Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La figure du consommateur immigré en Europe

 | 
Virginie Silhouette-Dercourt
, 
Maren Möhring
, 
Marie Poinsot

« Qu’est-ce qu’il se passe en D-land ? » Une perspective ethnologique de la consommation et de la migration dans une société postmigratoire

«Was ist los in D zum Land?» Eine ethnologische Sicht auf Konsum und Migration in der postmigrantischen Gesellschaft

“What is happening in D-land?” An Ethnological Perspective on Consumption and Migration in a Postmigrant society

Sina Arnold
Translated by Céline Corsini

Abstract

Selon la perspective de l’anthropologie culturelle, l’article analyse les caractéristiques actuelles de la société allemande ‘postmigrante’ à partir des sphères de la consommation et de la production. Deux figures complémentaires – celle du « migrant consommateur » et celle du « migrant producteur », ainsi que le phénomène plus global de « migrantisation de la consommation », sont interprétés comme l’expression des évolutions des sociétés de migration : l’économisation des discours sur la migration, la permanence de stéréotypes raciaux et, parallèlement, la migrantisation de la société.

Aus einer kulturanthropologischen Perspektive illustriert der Text anhand der Sphären von Konsum und Produktion gegenwärtige Charakteristika der deutschen postmigrantischen Gesellschaft. Dazu werden zwei sich komplementierende Figuren – die des „migrantischen Konsumenten“ und die des „migrantischen Produzenten“ – sowie die gesamtgesellschaftliche Migrantisierung des Konsums als Ausdruck von Entwicklungen analysiert, die exemplarisch für gegenwärtige Migrationsgesellschaften sind: die Ökonomisierung des Migrationsdiskurses, die Fortdauer von ethnisierenden Stereotypen und die gleichzeitig stattfindende Migrantisierung der Gesellschaft.

From the perspective of cultural anthropology, the text analyzes current characteristics of the German “postmigrant” society along the spheres of consumption and production. Two complementary figures – that of the “migrant consumer” and that of the “migrant producer” – as well as the overall “migrantization of consumption” are being interpreted as expressions of developments which are exemplary for contemporary societies of migration : the economization of the migration discourse, the continuation of racial stereotypes, and the simultaneous migrantization of society.

Full text

1“Was ist los in D zum Land?” (Qu’est-ce qu'il se passe en D-land ?) se demande le rappeur germano-kurde Haftbefehl alors qu’il traverse Francfort au volant de sa Mercedes SL600 dans le clip de “Ich Rolle Mit Meim Besten” (« Je pilote ma meilleure [caisse] »)1. Dans une autre chanson, il se décrit comme étant “Saudi Arabi Money Rich”, « dans sa Lambo et sa Ferrari ».2 Les voitures sont non seulement utilisées comme des signes extérieurs de richesse sur la scène hip-hop (post)migrante, mais elles sont aussi commercialisées comme des biens de consommation ciblant spécifiquement une clientèle issue de la migration. Il y a quelques années, Volkswagen a monté un programme d’ethnomarketing intitulé Volkswagen spricht türkisch (« Volkswagen parle turc ») visant à recruter des conseillers commerciaux bilingues pour divulguer cette campagne dans toute l’Allemagne.3 Ainsi, autant Haftbefehl dans sa Mercedes, « un char d’assaut dans les rues de Francfort-sur-le-Main »4, que la concession Volkswagen de Pfaffenhofen-an-der-Ilm servant du çay (thé) à ses clients : les deux concepts font référence aux changements qui se sont produits dans la société allemande au cours des dernières années, mais également aux liens multiples entre migration et consommation. Dans cet article, je souhaite mettre en regard ces deux champs sociaux du point de vue de l’anthropologie culturelle en me concentrant sur la société migratoire allemande et par là même, indirectement et via les objets, aborder la question « Qu’est-ce qu'il se passe en D-land ? »

2Mais pourquoi nous intéresser ici au rapport entre migration et consommation ? À l’instar d’autres disciplines, l’anthropologie culturelle reconnaît que la consommation transcende le simple fait d’avoir chaud, d’être propre ou bien nourri. La consommation permet de négocier ce qui est considéré comme moral, les sentiments d’appartenance, les relations entre les sexes, les relations familiales, le sacré et le profane, et bien plus encore. En 1979, Mary Douglas et Baron Isherwood soulignaient déjà dans l’ouvrage Pour une anthropologie de la consommation. Le monde des biens :

« (…) les décisions de consommation deviennent la source vitale de la culture du moment. Les individus issus d’une culture particulière constatent qu’elle change au fil de l’existence : nouveaux mots, nouvelles idées, nouveaux modes de fonctionnement. Les choses évoluent et ils jouent un rôle dans ce changement. La consommation est l’arène où la culture est débattue et développée » (Douglas, 2003 : p. 37).

3Cette perspective est loin d’être une évidence : la consommation ne devient un fait avéré et reconnu en anthropologie que dans le cadre du material turn, tournant matériel, dans les années 1970 et 1980. Les explications culturelles s'appuyant sur les textes et les discours commencent à présenter des limites, et dans ce contexte, Hans Peter Hahn souligne un nouveau phénomène :

« Ni les paroles ni les intentions de l’individu ne constituent la société, mais l’environnement matériel. Ce postulat devient vraisemblable avec la mondialisation, car les influences mondiales ont d’abord été perçues comme une augmentation massive des flux de marchandises partout dans le monde » (Hahn 2014 : p. 4).

4Selon Hahn (ibid.), c’est de ce triple constat d’une production mondialisée, d’une croissance de la consommation, et de l’organisation de la société selon son environnement matériel qu’ont démarré les premiers travaux de recherche (anthropologique) sur la consommation. Ils sont souvent considérés comme un sous-domaine des material culture studies, études de la culture matérielle. Cette orientation se poursuit depuis : il y a vingt ans déjà, Daniel Miller (1995) laissait présager que l’anthropologie de la consommation prendrait le pas sur l’anthropologie de la parenté dans les années à venir. La recherche sur la culturelle matérielle aurait pour tâche de démontrer la pertinence de ce domaine du quotidien. Bien que ce point de vue soit critiqué plus tard par David Graeber (2011), on peut néanmoins faire valoir qu’il est judicieux d’examiner le comportement des consommateurs dans la vie de tous les jours pour comprendre la vie sociale des choses ou The social life of things (Appadurai 1986) : les choses et la façon dont elles sont produites et consommées comme les relations homme-objet dans le contexte de l’expression des sociétés en mutation. Seul un champ aussi réactif que la consommation peut illustrer de manière tangible les transformations des sociétés contemporaines.

  • 5 En Allemagne, une personne est considérée comme « ayant un arrière plan migratoire »lorsqu'elle-mêm (...)
  • 6 Verband Deutsche Städtestatistiker VDSt (dir.), 2013, Migrationshintergrund in der Statistik – Defi (...)
  • 7 Statistisches Bundesamt, communiqué de presse no 327 du 16/09/2016, Bevölkerung mit Migrationshinte (...)

5Les plus grands changements sociaux en Europe au cours des dernières années gravitent autour du thème de la migration. Celle-ci implique bien plus qu’une simple évolution démographique avec une hausse des départs et des arrivées ou l’afflux actuel des réfugiés ; il s’agit plutôt de mouvements fondamentaux vers des sociétés marquées par la migration à tous les niveaux. En Allemagne, cas d’étude pour cet article, de nombreuses villes se caractérisent par un état que l’anthropologue Steven Vertovec (2007) qualifie de « superdiversité », c’est-à-dire une diversification des régions et pays d’origine, des statuts de résidence et titres de séjour, des milieux et des modes de vie. Il en résulte une très forte hétérogénéité de la population en termes de contextes de migration. Si l’on considère les enfants de moins de six ans dans des villes comme Stuttgart, Nuremberg et Augsbourg, plus de la moitié ont un arrièreplan migratoire5. Cette proportion augmente pour atteindre 75 % à Francfortsur-le-Main.6 Au total, environ 17 millions des 82 millions d’habitants en Allemagne ont aujourd'hui un arrière-plan migratoire,7 c’est-à-dire qu'euxmêmes ou au moins un de leurs parents a migré après 1949 sur le sol de la République fédérale d’Allemagne telle que nous la connaissons aujourd’hui. Toutefois, dans le discours public et politique, l’idée que l’Allemagne est véritablement une terre d’immigration et – plus encore – une société d’immigration n’a commencé à s’imposer progressivement que depuis le début du millénaire. Cette quotidienneté se reflète aussi dans les relations qui s’établissent dans la vie de tous les jours : l’étude représentative Deutschland postmigrantisch (L’Allemagne postmigratoire) menée en 2014 à l’université Humboldt de Berlin (Foroutan et al., 2014), révèle qu’il existe de nombreux points de contacts quotidiens entre les populations migrantes et non migrantes, particulièrement sur le lieu de travail et dans l’espace scolaire. Il est également surprenant de constater que 35 % de la population a un lien familier avec la migration, c’est-à-dire que ces personnes elles-mêmes, leurs parents de sang ou par alliance, leurs cousins, cousines ou partenaires, etc. sont issus de la migration (ibid. p. 48). On peut supposer que cette expérience partagée par plus d’un tiers de la population allemande développe l’empathie réciproque et motive le changement de perspective par rapport à la migration et à la discrimination. La notion d’identité nationale s’est, de fait, élargie au cours des dernières années : dans notre étude (ibid. : p. 25 et suiv.), nous avons demandé quelles étaient les qualités essentielles attachées à l’identité allemande et que devaient détenir tout citoyen. Environ 80 % des personnes interrogées ont répondu « la possession de la nationalité allemande » et près de 97 % « la connaissance de la langue allemande ». Mais au moins 37 % des personnes interrogées pensent également que l’ascendance allemande est importante pour être considéré comme « allemand » : par conséquent, la conception ethnique de la citoyenneté perdure. La perception d’être un pays d’immigration ne signifie pas pour autant qu’il n’existe plus de stéréotypes et d’attitudes racistes en Allemagne envers les personnes issues de l’immigration. Les études empiriques longitudinales le suggèrent régulièrement (Decker/Kiess/Eggers/Brähler 2016 : p. 33 et suiv.). Ainsi, dans Deutschland postmigrantisch, plus d’un quart des sondés sont d’accord avec l’affirmation « les musulmans sont plus agressifs que nous » (Foroutan et al., 2014 : p. 30).

6Néanmoins, nous nous trouvons progressivement dans une configuration sociale qui peut être qualifiée de postmigratoire (cf. Foroutan 2016, Yildiz/Hill 2015, Arnold 2016) : la migration existe depuis longtemps et marque la société à différents niveaux. Sur le plan individuel, l’étiquette « migrant » n’a aucun sens chez les enfants et petits-enfants d’immigrés : ce sont des personnes qui ont grandi en Allemagne et qui y sont chez elles. Mais cette appartenance évidente leur est souvent refusée, comme en témoigne la persistance de la notion ethnique de l’identité allemande mentionnée cidessus. La « migration » devient une donnée chiffrée avec laquelle la société allemande négocie : par l’entremise des « réfugiés » et des « migrants », elle débat sur la manière dont le « nous » se positionne sur des questions clés telles que les relations entre les sexes, l’homophobie ou l’antisémitisme. Tout comme le postcolonialisme, la postmigration décrit la persistance d’une catégorie dans la vie quotidienne : le maintien d’une différenciation entre la société majoritaire et les minorités. Toutefois, ce courant de pensée n’existe que dans le but de contester et de fracturer les classifications existantes. Si dans l’analyse des sociétés d’immigration on adopte le point de vue de la migration comme « perspective centrale » (Bojadžijev/Römhild 2014), on verra que la perspective postmigratoire se concentre sur les changements et les processus de négociation en faveur de la participation et de l’appartenance.

7Cependant, les facteurs démographiques n’expliquent ces transformations que de façon limitée. Ce texte prétend plutôt montrer que la sphère de la consommation (et corrélativement aussi de la production) et l’analyse des objets, vont, en revanche, illustrer certaines des caractéristiques de la société postmigratoire ainsi que la pérennité des stéréotypes. Du point de vue anthropologique, comment se concrétisent les différences de consommation dans la société allemande ? Je souhaite mettre en évidence certains aspects du lien entre migration et consommation et cela à trois niveaux : celui des individus et de deux personnages complémentaires – celui du « consommateur migrant » d'une part et celui du « producteur migrant » d'autre part ; et enfin, troisième point, je souhaite illustrer les phénomènes de migrantisation de la consommation de l’ensemble de la société. Il s’agit là d’archétypes du développement de la société migratoire actuelle en Allemagne (et dans d’autres pays européens) : marchandisation des discours sur la migration, persistance de la pensée ethnicisée et dans le même temps, migrantisation de la société.

Le personnage du « consommateur migrant »

8Chaque année, en Allemagne, les résident(e)s d’origine turque achètent 31 millions de bouteilles de shampooing.8 Les jeunes avec un arrière-plan migratoire d’origine musulmane consomment moins d’alcool que les autres. La consommation de cigarettes chez les jeunes filles des pays de la Communauté des Etats Indépendants (CEI), cependant, est similaire à celle de leurs camarades germano-allemandes (Schmolke 2009). Les migrants d’origine turque utilisent plus souvent leurs smartphones que ceux d’origine russe9. Et les ménages germano-allemands dépensent beaucoup plus pour acheter viandes, saucisses et volailles et moins en aliments congelés et en crème glacée que les ménages germano-turcs. Par ailleurs, les Germano-russes et les Allemands de souche (Herkunftsdeutsche) achètent à peu près la même quantité de nourriture pour animaux.10 Ce type de données statistiques est pertinent en ethnomarketing ou marketing ethnique, qui façonne le personnage du « consommateur migrant » sur la base d’une origine ethnique clairement définissable. Depuis quelques années, les entreprises ciblent de plus en plus les personnes avec un arrière-plan migratoire. La publication Migration Business. Magazin der Migrantenwirtschaft décrit le marketing ethnique comme « la découverte du pouvoir d’achat qui se cache derrière les barrières linguistiques et culturelles »11. « Exploitez le potentiel caché de la migration », recommande la société de conseil Next Mind12. Elle poursuit en ces termes :

« De nombreux migrants disposent encore d’actifs et de biens dans leur pays d’origine. (…) Allez chercher ce pouvoir d’achat qui se trouve à l’étranger et ramenez-le en Allemagne. Les migrants ne consomment pas seulement, ils investissent massivement dans l’immobilier résidentiel (…), l’épargne retraite et la création d’entreprise. (…) Just do it. Adressez-vous activement aux migrants et assurez-vous de leur fidélité et de leur pouvoir d’achat pour toujours. (…) Ne passez pas à côté de ce groupe cible aisé des migrants et d’une restructuration durable de notre société. Préparez-vous : prêt, feu, partez ! Et remportez la loyauté de la clientèle migrante. »

9Cette approche se reflète dans la publicité, notamment dans un spot de Volkswagen diffusé en 2008 et intitulé Volkswagen Türkçe konuşuyor (Volkswagen parle turc)13 qui cible très clairement un public germano-turc. Dans la vidéo, nous sommes témoins de la vie d’une famille germano-turque dans son appartement situé dans une ville allemande. Le père rejette l’un après l’autre les prétendants de sa fille qui viennent frapper à la porte. Ces derniers sont tous différents sur le plan ethnique, social et de l’âge. Les critères de sélection du père ne sont pas clairs au premier abord. L’intérieur du domicile familial montre que la famille est issue de la classe moyenne aisée : des accessoires « orientaux » – amulette nazar, vaisselle bleue et blanche – indiquent que nous avons affaire à une famille d’origine immigrée. Le dernier candidat – un jeune homme dont l’origine migratoire est difficilement identifiable – est accueilli par le père qui l’étreint et l’embrasse immédiatement. À la fin du clip, on découvre pourquoi : il vient chercher la jeune fille avec sa nouvelle Volkswagen stationnée devant la porte, et le père, très enthousiaste, fait au revoir de la main.

10D’autres entreprises tablent également sur des groupes cibles : l’opérateur de téléphonie mobile E-Plus exploite en Allemagne la marque de téléphone portable germano-turque Ay Yildiz. HypoVereinsbank et Deutsche Bank s’adressent en turc aux clients. Les employés bilingues deviennent intéressants pour la distribution et la vente.14 Le magasin de meubles IKEA a communiqué sur l’ouverture de sa nouvelle succursale de Berlin dans les quartiers habités par des « migrants » avec des affiches en turc.15 Et au milieu des années 1990, Mercedes-Benz était déjà un pionnier qui diffusait des annonces et des publicités en turc – un succès si retentissant que le constructeur n’a pas eu besoin de répéter la campagne, car de nombreux Germano-turcs « pilotent leur meilleure caisse » et savent qu’ils trouveront des vendeurs bilingues chez les concessionnaires automobiles de la marque.16

11Le personnage du « consommateur migrant » évoque des images de milieux migrants clairement définissables avec des habitudes de consommation correspondantes. Certains modes de consommation s’expliquent principalement selon une variable : l’origine. Ce modèle explicatif masque un premier danger : la réification de certaines catégories identitaires – comme nous le verrons plus loin. En effet, il y a bien longtemps que ces catégories ne recoupent plus la réalité hybride de la société postmigratoire. Il est intéressant de noter que les conseillers commerciaux en sont également conscients, comme nous le confie Matthias Kulinna, titulaire d’un doctorat sur la thématique de l’ethnomarketing au sujet des personnes issues de l’immigration :

« Il s’agit d’un groupe hétérogène, qui pour la plupart a les mêmes besoins que la société majoritaire allemande. »17

12Mais dans la publicité, il ne s’agit pas simplement de parvenir à atteindre un public cible, l’objectif est tout autre : la publicité communique l’idée d’une reconnaissance des personnes d’origine non allemande (Kulinna 2007 : p. 263), dans une société marquée par le racisme. Cela souligne donc un deuxième danger : la récupération et la revalorisation de « marqueurs » ethniques stigmatisés par le passé. Cette considération peut se monétiser et la diversité devient ainsi une source de revenus.

13La valorisation et l’appréciation des marqueurs et objets ethnicisés dans un contexte d’expérience du racisme peuvent aussi trouver leur expression dans la signification de la consommation. C’est particulièrement vrai pour ceux qui sont étiquetés comme « migrants » dans les stratégies de consommation (post) migratoires. Un produit ne dispose pas d’une valeur d’échange unique, il porte également une symbolique qui rentre en ligne de compte dans l'appréciation de sa valeur utilitaire. Dans un contexte d’exclusion et de discrimination, sa consommation peut être interprétée comme une stratégie de visibilité et de résistance, de participation ou même d’assimilation. Elle est révélatrice de la relation du consommateur à la société. Les modes de consommation individuels et institutionnels sont parfois des repères d’adaptation primaires à la société majoritaire. Mais ils peuvent aussi être une forme de refus de l’idéologie de la performance (Leistungsideologie), que l’on observe dans de nombreuses chansons du rap allemand, fortement marqué par des « migrants » de deuxième et surtout de troisième génération. À titre d’exemple, le rappeur germano-grec Shindy avec son album Fuck Bitches Get Money, qui chante :18

  • 19 "Uh, brandneue AMG G-Klasse/Bei Frauenklatsch im Mittelpunkt –Teetasse/Früher bei McDonald’s an der (...)

“Mercedes AMG Classe G flambant neuve/À l’honneur des potins –Tasse de thé/Avant à la caisse chez McDonald/Aujourd’hui 5 chiffres avant la virgule/Dans son sac/La Belle et la Bête/Pardon – La Belle et les beats/T-shirts oversize Givenchy/Plus chers que ton salaire mensuel net/FVCKB !TCHE$GETMONE¥/Putes en leggings imprimés léopard– Peg Bundy/Je fais une salope de cette diva/Clope en bouche et chaussures de sport/Sur la table/J’ai des Air Max, salopes, Hermès, salopes/Persane avec plus d’or que Xerxès, salopes !”19

14Cette liste de marchandises – Mercedes, vêtements de marque, bijoux en or, chaussures de sport – est couplée avec le désir de gravir rapidement les échelons sans pour autant accepter d’être mal payé pour commencer. En outre, les femmes sont traitées comme des objets, et des symboles de prestige dans la même phrase. Mais Shindy aborde également des expériences dans le monde du travail à bas salaires (« Avant à la caisse chez McDonald ») et les obstacles de l’accès aux ressources matérielles.

15Entre adaptation et refus, il y a bien sûr un large éventail de stratégies de consommation, de manières créatives d’appréhender et de s’approprier les objets. Elles parviennent à exprimer les formes hybrides d’identité dans le domaine de la consommation. La marque de mode et de vente par correspondance Styleislam propose des « produits lifestyle contemporains streetstyle et décontractés, toujours avec une touche orientale, parce que c’est là que sont nos racines »20. Sur ce site, souvent cité comme exemple du Pop Islam émergeant en Allemagne, les jeunes musulmans allemands peuvent acheter des t-shirts avec des slogans tels que “I love my prophet” (j’aime mon prophète) ou des sacs à bandoulière avec l’inscription 5 Pillars (pour rappeler les cinq piliers de l’islam). Il s’agit aussi d’un exemple d’ « ethnomarketing par le bas », qui tente d’échapper en partie à des catégories prédéterminées.

16En plus de la persistance de la pensée ethnicisée, la montée de l’ethnomarketing dans les entreprises allemandes exprime également une deuxième dynamique : les migrants sont considérés principalement comme des consommateurs au fort pouvoir d’achat. Le « potentiel caché de la migration » mentionné plus haut peut alors être calculé dans cette logique : l’institut d’études de marché Gesellschaft für Konsumforschung (GfK) a établi en 2013 que si l’on observe uniquement les migrants d’origine turque et russe, on dispose d’un potentiel de consommation combinée d’environ 84 milliards d’euros par an, potentiel sous-exploité jusqu’à présent.21 Ce point renvoie à l’évolution de l’idée que l’on se fait d’une société migratoire allemande : le discours politique sur la nécessité de la migration – en particulier qualifiée – se base sur une réflexion d’économie politique qui fait le tri entre les individus selon leur utilité. Elle offre paradoxalement aussi l’occasion d’un accueil chaleureux, comme le montre le clip de Volkswagen : au bout du compte, et en dépit de certaines traditions – vestiges de la culture patriarcale attribuée au père turc dans son choix d’un éventuel petit ami pour sa fille – ce n’est pas l’appartenance ethnique et culturelle, mais le statut social qui compte, exprimé par le choix du véhicule. La culture de consommation capitaliste apporte ici des moments où « tout ce qui est solide se dissout dans l’air » (Marx 1986 : p. 420). Cette pensée d’ordre économique avec ses incidences paradoxales sur les catégories culturelles s’accompagne du développement symétrique d'une activité sociale complémentaire de la consommation : la production, qui permet d'envisager les migrants comme des producteurs.

Le personnage du « producteur migrant »

17Dans les changements de la perception de soi de l’Allemagne comme un pays d’immigration puis comme un pays à culture d’immigration, il est possible d’identifier une tendance claire : la marchandisation. Les réflexions économicistes envisagent les migrants principalement en fonction de leur utilité pour le produit national brut. Ce n’est pas une nouveauté : déjà à l’époque du recrutement de travailleurs « invités », des années 1950 aux années 1970, le ton était le même que celui qui prévaut aujourd’hui en Allemagne. Au cours des dernières années, les choses ont cependant évolué. Elles sont moins dominées par un programme d’immigration unique du gouvernement, mais plutôt orientées vers la migration réelle en cours et dans les formes « d’inclusion différentielle » (Mezzadra/Neilson 2013 : p. 157 et suiv.). Dans le premier paragraphe de la loi sur l’immigration entrée en vigueur en 2005, il est clairement stipulé que la loi « permet et conçoit l’immigration en tenant compte des capacités d’intégration et des intérêts de la politique économique et du marché du travail de la République fédérale d’Allemagne. »22 Le débat autour du livre Deutschland schafft sich ab (l’Allemagne disparaît) de Thilo Sarrazin (2010) est un jalon important dans cette tendance, qui peut cependant être étayée par de nombreux exemples.23 Dans un entretien avec la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) en décembre 2014, le président de l’Institut für Wirtschaftsforschung (Institut de recherche économique) Hans-Werner Sinn démontre que « la migration se fera à perte ».24 À l’opposé, l’Institut für Arbeitsmarkt- und Berufsforschung, IAB (Institut de recherche sur le marché du travail et l’emploi), assure deux années plus tard : « les dépenses pour les réfugiés sont un bon investissement ».25 Le secrétaire général de l’Union Chrétienne Démocrate (CDU), Peter Tauber, soutenait encore en 1999 une pétition alors controversée du parti contre la double nationalité. Aujourd’hui, il s’engage pour une immigration réglementée avec un système de points calqué sur le modèle canadien.26 Et ce raisonnement a gagné en visibilité dans les débats sur l’arrivée d’environ un million de réfugiés en 2015 et 2016 : le président de Daimler-Benz, Dieter Zetsche, voit dans les réfugiés un « socle pour le prochain miracle économique allemand ». Le correspondant économique de la FAZ déclare « nous avons besoin de plus de réfugiés économiques ». De même, l’économiste en chef de la Deutsche Bank, David Folkerts-Landau, estime que, en vue de renforcer le « rôle économique de pionnier en Europe », il faut « laissez-les venir » (cf. Arnold/Bischoff 2016 : p. 30). Le message est sans équivoque : les « bons » migrants sont ceux qui profitent à l’Allemagne.

  • 27 Cf. par ex. « Gründerindex der BBB Bürgschaftsbank 2016 », http://www.buergschaftsbankberlin.de/mat (...)
  • 28 Fondation Bertelsmann, communiqué de presse du 10/05/2016, Drei von vier Unternehmen engagieren sic (...)
  • 29 Association de l’économie des migrants, entrepreneurs ethniques et employeurs étrangers.

18Le « producteur migrant » est donc aussi un acteur économique dans la société allemande qui doit nécessairement être considéré de pair avec le « consommateur migrant ». Il est macro-économiquement pertinent, car il contribue au produit intérieur brut national – par la création d’entreprises de travailleurs migrants autonomes.27 Et il est micro-économiquement intéressant, comme le démontre une étude réalisée par la Fondation Bertelsmann, parce qu’en Allemagne, « la moitié des entreprises [espère] une augmentation de la compétence interculturelle du personnel, car le potentiel et la créativité des membres des équipes se développent mieux si elles sont culturellement mixtes ».28 Dire qu’il s’agit d’une simple instrumentalisation « par le haut » serait faire un raccourci. Un regard économiciste sur la migration indique qu’il s’agit plutôt d’une pensée idéologique sur la base d’un discours reproduit aussi par les (post)migrants eux-mêmes. Le magazine Migration Business publié par la Verband der Migrantenwirtschaft, Ethnische Unternehmer und Ausländische Arbeitgeber (VMW)29 déclare :

« Nous sommes le magazine ouvert sur le monde et international pour l’Allemagne. Nous incarnons le style de vie urbain et cosmopolite du 21e siècle et nous sommes les premiers à connecter « migration » et « affaires » (…) Migration Business (…) montre l’importance économique des personnes de différentes origines en Allemagne (…). » Qui plus est, il poursuit : « Migration Business fait table rase de l’image des migrants socialement faibles et passifs, qui représentent un poids et non un enrichissement. » Le VMW résume cette attitude dans sa philosophie directrice : « La diversité culturelle crée des emplois en Allemagne. »30

19Les opinions politiques et sociales concordent pour définir un profil clair de « migrants », jugés sur leurs « performances », sans rejeter cette approche et sa logique économique, mais plutôt en partageant et en réagissant par des preuves de performance. D’une manière remarquablement ouverte, on fait également référence aux modes de pensée racistes de la société majoritaire contre les migrants perçus comme des bénéficiaires de l’aide sociale, paresseux et « parasites ». Cela met en évidence les dynamiques en mouvement au-delà des considérations macroéconomiques des migrants comme acteurs : lorsque des objets et leur consommation ne sont pas seulement une expression d’identité subjective et individuelle, mais aussi sociale (Woodward 2007 : 135) – appartenance sous-culturelle ou religieuse, niveau de revenu, etc. – alors, pour les (post)migrants, ils sont nécessairement l’expression d’une confrontation avec des attributs ethnicisés tels que la société les définit.

La migrantisation de la consommation

  • 31 Cf. Wie entsteht eigentlich ein Döner?, Der Tagesspiegel, 06/10/2014, http://www.tagesspiegel. de/b (...)
  • 32 Maren Möhring relate cette anecdote dans son ouvrage Fremdes Essen. Die Geschichte der ausländische (...)

20Alors que les personnages du consommateur et du producteur migrants sont l’expression de processus de mise en valeur de la société sur la base de considérations macro et microéconomiques, les modes de consommation en Allemagne ont aussi changé « par le bas » du fait du mouvement de la migration et des (post)migrants en tant qu’acteurs. La consommation de la société majoritaire s’est pour ainsi dire « migrantisée ». En Allemagne, l’histoire d’un plat devenu quotidien, le kebab, illustre ce concept. Rien qu’à Berlin, il y a environ 1 300 restaurants de kebab. Pour un Berlinois, le prochain kebab se trouve à cinq minutes à pied maximum. L’association des fabricants européens de kebab siège à Berlin et le salon de la branche d’activité, ou Döga, a également lieu dans la ville. Et bien sûr, le produit est même disponible dans sa version végétarienne et végane, tout frais coupé de la broche. L’industrie du kebab représente un chiffre d’affaires annuel de 3,5 milliards d’euros et génère 60 000 emplois.31 Un objet de consommation incontournable qui émane d’une évolution des choses. Car ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du 20e siècle que la culture alimentaire allemande connait une transformation avec l’arrivée des travailleurs immigrés. En particulier dans les années 1970, lorsque les migrants ont commencé à ouvrir des restaurants en raison de la mauvaise situation de l’emploi (Möhring 2011).32 Mais la pizza, le gyros, le canard laqué ou le cappuccino ne sont pas seulement l’expression de la migrantisation de la consommation de la société majoritaire, ces produits de consommation sont aussi le témoignage de la migration et des migrants. Aussi, pour étayer les stratégies de consommation migrante décrites plus haut dans l'article, Ayşe Çağlar (1995) montre que dans les années 1970 et 1980, le döner kebab est encore commercialisé comme un produit folklorique et étranger pour donner le change et proposer de l’exotisme à la clientèle germano-allemande. Dans les années 1990, de nombreux restaurants de kebab font peau neuve : leurs noms se « modernisent », leur intérieur se « McDonaldise ». Les deuxièmes et troisièmes générations, entre-temps devenus gérants de ces restaurants, s’orientent vers la culture fast-food mondialisée d’inspiration américaine et redéfinissent leur position dans les zones urbaines et la société allemande.

21L’enchevêtrement mondial de ces cultures alimentaires hybrides devient clair si l’on garde à l’esprit que cette brochette de viande n’est pas seulement l’expression d’une transformation en Allemagne : la consommation des migrants et non migrants a également une incidence sur les habitudes culinaires dans les pays d’origine. Il y a quelques années, un Berlinois turc a tenté d’ouvrir un restaurant appelé Berlin Döner à Istanbul. En effet, le döner kebab tel qu’on le connaît dans la capitale allemande est bien différent de l’original turc :

  • 33 Berliner Döner schmeckt Türken in Istanbul gar nicht, Berliner Morgenpost, 08/09/2014, http://www.m (...)

« les sauces à l’ail, aux herbes et piquante n’existent pas dans la version turque. Vous pouvez chercher en vain le chou blanc, le chou rouge, la salade et les oignons. »33

22Cette initiative spécifique a échoué, mais rappelle que le kebab a subi bien des changements au cours des dernières décennies en Allemagne : il est devenu un véritable hybride, un produit européen, transnational. Et il est peut-être un symbole de l’Allemagne urbaine postmigratoire. Il y a quelques années, un restaurant a ouvert à Seattle (États-Unis) portant le nom The Berliner Döner Kebab vantant le sandwich comme spécialité culinaire de la capitale allemande.34 À Prague, la plupart des restaurants de kebab locaux arborent le drapeau allemand et non celui de la Turquie. Et dans une enquête menée en 2007 sur plusieurs milliers de jeunes, le kebab était aussi le plat le plus caractéristique de Berlin « et ainsi déclaré comme un symbole culino-culturel de la capitale allemande » (Möhring 2011). Certes, Berlin est vraiment un endroit particulier de l’hybridation. Les processus de diversification sont sans doute plus lents dans les zones rurales – mais même à la campagne, la migrantisation de la consommation s’est également imposée sous la forme d'une omniprésence de restaurants de kebab.

23Toutefois, la migrantisation de la consommation ne signifie pas seulement un changement fondamental dans les produits considérés comme « normaux » dans une société et vendus en tant que tels. Elle implique aussi une consommation de la migration elle-même : ainsi la culture (migrante) est mise en valeur et commercialisée, transformée pour la consommation par les migrants et les non migrants. Le grand festival de rue Carnaval des cultures, à travers lequel Berlin se met en scène depuis 1996 comme métropole marquée par la diversité (Lanz 2011 : p. 123 et suiv.) en est un bon exemple. La valorisation économique des processus d’hybridation culturelle pour le tourisme et pour attirer des groupes créatifs, est clairement mentionnée dans le concept d’intégration de la capitale de 2005 où il est décrit explicitement :

  • 35 Abgeordnetenhaus Berlin, imprimé 15/4208 du 23/08/2005, Vielfalt fördern – Zusammenhalt stärken. In (...)

« L’approche positive de la diversité favorise la compétence interculturelle, la vitalité et la viabilité de la ville et offre des avantages dans la concurrence internationale pour l’attractivité. »35

  • 36 Je remercie Maren Möhring pour ses précisions sur le rôle du droit.

24Les (post)migrants eux-mêmes contribuent à ces processus de mise en valeur et de revalorisation comme le montre Miriam Stock (2013) dans son analyse du rôle des propriétaires de restaurant de falafels d’origine arabe dans les quartiers gentrifiés de Berlin : les entrepreneurs migrants vendent délibérément dans ces quartiers – en soignant la décoration intérieure – la promesse d’une prétendue « authenticité migrante », principalement destinée à un public non-migrant, néo-bourgeois. Dans cette consommation de culture migrante, deux mouvements s’expriment : le cadre national met à l’honneur les considérations économiques et macroéconomiques et les perpétue par la loi, créant un canevas physique dépendant de la production et par conséquent aussi de la consommation. Ainsi, Maren Möhring (2011) fait référence à la relation historique entre les changements du marché du travail pour les immigrants dans les années 1970 et l’ouverture de restaurants « ethniques ». Ce phénomène subsiste sous une forme différente : des permis de séjour précaires et le refus de la nationalité allemande pour les migrants de la première génération ont un impact, par exemple, sur l’achat de biens immobiliers en Allemagne. L’élargissement de l’Union européenne (UE) à l’Est assurait la liberté d’établissement des nouveaux citoyens de l’UE, mais la libre circulation des travailleurs était limitée – la création de petites entreprises restait l’une des rares sources de revenus légitimes. L’obligation de résidence ou la remise de bons alimentaires pour les réfugiés dans certains Länder influencent la décision du lieu d’achat et des produits consommés. Ces conditions matérielles ont donc un impact tangible sur les comportements alimentaires, vestimentaires, ou autres achats.36 Ici, la critique de David Graeber se démontre valide. Il souligne que dans les années 1980, l’anthropologie, dans son analyse euphorique des modes de consommation, a commencé à imaginer des groupes spécifiques, liés à différentes cultures, et a conceptualisé chacun de ces sous-groupes comme des contre-cultures (2011 : p. 490 et suiv.). Lorsque le potentiel créatif de consommation de « résistance » des minorités sociales est placé au centre, le cadre national habituel de consommation est relégué au second plan. Par ailleurs, ces développements sont aussi le résultat des luttes de migrants et de moments incontrôlables, dans le sens de « l’autonomie de la migration ». (Bojadžijev/Karakayali 2007) : ces luttes et ces moments sont exprimés par des décisions de consommation et de production qui se manifestent de manière de plus en plus visible. Si l’on ne mettait l’accent que sur l’aspect de la lutte, cela reviendrait à occulter les acteurs et leurs différends individuels et collectifs ; insister uniquement sur les décisions de consommation et de production reviendrait à cacher les contraintes structurelles d’une économie nationale organisée de façon capitaliste.

Conclusion : consommation et modes de vie postmigratoires

  • 37 Pour l’étude représentative des milieux migrants, 2 072 personnes ont été interrogées au cours des (...)
  • 38 En mettant l’accent sur les modes de vie comme l’expression d’un habitus spécifique à la classe, Bo (...)

25Le kebab illustre d’une part, ce qui peut être qualifié de « migration de perspective centrale » dans la recherche des sciences sociales et en particulier la recherche anthropologique : il témoigne des modes de consommation des migrants et non migrants au cours de l’histoire, mais il est aussi un symbole d’hybridation et d’articulation identitaires des jeunes postmigrants. Il est emblématique de la migrantisation de la consommation, et finalement, il est tout simplement une marchandise. Il montre également que « leurs » histoires et les « nôtres » sont étroitement liées et que les interactions et les chevauchements sont plus marqués que les différences, que l’origine n’est pas le facteur de différenciation décisif. Sur le plan empirique les études comme celle de Sinus Sociovision37, société spécialisée dans l’analyse de marché qui a créé une typologie spécifique, en témoignent. L’étude indique : « Les frontières entre les différents milieux sont fluides, les univers personnels ne sont pas (en apparence) clairement définis comme des couches sociales » (Wippermann/ Flaig 2009 : p. 8), ce que les auteurs décrivent « des relations floues de la vie quotidienne ». Par conséquent, il est impossible de déduire l’appartenance à un milieu à partir de la culture d’origine ou l’origine du fait de l’appartenance à un milieu. Il faut s’appuyer plutôt sur les facteurs démographiques tels que l’âge, le sexe, la classe, mais aussi reconnaître la place centrale des modes de vie. C’est le cas dans certaines publications antérieures : celle d’Herbert Gans et des taste cultures, cultures du goût, qui défend la culture populaire (Berger 2014 : p. 68), ou celle de Lash et Urry (1994) sur l’évolution des modes de consommation à la lumière d’une tendance générale à l’individualisation et à la détraditionalisation dans les années 1990, sans oublier la catégorisation des modes de vie proposée par Mary Douglas (1997) et bien sûr l’œuvre de Pierre Bourdieu (1987). Dans son analyse, il tient compte notamment de l’appartenance à une classe et des mécanismes de la domination : il attribue entre autres aux modes de consommation un effet de nivellement38. Cela signifie également qu’il n’est pas très utile de tracer une ligne de démarcation claire entre les « migrants » et les « non migrants » dans l’examen des sociétés postmigratoires d’aujourd’hui. Ces « relations floues de la vie quotidienne » sont une découverte importante pour les études sur la consommation et la migration, qui doivent aussi constamment s’interroger sur l’identité du « migrant » dont il est question dans le titre, et s’il constitue la catégorie centrale pour comprendre le consommateur dans la société contemporaine.

26Un accès à la consommation orientée sur le produit plutôt que sur la personne, qui se concentre sur l’utilisation localisée d’objets, va nécessairement de pair avec un concept dynamique, progressif, transformatif et contextuel de la culture. Ainsi, la culture n’est pas un package, ce n’est pas une compilation de choses, mais de pratiques pour faire le lien avec Stuart Hall. Hall rappelle que les « choses » ont rarement une seule signification fixe et immuable, mais que notre utilisation – « ce que nous disons, pensons et ressentons à leur sujet – comment nous les représentons – leur donnera un sens » (Hall 1997 : p. 3, italique dans l’original).

27Sur la base de deux personnages dominants au carrefour de la migration et de la consommation – le « consommateur migrant » et le « producteur migrant » – et en faisant l’examen de la migrantisation de la consommation dans la société dans son ensemble, j’ai répertorié trois tendances dans la société migratoire allemande.

28Tout d’abord, il existe une marchandisation du discours sur la migration : les migrants sont traités soit comme des consommateurs aux revenus élevés, soit comme des producteurs dont l’utilité pour l’économie allemande est discutée du fait par exemple de la pénurie de personnel infirmier et de places d’apprentissage vacantes. Cela se reflète non seulement au niveau macro, mais aussi au niveau microéconomique : par exemple lorsque les entreprises cherchent à diversifier leur main-d’œuvre. La consommation créative, différenciée, de la main-d’œuvre est ainsi ambivalente : d’une part, elle génère de nouvelles possibilités d’action ; d’autre part, c’est également l’expression de changements dans une économie capitaliste qui met de plus en plus l’accent sur les différences – culturelles, ethniques – depuis les années 1990. Elle forme de nouvelles subjectivités telles qu'elles apparaissent dans l'ouvrage de Boltanski et Chiapello (2003) Le nouvel esprit du capitalisme : individualisées, souples, juste à temps et toujours disponibles. Ici, on cherche à la fois l’intégration et la différenciation, l’appartenance à l’intérieur et la différenciation sociale avec l’extérieur.

29En second lieu, et étroitement liée à la marchandisation, on note une continuation de la pensée en catégories ethnicisées qui peuvent avoir des effets discriminatoires et racistes. Cette pensée trouve déjà son expression dans les personnages décrits ci-dessus : la notion de « consommateurs migrants » identifiables met nécessairement certains aspects de l’identité en avant et s'adresse aux personnes en raison de leur contexte familial. L’ « appréciation » et la valorisation, exprimées dans des campagnes spécialement adaptées, ne peuvent être envisagées que dans le contexte de décennies de dénigrement des migrants en Allemagne. Cela se reflète aussi dans l’importance pour les producteurs migrants d’être « utiles » – miroir d’un débat sur la séparation des migrants en deux catégories « productifs » et « improductifs ».

30Troisièmement, les exemples analysés montrent également le succès des « migrants » au cours de la migrantisation, processus par lequel la société allemande est passée. Le personnage même du « consommateur migrant » n’existe que parce qu’une partie des anciens travailleurs migrants et leurs descendants ont gravi les échelons sociaux pour atteindre la classe moyenne et devenir des acheteurs aux revenus élevés. Le personnage du « producteur migrant » rappelle les différentes compétences et spécialisations mises au point par les (post)migrants et utilisées à bien des égards. Et l’utilisation évidente des produits de tous les jours – comme dans le secteur alimentaire – montre comment se déplace en permanence la normalité de la vie quotidienne en Allemagne.

  • 39 Cela a également un impact sur la pertinence de la discipline : en même temps, davantage d’anthropo (...)

31Ces ambivalences entre les politiques nationales et des stratégies individuelles représentent aussi un défi dans l’étude de la consommation : David Graeber souligne que, depuis les années 1980, en anthropologie, la « consommation » est devenue le terme générique pour la compréhension de presque tous les comportements humains. Dans le cadre d’un populist turn, tournant populiste, se détournant des théories de l’industrie culturelle de la théorie critique – le comportement créatif des consommateurs est toujours considéré comme l’appropriation, la réinterprétation, l’expression créatrice de l’identité, et même comme une forme de résistance (Graeber 2011). Surtout dans les années 1990, la consommation est devenue l’indicateur de l’expression de l’identité, une forme de choix personnel et une sorte de jeu postmoderne (Woodward 2007 : p. 135 et suiv.).39 Néanmoins, la relation entre l’expression individuelle et les contraintes structurelles est plus ambivalente, et dans son analyse, la recherche anthropologique doit examiner à la fois l’autonomie de la migration et la pérennité des conditions économiques nationales.

Bibliography

Appadurai Arjun (dir.), 1986, The social life of things: Commodities in Cultural Perspective, Cambridge: Cambridge University Press.

Arnold Sina, 2016, l’Allemagne comme Société « postmigratoire » ? Analyse d’un nouveau paradigme pour l’étude des migrations. Migrations Société 28 (4), p. 111-127.

Arnold Sina/Bischoff Sebastian, 2016, Wer sind wir denn wieder? Nationale Identität in Krisenzeiten. ApuZ 66 (14-15), pp. 28-34.

Berger Arthur Asa, 2014, What Objects Mean. An Introduction to Material Culture, Walnut Creek: Left Coast Press.

Bojadžijev Manuela/Karakayali Serhat, 2007, Autonomie der Migration. 10 Thesen zu einer Methode. In Transit Migration Forschungsgruppe (dir.), Turbulente Ränder. Neue Perspektiven auf Migration an den Grenzen Europas. Bielefeld, pp. 203–209.

Bojadžijev Manuela/Römhild Regin, 2014, Was kommt nach dem‚transnational turn’? Perspektiven für eine kritische Migrationsforschung. In Labor Migration (dir.), Vom Rand ins Zentrum. Perspektiven einer kritischen Migrationsforschung. Berliner Blätter 65/2014 : pp. 10-24.

Boltanski Luc/Chiapello Ève, 2003, Der neue Geist des Kapitalismus, Constance : uvk.

[Boltanski Luc/Chiapello Ève, 2011, le Nouvel esprit du capitalisme, Gallimard.]

Bourdieu Pierre, 1987, Die feinen Unterschiede. Kritik der gesellschaftlichen Urteilskraft, Francfort-sur-le-Main : Suhrkamp.

[Bourdieu Pierre, 1979, la Distinction : Critique sociale du jugement, Les Éditions de Minuit.]

Çağlar Ayşe, 1995, McDoner. Doner Kebap and the Social Positioning Struggle of German Turks. In Arnold Costa Janeen/Bamossy Gary J. (dir.): Marketing in a Multicultural World. Ethnicity, Nationalism, and Cultural Identity, Londres/New Delhi: Thousand Oaks, pp. 209-230.

Decker Oliver/Kiess Johannes/Eggers Eva/Brähler Elmar, Die „Mitte“Studie 2016, Methode, Ergebnisse und Langzeitverlauf. In Decker Oliver/Kiess Johannes/ Brähler Elmar (dir.), 2016, Die enthemmte Mitte. Autoritäre und rechtsextreme Einstellung in Deutschland, Gießen: Psychosozial-Verlag, pp. 23-66.

Douglas Mary, 1997, In Defense of Shopping. In Falk Pasi/Campbell Colin (dir.), The Shopping Experience, Londres : Sage.

Douglas Mary, 2003 [1979], Collected Works Volume VI : The World of Goods : Towards an Anthropology of Consumption, Londres/ New York : Routledge.

Foroutan Naika, 2016, Postmigrantische Gesellschaften. In Brinkmann Heinz Ulrich / Sauer Martina (dir.) Einwanderungsgesellschaft Deutschland. Entwicklung und Stand der Integration, Wiesbaden : VS Verlag, pp. 227-255.

Foroutan Naika/Canan Coskun/Arnold Sina/Schwarze Benjamin/Beigang Steffen/Kalkum Dorina, 2014, Deutschland Postmigrantisch I. Gesellschaft, Religion, Identität. Berlin : BIM.

Friedrich Sebastian (dir.), 2011, Rassismus in der Leistungsgesellschaft. Analysen und kritische Perspektiven zu den rassistischen Normalisierungsprozessen der „Sarrazindebatte“, Münster : edition assemblage.

Graeber David, 2011, Consumption, in Current Anthropology, vol. 52, no 4, août 2011, pp. 489-511.

Hahn Hans Peter, 2014 [2005], Materielle Kultur. Eine Einführung. Deuxième édition révisée, Berlin : Reimer.

Hall Stuart, Introduction. In Hall Stuart (dir.), 1997, Representation: Cultural Representations and Signifying Practices, Londres : Sage, pp. 1-12.

Kulinna Matthias, 2007, Ethnomarketing in Deutschland. Die Konstruktion von Ethnizität durch Marketingakteure. Francfort-sur-le-Main (Institut für Humangeographie): Forum Humangeographie.

Lanz Stephan, 2011, Berliner Diversitäten: Das immerwährende Werden einer wahrhaftigen Metropole. In Bukow Wolf-Dietrich et al., (dir.), Neue Vielfalt in der urbanen Stadtgesellschaft, Wiesbaden : VS-Verlag, pp. 115-131.

Lash Scott/Urry John, 1994, Economies of Sign and Space. Londres : Sage.

Marx Karl, 1986 [1848], Manifest der Kommunistischen Partei. In Marx Karl/Engels Friedrich, Ausgewählte Werke, Band I, Berlin : Dietz Verlag, pp. 415-451.

Mezzadra Sandro/Neilson Brett, 2013, Border as Method, or, the Multiplication of Labor, Durham/Londres : Duke University Press.

Möhring Maren, 2011, Die türkische Gastronomie in der Bundesrepublik. Eine Migrations- und Konsumgeschichte. Heimatkunde – Migrationspolitisches Portal der Heinrich-Böll-Stiftung. Disponible en ligne : https://heimatkunde.boell.de/2013/11/18/diet %C3 %BCrkische-gastronomie-der-bundesrepublik-eine-migrationsund-konsumgeschichte [25/01/2017].

Möhring Maren, 2013, Fremdes Essen. Die Geschichte der ausländischen Gastronomie in der Bundesrepublik Deutschland, Munich : Oldenbourg Verlag.

Miller Daniel, 1995, Consumption and commodities. Annual Review of Anthropology 24, pp. 141-61.

Sarrazin Thilo, 2010, Deutschland schafft sich ab. Wir wir unser Land aufs Spiel setzen, Munich : DVA.

Schmolke Rüdiger, 2009, Konsumkompetenzen stärken ! Konsum- und Suchtverhalten junger Menschen mit Migrationshintergrund und Präventionsstrategien. Heimatkunde – Migrationspolitisches Portal der Heinrich-Böll-Stiftung. Disponible en ligne : http://heimatkunde.ell. de/2013/11/18/konsumkompetenzen-st %C3 %A4rken-konsum-undsuchtverhalten-junger-menschen-mit [27/01/2017].

Stock Miriam, 2013, Der Geschmack der Gentrifizierung. Arabische Imbisse in Berlin. Bielefeld : transcript.

Vertovec Stephen, 2007, Super-diversity and its implications. In Ethnic and Racial Studies, vol. 30, pp. 1024-1054.

Wippermann Carsten/Flaig Berthold Bodo, 2009, Lebenswelten von Migrantinnen und Migranten. In APuZ 5/2009, pp. 3-10.

Woodward Ian, 2007, Understanding Material Culture, Londres : Sage.

Yildiz Erol/Hill Marc, 2015, Nach der Migration. Postmigrantische Perspektiven jenseits der Parallelgesellschaft. Bielefeld : Transcript Verlag.

Notes

1 https://www.youtube.com/watch?v=3L_J-_OP7zU [31/01/2017].

2 https://www.youtube.com/watch?v=mQ3hcyP2orA [31/01/2017].

3 Cf. http://www.volkswagen.de/de/angeboteaktionen/volkswagen_spricht_tuerkisch/ deutsch/DieIdee.html [31/01/2017].

4 Voir note 1.

5 En Allemagne, une personne est considérée comme « ayant un arrière plan migratoire »lorsqu'elle-même (ou l'un de ses parents) est née avec une nationalité étrangère. https://www.destatis.de

6 Verband Deutsche Städtestatistiker VDSt (dir.), 2013, Migrationshintergrund in der Statistik – Definitionen, Erfassung und Vergleichbarkeit. http://www.staedtestatistik.de/fileadmin/vdst/ AG_Bevoelkerung/Publikation/Heft2_Migrationshintergrund.pdf, pp. 38.

7 Statistisches Bundesamt, communiqué de presse no 327 du 16/09/2016, Bevölkerung mit Migrationshintergrund auf Rekordniveau, https://www.destatis.de/DE/ZahlenFakten/GesellschaftStaat/Bevoelkerung/ MigrationIntegration/MigrationIntegration.html[30/01/2017].

8 Die Werbung spricht türkisch, Die Welt, 26/01/2008, https://www.welt.de/welt_print/ article1597148/Die-Werbung-spricht-tuerkisch.html [30/01/2017].

9 Cf. GfK Consumer Panel http://www.gfk-verein.de/files/2013_kecskes.pdf [15/02/2015].

10 Ibid.

11 Cf. “Migranten-Marketing: Wo die Kaufkraft schlummert”, http://www.migration-business.de/2011/06/migranten-marketing-wo-die-kaufkraft-schlummert/ [27/01/2017].

12 Cf. Minority-Report: Migranten, die vernachlässigte Zielgruppe, http://www.nextmind.de/?p=199 [27/01/2017].

13 https://www.youtube.com/watch?v=6wfyFFS0N5Q [27/01/2017].

14 Die Werbung spricht türkisch, Die Welt, 26/01/2008, http://www.welt.de/welt_print/ article1597148/Die-Werbung-spricht-tuerkisch.html [27/01.2017].

15 S-Bahnhof Neukölln,2005 : https://de.wikipedia.org/wiki/Datei:IKEABerlin. JPG [31/01/2017].

16 http://www.dw.com/de/vw-und-die-telekom-sprechen-t%C3%BCrkisc h/a-15156509[31/01/2017].

17 Cf. http://www.dw.com/de/vw-und-die-telekom-sprechen-t%C3%BCrkisch/a-15156509 [31/01/2017], voir également Kulinna 2007.

18 https://www.youtube.com/watch?v=HKf7B6klxcc&index=5&list=RDAIFYiP1PAmc [30/01/2017]. Son premier succès intitulé « NWA » pour « Nie Wieder Arbeiten » (plus jamais travailler) était aussi un clin d’œil au groupe hip-hop noir N.W.A.

19 "Uh, brandneue AMG G-Klasse/Bei Frauenklatsch im Mittelpunkt –Teetasse/Früher bei McDonald’s an der Kasse/Heute 5 Stellen vor dem Komma/In der Tasche/Uh, die Schöne & das Biest/Pardon - der Schöne und die Beats/Givenchy Oversize Tees/Kosten mehr als dein Nettomonatsverdienst/FVCKB!TCHE$GETMONE¥/Hoes in Leo-Print-LegginsPeg Bundy/Ich mach ‘ne Diva zu ‘ner Bitch/Kippe in der Fresse und die Sneaker/Auf dem Tisch/Ich hab’ Air Max Bitches, Hermès Bitches/Perserin mit mehr Gold als Xerxes, Bitches!"

20 http://www.styleislam.eu/styleislam-fuer-euch/ [30/01/2017].

21 Andere Herkunft, anderes Konsumverhalten, Migazin, 10/07/2013, http://www.migazin.de/2013/07/10/tuerken-russen-konsum-marke-studie/ [30/01/2017].

22 Cf. Deutscher Bundestag, imprimé 15/420 du 07/02/2003, Entwurf eines Gesetzes zur Steuerung und Begrenzung der Zuwanderung und zur Regelung des Aufenthalts und der Integration von Unionsbürgern und Ausländern, http://dipbt.bundestag.de/doc/btd/15/004/1500420.pdf [31/01/2017].

23 Voir aussi Friedrich 2011.

24 http://www.faz.net/aktuell/wirtschaft/wirtschaftspolitik/ifo-chef-sinn-migration-istverlustgeschaeft-fuer-deutschland-13344263.html [30/01/2017].

25 Der Tagesspiegel, 19/01/2017, p. 16.

26 http://www.zeit.de/politik/deutschland/2015-02/peter-tauber-einwanderungstaatsbuergerschaft [30/01/2017].

27 Cf. par ex. « Gründerindex der BBB Bürgschaftsbank 2016 », http://www.buergschaftsbankberlin.de/materialien/BBB-Materialien-37-2.pdf [04/04/2017], p. 21 et suiv.

28 Fondation Bertelsmann, communiqué de presse du 10/05/2016, Drei von vier Unternehmen engagieren sich für Flüchtlinge, https://www.bertelsmann-stiftung.de/de/presse/ pressemitteilungen/pressemitteilung/pid/drei-von-vier-unternehmen-engagieren-sich-fuerfluechtlinge/ [31/01/2017].

29 Association de l’économie des migrants, entrepreneurs ethniques et employeurs étrangers.

30 http://www.vmwev.de/ [30/01/2017].

31 Cf. Wie entsteht eigentlich ein Döner?, Der Tagesspiegel, 06/10/2014, http://www.tagesspiegel. de/berlin/berliner-tuerkisches-fast-food-wie-entsteht-eigentlich-ein-doener/10793466. html [30/01/2017].

32 Maren Möhring relate cette anecdote dans son ouvrage Fremdes Essen. Die Geschichte der ausländischen Gastronomie in der Bundesrepublik Deutschland (2013) et l’inscrit dans le processus de la mondialisation d'après 1945.

33 Berliner Döner schmeckt Türken in Istanbul gar nicht, Berliner Morgenpost, 08/09/2014, http://www.morgenpost.de/berlin/article132030457/Berliner-Doener-schmeckt-Tuerken-inIstanbul-gar-nicht.html [30/01/2017].

34 http://www.berlinerseattle.com/ [25/01/2017].

35 Abgeordnetenhaus Berlin, imprimé 15/4208 du 23/08/2005, Vielfalt fördern – Zusammenhalt stärken. Integrationskonzept für Berlin.

36 Je remercie Maren Möhring pour ses précisions sur le rôle du droit.

37 Pour l’étude représentative des milieux migrants, 2 072 personnes ont été interrogées au cours des années 2006 à 2008.

38 En mettant l’accent sur les modes de vie comme l’expression d’un habitus spécifique à la classe, Bourdieu se différencie sensiblement des tendances dominantes dans la recherche sur la consommation, qui, la plupart du temps, soulignent que dans la société moderne de consommation, les modes de vie permettent de se libérer des classes sociales et donc favorisent une forme de mobilité sociale. Pour ce qui est du nivellement, il met à raison l’accent sur la pérennité d’une socialisation spécifique liée à la classe sociale.

39 Cela a également un impact sur la pertinence de la discipline : en même temps, davantage d’anthropologues ont été recrutés dans le secteur commercial et ont participé d'une manière ou d'une autre au développement de l’ethnomarketing décrit ci-dessus (Graeber 2011 : p. 491).

Author

Institut berlinois de recherches empiriques sur la migration et l’intégration (BIM) de l’université Humboldt à Berlin
Dr. Sina Arnold is a member of the Department "Integration, Social Networks and Cultural Lifestyles" at the Berliner Institut für empirische Integrations- und Migrationsforschung, Humboldt Universität zu Berlin. She is a Post-doctoral researcher and scientific managing director. Her research topics include theories of antisemitism, antisemitism in social movements and migrant communities, Muslims in Germany, anti-Muslim racism, comparative research on prejudice, migration, digitality and logistics. https://www.bim.hu-berlin.de/en/persons/dr-sina-arnold/

Céline Corsini (Translator)