Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

82. [à Hortense Cornu]

M.E. (3)

Texte intégral

Bucarest, le 31 mai/12 juin 1867

 

Madame,

 

  • 1 La visite d’Ernest Desjardins en Roumanie (voir lettre 80, n. 1) est aussi l’occasion de transmett (...)
  • 2 Remarque ironique de Picot. La presse française (Le Temps, Le Siècle, le Journal des Débats…) est (...)

1Quelques efforts que nous ayons faits, mon beau‑frère1 et moi, dans le sens que vous aviez bien voulu nous indiquer, toutes nos peines ont été perdues. Le Prince s’est montré contraire à nos avis, comme il est resté sourd à tous les avertissements de la presse. Je n’ai pourtant point manqué de lui mettre tous les journaux sous les yeux (notamment ceux que vous avez eu la bonté de nous envoyer) et Dieu sait si l’on y disait des choses aimables de M. Bratiano et de ses adeptes2.

  • 3 Le 14/26 mai, Napoléon III avait envoyé au Prince Charles le télégramme suivant : « Je ne dois pas (...)

2Dans ces conjonctures, il me paraît nécessaire, il me paraît indispensable que Son Altesse fasse le plus tôt possible le voyage de Paris. Il est clair que l’Empereur ne reviendra point sur ce qu’il a dit3, et je crois que, si le Prince avait le bonheur de s’entretenir avec lui quelques moments, il se rendrait bien vite à ses idées. Mais, quelle que soit l’urgence d’un voyage à Paris, il va de soi que Son Altesse ne saurait l’entreprendre sans une invitation préalable. C’est cette invitation, Madame, que je viens vous supplier, avec tous ceux qui aiment véritablement le Prince, de demander à l’Empereur. La France elle‑même aurait tout à gagner d’une entrevue qui, plus que tous les conseils, montrerait à l’élu des Roumains quelle est la voie qu’il doit suivre.

3Je n’ignore pas qu’il est délicat, après le mécontentement de Napoléon III, de revenir auprès de lui sur les affaires de ce pays, mais le danger est si pressant que je ne doute point, Madame, que l’affection toute maternelle que vous portez à notre Prince ne l’emporte chez vous sur toutes les autres considérations.

  • 4 Le 6 juin, le tsar Alexandre II, à Paris à l’occasion de l’Exposition universelle, échappe à une t (...)

4L’attentat dont l’Empereur et le Tzar ont failli être victimes4 a fourni à Son Altesse une nouvelle occasion de leur exprimer ses sentiments. […] J’eusse voulu que le Prince fît parvenir immédiatement aux deux Souverains des félicitations télégraphiques, mais, par une modestie qui m’a semblé excessive, S.A. n’a pas osé correspondre de la sorte et s’en est tenu à des lettres. […]

5Mon beau‑frère doit accompagner le Prince dans son excursion à Galatz, à Braila et à Kilia, puis il se rendra dans la Dobrudja. Je resterai avec ma sœur à Bucarest. […]

6Je reviens, Madame, à la question capitale, qui est le voyage du Prince à Paris. […] C’est là qu’est désormais tout notre espoir, et toute notre politique y est subordonnée. Comme la chose dépend de vous et de ce que vous voudrez bien en dire à l’Empereur, j’ai toute confiance dans le succès de vos démarches. Son Altesse ne cache pas qu’elle désire vivement une invitation, qui aurait un grand retentissement dans tout le pays.

7Je voudrais bien, Madame, avoir cette occasion pour vous voir et recevoir directement de vos précieux conseils. Mais il me semble que le conseiller aulique Friedländer n’aurait nul besoin d’être de la partie. Son éloignement me paraît peut‑être plus désirable que celui de Bratiano et Compagnie. […]

Notes

1 La visite d’Ernest Desjardins en Roumanie (voir lettre 80, n. 1) est aussi l’occasion de transmettre au Prince Charles les inquiétudes et critiques que suscitent en France les mesures prises contre les Juifs par le ministre de l’Intérieur Ion Brătianu. À son retour il publie une brochure sur la question (Desjardins, 1867).

2 Remarque ironique de Picot. La presse française (Le Temps, Le Siècle, le Journal des Débats…) est sévère à l’égard de Brătianu et des mesures qu’il a prises à l’encontre des Juifs.

3 Le 14/26 mai, Napoléon III avait envoyé au Prince Charles le télégramme suivant : « Je ne dois pas laisser ignorer à S.A. combien l’opinion publique s’émeut ici des persécutions dont on dit les Israélites victimes en Moldavie. Je ne peux croire encore que le gouvernement éclairé de Votre Altesse autorise des mesures si contradictoires à l’humanité et à la civilisation » (Neagoe, 1992, p. 184‑185).

4 Le 6 juin, le tsar Alexandre II, à Paris à l’occasion de l’Exposition universelle, échappe à une tentative d’assassinat alors qu’il revient d’une parade militaire en compagnie de Napoléon III.