Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

94. [à August Treboniu Laurian]

N.G.T. (28)

Texte intégral

Paris, ce vendredi 6 mars 1868

 

Cher Monsieur,

 

1J’espérais pouvoir, en répondant à votre lettre du 10/22 février dernier, vous accuser réception des cartes que vous avez eu la bonté de m’envoyer, mais le paquet annoncé ne m’est pas encore parvenu. Il est probable que ce rouleau aura été expédié comme article de messagerie et que je devrai l’attendre encore une ou peut‑être plusieurs semaines. Ce contretemps est très regrettable et il eût infiniment mieux valu me faire tenir les cartes une à une. Les planches ne peuvent être gravées toutes ensemble et il est surtout impossible de les tirer et de les colorier simultanément. Si je n’avais pris moi‑même mes devants en livrant aux dessinateurs et aux graveurs un certain nombre de cartes dont j’avais fait la traduction, nous aurions eu à subir un retard d’au moins deux ou trois mois. Pour des publications de ce genre, il faut beaucoup d’exactitude et de régularité.

2J’aurai égard à toutes les corrections que vous voudrez bien relever, mais il faut pour cela que je les aie promptement. J’avais déjà relevé dans le planisphère les points que vous me signalez et la carte est déjà tirée. Quant au Thiou‑Chéou, j’avoue que je ne comprends pas trop votre observation. Les noms appartenant aux idiomes extra‑européens et qui ne figurent dans les langues étrangères que pour la prononciation doivent être transcrits différemment dans chaque langue. En français on écrit Thiou‑Chéou, ou mieux Thiou‑Tchéou, qui se rapproche le plus de l’appellation chinoise. En allemand on écrit Thian‑Schiou ou Tschiu ; en anglais Tian‑Chou, etc. En roumain et en italien, il faut également faire une transcription spéciale. Les Italiens diront Thian‑Sciou, ou Ciau, et les Roumains Sau ou Ciau. J’ai suivi ces principes dans toutes les cartes que j’ai traduites, en me guidant sur les cartes allemandes et italiennes. J’ai réformé quelques mots qui vous avaient échappé et j’ai écrit Pomotu et non Pomotou (qui n’a pas de sens en roumain), Tavoi‑Pumanu et non Poumanou, etc. J’ai pourtant échappé dans le planisphère quelques erreurs de ce genre : Tchang‑tcha‑fou au lieu de Chang‑cia‑fu.

3Un autre point sur lequel je voulais avoir l’honneur d’attirer votre attention est la nécessité qu’il y a d’écrire les mêmes mots constamment de la même manière. C’est aux provinces danubiennes que s’applique surtout cette observation. La terminaison slave atz est transcrite sur vos cartes tantôt par açu, tantôt par aţi, tantôt enfin par aţiu ou aciu. Cette diversité de systèmes me paraît surtout regrettable quand elle se manifeste dans les mêmes noms et dans des mots roumains. Il eût été bon pour notre atlas, qui est le premier travail d’ensemble sur les noms géographiques roumains, de trancher toutes ces questions.

4Je suis fort contrarié en ce moment de ne pas recevoir votre paquet. L’éditeur me presse de lui donner de nouvelles cartes. Il veut aussi pouvoir faire imprimer le titre, afin de préparer sans retard la couverture des 3 000 exemplaires, et je compte que vous voudrez bien me répondre immédiatement à ce sujet.

5Je donne aujourd’hui même à la gravure la carte de la Dacie moderne, dessinée d’après les documents de M. Bonnefont, ainsi que d’après votre carte et celle de Dubau‑Filippescu. Comme nous donnons la carte ancienne, j’ai supprimé les noms antiques de la Dacie inférieure, supérieure, etc., de Crisiane et autres qui trouveront place dans la seconde planche. J’ai remplacé ces divisions artificielles et inutiles par la division en districts, qui est pratique et même indispensable. Mais, quoique j’aie beaucoup de documents roumains, ces documents sont rédigés avec si peu de soin que je n’y ai point trouvé l’indication des limites qui séparent le district de Bolgrad de celui d’Ismail et que je devrai ajouter cette indication sur l’épreuve si vous voulez bien me la fournir. Les noms des chefs‑lieux des districts seront soulignés, les archevêchés indiqués par la simple croix †. Peut-être indiquerai‑je aussi par un signe les cours d’appel et les divisions militaires.

  • 1 Ernest Desjardins, 1870, Rhône et Danube. Nouvelles observations sur les Fosses‑Mariennes et le ca (...)
  • 2 Ernest Desjardins, 1869, La Table de Peutinger, Hachette, Paris, 260 p.

6Mon beau‑frère me charge de tous ses compliments pour vous. Il prépare deux grandes publications sur le Danube1 et sur la table de Peutinger2. Les inscriptions qu’il a recueillies vont paraître prochainement dans les Annales de l’Institut archéologique de Rome.

7Recevez, hochgeehrter Herr Professor, l’assurance des sentiments bien dévoués avec lesquels j’ai l’honneur d’être,

8Votre très humble serviteur,

 

Ém. Picot.

 

9S.A. a sans doute entre les mains aujourd’hui le spécimen des portraits.

Notes

1 Ernest Desjardins, 1870, Rhône et Danube. Nouvelles observations sur les Fosses‑Mariennes et le canal du Bas‑Rhône, port des Fosses‑Mariennes, camp de Marius, réponse aux objections. Embouchures du Danube comparées à celles du Rhône. Projet de canalisation maritime du Bas‑Danube, A. Durand, Pedone‑Lauriel, Paris, 109 p.

2 Ernest Desjardins, 1869, La Table de Peutinger, Hachette, Paris, 260 p.