Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

80. [à sa mère]

C.B. (8)

Texte intégral

Bucarest le 20 mai/1er juin 1867

 

Chère et bonne mère,

 

  • 1 Ernest Desjardins, accompagné de son épouse Cécile, est en visite à Bucarest à l’occasion de deux  (...)
  • 2 Référence aux circulaires de Ion Brătianu, ministre de l’Intérieur, visant les « étrangers » et le (...)

1Tu es bien admirable, au milieu de tes mille occupations et des soins infinis que réclament les deux petits enfants, de trouver encore le temps de nous écrire. Ici aussi, mon beau‑frère et moi1, nous sommes fort affairés. Il est bien heureux que nous soyons en nombre, car la tâche est assez rude et à moi seul je ne sais s’il m’eût été possible de rien entreprendre. Le Prince est entièrement aux mains de Bratiano qui en fait ce qu’il veut et c’est le ministre qui est le véritable roi. Les alarmes de Mme Cornu paraissent de plus en plus justifiées et elle ne doit pas se lasser d’insister avec force auprès de Son Altesse. L’affaire des Juifs est une des questions les plus difficiles que l’on puisse avoir à traiter et je crois que le mieux eût été de ne pas s’en occuper, surtout à la manière de M. Jean Bratiano2. Il n’y a rien dans les ordres officiels qui ressemble à une persécution mais connaît‑on bien la pensée des gens, peut‑on compter sur leur droiture et leur sincérité ? Je sais, à n’en pas douter, qu’il s’est commis mille infamies et je n’ai pas voulu prendre sur moi de justifier la mesure par des correspondances adressées aux journaux étrangers.

2Il est de toute nécessité que le Prince aille à Paris mais il ne peut s’y rendre que sur une invitation de l’Empereur et au train dont vont les choses je ne sais si cette invitation viendra.

3Si Son Altesse fait le voyage je crois que l’on pourrait trouver une combinaison pour qu’il pût habiter notre [?] maison. C’est du reste un point qui ne pourrait être réglé que plus tard.

4J’apprends avec bien de la peine que Papa est toujours souffrant et qu’il ne veut rien faire pour se soigner. Que ne se décide‑t‑il à essayer de Vichy [sic], ne fût‑ce que pour nous fermer la bouche ?

5Adieu ma chère maman, je t’embrasse mille fois du fond de l’âme ainsi que Papa et les bons Totos,

 

Émile

 

6P.S. Mes hommages à ma tante. Compliments et amitiés à tous.

Notes

1 Ernest Desjardins, accompagné de son épouse Cécile, est en visite à Bucarest à l’occasion de deux missions, la première (15‑22 juin) de reconnaissance dans le delta du Danube afin d’y projeter des aménagements pour le rendre navigable, puis une mission archéologique en Dobroudja.

2 Référence aux circulaires de Ion Brătianu, ministre de l’Intérieur, visant les « étrangers » et les « vagabonds », dont les effets touchent en réalité prioritairement les Juifs, et qui sont appliquées brutalement par certains préfets. S’ensuivent des violences et des exactions condamnées par la presse européenne (voir l’introduction).