Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

66. [à sa mère]

C.B. (3)

Texte intégral

Bucarest, le 18/30 mars 1867

 

Chère et bonne mère,

 

1Je ne sais comment te remercier des jolies étrennes que tu m’as envoyées. J’ai trouvé tes charmants boutons parfaitement en ordre et j’ai été vivement touché de ce souvenir. On me traite vraiment trop en enfant gâté et j’en suis, je t’assure, un peu confus. Que restera‑t‑il de plus aux théodores présents et à venir ?

2Tu ne saurais imaginer combien j’étais impatient de recevoir ma caisse. Je croyais, d’après ce que tu m’avais écrit, qu’elle m’arriverait par la poste, mais comme elle pesait plus de 5 kg, elle n’a pu venir que par la grande vitesse ordinaire. Deux fois par jour j’envoyais chez le commissionnaire chercher des nouvelles et les nouvelles ne venant pas, je me laissais aller à un complet abattement. Enfin le premier bateau accéléré m’a apporté les objets tant désirés et cette fois j’avoue que je suis encore tout ébahi. L’envoi est, dans son entier, admirable. Si j’ai pris jadis la liberté de faire remarquer que Bobillier avait peut‑être un peu trop décolleté mes gilets blancs, je proclame que cette fois les délicats les plus raffinés seraient dans l’admiration. Mille fois merci, chère maman, de ton inépuisable prévoyance. Je suis au comble de la joie, tant j’aime recevoir quelque chose que vous avez choisi, emballé, soigné de toute manière ; je ne veux pas dire payé.

3Cécile ne sait vraiment pas garder les bornes de la modération. Au lieu d’un objet modeste et sans prétention que je n’avais pas craint de lui demander, elle m’envoie un [mot indéchiffrable] de triomphateur dont le luxe m’épouvante quelque peu. J’écris du reste séparément à cette tendre sœur pour la remercier en particulier.

4Albert Faure a été aussi bien aimable. Pour un malheureux siège qui était tout ce que j’ai pu lui offrir, il m’a envoyé le plus ravissant couteau que Touron ait fabriqué. Je suis, je t’assure, très reconnaissant de cette gentille attention.

5J’apprends chère et bonne mère que l’on fait à Passy bien des projets : mariage, déménagement, campagne, que sais‑je ? Le projet qui me tient le plus au cœur, c’est toujours le voyage. Je serais trop malheureux si je restais longtemps sans vous voir.

  • 1 Aujourd’hui Drobeta‑Turnu Severin, ville du Sud‑Ouest de la Roumanie située au bord du Danube, non (...)

6Le Prince Frédéric nous a quittés ce matin. Le Prince Charles est parti avec lui et il doit l’accompagner jusqu’à Turnu‑Severin1. C’est en tout une absence de trois jours que fera le chef de l’État. Nous sommes si pauvres et S.A. a tant de charges que je n’ose pas, à ma grande honte, lui parler de la quête, mais tu me promettras, chère maman, d’ajouter deux napoléons à ta bourse. C’est en ce moment tout ce que je puis faire.

7Tu pourras aussi prélever sur mon argent les 7 fr. de télégramme que tu m’as envoyé, télégramme dont j’ai touché le prix à mon profit.

8Il est aussi je crois assez nécessaire de régler les affaires car je suis débiteur de bien des choses et tu voudras bien prendre à compte ce que j’ai déjà transmis d’argent, en attendant mon prochain envoi.

9Quel soin a dû présider au choix et à l’emballage de ces objets ! Je sais déjà, chère maman, que tu as pris la peine de porter toi‑même la caisse chez l’expéditeur dont un commis vient d’arriver à Bucarest.

10Adieu chère et bonne mère ; encore une fois merci et pour ton envoi et pour ce que tu as fait pour F. et pour toutes choses enfin, car la reconnaissance est une dette dont je ne pourrai jamais m’acquitter. Heureusement que si cette dette est lourde, on peut la porter facilement avec un bon cœur. J’embrasse tendrement papa et toute la famille. Reçois les baisers les plus affectueux de ton fils respectueux.

 

Émile P.

Notes

1 Aujourd’hui Drobeta‑Turnu Severin, ville du Sud‑Ouest de la Roumanie située au bord du Danube, non loin des Portes de Fer.