Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

85. [à Adolphe Crémieux]

N.G.T. (25)

Texte intégral

Bucarest, le 2/14 août 1867

 

Monsieur,

 

  • 1 Lettres reproduites dans Diaconescu, 1931, p. 10‑15 et dans Iancu, 1978, p. 75‑77. La première, du (...)
  • 2 Survenue le 4/16 août.

1Une absence que j’ai faite depuis mon retour à Bucarest m’a empêché de répondre par le dernier courrier aux lettres que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire1. J’ai donné lecture au Prince de votre nouvelle communication et Son Altesse n’a pas manqué d’être très touché des manifestations unanimes de l’opinion publique étrangère. La démission de M. Bratiano2, qui doit déjà vous être connue par le télégraphe, vous prouvera que lui seul se considère comme responsable des malencontreuses mesures qui ont si fâcheusement compromis la Roumanie.

2Sans doute il est nécessaire, il est urgent de prendre des mesures pour amener la population israélite du pays dans les voies de la civilisation moderne et la déterminer à ne plus regarder cette belle terre de Moldavie comme une terre destinée à l’exploitation, mais comme le sol même de la patrie, et ce n’est pas une petite tâche et médiocre gloire que de travailler à cette œuvre de progrès. Le premier point, le point capital, est de ne rien faire qui puisse ressembler à une spéculation ou à de simples tracasseries. Le législateur ne doit procéder que par voie de disposition spéciale et n’édicter que des mesures communes à tous.

  • 3 Picot, 1868.

3J’étudie et je soumets à un des plus brillants membres de notre Faculté de droit à Paris cette question juive au point de vue purement juridique et les résultats de ces recherches, avec les nombreux textes de loi, seront consignés dans la brochure qui sera sans doute imprimée sous peu3 et que j’aurai l’honneur de vous envoyer.

4Je ne puis aujourd’hui, Monsieur, que vous engager de nouveau à espérer une solution amiable de toutes les questions pendantes et vous prie d’agréer les nouvelles assurances de la bien haute considération avec laquelle j’ai l’honneur d’être

5Votre humble serviteur,

 

Émile Picot

Notes

1 Lettres reproduites dans Diaconescu, 1931, p. 10‑15 et dans Iancu, 1978, p. 75‑77. La première, du 26 juillet, accompagne une lettre véhémente de Crémieux au prince Charles, que Picot est chargé de lui transmettre. Crémieux y fait du secrétaire français « un heureux intermédiaire » pour faire connaître au Prince les positions de l’Alliance et l’état d’esprit qui règne en France sur la question. Dans la seconde, datée du 3 août, Crémieux réagit à de nouveaux événements survenus à Galaţi (un Juif à été fusillé dans une prison sous prétexte de tentative de fuite) : « Il est temps, Monsieur, que ces infamies prennent fin. Ce prince, dont les pensées sont si élevées, se laisse évidemment tromper et entourer par la flatterie et le mensonge. […] La Roumanie joue en ce moment un détestable rôle, qui lui aura bientôt enlevé toutes les sympathies dont elle était entourée dans notre Occident, surtout en France. » Crémieux y fait de la destitution de Brătianu « un acte indispensable » et Picot est implicitement chargé d’être à nouveau l’intermédiaire auprès du prince Charles de ces plaintes et demandes.

2 Survenue le 4/16 août.

3 Picot, 1868.