Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

67. [d’Ernest Desjardins]

N.G.T. (15)

Texte intégral

Paris, le 8 avril 1867

 

Mon cher Émile,

 

  • 1 Armand de Quatrefages de Bréau (1810‑1892), biologiste et anthropologue, présida la Commission cen (...)
  • 2 La Société de géographie, à laquelle le prince Charles vient d’adhérer, voir ci‑dessus lettre 62.

1J’ai présenté, avec notre Président, M. de Quatrefages1, Son Altesse qui a été séance tenante, acclamée, et dont le nom figurera à côté de ceux des Rois de Suède et Portugal. Des remerciements seront adressés au Prince directement par le Président, au nom de la Société2, pour sa libéralité. Le Moniteur annoncera le fait.

  • 3 Probablement Nicolas Maximilianovitch, duc de Leuchtenberg et prince Romanovsky (1843‑1891), petit (...)
  • 4 Allusion à des projets, ou rêves, de faire renaître la Pologne, rayée de la carte de l’Europe aprè (...)

2Je suis allé hier à Versailles. Grand émoi là, ici et partout. La guerre est comme déclarée et l’on s’attend à entrer en campagne d’ici à la fin du mois. L’exaspération est générale contre la Prusse et le pays entier prend feu. La guerre sera très populaire, et, si elle ne l’était pas hier, elle le sera demain. Une fois l’orgueil national engagé, on n’entend plus qu’une voix. La partie est grosse. Il s’agit bien décidément du Rhin. On croit fermement la Russie avec nous. Le Prince de Leuchtemberg [Leuchtenberg]3 est à Paris et s’entretient fréquemment avec l’Empereur. On n’ose pas trop dire ce qui sortira d’une alliance Franco‑Austro‑Russe qui est faite, mais les résultats entrevus, en cas de succès militaires obtenus, sont énormes pour l’Orient et l’Europe. Une nationalité de 20 millions de sujets pourrait revivre avec un prince à la fois russe et français à sa tête4, et on voit à quel prix ce sacrifice serait accompli. Il s’agit d’un duel à mort avec la Prusse et l’on est prêt. Depuis 6 semaines tous les ordres sont donnés et exécutés. De petits incidents sont comme toujours les avant‑coureurs des grands événements et ils ont leur signification. Les ouvriers prussiens de l’Exposition ont couronné la statue du Roi de Prusse de lauriers. Les ouvriers français et autrichiens l’ont prise d’assaut et ont jeté et foulé la couronne aux pieds. Elle fut replacée, puis enlevée de nouveau ; conflit grave ; les Prussiens ont été meurtris et battus dans la lutte. La personne qui me l’a raconté et l’a dit devant LL. MM. le tenait du Préfet de police.

3Versailles est très à la guerre et avec un sentiment national très exalté. Le projet italien tiendrait toujours, mais les événements, autant que j’en peux juger, le modifieraient peut‑être. Cependant, toujours italien a été le dernier mot.

4Tu vois que la situation peut devenir très grave chez vous et surtout très difficile. Il faut bien réfléchir sur la question russe. Il ne paraît pas possible que nous entrions en lutte sans elle et il y a plus que des symptômes d’une alliance quasi‑fraternelle.

5Je t’embrasse de tout cœur,

6Ton frère,

 

E. Desjardins

 

7Nous avons reçu la lettre où tu nous annonces que ton sac est arrivé. Tu as très bien fait de télégraphier à Paris pour la santé du Prince. Il n’est pas guéri et Mme C[ornu] engage S.A. à recommencer ses preuves d’intérêt auxquelles on est très sensible aux Tuileries.

Notes

1 Armand de Quatrefages de Bréau (1810‑1892), biologiste et anthropologue, présida la Commission centrale de la Société de géographie de 1863 à 1871.

2 La Société de géographie, à laquelle le prince Charles vient d’adhérer, voir ci‑dessus lettre 62.

3 Probablement Nicolas Maximilianovitch, duc de Leuchtenberg et prince Romanovsky (1843‑1891), petit‑fils d’Eugène de Beauharnais mais aussi du tsar Nicolas Ier de Russie, il avait été candidat malheureux au trône de Grèce en 1862‑1863.

4 Allusion à des projets, ou rêves, de faire renaître la Pologne, rayée de la carte de l’Europe après trois partages successifs à la fin du xviiie siècle. La France, terre d’émigration pour les exilés polonais, soutenait la cause polonaise.