesquels j’ai l’honneur d’être,

8Votre très humble serviteur,

 

Émile Picot

Notes

1 Marie Alexandre Dumas, fille de l’écrivain Alexandre Dumas père, qui fréquentait le salon de Madame Cornu.

2 Des rumeurs ont en effet couru et paru dans les journaux, selon lesquelles la Roumanie envisageait de proclamer son indépendance dans le contexte de mouvements de lutte nationale dans les Balkans particulièrement virulents à ce moment (Serbie, Bulgarie) et qui tentent de se fédérer, le tout avec le soutien de la Russie. Voir par exemple le Journal des Débats, numéros des 26, 27 et 28 février 1868, qui fait lui‑même référence à d’autres journaux publiant sur la même question.