Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

89. [d’Hortense Cornu]

H.C. (9)

Texte intégral

  • 1 En Suisse, près du lac de Constance. Weinburg est le nom de l’un des châteaux du prince Charles‑An (...)

20 septembre [18]67.
Heiden, près Weinbourg1.

 

Mon cher Monsieur Émile,

 

1J’ai reçu dernièrement seulement, il y a une dizaine de jours, la lettre que vous m’avez écrite le 14/26.

2Patientez encore, si vous le pouvez, renfermez‑vous dans vos fonctions de secrétaire, simplement et purement. Continuez en attendant vos études qui produiront certainement un résultat scientifique intéressant. Étudiez aussi les ressources de la Roumanie, son avenir possible ou non, si elle était un jour bien gouvernée, l’importance qu’elle peut avoir dans le monde oriental un jour, même en restant telle qu’elle est.

3Désintéressez‑vous de la politique qui est, étudiez celle qui devrait être pour donner à ce pays sa signification.

4Tout cela vous servira un jour et servira en France. Poursuivez ce nouveau but : il vaut mieux que celui que vous ne pouvez atteindre, au moins en ce moment.

  • 2 Le prince Charles‑Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen, père du prince Charles.
  • 3 Très probablement Ion Brătianu.

5On est sous deux influences : celle du Père2 et celle de B3. Il faut qu’elles s’usent, mais ne s’usera‑t‑on pas en même temps ?

6Si vous quittez, il n’y aura plus de Français, on cherchera en Suisse. Et ici on désire en secret cet événement.

7Tenez donc encore bon, à moins que votre dignité ne s’y oppose. Auquel cas, je n’ai rien à vous dire. Je suis ici, près de Weinbourg. Je n’ai pas fait lire votre lettre. J’avais communiqué le télégramme que votre mère m’avait envoyé. Tout est paralysé par deux choses : la première, c’est qu’on suit, là‑bas, les prescriptions paternelles, la seconde, c’est qu’il est arrivé un mémoire de 29 pages, qu’on m’a soigneusement caché, envoyé par le fils au père et qui peint les choses sous un jour de printemps.

8Mais quelle figure fait notre mission française au milieu de ce prussianisme ?

9Et qui est consul général ? M. d’Avril ne devait pas retourner à Bucarest ? Je n’écris plus au Prince : c’est ce que j’ai de mieux à faire. Je préfère qu’il m’accuse d’indifférence plutôt que de continuer à guerroyer avec lui. Quand il m’écrira, je lui répondrai évasivement s’il touche aux choses de la politique. Ceci est bien arrêté.

  • 4 Après sa démission du ministère de l’Intérieur, I. Brătianu a effectivement fait un séjour à Paris (...)

10Mais, encore une fois, je crois dans plusieurs intérêts qu’il est désirable que vous restiez, celui du Prince tout le premier, qui aurait l’air de ne pouvoir avoir de Français près de lui, ou qui, s’il ne prenait un secrétaire de la main de son père, en prendrait un de la main de B., qui est tout prêt à Paris4.

11Votre beau‑frère, à qui je voudrais bien écrire, mais à qui je ne sais où écrire, doit être sur son retour. Je pense le voir arriver dans les premiers jours d’octobre.

  • 5 Voir lettre 84, n. 5.

12Le Prince Léopold5, que j’ai vu hier, m’a dit que Friedländer était à Berlin. C’est lui qui a apporté et envoyé le mémoire. Vous avez donc un peu de trêve et de meilleurs jours.

13Je ne sais s’il faut regretter que le Prince ne vienne pas. Il est si sujet aux influences, que celle qu’il aurait subie à Paris eût été effacée par celle de Berlin ou de Weinbourg. J’espère encore que cette propension prussienne ira en s’affaiblissant, en vivant en Roumanie et en avançant en âge. On est sous le coup des victoires de Sadowa : c’est de l’ivresse.

  • 6 P. Carp (voir lettre 39, n. 4), ancien secrétaire de I. Bălăceanu à l’agence roumaine de Paris, as (...)

14Le changement de l’agence à Paris était logique. M. de Carp6 était trop antiministériel pour rester. Quant à son successeur, je n’en ai jamais entendu parler que comme d’un jeune homme inoffensif. Si son secrétaire est la personne que vous me nommez, ce sera d’un bien mauvais effet au ministère de Paris, déjà fort peu bien disposé. Quant à moi, qui me désintéresse complètement des affaires de la Roumanie, je n’ai pas à le voir. Je suis bien aise d’avoir le télégramme que vous m’avez envoyé. Cela est encore l’effet de Sadowa, mais ce n’est pas moins bon à savoir.

15Au reste, je ne sais plus ce que sont devenus les Roumains de Paris. J’en suis partie depuis le mois d’août ; j’étais assez peu bien avec Balatchano pour une affaire privée. Je ne sais donc s’il est parti ou non. Il en est de même de Carp. Quelles preuves de son peu de patriotisme a donc votre beau‑frère ?

16Adieu, mon cher Monsieur Émile. Restez si cela vous est possible, au moins pour quelque temps. J’espère que vous m’écrirez bientôt. Je rentre à Paris le 2. Adressez donc votre lettre à Versailles.

17Mille sentiments affectueux,

 

Hortense Cornu

Notes

1 En Suisse, près du lac de Constance. Weinburg est le nom de l’un des châteaux du prince Charles‑Antoine de Hohenzollern.

2 Le prince Charles‑Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen, père du prince Charles.

3 Très probablement Ion Brătianu.

4 Après sa démission du ministère de l’Intérieur, I. Brătianu a effectivement fait un séjour à Paris en septembre‑octobre.

5 Voir lettre 84, n. 5.

6 P. Carp (voir lettre 39, n. 4), ancien secrétaire de I. Bălăceanu à l’agence roumaine de Paris, assurait l’intérim, jusqu’à ce que Emanoil Creţulescu soit nommé.