Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

88. [de sa mère1]

C.P.B. (43)

Texte intégral

  • 1 Dernier fragment de lettre de la correspondance familiale inédite. Il manque la fin et donc la sig (...)

Paris, le 10 septembre 1867

 

Mon cher ami,

 

  • 2 Visiblement, Ernest Desjardins, qui poursuit ses recherches en Dobroudja, veut faire revenir sa fe (...)
  • 3 Cécile fera pourtant ce voyage en septembre, seule, pour rejoindre son mari qui a contracté en Dob (...)

1Nous avons reçu hier, lundi 9, ta lettre donnée à M. Fried[länder]. Je vois que la situation est toujours la même et d’après ton mot reçu la veille et annonçant cette lettre, j’avais pensé qu’elle était redevenue tout à fait bonne. Tu es toujours dans les mêmes intentions et je t’approuve bien, seulement je crois que ce revirement pourra te permettre d’attendre le retour à Paris de 11, ce qui serait préférable parce que la chose dont nous avons parlé lui convient. Il pourra te 43923. On a souvent bien des ennuis dans la vie, j’en sais quelque chose, mais lorsqu’on est au service des Princes, il faut faire abnégation complète de soi‑même, et je crains bien, mon cher ami, que tu n’aies pas assez de patience. Tu es vif comme ta mère et c’est souvent un malheur car la souplesse est furieusement nécessaire auprès des grands. Sans perdre de sa dignité on peut savoir se plier aux exigences des souverains, ils sont dans leur droit puisqu’ils sont les maîtres. Je viens de recevoir la lettre d’Ernest, il croit sa femme en route et je suis toujours à me demander qu’est‑ce qu’il y a eu d’extraordinaire pour qu’il ait conçu une pareille idée2. Cécile voit bien que c’est impossible et pourtant elle en a fort envie, ne fait que pleurer et la maison n’est pas gaie – d’ailleurs Cécile ne veut voir absolument personne. Si tu en parles à Ernest par le télégraphe, tâche de mieux t’expliquer car je vois encore dans la lettre de ce matin qu’Ernest est fâché contre sa femme parce qu’elle ne lui a pas parlé des propositions de Mme C[ornu] à ton sujet. Mais elle n’a rien offert du tout et la veille de son départ, elle m’avait dit même qu’elle ne pouvait rien demander à personne du tout, il n’a jamais été question avec elle du Ministère D. C’est une idée qui est venue ici à nous après la visite de M. de Chabot. Nous ne lui avons parlé de rien non plus et nous ne l’avons pas revu. Est‑ce toi ou Ernest qui avez mal compris ? Je t’en ai parlé parce que cette idée trottant, elle peut convenir à 11 et ouvrir une porte à laquelle elle ne pensait pas ou qu’elle n’aurait peut‑être pas proposée. Je désirerais bien, si cela était possible, que tu allasses voir ton beau‑frère à Galatz, alors tout s’expliquerait je pense et pour cela et au sujet de Cécile ; tu saurais sans doute son motif et tu le ferais connaître ; je suis persuadée qu’il n’y en a pas d’autre que quelques craintes qu’il aura conçues sur ce que les lettres de Cécile étaient plus froides parce qu’elle était ennuyée de n’en pas recevoir de son mari, moi qui ne la quitte pas et qui sais qu’il n’y a rien à craindre d’un côté, que de l’autre la science et le travail préservent Ernest de l’ennui, je ne puis prêter la main à un voyage que je regarde comme impossible à cette époque pour une jeune femme toute seule à cause de la mauvaise navigation du Danube3. S’il veut, Cécile se rendra à Rome et elle ira par Turin. J’en suis fort ennuyée et j’en suis malade. Je n’ai jamais vu d’idée pareille… Je ne suis pas allée dimanche [mot illisible], on dit que c’est tout à fait inutile. Nous allons tâcher de voir à Paris M. Sébastien. Ton père a dû aller aujourd’hui chez M. L. savoir où le trouver. Tu ne me dis pas comment tu vas ? Ne te brûle pas le sang, je t’en supplie, tu sais bien que cela ne changera rien et te rendra malade, patiente… Ton père te remercie, il n’a pas besoin de drap, franchement je crois que c’est uniquement parce qu’il avait vu que tu donnais un manteau à Jules qu’il en avait eu envie. Je suis bien sûre qu’il ne le porterait pas. Je crois pourtant que si tu en trouvais un bien large, le meilleur marché possible, tu ferais bien de l’acheter pour lui. Nous n’avons point vu les Kretzulesco. J’ai été bien étonnée que pour… [lettre incomplète]

Notes

1 Dernier fragment de lettre de la correspondance familiale inédite. Il manque la fin et donc la signature mais d’après la graphie et le contenu, il s’agit très certainement d’une lettre de la mère de Picot.

2 Visiblement, Ernest Desjardins, qui poursuit ses recherches en Dobroudja, veut faire revenir sa femme auprès de lui.

3 Cécile fera pourtant ce voyage en septembre, seule, pour rejoindre son mari qui a contracté en Dobroudja de violents rhumatismes (journal de Cécile Desjardins).