Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

60. [à sa mère]

N.G.T. (9)

Texte intégral

Bucarest, 4/16 mars 1867

 

Chère et bonne mère,

 

  • 1 Dimitrie Rosetti (1830‑1903), frère aîné de Theodor Rosetti (lui‑même membre fondateur de l’import (...)
  • 2 Effectivement, le gouvernement Creţulescu tombera cinq mois plus tard, en août 1867.

1Voilà huit jours que je n’ai pu t’écrire et tu dois te plaindre de mon silence ; aussi j’ai hâte de te faire connaître la cause de ce long retard. La crise ministérielle, dont le télégraphe vous aura annoncé la fin, se prolongeait outre mesure et il m’a fallu constamment courir par monts et par vaux pour amener ou plutôt pour apporter les candidats au ministère. Enfin nous avons un cabinet ; il n’y a plus qu’un vide à combler, vide qui provient du refus de Démètre Rosetti1 au dernier moment. Le nouveau ministère est‑il destiné à une longue carrière ? Il est malheureusement permis d’en douter2. Outre que les nouveaux administrateurs du pays ne me paraissent pas avoir l’activité, ni l’énergie, ni peut‑être l’intelligence nécessaire pour la bonne et prompte expédition des affaires, il est difficile de croire qu’un Conseil aussi péniblement formé puisse avoir un brillant avenir. Au moins – et c’est ici surtout une chose importante – nul ne peut mettre en question l’honorabilité, la probité des ministres. C’est un bon point qu’on peut leur donner par avance.

  • 3 Carol Davila (1828‑1884), médecin d’origine franco‑italienne, arrivé en 1853 dans les Principautés (...)

2Le cabinet n’a été définitivement constitué que fort tard dans la soirée, le mardi. Le lendemain, le Prince Frédéric devait faire une excursion dans les montagnes et le Prince Charles, pensant que je ne serais point fâché de faire trêve à mes occupations, me demanda si je n’étais pas désireux d’être de la partie. La réponse n’était point douteuse et les préparatifs devaient être bientôt faits. J’expédiai donc sur‑le‑champ les dépêches à Paris et à Berlin pour annoncer la formation du nouveau Conseil, ce qui me retint jusqu’à deux heures et demie, et à cinq heures j’étais sur pied en tenue de voyage. Le départ se fit exactement à six heures. L’équipage se composait de deux voitures ; dans la première était le Prince Frédéric et le brave colonel qui l’accompagne, Davilla3, …, et enfin Iarca ; dans la seconde je m’étais installé avec des ingénieurs berlinois, MM. Stumpf et Becker, à qui l’on désirait donner une idée de la richesse du pays. Rien n’est comparable à la rapidité avec laquelle on peut voyager dans ce pays, du moins quand on est prince. En trois heures et demie nous avions franchi sur une bonne route les 63 kilomètres qui séparent Bucarest de Ploieşti et nous étions à table chez le préfet, un fort aimable garçon que je connais depuis mon arrivée ici. À 11 heures et demie, nous nous remîmes en chemin, mais cette fois nous n’avions plus de chevaux et nous dûmes nous lancer à travers champs, montagnes et rivières avec l’inséparable escorte des gendarmes. Nous nous dirigions vers Slănic, où est située la plus importante saline de Roumanie. On marche le plus souvent au milieu même des pierres qui forment le lit de la rivière, sans s’inquiéter aucunement des obstacles.

3À 2 heures et demie, nous arrivons à Slănic, où nous ont accompagnés le préfet du district, le sous‑préfet de l’arrondissement et où nous sommes reçus par le directeur et les ouvriers de l’exploitation. Les salines de Slănic sont une merveille : si les communications étaient faciles, elles suffiraient à saler le monde entier. L’exploitation, faute de débouchés, est forcément réduite à des proportions assez restreintes, mais elle se fait d’une manière systématique. Les galeries sont creusées à quarante‑huit mètres de profondeur au‑dessous du pied de la montagne et l’on y descend aisément par un escalier assez commode.

4Les galeries sont très vastes, éclairées par des milliers de bougies. Elles offrent un très beau coup d’œil. Nous avons assisté à l’extraction d’un énorme bloc qui a été détaché en quelques instants. Ce sel est magnifique ; il y en a avec des veines aussi blanches que du nickel et l’on en fait des tables, des lampes, voire même des chapelets.

5Je me suis donné le plaisir de remonter au jour dans l’urne avec les ouvriers, moyen qui est plus expéditif que l’escalier. Après un repas chez le directeur de la saline, une visite à l’église et à l’école, nous nous sommes remis en route, voulant aller coucher à Câmpina. Partis de Slănic à 3 heures et demie, nous avons de nouveau suivi le lit de la rivière, puis escaladé des montagnes que j’aurais crues infranchissables. On me dirait maintenant que l’on va me faire passer en voiture par‑dessus toutes les maisons de la ville que je ne croirais pas la chose impossible.

6Près de Câmpina, on traverse des endroits assez dangereux, on longe des précipices, mais notre route ne pouvait être entravée pour si peu. Escortés par des cavaliers avec des torches, nous nous sommes vus en plusieurs endroits enlevés à bras d’hommes.

7Nous étions à Câmpina à 10 heures et demie du soir. Nouvelle collation et surtout force bouteilles, car nous étions en belle humeur. Le Prince lui‑même était on ne peut plus gai et nous sommes restés à causer et à rire jusqu’à minuit. Notre hôte était le sous‑préfet de cette bourgade pittoresquement située dans la montagne.

8La nuit, la neige n’a cessé de tomber et à 6 heures du matin, en nous levant, nous avons vu tout autour de nous les blanches silhouettes des arbres et des maisons. Nous avons dû renoncer à une excursion projetée au mont Sinaïa, le plus intéressant sommet de la région, et nous nous sommes dirigés vers Telega, autre saline exploitée par des condamnés.

  • 4 Avec le sel, le pétrole est l’autre ressource de la région et les puits de pétrole de la région de (...)

9Après une visite détaillée de l’établissement, après nous être arrêtés aux puits de pétrole4, nous avons regagné Ploieşti, toujours courant à toute bride, et nous sommes rentrés à six heures et demie du soir à Bucarest, après avoir fait plus de 60 lieues et bu Dieu sait combien de bouteilles.

10Le mauvais côté de l’expédition fut le vent glacial qui a continuellement soufflé et qui nous a fait enfler la figure d’une manière horrible.

11Voilà, chère et bonne mère, les détails principaux de cette petite tournée dont j’aurais été tout à fait content si elle ne m’avait empêché de t’écrire. On ne sait pas au juste combien ce pays est riche. Nos deux braves ingénieurs en sont encore ébahis. Je crois qu’ils vont fonder, avec le concours des banquiers de Berlin, de sérieuses sociétés où les indigènes, les Roumains, seront seuls en nom. Puissent‑ils réussir ; tout l’avenir en dépend.

12Adieu, chère et bonne maman ; j’aime mieux écourter une lettre que de manquer le courrier.

13Mille baisers à toi et à tous.

14Ton fils respectueux,

 

Émile Picot

Notes

1 Dimitrie Rosetti (1830‑1903), frère aîné de Theodor Rosetti (lui‑même membre fondateur de l’important cénacle littéraire Junimea [La jeunesse] et futur Premier ministre en 1888‑1889).

2 Effectivement, le gouvernement Creţulescu tombera cinq mois plus tard, en août 1867.

3 Carol Davila (1828‑1884), médecin d’origine franco‑italienne, arrivé en 1853 dans les Principautés roumaines où il passe le reste de sa vie, y organisant tout le système sanitaire et médical : hôpitaux, orphelinats, ambulances, formation. Médecin militaire, il a le grade de colonel (avant d’être général). Le nom est suivi d’un autre, non déchiffré par N. Georgescu‑Tistu.

4 Avec le sel, le pétrole est l’autre ressource de la région et les puits de pétrole de la région de Telega, plus largement de la région de Ploieşti, furent les premiers exploités en Roumanie, faisant du pays un des premiers producteurs au monde à la fin du xixe siècle.