Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

83. [d’Hortense Cornu]

H.C. (8)

Texte intégral

  • 1 La lettre est publiée sans date par Georgescu‑Tistu qui la place à la fin de sa série de lettres d (...)

Mercredi 17 [juillet 1867]1

 

Mon cher Monsieur Émile,

1 

2N’allez pas ce soir me chercher 130, rue de Courcelles. Je ne vais que demain à Paris. Vous m’y trouverez vendredi, samedi, sans doute dimanche matin et vendredi soir.

3J’espère voir l’Empereur jeudi ou vendredi. Je lui dirai que vous êtes ici et désirez lui présenter la carte de M. Desjardins.

4J’ai été si indisposée la semaine dernière que je n’ai pu aller à Paris.

5J’ai vu avec plaisir que les expéditions les plus audacieuses conviennent à Madame votre sœur. Elle est fraîche et reposée.

  • 2 Charles‑Antoine, le père du prince Charles, qui est à Paris à ce moment‑là.

6Je n’ai pas encore vu le Prince de Hohenzollern2. J’espère le rencontrer à Paris.

7Mille amitiés.

 

Hortense Cornu

 

8Veuillez me rappeler au souvenir de Mesdames.

Notes

1 La lettre est publiée sans date par Georgescu‑Tistu qui la place à la fin de sa série de lettres de Mme Cornu. Mais la lettre manuscrite porte la date « mercredi 17 ». Les deux seuls « mercredi 17 » de 1867 sont en avril et en juillet, la première possibilité étant exclue puisque Picot était encore à Bucarest. La seconde concorde avec le retour de Roumanie d’Émile et de sa sœur Cécile, comme le confirme le « journal » de Cécile Desjardins.

2 Charles‑Antoine, le père du prince Charles, qui est à Paris à ce moment‑là.