Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

70. [À Hortense Cornu]

N.G.T. (18)

Texte intégral

Bucarest, le 5/17 avril 1867

 

Madame,

 

1J’ai eu tant d’occupations depuis quelque temps qu’il ne m’a pas été possible de répondre plus tôt aux bonnes et aimables lettres que vous avez bien voulu m’écrire. Je n’ai pas, vous le savez, de guide plus sûr que vos conseils et vous devez croire que j’en apprécie toute la valeur. Vous voyez les choses avec une justesse que je ne me lasse point d’admirer et vous apercevez avec une étonnante pénétration tout le danger dont le Prince est entouré.

2La situation actuelle est extrêmement critique. Aux grandes complications de la politique européenne viennent se mêler des intrigues, des ambitions, des luttes de tout genre et il faudrait que je puisse écrire des volumes pour faire connaître certains détails qu’il est bon de ne pas ignorer. Je profite aujourd’hui d’une occasion directe pour vous parler sinon du tout, au moins de faits principaux du moment.

  • 1 Voir lettre 47 de Mme Cornu du 8 janvier et n. 1, ainsi que la lettre 49 du 18 janvier.

3Quoique j’aie toujours cherché à donner aux actes du Prince, ainsi qu’il était de mon devoir, l’explication la plus favorable, vous avez pourtant remarqué, Madame, que je n’étais pas toujours bien convaincu quand je me hasardais à prendre la défense de certaines concessions faites à l’esprit prussien. Quand la question des missions militaires a été soulevée, plutôt que de heurter de front les idées de Son Altesse, je lui fis observer qu’il était sage, avant de rien décider, de sonder l’opinion publique, et c’est alors que j’envoyai au Constitutionnel la petite note qui vous a tant émue1 et qui a fini par produire le meilleur effet. Si les craintes excitées n’avaient pas été tout à coup aussi vives, j’ai tout lieu de penser que le Prince aurait à l’improviste pris quelques mesures très regrettables.

  • 2 Le prince Charles a confirmé qu’il voulait conserver la mission française, la compléter en appelan (...)

4La question militaire est à peu près réglée dès aujourd’hui2 ; je me félicite d’autant plus de ce résultat que je n’y suis pas demeuré tout à fait étranger. Souvent, je l’avoue, les ordres que j’ai transmis à M. Balatchano ont reçu, en passant par mon intermédiaire, une forme plus nette et plus précise. Il était urgent de mener les choses promptement et je n’ai pas craint de les hâter.

  • 3 Nicolae Rosetti‑Roznovanu (1842‑1891), membre d’une des grandes familles de boyards de Iaşi, oppos (...)

5On attend la nouvelle officielle de l’envoi des officiers, nouvelle qui sera, je l’espère, confirmée prochainement. Il y a deux jours même, j’ai été informé qu’il était question de détacher à Bucarest M. de Bouillé, beau‑frère de M. Rosnovano3.

  • 4 Adolphe Niel (1802‑1869), alors ministre de la Guerre de Napoléon III.

6Comme M. Rosnovano est le chef du parti séparatiste moldave, la présence de M. de Bouillé à Bucarest eût pu donner lieu à des difficultés politiques et j’ai télégraphié immédiatement à M. Balatchano qu’il eût à se rendre au ministère de la Guerre pour obtenir la désignation d’un autre officier. J’ai cru pouvoir affirmer au Prince, qui paraissait disposé à soupçonner quelque nouvelle intrigue, que le Maréchal Niel4 avait agi avec la plus entière bonne foi, que peut‑être M. de Bouillé, appelé en Roumanie pour ses affaires privées, a demandé à faire partie de la mission militaire et que le Ministre, qui assurément n’a jamais entendu parler de M. Rosnovano, avait cru bien faire en choisissant un homme qui avait déjà des relations dans le pays.

7Si les circonstances n’empêchent pas l’arrivée de la mission française, il est tout à fait indispensable que les nouveaux officiers soient en communication directe et perpétuelle avec le Prince, pour qu’il puisse éviter tous les obstacles. À cet effet, j’ai suggéré à Son Altesse la pensée de demander aux officiers instructeurs des rapports à des intervalles déterminés d’avance. Dans la suite, le chef de l’État pourra être informé d’une foule de détails, dont la solution est souvent remise de mois en mois par les bureaux du Ministère, au grand détriment du service. De plus, la communication permanente avec le Prince sera un puissant encouragement pour les membres de la mission et leur épargnera les mille ennuis que peut sans cesse leur susciter l’apathie, l’indifférence ou même la mauvaise volonté.

8Vous avez bien voulu, Madame, me demander quelques renseignements sur le séjour du Prince Frédéric à Bucarest. Il a laissé ici le meilleur souvenir ; n’entendant rien aux affaires, cherchant à rester étranger aux préoccupations de la vie politique, il a gaiement fini le carnaval, qu’il aurait voulu prolonger quelques semaines de plus. La seule chose que certaines personnes aient paru blâmer pendant tout le temps qu’il a passé parmi nous, c’est qu’il n’a pas rendu aux agents politiques leurs visites. Ayant appris secrètement que les représentants des Puissances garantes avaient été un peu froissées, j’en ai prévenu le Prince Charles, qui a envoyé les aides de camp de son père rendre la visite. Du reste, en partant, le Prince Frédéric est allé en personne dans les maisons où il avait été reçu, chez M. d’Avril, chez M. Saint‑Pierre et chez deux ou trois boïars. Les consuls se sont montrés satisfaits de ces derniers procédés.

9Je puis dire à cette occasion que j’entretiens les meilleures relations avec le corps consulaire et que je fais tous mes efforts pour lui rendre de petits services insignifiants en eux‑mêmes, mais dont on est reconnaissant au Prince. Aussi c’est toujours à moi que les consuls veulent s’adresser pour les diverses affaires qu’ils peuvent avoir à traiter au Palais. Je pourrais même ajouter qu’il en est de même des ministres, à qui je ne parle jamais de la politique, à qui je ne recommande personne et qui, par conséquent, n’ont pas à se plaindre de mes intrigues.

10Le sujet principal dont je désirerais, Madame, avoir l’honneur de vous entretenir aujourd’hui, c’est le retour de M. Friedländer. J’ai toujours évité de rien dire de blessant sur le compte de M. Friedländer, avec qui je dois forcément entretenir de bons rapports, mais je suis obligé d’avouer qu’il est loin d’être populaire dans la ville. Outre que chacun sait qu’il ne prend aucune part au travail, ses exigences, son arrogance lui ont aliéné ici toutes les sympathies, à tel point qu’on ne pouvait imaginer qu’il dût revenir à Bucarest.

11M. Friedländer, qui se croit résolument le plus grand politique du siècle, parle des Roumains comme des animaux d’un cirque qu’il aurait la complaisance de faire marcher un fouet à la main. Aussi est‑il clair que sa manière de trancher dans le vif n’est pas du goût de tout le monde.

12M. Friedländer s’est beaucoup remué pendant sa longue absence, du moins c’est lui qui le dit et les résultats de sa mission sont incalculables. Le roi de Prusse est maintenant tout converti grâce aux belles paroles de l’honorable conseiller et il donnerait jusqu’à son dernier homme pour soutenir le Prince Charles. L’Empereur Napoléon pouvait sans doute beaucoup autrefois, mais il est bien déchu de son ancienne influence et c’est maintenant le commencement de la fin, etc. etc.

13M. Friedländer ne me parle point de tout ce qu’il a fait dans le détail, mais il est bien persuadé que son petit doigt est le levier qui servira pour soulever le monde. Cette façon d’agir n’a sans doute pas tout le danger qu’on en pourrait redouter. Son Altesse garde toujours le plus grand calme et sait se défendre des exagérations, mais dans le public il n’en est pas de même. On se rejette de l’un à l’autre les phrases étranges échappées à Friedländer et l’on se demande où irait le Prince s’il écoutait un semblable conseiller.

14Une histoire récente, et dont j’attends encore le dénouement, vous montrera, Madame, jusqu’à quel point le Prince pourrait être compromis sans le savoir. Cette histoire est sans doute un peu longue mais je ne dois pas hésiter à vous la raconter.

  • 5 Voir lettre 60, n. 3.

15Vous connaissez parfaitement le Docteur Davilla5. C’est un homme d’une haute intelligence et d’une dévorante activité. Il a beaucoup fait et il fait chaque jour beaucoup pour le pays. À toute heure il est prêt à courir par monts et par vaux pour inspecter, pour surveiller, pour organiser. Les hôpitaux qu’il a fondés peuvent être cités comme des modèles et ce sont les seuls établissements que l’on puisse ici montrer aux étrangers. Mais le Docteur Davilla a un défaut. Il voudrait se mêler de tout, moins pourtant des affaires politiques, auxquelles il a la sagesse de ne point prendre part, que de ces mille détails de la vie commune. Il est prêt à parler de tout et partout. Au demeurant, si l’on est parfois agacé de son verbiage, d’ailleurs spirituel, s’il est tenté d’empiéter sur les fonctions de l’aide de camp ou du maréchal, je tiens à lui rendre hautement justice que c’est l’homme qui connaît le mieux le pays et dont les services et le talent peuvent être le plus utilement employés.

16Or, Friedländer ne pouvait tolérer Davilla, auquel il n’osait contester une capacité supérieure. Le médecin, à la vérité, parle allemand, mais il est Français, très Français même. Il était donc naturel que Friedländer, le Bismarck roumain, l’homme qui pense à tout, pensât à évincer Davilla et à lui donner un successeur de sa façon et de son choix. À Berlin, il rencontre un certain médecin, dont le véritable nom est Waltz, et qui, après avoir eu des querelles avec la police, avait été obligé de quitter Pétersbourg, où il était établi. Ce Waltz est, à ce qu’il paraît, le fils d’un ancien conseiller de cabinet du Grand Duc de Bade. Il avait conservé des relations avec la famille grand‑ducale. Fier des belles paroles de Friedländer, Waltz partit immédiatement pour Bucarest, muni d’une lettre de recommandation du Prince Guillaume et, de plus, après avoir eu soin de se faire appeler Armfeldt. Le Prince le reçut immédiatement sur la recommandation du Prince Guillaume, s’entretint longtemps avec lui et le nouveau médecin se crut immédiatement entré en fonctions.

17Ce Waltz, ou plutôt cet Armfeldt, est le plus éhonté coquin que la terre ait porté. Le lendemain de son arrivée, il était au palais comme chez lui, voulant donner à chacun des ordres et agissant avec le sans‑gêne le plus étrange. Je me crus autorisé à parler sans retard à Son Altesse et j’insistai d’abord sur ce qu’avait de louche l’histoire russe et sur les désagréments qui pouvaient en résulter. Armfeldt reste et le Prince n’y pensait plus guère lorsque je revins à la charge et n’hésitai pas à communiquer au Prince tout ce que je savais de son futur médecin. Cet intrus se présentait déjà partout comme faisant partie de la maison de Son Altesse, tandis qu’il se promenait en ville avec des filles publiques et qu’il portait aux mains des traces irrécusables de ses débauches. De plus, Armfeldt avait tenu dans un café les discours les plus révoltants, traitant tous les Roumains de gueux et de voleurs. Il se chargeait, maintenant qu’il était dans l’intimité du Prince, de les mener à coups de bâton, etc. Le malheur est qu’un député écoutait ses paroles et, bien entendu, les comprenait, car ici chacun comprend l’allemand et qu’il a peut‑être fait rejaillir sur Son Altesse la responsabilité de pareilles impudences.

18Or donc, je croyais Armfeldt enterré ; je l’avais même presque chassé de mon cabinet, lorsque j’apprends l’arrivée de Friedländer. Mon coquin relève la tête, se donne des airs de triomphateur, court inspecter les hôpitaux et les prisons, se donnant ici pour un comte russe, là pour un comte allemand, mais partout pour le médecin et le conseiller du Prince. Prévoyant qu’un conflit était proche, je me hâtai d’informer M. Jean Bratiano, homme intègre et dévoué, et de lui ouvrir les yeux sur le danger. Des rapports de police ont clairement établi que le digne Armfeldt avait déjà ici des relations avec tous les ennemis du Prince. Je ne veux plus reparler de tout cela à Son Altesse, qui ne paraît point songer à son nouveau médecin, mais M. Bratiano veille et il ne permettra point que le Prince soit victime d’une pareille intrigue.

19Quant à moi je suis honteux de cette aventure et je ne puis dire combien elle m’a chagriné. J’ai trouvé la chose si basse et si misérable que j’avais résolu de ne souffler mot à personne et que, sans le retour de Friedländer, je serais certainement parvenu à expulser Armfeldt sans que M. Bratiano sût rien de tout cela.

  • 6 Ion Brătianu est ministre de l’Intérieur depuis le 1er mars.
  • 7 Bataille de Königgrätz, autre nom de la bataille de Sadowa qui a vu la victoire des troupes prussi (...)

20Je ne puis non plus dissimuler complètement au nouveau ministre de l’Intérieur6, qui est le véritable Président du Conseil, les craintes que me faisait concevoir l’arrivée de Friedländer. J’ai vu bien vite qu’il partageait mes inquiétudes et qu’il était très sérieusement vexé du retour d’un homme qu’il croyait à tout jamais disparu. Il est bien certain que le ministère, s’il ne craignait de faire une démarche trop pénible pour le Prince, lui demanderait l’éloignement de Friedländer, qui a réussi à s’aliéner toute la ville. Au milieu de ces démêlés, dont Friedländer ne peut rien soupçonner, puisqu’il plane toujours dans les nuages, ma position est parfois assez difficile. Comment enlever de l’idée du Prince que la Prusse est la meilleure amie du pays ? Comment lui montrer cette vile jalousie de famille à laquelle son cœur si droit et si pur ne saurait ajouter foi ? Et pourtant quelle marque de sympathie, quel secours efficace le roi Guillaume a‑t‑il donné aux Roumains et à leur Prince ? Il n’a daigné répondre qu’à la troisième lettre que Son Altesse lui a adressée, et cela dans les termes les moins affectueux, uniquement pour rappeler l’ineffaçable gloire de Koenigsgraetz7 ! La mission même du colonel Krentzki ne vaut pas tous les bruits qu’elle a provoqués. Le gouvernement prussien, peu renseigné sur l’état des affaires en Orient et sur des questions desquelles il ne s’était jamais mêlé, voulut avoir un aperçu de la situation et Bismarck jeta les yeux sur Krentzki, homme d’une rare intelligence et d’une impartialité plus rare encore dans son pays. Le ministre ordonna au colonel de se tenir prêt à partir, ajoutant qu’avant son départ il le ferait appeler dans son cabinet et lui donnerait des instructions. Or le temps se passe ; Bismarck, malade et absorbé par les affaires, oublie l’affaire de Krentzki et finalement, n’ayant pas le temps de le recevoir, ni de lui donner des ordres, lui fait dire qu’il peut se mettre en route. Voilà toute l’importance que la Prusse attachait à une mission qui, à ses yeux, était un acte de haute sympathie. Sans doute Krentzki sait observer et il pourra rapporter bien des choses à Berlin, mais il n’est guère probable que le ministère prussien ou le Roi se soucie de les entendre.

21Quant à présent, Friedländer reste plongé dans ses méditations. Je suis plus que jamais accablé de travail et, loin de chercher à me venir en aide, il me répond qu’il a à penser. Je n’ai pu m’empêcher de lui dire que certaines personnes savent à la fois penser et travailler et que je ne lui conseillais pas de se donner le ridicule de se poser en penseur.

  • 8 Entre la France et la Prusse, à l’occasion de la crise luxembourgeoise. Le grand‑duché du Luxembou (...)

22Les nouvelles qui nous arrivent chaque jour sont graves. Il paraît difficile que la guerre puisse être évitée8, mais le pays doit à tout prix se tenir tranquille. J’espère que le Prince ne croit pas la chute de la France aussi prochaine qu’il plaît à son conseiller de le dire. Malgré les folies de Friedländer, malgré les flatteries de quelques sots qui se croient habiles en exaltant la Prusse, le Prince a toujours une attitude parfaite. Il est bien le plus roumain des Roumains.

  • 9 Celles de Nicolae Bibescu qui espère toujours monter sur le trône à la place du prince Charles (le (...)

23Pauvre Prince ! Combien son existence est parfois triste et combien sa tâche est rude ! Les intrigues de Bibesco9, par exemple, prennent chaque jour un caractère d’hostilité plus déclaré. Il est même étrange que le prétendant ose tenir ouvertement des propos aussi malveillants et aussi maladroits que ceux qu’il a tenus. Madame Bibesco fait des visites à la femme du dernier officier sans en recevoir une seule. Enfin ils travaillent beaucoup et je suis parvenu à connaître un peu le fond de leur pensée.

24Bibesco est le jouet du Consul de Russie, dont toute la politique consiste à brouiller les affaires en Roumanie. Bibesco est convaincu que, la guerre éclatant, les Russes vont entrer dans le pays et le proclameront Prince.

25Les Russes, qui en ce moment ne sont peut‑être pas aussi terribles qu’on pourrait l’imaginer, jouent toujours un double jeu. Ce sont eux pourtant qui tiennent, comme on dit, le dénouement de la situation et je crois qu’on lui fait de plusieurs côtés bien des avances.

  • 10 Edward Smith‑Stanley (1799‑1869), Premier ministre britannique (pour la troisième fois) de juin 18 (...)

26Quant à l’invasion des Russes, je ne crois pas qu’on doive la redouter et le gouvernement moscovite ne saurait y songer que si le conflit devient général. Lord Stanley10 a déclaré à plusieurs reprises que l’Angleterre ne resterait jamais indifférente à la question d’Orient et qu’elle ne permettrait jamais aux Russes de descendre sur le Danube.

  • 11 Familles grecques de Crète qui fuient la répression ottomane de la révolte des chrétiens sur l’île

27À l’intérieur, les affaires marchent d’une manière satisfaisante. Si toutes les concessions n’ont pu être réglées, il y en a du moins plusieurs de complètement décidées, au grand profit du pays. M. Jean Bratiano a vraiment donné des preuves de vigueur et de capacité. On n’a pas à s’effrayer de son libéralisme, car on sait que les hommes les plus exaltés deviennent conservateurs le jour où ils arrivent au pouvoir. Le ministère agit avec une grande prudence dans ses rapports avec l’étranger. Lorsqu’il s’agit de venir en aide aux familles candistes [candiotes]11, les rouges, qui sont au pouvoir, ont empêché une représentation qui devait avoir lieu au grand théâtre, de peur que quelques allusions ne puissent nuire aux bons rapports avec Constantinople. Récemment encore, la Société a organisé un spectacle au profit des familles émigrées en Grèce et, bien que le programme ne comprît que des vaudevilles français, tous les personnages officiels se sont abstenus d’y assister.

28Le voyage du Prince Michel de Serbie a causé ici beaucoup de curiosité. Le but de ce voyage n’a été qu’un simple acte de courtoisie et l’on avait tort de chercher à lui donner une autre signification. Les Serbes nous ont paru des hommes très sérieux, parlant peu et travaillant bien. Quant au Prince, on ne saurait le comparer à l’élu des Roumains. Michel III n’est pas entièrement façonné à la vie moderne, mais il a d’excellents conseillers qui augmentent chaque jour les ressources de l’État.

29J’espère, Madame, qu’il me sera bientôt possible de vous épargner la fatigue de lire mes longues lettres et que j’aurai l’honneur de m’entretenir avec vous. Le Prince a bien voulu me promettre un congé dont il me tarde de profiter. Pourtant je ne sais quand il me sera donné de me mettre en route. Je regarde comme un devoir de ne pas abandonner Son Altesse au milieu des intrigues qui l’assiègent. D’ailleurs, si jamais les circonstances devaient arriver à rendre ma situation trop difficile, vous devez penser, Madame, que je la sacrifierais sans retard à ma dignité et à mon honneur.

30Soyez assez bonne, Madame, pour faire les compliments les plus empressés à M. Cornu et veuillez bien croire aux sentiments d’inaltérable attachement et de profond respect avec lesquels j’ai l’honneur d’être

31Votre bien humble et très dévoué serviteur,

 

Émile Picot.

 

32P.S. Je vous en prie, Madame, écrivez souvent au Prince. Vos lettres sont pour lui le meilleur conseil et je souhaite de tout mon cœur que vous puissiez les multiplier. Je serais désolé que S.A. s’imagine que je vous parle en mauvais termes de Friedländer. Je ne l’aurais pas fait autrefois, mais depuis qu’il a été reçu par le roi des Prussiens, il est intolérable et c’est une obligation de conscience que de ne plus garder le silence.

Notes

1 Voir lettre 47 de Mme Cornu du 8 janvier et n. 1, ainsi que la lettre 49 du 18 janvier.

2 Le prince Charles a confirmé qu’il voulait conserver la mission française, la compléter en appelant de nouveaux officiers (en remplacement de ceux partis à l’été 1866) et en réorganiser ses attributions, en la mettant sous son contrôle plus direct.

3 Nicolae Rosetti‑Roznovanu (1842‑1891), membre d’une des grandes familles de boyards de Iaşi, opposé dès les années 1850 à l’union de la Moldavie avec la Valachie.

4 Adolphe Niel (1802‑1869), alors ministre de la Guerre de Napoléon III.

5 Voir lettre 60, n. 3.

6 Ion Brătianu est ministre de l’Intérieur depuis le 1er mars.

7 Bataille de Königgrätz, autre nom de la bataille de Sadowa qui a vu la victoire des troupes prussiennes sur l’Autriche le 3 juillet 1866.

8 Entre la France et la Prusse, à l’occasion de la crise luxembourgeoise. Le grand‑duché du Luxembourg qui appartenait aux Pays‑Bas, était membre de la Confédération germanique et du Zollverein mis en place par la Prusse, qui y stationnait des troupes, mais faisait partie des plans d’expansion territoriale de Napoléon III. Lorsque celui‑ci fit une offre financière aux Pays‑Bas pour acquérir le grand‑duché en mars 1867, l’opinion publique allemande fut scandalisée et l’on entra, des deux côtés, dans une escalade qui mena à la mobilisation des troupes.

9 Celles de Nicolae Bibescu qui espère toujours monter sur le trône à la place du prince Charles (lettre 15, n. 7).

10 Edward Smith‑Stanley (1799‑1869), Premier ministre britannique (pour la troisième fois) de juin 1866 à février 1869.

11 Familles grecques de Crète qui fuient la répression ottomane de la révolte des chrétiens sur l’île.