Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La figure du consommateur immigré en Europe

 | 
Virginie Silhouette-Dercourt
, 
Maren Möhring
, 
Marie Poinsot

La consommation migrante et les objets migrants dans un monde globalisé

Migrantischer Konsum und Dinge in einer migrierende Dinge in einer globalisierten Welt

Migrant Consumption and Migrant Things in a Globalized World

Andreas Ludwig
Traduction de Céline Corsini

Résumé

La consommation migrante est associée à des objets migrateurs, saisis dans des endroits particuliers. Dans le cadre de la société européenne de consommation, ces notions portent en creux des catégories implicites comme celles de « typique » ou de» l’extraordinaire ». Cette recherche abordera la question de la consommation migrante dans une perspective plus large et interrogera le contexte historique, les lieux de consommation, la contemporanéité des différences et les formes hybrides d’objets « migrants ». Basée sur de l’observation et une analyse d’archives, elle soulignera les particularités et les choses ordinaires. De même, les lieux et les circonstances dans le temps seront analysés à travers le filtre de notre style de vie moderne. Des exemples issus de la France, de l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest illustreront notre propos et seront débattus. Ce papier espère ainsi promouvoir une lecture nuancée de ce qu’est la consommation « migrante ».

Migrantischer Konsum ist mit der Assoziation fremder Dinge an ungewöhnlichen Orten verbunden. Damit gehen implizite Kategorisierungen des Typischen und des Besonderen aus dem Blickwinkel einer europäischen Konsumgesellschaft einher. Der Beitrag ordnet migrantischen Konsum deshalb in eine erweiterte Perspektive ein und fragt nach der historischen Situation, den Orten des Konsums, nach der Gleichzeitigkeit des Ungleichzeitigen und nach der Hybridität seiner Erscheinungsformen. Beruhend auf Beobachtungen und Quellen werden Auffälligkeiten und Beiläufigkeiten, Orte und Zeitumstände analysiert. Konkrete Beispiele aus Frankreich, West- und Ostdeutschland lenken die Aufmerksamkeit auf hybride und kommodifizierte Dinge im Rahmen eines « modernen Lebensstils» und regen dazu an, alternative Lesarten zu bedenken.

Migrant consumption is associated with peregrine things at particular places. This notion carries implicit categories like the typical or the extraordinary within the perspective of the European consumer society. This paper integrates migrant consumption into a wider perspective and will ask for its historical context, places of consumption, the contemporaneity of the differences and hybrid forms of “migrant” things. Based on observation and archival sources, peculiarities and ordinary things, places and circumstances in time will be analyzed within the framework of our modern lifestyle and examples from France, East- and West-Germany debated. The paper also hopes to encourage a nuanced reading of what migrant consumption may be.

Texte intégral

  • 1 Bureau des statistiques de Berlin-Brandebourg : Rapport statistique, 2016, Einwohnerinnen und Einwo (...)

1Dans une rue de Berlin, d'un quartier bourgeois et pas trop touristique, nous succombons à la fatigue et aimerions terminer la journée devant des rafraîchissements et un bon repas. Nos possibilités sont les suivantes : un restaurant vietnamien végétarien de bonne réputation qui ne sert pas d’alcool, la clientèle en prend note avec résignation ; un café-bar grec qui propose plus d’une centaine de boissons, notamment du café grec et de la retsina ; un restaurant « bar » italien avec une carte commençant par une sélection d’omelettes végétariennes ainsi qu’un autre restaurant suggérant en « accompagnement du vin » de la salade à la saucisse... Nous ne qualifierions probablement pas ces restaurants de « migrants » bien que rien dans leurs offres ne soit d’origine régionale, mais plutôt une forme de composition urbaine, alimentée par un assemblage d’origines diverses. Compte tenu de ces phénomènes hybrides et marchandisés présents dans notre vie de tous les jours, la définition de ce qui est « issu de la migration » et de ce qui est acculturé demeure dans un premier temps imprécise, là où coexistent l’étranger, les transitions, et les adaptations. En effet, la migration fait partie du quotidien berlinois depuis des décennies. Les statistiques de la ville distinguent les individus selon leurs passeports : à la date du 30 juin 2016, elles recensaient 658 000 étrangers résidant à Berlin et 465 000 Berlinois « issus de la migration »1, toutes situations de migration confondues. Qu’est-ce qui finalement différencie les 55 000 citoyens polonais vivant à Berlin des 51 000 Polonais détenteurs d’un passeport allemand ? La date de leur arrivée ? Le niveau de leur bonheur personnel ? Des considérations légales ? Un plan de carrière ? Le terme « migrant » est une catégorie diffuse, étant donnée la grande diversité des situations privées, juridiques, ethniques, culturelles et, depuis plusieurs années, religieuses. Le « migrant » est de toute évidence une perception multidimensionnelle et certainement aussi une conception soumise au développement temporel, à l’évolution des conditions sociales et des routines quotidiennes.

2La consommation, composante de ces évolutions complexes, est interprétée ici autant comme un indicateur que comme une pratique. La consommation « migrante » désigne toutes les formes d’échanges qui établissent une relation locale et personnelle directe entre la région d’origine et les lieux de consommation et qui disposent d’un marqueur culturel correspondant. Je qualifie également de « migrants » les objets de consommation préférés des migrants, même s’il n’y a pas de relation locale directe quant à l’origine de la marchandise ou son lieu de consommation. Le cadre est délimité d'une part par le terme « exotisme », car il s’agit là d’un modèle de perception, et d'autre part par celui de « global » qui désigne à mon sens une interdépendance économique, sous forme de marchandises, portée par des entreprises internationales. Au final, et c’est ce que je souhaite démontrer par les observations introductives, le développement dynamique de la société de consommation a débouché sur une attention accrue pour les choses nouvelles, les changements qui nous touchent aussi bien en tant qu’observateur que participant. Il en découle une sensibilité culturelle et anthropologique pour des phénomènes du quotidien, impensable encore il y a quelques décennies. L’historicité de la recherche accompagne dans une certaine mesure l’historicité de l’évolution sociale, avec un écart temporel de plus en plus court. Ainsi, elle s’adapte à la dynamique de la société de consommation. Elle tient également compte des lieux où se cristallisent les évolutions de la société, de manière à observer « l’étranger » que l’on côtoie et qui se présente comme une conséquence du monde globalisé. Bien qu’il soit fascinant d’être le témoin de ces changements (et de les aborder de la position privilégiée qu’offre le monde académique), il me semble toutefois indispensable de prendre du recul pour adopter, comme le disent les historiens, un « point de vue », une perspective, qui nous permettra de classer les derniers développements et phénomènes.

  • 2 Braudel Fernand, 1949, la Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris : (...)
  • 3 Bloch Ernst, 1973 (1935), Erbschaft dieser Zeit, Frankfurt a. Main : Suhrkamp, p. 111 et suivantes. (...)
  • 4 Le « typique » et le « particulier » sont tout deux des classifications courantes de l’élaboration (...)

3Je souhaite ainsi proposer quatre de ces points de vue : le premier est historique, il s’interroge sur ce qui distingue réellement les dernières évolutions de celles d’autrefois. Si nous interprétons la consommation des migrants comme l’expression et la conséquence de la mondialisation et de la conformité aux exigences du marché, il est nécessaire alors de souligner que c’est un phénomène historique déjà identifié par Fernand Braudel dans ses travaux sur la Méditerranée et la culture matérielle2. Si nous analysons la consommation des migrants comme un phénomène contemporain, il faut, deuxièmement, se demander aussi dans quels lieux elle se déploie et dans quels autres lieux elle semble absente. Peut-elle être comprise comme un phénomène marquant pour toute une société ou comme un épisode isolé ? Cela nous pousse, troisièmement, à nous interroger : sommes-nous face aux symptômes d’une société à deux vitesses et par conséquent à une contemporanéité du noncontemporain, comme l’avait formulé Ernst Bloch dans un contexte différent3 ? Enfin, quatrièmement, en notre qualité d’observateurs et de participants, nous devrions fixer notre attention sur les hybrides et les développements cachés, examiner de plus près les objets migrants qui ne sont (plus) interprétés comme tels et ce que les migrants consomment au-delà de ce qui est identifié comme « migrant ». L’objectif est donc de déconstruire notre catégorisation implicite du typique et du particulier4. À cet effet, voici quelques remarques qui devraient attirer l’attention sur la diversité, l’ambiguïté, la connotation sociale et le contexte historique des phénomènes observés.

4Sur la base d’observations quotidiennes et de diverses sources, il convient d’une part, d’aborder dans quelle mesure les particularités et familiarités, lieux et circonstances contribuent à utiliser la catégorie de « migrant », c’est-àdire affectent le perspectivisme du regard. D’autre part, il s’agit d’amorcer un changement de point de vue et d’envisager d’autres interprétations. La sélection des exemples est circonscrite et délimitée : elle change selon que nous nous trouvons en Allemagne de l’Ouest ou de l’Est, à Berlin ou à Paris, au marché ou au supermarché. Elle réclame des objets et de la nourriture hybrides, exotiques et marchandisés dans le « mode de vie moderne » correspondant.

Centres d’attention

  • 5 Saunders Doug, 2010, Arrival City. How the Largest Migration in History is Reshaping the World, New (...)

5La présence d'une consommation migrante est plus particulièrement frappante là où vivent de nombreux migrants. Nous nous référons ici aux zones de densification dans le tissu urbain, aux consolidations de structures sociales et économiques qui se sont formées dans les « villes d’arrivée »5.

Le „Späti“ (épicerie de nuit) comme lieu de consommation hybride, Berlin-Neukölln, 2018

© Andreas Ludwig

  • 6 Cf. publicité des produits sur www.chateaurouge.net
  • 7 Tademir Ebru, Canset Icpinar: Markt der Sehnsucht, in die tageszeitung, 30/11/2011. Pour la définit (...)
  • 8 Little Istanbultown Berlin, in migrationbusiness. Magazin der Migrantenwirtschaft, 17/10/2011 : (ww (...)
  • 9 Kopytoff Igor, The Cultural Biography of Things. Commodization as process, in Appadurai Arjun (dir. (...)

6Il ne s’agit pas seulement de l’existence de magasins et services pour les immigrés, mais de leur concentration qui capte le « regard anthropologique ». Outre l’importance économique de ces lieux, la consommation y est empreinte d’un marquage culturel : le marché de Château-Rouge fournit des produits alimentaires, il porte l’étiquette de « marché africain ». Le nom de ce quartier parisien n’évoque pas uniquement le tourist gaze, regard touristique, il symbolise également une économie distincte, comme en témoigne une ligne de cosmétiques pour les peaux foncées6. À Berlin, le marché de Maybachufer se veut être un marché « turc » et le prouve par des rituels de vente, et sa clientèle de plus en plus non turque. Comme les nombreux autres marchés hebdomadaires berlinois, dans les années 1960, il était considéré comme dépassé par rapport aux supermarchés et devait être fermé. La résistance des commerçants lui a permis de s’imposer et il s’est transformé en un espace commercial pour les consommateurs migrants des quartiers de Kreuzberg et Neukölln qui bordent le marché. Au-delà de sa fonction d’approvisionnement local et du fait de la bonne qualité des produits proposés (pour les critères berlinois), le marché est devenu attrayant auprès d’un public plus jeune et issu des quatre coins de la ville, pour finalement contribuer à la gentrification du quartier environnant. La clientèle non migrante recherche l’authenticité7 et le marché est « vendu » comme « un petit coin d’exotisme dans la grisaille berlinoise8 » : la composante « migrante » évolue en une marque. Par conséquent, nous parlons de la marchandisation9 des cultures.

Objets

  • 10 Linde Hans, 1972, Sachdominanz von Sozialstrukturen, Tübingen: Mohr Siebeck.
  • 11 Un exemple convaincant, Latour Bruno, 1993, la Clef de Berlin et autres leçons d’un amateur de scie (...)
  • 12 Miklautz Elfie, 1996, Kristallisierter Sinn. Ein Beitrag zur soziologischen Theorie des Artefakts, (...)
  • 13 Voir pour un aperçu de ce débat : Hahn Hans Peter, 2014, Materielle Kultur. Eine Einführung, Berlin (...)

7Le terme « marchandisation » signifie de comprendre le potentiel d’échange des marchandises comme une appropriation sociale dans une situation historique et sociale particulière. Les conditions actuelles sont celles de la société de consommation. La consommation marque de son empreinte les structures sociales et tout porte à croire qu’elle affecte aussi nos actions. Qu’on l’accepte ou non, il est clair que la consommation, et par conséquent ses produits, constitue un noyau de la socialisation. Le sociologue Hans Linde décrit cela, en se référant à Karl Marx, comme « la domination des objets dans les structures sociales », la réification des rapports sociaux10. Alors que Linde argumente selon les intérêts de la société – les objets ne sont pas des challenges (défis), comme la nature, mais des responses (réponses), de nouveaux travaux sur la théorie des objets font état du pouvoir d’influence du matériel. La théorie la plus connue est celle de Bruno Latour, sur « l’agentivité » des objets par laquelle il les qualifie « d’actants » disposant d’un pouvoir d’influence sur le comportement humain.11 Cependant, les retombées normatives des choses sur l’individu et sur la société sont déjà décrites par Karl Mannheim à la fin du 19e siècle, comme le souligne la chercheuse en histoire culturelle Elfie Miklautz.12 Le débat interdisciplinaire des dernières années autour de la « culture matérielle13 » conduit à mettre davantage l’accent sur l’objet lui-même et les contextes dans lesquels il évolue.

  • 14 Schrage Dominik, 2009, Die Verfügbarkeit der Dinge. Eine historische Soziologie des Konsums, Frankf (...)
  • 15 Hennig Nina, Objektbiographien, in Samida Stefanie, Eggert Manfred K.H., Hahn Hans Peter (dir.), 20 (...)
  • 16 Énumération inspirée d’une liste de sommaire chez Samida/Eggert/Hahn, Handbuch.
  • 17 Une estimation probablement conservatrice, citée par Hennig, Objektbiographien, pp. 236.
  • 18 Selle Gert, 1987, Leben mit schönen Dingen. Anpassung und Eigensinn im Alltag des Wohnens, Reinbek: (...)
  • 19 Habermas Tilmann, 1999, Geliebte Objekte. Symbole und Instrumente der Identitätsbildung, Frankfurt (...)

8Pourtant, nous pouvons constater un parallélisme entre la consommation et l’objet sur le plan définitionnel. D’un côté, la consommation est décrite comme la satisfaction de besoins par l’achat, l’utilisation et l’appropriation d'objets ainsi que tous les services intermédiaires et connexes.14 De l’autre, le concept de biographie de l’objet, de « parcours » des choses, relève du chemin suivi depuis la conception et la production en passant par la publicité, la commercialisation, l’achat et la vente jusqu’à l’utilisation et, enfin, la destruction ou la muséification15. Qu’on les qualifie d’« épistémiques », d'« exotiques », de « rituels », de « distinctifs », d'« auratiques » ou de « quotidiens », qu’on les interprète comme des « souvenirs », des « symboles », des « objets fétiches » ou comme de « petits compagnons de tous les jours »16, suivre le parcours des objets, c’est parvenir à comprendre la consommation des migrants et des objets qui migrent. Nous percevons les objets présents dans les espaces publics comme des marchandises et des symboles. Nous connaissons leur origine, leur prix et leur signification culturelle. Mais nous ne savons encore rien de leur usage individuel et de leur inclusion dans un système complexe d’objets personnels. En résumé, admettons que chaque personne en Europe centrale détient 10 000 objets17, combien parmi eux sont d’origine « migrante » ? Quel rôle jouent-ils au quotidien ? Quel degré d’attention leur accorde-t-on18 ? La qualité « migratoire » joue-t-elle un rôle dans la relation homme-objet19 ? Par conséquent, du point de vue de la consommation, en distinguant l’acquisition, l’utilisation et le codage de la marchandise, est-il nécessaire de différencier l’usage public et privé ?

Deux univers de consommation ?

  • 20 L’auteur a consulté “Einkauf aktuell”, les prospectus distribués par la Poste dans toute la ville, (...)

9Un monde de produits sans migrants. Une consommation reconnaissable ou caractéristique des migrants est parfois tout à fait absente lorsque l’on s’éloigne des lieux « migrants » qui attirent habituellement l’attention. Dans les prospectus publicitaires qui atterrissent dans ma boîte aux lettres berlinoise20, l’offre alimentaire de certaines chaînes de supermarchés se caractérise par le fait qu’elles proposent de la cuisine allemande traditionnelle : viande hachée « mélangée », saucisses et jambon, pain de seigle et diverses boissons alcoolisées. De même, apparaissent des denrées issues de différentes vagues de modernisation « exotique », apparues depuis les années 1950 : jus d’orange, kiwis, nouilles et sauces « asiatiques » et, pour les fins gourmets, fromage aux fleurs de souci, brie français ( !) et yaourt « à la grecque ». Pour le consommateur moyen, l’offre se lit au premier abord comme une expédition à travers l’histoire de l’adaptation du goût. Depuis le début des années 1950 et l’avènement des voyages à l’étranger, de plus en plus de produits « étrangers » sont venus achalander les magasins, ce qui a peu à peu modifié les gammes habituelles des supermarchés. Dans la culture de consommation allemande, on observe plus particulièrement ce phénomène avec le triomphe des pâtes. À l’origine, elles étaient considérées uniquement comme un produit régional, plus particulièrement présentes au sud-ouest de l’Allemagne, où elles appartenaient à la cuisine locale sous la forme de Spätzle et où elles sont aujourd’hui fabriquées industriellement. La version italienne de ces mets, puis progressivement les spaghettis italiens, ont fait des pâtes un plat supranational et international de base. Ce processus a démarré dès le début des années 1960 avec l’introduction de Mirácoli, un produit semi-fini, qui a influencé une génération entière en République fédérale d’Allemagne. Il est intéressant d’analyser les publicités portant sur ces produits, surtout parce qu’elles se retrouvent dans toutes les boîtes aux lettres, peu importe l’origine et les préférences des résidents. Aucune distinction n’est faite, une offre standardisée est proposée et chacun choisit ce qui lui convient. Les groupes cibles ne sont pas apparents au premier coup d’œil, et l’offre ne présente aucune spécificité ethnique, culturelle ou religieuse.

  • 21 Schmidt Michael, Was glauben die eigentlich?, Der Tagesspiegel, 07/11/2016.

10Toutefois, cette offre apparemment ouverte et diffusée par certains réseaux de distribution ne s’appliquait pas dans le passé et ne s’applique toujours pas aujourd'hui à monsieur et madame Tout-le-Monde, surtout là où prévalent des codes uniformisés plutôt que la diversité. Un long article de journal rapportait par exemple le cas d’un soldat musulman et ses « problèmes à l’armée », pour reprendre la formulation, dont l’un était l’alimentation. L’armée allemande (ou Bundeswehr) dispose d’un mess et propose des rations standardisées sans tenir compte des préceptes religieux. Une « consommation migrante » revient à renoncer à se nourrir, ou à choisir un plat végétarien.21

11Revenons-en à l’exemple d’une structure normative et portons notre attention sur un autre champ de l’alimentation de masse, la cantine d’entreprise. À la fin des années 1980 et au début des années 1990, les mets proposés provenaient de la cuisine traditionnelle allemande. On ne prêtait en effet pas attention aux besoins et préférences individuels. Les archives du Musée allemand des techniques de Berlin ont conservé les documents de la Commission de la cuisine d’entreprise AEG entre 1973 et le début des années 1990.

  • 22 Musée allemand des techniques de Berlin – Archives historiques, n. 0124, 0125, 0292.

12Ces documents comprennent notamment les menus hebdomadaires du « restaurant d’entreprise » de la direction d’AEG-Telefunken à Francfort-sur-le-Main.22

Carte du restaurant d’entreprise AEG, Frankfort-sur-le-Main,1977

© Musée allemand des Techniques, Berlin, Archives historiques

13Les spécialités locales et les « classiques » des collectivités comme le rôti en sauce ou la fricassée de poulet dominent le menu des années 1970. De temps en temps, d’autres dimensions culturelles peuvent être identifiées : conformément à la tradition chrétienne, certains ( !) vendredis, on ne sert pas de viande, et la cuisine étrangère se résume à des spaghettis ou à du « goulasch des Balkans ». Jusque dans les années 1990, on ne constate pas de changement significatif dans ces pratiques. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que ces « restaurants d’entreprise » ne sont pas des cantines d’usine, cas distinct qui doit être examiné séparément. Une mutation de cette norme alimentaire de la cuisine traditionnelle pour tous se profile seulement avec les premières formules proposées dans les cafétérias universitaires depuis le tournant du millénaire. En s’adaptant à des habitudes alimentaires différenciées, on renonce alors à s’aligner sur les normes d’une société majoritaire. L’alimentation de masse devient plurielle par assemblages d'éléments disparates.

  • 23 Les cantines d’entreprise sont en général subventionnées et contrôlées par les comités d’entreprise (...)

14Avec ce détour par les cafétérias et les cantines, nous ne sommes plus au niveau de la consommation individuelle, mais des prestations de service public23 fondées sur l’hypothèse d’un bénéficiaire lambda typique. Il est difficile d'en conclure que ce sont ces lieux qui produisent ou renforcent des normes de consommation, ou qu'ils contribuent à la participation des migrants dans l’univers de l'intégration sociale que représente la pause déjeuner.

  • 24 Dans les cantines d’entreprise, on proposait parfois des plats « diététiques », ce qui signifiait s (...)
  • 25 Cf. les menus conservés depuis de nombreuses années au Musée allemand des techniques de Berlin - Ar (...)
  • 26 129 menus quotidiens de janvier à août 1988 se trouvent dans les collections de la Maison de l’Hist (...)

15En matière de consommation des migrants aujourd’hui et dans le passé récent, la comparaison révèle l’importance de contextes sociaux spécifiques. Un regard sur la République démocratique d’Allemagne (RDA) montre par exemple que le modèle occidental d’une société se démarquant ne valait pas partout. Prenons d’abord les cantines, qui en RDA portaient le nom de Kollektivverpflegung, restauration collective. Manger à l’extérieur de son domicile était beaucoup plus fréquent en RDA et considéré comme normal pour les travailleurs, les élèves, les étudiants et, s’ils le souhaitaient, les retraités aussi. Les restaurants étaient gérés par l’État dans le cadre d’un système très élaboré. Il était par exemple exigé que les restaurants fournissent une sélection de plats chauds : une gamme complète de déjeuners chauds était ainsi garantie. Les mets proposés suivaient les normes culturelles, ce qu’on appelle communément la « cuisine allemande » : viande, légumes, pommes de terre, ragoût. Les restrictions alimentaires de type religieux ne jouaient officiellement aucun rôle dans la société laïque de la RDA. Cependant, des distinctions étaient parfois faites en cas de problèmes de santé24. Cette norme était autant valable dans les années 1960 que dans les années 1980, avec des menus quasiment inchangés, comme l’indiquent explicitement les exemples suivants. Les menus d’une cantine des services postaux au milieu des années 1960 listent les plats de viande habituels : une fois par semaine, un plat plus « léger » est proposé, généralement un ragoût, et le jour sans viande lié à la tradition chrétienne était (délibérément ?) fixé le jeudi25. La carte de 1988 du restaurant coopératif Zur grünen Linde à Briesen, un village au sud de Berlin, correspond à celle de la cantine postale vingt ans plus tôt. La nouveauté de ce restaurant de village étant un plat « migrant » : la soupe russe solyanka, proposée au menu tous les jours26.

Plan des menus de la semaine de la cantine des Postes Allemandes en République démocratique d’Allemagne (RDA), 1966

© Musée allemand des Techniques, Berlin, Archives historiques

Carte du café-restaurant „Zur grünen Linde“ (Aux Tilleuls Verts), Briesen, (RDA), 1988

© Fondation Maison de l’Histoire de la RDA

Les migrants dans l’économie planifiée

  • 27 Elsner Eva-Maria et Lothar, 1992, Ausländer und Ausländerpolitik in der DDR (= Hefte zur DDR-Geschi (...)
  • 28 Müggenburg Andreas, 1996, Die ausländischen Vertragsarbeitnehmer in der ehemaligen DDR. Darstellung (...)
  • 29 Jajesniak-Quast Dagmara, Proletarischer Internationalismus ohne Gleichheit. Ausländische Arbeitskrä (...)
  • 30 Müggenburg, Vertragsarbeitnehmer, pp. 22.
  • 31 Dennis Mike, 2007, Working under Hammer and Sickle: Vietnamese Workers in the German Democratic Rep (...)

16En RDA, il y avait relativement peu d’étrangers : en 1989, environ 190 000 personnes présentes sur le territoire étaient « étrangères », soit 1,1 % de la population totale (à comparer à 7,7 % en RFA la même année)27. En plus des étudiants, il s’agissait dans une large mesure de Vertragsarbeiter, travailleurs contractuels, une main d’œuvre étrangère qui venait en RDA dans le cadre d’accords intergouvernementaux. La plus grande partie était des Vietnamiens. Les modalités de leur séjour étaient extrêmement restrictives. La durée de leur séjour était limitée à quatre ou cinq ans, ils étaient de plus logés dans des dortoirs de plus de 50 personnes. Le regroupement familial leur était interdit de même que la fréquentation de citoyens est-allemands en dehors du lieu de travail, à titre privé ou non-officiel28. Dans la situation particulière de la RDA, le concept de consommation migrante englobait une relation résolument rationnelle basée sur la performance professionnelle, le contrôle individuel et l’économie planifiée centralisée. Les migrants consommaient principalement des biens techniques tels que des vélos, des cyclomoteurs, des réfrigérateurs et des machines à coudre, achetés avec leurs économies et envoyés dans leur pays d’origine. Même les travailleurs polonais qualifiaient la situation économique de la RDA de « deuxième Amérique »29, ce qui montre bien l’écart de richesse vécu lors d’un séjour en RDA. Du fait de la planification économique allemande, la consommation était toutefois soumise à des contraintes imposées par l’État et à des limitations individuelles. En raison de la situation générale de l’approvisionnement, l’envoi de colis est cependant restreint et l’exportation privée des travailleurs contractuels en 1989 est limitée à cinq vélos, deux cyclomoteurs, deux machines à coudre et 150 m2 de tissu par an30. Il n’existe que très peu d’informations sur les autres habitudes de consommation de ces travailleurs étrangers. Des indications laissent à penser qu’on ne tenait pas du tout compte de leurs habitudes alimentaires. Il semblerait que les Vietnamiennes cousaient des jeans pendant leur temps libre pour améliorer leurs revenus31. De toute évidence, la dimension culturelle des différents modes de vie ne revêtait officiellement aucune importance. C'est la relation économique qui prévalait.

  • 32 Haertel Christian, Kabus Petra (dir.), 2000, Das Westpaket: Geschenksendung, keine Handelsware, Ber (...)
  • 33 Rezepte aus Freundesland, Leipzig/Berlin (RDA) 1978 ; Nerlich Irene et Hans Dieter, s.d. (début des (...)
  • 34 Gordon Sydney, s.d. (début des années 1970), 100 internationale Rezepte, Leipzig/Berlin (RDA), pp. (...)
  • 35 Sushi in Suhl, All. 2012, réalisation : Carsten Fiebeler, acteurs principaux : Uwe Steimle, Julia R (...)

17En raison des restrictions de voyage imposées en RDA, notamment après la construction du mur de Berlin, les expériences avec les cultures étrangères étaient en grande partie confinées à celles des États du bloc de l’Est. Le véritable « étranger » faisait référence à ces pays de cultures différentes, principalement connus par la lecture et par l'exposition à travers d'autres médias. Ces pays attisaient les fantasmes. Pour ce qui est de la consommation, les produits des États du Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM) étaient également disponibles en RDA. Par contraste, les produits étrangers de l’Occident apparaissaient dans les magasins de façon tout à fait sporadique. Ils étaient envoyés par des parents32 ou passés en contrebande. Ils faisaient aussi parfois l'objet d'imitations. Les fascicules de recettes et les livres de cuisine disponibles chez les marchands de journaux sont un bon exemple de l’importance et des limites du « migrant » en RDA. Des titres comme Rezepte aus Freundesland33, recettes d’un pays ami, font référence aux États socialistes alliés. D’autres titres suggèrent l’internationalité et promettent « le folklore culinaire »34. Le concept de folklore se réfère explicitement aux traditions populaires et il est clair qu’il ne s’agit pas de recettes « bourgeoises ». Il suggère toutefois aussi une perspective folklorique, exotique, qui dans les années 1970, est « explicitée » par de courts textes illustrant des éléments culturels. La cuisine « étrangère » devient ainsi une composante de l’éducation dans les publications officielles, mais doit être principalement interprétée comme une appétence pour l’étranger, comme le montre le film parodique Sushi in Suhl.35 Dans les années 1950 et 1960, et en dépit des spécificités de la RDA, les similitudes avec la situation en RFA sont frappantes : l’étranger est obstinément adapté et transformé culturellement pour rentrer dans les cadres existants. L’exotique et l'authentique riment avec l'attente. Les pratiques de consommation résultent de possibilités d’achats réelles, qui se sont métamorphosées avec le développement de la société de consommation au cours des dernières décennies.

Dynamiques de consommation

  • 36 Becher Ursula A.J., 1990, Geschichte des modernen Lebensstils, München: C.H. Beck Verlag.
  • 37 Wilkens Katrin, Rosmarin statt Dieselduft, in Die Zeit, 07/01/2016 (http://www. zeit.de/2016/02/jet (...)
  • 38 Neumaier Christopher, Ludwig Andreas, Individualisierung der Lebenswelten. Konsum, Wohnkultur und F (...)
  • 39 Banken Ralf, Everything that Exists in Capitalism Can Be Found in the Department Store: The Develop (...)
  • 40 Teuteberg Jürgen, Fast Food in Deutschland im historischen Rückspiegel, in Janisch Peter, Heinz Chr (...)

18Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale et le triomphe sur la crise d’aprèsguerre que commence à se profiler en RFA une société axée sur le bien-être des consommateurs sous la forme d’un « mode de vie moderne.36 » On achète de plus en plus d'articles de haut de gamme pour le logement, l’habillement et la mobilité, souvent pour rattraper le temps perdu. La vie moderne exige de nouveaux points de vente, un développement dynamique des gammes de produits, et de la consommation. Les grands magasins depuis le 19e siècle, des magasins en libre-service depuis la fin des années 1950, ainsi que les stationsservice37 et les centres commerciaux depuis les années 1980, deviennent des hauts lieux d’une consommation de masse de plus en plus standardisée. L’offre moyenne de produits alimentaires dans les supermarchés passe de 4 500 produits en 1968 à 8 500 produits en 198838. À l’apogée de cette évolution, en 1977, le groupe Karstadt propose une gamme de 200 000 produits39. L’alimentation contribue activement à la percée de cette société de consommation notamment par le développement de la culture de ventes en mobilité ou les chaînes de restauration40.

  • 41 Siegrist Hannes, Konsum, Kultur und Gesellschaft im modernen Europa, in même auteur, Kaelble Hartmu (...)
  • 42 Neumaier & Ludwig, Individualisierung, pp. 243 et suiv. ; Patterson Patrick Hyder, Risky Business: (...)
  • 43 Poutrus Patrice G., 2002, Die Erfindung des Goldbroilers. Über den Zusammenhang zwischen Herrschaft (...)
  • 44 www.chickenspot.com (dernière consultation : 27/02/2017).

19Cette consommation-socialisation, initiée et interprétée dans un premier temps comme une forme d'américanisation, renvoie au rôle marquant de la consommation dans les sociétés européennes d’après-guerre41. Cela est 33 également vrai pour les États du centre et de l’est de l’Europe : la rationalisation du commerce sous la forme de self-service et la présence d'une large gamme de produits standardisés deviennent l’expression de la modernité de la consommation socialiste42. De même pour la gastronomie. En RDA, par exemple, l'apparition de chaînes de restauration a lieu en 1967 avec les Broilerbar (restaurant de poulets rôtis)43. Ainsi, des produits standardisés, reconnaissables en tant que marques, et des lieux de consommation rationalisés, également identifiés comme tels, ont façonné le développement de la culture de consommation en Europe. Ces symboles de la modernité sont également adaptés à un public migrant, comme le montre Chicken Spot, une chaîne de restaurants de poulets rôtis fondée à Londres en 1994 et qui propose des produits halal en ayant recours aux modèles et formats de distribution américains.44

Restauration rapide de la chaine “Chicken Spot“, Sarcelles (Seine-Saint-Denis), 2016

© Andreas Ludwig

Zones de contact

20Centres commerciaux, magasins de meubles, supermarchés. C’est à ces carrefours paradigmatiques que s’exprime la marchandisation de la société de consommation et son uniformité. Ce sont des lieux où l’individu devient citoyen consommateur. Ce qui compte, c’est son pouvoir d’achat, et non pas l’origine des produits. Acheter devient une activité de loisirs et sous-entend un acte de participation à la société. Chaque individu est client avant tout. La distinction entre consommation de migrants et de non migrants s’opère dans les nuances de ce qui apparaît au premier coup d’œil comme des gammes de produits uniformes et larges, comme l’évoque une visite du samedi dans un grand magasin de produits électroniques. Les supermarchés sont en revanche des lieux plus ambivalents. Des rayons de consommation spécialisée misant sur des intérêts nutritionnels particuliers côtoient des produits plus uniformes. Des allées de « produits exotiques » ou de « spécialités méditerranéennes » sont identifiées comme des lieux de consommation de migrants comme on le voit dans un hypermarché à Strasbourg. D’autres, peut-être conscients de ce qui pourrait être interprété comme une perspective coloniale, une vision de ce qu’est l’exotisme, séparent dans le système de rayonnage les denrées venues d’ailleurs selon un agencement religieux (casher, halal) ou en indiquant le pays d'où elles sont issues. Dans le même temps, le « supermarché turc » propose des denrées qui sont traditionnellement plutôt originaires du nord et de l’est de l’Europe. De toute évidence, il est nécessaire de faire la distinction entre des gammes de produits uniformes d’un supermarché mondialisé, et des produits localisables. Ces lieux de consommation mondialisés sont-ils les zones de contact de la société postmigratoire ?

Offres alimentaires “casher” et “halal” dans un hypermarché, Bobigny (Seine-Saint-Denis), 2016

© Andreas Ludwig

Devanture du snackbar oriental “Hausmannskost” (plat chaud allemand simple et de terroir) à Berlin-Schöneberg, 2015

© Andreas Ludwig

21Dans la consommation migrante, il y a toujours un renversement de tendance, une adaptation de la spécialité régionale, un jeu avec des concepts et des habitudes de cultures différentes. Par exemple, un établissement de restauration rapide arabe à Berlin fait sa publicité en utilisant le terme Hausmannskost (ou cuisine familiale), qui est une appellation souvent associée à une cuisine traditionnelle allemande. Et cela fonctionne, car les tendances et contre-tendances peuvent être interprétées comme le résultat d’une différenciation dynamique de la consommation et de la recherche de l’authentique. Vouloir savourer des cuisines « habituelles » ou familiales suit une tendance parallèle à celle liée à l’utilisation distinctive du particulier : des produits de tous les jours, issus de mondes différents deviennent des choix dans la société de consommation du capitalisme tardif. Les olives ou les légumes racines ne véhiculent plus seulement l’idée de pénurie, mais de surabondance, un positionnement politiquement et culturellement codé dans le contexte social. Il s’agit donc de processus parallèles, de similarités pouvant être interprétées comme le rejet conscient de symboles issus de la culture de consommation moderne. Est-ce que cela reflète une position politique, comme dans le cas du mouvement consumériste des magasins bio dans les années 1970 ? Ou s’agit-il d’une autre forme de développement des marchés ? Il est difficile de répondre à cette question. C'est sans doute la confrontation de trois processus qui se fait jour. Par exemple, du panier de légumes livré par une coopérative alimentaire par abonnement est né le supermarché bio. De même, le café du pauvre, le robusta de mauvaise réputation, regagne des lettres de noblesse par un label de qualité (« les cafés robusta » sont maintenant disponibles aux côtés des « cafés arabica » et des cafés de diverses origines). Autre exemple, la pizza surgelée autrefois considérée comme l’expression de la culture de confort moderne est sublimée par les termes « au feu de bois » ou « artisanale », comme l’illustre l’exemple suivant.

Cultures de consommation hybrides

22La pizza est l’un des produits migrants les plus populaires. À l’origine repas simple de la région de Naples, la pizza a d’abord migré aux États-Unis, où elle est devenue un produit industriel. Elle a finalement été réimportée en Europe dans les années 1950. Elle est aujourd'hui omniprésente dans l'alimentation : au restaurant, à emporter, ainsi qu’au rayon des produits surgelés.45 Récemment, une publicité vantait les mérites d’un appareil de cuisine et résumait le caractère hybride de la pizza dans la culture des consommateurs « postmodernes » : le four à pizza électrique permet de la dorer « comme un pro », « comme si elle avait été préparée au feu de bois ». L’appareil fonctionne également avec les pizzas surgelées et la publicité interroge : « Pourquoi commander une pizza et devoir patienter trop longtemps ?46 » Cet appareil permet de combiner l’authenticité (du feu de bois), avec la consommation facile (le plat à emporter) et la cuisine à la maison, comme un acte distinctif grâce un produit (jadis) migrant, mais depuis longtemps mondialisé.

23Curry, couscous, pizza et kebab sont les représentants d’une consommation mondialisée, qui a laissé l’original derrière elle et s’est adaptée aux habitudes de consommation locales. Les supermarchés au Royaume-Uni offrent des mélanges de curry indien et britannique. Couscous, pizzas et kebabs sont des plats standards dont la préparation n’est plus liée à des spécialistes des régions d’origine. Plats à emporter, plats cuisinés, restauration simple et rapide sont des phénomènes mondiaux, dans lesquels les plats « migrants » ont également trouvé leur place. Leur caractère est différent de ce qu’il est dans la culture d’origine par la composition et l’alignement du goût avec celui de la culture d’arrivée (« sauce piquante ? À l’ail ? »), le codage culturel et les habitudes alimentaires. Mais ici, le piège lié au concept de « migrant » se referme, puisque la liste implique une vision nord-américaine et européenne de l’intégration des influences culturelles étrangères dans les habitudes domestiques. Si l’on change de perspective, le hamburger est un excellent exemple de la culture de consommation hybride. Ce steak haché présenté dans du pain est savouré sous sa forme normalisée dans les cultures où la consommation de pain est par ailleurs étrangère. Les produits migrent ainsi que leurs possibilités de présentation, à la recherche de débouchés commerciaux dans une économie mondialisée.

Retour à la case départ

  • 47 Schrage, Verfügbarkeit.

24Afin d’aborder la dimension sociale de la consommation des migrants, nous suggérons de l’envisager sous quatre angles : historique, local ou spatial, et sous l’angle de la question des phénomènes de contemporanéité et de l’adaptation par habitude et hybridité. Si nous commençons par l’historicité, la dynamique de l'ouverture et de la densification est frappante. Depuis l'introduction du monde marchand sur le marché local et son apparition dans les relations mondiales d’échanges au début de la période moderne examinée par Fernand Braudel - celle du début du capitalisme commercial de petite et grande ampleur - un développement considérable a eu lieu. Depuis lors, ce qui a surtout changé c’est la mobilité non seulement des biens, mais aussi des personnes (et donc des idées et des cultures) et le remplacement de la bipolarité des relations par une multipolarité dans laquelle la dichotomie de la société d’origine et d’arrivée paraît se différencier de l’idée de ce qui est nomade. Au début de la période moderne, les produits migrants arrivaient par des intermédiaires peu spécialisés. Aujourd’hui, ce sont les personnes qui les ramènent, à moins qu’ils ne se répandent par le biais de systèmes de filiales ou de franchises mondiales. Au début du 20e siècle, la migration était surtout locale, de la campagne vers la ville. Le monde marchand de plus en plus urbain n’était pas touché par cette migration massive. À cette époque, le concept de « migrant » était associé à un système colonial : les biens « migrants » arrivaient dans la culture de consommation des pays industrialisés sous la forme de « biens coloniaux ». Cette « migration » des biens survient aujourd’hui avec celles des populations, ce qui a des incidences sur les processus de marchandisation. Ainsi, la fameuse bière IPA (India Pale Ale) est un produit du colonialisme. Et les hamburgers et les frankfurters (saucisses de Francfort) dans la culture alimentaire américaine se distinguent déjà par leur nom comme résultant de l’immigration. Au début du 21e siècle, la migration devient de moins en moins bipolaire. C’est également le cas pour la circulation des marchandises : on n’échange plus uniquement des produits agricoles contre des outils, et des épices contre des armes et des matériaux comme le décrivait Braudel. L’accélération de la communication, des systèmes de paiements et de transport internationaux au cours des dernières décennies ont mené à une densification des relations d’échange encouragées politiquement (et de nouveau bridées actuellement). Cela a entraîné une sorte d’usage occasionnel du produit migrant. Les objets que l’on dénichait difficilement au cours d’un voyage il y a quelques décennies et qui, de ce fait, possédaient ce charme des choses rares, sont maintenant disponibles à tous les coins de rue, ou peuvent être commandés sur Internet. Ce qui nous conduit au deuxième point de référence proposé : les lieux de consommation migrants. La consommation n’a pas seulement lieu sur des marchés spécifiques, culturellement codés, mais aussi dans des points de vente axés sur le profit et ciblant une clientèle diversifiée, dans un système commercial simplifié du capitalisme tardif. Cette observation nous amène au troisième point : la contemporanéité des différents lieux de consommation et des biens qui sont négociés. La thèse de la contemporanéité se réfère aux différences entre les périodes, une juxtaposition qui n’est que partiellement compatible, comme l’a montré la comparaison historique entre l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest. Le quatrième aspect concerne le pôle opposé et s’interroge sur les formes hybrides. Une intégration du « migrant » est révélatrice de la société mondialisée de consommation. Elle est caractéristique de la disponibilité de presque tous les produits, presque partout47 : elle est le résultat de l’illusion d’avoir le monde à portée de main et d’être chez soi partout sur la planète. La réalité sociale est cependant différente et plus complexe dès que la perspective change, que ce soit pour les sociologues dans leur environnement familier, pour les historiens, ou pour les consommateurs qui profitent de cette offre ou qui en sont marginalisés. La consommation migrante et les objets migrants dans un monde globalisé peuvent ainsi, et c’est ce qui doit transparaître à travers les exemples présentés ici, être compris tout à fait différemment.

Produit hybride issu de la gentrification : bière blonde à l´indienne IPA, originellement britannique, développée pour Inde tropicale, brassée à la manière américaine dans une brasserie régionale bavaroise.

© Andreas Ludwig

Notes

1 Bureau des statistiques de Berlin-Brandebourg : Rapport statistique, 2016, Einwohnerinnen und Einwohner im Land Berlin am 30 Juni 2016, Potsdam, p. 12 et suivantes.

2 Braudel Fernand, 1949, la Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris : Armand Colin ; même auteur, 1979, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiiesiècle, 3e tome, Paris : Armand Colin.

3 Bloch Ernst, 1973 (1935), Erbschaft dieser Zeit, Frankfurt a. Main : Suhrkamp, p. 111 et suivantes. [1978, Héritage de ce temps, Paris : Payot]

4 Le « typique » et le « particulier » sont tout deux des classifications courantes de l’élaboration top down de catégories de la mémoire culturelle dans les musées et les archives, cf. Hollmann Michael, Bestandspolitik, in Lepper Marcel, Raulff Ulrich (dir.), 2016, Handbuch Archiv. Geschichte, Aufgaben, Perspektiven, Stuttgart : J.B. Metzler, p. 199-206 ; Herbst Wolfgang, 1972, Geschichtswissenschaft und Geschichtsmuseum, in Zeitschrift für Geschichtswissenschaft 15 (H.1), p.-23, p. 12 et suivantes.

5 Saunders Doug, 2010, Arrival City. How the Largest Migration in History is Reshaping the World, New York: William Heinemann Ltd.

6 Cf. publicité des produits sur www.chateaurouge.net

7 Tademir Ebru, Canset Icpinar: Markt der Sehnsucht, in die tageszeitung, 30/11/2011. Pour la définition de l’authentique, voir Saupe Achim, Authentizität, Version: 3.0, in Docupedia- Zeitgeschichte, 25/08/2015 (http://docupedia.de/zg/saupe_authentizitaet_v3_de_2015. Dernière consultation le 31/03/2017).

8 Little Istanbultown Berlin, in migrationbusiness. Magazin der Migrantenwirtschaft, 17/10/2011 : (www.migration-business.de/2011/10/little-istanbultown-berlin, dernière consultation le 03/03/2017).

9 Kopytoff Igor, The Cultural Biography of Things. Commodization as process, in Appadurai Arjun (dir.), 1986, The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge: Cambridge University Press, p. 64-91.

10 Linde Hans, 1972, Sachdominanz von Sozialstrukturen, Tübingen: Mohr Siebeck.

11 Un exemple convaincant, Latour Bruno, 1993, la Clef de Berlin et autres leçons d’un amateur de sciences, Paris : La Découverte.

12 Miklautz Elfie, 1996, Kristallisierter Sinn. Ein Beitrag zur soziologischen Theorie des Artefakts, (= Technik- und Wissenschaftsforschung, tome 27) München: Profil, p. 19 et suivantes.

13 Voir pour un aperçu de ce débat : Hahn Hans Peter, 2014, Materielle Kultur. Eine Einführung, Berlin: Reimer, Dietrich, 2e éd. rév.

14 Schrage Dominik, 2009, Die Verfügbarkeit der Dinge. Eine historische Soziologie des Konsums, Frankfurt a. Main/New York: Campus Verlag, p. 8, p. 11.

15 Hennig Nina, Objektbiographien, in Samida Stefanie, Eggert Manfred K.H., Hahn Hans Peter (dir.), 2015, Handbuch Materielle Kultur. Bedeutungen, Konzepte, Disziplinen, Stuttgart : J.B. Metzler, p. 234-237.

16 Énumération inspirée d’une liste de sommaire chez Samida/Eggert/Hahn, Handbuch.

17 Une estimation probablement conservatrice, citée par Hennig, Objektbiographien, pp. 236.

18 Selle Gert, 1987, Leben mit schönen Dingen. Anpassung und Eigensinn im Alltag des Wohnens, Reinbek: Rowohlt.

19 Habermas Tilmann, 1999, Geliebte Objekte. Symbole und Instrumente der Identitätsbildung, Frankfurt a. Main : Suhrkamp Verlag.

20 L’auteur a consulté “Einkauf aktuell”, les prospectus distribués par la Poste dans toute la ville, ainsi que les tracts publicitaires qui accompagnent les journaux locaux hebdomadaires tels que Berliner Woche et Berliner Abendblatt.

21 Schmidt Michael, Was glauben die eigentlich?, Der Tagesspiegel, 07/11/2016.

22 Musée allemand des techniques de Berlin – Archives historiques, n. 0124, 0125, 0292.

23 Les cantines d’entreprise sont en général subventionnées et contrôlées par les comités d’entreprise, les cafétérias universitaires disposent d’une aide financée par les frais de scolarité semestriels des étudiants, les deux structures sont donc soumises au contrôle (social) de l’État.

24 Dans les cantines d’entreprise, on proposait parfois des plats « diététiques », ce qui signifiait surtout que les mêmes aliments étaient préparés différemment.

25 Cf. les menus conservés depuis de nombreuses années au Musée allemand des techniques de Berlin - Archives historiques, succession Polzin.

26 129 menus quotidiens de janvier à août 1988 se trouvent dans les collections de la Maison de l’Histoire de la République fédérale d’Allemagne – Musée de la Kulturbrauerei, Berlin, numéro d’inventaire KUDA G 0/038. Je remercie les collègues sur place de m’avoir permis de consulter ces documents.

27 Elsner Eva-Maria et Lothar, 1992, Ausländer und Ausländerpolitik in der DDR (= Hefte zur DDR-Geschichte. Abhandlungen, 2), Berlin, p. 5.

28 Müggenburg Andreas, 1996, Die ausländischen Vertragsarbeitnehmer in der ehemaligen DDR. Darstellung und Dokumentation, s.l., p. 13 et suiv. Une comparaison avec la situation des travailleurs contractuels d’aujourd’hui reste à la discrétion des lecteurs.

29 Jajesniak-Quast Dagmara, Proletarischer Internationalismus ohne Gleichheit. Ausländische Arbeitskräfte in ausgewählten sozialistischen Betrieben, in Müller Christian Th., Poutrus Patrice G. (dir.), 2005, Ankunft-Alltag-Ausreise. Migration und kulturelle Begegnung in der DDR-Gesellschaft, (= Zeithistorische Studien, vol. 29) Köln/Weimar/Wien: Böhlau, pp. 289 et suiv.

30 Müggenburg, Vertragsarbeitnehmer, pp. 22.

31 Dennis Mike, 2007, Working under Hammer and Sickle: Vietnamese Workers in the German Democratic Republic, 1980-1989, in German Politics 16, no 3, pp. 339-357, p.p 346 et suiv.

32 Haertel Christian, Kabus Petra (dir.), 2000, Das Westpaket: Geschenksendung, keine Handelsware, Berlin: Ch. Links Verlag.

33 Rezepte aus Freundesland, Leipzig/Berlin (RDA) 1978 ; Nerlich Irene et Hans Dieter, s.d. (début des années 1970), Bei Freunden zu Gast, Leipzig/Berlin (RDA).

34 Gordon Sydney, s.d. (début des années 1970), 100 internationale Rezepte, Leipzig/Berlin (RDA), pp. 2 ; de même : Winnington Dr. Ursula et Alex, s.d. (début des années 1970), Küche anderer Länder, Leipzig/Berlin (RDA) ; Kochen international. Bigos, Pizza, Spaghetti, Leipzig, 1989.

35 Sushi in Suhl, All. 2012, réalisation : Carsten Fiebeler, acteurs principaux : Uwe Steimle, Julia Richter, voir https://de.wikipedia.org/wiki/Sushi_in_Suhl. À voir également pour son jeu tragique et ironique avec l’étranger : l’Autre côté de l’espoir, réalisation : Aki Kaurismäki, 2017.

36 Becher Ursula A.J., 1990, Geschichte des modernen Lebensstils, München: C.H. Beck Verlag.

37 Wilkens Katrin, Rosmarin statt Dieselduft, in Die Zeit, 07/01/2016 (http://www. zeit.de/2016/02/jet-tankstelle-konsum-feinkost-image-neuerung/komplettansicht, dernière consultation : 15/03/2017).

38 Neumaier Christopher, Ludwig Andreas, Individualisierung der Lebenswelten. Konsum, Wohnkultur und Familienstrukturen, in Bösch Frank (dir.), 2015, Geteilte Geschichte. Ost- und Westdeutschland 1970-2000, Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, pp. 239-282, p. 244.

39 Banken Ralf, Everything that Exists in Capitalism Can Be Found in the Department Store: The Development of Department Stores in the Federal Republic of Germany, in Jessen Ralph, Langer Lydia (dir.) 2012, Transformations of Retailing in Europe after 1945, Farnham: Routledge, pp. 147-160, pp. 157.

40 Teuteberg Jürgen, Fast Food in Deutschland im historischen Rückspiegel, in Janisch Peter, Heinz Christina (dir.), 2009, In Bewegung. Wie Alltag sich verändert, (= Arbeit und Leben, vol. 12), Petersberg: Michael Imhof Verlag, pp. 85-96.

41 Siegrist Hannes, Konsum, Kultur und Gesellschaft im modernen Europa, in même auteur, Kaelble Hartmut, Kocka Jürgen (dir.), 1997, Europäische Konsumgeschichte. Zur Gesellschafts- und Kulturgeschichte des Konsums in Europa (18. bis 20. Jahrhundert), Frankfurt a. Main: Campus Verlag pp. 13-48, pp. 16.

42 Neumaier & Ludwig, Individualisierung, pp. 243 et suiv. ; Patterson Patrick Hyder, Risky Business: What Was Really Being Sold in the Department Stores of Socialist Eastern Europe?, in Bren Paulina, Neuburger Mary, 2012, Communism Unwrapped. Consumption in Cold War Eastern Europe, Oxford/New York: Oxford University Press, pp. 116-139.

43 Poutrus Patrice G., 2002, Die Erfindung des Goldbroilers. Über den Zusammenhang zwischen Herrschaftssicherung und Konsumentwicklung in der DDR, Köln/Weimar/Wien, pp. 125 et suiv. (= Zeithistorische Studien, vol. 19).

44 www.chickenspot.com (dernière consultation : 27/02/2017).

45 Cf. Möhring Maren, 2012, Fremdes Essen. Die Geschichte der ausländischen Gastronomie in der Bundesrepublik Deutschland, München: De Gruyter Oldenbourg ; Sanchez Sylvie, 2007, Pizza connexion. Une séduction transculturelle, Paris : Éditions du CNRS.

46 Publicité, Der Tagesspiegel, 25/02/2017; https://www.springlane.de/springlane-kitchenpizzaofen-peppo-rot.html (dernière consultation : 03/03/2017)

47 Schrage, Verfügbarkeit.

Table des illustrations

Légende Le „Späti“ (épicerie de nuit) comme lieu de consommation hybride, Berlin-Neukölln, 2018
Crédits © Andreas Ludwig
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Carte du restaurant d’entreprise AEG, Frankfort-sur-le-Main,1977
Crédits © Musée allemand des Techniques, Berlin, Archives historiques
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3502/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,9M
Légende Plan des menus de la semaine de la cantine des Postes Allemandes en République démocratique d’Allemagne (RDA), 1966
Crédits © Musée allemand des Techniques, Berlin, Archives historiques
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3502/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Carte du café-restaurant „Zur grünen Linde“ (Aux Tilleuls Verts), Briesen, (RDA), 1988
Crédits © Fondation Maison de l’Histoire de la RDA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3502/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Légende Restauration rapide de la chaine “Chicken Spot“, Sarcelles (Seine-Saint-Denis), 2016
Crédits © Andreas Ludwig
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3502/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Offres alimentaires “casher” et “halal” dans un hypermarché, Bobigny (Seine-Saint-Denis), 2016
Crédits © Andreas Ludwig
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3502/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Devanture du snackbar oriental “Hausmannskost” (plat chaud allemand simple et de terroir) à Berlin-Schöneberg, 2015
Crédits © Andreas Ludwig
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3502/img-7.png
Fichier image/png, 665k
Légende Produit hybride issu de la gentrification : bière blonde à l´indienne IPA, originellement britannique, développée pour Inde tropicale, brassée à la manière américaine dans une brasserie régionale bavaroise.
Crédits © Andreas Ludwig
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/3502/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1010k

Auteur

Zentrum für Zeithistorische Forschung Potsdam

Dr. Andreas Ludwig is research fellow at the Zentrum für Zeithistorische Forschung Potsdam in a project about material culture in contemporary history. He developed the local history museum for the borough of (Berlin-) Charlottenburg and from 1993 to 2012 conceptualized and directed the Documentation Centre of Everyday Culture of the GDR in Eisenhüttenstadt where he also frequently organized exhibitions and published on GDR-history and current musealization in East Germany. Ludwig is currently a lecturer in Museology at the Europa-Universität Viadrina at Frankfurt (Oder) and co-editor of WerkstattGeschichte. https://zzf-potsdam.de/en/mitarbeiter/andreas-ludwig

Céline Corsini (Traducteur)