Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

58. [à Son Excellence le général Cheredder1 (Tunisie)]

N.G.T. (7)

Texte intégral

  • 1 La transcription de N. Georgescu‑Tistu est invérifiable mais il pourrait vraisemblablement s’agir (...)
  • 2 L’édition de N. Georgescu‑Tistu indiquait 19 février/13 mars, erreur manifeste. La lettre suivante (...)

Bucarest, le 1/13 mars2 1867

 

Mon général,

 

1Quoique vous avez dû apprendre, par les lettres de Monsieur Desjardins, la nouvelle position que la haute initiative de l’Empereur et la confiance de l’illustre famille de Hohenzollern m’ont appelé à occuper, je suis particulièrement heureux qu’un ordre de Son Altesse Sérénissime me fournisse l’occasion de vous en informer moi‑même. Le Prince Charles, désirant obtenir des relations amicales avec les divers gouvernements étrangers, a voulu leur notifier lui‑même sa reconnaissance officielle par la Porte et les Puissances garantes et j’ai l’honneur de vous faire parvenir cette communication pour ce qui concerne la régence de Tunis.

  • 3 Mustapha Khaznadar (1817‑1878), grand vizir ou Premier ministre de Tunisie de 1855 à 1873.

2Vous trouverez ci‑inclus, mon général, la lettre adressée par le Prince à S.A. le Bey et une lettre écrite par moi à S.E. Sidi Mustapha3. J’espère que vous voudrez bien vous charger de remettre ces deux plis à Monsieur le Premier Ministre, au souvenir duquel je suis également heureux de me rappeler.

  • 4 Les deux fils de Mustapha Khaznadar (voir lettre 56, n. 1 et lettre 58, n. 1).

3Si jamais je pouvais vous être utile à quelque chose, soit en Roumanie, soit en Turquie, vous pouvez être persuadé, mon Général, de l’empressement que je mettrai à vous obliger. Je souhaite sincèrement que vous ayez lieu de profiter de ces offres de service. En vous priant, mon Général, de faire mes amitiés à Sidi Mohammet et à Sidi Mougi4, je saisis avec plaisir cette occasion de vous renouveler les assurances de la haute considération avec laquelle j’ai l’honneur d’être,

4Votre très humble et très dévoué serviteur,

 

Émile Picot,

Secrétaire de S[on] A[ltesse] S[érénissime] Mgr. le Prince de Roumanie.

Notes

1 La transcription de N. Georgescu‑Tistu est invérifiable mais il pourrait vraisemblablement s’agir du général Keireddine ou Khérédine (1821‑1890), l’un des proches du bey de Tunis. Il avait fait de longs séjours à Paris où il avait étudié les institutions politiques afin de proposer en Tunisie un programme de réformes qu’il appliqua au cours de ses mandats de ministre de la Marine (1857‑1862) et plus tard de chef du gouvernement (1873‑1877). À la date de cette lettre, il était provisoirement en retrait de la vie politique et en opposition à Mustapha Khaznadar, le Premier ministre, dont il était aussi le gendre : sa première épouse était la fille de Khaznadar et donc la sœur des deux anciens hôtes de la famille Desjardins (voir lettre 56, n. 1), ce qui expliquerait ses liens avec Picot (voir Bechir, 1983 et Mazli & Pignon, 1934).

2 L’édition de N. Georgescu‑Tistu indiquait 19 février/13 mars, erreur manifeste. La lettre suivante étant contenue dans celle‑ci ne peut avoir une date postérieure, c’est donc la date du 13 mars qui doit servir de repère fiable, et non celle du 19 février.

3 Mustapha Khaznadar (1817‑1878), grand vizir ou Premier ministre de Tunisie de 1855 à 1873.

4 Les deux fils de Mustapha Khaznadar (voir lettre 56, n. 1 et lettre 58, n. 1).