Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

74. [correspondance au Constitutionnel]

N.G.T. (19)

Texte intégral

  • 1 Comme l’indique Georgescu‑Tistu, il s’agit de notes sans date, mais publiées, à l’exception du pre (...)

[18/30 avril 1867]1

 

  • 2 La crise du Luxembourg qui opposait la France à la Prusse (lettre 70, n. 8) est en passe d’être ré (...)
  • 3 Ses deux parents sont à moitié français : sa mère, Joséphine de Bade, est la fille de Stéphanie de (...)

1La joie qu’a pu causer la nouvelle d’un arrangement pacifique entre la France et la Prusse2 n’a peut‑être pas été ressentie nulle part [sic] aussi vivement qu’en Roumanie. Sans aucun doute, les Roumains n’avaient point à s’immiscer dans la lutte, mais la guerre venant à éclater à un bout de l’Europe, il était à craindre que la conflagration ne devînt générale et que nous ne fussions surpris à l’improviste. En toutes circonstances d’ailleurs, la ligne de conduite du gouvernement de Bucarest était tracée à l’avance. Fidèle au programme qu’il s’est imposé lors de la formation du nouveau ministère, le gouvernement aurait tenu à honneur de garder une attitude de neutralité absolue. Malgré son origine prussienne, le Prince Charles ne peut oublier qu’il coule du sang français dans ses veines3 et d’ailleurs il n’est plus, il ne veut plus être désormais que le premier des Roumains.

2Notre session législative vient de se terminer et il ne sera pas sans utilité de repasser sommairement en mémoire l’œuvre des derniers mois.

3Le ministère de M. Ion Ghika avait, on se rappelle, laissé aux élections la liberté la plus sage et la plus étendue. Grâce à l’abstention complète du gouvernement (qui dans bien des cas, ne voulut même pas user du droit de légitime défense), l’assemblée, au lieu de former un tout homogène, fut composée d’éléments les plus divers. Il était difficile que les choses puissent bien marcher de la sorte et dès l’ouverture des chambres, M. Ion Ghika et ses collègues se virent aux prises avec les plus sérieuses difficultés. Deux mois se passèrent à voter incomplètement le budget et l’Assemblée, sentant elle‑même sa faiblesse, finit par donner un vote de défiance au ministre qui n’avait pas su la conduire. Ce vote, donné par une simple majorité de deux voix, rendit assez pénible la formation d’un nouveau cabinet et ce ne fut qu’au bout de huit jours que le Conseil fut reconstitué sous la présidence de M. Constantin Cretzulesco.

4Le nouveau chef du ministère apportait aux affaires une longue expérience et l’estime de tous les partis. Aidé dans sa tâche par M. Jean Bratiano, chargé du Département de l’Intérieur, il réussit à terminer le vote du budget et il fit adopter par la Chambre divers projets de loi particulièrement utiles.

5La tâche la plus difficile du gouvernement c’était le règlement des anciennes concessions, lourd héritage du régime passé. Ce ministère, poussé par la vive énergie du Prince, comprit qu’il importait de défendre les concessions, lors même qu’elles étaient onéreuses pour le pays. Ces contrats avaient été passés par un pouvoir régulièrement constitué, même si l’interprétation du statut de Couza pouvait donner lieu à certaines difficultés ; quant à la forme, le gouvernement n’hésitait pas à l’interpréter contre lui plutôt que de compromettre aux yeux de l’Europe son crédit et sa bonne réputation.

  • 4 Voir lettre 71, n. 1.

6La concession du chemin de fer de Bucarest à Giurgevo fut confirmée à MM. Barkley et Staniforth4 qui vont commencer les travaux sans retard.

  • 5 Erreur de Georgescu‑Tistu qui transcrivait « la maison A. ».

7Le contrat passé par la maison G[odillot]5 pour les fournitures militaires fut résilié, mais moyennant une indemnité réglée à 4 millions de piastres. Quant à la concession de MM. Lemaître et Bergmann, pour la fourniture de poids et mesures, et à la concession G[odillot] relative aux travaux municipaux, ces deux concessions n’ont pu obtenir la sanction de la Chambre, mais il est probable qu’elles seront soumises de nouveau à l’approbation de l’Assemblée, lors de la session prochaine, et il n’est pas douteux qu’elles ne puissent être réglées à la satisfaction générale. Outre la loi d’organisation de l’armée et l’appel de six mille hommes, outre diverses dispositions administratives, la Chambre des députés s’est occupée de la question monétaire.

8Jusqu’à présent, les monnaies étrangères les plus diverses ont cours parmi nous, les espèces mêmes qui sont démonétisées dans les autres pays sont encore ici en usage. Outre la perturbation que l’absence d’une monnaie nationale jette dans les affaires, il est singulièrement difficile de se débrouiller au milieu des comptes en piastres, qui changent de valeur suivant les parties du territoire et suivant les époques de l’année. L’adoption d’un système décimal, et surtout la création d’une monnaie de billons, mesures qui vont être prises immédiatement, seront d’un précieux secours pour les caisses de l’État.

9Nous avons aussi appris avec plaisir que le gouvernement autrichien fait étudier la transformation de ses monnaies d’après le système de l’Union française et qu’il se propose particulièrement la création d’une pièce d’or de dix florins égale à 25 francs. Comme c’est de l’Autriche que nous vient la plus grande partie de nos espèces d’or, il nous sera très avantageux d’avoir des pièces qui entreront dans notre système et sur lesquelles nous n’aurons à subir aucune perte.

10Il est à croire que notre agent à Paris, M. Balatchano, recevra prochainement des instructions à l’effet de faire adhésion formelle à l’Union monétaire. Et, de plus, à l’occasion de l’Exposition qui s’ouvre à Paris pour l’extension du nouveau système monétaire, il n’est pas douteux que la Roumanie ne veuille, elle aussi, se faire représenter à ce congrès pacifique.

11Quelques mois nous séparent de la récolte. Au milieu de la souffrance amenée par la disette des dernières années, les impôts n’ont pu être perçus et les caisses publiques sont vides. Une bonne saison mettra fin comme par enchantement à cet état de choses. Les paysans, instruits par le malheur, ont mis en culture plus de terres qu’on ne se souvient d’en avoir vu de mémoire d’homme et les champs de tout le pays offrent aujourd’hui le plus admirable spectacle. La récolte s’annonce sous les plus heureux auspices, et, si les espérances ne sont pas déçues, l’automne verra renaître l’aisance générale. Faisons des vœux pour que le temps continue de nous être propice et pour que nous ayons une abondante moisson, qui, plus que tout le reste, facilitera la tâche du Prince Charles.

Notes

1 Comme l’indique Georgescu‑Tistu, il s’agit de notes sans date, mais publiées, à l’exception du premier paragraphe et avec de petites modifications formelles, sous la forme de correspondance dans le Constitutionnel du 8 mai 1867 (p. 1). F. Aubert, qui a signé « pour extrait », dit : « On nous écrit de Bucarest le 18/30 avril ».

2 La crise du Luxembourg qui opposait la France à la Prusse (lettre 70, n. 8) est en passe d’être réglée.

3 Ses deux parents sont à moitié français : sa mère, Joséphine de Bade, est la fille de Stéphanie de Beauharnais (1789‑1860), et son père, le prince Karl‑Anton von Sigmaringen, est le fils d’Antoinette Murat (1793‑1847), nièce du roi de Naples et maréchal napoléonien Joachim Murat.

4 Voir lettre 71, n. 1.

5 Erreur de Georgescu‑Tistu qui transcrivait « la maison A. ».