Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

87. [à sa mère]

C.P.B. (42)

Texte intégral

  • 1 Il manque tout le début de la lettre mais elle peut être datée à partir du télégramme recopié par (...)

[1er septembre 18671 ?]

 

  • 2 Celle du 14/26 août.

1[…] Je te donne tous ces détails, chère maman, pour qu’ils puissent être transmis à 11 à qui je ne puis m’adresser directement, d’autant moins que la saison des eaux de Savoie sera probablement finie bientôt et que je ne saurais où lui écrire. Dans la lettre partie mercredi2, je lui peignais assez nettement les choses, ajoutant que j’étais toujours à ses ordres pour rester ou quitter.

2Je n’ignore pas que le voyage, s’il y a lieu (ce qui est encore incertain puisque 16 n’a pas répondu jusqu’aujourd’hui), pourrait changer bien des choses ici, mais au lieu de me flatter d’un espoir qui peut‑être ne se réalisera pas, j’aimerais mieux, si cela est possible, profiter de la belle occasion qui paraît s’offrir Rue de Grenelle. J’ai eu hier soir une conversation télégraphique de deux heures avec mon beau‑frère (qui ne devait quitter Galatz que ce matin), et nous avons longuement traité la question, tout en parlant à mots couverts. Il est d’avis que l’affaire est excellente, que le seul moyen d’intéresser 11 à mon sort, c’est d’y mêler D. De plus, je crois que M. de Chabot pourrait aider à la chose.

  • 3 Il pourrait s’agir du cabinet du ministre de l’Instruction publique, Victor Duruy, dont le ministè (...)

3Si donc D. veut bien me faire une place quelconque dans son cabinet3, avec des conditions honorables, je suis son homme et l’on me verra prochainement accourir. J’ai hâte que 11 revienne des eaux pour qu’on puisse lui parler de tout cela. Mon beau‑frère a dû lui écrire séance tenante dans ce sens et il doit vous prier de lui faire tenir la lettre.

4Je désespérais de recevoir des nouvelles du Monténégro et je croyais presque toute la population mangée par les révolutionnaires, lorsqu’à l’instant on me remet une dépêche ainsi conçue :

  • 4 Nom italien, utilisé à l’époque autrichienne, de la ville de Kotor, au Monténégro.

Cattaro4 le 30 août 9 h 10 mn s.
Cotroceni le 1er septembre 8 h 40 mn m.
Monsieur Picot
Secrétaire Particulier du Prince Charles de Roumanie, Bucarest
Le Prince a déjà un secrétaire, grand regret de ne l’avoir pas pu annoncer avant.
Radsmitets

  • 5 Picot semble avoir intercédé auprès du Prince du Monténégro (voir lettre 84) pour faire employer l (...)

5Cela veut dire que le Prince qui n’a probablement plus un sou vaillant écrira ses lettres lui‑même ou n’en écrira pas. Je blâme fort, en tout cas, ce procédé par trop montagnard. Mon seul regret c’est qu’on ait parlé à Clunet de cette affaire. Quant à la place, elle eût pu n’être que peu solide et j’estime qu’il vaut mieux pour lui qu’il reste tranquillement à Paris5.

6Ma lettre devant être mise à la poste par M. Fr[iedländer] qui va partir tout à l’heure, je n’ai pas le temps d’écrire à Clunet. Je compte donc que tu voudras bien avoir ce soin.

7Adieu, ma chère maman, embrasse pour moi papa, Cécile, Paul et Louise, fais bien mes amitiés à Laure et à tous ceux qui veulent bien s’intéresser à moi et reçois mille baisers de ton fils respectueux.

 

Émile

 

8J’ai toujours écrit régulièrement deux fois par semaine et continuerai de même.

9J’espère qu’au moins cette lettre sera remise exactement.

Notes

1 Il manque tout le début de la lettre mais elle peut être datée à partir du télégramme recopié par Picot, en supposant qu’il a indiqué, pour sa mère, la date du calendrier grégorien (occidental). L’ensemble reste confus du fait que plusieurs noms sont chiffrés. « 11 » est probablement Madame Cornu.

2 Celle du 14/26 août.

3 Il pourrait s’agir du cabinet du ministre de l’Instruction publique, Victor Duruy, dont le ministère est situé rue de Grenelle.

4 Nom italien, utilisé à l’époque autrichienne, de la ville de Kotor, au Monténégro.

5 Picot semble avoir intercédé auprès du Prince du Monténégro (voir lettre 84) pour faire employer l’une de ses connaissances comme secrétaire français auprès de lui.