Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

62. [à Ernest Desjardins]

N.G.T. (11)

Texte intégral

Bucarest, ce mardi 14/26 mars

 

Mon cher beau‑frère,

 

  • 1 Et non « capitaine de la Rucherie » comme transcrit dans l’édition de Georgescu‑Tistu.
  • 2 Le bras d’Otchakov (ou Ochakiv) est un bras du delta secondaire du Danube, aujourd’hui en Ukraine, (...)
  • 3 Vîlcov ou Vâlcov, nom roumain de la ville aujourd’hui ukrainienne de Vylkove, sur la rive gauche d (...)
  • 4 Tahiti, où le capitaine Gaultier de la Richerie avait été commandant de la station navale au début (...)

1Je vous envoie ci‑inclus une traite de mille francs à votre ordre destinée à la Société de Géographie, toujours à la condition que le Prince passera avant le roi de Siam. M. d’Avril, qui est membre de la Société et s’y intéresse particulièrement, m’a félicité d’y avoir inscrit Son Altesse et je l’ai prié de consigner ce détail dans ses dépêches. Nous avons aussi à Bucarest depuis 3 jours un autre géographe, que vous connaissez probablement, car il vous connaît et il a assisté à la lecture d’une partie de votre mémoire : c’est le capitaine de la Richerie1, commandant de la station navale du Danube. Il est venu ici pour régler avec le gouvernement les questions relatives à la petite marine roumaine, dont l’organisation et l’instruction lui sont confiées. J’ai causé assez longuement avec lui, la carte en main, du percement d’un canal aux bouches du Danube et de la fondation d’une ville destinée à centraliser tout le commerce du fleuve. Il approuve hautement ce projet ainsi que tout ce que vous avez dit dans votre mémoire au sujet de la canalisation. Comme il ne connaissait la fin de votre travail que par le Moniteur, et qu’il ne connaissait pas les planches qui l’accompagnent, je me suis dépouillé en sa faveur de mon propre exemplaire. Je pense que vous pourrez combler à l’occasion le vide que me cause ce sacrifice et que le cadeau fait au commandant ne sera pas perdu. Il m’a promis de s’occuper des détails de la question sur les lieux mêmes. Il m’a confirmé ce que je savais déjà que la navigation est magnifique dans tout le bras de Chilia jusqu’à la naissance du bras d’Otchakov2, c’est‑à‑dire à Vilcov3 ; il y a une étendue d’eau où l’on pourrait abriter toute une flotte ; enfin, il estime, ainsi que je l’avais imaginé, que le canal pourrait être facilement pratiqué à l’extrémité du bras d’Otchakov. Le capitaine de la Richerie pourra, je l’espère, envoyer à la Société des notes sur cette question pour faire diversion à ses études sur la reine Pomaré et son empire4.

  • 5 Alphonse Hardon (et non Hardou comme transcrit dans l’édition de Georgescu‑Tistu), l’ingénieur qui (...)

2L’entreprise de Saint‑Louis devrait décider M. Hardon5 à tenter quelque chose dans ces parages.

3Pour revenir au Rhône, j’ai appris le long séjour que vous venez de faire dans la Camargue et maman m’écrit que, à la date de sa dernière lettre, vous n’étiez pas encore de retour à Paris. Il paraît que vous avez trouvé le camp qui faisait l’objet de vos recherches et je vous en félicite sincèrement.

  • 6 En échange du retrait des forces ottomanes des forteresses de Serbie.

4À Bucarest, la nouvelle du jour est l’arrivée du colonel Krentzki, qui s’est arrêté pendant trois semaines à Belgrade et a même visité l’intérieur du pays pour se rendre compte de l’état des choses. Les Serbes ne sont pas aussi prêts à la guerre qu’ils le disaient pour intimider les Turcs ; ils n’ont que des milices encore mal exercées et, quant à l’armée régulière, elle ne compte que quelques centaines d’hommes. De là vient que le prince Michel a accepté les conditions de la Porte6, si toutefois la Porte pose encore des conditions.

  • 7 Passage non déchiffré par N. Georgescu‑Tistu.

5Les Turcs ne demandent que le maintien de leur drapeau à côté du pavillon serbe, ce qui est un véritable enfantillage. En supposant même que cette formalité eût une importance quelconque, comment les Turcs pourraient‑ils veiller à ce qu’elle fût observée après qu’ils auront quitté le pays ? Et puis n’est‑il pas possible qu’on oublie7…?

6En attendant, malgré l’annonce du voyage du prince Michel à Constantinople, les populations chrétiennes ne paraissent pas se calmer. Les Bulgares surtout entassent manifestes sur manifestes, brochures sur brochures. La situation est toujours tendue ; le grand point pour tout le monde, c’est de gagner du temps pour se préparer à la lutte.

  • 8 Charles Étienne Conti (1812‑1872), conseiller d’État, secrétaire et chef de cabinet de Napoléon II (...)
  • 9 Le prince Louis-Napoléon Bonaparte (1856‑1879), fils de Napoléon III.

7J’ai fait faire par Son Altesse il y a deux jours une démarche qui n’aura pas laissé d’être agréable à l’Empereur. J’ai télégraphié au nom du Prince à M. Conti8 pour demander des nouvelles du Prince impérial9. M. Conti m’a répondu immédiatement que l’illustre malade allait beaucoup mieux et il a ajouté que l’Empereur remerciait S.A. de cette attention.

  • 10 Le Roi de Prusse, Guillaume Ier.

8Une question sur laquelle il serait bien urgent d’appeler l’attention de Madame C[ornu], c’est le mariage. Le P[rince] m’en parlait hier soir, disant que le Prince père, le Roi10, personne enfin n’aimerait le mariage russe. Le Prince Guillaume de Bade, marié lui‑même à une Russe, écrivait hier qu’il ne conseille pas une pareille union. De là une grande perplexité, à laquelle Madame C[ornu] seule pourra mettre fin.

9Permettez‑moi, mon cher beau‑frère, de revenir sur un point dont je vous ai déjà parlé dans une de mes précédentes lettres. Il serait bien désirable pour le bien même de votre Société qu’on fît quelque réclame en l’honneur du Prince.

10Adieu, mon cher beau‑frère, embrassez pour moi toute la famille.

11Votre dévoué,

 

Émile Picot

Notes

1 Et non « capitaine de la Rucherie » comme transcrit dans l’édition de Georgescu‑Tistu.

2 Le bras d’Otchakov (ou Ochakiv) est un bras du delta secondaire du Danube, aujourd’hui en Ukraine, qui se sépare du bras de Chilia au niveau de la petite ville de Vâlcov.

3 Vîlcov ou Vâlcov, nom roumain de la ville aujourd’hui ukrainienne de Vylkove, sur la rive gauche du bras de Chilia dans le delta du Danube.

4 Tahiti, où le capitaine Gaultier de la Richerie avait été commandant de la station navale au début des années 1860.

5 Alphonse Hardon (et non Hardou comme transcrit dans l’édition de Georgescu‑Tistu), l’ingénieur qui a construit le canal Saint‑Louis, voir lettre 41, n. 4.

6 En échange du retrait des forces ottomanes des forteresses de Serbie.

7 Passage non déchiffré par N. Georgescu‑Tistu.

8 Charles Étienne Conti (1812‑1872), conseiller d’État, secrétaire et chef de cabinet de Napoléon III.

9 Le prince Louis-Napoléon Bonaparte (1856‑1879), fils de Napoléon III.

10 Le Roi de Prusse, Guillaume Ier.