Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Émile Picot, secrétaire du prince de Roumanie

Correspondance

52. [À Monsieur François Aubert, rédacteur du Constitutionnel (Paris)]

N.G.T. (3)

Texte intégral

  • 1 N. Georgescu‑Tistu indiquait 6/28 février, ce qui est impossible puisque l’écart entre les deux ca (...)

Bucarest, le 6/18 février1 1867

 

Monsieur,

 

1Je m’empresse de vous accuser réception du numéro du Constitutionnel que vous avez bien voulu m’envoyer et de la lettre qui l’accompagnait. Je tiens à vous renouveler à cette occasion tous les remerciements que j’ai déjà eu l’honneur de vous exprimer et à vous donner quelques explications sur les termes, un peu trop accentués peut‑être, que vous avez relevés dans quelques unes de mes correspondances.

2Ainsi que j’ai déjà pris la liberté de vous faire remarquer, j’ai malheureusement fort peu de temps à consacrer à mes lettres privées et suis forcé de les écrire au courant de la plume. Les mots dépassent souvent ma pensée ou, tout au moins, les bornes des appréciations permises par les lois. Je n’ignore pas du reste combien la législation est sévère en matière de diffamation, mais ne pouvant et ne voulant vous envoyer que des matériaux, je suis sans inquiétude sur la manière dont votre expérience sait les mettre en œuvre.

3Le Prince Charles accompagné de son frère, le Prince Frédéric de Hohenzollern, est rentré mardi dernier dans notre ville. Le retour du chef de l’État et l’arrivée d’un des membres de sa famille ont fourni au pays l’occasion d’exprimer une fois de plus la vive sympathie que l’élu de la nation rencontre dans toutes les classes de la population. Le voyage de Moldavie n’a été qu’une suite d’ovations et a donné le plus formel démenti à ceux qui parlent encore [?] des idées séparatistes et qui voudraient entretenir l’agitation pour l’exploiter à leur profit. La Moldavie a fait justice de ces insinuations et il est clair maintenant pour tout homme de bonne foi qu’elles sont tout le prix de l’union qui seule pouvait permettre d’établir un gouvernement stable et régulier.

4Le Prince des Roumains a donné pendant son voyage de nouvelles preuves de sa générosité. Il a distribué aux paysans qui souffrent des cruelles atteintes de la famine quatre‑vingts mille francs, pris sur sa cassette privée. On voit quel noble usage le jeune souverain sait faire de la liste civile qui lui est allouée. Le Prince a pu juger par lui‑même des souffrances causées par la disette et il a tenu à présider la Commission chargée de la répartition des secours. Le Prince Frédéric a conquis tous les suffrages de ceux qui l’ont vu par sa figure ouverte et souriante, son air aimable et sympathique. Il compte séjourner six semaines parmi nous. La présence de Son Altesse est pour le Prince Charles une bien vive joie, car il a tout sacrifié pour répondre au vœu des Roumains et son cœur est encore plein de douces pensées de la famille. C’est par ces précieuses qualités que le Prince Charles s’est mérité l’amour de ses nouveaux sujets. Ce n’est pas du reste seulement parmi nous qu’il est aimé et apprécié. La plupart des souverains de l’Europe ont tenu à le féliciter de son heureux avènement. Le Moniteur nous a fait connaître que Son Altesse avait déjà reçu à cette occasion des lettres de Sa Majesté l’Empereur des Français, de Sa Majesté la Reine de Grande‑Bretagne et d’Irlande, de sa Majesté le Roi des Hellènes, de Sa Majesté le Roi de Suède et de Norvège, de la Confédération suisse et de quatorze grands ducs, princes et ducs des États secondaires de l’Allemagne.

5J’ai à peine besoin de vous faire remarquer que le Prince Charles a été traité dans cette circonstance comme un Prince souverain et vous comprendrez toute l’importance des relations diplomatiques qui ont pour la Roumanie un caractère tout nouveau.

6Veuillez agréer, Monsieur, les nouvelles assurances de ma considération la plus distinguée,

 

Émile Picot

Notes

1 N. Georgescu‑Tistu indiquait 6/28 février, ce qui est impossible puisque l’écart entre les deux calendriers est de 12 jours. La mention dans la lettre de l’arrivée du prince Frédéric, datée dans les Mémoires de Charles du 31 janvier/12 février permet de trancher.