Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

56. [à sa mère]

N.G.T. (6)

Texte intégral

Bucarest, le samedi 9 mars [18]67, soir

 

Chère et bonne mère,

 

…………….

1Le Prince Frédéric ne va pas tarder à nous quitter, emportant avec lui la sympathie générale. Le congé qui lui avait été accordé par le roi en tant que militaire expire le 1er avril et il doit être à cette époque rentré à son régiment. Comme il ne veut pas trop se hâter dans son voyage, il devra se mettre en route dans huit ou dix jours.

  • 1 Les deux fils de Mustapha Khaznadar, Premier ministre de Tunisie, qu’Ernest Desjardins a logés che (...)

2Hier soir, le Prince Frédéric a assisté à une petite réunion intime chez Madame Iarca. Il n’y avait à cette soirée que quelques amis et tout se passa fort gaiement. Nous avons eu un peu de musique, puis on a dansé sans façon et le Prince s’est prêté à tout de la meilleure grâce du monde. Cette petite fête m’a tout à fait rappelé les petits bals que nous organisions à si peu de frais avec Sidi Mahomed et Sidi Mougi1. Son Altesse a pris à ces divertissements une part très gaie et nous ne nous sommes retirés qu’à deux heures et demie.

 

Ce dimanche.

 

  • 2 Ioan (Iancu) et Elena Oteteleşanu, propriétaires d’une maison sur l’artère centrale de Bucarest où (...)

3Leurs Altesses se sont mises en route ce matin pour faire une petite excursion dans les environs, principalement dans les monastères ; ils seront de retour pour dîner. Je comptais profiter de ces instants de liberté pour t’écrire longuement, chère maman, et pour faire quelques unes de ces visites que je remets d’une manière désespérante, mais déjà la journée avance. J’ai été en butte aux sollicitations de nombreux arrivants qui espéraient des renseignements sur le nouveau ministère, mais qui s’en sont allés comme ils étaient venus. Il est vrai que moi‑même, à l’heure qu’il est, je ne sais pas exactement où en sont les choses. Ce soir nous devons aller pour la dernière fois à une soirée de cérémonie chez des boïards, M. et Mme Otetelechano2. Le Prince Frédéric, qui est un danseur intrépide, a promis d’être de la fête et de la sorte j’irai aussi pour quelques instants. Je commence à être fatigué de ces plaisirs et je vois avec une joie toute particulière le commencement du carême.

4J’ai reçu ce matin pour le prince une dépêche de F[riedländer], qui probablement n’ira pas à P[aris]. Il veut hâter son retour, comprenant sans doute que son congé menaçait de se prolonger outre mesure.

…………

5Au revoir ma chère mère….

6Ton fils respectueux,

 

Émile Picot

Notes

1 Les deux fils de Mustapha Khaznadar, Premier ministre de Tunisie, qu’Ernest Desjardins a logés chez lui, avec leur précepteur, en 1863‑1864, afin de diriger leur éducation française (Journal de Cécile Desjardins).

2 Ioan (Iancu) et Elena Oteteleşanu, propriétaires d’une maison sur l’artère centrale de Bucarest où se donnaient des soirées et bals réputés à l’époque.