Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

90. [à Hortense Cornu]

M.E. (5)

Texte intégral

Bucarest, le 3/15 octobre 1867

 

Madame,

 

1J’ai bien à vous remercier pour la longue et aimable lettre que vous avez eu la bonté de m’écrire.

2M. Bratiano, qui est encore plus clairvoyant que d’autres, n’a pu manquer de reconnaître que les affaires de la Roumanie n’étaient pas dans leur état normal, et il est parti précipitamment pour Paris afin de juger par lui‑même de la disposition des esprits. L’absence si prolongée de M. d’Avril et le revirement si sensible qui s’est manifesté dans l’attitude de l’Empereur envers le Prince l’ont fortement ému, et je crois qu’il a voulu aller se renseigner auprès des frères et amis de la démocratie française sur les chances plus ou moins probables du renversement de la dynastie impériale et sur les concessions qu’il pourra être utile de faire ou de ne pas faire au souverain actuel de la France.

  • 1 Dénomination ironique : Brătianu a démissionné début août de son poste de ministre de l’Intérieur (...)

3Deux jours avant de se mettre en route, M. Bratiano m’a témoigné le désir de s’entretenir avec moi, et nous avons eu une conversation de plus de deux heures qui ne manquait pas d’un certain intérêt. Le chef du gouvernement roumain1 (je crois que le Prince lui‑même ne s’opposerait pas à ce qu’on donnât ce titre à son ancien ministre) m’a laissé assez clairement entrevoir que mes sentiments pour lui et ses amis lui étaient connus et que, sous les dehors les plus aimables, nous devions nous détester l’un l’autre de la plus cordiale façon du monde. Il m’a dit qu’il avait eu l’occasion d’apprécier dans plusieurs circonstances mes idées patriotiques françaises et que, dans l’intérêt même de la France, et afin qu’elle pût conserver son influence sur les populations chrétiennes de l’Orient, il me demandait d’user de tous les moyens en mon pouvoir pour que la lumière se fît enfin à Paris sur les intentions loyales et dévouées de la Roumanie.

4Vous aurez certainement, Madame, l’occasion de causer avec M. Bratiano, qui désirait extrêmement avoir l’honneur de vous voir et qui ne me demandait en somme que d’intercéder auprès de vous selon ses vues.

5Le Prince qui, depuis quelques temps, était sombre et soucieux, est de meilleure humeur depuis deux ou trois jours. Je ne sais si les communications secrètes qu’il aura pu recevoir de M. Bratiano ont contribué à le rasséréner, mais je crois pouvoir supposer que des lettres de Berlin, dont on m’a soigneusement caché l’arrivée, ne sont pas étrangères à cette satisfaction. Peut‑être Friedländer ou quelque autre agent secret lui promet‑il un appui efficace de la Prusse dans le cas où les idées guerrières viendraient à prévaloir ; peut‑être pour prix d’une action commune ou d’une neutralité attentive lui fait‑on apercevoir un empire roumain aux dépends de l’Autriche. Les officiers instructeurs français, qui sont toujours les derniers informés des réformes militaires, se montrent parfois assez inquiets en entendant parler de certains projets un peu trop prussiens. L’insouciance avec laquelle leurs communications sont reçues le plus souvent est bien propre à les décourager, et ils sentent bien vite qu’ils ne peuvent pas, à beaucoup près, rendre les services qu’ils se croyaient capables de rendre.

6Je crains que l’organisation d’une petite marine roumaine sur le Danube, qui pourrait rendre de si grands services, ne soit aussi un de ces rêves dont l’éclat éblouit un instant, mais qui s’évanouissent bientôt et dont on perd même le souvenir. M. le lieutenant de vaisseau de Fougères, qui a accepté de diriger les matelots roumains et qui, sur la demande du Prince, a été autorisé par le gouvernement de l’Empereur à entrer en fonctions, n’aura évidemment point les moyens matériels nécessaires pour mener à bonne fin cette entreprise. Son Altesse croit avoir fait une chose agréable pour la France en lui demandant un officier, et elle s’imagine qu’il suffit de donner à cet officier de bons appointements pour que tout marche à souhait. Il en sera de cela comme de tant d’autres expériences. On laissera l’officier instructeur dans l’impossibilité d’agir ; on ne lui donnera ni crédit, ni assistance, puis on s’étonnera qu’il n’ait rien produit, et on jettera une fois de plus la pierre à ces officiers étrangers qui broutent au budget sans qu’on voie aucun résultat utile de leur mission.

  • 2 L’église Sărindar était située au croisement des deux rues principales de Bucarest, la Calea Victo (...)

7Tout cela n’arriverait point si le chef nominal de l’État en était le chef véritable, s’il montrait un peu d’initiative et d’énergie. C’est malheureusement ce qui lui manque, et c’est un mal sans remède. Depuis un an, on n’a guère fait que des projets, mais je ne crois pas qu’on en ait réalisé un seul. La ville de Bucarest notamment est toujours dans le même état de sauvagerie et de malpropreté. Une fois, il y a quelques mois, voulant faire un petit perfectionnement que l’on pût rapporter au règne du Prince, j’avais décidé Son Altesse à supporter les frais d’un jardin qu’il s’agissait de tracer autour d’une église située dans le quartier central. J’avais fait faire le plan et je croyais être sûr du succès, n’ayant plus qu’à obtenir de la municipalité l’autorisation de faire des embellissements gratis, lorsque l’on a mis obstacle à mon entreprise. Le Ministère avait pour ce même endroit des projets somptueux, qui sans doute ne seront pas plus mis à exécution que les plans fastueux que l’on fait ici par centaines ; et mon dessein plus modeste est tombé dans l’oubli. Aujourd’hui encore l’église de Serindar, où se célèbrent tous les mariages élégants, est entourée d’un vaste dépôt d’immondices et, pour avoir repoussé mes bonnes intentions, on la retrouvera peut‑être ainsi dans dix ans2.

  • 3 Erreur de transcription de M. Emerit, ou de Picot lui‑même : il s’agit de Viktor Ofenheim von Pont (...)
  • 4 Les négociations aboutiront en 1868, date à laquelle la section Suceava (Burdujeni)‑Roman est acco (...)

8Les pourparlers engagés entre le gouvernement et la Compagnie du chemin de fer de Lemberg à Czernowitz, dont le directeur, M. d’Openheim3, est à Bucarest, sont, au dire des ministres, sur le point de réussir. Toutefois, comme il faut la sanction des Chambres et mille autres formalités, on ne peut encore dire avec certitude si les négociations aboutiront4. Le public, qui seul fournit les capitaux, se méfie beaucoup des chemins de fer étrangers et l’incertitude qui règne sur la situation intérieure de la Roumanie n’est guère propre à relever son crédit en Europe.

  • 5 Ludovic Steege (1813‑1872), issu d’une famille de Saxons de Transylvanie, docteur en médecine, ava (...)

9Dans tous les cas la position financière est loin d’être brillante. Le ministre des Finances, M. Steege5, homme intègre et capable, avait bravement reconnu les difficultés de son département, mais je crois que la divergence d’opinion qui le séparait de ses collègues ne lui permettait pas de rester aux affaires. Il vient de donner sa démission et le Moniteur de ce matin annonce que cette démission est acceptée. […]

 

E. Picot

Notes

1 Dénomination ironique : Brătianu a démissionné début août de son poste de ministre de l’Intérieur mais reste très influent et retrouvera un poste de ministre, dès le 27 octobre aux Finances, puis le 13 novembre à l’Intérieur.

2 L’église Sărindar était située au croisement des deux rues principales de Bucarest, la Calea Victoriei (à l’époque Podul Mogoşoaiei) et le boulevard Elisabeta, à l’emplacement de l’actuel Cercle militaire, construit en 1912. Le monastère attenant avait été démoli en 1863, laissant la place à un terrain vague.

3 Erreur de transcription de M. Emerit, ou de Picot lui‑même : il s’agit de Viktor Ofenheim von Ponteuxin (1820‑1886), directeur général de la société Lemberg‑Czernowitz‑Jassy Eisenbahn Gesellschaft. Un premier accord provisoire entre Ofenheim et le gouvernement roumain avait été conclu en 1864.

4 Les négociations aboutiront en 1868, date à laquelle la section Suceava (Burdujeni)‑Roman est accordée à Ofenheim alors que les tronçons Roman‑Galaţi et Galaţi‑Bucarest vont à Strousberg. Le tronçon Suceava‑Roman sera ouvert en décembre 1869 et la branche Paşcani‑Iaşi en 1870.

5 Ludovic Steege (1813‑1872), issu d’une famille de Saxons de Transylvanie, docteur en médecine, avait déjà été ministre des Finances sous le prince Cuza de 1863 à 1865 et sera également diplomate à Vienne, Saint‑Pétersbourg et Paris.