Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

81. [à Hortense Cornu]

M.E. (2)1

Texte intégral

  • 1 M. Emerit ne recopie malheureusement que cet extrait, probablement très partiel, dans son article, (...)

Bucarest, le 20 mai/1er juin 1867

 

1[…]

  • 2 Voir lettre 39, n. 4.

2Vous savez par expérience, Madame, combien il est nécessaire que le Prince ait à Paris un homme qui lui soit personnellement dévoué et qui ait l’honneur de jouir de votre confiance. D’après votre recommandation et sur mes vives instances, Son Altesse avait paru décidée à confirmer M. Carp2 comme titulaire du poste, mais M. Bratiano est survenu et a été d’un avis tout contraire. Il a représenté Carp comme un ami trop intime de M. Ion Ghica, disant qu’il se laissait entraîner dans toutes les intrigues dirigées contre le Ministère actuel et qu’on ne pouvait en aucune manière s’en rapporter à lui.

3J’avoue, Madame, que je ne connais pas assez M. Carp pour savoir s’il est tout à fait l’homme qu’il faut, mais, comme l’agent du Prince est surtout accrédité auprès de vous, vous pouvez mieux que personne donner à Son Altesse un bon conseil. M. Carp me paraît être un esprit distingué ; c’est en tout cas un homme bien élevé et qui certes s’acquittera mieux de ses fonctions que le citoyen à bottes éculées que préférerait sans doute le tout‑puissant M. Bratiano. […]

Notes

1 M. Emerit ne recopie malheureusement que cet extrait, probablement très partiel, dans son article, afin de montrer comment Mme Cornu « s’évertue à faire nommer à l’Agence diplomatique de Paris une de ses anciennes connaissances » (Emerit, 1939, p. 57).

2 Voir lettre 39, n. 4.