Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

79. [à Ion Bălăceanu]

N.G.T. (23)

Texte intégral

Bucarest, 29 avril/11 mai 1867

 

Monsieur,

 

1Vous devez être tout au moins surpris de mon silence et m’accuser d’une certaine négligence, mais, quelle qu’ait été ma bonne volonté, il ne m’a pas encore été possible de répondre aux dépêches que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser. Le Prince et le ministre compétent sont tous les deux absents de Bucarest, et, comme ils viennent de passer plusieurs jours en dehors des communications télégraphiques, l’expédition des affaires a été fortement retardée. J’espère pourtant qu’il ne sera pas nécessaire d’attendre le retour de S.A. pour vous donner une réponse satisfaisante.

  • 1 Les souvenirs de Bălăceanu (Bălăceanu, 2002, p. 157) ainsi que les mémoires du prince Charles (Nea (...)
  • 2 Nom d’un ancien asile psychiatrique de Bucarest.
  • 3 Probablement Emanoil Creţulescu.

2J’ai vu avec peine, Monsieur, à quelles inquiétudes vous ne cessez de vous abandonner et je voudrais pouvoir contribuer à vous rassurer. Les plaintes que vous portez contre le ministère des Affaires étrangères1 sont assez fondées, je l’avoue, mais il faut convenir que cette pauvre administration est dans le désarroi le plus complet et que personne n’est, à vrai dire, responsable de cet état de choses. Aujourd’hui encore, nous n’avons ni ministre, ni directeur. M. Golesco ne regagnera son poste que dans quelques jours et il s’écoulera encore un certain temps avant qu’il soit au courant de sa besogne. Quant aux fonctions de directeur, ces fonctions, si importantes pour le règlement des détails (et peut‑être même aussi des affaires sérieuses tant que M. Golesco sera ministre), n’ont pas été remplies à proprement parler depuis un an. M. Vrana, qui avait été chargé de la gestion intérimaire, est toujours le chevalier de l’Eperon d’or que vous connaissez et le séjour qu’il a fait jadis à Marcoutza2 (comme qui dirait à Charenton) ne lui donne pas une autorité suffisante. Quoiqu’il ait figuré dans tous les quadrilles d’honneur imaginables ou imaginaires et qu’il connaisse à fond les usages et le cérémonial des cours, M. le comte de Vrana n’était peut‑être pas à la hauteur de sa tâche. Toute notre espérance est dans Maki Cretzulesco3, que nous allons pousser l’épée dans le dos. Le nouveau directeur ne doit pas s’imaginer qu’il a accepté une sinécure ; je suis pour ma part bien décidé à ne lui laisser aucun repos tant qu’il n’aura pas avancé un peu les affaires.

  • 4 Voir lettre 39, n. 4.

3Je causais longuement hier avec M. Carp4 des services que pouvait rendre le ministère, des diverses relations intérieures et nous passions en revue les questions dont il devrait hâter la solution. Il y en a bon nombre, comme vous verrez, et l’énumération vaut bien la peine d’être faite.

4Au premier rang il convient, ce me semble, de placer certains actes internationaux qui auront pour effet de relever le pays aux yeux de l’étranger et de constater une fois de plus sa complète autonomie. Les principaux de ces actes sont : premièrement, l’adhésion à la convention monétaire ; deuxièmement, un arrangement commercial avec l’Autriche et, troisièmement, un traité d’extradition et une convention postale avec la Turquie.

5Pour ne pas revenir sur le premier point, que j’ai déjà rabâché mille fois, je crois seulement utile de faire ressortir de quelle importance est pour la Roumanie un arrangement commercial avec l’Autriche. Sans compter que la plus grande partie du commerce extérieur se fait en remontant le Danube ou en traversant la Transylvanie, il importe de ne négliger aucune occasion de conclure des traités séparés qui forment des précédents très avantageux. Au moment même où les Conseils, échauffés par les vins et les boissons alcooliques, contestent au gouvernement roumain le droit de faire des arrangements commerciaux indépendants et veulent lui opposer tous les traités signés avec la Porte, l’Autriche s’offre d’elle‑même à entrer en négociations pour conclure un acte d’une espèce toute nouvelle. N’est‑il pas étrange qu’on ne se hâte pas de profiter de ces bonnes dispositions qui peut‑être changeront avec le temps ? Ce premier arrangement signé, les autres Puissances étrangères seraient prêtes à traiter sur les mêmes bases et les réclamations actuelles tomberaient pour ne plus se relever.

6On peut dire à peu près la même chose des négociations avec la Porte.

7Si maintenant nous abordons les détails, nous découvrons immédiatement une foule de questions secondaires si simples que c’est par négligence qu’elles n’ont pas été réglées jusqu’ici. Le ministère, par exemple, ne doit‑il pas donner au secrétaire de l’agence de Paris des pouvoirs spéciaux pour dresser les actes de l’état civil et lui délivrer les registres destinés à ceux‑ci ? C’est encore au ministère qu’incomberait le soin de rédiger les renseignements que l’on doit envoyer aux almanachs étrangers.

8Il y a bien des gens qui ne connaissent la Roumanie, ou, comme on dit encore, les Principautés Unies, que par ce qu’en disent les annuaires de Gotha ou de Paris et il serait bon de rectifier les erreurs grossières qu’on laisse s’accréditer depuis si longtemps.

9Je pense aussi qu’on aurait avantage à nommer quelques consuls dans les grandes villes. Il ne manque pas de volontaires naïfs qui briguent un consulat pour porter un habit qu’ils pourraient broder à leur guise et pour donner des dîners à leurs frais. Pourquoi ne pas mettre à profit les offres de ce genre qui arrivent ici chaque jour ?

10La question de la correspondance télégraphique n’a jamais été complètement élucidée. Fort inutilement on est abonné à la fois à Paris et à Berlin et les nouvelles arrivent à deux reprises différentes exactement dans les mêmes termes. Il serait, je crois, assez sage de sacrifier ce luxe plus que superflu et l’on aurait un bénéfice assez net en ne s’abonnant qu’à Berlin. La dépêche simple entre Paris et Bucarest coûte 7 francs, tandis qu’elle ne revient qu’à 4 francs entre Bucarest et Berlin. C’est un point à étudier.

11L’affaire la plus urgente, la plus indispensable, c’est l’organisation d’une correspondance régulière avec la presse étrangère. Je désire vous soumettre le moyen qui me paraît le plus pratique en même temps que le plus économique. Comme ce projet est en grande partie de moi, vous ne vous étonnerez pas, Monsieur, que j’en parle avec une complaisance toute paternelle. En quelques mots, voici de quoi il s’agit :

12Vous savez mieux que moi qu’il n’y a ici que des journaux de l’opposition. Il n’y a pas ce qu’on appelle un organe du gouvernement. Je voudrais que cette lacune pût être comblée et que l’on s’occupât de créer une feuille qui reflétât, non point l’opinion des ministres, mais la pensée même du Prince. Se tenant en dehors de toute polémique personnelle, le nouveau journal se tiendrait dans le domaine des faits et se bornerait à les développer, à les expliquer par quelques commentaires, que vous pouvez croire d’avance bien sentis. Cette feuille, paraissant une ou deux fois par semaine, aurait un double but.

  • 5 Préparation pharmaceutique destinée à soulager les voies respiratoires. Rendue célèbre dans les an (...)

13Une première partie, écrite en roumain, traiterait des affaires qui intéressent plus particulièrement l’intérieur du pays ; une seconde partie, rédigée en français, donnerait la traduction exacte de tous les actes officiels d’une importance quelconque, plus une chronique locale toute faite pour les journaux étrangers. Pour la plus grande utilité et le plus grand agrément du lecteur, on joindrait à cela des articles variés sur les produits de l’industrie, l’histoire, la géographie de la Roumanie, sur les perfectionnements à introduire dans l’agriculture, etc., etc. Comme il ne s’agirait point d’une spéculation, il va sans dire que la pâte Regnault5 serait complètement sacrifiée et que l’on s’abstiendrait des annonces.

14Cette gazette ainsi composée serait adressée à tous les journaux étrangers avec qui l’on s’entendrait et qui en feraient aisément leur profit.

15Je ne sais si tous ces beaux projets pourront jamais être mis à exécution, quoiqu’ils ne soient pas complètement dénués de bon sens.

16En ce qui me concerne, comme je ne puis rien faire pour ce qui touche à la politique, je me contenterai de fournir à l’agence de Paris un grand buste du Prince et divers documents statistiques qu’il est indispensable que vous ayez sous la main.

17M. Carp partant aujourd’hui, j’arrêterai cette lettre déjà si longue, et, en vous priant, Monsieur, de vouloir bien me rappeler au souvenir de Madame Balatchano et lui présenter mes respectueux hommages, je saisis cette occasion pour vous renouveler l’assurance des sentiments de haute considération et de dévouement sincère avec lesquels j’ai l’honneur d’être

18Votre très humble serviteur,

 

Émile Picot.

Notes

1 Les souvenirs de Bălăceanu (Bălăceanu, 2002, p. 157) ainsi que les mémoires du prince Charles (Neagoe, 1992, p. 182) font référence à cet épisode, avec quelques différences. Le nouveau ministre des Affaires étrangères, Ştefan Golescu, absent de Bucarest, aurait répondu négativement à sa demande d’envoyer à Paris les fonds nécessaires au voyage des nouveaux officiers de la mission militaire française. Suite à cette affaire, Bălăceanu démissionne de l’agence roumaine de Paris.

2 Nom d’un ancien asile psychiatrique de Bucarest.

3 Probablement Emanoil Creţulescu.

4 Voir lettre 39, n. 4.

5 Préparation pharmaceutique destinée à soulager les voies respiratoires. Rendue célèbre dans les années 1840 par la publicité qui la vantait comme une panacée universelle, elle fut rapidement le symbole du pouvoir des réclames et des annonces, des messages lapidaires prônant des recettes miracles.