Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

65. [à sa mère]

N.G.T. (14)

Texte intégral

  • 1 Georgescu‑Tistu n’indique que la date du 17 mars, suivie d’un point d’interrogation. Mais la menti (...)

Ce dimanche, 17[/29 mars] 18671

 

Chère et bonne mère,

 

1Il y a déjà plusieurs jours que je devais t’écrire et, comme tant de fois déjà, ma ferme volonté s’est heurtée à de continuels obstacles.

2J’ai reçu avant‑hier par le courrier de Balatchano deux lettres bien intéressantes de Versailles, où l’on est vraiment bien pénétrant. Je ne sais si F[riedländer] sera touché des raisons si péremptoires que donne Mme C[ornu] pour exhorter le Prince à une sage modération. Son Altesse a reçu Elle aussi les longues épîtres que je sais être fort explicites. Mme C[ornu] est complètement dans le vrai. Le Prince, à notre très vif regret, ne paraît pas avoir véritablement conscience du danger qui nous menace sous la forme de l’aigle prussien, et il est bon de ne manquer aucune occasion de le lui signaler.

3Le Prince Frédéric nous quittera décidément cette semaine. Il doit faire demain une rapide excursion jusqu’à Roustchouk afin d’avoir une idée de ce que sont les Turcs. Le séjour de Bucarest n’a pas été bien gai pour lui et, comme il me paraît aimer assez à danser et à rire, il était souvent prêt à se plaindre de Sa Grandeur.

4Nous avons été hier soir de nouveau les hôtes de la famille Iarca et nous avons recommencé l’intéressante petite fête dont je t’ai parlé. Tout s’est passé dans le plus petit comité, sans étiquette et même sans habit noir.

5Nous avons aujourd’hui un beau soleil qui console un peu de la pluie que nous avons eue depuis dimanche. Le Prince F[rédéric] en a profité pour faire une longue excursion à cheval et il m’a engagé à être de la partie…

  • 2 Alexandru Ştirbey (1837‑1895), fils de Barbu Ştirbey, l’ancien prince de Valachie. Il sera député (...)

6Nous avons eu un déjeuner plus ou moins dînatoire que nous offrait le prince A. Stirbey2. À moitié chemin j’ai tourné bride et je viens de rentrer avec une bonne migraine qui m’empêche de savoir au juste ce que j’écris. Il faut pourtant que je revête tout à l’heure mon habit noir pour aller dîner chez le consul de France qui traite aujourd’hui les officiers de l’aviso la Meurtrière et qui m’a engagé à figurer parmi les convives.

7J’ai grande hâte de savoir quel effet F[riedländer] a fait sur vous. Malgré cette arrogance, ordinaire d’ailleurs aux Prussiens, il ne manque pas de bonnes qualités. Je souhaite qu’il vous en ait fait part.

8Adieu, chère et bonne mère…. Je te prie de recevoir pour toi et pour toute la famille mille baisers.

9Ton fils respectueux,

 

Émile Picot

Notes

1 Georgescu‑Tistu n’indique que la date du 17 mars, suivie d’un point d’interrogation. Mais la mention du départ du prince Frédéric, corroborée par les Mémoires du prince Charles, confirme qu’il s’agit bien du 17 mars selon le calendrier julien, auquel Picot a oublié d’adjoindre la date de Paris (calendrier grégorien)

2 Alexandru Ştirbey (1837‑1895), fils de Barbu Ştirbey, l’ancien prince de Valachie. Il sera député à partir de 1871 et ministre des Travaux publics puis de l’Intérieur en 1888‑1889 dans le gouvernement conservateur de Teodor Rosetti.