Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

61. [à Cécile Desjardins]

N.G.T. (10)

Texte intégral

Bucarest, le 7/19 mars 1867

 

Ma chère sœur,

 

1Si j’étais quelque peu exigeant, je pourrais me plaindre à mon tour du manque de nouvelles. La dernière lettre que j’ai reçue de la famille portait la date du 5 mars, ce qui est déjà bien loin. Je me résigne pourtant et j’arrive droit au fait, car j’ai hâte de t’entretenir de diverses choses assez intéressantes.

  • 1 Fondée en 1821, Ernest Desjardins en était membre et à cette époque un certain nombre de souverain (...)
  • 2 Terme non déchiffré par N. Georgescu‑Tistu, ce qui rend difficile toute hypothèse, les travaux car (...)

2En premier lieu, tu sais déjà par mon télégramme d’hier que j’ai décidément enrôlé le Prince dans la Société de Géographie1. Il faut qu’il figure au nombre des protecteurs et je crois n’être que juste en insistant pour qu’on lui donne le pas sur les rois de Siam. J’ai demandé à S.A. mille francs, qui ont été accordés et que je vous ferai tenir dans quelques jours. Je tâcherai de procurer à la société la grande carte de2…, un magnifique travail dû aux officiers autrichiens, dont les exemplaires deviennent très rares et coûtent plusieurs centaines de francs. Le Prince a voulu dans cette circonstance faire un acte agréable à la France et je pense que l’on pourra insérer dans les journaux quelques réclames qui parviendront à tomber sous les yeux mêmes de l’Empereur.

3S.A. est très contristée de voir que l’on persiste à lui prêter des sentiments ultraprussiens et ne veut laisser échapper aucune occasion de donner un démenti, même dans les petites choses, à ces rumeurs dangereuses.

4Pour ma part j’ai fait de mon mieux et je dois dire qu’il y a eu de tous côtés un touchant accord de réclamations et de cris d’alarme, qui ont eu du moins ce bon effet d’attirer l’attention sur un point qui présentait en réalité quelque péril. À aucun prix, le gouvernement du Prince Charles ne voudrait se prêter à aucun acte qui fût de nature à exciter directement ou indirectement les susceptibilités de la France. Il est donc bon d’être en garde contre les bruits mensongers répandus à plaisir par les ennemis du Prince dans certains journaux étrangers.

5Pour citer un exemple, M. F[riedländer] était chargé de demander à Berlin un employé qui pût organiser la correspondance postale entre la Roumanie et les États voisins. Cette démarche ne s’expliquait pas seulement par la bonne administration des services prussiens, mais aussi et peut‑être mieux encore par cette considération que la plupart des employés de la poste roumaine intérieure sont des Allemands. Voilà un fait assurément fort simple et dont peu de personnes se fussent inquiétées si on l’eût présenté de la sorte, mais le journal L’Europe est d’un autre avis et il juge à propos de dire que, le Prince ayant de bons fonctionnaires à revendre, on va en expédier plusieurs trains à Bucarest ! Il est évident que de pareilles assertions peuvent, si elles sont prises au sérieux, exciter chez l’Empereur un vif mécontentement. Par bonheur, ou plutôt par malheur, la Constitution roumaine s’oppose formellement même à ces invasions pacifiques de travailleurs étrangers, qui pourtant seraient dans bien des cas fort utiles.

  • 3 Le lieutenant‑colonel Krensky séjournera en réalité longuement à Bucarest, avec pour mission plus (...)
  • 4 Le roi Guillaume de Prusse, qui sera après 1871 également empereur d’Allemagne.

6Voilà un fait entre mille. Il serait aisé d’en accumuler quantité d’autres. On télégraphie de Berlin à Bucarest que le colonel Krentzki3 est envoyé ici en mission pour remettre une lettre du Roi4 à S.A. et naturellement sans doute pour voir où en est le pays. Or il plaît à ce monsieur Krentzki de faire l’école buissonnière et de s’arrêter sur la route à Belgrade et ailleurs : était‑ce dans ses instructions, je l’ignore absolument ; toujours est‑il qu’il n’en a pas fallu davantage pour que l’on crût à une unification toute prussienne des armées roumaines et serbes. Le Prince a ressenti de cette façon d’agir un déplaisir d’autant plus grand qu’il ne sait pas le premier mot de ce que Krentzki fait à Belgrade et qu’il estime que le Roi eût pu se presser un peu plus de faire parvenir sa réponse. Ces procédés berlinois ont de quoi étonner et ils sont assez étranges pour que bien des personnes cherchent peut‑être à mettre en doute la bonne foi de Son Altesse. Des diplomates ne sont pas moins fertiles en inventions surprenantes : ils viennent de découvrir un traité secret, conclu je crois au mois de juillet dernier, traité qui conclut [?] une alliance défensive perpétuelle entre les Roumains et les Serbes. Quand on est en si bon chemin, il est clair qu’il faut aller jusqu’au bout et MM. les représentants des grandes Puissances à Vienne savent parfaitement que c’est l’article 4 de ladite convention qui crée pour les Hautes Parties contractantes les obligations les plus étendues.

7Il est possible après tout que les Serbes, ne tenant aucun compte ni des déclarations faites à Constantinople par l’agent roumain, ni des intentions résolument pacifiques exprimées à Bucarest, espèrent accréditer des bruits d’alliance qui augmenteront leur force aux yeux des Turcs. Les esprits sont toujours dans une extrême agitation à Belgrade. Le peuple surtout, excité de longue date par les émissaires russes, crie à la guerre sainte, et peut‑être le gouvernement devra‑t‑il suivre le mouvement.

  • 5 Voir lettre 51, n. 2.
  • 6 Miloš Obrenović (1780‑1860) fut prince de Serbie une première fois de 1817 à 1839 (reconnu officie (...)
  • 7 Georgescu‑Tistu transcrivait « batti Kamaijoum ». Il s’agit d’un firman du Sultan datant de 1856, (...)
  • 8 Fuad‑Mehmed pacha (1814‑1869), homme d’État turc, alors ministre de la Guerre.

8Les Serbes auraient vu avec peine que la Porte accueillît d’abord tous leurs griefs et leur enlevât tout sujet de plaintes. Ils ont appris avec plaisir que les Turcs mettraient à l’évacuation des forteresses5 des conditions que les chrétiens considèrent naturellement comme inacceptables. Les patriotes serbes ont eu une telle peur de voir la Porte faire toutes les concessions demandées sans aucune restriction que déjà ils avaient trouvé un nouveau chef de réclamations. Se fondant sur je ne sais quel traité que personne n’a jamais connu, le gouvernement princier prétendait à la cession d’une province que le Sultan aurait abandonnée à Milosch6 ou à quelque autre. L’explosion peut encore être évitée, mais il faudrait pour cela que les Turcs prissent sur‑le‑champ un parti décisif en Caucasie et à Belgrade, sans se laisser tromper par les lenteurs calculées de la diplomatie russe, qui veut laisser aux combattants le loisir d’achever leurs préparatifs. Que l’on n’aille donc pas s’imaginer que les questions sont réglées et que tout danger a désormais disparu. Le temps est passé où les Turcs pouvaient se délivrer des réclamations européennes en rendant un Hatti Humayoun7 et en promettant de l’exécuter. Les renseignements venus de diverses parties de la Turquie concordent pour présenter la situation sous un jour assez triste. Sur plusieurs points on a signalé déjà des mouvements partiels qui semblent être les avant‑coureurs d’un soulèvement général. Fuad8 a fort à faire et il trouve les choses dans un bien déplorable état ; il devrait travailler à semer la division entre ses ennemis en exploitant l’antagonisme naturel qui existe entre les Slaves et les Grecs qui ne se trouvent réunis que par une semblable infortune. En ce qui concerne la Roumanie, tout y est tranquille. Le changement ministériel n’est qu’une conséquence forcée du système constitutionnel que l’on subit. Quoi que l’on puisse dire, il est hors de doute que le pays est en progrès. L’administration commence à se moraliser et il faut espérer qu’avec le temps elle s’élèvera à la hauteur de sa tâche. Pendant la saison d’automne, les laboureurs ont redoublé d’activité, et si, comme on doit le penser, les cultures réussissent, nous aurons dans quelques mois une aisance générale.

9Les relations avec les Puissances étrangères ne doivent pas être attirées par les intérêts prussiens que l’on a prêtés au chef de l’État. La mission de courtoisie que le Prince Stirbey, étant encore ministre des Affaires étrangères, vient de remplir à la Cour de Vienne, a été particulièrement agréable à l’Autriche et l’on ne peut douter qu’elle n’ait été vue d’un bon œil à Paris.

  • 9 Le comte Ferdinand de Beust, alors ministre‑président (chef du gouvernement) de l’Empire austro‑ho (...)
  • 10 Nous rétablissons le nom correct, mal transcrit par Georgescu‑Tistu dans son édition. Arthur Balig (...)

10Quant à la Russie, elle agit dans l’ombre, et ses plans sont si habilement combinés qu’il est difficile d’en suivre la trame. Des renseignements secrets, venus de l’ambassade ottomane à Vienne, feraient croire à une machination à laquelle, j’avoue, je ne puis guère ajouter foi. J’ai peine à m’imaginer qu’il y ait rien de vrai dans cette histoire. Cependant M. de Beust9 lui‑même en a parlé à Vienne aux ambassadeurs des Puissances garantes et le fait coïncide avec le voyage de M. Baligot de Beyne10, ancien secrétaire de Couza, qui vient de partir pour Paris au moment même où le gouvernement, d’accord avec le Consul de France, allait le prier poliment de repasser la frontière. On ne pouvait en effet tolérer les articles qu’il a fait insérer dans La Patrie, journal autrefois si favorable au pays – et pour cause.

11Je viens d’interrompre cette lettre pour la réception officielle du nouvel agent et consul général d’Italie. Le comte Teccio di Bayo, qui occupait ce poste, vient d’être transféré à Vienne sur sa demande et il est remplacé par le commandant Susino, homme fort aimable, qui a bien voulu me faire visite le jour même de son arrivée. Après avoir remis au Prince sa lettre de créance, l’agent italien a déposé entre les mains de S.A. le grand cordon de l’ordre des saints Maurice et Lazare. Le vent tourne aux décorations, du moins pour le Prince, et il en a déjà une boîte pleine. L’Empereur a dit à Balatchano que, la question militaire réglée à la satisfaction de la France, il conférerait au Prince la grand’croix de la Légion d’honneur, à laquelle Son Altesse attache une importance toute particulière. En voilà bien long, ma chère sœur, et il est grand temps que je m’arrête pour ne pas devenir fatigant.

12Je viens de recevoir ta lettre, qui m’a fait bien plaisir. Vous ne m’oubliez point, je le vois, et je vous en remercie.

 

Émile Picot

Notes

1 Fondée en 1821, Ernest Desjardins en était membre et à cette époque un certain nombre de souverains étrangers également. Des lettres de Cécile Desjardins pressent Picot de convaincre le prince Charles d’en être.

2 Terme non déchiffré par N. Georgescu‑Tistu, ce qui rend difficile toute hypothèse, les travaux cartographiques de l’école autrichienne étant extrêmement nombreux.

3 Le lieutenant‑colonel Krensky séjournera en réalité longuement à Bucarest, avec pour mission plus ou moins officielle d’organiser le travail de conseillers militaires prussiens qui vont peu à peu se substituer à la mission militaire française, dans un contexte de rivalité.

4 Le roi Guillaume de Prusse, qui sera après 1871 également empereur d’Allemagne.

5 Voir lettre 51, n. 2.

6 Miloš Obrenović (1780‑1860) fut prince de Serbie une première fois de 1817 à 1839 (reconnu officiellement par l’Empire ottoman en 1830) puis de 1858 à 1860.

7 Georgescu‑Tistu transcrivait « batti Kamaijoum ». Il s’agit d’un firman du Sultan datant de 1856, après la Guerre de Crimée, qui établissait l’égalité des sujets de l’Empire et promettait la mise en place de conseils communaux et provinciaux.

8 Fuad‑Mehmed pacha (1814‑1869), homme d’État turc, alors ministre de la Guerre.

9 Le comte Ferdinand de Beust, alors ministre‑président (chef du gouvernement) de l’Empire austro‑hongrois.

10 Nous rétablissons le nom correct, mal transcrit par Georgescu‑Tistu dans son édition. Arthur Baligot de Beyne avait été secrétaire de l’ambassade de France à Constantinople avant de devenir en 1862 secrétaire du prince Cuza. Après l’abdication de celui‑ci en 1866, Baligot de Beyne lui reste fidèle.