Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

57. [d’Hortense Cornu]

H.C. (7)

Texte intégral

12 mars [18]67

 

Mon cher Monsieur Émile,

 

  • 1 Voir supra, lettre 53 du 5 mars.

1Je vous ai écrit dernièrement une longue lettre. Depuis, les journaux annoncent que le Prince fait appeler des officiers prussiens, des employés de poste, de télégraphe, tout cela de Prusse. Tout cela révolte ici, car, ne vous faites pas illusion, l’opinion publique est de plus en plus anti‑prussienne. Les interpellations contre la Prusse ont été autorisées à l’unanimité à la Chambre. L’alliance prusso‑russe est faite et parfaite. Tous les démentis qui vous viennent de Prusse ne sont que des tromperies ou des ignorances. Or, pour l’amour de lui et de la Roumanie, que le Prince ne se fasse pas Prussien en appelant des Prussiens. M. de Balatchano lui aura dit le mécontentement de l’Empereur. Il était très grand. Et la presse va de nouveau recommencer ses cris. Que puis‑je faire vis‑à‑vis de Forcade1 ? Le laisser faire, car le Prince tromperait toutes les prévisions que j’avais eues.

2Je vous en prie, faites votre possible pour neutraliser les mauvaises influences qui viennent de Prusse. Écrivez‑moi à ce sujet bientôt.

3À la hâte mille amitiés,

 

Hortense Cornu

Notes

1 Voir supra, lettre 53 du 5 mars.