Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

91. [de Emanoil Creţulescu1]

N.G.T. (26)

Texte intégral

  • 1 Emanoil Cretzulesco (et non C. Cretzulesco comme l’écrivait N. Georgescu‑Tistu) a été nommé à l’ag (...)

17 octobre 1867, Paris

 

Mon cher ami,

 

1Comme j’ai fait mon voyage en famille, il a été un peu plus long que je ne l’avais présumé. Je n’ai pu vous écrire, ainsi que je l’aurais voulu, dès mon arrivée à Paris. Il a fallu songer avant tout à m’installer, et ce n’est pas sans embarras que j’y suis parvenu. L’Exposition fait de Paris le théâtre d’une véritable invasion, pacifique, il est vrai, mais passablement tumultueuse. Elle inaugure le règne du maître d’hôtel et du restaurateur et illustre les Vatels contemporains, mais les habitués de Paris ne se reconnaissent plus au milieu de ce tohu‑bohu produit par l’affluence des provinciaux et des étrangers. Il devient de plus en plus difficile surtout de trouver à se loger à moins d’y mettre des prix fabuleux.

2À peine étais‑je ici que je suis allé avec ma femme rendre visite à Mme Desjardins ; nous avons eu le plaisir de voir aussi Mme votre mère, et je suis heureux de pouvoir vous donner de bonnes nouvelles de leur santé. On attend avec impatience M. Desjardins et on ne désespère pas de vous revoir bientôt aussi, car on parle beaucoup à Paris de l’intention que Son Altesse aurait de venir prochainement rendre visite à l’Empereur. Interrogé à ce sujet par plusieurs personnes, j’ai très diplomatiquement répondu que je n’en savais absolument rien.

3J’ai, comme vous le pensez bien, pris possession de l’Agence, où j’ai trouvé, je dois l’avouer, pas mal de désordre. Le local en outre où elle est établie ne me paraît pas très convenable, et je me propose après l’Exposition, lorsque les prix des loyers auront un peu baissé, de transférer les bureaux dans la maison où j’habite – je crois que le service y gagnera.

  • 2 Alexandru Teriachiu, qui ne reste que deux mois à ce poste.
  • 3 Ştefan Golescu, alors chef du gouvernement.

4J’ai trouvé la presse beaucoup moins hostile qu’on aurait pu le craindre, après l’émotion produite par la malheureuse affaire des Juifs. En France les esprits s’apaisent avec la même rapidité qu’ils s’enflamment à l’occasion. On oublie vite et surtout l’on est exempt de rancune. Nous pouvons donc espérer que nous effacerons sans trop de peine certaines préventions défavorables de l’opinion. Vous n’ignorez pas combien nous avons besoin de l’appui de la presse française qui exerce tant d’influence en Roumanie. J’ai écrit au ministre des Affaires étrangères2 et à M. Golesco3 pour leur en parler, et je vous prie aussi d’insister auprès d’eux pour qu’ils ne fassent subir aucune interruption au paiement de la subvention accordée jusqu’à ces derniers temps à trois journaux. La chose est de la plus grande importance, et il est bien à craindre que, si l’on ne solde pas à ces journaux les deux mois d’arriéré, au lieu d’un concours extrêmement précieux, indispensable même, nous ne trouvions plus chez eux qu’hostilité sourde ou déclarée.

5Ayez l’obligeance de communiquer aussi à Son Altesse le vœu que j’exprime ici et de lui demander d’insister auprès des ministres pour régler le plus tôt possible cette affaire de la presse.

6M. le marquis de Moustier étant absent, j’ai présenté mes lettres de créance à Mr. De la Valette, qui fait l’intérim, et j’ai obtenu auprès de lui le meilleur accueil.

7N’oubliez pas, mon cher ami, combien il me sera nécessaire d’avoir des nouvelles exactes de ce qui se passe dans le pays. Je compte bien recevoir de vous des communications fréquentes, et j’espère que vous voudrez bien m’envoyer le plus souvent que vous le pourrez de courtes notes sur les événements de quelque intérêt. Je me charge de les commenter et de les insérer dans les journaux de Paris. Votre dévouement pour le Prince et pour le pays me donne la confiance que vous m’aiderez à remplir ma mission le mieux possible. Je travaille beaucoup et je ne néglige rien pour que l’on puisse constater bientôt dans les travaux de l’Agence une plus grande activité et de meilleurs résultats que par le passé.

8Les journaux étrangers ont continué jusqu’à dernièrement encore à pratiquer sur notre dos l’éreintement avec un ensemble et une furia qui annonçaient l’intention bien arrêtée de nous faire passer par toutes les délices du knout.

9Cette émulation enragée, si préjudiciable à la fierté native de nos allures, ne trouvait aucun obstacle dans mes chers prédécesseurs – au contraire. Comment expliquer autrement la facilité avec laquelle plusieurs journaux m’ont déjà ouvert leurs colonnes, dont j’ai commencé à user avec empressement, comme vous allez bientôt le voir ?

10Mais je crois que je deviens indiscret.

  • 4 Mihai Viteazul en roumain, prince de la Valachie médiévale (1558‑1601) devenu un héros de l’histoi (...)

11Si l’aimable société des Costica S., et des Cost. vous laisse quelque loisir, je me plais à croire que vous me réjouirez bientôt de la bonne nouvelle que la capitale de cet éternel Michel le Brave4 est une Sibérie supportable, et que, somme toute, grâce à la philosophie que nous fait l’espérance, grâce surtout à l’exquise délicatesse du Prince, vous êtes le plus heureux des exilés volontaires.

12Mille choses aimables pour M. Friedländer et recevez l’assurance de mon amitié toute dévouée,

13E. Cretzulesco.

 

1412 rue Auber

Notes

1 Emanoil Cretzulesco (et non C. Cretzulesco comme l’écrivait N. Georgescu‑Tistu) a été nommé à l’agence roumaine de Paris, succédant à I. Bălăceanu.

2 Alexandru Teriachiu, qui ne reste que deux mois à ce poste.

3 Ştefan Golescu, alors chef du gouvernement.

4 Mihai Viteazul en roumain, prince de la Valachie médiévale (1558‑1601) devenu un héros de l’histoire roumaine pour avoir remporté plusieurs victoires contre les Ottomans et uni sous son sceptre durant quelques mois la Transylvanie, la Moldavie et la Valachie, fait survalorisé par l’historiographie nationale comme une préfiguration de la nation roumaine.