Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

78. [à sa mère]

N.G.T. (22)

Texte intégral

Bucarest, le 26 avril/8 mai 1867

 

Chère et bonne mère,

 

1Je viens de faire une petite excursion de deux jours, et ma plus grande joie à mon retour a été de trouver ta lettre du 1er mai. Tu as tort de t’imaginer que mon voyage est indéfiniment ajourné. Je ne veux pas manquer de profiter du temps que Son Altesse passera à Jassy pour prendre un petit congé. Dans tous les cas, je devrai rester à Bucarest, et, comme à cette époque de l’année la vie est beaucoup plus calme, que les affaires sont plus ou moins arrêtées, ma présence ne sera pas absolument nécessaire. De plus, j’estime qu’il vaut mieux m’absenter tandis qu’il n’y a ici personne à surveiller. À ces raisons tirées de la situation politique, je puis et je dois ajouter le motif le plus pressant, le plus décisif. C’est que j’ai un plaisir immodéré de vous revoir et que je ne saurais attendre plus longtemps pour me mettre en route. Il est donc assez probable que vers le 1er juin je pourrai prendre mon essor et je brûle d’impatience de voir passer promptement les quelques semaines qui me séparent de cet heureux moment.

2M. Friedländer part aujourd’hui même pour Berlin, Bruxelles et Paris, et c’est lui qui se charge de mettre cette présente lettre à la poste. Dieu sait tout ce qu’il fera quand il viendra.

3Le Prince est parti lundi matin pour faire un voyage dans la Petite Valachie. Je l’ai accompagné pendant la première journée jusqu’à Pitesti. Le temps était superbe, une petite pluie tombée le matin avait abattu la poussière et le soleil était radieux. La campagne est admirable en ce moment. À perte de vue on voit des cultures verdoyantes qui donnent les plus belles espérances. Il faut seulement que la pluie vienne, car on commence à craindre la sécheresse, et d’une bonne culture dépend aujourd’hui tout l’avenir du pays. Rien n’est plus beau que de voir ici l’aspect que présente la terre ; elle est d’une richesse incomparable. Dans les endroits où on pratique des fouilles, la couche végétale atteint 2‑3 et même 4 mètres. Aussi la fumure des champs est‑elle complètement inconnue dans la contrée et les paysans ne trouvent rien de mieux à faire que de brûler le fumier de leurs bestiaux. Ils en font parfois de grands feux qui jettent la nuit une vive lueur sur toute la campagne.

4Les paysans ont ici des habitudes très particulières ; chaque époque de l’année a spécialement ses peines et ses plaisirs. Ainsi, entre Pâques et la Pentecôte, il est d’usage de se livrer au divertissement des balançoires russes, et il n’y a pas de maison dans la campagne qui ne construise ces balançoires en forme de tourniquets, dont l’agrément est si contestable. Il n’est guère permis de se livrer à ce jeu que le dimanche et les jours de fête ; mais, comme on sait, les fêtes ne manquent pas, il y en a plusieurs par semaine, ce qui cause une grande perturbation dans le travail.

5Je ne sais s’il y a un meilleur placement pour les capitalistes que la propriété foncière en Roumanie. Cette année surtout, beaucoup de boïars ont dû vendre leurs terres, et, comme la gêne est générale, il n’y a eu aucune concurrence parmi les acheteurs. On cite des domaines considérables qui se sont vendus à très bas prix, au point de rapporter, année commune, 15 % au propriétaire. Une culture intelligente est parvenue, dans certains endroits, à doubler ce revenu. Je m’étonne que des capitaux étrangers n’aient pas été attirés par l’appât d’une aussi belle rente et d’un placement aussi sûr.

6La réception du Prince sur tout le parcours a été très jolie et très intéressante. Les paysans avaient élevé sur la route des arcs de triomphe de feuillage garnis de lilas en fleurs ; les populations, pittoresquement groupées, ne manquaient pas de faire entendre les acclamations classiques. Tout cela était d’un fort bon effet.

7Pitesti, où le Prince s’est arrêté le premier jour, est un assez joli bourg (je ne puis dire une ville, quoiqu’il ait 15 000 habitants), situé à 29 lieues de Bucarest. À peine arrivé, je suis reparti, souhaitant à Son Altesse un bon voyage. C’est un plaisir tout particulier de faire route avec le Prince. Les chevaux sont pris à l’avance et promptement attelés. Il va sans dire qu’on choisit les meilleurs, et l’on parcourt d’ordinaire une piste, c’est‑à‑dire 20 kilomètres à l’heure. Quelquefois même il arrive que les 5 lieues sont franchies en ¾ d’heure. C’est une rapidité vertigineuse et presque incroyable. Le retour a été plus difficile, et pourtant je n’ai eu trop à me plaindre. J’ai fait avec un préfet deux postes lundi soir même et je suis revenu coucher à Gaesti chez le sous‑préfet, après avoir parcouru 40 lieues dans une journée.

8Malgré la vitesse avec laquelle le Prince peut voyager, la poste roumaine est bien déchue de sa splendeur passée. Les chevaux, qui n’ont pas eu [de] foin cet hiver, sont dans le plus triste état. Ce sont plutôt des chats que des chevaux. S’ils refusent le service, s’ils ne peuvent plus avancer, le postillon coupe le trait et les laisse dans les champs. Des deux côtés, les routes sont bordées de squelettes de chevaux morts sur le champ d’honneur. Les oiseaux de proie se chargent des obsèques.

9Le Prince, qui devait rester absent une quinzaine, ne sera en tout que dix jours en route, si bien que j’ai renoncé à mon projet d’excursion à Kronstadt et dans les montagnes. Hier, du reste, en revenant à Bucarest, j’ai attrapé un coup de soleil et j’ai eu la figure gonflée par le vent au point de ne savoir où me cacher.

10J’ai beaucoup de choses à faire avant le retour de Son Altesse et mon temps sera bien employé.

11Adieu, chère et bonne mère. Je dois vous quitter pour aller dîner avec M. Friedländer, qui partira dans deux heures. M. David lui aussi se mettra en route par le prochain bateau et je compte le charger d’une lettre pour Paris….

12Je te prie, ma chère Maman, de recevoir mille baisers de ton fils respectueux,

 

Émile Picot