Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

72. [à sa mère]

C.B. (5)

Texte intégral

Bucarest, le 8/20 avril 1867

 

Chère maman,

 

1Je ne veux point te laisser longtemps sous l’impression fâcheuse des lettres que j’ai expédiées ce matin. F[riedländer] m’a dit tout à l’heure que S.A. lui avait dit de prendre des mesures pour l’expulsion de l’intrus médecin et de se concerter avec moi à cet effet. Déjà, sur le rapport du Préfet de police, le Prince avait donné ordre à ce fonctionnaire de démentir partout le bruit qui déjà s’était fort accrédité que Son Altesse changeait de médecin. F[riedländer] est très aimable avec moi aujourd’hui. Il sent probablement que tout le monde ici étant contre lui, il faut bien qu’il soit convenable avec quelqu’un.

2Les réceptions viennent de finir. J’avais grande envie d’aller me promener avant l’heure du dîner mais il faut que je déchiffre une dépêche de 150 mots qui contient sans doute des nouvelles alarmantes.

3Mon envoi de ce matin qui devra vous parvenir en même temps que cette lettre n’était pas bien brillant. Je souhaite pourtant qu’il vous agrée. J’ajoute à cette lettre divers petits portraits destinés à [nom indéchiffrable] et dont vous ferez ce que vous voudrez.

4Il faut éviter que Mme C[ornu] ne répète trop souvent ce que je lui ai écrit. Je ne sais si je suis très bien vu à Düsseldorf et elle pourrait tout perdre par quelques paroles trop vives.

5Adieu chère et bonne mère, embrasse pour moi toute la famille et reçois mille baisers de ton fils respectueux.

 

Émile P.

 

6Compliments et amitiés à la famille Faure et à toutes les personnes qui veulent bien s’intéresser à moi.