Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

59. [À Son Excellence Sidi Mustapha1]

N.G.T. (8) [contenue dans la lettre précédente]

Texte intégral

  • 1 Voir lettre précédente, n. 3.

Bucarest, le 23 février/7 mars 1867

 

Excellence,

 

1Le gouvernement de Son Altesse Sérénissime, animé du désir d’entretenir des relations amicales avec les Puissances étrangères, a conçu la pensée d’entrer en communication avec la régence de Tunis. L’illustre Prince de Hohenzollern, dont les droits viennent d’être solennellement reconnus par la Sublime Porte et par les Hautes Puissances garantes, a tenu à notifier lui‑même son avènement à Son Altesse le Bey.

  • 2 Voir lettre 56, n. 1 et lettre précédente, n. 1.

2La situation de la Roumanie, analogue à beaucoup d’égards à celle de la Tunisie, établit un lien naturel entre les deux pays, et la connaissance personnelle2 que j’ai des mérites de Votre Excellence, qui doit être l’organe de ces rapports, me rend particulièrement agréable la mission que Son Altesse Sérénissime a bien voulu me confier.

3En priant Votre Excellence de présenter la lettre ci‑jointe à Son Altesse le Bey, je suis heureux de profiter de l’occasion pour vous offrir les assurances de la haute considération avec laquelle j’ai l’honneur d’être de Votre Excellence le très humble et dévoué serviteur,

le Secrétaire de S.A.S. le Prince de Roumanie,

Émile Picot

Notes

1 Voir lettre précédente, n. 3.

2 Voir lettre 56, n. 1 et lettre précédente, n. 1.