Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

76. [à sa mère]

N.G.T. (20)

Full text

Bucarest, samedi, le 22 avril/4 mai 1867

 

Chère et bonne mère,

 

1J’ai reçu hier ta lettre du 28 avril qui m’inquiétait fort. Je ne pouvais comprendre que tous les paquets que j’ai expédiés se fussent perdus en route et j’étais dans une grande perplexité, lorsque fort heureusement le petit papier que j’ai trouvé au fond de l’enveloppe est venu me rassurer. Il me tarde de connaître le résultat de mes lettres et j’attends avec une anxiété peut‑être encore plus grande que de coutume le courrier d’après‑demain.

2Le Prince se met en route lundi matin pour la Petite Valachie ; il sera de retour à Bucarest le 8/20 mai. Le 10/22 nous célébrerons l’anniversaire de l’entrée de Son Altesse dans la capitale de ses nouveaux États, puis, quelques jours après, le Prince se mettra en route pour Jassy. F[riedländer] prendra probablement le bateau de jeudi matin pour commencer sans retard ses pérégrinations. Il faut en prendre son parti et je ne crois pas qu’on puisse aboutir.

  • 1 Nom allemand de la ville de Braşov, située au pied des Carpates, côté transylvain, donc faisant à (...)

3Ce matin du moins, j’ai eu la satisfaction de régler une affaire qui me tenait fort à cœur. J’ai signifié au docteur dont j’ai parlé son ordre de départ, ajoutant qu’il devait s’éloigner dans le plus bref délai. C’était là une mission assez peu agréable, mais je m’y suis prêté de la meilleure grâce du monde, avec la conviction que je faisais une œuvre vraiment utile. Pendant l’absence du Prince, il est probable que j’irai faire une excursion de deux ou trois jours dans la montagne. Si cela m’est possible, je saisirai avec empressement l’occasion qui me sera offerte de changer un peu d’air et de parcourir un pays très pittoresque. Peut‑être même pourrai‑je pousser jusqu’à Kronstadt1.

4Je viens de voir M. David, qui se propose de partir dans huit jours. Il avait mal choisi son temps pour entreprendre ses affaires. Il est difficile et même dangereux de soumettre des projets à un gouvernement qui n’a pas les ressources nécessaires pour les faire exécuter. Je ne manquerai, lors de son départ, de lui remettre mes commissions pour Paris.

5Une fois de plus, ma chère maman, je te dirai que je suis on ne peut plus satisfait de tous les envois qui me sont parvenus soit directement, soit par l’intermédiaire de David et de F[riedländer].

6J’espère que le voyage du grand négociateur n’empêchera pas le mien. Le Prince l’a déclaré, et, s’il ne l’avait pas dit, il ne saurait me le refuser. Il est dans toute circonstance de la plus charmante amabilité. À moins donc qu’il ne se présente des circonstances qui m’imposent le devoir de rester, vous pouvez compter sur ma visite dans quelques semaines. Je tremble d’avance de plaisir.

7Adieu, chère et bonne mère, j’ai commencé ma lettre à la dernière minute et j’ai à peine le temps de te dire que je t’embrasse du fond de l’âme, toi et toute la famille,

 

Émile P.

Notes

1 Nom allemand de la ville de Braşov, située au pied des Carpates, côté transylvain, donc faisant à cette époque partie de l’empire austro‑hongrois.