Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

51. [à Hortense Cornu]

N.G.T. (2)

Texte intégral

Bucarest, 15/27 janvier 1867

 

Madame,

 

  • 1 Ion Bălăceanu qui avait démissionné de son poste d’agent roumain à Paris pour revenir en Roumanie (...)

1Je profite du départ de M. Jean Balatchano1 pour vous donner de nouveaux détails sur les affaires du pays et surtout pour justifier le Prince Charles et son gouvernement du reproche que vous leur faites d’être trop inclinés vers la Prusse.

  • 2 Les militants des causes nationales serbe et bulgare sont effectivement particulièrement actifs en (...)

2Vous savez, Madame, à quelle agitation sont en proie les diverses populations chrétiennes de l’Orient. En Bulgarie, en Serbie, l’exaltation est extrême et, si la Porte ne se hâte pas, par d’indispensables concessions, d’apaiser les colères des peuples, il est à craindre que le printemps ne voie éclater de grands événements2.

  • 3 Voir note précédente.
  • 4 Michel III (Mihajlo) Obrenović, prince de Serbie de 1839 à 1842 puis de 1860 à 1868, lorsqu’il est (...)
  • 5 Probablement Gregorios (Grégoire) G. Ypsilanti (1835‑1886), ambassadeur de Grèce à Paris et à Vien (...)
  • 6 Alexandre Mikhaïlovitch Gortchakov, ministre des Affaires étrangères russe de 1856 à 1882.
  • 7 Les Mémoires du prince Charles mentionnent, au jour du 14/26 novembre 1866 : « Le prince Ypsilanti (...)

3Les Serbes, dont les progrès ont été si rapides dans les dernières années, veulent prendre la direction du gouvernement. Laborieux et intelligents, ils se croient appelés à régénérer la race slave, dont ils se disent les plus dignes représentants et déjà ils rêvent la formation d’un empire serbe qui comprendrait le Monténégro, l’Hertzégovine et toutes les populations slaves de la Turquie occidentale et de l’Autriche méridionale. Les réclamations adressées par le cabinet de Belgrade à la Sublime Porte à l’occasion des forteresses turques3 ne sont qu’un prétexte dont il serait heureux de profiter à l’occasion. Aussi, tandis que les Puissances occidentales ont fait des ouvertures à Constantinople à l’appui des demandes du Prince Michel4, la Russie, on peut le remarquer, ne cherche pas à agir sur le Sultan, espérant bien que ces nouvelles complications pourront ouvrir la question d’Orient sans son intervention apparente. La Bulgarie, elle aussi, a des aspirations nationales, mais elle veut se constituer à part et surtout sans l’influence des Grecs, pour qui les Bulgares ont une singulière aversion. Cette inimitié déclarée qui existe entre les deux pays me fait douter très fort du succès des beaux projets du Prince Ypsilanti5. Ce Prince Ypsilanti, dont je suis heureux d’avoir fait la connaissance personnelle, est un bien curieux personnage ; il change à tout moment de pays, de langage, mais au fond il est et restera grec. Bien que ses prétentions ne soient plus secrètes parmi nous, il se couvre encore du voile du patriotisme hellénique, voile assez transparent du reste. Dans l’espoir d’accomplir ses desseins, il est tout dévoué aux intérêts russes, et le Prince Gortchakoff6, l’encourageant dans ses idées de royauté bulgare, s’en sert comme d’un instrument docile. Lors de son dernier voyage7, Ypsilanti n’était, disait‑il, venu à Bucarest que pour ses intérêts privés, mais, comme cette raison ne contentait pas tout le monde, il a pris part au mouvement des souscriptions grecques. Un jour, il s’est adressé directement et d’une manière toute confidentielle à Son Altesse à ce sujet et il a remis au Prince, avec une lettre d’envoi, une véhémente proclamation adressée par lui aux Grecs pour les décider à venir en aide à la patrie commune. C’était un appel chaleureux fait à la fois au courage et à la bourse, et le promoteur de la souscription déclarait en terminant : 1) que les sommes réunies seraient déposées à la Banque Nationale de Grèce ; 2) qu’elles serviraient au profit d’un besoin national ; 3) qu’on ne commencerait à en faire usage que lorsqu’elles auraient produit le capital nécessaire à cet effet.

4Vous voyez, Madame, qu’Ypsilanti était assez explicite au milieu même de ses obscurités. Bon nombre d’Hellènes ont été entraînés par ses belles promesses et, avec la générosité bien connue qu’ils ont dans des circonstances semblables, ont donné pour l’œuvre nationale des sommes importantes. Ypsilanti, qui ne manque pas d’une certaine habileté, avait adroitement prévenu Son Altesse, se tenant dans des termes vagues et sollicitant une simple aumône. Le Prince s’était presque engagé à contribuer pour sa quote‑part, sans savoir au juste à quoi, lorsque je fus instruit du danger. Ypsilanti, malgré ses protestations de sincérité et l’absolue discrétion dont il se vantait, n’aurait pas manqué de publier partout que le chef de la nation roumaine avait contribué de ses deniers à encourager les sentiments contre la Porte et il aurait pu créer au Prince une situation difficile. Je n’hésitai pas, quant à moi, à signaler le danger à Son Altesse et j’insistai vivement pour qu’Elle repoussât les avances d’Ypsilanti. Le Prince se rendit à mes raisons, qui lui furent confirmées par M. Bratiano, à qui il voulut bien s’en ouvrir. Il écrivit de sa main même pour que le secret ne parût pas ébruité une lettre de refus à Ypsilanti et un compliment, que contenait la lettre à l’adresse du chef du mouvement hellénique, termina cet incident au contentement des deux parties.

5Je puis ajouter, Madame, que le Prince Ypsilanti a fait des ouvertures à divers officiers de l’armée roumaine et que plusieurs se sont engagés à le seconder dans son entreprise même, assez ténébreuse. J’ai cru utile, Madame, de vous entretenir de ces petits faits, parce que le Prince Ypsilanti, se trouvant maintenant à Paris, ne doit pas y rester inactif, et ces quelques détails vous aideront peut‑être à suivre ses manœuvres.

6Le Consul de Russie, baron d’Offenberg, est actuellement à Saint‑Pétersbourg où l’on aura sans doute voulu avoir des rapports détaillés sur la situation actuelle du pays.

7De tous les agents politiques entretenus à Bucarest, c’est le Consul de France, Monsieur d’Avril, qui de beaucoup inspire le plus de confiance au Prince. M. d’Avril a toujours pris l’initiative des mesures favorables au pays et tout le monde se plaît à reconnaître que c’est lui, de concert avec M. Green, le consul d’Angleterre, qui a le plus contribué à résoudre les difficultés depuis si longtemps pendantes entre le gouvernement princier et la Sublime Porte.

8Les dépêches de Mr. d’Avril sont certainement très exactes et très intéressantes, et j’en parle en pleine connaissance de cause, car il a bien voulu m’en lire des extraits. Il serait extrêmement désirable que l’Empereur pût avoir sous les yeux quelques uns de ces documents. M. de Moustier voit tout d’un œil turc et ses façons d’agir ont beaucoup mécontenté toutes les populations chrétiennes. Le ministère anglais a été infiniment plus sage dans cette conjoncture que le nôtre, et, bien qu’il n’ait pas fait plus que nous pour les Crétois, il a recueilli de nouvelles sympathies à peu de frais.

9J’ai hâte, Madame, d’arriver à ce qui concerne la Prusse, dont vous paraissez craindre peut‑être outre mesure l’influence envahissante.

10Pour ce qui est d’abord de la politique extérieure, le cabinet de Berlin ne veut, dans aucun sens, engager dès maintenant son action en Orient ; il attend que la France se prononce. Aux ouvertures que S.A.R. le Prince Charles‑Antoine a faites à M. de Bismarck dans l’espoir d’amener une entente contre les projets moscovites, le premier ministre a répondu nettement qu’il n’y avait et ne pouvait y avoir d’alliance russo‑prussienne, mais que le gouvernement du roi entendait garder « la main libre ».

11Le Consul de Prusse à Bucarest est un homme d’intelligence bornée, qui ne s’attache qu’à des formes surannées. Il ne peut éclairer le ministère prussien sur ce qui se fait en Roumanie. Aussi est‑il absolument sans influence sur les conseils du Prince.

  • 8 Voir lettre 47, n. 1 et lettre 49.

12C’est seulement à propos de la question militaire que les idées prussiennes pourraient être adoptées plus particulièrement et, comme la note, malheureusement toute défigurée du Constitutionnel8, a pu, Madame, vous inspirer des inquiétudes, je crois utile d’entrer à ce sujet dans quelques développements.

13Il est difficile de se faire à distance un tableau fidèle de la confusion qui règne parmi les divers corps de l’armée roumaine : nulle tenue, nulle discipline, aucun respect des chefs ; point d’application, partant point de bons résultats. Les officiers sont ignorants, et, pour la plupart, incapables ; les soldats, mal équipés, mal exercés. Les commandants ne savent pas se faire respecter de leurs inférieurs et eux‑mêmes bien souvent donnent l’exemple du désordre. Les lieutenants et les capitaines jouent aux cartes dans les tripots avec les sous‑officiers et l’on a cité maint exemple de chefs qui avaient perdu l’argent de leurs soldats. Ce n’est pas seulement la paresse et la dissipation qui font le malheur de l’armée roumaine, c’est aussi le mauvais esprit qui y règne. Le Prince ne pourrait compter sur aucun régiment et il n’ignore pas qu’il ne doit accorder à ses soldats qu’une très médiocre confiance.

14C’est un lamentable spectacle qu’une parade ou une revue à laquelle figurent de pareilles troupes. Le 6/18 dernier, nous avons eu à l’occasion de la fête de l’Épiphanie un défilé solennel de la Garde. Impossible de rien imaginer d’aussi triste. Les hommes marchaient au hasard, sans chercher à garder les rangs, et les officiers n’avaient même pas le soin de commander qu’on portât les armes au chef de l’État. Aussi le Prince est‑il rentré au Palais furieux et décidé à adopter immédiatement les mesures les plus énergiques. La réforme à opérer dans l’armée doit être radicale, Son Altesse l’a formellement déclaré dans le discours qu’Elle a adressé aux officiers lors de la réception du Jour de l’An. Tout ce qui existe maintenant est mauvais et, plutôt que de chercher à corriger, à refaire par parties ce qui semble le plus défectueux, il est infiniment plus simple de tout organiser sur des bases nouvelles.

15La réorganisation comprend forcément deux éléments bien distincts : le recrutement de l’armée, le règlement de la troupe.

16En ce qui concerne le premier point, il est évident qu’on ne peut songer ici, avec notre modeste budget, à entretenir une nombreuse armée permanente, et pourtant il faut qu’à un moment donné on puisse mettre en ligne toutes les forces vives du pays.

17Il est donc sage, il est indispensable que la nation tout entière soit en état de porter les armes et l’on devra recourir au système de la Landwehr, système dont l’application devient universelle. Je crois que la question du recrutement sera tranchée de même par toutes les personnes qui l’étudieront d’une manière désintéressée. Il n’en est pas de même en ce qui concerne les règlements militaires.

18On entend par règlements les lois et ordonnances qui président à la formation des corps, à l’instruction des soldats, à l’avancement des officiers, à la manœuvre, à la discipline et aux dispositions générales qui doivent la faire respecter. Le règlement actuellement en vigueur dans l’armée roumaine, règlement qu’on nous fait l’injure d’appeler règlement français, n’est qu’une compilation première de lois et de décrets traduits sans intelligence, sans méthode et sans suite. L’armée elle‑même ne le connaît pas et il est urgent soit de le modifier, soit de le changer entièrement.

  • 9 Le général Ioan Emanoil Florescu, conseiller militaire du prince Cuza avant d’être celui du prince (...)

19Les dispositions organiques actuelles pèchent par une très grande indulgence. Le système le plus sévère sera à coup sûr le meilleur. Avec l’ancienne méthode russe, le knout, on était parvenu à former d’excellents soldats. Depuis la retraite des Russes, l’armée a toujours été en déclinant. La fusion des troupes valaques avec les régiments moldaves, les intrigues de Cuza et de Florescu9, les passions, les haines, les vices, le désordre et l’impunité ont fait disparaître toute ombre de discipline. On ne parviendra à rétablir la confiance que par des mesures d’une énergie sauvage.

20Le Prince veut s’occuper personnellement et sans relâche de la question militaire. Soldat de cœur et d’âme, il ne peut voir sans honte ces assemblages ridicules d’hommes déguenillés qui composent l’armée actuelle. Pour parvenir plus sûrement à son but, il a pensé qu’il serait bien d’adopter les règlements prussiens, et cela pour beaucoup de raisons.

21Les règlements prussiens sont d’une inflexible sévérité et ne se prêtent jamais à l’indulgence ;
Les règlements se rapprochent presque en tous points de l’ancien système russe, qui avait donné les meilleurs résultats, et que beaucoup d’officiers ont en grande partie conservés.
Le Prince connaît à fond ces règlements et pourra les faire observer dans toute leur rigueur.

22Il n’y a là, ce me semble, rien qui puisse être ou paraître offensant pour la France. Je dois avouer à ma honte que la plupart des choses fâcheuses qui se trouvent dans le pays sont appelées, on ne sait pourquoi, institutions françaises. Il est vrai aussi que souvent les imitateurs n’ont pas compris le premier mot des choses qu’ils prétendaient copier.

23Pour former des soldats aux règlements prussiens, il est sans nul doute préférable de recourir directement à ceux‑là mêmes qui ont l’habitude de les mettre en pratique. Il est donc assez naturel que le Prince cherche à faire venir quelques officiers qui exécuteront ses ordres. Il pourra s’entendre plus aisément avec eux et exercer comme il le désire le commandement absolu. Mais ne vous effrayez pas, Madame, s’il vient ici quelques officiers allemands ; ils n’auront pas de caractère officiel et de plus ils ne remplaceront pas entièrement les officiers français.

24Le Prince, avec raison, à mon avis, ne veut pas de ce qu’on appelle une mission militaire ; il veut de bons instructeurs, qui n’auront d’autre devoir que de suivre ponctuellement ses ordres. Quoique l’affaire ne soit pas absolument réglée, il est probable que les officiers allemands auront la direction des régiments de ligne, tandis que les corps d’élite seraient livrés aux instructeurs français. Le Prince a déjà traité l’affaire avec le Consul de France, qui doit demander à Paris de nouveaux officiers.

25Pour en revenir aux Prussiens qui vous tiennent tant à cœur, Madame, ils ne seront pas bien redoutables. Le roi lui‑même s’opposerait à l’envoi d’instructeurs ayant une fonction officielle quelconque et il permettra tout au plus à des officiers retraités de venir dans le pays.

  • 10 Il s’agit du vote par lequel la Chambre accepte finalement l’emprunt Oppenheim qui avait été sousc (...)

26J’espère, Madame, que toutes vos craintes seront dissipées sur ce point. Le Prince montre en tout une prudence qui m’étonne sans cesse. Il a commencé à régner. La société se soumet déjà à une discipline et le ministère, poussé l’épée dans le dos, a remporté hier à la Chambre une victoire10 dont on pouvait désespérer. Le Prince m’enchante, je peux dire en toute sincérité, et je crois, Madame, que je ne vous surprendrai pas si je vous dis que je ne lui connais que des qualités.

  • 11 Iaşi, capitale de l’ancienne Principauté de Moldavie, à 400 kilomètres au nord‑est de Bucarest.
  • 12 Frère du prince Charles, plus jeune de quatre ans (1843‑1904), le 5e de la fratrie.

27Son Altesse est partie aujourd’hui même pour Jassy11, où le Prince Frédéric12 viendra la rejoindre. Il était d’autre part nécessaire de se montrer en Moldavie, à cause des intrigues russes.

28Le départ du Prince m’a si bien retardé, Madame, que je ne puis à la lettre vous envoyer qu’un véritable barbouillage dont je vous demande humblement pardon. M. Balatchano attendant ma lettre pour se mettre en route, il m’est impossible de la recommencer. J’ose espérer, Madame, que vous voudrez bien excuser cette longue et fastidieuse correspondance et, me rappelant au souvenir de M. Cornu, je vous prie d’être persuadée des sentiments d’inviolable attachement et de profond respect avec lequel j’ai l’honneur d’être votre respectueux et très dévoué serviteur,

 

Émile Picot

Notes

1 Ion Bălăceanu qui avait démissionné de son poste d’agent roumain à Paris pour revenir en Roumanie se faire élire député vient d’accepter une seconde mission d’agent en France. Sur le chemin de Paris il doit faire un détour par Athènes afin de s’entretenir de la situation dans les Balkans, dont il est question dans cette lettre.

2 Les militants des causes nationales serbe et bulgare sont effectivement particulièrement actifs en 1866‑1867 et tentent d’unir leurs efforts contre l’occupant ottoman. Bucarest leur sert souvent de base arrière, où se publient brochures et journaux. Les « concessions » vont effectivement arriver au printemps 1867 avec l’évacuation des dernières forteresses de Serbie encore occupées par les Ottomans.

3 Voir note précédente.

4 Michel III (Mihajlo) Obrenović, prince de Serbie de 1839 à 1842 puis de 1860 à 1868, lorsqu’il est assassiné.

5 Probablement Gregorios (Grégoire) G. Ypsilanti (1835‑1886), ambassadeur de Grèce à Paris et à Vienne. Dans le contexte de la révolte des Crétois contre les Ottomans, Ypsilanti poursuivait l’idée d’une alliance des peuples balkaniques contre les Ottomans.

6 Alexandre Mikhaïlovitch Gortchakov, ministre des Affaires étrangères russe de 1856 à 1882.

7 Les Mémoires du prince Charles mentionnent, au jour du 14/26 novembre 1866 : « Le prince Ypsilanti arrive de nouveau à Bucarest et tente de réaliser un rapprochement entre la Roumanie et la Grèce pour réactiver la révolte de Crète. Le prince Carol refuse ces propositions mais souscrit une somme importante pour la collecte que fait Ypsilanti en faveur des insurgés crétois » (Neagoe, 1992, p. 150). La version détaillée de l’épisode que donne Picot ici est quelque peu différente.

8 Voir lettre 47, n. 1 et lettre 49.

9 Le général Ioan Emanoil Florescu, conseiller militaire du prince Cuza avant d’être celui du prince Charles.

10 Il s’agit du vote par lequel la Chambre accepte finalement l’emprunt Oppenheim qui avait été souscrit un peu rapidement par Bălăceanu à Paris (voir lettre 30). Le gouvernement Ghica a été violemment attaqué par les députés d’opposition pour avoir soutenu cet emprunt et ses conditions très onéreuses pour la Roumanie.

11 Iaşi, capitale de l’ancienne Principauté de Moldavie, à 400 kilomètres au nord‑est de Bucarest.

12 Frère du prince Charles, plus jeune de quatre ans (1843‑1904), le 5e de la fratrie.